18 juillet 2015

La conspiration néo-fasciste

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 39 min

 

Le fascisme est à nos portes. Et personne ne semble s’en inquiéter. Le FN tutoie les 30% des voix selon certains sondages, de nouvelles lois liberticides sont adoptées chaque année, le racisme islamophobe gangrène les médias, les néo-nazis dominent le Web, les discours des élus se déchaînent contre les musulmans, la vraie gauche est écrasée par les satellites de répression, les Grecs doivent passer sous les fourches caudines du monétarisme européen de Bruxelles. La situation est grave et personne ne semble en avoir pris conscience. La démocratie est devenue une coquille vide ; les élections sont truquées par les satellites du Mind Control ; la répression électromagnétique mine sournoisement les fondements de notre ex démocratie. Les fascistes surveillent les internautes nuit et jour, les empêchant de s’exprimer librement, s’incrustant au cœur de la gauche pour mieux la détruire de l’intérieur, empêchant toute autonomie politique de la vraie gauche qui est devenue une variable d’ajustement pour les règlements de comptes entre fascistes.

Les fascistes sont implantés à gauche et à droite, sous forme mitterrandienne ou sarkozyste. Les fascistes dirigent le FN, parti néo-nazi bien que pro-israélien. Les fascistes dirigent les fédérations sportives, une bonne partie des médias, des services secrets, de la police et l’armée, de la magistrature. Les fascistes sont influents dans le monde de l’édition, à la télévision, dans les journaux. Ils sont présents à droite et à gauche. Ils sont reconnaissables à leur anormale propension à l’islamophobie, leur cheval de bataille depuis une trentaine d’années. Les fascistes sont soit ultralibéraux et antisociaux, soit faussement pro-salariés et racistes. La gauche réelle est devenue insignifiante depuis l’arrivée de la répression électromagnétique. Le coup d’Etat fasciste est en marche. Il faudra le contrer ou être condamnés à vivre dans un Goulag électromagnétique pendant des générations.

Durant la seconde guerre mondiale, les parlementaires français ont voté les plein pouvoirs à Pétain, et il est probable qu’ils réitèreront un vote de même nature s’il fallait donner le pouvoir à une junte suite à un attentat prétendument islamiste mais en réalité concocté par les nazis de différents services. La risque de dictature n’a jamais été aussi prégnant depuis 1945. Il faudrait donc que les défenseurs de la démocratie se décident enfin à protester contre la mascarade terroriste avant qu’il ne soit trop tard et que nous nous réveillions dans une dictature technologique pire que tout ce que nous avons connu depuis 2000 ans. Face à la propagande des terroristes fascistes qui dirigent l’Occident, il est plus que temps qu’une riposte intellectuelle soit mise en place. Il faut que tous comprennent que le terrorisme, l’islamophobie, le Mind Control et l’omerta sur cette répression secrète sont les armes du néofascisme et que continuer à taire les crimes du terrorisme d’Etat est une erreur qui s’avèrera fatale pour la démocratie dans le monde. Il est temps que tous les partisans de la démocratie se réveillent et dénoncent la conspiration néofasciste avant qu’il ne soit trop tard… s’il n’est pas déjà trop tard.

Les néo-fascistes, essentiellement pétainistes, sont infiltrés à gauche et à droite, de manière à enserrer la société d’une gangue indestructible. Que les électeurs votent à gauche ou à droite, ce sont toujours les fascistes qui gagnent.

Le PS a été fondé par François Mitterrand, ancien secrétaire d’Etat de Pétain et ministre de la 4ème République, à l’époque de la guerre d’Algérie notamment. Mitterrand était réputé pour sa haine des Algériens qu’il a réprimé sans limites. Et c’est ce pétainiste pro-colonial qui est devenu le leader de la gauche, à partir des années 1970 ! Dans ces conditions, il ne faut plus s’étonner des dérives droitières du PS, qui deviennent de plus en plus insupportables aux électeurs.

C’est toute la 3ème République qui est d’ailleurs suspecte, dans la mesure où elle a été crée sur les décombres de la Commune, l’insurrection populaire qui a fait tomber Napoléon III. Cette République fondée par Adolphe Thiers ne pouvait dégénérer qu’en dictature raciste, après plusieurs décennies de massacres coloniaux. La Laïcité proclamée de la 3ème République n’a jamais été autre chose qu’un prétexte pour réprimer les institutions religieuses qui auraient pu résister à la tyrannie de cette dictature à apparence démocratique. Si tout le monde ou presque est partisan de la laïcité, l’anticléricalisme de cette 3ème République s’est plus apparenté à du totalitarisme qu’à une défense de la liberté de conscience. Les pontes de la 3ème République voulaient apporter la « lumière aux races inférieures’ » qui ne leur avaient rien demandé. L’idéologie de Jules Ferry est celle d’un provincial corrompu et borné profitant d’un avantage militaire pour écraser les peuples colonisés après avoir maté sa propre population. La 3ème République n’a été rien d’autre qu’une dictature bourgeoise, manipulant déjà le terrorisme anarchiste pour attenter aux libertés. Les politiques actuels qui ont cette époque pour référence doivent être considérés comme des ennemis de la démocratie.

A droite, le pétainisme a pris la forme du sarkozysme, une sorte d’infâme mixture mêlant racisme et xénophobie avec affairisme et incompétence. Le sarkozysme est l’exact opposé du gaullisme, et il est étonnant que l’UMP (aujourd’hui LR) ait accepté en son sein des gens aussi éloignés du gaullisme que les libéraux-fascistes qui suivaient l’arriviste magyar. Les sarkozystes ont surendetté la France et mis à mal la démocratie en développant le Mind Control, la répression secrète qui représente une menace mortelle contre la démocratie.

Le Mind Control, c’est ce système de répression par satellite qui permet de torturer et tuer à distance, et qui empêche par conséquent toute critique importante de ceux qui le détiennent. Le Mind Control permet aussi de modifier les intentions de vote, ce qui permet de favoriser les candidats les plus à droite de tous les partis et le FN.

Les élections sont truquées par le Mind Control, et personne ne songe à protester ! A la fin, il est possible que, comme en Russie, ce soient les services secrets ou l’armée qui prennent directement le pouvoir, après avoir écrasé toute velléité de résistance de la part de ceux qui sont supposés défendre la démocratie.

Les fascistes du Mind Control disposent de ventriloques qui dirigent journalistes et politiques. De cette façon plus personne ne défend les libertés et on approche du jour où tout dissident sera condamné au Goulag à perpétuité. L’Internet est devenue une machine à repérer et ficher les citoyens, citoyens qui sont ensuite espionnés et harcelés à domicile par les rayons électromagnétiques diffusés par satellite. Notre démocratie n’est plus depuis longtemps qu’une coquille vide où les internautes sont secrètement persécutés, où les journalistes sont surveillés par satellite nuit et jour, où les néo-nazis sont utilisés pour harceler les citoyens sans que personne ne proteste.

Tant que les fascistes espionneront et tortureront secrètement les citoyens, journalistes, internautes et autres, on ne pourra pas dire que nous vivons en démocratie. Le silence des médias sur la question de la répression secrète est suicidaire et risque de conduire le pays vers une catastrophe totalitaire. Le fascisme est à nos portes. Il est temps de  le repousser.

Le fascistes haïssent particulièrement les internautes actifs, ces gens qui défendent leurs droits sans en référer à quiconque. C’est pour cela qu’ils ont mis en place une répression secrète implacable, pratiquant le harcèlement et la torture satellitaire contre les gens qui osent s’exprimer de manière indépendante.

Depuis des années les fascistes pourrissent la démocratie de l’intérieur, favorisant les corrompus et les criminels pour ensuite mieux les dénoncer, écrasant toute opposition de gauche par le biais de services entièrement nazifiés, s’infiltrant dans les médias et en en excluant les journalistes gauchistes, noyautant l’armée et la police, de manière à pouvoir obtenir des informations secrètes, participant à la répression du Mind Control pour mieux écraser la concurrence.

Le racisme est devenu l’instrument privilégié des fascistes et l’islamophobie, le seul racisme légal, l’outil favori de toute la sphère néo-fasciste et néo-conservatrice. La propagande islamophobe actuelle est l’exact pendant de la phraséologie antisémite d’avant-guerre, le but de l’opération étant de prendre le pouvoir sans jamais avoir à expliquer son véritable programme. Si le vrai but des fascistes est de supprimer tous les droits des travailleurs et des citoyens, de limiter fortement la liberté d’expression, de rétablir la torture (satellitaire) comme instrument de lutte idéologique, d’écraser la classe ouvrière et de la désarmer face au patronat, d’abolir les congés payés, les allocations chômage et le RSA, d’empêcher les classes populaires de partir en vacance et de profiter de loisirs à bon marché, de rendre les salariés esclaves de leurs patrons, de mettre tous les citoyens sous surveillance à l’intérieur de leur domicile, de mettre en place une société du type de celle du 19ème siècle pour ne pas dire du Moyen-Age,  ils ne peuvent pas le dire franchement. On se doute bien qu’un tel programme serait fort peu populaire au sein d’une très large majorité du peuple. Il faut donc faire diversion, chercher un bouc émissaire, Juif, Arabe, Noir, Rom ou autre, et diriger la population contre lui, de manière à lui faire oublier que c’est le peuple qui est la vraie cible du libéral-fascisme, alors que les victimes minoritaires ne sont utilisées que pour faire diversion.

La vraie gauche a compris depuis longtemps qu’il fallait éviter le piège raciste et qu’une concentration totale des forces contre l’ennemi fasciste et la bourgeoisie réactionnaire est une obligation pour ne pas perdre toutes les avancées démocratiques et sociales obtenues depuis deux siècles. D’ores et déjà, tous les droits démocratiques disparaissent : par le biais de lois « antiterroristes », les fascistes ont réussi à nous faire abdiquer nos droits les plus élémentaires comme le droit à la vie privée ou la liberté d’expression. Les fascistes veulent faire taire tous les citoyens pour ne laisser parler que des collabos corrompus qui feignent d’être de gauche mais votent en réalité pour le FN. Une autre des stratégies des fascistes consiste à s’infiltrer dans tous les partis politiques pour faire croire que les gens sont « tous d’accord » avec les politiques crypto-fascistes mises en place dans toutes les ex démocraties, et que les divergence ne portent que sur quelques points mineurs ou présentés comme tels.

Si la gauche accepte les atteintes aux libertés, elle n’aura plus ensuite les moyens de résister à la régression sociale puisque tous les syndicalistes auront été mis sous surveillance et soumis à des chantages ou des pression physiques. On peut d’ailleurs constater que personne n’a combattu sérieusement le passage de 37,5 annuités à 42 annuités nécessaires pour obtenir une retraite complète, alors que cette mesure qui a déjà créé un million de chômeurs supplémentaires aurait du être combattue avec la dernière énergie.

Il n’y a plus de vraie gauche en raison de la trop longue collaboration de celle-ci avec la répression bourgeoise et fasciste. Quand on surveille les honnêtes citoyens par satellite au lieu de dénoncer cette surveillance, on tue l’esprit même de la gauche qui consiste à faire respecter les libertés individuelles. Quand on dénonce l’islamisme au lieu de dénoncer l’islamophobie, on reprend en réalité le discours des fascistes et, les électeurs préférant les originaux aux copies, on se condamne à disparaître de la scène politique.

La pente infernale du renoncement commence par de petites compromissions avec le racisme islamophobe, puis par des collaborations avec la répression raciste et fasciste, et, tout cela se termine généralement au FN, les anciens gauchistes ayant tellement viré à droite qu’ils se retrouvent parfois à la droite du fascisme.

La ruse des fascistes consiste à ne pas baisser le masque avant d’avoir pris le pouvoir ; il s’agit de se faire passer pour les représentants des Français de souche, de leur dire que toutes les régressions sociales qu’on organise soi-même viennent des étrangers, immigrés, européens, ou américains, puis de faire croire que le seul moyen de récupérer un niveau de vie acceptable est voter nazi, d’expulser étrangers et minorités arabe, juive, rom et noire, de couper les ponts avec les Etats-Unis, d’empêcher les importations.

Le programme réel des fascistes est tout autre : il s’agit d’abord de supprimer discrètement toutes les libertés ; de faire taire les internautes ; de remplacer les syndicats, déjà très faibles, par de faux syndicats fascistes qui n’obtiendront jamais rien ; de faire interdire toute opposition gênante, de baisser les impôts des riches et très riches ; de confisquer les entreprises et de les redistribuer aux fascistes ; de pratiquer la torture de manière généralisée pour tous les opposants politiques ; de confisquer les biens des Juifs, des Arabes, des Italiens et autres « étrangers », en utilisant pour cela des ruses diverses ; de faire en sorte que les salariés deviennent les esclaves de leurs patrons qui auront le droit de vie ou de mort sur eux. La dictature fascistes à venir, à base de répression satellitaire secrète, sera pire que celle du 19ème siècle, époque où la bourgeoisie réactionnaire ne disposait pas du Mind Control.

Comme, il n’est bien entendu pas possible de présenter un tel programme au public, les fascistes concentrent leur tirs sur une délinquance ou un terrorisme qu’ils organisent eux-mêmes et dont ils sont les seuls à profiter. Tant que la vraie gauche n’aura pas été capable de dénoncer la mascarade terroriste destinée à promouvoir les arguments de l’extrême droite, elle n’aura aucune chance de devenir une force qui compte en France ou en Europe. Le cas grec a prouvé que même quand les électeurs votent à gauche, c’est une politique de droite qui est menée. Il n’est jamais question de faire payer les riches, ni de tolérer la moindre amélioration du sort du peuple. Tout cela ne cessera que le jour où la gauche aura le courage de dénoncer les hommes de l’Etat, terroristes et fascistes. Si rien n’est fait, la victoire des fascistes est certaine : sous forme de victoire de l’extrême droite ou de nazification des partis « démocratiques ».

La gauche est devenue très faible depuis qu’elle a rejeté le marxisme dans les poubelles de la pensée, alors même que Marx constituait le cœur de l’idéologie gauchiste. Sans Marx, le surmoi de l’Occident s’est déplacé à l’extrême droite du côté de chez Hitler. Mein Kampf a remplacé le Capital dans l’inconscient collectif occidental. Au Grand Soir comme objectif final a succédé le rêve d’une nouvelle Shoah. Les nouveaux philosophes se sont crus très malins en détruisant le marxisme ; ils ont juste réussi à remettre à la mode les pires fantasmes exterminateurs. Ils ont permis un retour au 19ème siècle pour ne pas dire au Moyen-Age. A la lutte des classes, qui profitait à presque tout le monde, ils ont substitué la guerre des races et civilisations qui ne  profite à personne et n’amène que la dictature et la guerre. Ils ont échangé une idéologie du progrès contre des théories de la régression, de l’oppression et de l’apocalypse. Il est inutile de dire que si la vraie gauche intellectuelle ne se réveille pas, le pire sera sûr. Une vraie gauche démocratique, antiraciste, sociale et luttant contre l’islamophobie, l’antisémitisme, le nationalisme et le fascisme. Une vraie gauche qui ne collabore pas avec la répression secrète mais la dénonce. Une vraie gauche qui ne cautionne pas le racisme islamophobe mais au contraire le combat en priorité, sachant que c’est par là que commencera le recul du néonazisme. Une vraie gauche qui cesse de parler dans le vide et fasse des propositions concrètes visant à faire payer les riches, les banques, les grandes entreprises, visant à faire interdire les persécutions satellitaires contre les citoyens, visant à diminuer le temps de travail et augmenter les salaires, visant à taxer les profits boursiers et à combattre l’industrie nucléaire. Sans un retour de la lutte des classes, le monde se dirigera vers une catastrophe mondiale, économique et sociale, du type de celle de 1929, ce qui entraînera irrémédiablement le retour d’une forme ou d’une autre de nazisme, qui massacrera les Juifs, les Arabes, les Noirs et les gays, avant de mettre toute la population en esclavage, d’enfermer les dissidents dans des camps, de pratiquer la torture par satellite de manière systématique, de rétablir une forme de servage qui s’apparentera à ce qui se pratiquait au Moyen-Age ou dans l’Antiquité.

Pour éviter la catastrophe, il faut remettre à l’honneur le gauchisme intégral, tiersmondiste, antinationaliste, antibourgeois et antifasciste. La gauche mollassonne n’arrivera nulle part ; la gauche corrompue encore moins. En Allemagne, dans les années 20, la fausse gauche post spartakiste a préparé l’avènement du nazisme. C’est un peu ce que fait la fausse gauche actuelle. C’est la raison pour laquelle la démocratie ne pourra éviter une régénération de la gauche radicale, si elle veut éviter un retour de la barbarie nazie. Il faut donc que la collaboration avec le Mind Control, instrument surpuissant de la réaction bourgeoise profasciste cesse, et qu’enfin la vraie gauche combatte pour le respect des droits de l’homme, la liberté d’expression, la dignité humaine et le retour de la démocratie réelle, non soumise à la dictature des satellites de surveillance.

Depuis la mise en place du Mind Control en France dans les années 80, nous ne sommes plus en démocratie. Les chiens de garde surveillent et persécutent tous ceux qui représentent un danger pour leur complot ; de nombreux intellectuels parmi les plus virulents sont décédés dans des conditions atroces : maladies, suicides, démence, le tout provoqué par les satellites de surveillance. La répression secrète a écrasé la vraie gauche au point où il n’existe aujourd’hui plus personne pour s’opposer à la dérive fasciste qui frappe la planète. Il est inutile de dire que si le Mind Control n’est pas dénoncé, les fascistes prendront rapidement le pouvoir en Europe d’abord et aux Etats-Unis ensuite.

On en peut que constater que la totalité de l’information télévisée ne profite qu’aux fascistes. Tout ce qui a rapport à la lutte de classes est gommé et il ne reste que des reportages sur la vie quotidienne des gens ou de la propagande crypto-nazie, à base de xénophobie ou d’islamophobie. Chaque jour, une nouvelle information d’inspiration xénophobe est mise en évidence : bikini à Reims, foulard à Creil, Saoudiens à Vallauris, migrants à Calais ou Vintimille, Daesh en Syrie ou Irak, Boko Haram au Nigéria, Talibans en Afghanistan,  Aqmi dans le Sahara. Toute l’information est à base d’islamophobie coloniale et donc de racisme. L’islamophobie étant le seul racisme autorisé, les fascistes se jettent sur cette faille du système pénal pour inonder l’information de leur discours haineux et contagieux. Limiter la possibilité de propagande pour les islamophobes pourrait être aussi judicieux que de prohiber le discours raciste, antisémite, homophobe et autres. Il n’est pas normal que les racistes puissent développer un discours criminel sous couvert d’une lutte anticléricale qu’ils ont d’ailleurs toujours refusée. Ce que haïssent les racistes derrière l’islam, ce sont les musulmans et notamment les Arabes et les Noirs. Si l’islam était la religion des Allemands ou des Belges, il y aurait beaucoup moins d’islamophobes dans le monde…

La passivité de la gauche face au Mind Control provient du fait que les gauchistes pensent que tout cet appareil répressif est réservé aux terroristes ou aux musulmans, alors même qu’en réalité c’est la gauche et la démocratie qui sont visées. La stratégie des fascistes consiste à ignorer leurs ennemis politiques gauchistes, pour déverser leur haine contre les étrangers et les minorités, notamment musulmanes. Leur plan est de faire tourner toute leur propagande autour de la question islamique, et d’accuser tout ce qui s’oppose au fascisme de complicité avec les musulmans, alors que ces derniers sont très faibles, ne représentent aucun danger,  et n’ont pas la capacité de résister au fascisme islamophobe. Les fascistes mettent en évidence un « danger » factice, pour mieux s’infiltrer dans tous les milieux et apparaître comme des sauveurs, face à un péril qu’ils savent imaginaire. En inventant un ennemi faible créé de toutes pièces, ils peuvent mobiliser la société dans une grande campagne raciste dont ils sont les leaders, et ensuite faire oublier les atrocités commises par leurs ancêtres politiques tout au long de l’histoire, en commençant par les croisades, l’Inquisition, les massacres d’Amérindiens dans le Nouveau Monde, l’esclavage raciste, l’exploitation capitaliste des prolétaires, le massacre de la Commune de Paris, les atrocités coloniales, et finalement, le point d’orgue de toutes les atrocités fascistes, le nazisme et son âme damnée le pétainisme qui nous dirige encore aujourd’hui.

Les fascistes ont pris le contrôle des médias dans les années 80 et depuis, la situation des citoyens de cesse de se détériorer. L’emploi précaire s’est généralisé, le harcèlement est la nouvelle forme de gestion du personnel, le racisme notamment islamophobe est redevenu à la mode, les salaires sont bloqués pendant que les revenus financiers explosent,  le chômage devient un mode de vie, les petits revenus diminuent pendant que les très gros augmentent, les riches se retrouvent légalement exonérés d’impôts quand ils savent s’arranger alors que les usagers payent leur factures de plus en plus cher. L’ascenseur social est en panne ; la méritocratie n’existe plus ; la gauche semble se consacrer à la création de l’islamophobie et au combat pour le mariage homosexuel, au lieu de tenter de réduire les inégalités. Une sorte de poujadisme sournois s’infiltre dans toute la société. Les FN dépasse les 25% lors de la plupart des élections, en raison notamment de la propagande acharnée que lui font les médias. La bourgeoisie a gagné le combat dans tous les domaines : elle a le pouvoir, l’argent et a réduit le peuple à une situation proche de l’esclavage. Elle fait taire tout dissidence et encourage le néofascisme comme au bon vieux temps des années 20 et 30. Face à elle, la vraie gauche se distingue par une incroyable nullité, ne sachant jamais quoi dire ni quoi faire. Il faut espérer que cette situation change avant que nous nous retrouvions dans une situation proche de celle du Moyen-Age. Les fascistes sont à nos portes, les bourgeois dirigent nos cerveaux, les chiens de garde se rient de nous, la résistance est pour l’instant au point mort. La situation est grave mais personne semble n’en avoir pris conscience.

L’islamophobie, succédané d’antisémitisme, est le produit d’appel des néo-nazis. Les fascistes ne peuvent plus s’en prendre ouvertement aux juifs, ceux-ci disposant de moyens de rétorsion non négligeables ; ils attaquent donc les musulmans, qui sont pour eux une sorte de synthèse entre Juifs et Noirs : d’une part les musulmans sont pour la plupart d’origine afro-asiatique et d’autre part ils pratiquent une religion non chrétienne, ce qui les apparente aux Juifs. De plus, ils ont un niveau d’organisation très faible et peuvent donc se faire diffamer par les médias pendant des années sans mettre en place une réaction quelconque. La faiblesse organisationnelle des musulmans et leur nombre important en Europe permet de les désigner comme boucs émissaires sans prendre, pour l’instant, le moindre risque. Les attaques systématiques contre les musulmans, désignés par les vocables « islamiste », « djihadiste », « salafiste » ou autre, sont en réalité le prolongement d’un esprit colonial du type de celui de Jules Ferry et illustrent même, dans certains cas, une idéologie croisée, telle qu’on a pu la connaître au Moyen-Age. Ces attaques islamophobes font le jeu de l’extrême droite, en France et dans le reste du monde. Les défaites répétées du PS en France proviennent bien sûr de ses échecs économiques, mais plus encore de la propagande islamophobe pétainiste qui accompagne ce parti dès qu’il prend le pouvoir, propagande qui ne nuit pas à l’UMP-LR mais au contraire à la gauche dans son ensemble et au PS en particulier. Les voix gagnées par le FN proviennent en grande partie de la gauche et du PS. L’islamophobie et le racisme deviennent le socialisme des manipulés. Pour le PS, continuer les campagnes islamophobes permanentes dans les médias conduira inévitablement à se faire éliminer dès le premier tout lors de toutes les élections présidentielles, comme ça a été le cas pour Lionel Jospin en 2002. Pour le PS, organiser l’islamophobie dans les médias revient à se tirer une balle dans la tête et à planifier sa disparition politique. Les partis de gauche qui veulent survivre se doivent d’être antiracistes et, le racisme actuel qui sert de viatique aux nazisme international, c’est bien l’islamophobie, même si derrière cette islamophobie se cache presque toujours un antisémitisme exterminateur d’inspiration nazie.

Le PS semble ne pas avoir guéri de sa propension au colonialisme et au racisme. Aujourd’hui encore, les forces coloniales persécutent les musulmans de RCA et mettent en place dans ce pays comme dans le reste de l’Afrique francophone, une dictature de type néo-colonial destiné à empêcher tout développement économique dans le continent. Empêcher l’Afrique de se développer, réduire l’influence chinoise, diviser pour régner, détruire les régimes progressistes tel celui de Kadhafi, voila un peu la feuille de route du fascisme colonial en Afrique, fascisme qui prévaut quelque soit le parti dirigeant en France, mais qui se déchaîne dès que les pétainistes sont au pouvoir. Dans les années 90 par exemple, le Rwanda et l’Algérie ont été de bons exemples de moi profond du pétainisme prétendu socialiste.

Beaucoup pensent que pour progresser politiquement, il faudrait fonder un nouveau parti socialiste, anticolonialiste, anti-pétainiste et pro-salarié. On remarque que le PS actuel ne fait absolument rien pour les salariés et tout pour les patrons ; qu’il développe un racisme islamophobe de type néo-nazi au lieu de renforcer le véritable antiracisme ; qu’il conduit une politique néocoloniale à base de guerre civile et d’appui (provisoire) aux dictateurs du tiers monde, au lieu de suivre une véritable politique de coopération et de développement.

A l’extrême gauche, on constate que les diverses formations n’arrivent pas à se regrouper et ne peuvent donc pas peser sur le débat politique. De plus la position de plusieurs de ces partis d’extrême gauche semble proche de celle du colonialisme socialiste, approuvant notamment l’intervention au Mali et ne dénonçant pas l’action des socialistes en Syrie et notamment l’organisation d’une guerre civile sans vainqueurs ni vaincus dans ce pays, dans le but de le détruire totalement.

Depuis la chute de l’Empire soviétique, la position du PCF sur la question néocoloniale, n’est pas claire : l’action de l’Etat français aux mains des fascistes n’est jamais dénoncée, alors même que la critique du néocolonialisme fait partie du fond de commerce de base des partis de gauche. Sans attaques virulentes contre la politique coloniale suivie par l’Etat français, les gauchistes auront très peu de chance de percer un jour sur la scène politique française.

De plus, tous ces partis communistes, écologistes et gauchistes n’arrivent pas à s’unifier : à chaque élection ils présentent 3 ou 4 candidats, qui font chacun aux alentours de 5%, ce qui les rend inaudibles et permet un écrasement toujours plus profond des classes populaires et moyennes par la bourgeoisie rapace qui dirige la France et le monde. Le FDG, dirigé par Jean-Luc Mélenchon a atteint les 11% en 2012, mais il semble que ce soit l’exception qui confirme la règle.

Tout observateur impartial ne peut que constater que la seule solution pour que les communistes et les gauchistes reprennent une certaine influence en France, c’est d’organiser leur unification de manière très large au sein d’un front regroupant le PCF, le NPA, EELV, le PG, ND, LO et tous les groupuscules de gauche présent sur la scène politique française. Tous ensemble ces partis peuvent dépasser les 15%, ce qui permettrait de négocier avec le PS et d’obtenir quelques avancées pour les travailleurs, les chômeurs, les retraités, les classes populaires et moyennes en général.

Pour l’instant, dans le cadre des élections régionales, on constate que dans plusieurs régions, il y a déjà 3 listes écologistes ou d’extrême gauche…

Fascistes

La puissance des fascistes provient du Mind Control, la répression secrète qui permet de harceler secrètement les internautes, les journalistes, les politiques. Les délinquants fascistes du Mind Control bénéficient de l’impunité la plus totale pour leurs crimes, meurtres, viols, espionnage, harcèlement, un peu comme s’ils avaient déjà pris secrètement le pouvoir. Cette impunité dont jouissent les nazis du Mind Control, s’apparente à une sorte de coup d’Etat fasciste secret. Ces cyber-nazis peuvent transformer la scène politico-culturelle à leur image : ils réhabilitent discrètement le nazisme, ils organisent une propagande raciste islamophobe d’inspiration exterminatrice, ils surveillent tous les dirigeants politiques et veillent à faire exclure tous les vrais antifascistes de la vie publique, ils favorisent les corrompus et les incapables pour mieux ensuite apparaître comme les chevaliers blancs de la politique, alors qu’ils constituent en réalité la partie la plus totalement nuisible de cette activité.

Les fascistes du Mind Control, proches de Hitler, de Mussolini ou de Pétain, surveillent illégalement l’ensemble de la société. Ces nazis du MC sont des gens extrêmement jaloux et haineux ; tous les Français peuvent être victimes de ces monstres, qui semblent être des caricatures de fascistes telles qu’on les voit dans les films. Ces fascistes ignares haïssent les cadres et les techniciens, car ils sont des déchets de la société incultes, des gens qu’aucune entreprise ne voudrait embaucher tellement ils sont caractériels, des gens qui représentent une catégorie inférieure à celle des immigrés ou des délinquants. Ces gens, ce sont les fascistes, le danger suprême pour la société française. Si ces déchets sociétaux ne sont pas combattus maintenant, les classes moyennes et cultivées risquent de connaître un véritable enfer dans les années à venir.

Déjà, les fascistes surveillent toutes les grandes entreprises, harcelant les cadres au travail et à domicile, dans le silence complice des syndicats dont tous les dirigeants sont sous contrôle et travaillent comme collabos du Mind Control. Dans ces entreprises, les fascistes harcèlent non seulement les employés, mais aussi les dirigeants ainsi que la concurrence. Progressivement, les fascistes se font embaucher de force dans les entreprises qu’ils surveillent, après avoir fait licencier les vrais salariés qui eux faisaient leur travail. Ces fascistes incrustés constituent un véritable boulet pour l’économie française. La stupidité de ces nazis obère fortement l’efficacité des entreprises française, ce qui conduit à une stagnation économique depuis plus de 10 ans. Dans le reste du monde aussi, la pieuvre fascistes s’agrippe à l’économie et finit par la détruire complètement. Tant que la société civile n’aura pas dénoncé l’hydre nazie du Mind Control qui opprime secrètement la société, la vie des citoyens continuera d’être un enfer, surtout lorsqu’on sait que la surveillance du MC s’exerce aussi au domicile des salariés et pas seulement dans les entreprises.

Les nazis du Mind Control ne se contentent pas d’espionner et de harceler : souvent ils torturent et ils tuent, provoquant cancers et crises cardiaques par utilisation d’ondes électromagnétiques appropriées diffusées par satellite. Si les Français continuent d’ignorer la question de la terreur fasciste du Mind Control, alors ils faudra qu’ils s’attendent au pire pour eux et leurs familles ; chacun comprend que les abrutis fascistes sont des gens d’une jalousie de psychopathe, qu’ils sont capables de tout, et qu’il faut les arrêter par tous les moyens pendant qu’il en est encore temps. Tant que ces comploteurs nazis du Mind Control n’auront pas été mis hors d’état de nuire, la démocratie ou ce qu’il en reste sera gravement menacée et les citoyens finiront par devenir les esclaves des hommes de l’Etat.

Le problème avec les fascistes, c’est qu’ils se croient tout permis ; ils sont au dessus des lois. Alors que pour un simple citoyen le moindre oubli fiscal ou excès de vitesse est sévèrement puni, eux, les fascistes tuent, violent, espionnent impunément, justifiant leurs crimes en alléguant des nécessités de la lutte contre un terrorisme qu’ils sont créé eux-mêmes. Comme il faut lutte contre la terreur, alors on supprime les libertés des citoyens, on les agresse à domicile, on les fait virer de leur boulot, on les fait divorcer, on les espionne sans vergogne. Les citoyens sont donc doublement victimes de la terreur fasciste : d’une part, il doivent courir le risque d’exploser lors d’un attentat, et d’autre part, ils perdent progressivement tous leurs droits : droit à la vie privée et droit aux libertés individuelles notamment, sachant qu’ils avaient déjà perdu le droit au travail depuis longtemps. Les fascistes ne sont pas le remède aux problèmes des Français : ils en sont la cause. Ce sont leurs services qui organisent les attentats terroristes, qui favorisent la délinquance, qui appuient les politiciens les plus pourris pour discréditer la démocratie. Ce sont eux qui ont l’intention non seulement de déporter et massacrer Juifs, Arabes, Noirs et Gitan, mais aussi d’écraser les franco-français, en les mettant sous surveillance, en leur appliquant la torture systématique, en supprimant tous leurs droits, en les réduisant à une sorte d’esclavage moderne. La démocratie est en danger : c’est aujourd’hui qu’il faut réagir et non quand il sera trop tard.

La stratégie des fascistes consiste à jouer les innocents : non ils n’ont pas l’intention d’exterminer les Juifs et les Arabes, non ils ne désirent pas mettre tous les Français sous surveillance, non ils ne veulent pas rétablir la torture généralisée en France. Et pourtant, tous ces faits existent déjà : Arabes et Juifs sont surveillés, bien qu’il existe de nombreux collabos dans les deux communautés, des milliers d’Arabes, de Noirs et autres sont assassinés chaque année par les satellites de surveillance aux mains des fascistes, des plans d’extermination sont étudiés secrètement par des autorités administratives au mépris de toutes les lois, l’information est entièrement contrôlée et manipulée par le Mind Control, les journalistes sont soumis à une surveillance permanente, sous prétexte des les protéger contre une menace terroriste qui vient elle aussi des fascistes. Les citoyens ont perdu tous leurs droits ; beaucoup s’en doutent et personne ne peut rien faire contre une menace fascistes cachée, contre un ennemi sans visage, contre les criminels de l’ombre, qui sévissent dans le plus grand secret, bénéficiant d’une impunité presque totale, sauf bien sûr lorsque ces forces de l’ombre se battent entre elles pour le contrôle du cheptel.

En réalité, les fascistes ont bien l’intention de supprimer tous les droits des citoyens mais ils ne peuvent pas le dire pour l’instant, de peur de provoquer une réaction de la société. Ils feignent donc d’être de braves démocrates, des amoureux de la République, des champions de la laïcité, alors qu’en fait ils ne cherchent qu’à tromper les gens pour se faire élire et ensuite écraser les citoyens et leur ôter la possibilité de se libérer de leur future dictature. Comme Big Brother, les fascistes disent exactement le contraire de ce qu’ils pensent : ils sont contre la démocratie, contre les droits des travailleurs, contre toute forme de liberté et ne cherchent qu’à instaurer un régime fasciste d’inspiration pétainiste, qui se comportera comme le régime de Franco au mieux ou comme celui d’Hitler au pire.

Les fascistes ne parlent pas franchement parce qu’ils ne le peuvent pas sans ruiner leur fond de commerce. Déjà les nazis, dans les années 30, pratiquaient le mensonge éhonté : ils prétendaient défendre la paix et la liberté, alors qu’ils faisaient en réalité le contraire, ils prétendaient que c’était les juifs qui avaient provoqué la guerre alors qu’en fait ils avaient planifié la guerre mondiale depuis des années. Croire les fascistes est une erreur fatale, qui provoque le plus souvent la mort de millions de personnes. Les fascistes sont des menteurs, des escrocs politiques, des voleurs et des violeurs. Leur plaisir dans la vie c’est d’opprimer et de tuer ; ces gens, qui n’ont le plus souvent aucune qualité particulière veulent dominer leurs congénères, utilisant pour cela la ruse et la force brutale. Ces déchets de la société, bêtes, méchants et malhonnêtes, prétendent diriger des gens qui valent 100 fois mieux qu’eux. Les fascistes sont des amis qui nous veulent du mal ; ce sont des nuisibles qui ne perpètrent leurs méfaits que lorsqu’ils sont assurés de l’impunité. Pour pouvoir bénéficier de l’impunité il faut qu’ils créent le chaos, comme ils le font avec les attentats terroristes qui leur permettent de décréter un état d’urgence permanent dont ils sont les seuls à profiter.

Face au complot fasciste, la réaction de la société civile est très faible : plus personne ne dénonce les fascistes, ni ne soupçonne que le terrorisme est issu des rangs de l’extrême droite et non de celui des musulmans. Personne ne soupçonne que les crises économiques sont provoquées par les fascistes qui sont les seuls à en profiter. Personne ne dénonce le Mind Control, cette répression secrète qui vise tout le monde et notamment les internautes et qui ne  profite qu’aux éléments les plus réactionnaires de la société.

La France comme le reste du monde est en passe de sombrer dans le totalitarisme et personne ne semble s’en inquiéter, alors même que la dernière vague fasciste a ravagé l’Europe il y a moins de 100 ans. Il faut vraiment que les intellectuels, collabos pour la plupart, se réveillent et dénonce l’hydre néo-nazie avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, ils feront partie des premières victimes du fascisme, les nazis haïssant les intellectuels même de droite, la capacité de raisonnement de ceux-ci mettant en exergue la stupidité de ceux-là.

Il faut écraser les fascistes avant que ce ne soient eux qui nous écrasent. Il faut dénoncer leur arme suprême, la répression par satellite, qu’ils utilisent contre les civils au mépris de toute la législation fondatrice des systèmes démocratiques. D’ores et déjà, ces nazis espionnent les internautes par satellite, tentent de les empêcher de s’exprimer, les harcèlent nuit et jour, toujours par satellite, sans que personne ne considère nécessaire de protester.

Une autre tactique des fascistes consiste à diviser pour régner : ils opposent les communautés les unes aux autres, ils désignent certains groupes comme boucs émissaires pour mieux masquer leurs propres crimes, et ensuite ils n’ont plus qu’à profiter de leur propagande pour prendre le pouvoir et le garder. Ils ont pour méthode de faire dégénérer les lutte sociales en luttes ethniques et de transformer la lutte des classes en guerre des races, alors même que les fascistes blancs ne font rien pour aider les autres blancs et n’ont d’autre objectif que de les réduire à une sorte d’esclavage moderne, à base de précarité, de surveillance satellitaire permanente, de harcèlement secret. Les fascistes ne défendent pas les Français de souche ou les blancs, comme ils veulent le faire croire : ils les trompent sciemment pour prendre le pouvoir et ensuite leur faire subir une « discipline » très dure où ils seront réduits à l’état animal. Seuls ceux qui connaissent vraiment les fascistes savent quels sont les buts finaux de ces gens. Ils savent qu’ils veulent tout le pouvoir et qu’ils ont bien l’intention d’en abuser dès qu’il l’auront obtenu. Pour eux, les agressions contre les minorités servent à faire croire qu’ils veulent le bien de la majorité alors qu’en réalité, partout où les fascistes dirigent, le peuple est écrasé et perd à la fois sa liberté, sa dignité et sa prospérité. Quand le fascisme distribue des miettes aux classes populaires, c’est parce qu’ils se sent menacé de l’extérieur. Le but ultime des forces totalitaires est de supprimer toute autonomie pour les citoyens. Le but est de faire en sorte que ces citoyens deviennent des esclaves ou même des animaux domestiques qu’on utilise en cas de besoin. La domination totale des humains devient possible par l’utilisation d’ondes électromagnétiques diffusées par satellite, ondes qui peuvent réveiller ou endormir, calmer ou énerver, diriger la conduite des ciblés de manière très précises, pousser au crime ou au suicide, provoquer des disputes ou des bagarres. Les ondes du Diable peuvent tout ou presque et ces ondes sont entre les mains de divers services fascistes qui les utilisent pour mettre l’extrême droit totalitaire au pouvoir partout, et ce dans l’indifférence générale de ceux(très nombreux)  qui savent, journalistes, politiques, policiers, militaires, hauts fonctionnaires et autres, tous ces gens qui croient qu’il vont profiter du Mind Control, alors qu’en réalité ce système risque de leur causer de très graves ennuis.

Le Mind Control est aux mains des bourgeois fascistes, et notamment entre celles de vieux hiérarques haineux et stupides qui dirigent la société de manière indue et occulte alors qu’ils ne valent pratiquement rien et que seule notre inertie leur permet de nous dominer.

Il faut arracher les mannettes des mains des fascistes, pour que la société puisse respirer de nouveau. Quand les vieux nazis torturent par satellite, il faut immédiatement qu’ils soient arrêtés et conduits en prison ou en hôpital psychiatrique. Il ne faut plus que ces médiocres psychopathes continuent de menacer la société civile qui doit se défendre maintenant contre ces monstres sous peine de devoir subir la tyrannie des ordures nazies pendant des générations.

Les vieux déchets fascistes qui s’incrustent chez les gens en utilisant les satellites du Mind Control doivent être éradiqués totalement. Face à la terreur fasciste, il faut répondre par une fermeté sans failles. Il faut mettre les délinquants nazis qui se croient au dessus des lois et de la société hors d’état de nuire. Sinon, la vie des génération futures sera un enfer.

Les fascistes semblent diriger les médias et la plupart des partis politiques. Toute l’information diffusée profite au nazisme : depuis 15 ans on nous parle de la jungle de Calais, et le problème n’est, comme par hasard, toujours pas résolu. Tout le monde comprend bien que la situation des migrants de cette ville ne profite qu’au FN qui a de bonnes chances de remporter les élections régionales de 2015 dans le Nord. Plus il y a de problèmes de migrants et plus les fascistes grimpent dans les sondages. Pour savoir qui sont les responsables d’un problème donné, il faut se demander à qui profite le crime…

Le meilleur moyen de résoudre la question des migrants de Calais serait d’envoyer ces gens en Grande-Bretagne où les autorités décideraient si elles leur accordent un titre de séjour où non. Empêcher ces migrants d’aller demander l’asile dans le pays qu’ils ont choisi et dont ils parlent la langue est une atteinte inadmissible aux droits de l’homme qui ne profite qu’aux fascistes français. On constate que toutes les situations qui semblent le fruit d’une incompétence totale des dirigeants politiques profitent toujours in fine aux fascistes. Migrants, crises économiques, terrorisme, tous ces problèmes « insolubles » ont en réalité pour objectif de faire progresser les fascistes dans l’opinion dans le but de leur permettre d’accéder au pouvoir le plus rapidement possible. Pour lutter contre le chômage, il suffirait de faire partir les gens à la retraite plus tôt au lieu d’allonger la durée de cotisation, ce qui maintient les vieux au travail et empêche les jeunes d’y accéder. De même, diverses mesures de réduction du temps de travail permettraient de faire reculer le chômage de manière massive. Une hausse des minima sociaux aurait pour conséquence un boom de la consommation et une relance de l’économie. La mise en place d’un salaire étudiant relancerait l’économie par la demande. Une hausse des impôts des riches permettrait de diminuer le déficit budgétaire  et même de générer un excédent ce qui permettrait de rembourser progressivement la dette tout en lançant de grands travaux d’infrastructure et en développant la recherche scientifique publique. Tout fonctionnerait mieux dans le cadre d’une politique économique keynésienne et colbertiste. Mais, une relance de l’économie obérerait fortement la croissance du fascisme en France. Quand tout va bien, personne ne veut plus voter pour des gens donc le seul l’objectif est la suppression des libertés acquises depuis des siècles. Pour que la fascisme monte, il faut d’abord que les gens souffrent…et pour que les gens souffrent, il faut saboter l’économie et créer un chaos qui allie la perte des libertés avec la désorganisation totale de la société.

Les fascistes se sont créé un nouveau bouc émissaire, les musulmans ; leur rôle est de remplacer les juifs en tant que fédérateurs involontaires du fascisme international : en organisant des attentats terroristes à intervalle régulier, les néo-fascistes peuvent limiter progressivement les libertés des citoyens, les habituer à se faire fouiller partout où ils vont, leur faire accepter la surveillance de déchets fascistes professionnels ou non. Le terrorisme ne profite qu’aux fascistes ; grâce aux crimes terroristes, les néo-nazis ont pris la direction de la société, développé un répression secrète qui ne profite qu’à eux, imposer une loi du silence sur les nouveaux instruments d’oppression tel le Mind Control, de manière à ce que les citoyens ne puissent se défendre contre une menace dont ils ignorent la nature réelle. Personne ne sait que les satellites filment à travers les murs, lisent dans les pensées, contrôlent les comportements. Personne ne peut donc protester. Ceux qui savent sont complices et évitent donc de se dénoncer eux-mêmes. Derrière tout ce dispositif de répression se cachent les fascistes, qui tentent de fédérer les élites, pour mieux les asservir par la suite. L’islamophobie est devenue la Terre Promise des néo-nazis : sous prétexte de combatte l’islamisme et le terrorisme, qu’ils organisent eux-mêmes il faut le rappeler, les hommes de l’Etat mettent toute la population sous surveillance et imposent le secret sur les méthodes antidémocratiques et criminelles qui sont utilisées contre les citoyens : des centaines de milliers de simples salariés, d’internautes, de citoyens sans histoires sont surveillés et harcelés secrètement par les nazis du Mind Control. Ces gens qui croient être victime de la fatalité sont en réalité la cible de psychopathes envieux qui leur pourrissent leurs vacances, qui les font licencier de leur emploi, qui les rendent malades ou infirmes, qui les font divorcer, qui les brouillent avec leurs amis, qui détruisent l’avenir de leurs enfants. Ces sales nazis hypocrites, vieux pour la plupart, haïssent les jeunes, les empêchent de vivre, fous d’une démence sénile qui ne pourra être traitée que dans des établissements spécialisés.

Les fascistes du Mind Control manipulent le monde politique : ils favorisent les plus corrompus, les plus racistes, les plus incompétents pour discréditer la démocratie. Le but est de dégoûter les gens de la liberté et de leur faire croire que tout irait mieux avec les nazis, alors que bien sûr, avec les fascistes la situation serait encore plus affreuse que celle qui prévaut aujourd’hui.

Les fascistes et leurs services de surveillance publics et privés, se donnent pour mission de détruire la gauche de l’intérieur en infiltrant en son sein des fascistes, en provoquant des disputes qui empêchent toute action constructive, en contrôlant les esprits pour y instiller les stratégies les plus ineptes possible de manière à rendre impossible tout espoir de victoire pour la vraie gauche.

Les fascistes tentent aussi de populariser le racisme en promouvant les minoritaires les plus corrompus possible dans la vie publique, de manière à provoquer un sentiment de rejet xénophobe de la part de la population. Les fascistes ont les moyens de tout calculer, de tout planifier ; ils disposent d’un outil d’une puissance pratiquement illimitée : le Mind Control. Garder le secret sur cette machine diabolique fait partie de la stratégie fondamentale du nazisme international. Si les vrais démocrates ne dénoncent pas cet instrument de répression satanique, alors le monde risque fort de connaître bientôt une nuit totalitaire qui pourra se prolonger pendant des siècles. Parfois, la loi du silence peut être considérée comme criminelle.

Les fascistes du Mind Control ont pour méthode de créer des problèmes et de prétendre ensuite les résoudre. Par exemple, pendant des années ils laissent la délinquance prospérer, et ensuite, ils se décident à agir, mais en ayant préalablement supprimé toutes les libertés des citoyens. Le Mind Control a tous les droits ; les citoyens plus aucun. Quand des intellectuels ou hommes politiques s’étonnent des méthodes du Mind Control, on leur répond que c’est pour combattre une délinquance que les fascistes du Mind Control organisent eux-mêmes depuis des années. La même méthode est utilisée avec le terrorisme : les services secrets créent des groupes qu’ils manipulent à distance et ensuite exigent des suppressions de libertés qui finissent par changer la nature même des régimes « démocratiques ».

Le secret rend les fascistes touts puissants et les protège contre toute action en Justice : puisque le Mind Control n’existe officiellement pas, personne ne peut dénoncer les crimes commis par ses agents, quelque soit l’horreur des atrocités commises par les fascistes. Tout cela aboutit à une dictature de fait, qui, logiquement, favorise l’extrême droite, tel le FN en France ses équivalents dans les autres  pays. Progressivement les fascistes imposent leur logique et l’illustrent par des crimes qu’ils organisent eux-mêmes pour manipuler l’opinion. On constate que l’action des terroristes ne profite qu’aux fascistes. Après chaque attentat on renforce les moyens des forces de sécurité et on diminue les libertés des citoyens qui ne protestent pas, ne sachant pas que la terreur vient des services qui sont supposés les protéger.

La seule solution pour mettre un terme à ce complot fasciste qui menace nos société est que les intellectuels et journalistes se mettent enfin à faire leur travail, ce qu’ils ne veulent visiblement pas faire, pour ne pas être eux-mêmes agressés par le Mind Control. La lâcheté de nos élites risque de mettre en cause les fondements mêmes de nos démocratie. Ces gens qui se taisent sont aussi coupables que les fascistes qui nuisent dans l’ombre. L’omerta sur la répression secrète est criminelle et aboutira à la guerre mondiale et la dictature.

 

Intellectuels

 

Les intellectuels ne font plus leur travail depuis longtemps. Ils collaborent avec le Mind Control, ne comprennent pas l’imminence du péril totalitaire, popularisent les idées de l’extrême droite sans même comprendre que ce sont eux qui sont visés par leur propres propos.

Quand Alain Finkelkraut, Eric Zemmour et Elisabeth Lévy font de la propagande islamophobe, ils ne se doutent pas que leurs textes pourraient être utilisés contre eux, en remplaçant simplement les mots « islamiste » et « salafiste » par « sioniste »  ou « ultraorthodoxe ». La technique qui consiste à organiser des attentats pour en faire accuser les musulmans pourraient aussi être appliquée contre les juifs. Les accusations de communautarisme pourraient se retourner très facilement contre les juifs. De nombreux intellectuels juifs tirent contre leur camp en dénonçant les musulmans qui ont protégé le judaïsme pendant des siècles. Alors que les racistes d’extrême droite dénoncent le statut de « dhimmi’, eux sont les héritiers des bûchers de l’Inquisition et des massacres systématiques de musulmans. Ceux qui dénoncent la violence supposée du Coran, n’ont jamais lu la Bible. Ils ont aussi oublié les bulles papales qui condamnaient juifs, musulmans, protestants et hérétiques à mort. Tout se passe comme si les néo-nazis avaient pris le contrôle du mental des intellectuels juifs et les utilisaient pour leur propre compte en les poussant à défendre leurs ennemis héréditaires.

Le vrai problème des intellectuels actuels, c’est qu’ils sont devenus des collabos du système, un peu comme ceux des pays de l’Est à l’époque soviétique. Ils n’ont pas compris que c’est aujourd’hui qu’il faut combattre le fascisme et non quand il sera trop tard. Ils n’ont pas compris que le Mind Control satellitaire est une plaie pour toute la société. Ils n’ont pas compris qu’ils sont devenus des pantins de leurs pires ennemis. Ils n’ont pas compris que nous vivions actuellement un putsch fasciste secret. Ils n’ont pas compris que l’islamophobie était un succédané de l’antisémitisme et l’arme suprême du totalitarisme actuel. Ils n’ont pas compris qu’ils resteront dans l’Histoire comme des collabos minables qui ont livré le pays au fascisme.

Jean-François Kahn est l’exemple type du visionnaire myope, du destructeur de moulins à vent, de pigeon du fascisme le plus extrême. Kahn croit que le pire ennemi des juifs ce sont les musulmans, et notamment ceux qu’il appelle les islamistes, « islamiste » étant un nom de code pour parler des Arabes et des musulmans sans être inquiété par la Justice. JFK n’a jamais pu comprendre que sa propagande génocidaire ne profitait qu’au FN. Il n’ a jamais compris que sans sa loghorrée haineuse, le FN ne serait jamais arrivé si près du pouvoir.

Dans un article du monde daté du 27/10/2015, Kahn explique que pour vaincre le FN il faut parler comme lui ; qu’il ne faut pas lui laisser l’exclusivité de la notion de patriotisme. A la limite, il faudrait aussi lui enlever l’exclusivité du racisme et être plus raciste que lui !!! Ce que ne comprend pas Kahn, c’est que le public préfère généralement l’original à la copie. Que si le racisme antimusulman c’est bien, alors autant voter FN.

Pour Kahn, il ne faut pas laisser le patriotisme au FN. Pourtant, tout le monde sait bien que le « patriotisme » est une notion employée le plus souvent par les parties les plus réactionnaires de la société, par les ennemis les plus enragés du peuple, par des gens qui considèrent qu’il faut baisser les salaires et les charges pour enrichir les patrons, par des gens qui veulent supprimer toute liberté aux citoyens, par des gens qui adorent organiser des guerres, qu’ils dirigent bien planqués à l’arrière. Le patriotisme est une idéologie de bourgeois fascistes qui n’est plus populaire en France depuis la guerre de 14-18, qui n’a profité qu’aux riches salopards qui faisaient tirer sur les fuyards alors qu’eux ne prenaient aucun risque. Comme le nationalisme, le patriotisme c’est la guerre, c’est le mépris des autres, c’est la dictature. Le patriotisme ne peut se justifier qu’en cas d’occupation, et justement c’est dans ce cas que les fascistes ont cessé d’être patriotes et se sont mis à collaborer avec les nazis !!!

Il ne faut pas parler comme les fascistes pour s’emparer de leur idéologie mais au contraire les contredire point par point, de manière à démontrer l’inanité et la nocivité de leur pensée. N’oublions pas que les fascistes ne livrent jamais le fond de leur pensée. Quand ils parlent de patriotisme, c’est qu’ils se considèrent comme les maîtres de la patrie, et qu’ils exigent donc une obéissance absolue à la bourgeoisie totalitaire. Ils veulent que le peuple fasse des sacrifices pendant qu’eux mêmes se remplissent les poches en jouant les seigneurs. N’oublions pas que le véritable ennemi c’est l’ennemi intérieur, exploiteur et fasciste. L’ennemi qui regrette la liberté d’expression, le droit de vote, le salaire minimum. L’ennemi « nationaliste » qui rêve du retour à une époque ou les Français étaient les serfs de la classe dirigeante.

Kahn ne comprend pas que si le FN progresse tant, c’est parce qu’il monopolise les médias, qu’il est invité tous les jours depuis 2012 pour développer sa propagande nauséabonde, qu’il est appuyé par l’islamophobie généralisée dans les milieux intellectuels. Si le FN ne passait pas à la télé, il ne ferait pas 30%. C’est une évidence que nos grands intellectuels n’ont toujours pas appréhendé.

Normalement, l’écrasement du peuple par la Nomenklatura bourgeoise devrait se traduire par une poussée du gauchisme. Cette poussée est déviée vers l’extrême droite par la propagande islamophobe dont JFK est un des précurseurs. Pour combattre l’extrême droite et revivifier la gauche, il faut donc que la propagande islamophobe cesse totalement et qu’elle soit remplacée par une dialectique pro-islamique qui inclue les musulmans dans le mouvement social de libération au lieu de chercher à les exclure.

JFK voudrait nous faire croire que ce seraient les réacs qui seraient satanisés par la « bien-pensance ». En réalité les seuls à être diabolisés dans la société ce sont les musulmans. Les néo-fascistes ont été banalisés depuis longtemps. Ils ont d’ailleurs contaminé toute la société à commencer par les élites. Ces gens n’ont pu acquérir cette influence en France que grâce à un complot fasciste issu des rangs des partisans de l’Algérie française, dont les enfants sont actuellement dominants à gauche et à droite. Beaucoup de politiciens français sont des enfants de sympathisants de l’OAS. Il ne faut pas s’étonner dans ces conditions que l’islamophobie et le fascisme soient si puissants en France.

Kahn a été de ceux qui ont incité les Algériens à se massacrer entre eux, en prenant partie pour le régime de l’époque contre le GIA, alors même que cette guerre a été planifiée à distance par les vichystes français. Les massacres commis à l’époque ont été le fait d’agents coloniaux dirigés par satellite infiltrés de part et d’autre, ce que Kahn sait pertinemment mais qu’il garde bien de dire.  Il faut dire que Marianne, la revue qu’il a fondée est financée par des gens d’extrême droite et a toujours tenté de pousser la gauche dans les bras du FN. Marianne a fait beaucoup pour légitimer le FN. Le discours actuels de Marine Le Pen est très proche de celui tenu par Marianne depuis des années.

Quand on veut combattre le FN, on dénonce l’islamophobie et le néocolonialisme au lieu d’en faire la promotion. JFK n’arrive pas à comprendre que le meilleur carburant du néofascisme, c’est justement l’islamophobie qu’il développe depuis des décennies. C’est un peu lui qui a lepénisé la France, et il ose s’en prendre à la pensée unique qui est en réalité l’idéologie de la démocratie et qui a résisté à la contamination fasciste dont lui était la cause (avec quelques autres).

Kahn traite Dieudonné de raciste anti-blanc alors que celui-ci est fils de blanche, père de blancs et conjoint de blanche. Les erreurs de Dieudonné ont été provoqué par le Système qui l’a exclu des médias dés qu’il a dénoncé l’action des »américano-sionistes », avant même qu’il n’ait commis la moindre provocation antisémite. L’oligarchie qui dirige la France est violemment négrophobe, Elle ne supporte pas qu’un Noir puisse penser par lui-même. Alors que Dieudonné dénonçait les excès de la politique du Likoud, la Caste s’est déchainée contre lui et l’a poussé dans les bras du FN, alors même que, bien sûr, ce parti défend des intérêts absolument contraires aux siens. Il aurait fallu intégrer Dieudonné à la gauche anti-Likoud au lieu de le pousser vers le fascisme xénophobe. Beaucoup d’intellectuels sont beaucoup plus antinoirs que Dieudonné n’est antijuif. Ce sont eux qui ont poussé Dieudonné dans l’antisémitisme, alors même que sa place était au sein du mouvement antiraciste.

N’oublions pas, la France est devenue un dictature où les satellites font taire tout ce qui gêne le fascisme. Les intellectuels sont sous l’influence de la pensée fasciste diffusée par les rayons électromagnétiques. Tout ce qui est de gauche est gêné au lieu d’être appuyé. Des voyous fascistes ou délinquants agressent les internautes jour et nuit. Les abrutis de la surveillance satellitaire tuent la pensée de gauche.

Ce que n’a pas compris Jean-François Kahn, c’est que le fascisme contemporain a deux mamelles : la répression du Mind Control d’une part et l’islamophobie d’autre part. Tant que ces deux problèmes n’auront pas été réglés, le nazisme continuera son chemin vers le pouvoir, et personne ne pourra l’arrêter. Le problème de gens comme Kahn est qu’ils allient une puissante capacité d’élocution avec une intelligence stratégique très moyenne. Ces intellectuels dotés de peu de discernement risquent de plonger la France dans le totalitarisme très rapidement s’ils ne sont pas contestés avec suffisamment de virulence. C’est à cause des analyses erronées de certains intellectuels que la France risque de sombrer dans le fascisme. Il ne faut plus respecter la loi du silence sur la répression secrète qui étouffe le monde. Il ne faut plus attaquer les musulmans et au contraire concentrer tous ses coups contre le fascisme. C’est toute la réaction française et internationale qui doit être combattue. Les fascistes sont tous heureux de l’islamophobie qu’ils ont développée dans le monde et qui ne profite qu’à eux. Il faut les contrer sur ce sujet et transformer l’islamophobie médiatique en islamophilie systématique. C’est la seule solution pour éviter le totalitarisme.

Parmi les meilleurs propagateurs du fascisme en Occident, les spécialistes du Proche-Orient et autres orientalistes, tels  Gilles Kepel, Frédéric Encel, Jean-Pierre Peroncel-Hugo ou Jean-Pierre Filiu. Par exemple, dans un article du Monde daté du 12 septembre 2015, Filiu signe un article contre l’intervention au sol en Syrie (ce qui est une bonne analyse) en présentant des arguments délirants, dignes de la logomachie d’un Etat totalitaire. Pour Filiu, comme pour la plupart des spécialistes de l’islam, Daesh est une sorte de Fantomas, de Spectre à la James Bond, une sorte d’organisation surpuissante qui comploterait contre notre brave démocratie occidentale, alors qu’en réalité, tout le monde s’en doute, Daesh n’est qu’un ramassis de mercenaires, au service de l’impérialisme, des gens qui ne tuent que des musulmans et se prétendent ensuite « salafistes ».

D’après Filiu, « Daesh ne nous combat pas pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes ». C’est dire si ces gens sont méchants… Sachant que Daesh n’est qu’un groupe de mercenaires payé par les mêmes qui payent Filiu, c’est à dire le néo-colonialisme et l’impérialisme, par le biais de services secrets, de fonds secrets, d’organismes intermédiaires. Filiu et derrière lui le néo-colonialisme, dénoncent le monstre qu’ils ont créé et qui est destiné à nuire à l’islam et à servir les intérêts coloniaux dans la région. La ruse des impérialistes est de créer des groupes terroristes et de prétendre ensuite être des recours contre ce qu’ils ont fabriqué eux-mêmes. Quand les analystes parlent de Daesh, il faut traduire par agents impérialistes. D’après Filiu, Mehdi Nemmouche ferait partie de Daesh ; c’est donc un mercenaire manipulé par les services secrets occidentaux, ayant pour but de diviser juifs et musulmans, de participer à l’occupation de la Syrie, à garder en otage des compatriotes dans le but de discréditer les vrais djihadistes qui combattent contre l’oppression un peu partout dans le monde. A notre époque, la plupart des djihadistes sont de faux djihadistes au service du colonialisme et de l’islamophobie, volontairement ou non ; les terroristes sont à presque 100% manipulés par les services secrets fascistes et la plupart des « prédicateurs » islamistes travaillent pour la police. Tous ces faux islamistes ont pour objectif de discréditer les vrais, de développer l’islamophobie en Occident, de permettre à l’impérialisme de voler les richesses du monde musulman. Ces faux djihadistes passent leur temps à détruire les monuments et vestiges archéologiques des musulmans, à violer les musulmanes qu’ils font passer pour yézidies ou autre, à massacrer les musulmans par milliers, en brûlant vivants certains, bien que cette pratique soit formellement interdite par l’islam. Le vrai nom de Daesh devrait être Mind Control, cet instrument satellitaires des services occidentaux qui donne des possibilités énormes à ceux qui le détiennent. D’après Filiu et les médias, les terroristes qui ont attaqué Charlie prendraient leurs ordres chez ceux présents en Syrie ou au Yémen, alors qu’en réalité ce sont les fascistes occidentaux qui dirigent les terroristes occidentaux, dans le but d’instaurer la dictature dans toute l’Europe.

Filiu  « explique » la « stratégie  » mise en œuvre par Daesh. D’après Filiu, Daesh pratiquerait le terrorisme en Occident pour « provoquer des représailles contre les musulmans d’Europe » !!! Donc, un groupe musulman voudrait nuire aux musulmans d’Europe pour favoriser la mise en place de dictature islamophobes sur le continent !!!!! Et tout ça pour faciliter le recrutement de mercenaires alors qu’il est très facile d’en trouver dans tous les pays pauvres et notamment dans des régions musulmanes pieuses où les gens se laissent facilement piéger. Daesh voudrait de plus faire bombarder les civils des pays musulmans, ce qui permettrait aux terroristes de  « décupler leur capacité de recrutement ». Tout ces attentats n’auraient donc comme objectif que la facilitation du recrutement de mercenaires ! On se demande comment des journaux réputés sérieux peuvent publier ce type de délire. Ce sont d’ailleurs les mêmes délires qu’on retrouve dans tous les médias, sans que personne ne fasse preuve du moindre esprit critique, comme si nous étions déjà en dictature.

En réalité, la stratégie de Daesh, c’est tout simplement celle de l’impérialisme fasciste et islamophobe. Il s’agit d’organiser des attentats qui favorisent la montée de l’extrême droite, qui fragilisent la démocratie, qui donnent des prétextes pour des bombardements racistes ou des interventions ayant pour but de, recoloniser les pays musulmans, les empêcher de se développer, piller leurs richesses (le pétrole et les vestiges syriens et irakiens par exemple). Daesh c’est le fascisme, c’est l’impérialisme, c’est la face cachée de l’Occident.

Il est amusant de constater que Jean-Pierre Filiu suit exactement la direction diplomatico-militaire du gouvernement français. Quand l’Etat français dénonce Assad, il fait de même ; et quand les dirigeants français s’en prennent à Daesh, il suit aussi, alors que quelques mois auparavant il faisait l’apologie des combattants islamistes des autres organisations opérant en Syrie. Alors que dans un pays démocratique les intellectuels, analystes et journalistes devraient contredire systématiquement le pouvoir en place, en Occident, ils ne sont plus que des propagandistes de la dictature à apparence démocratique, étant encore plus soumis que leurs homologues du tiers monde. En Turquie, quand il y a un attentat, l’opposition s’en prend au gouvernement. En Occident les opérations terroristes sont l’occasion d’une union sacrée fasciste et raciste qui se traduit généralement par la diminution des libertés et une forte régression sociale.Il faut vraiment qu’intellectuels et spécialistes comprennent que les seules personnes crédibles sont celles qui contredisent le pouvoir en place au lieu de ressasser la propagande officielle, qui est d’ailleurs de plus en plus ridicule à mesure que la dictature occidentale approfondit son pouvoir. Il faut que l’esprit critique se développe, si on veut un jour sortir de cet obscurantisme colonialo-fascsiste qu’on prétend nous imposer et qui nous mènera au totalitarisme intégral.

L’extrême droite est légitimée par des philosophes tel Alain Finkelkraut, qui, après être passé par le communisme, considère maintenant que le racisme ce n’est pas si mal, tant qu’il n’est pas visé lui-même bien sûr. La critique même de Finkelkraut est teintée de fascisme. Par exemple dans Libération daté du 21/10/2015, l’écrivain Marc Weitzmann dénonce de manière ambigüe les néo-réacs : il parle par exemple de « terrorisme islamique »  sans guillemets, sans même laisser entendre que ce terrorisme n’a d’islamique que le nom, qu’il est entièrement manipulé par le fascisme, qu’il a pour but de supprimer toutes les libertés et de renforcer l’extrême droite. Chaque fois qu’un journaliste ou écrivain parle de « terrorisme islamique », il légitime le FN et le nazisme international. Le terrorisme est la base du complot fasciste et personne parmi les intellectuel ne semble se douter ce fait pourtant évident. Weitzmann semble coupler terrorisme « islamique » et antisémitisme, alors qu’historiquement, ce sont les musulmans qui ont protégé les juifs des chrétiens pendant des siècles, à une époque où ils étaient pourchassés dans toute l’Europe. Ce fait historique connu de tous semble avoir été oublié par nos intellectuels actuels, qui finissent par considérer que le nazisme et l’Inquisition ne sont que des points de détails nécessaires.  L’islamophobie est devenue la grande idéologie des nouveaux fascistes. C’est par ce biais qu’ils espèrent supprimer la démocratie en Europe et restaurer une sorte de dictature nazie sur le continent. Si les cibles apparentes sont les musulmans, très faibles dans le monde, il suffit de lire entre les lignes pour comprendre que les véritables cibles sont les juifs, l’ennemi considéré comme ontologique et devenu très puissant après la victoire du communisme en Russie en 1917. Les musulmans sont l’ennemi imaginaire inventé par les fascistes pour masquer leur propre dangerosité. Pendant qu’ils peaufinent leur complot, ils dirigent l’attention du public sur des musulmans qui constituent le groupe religieux le plus faible d’Europe pour ne pas dire du monde. Quant au prétendu antisémitisme musulman, il n’est qu’une fiction inventée par les fascistes et les likoudistes, pour justifier leurs exactions contre l’islam. Alors que les croisés ont brûlé tous les juifs de la ville lorsqu’ils ont pris Jérusalem, les musulmans les ont autorisé à revenir lorsqu’ils sont reconquis la cité. Le catholicisme a toujours été antisémite, les juifs étant considérés par eux comme un peuple « déicide », alors même que ce sont les Romains qui ont tué Jésus et non les juifs. Quand Weitzmann prétend que des juifs se font tuer en France parce que juifs, on suppose qu’il fait allusion à l’affaire Halimi, sans même chercher à savoir qui manipulait le Gang des Barbares par satellite. Il semble que pour certains, l’antisémitisme se résume à l’action des Arabes et es Noirs, alors même que le véritable ennemi du judaïsme, ce sont les antisémites pro-israéliens, qui poussent Israël au crime d’une main, pour mieux le dénoncer de l’autre.

Pour Finkelkraut cité par Weitzmann, le judaïsme serait « destructeur d’idoles et négateur du sacré », alors même que la monothéisme n’est qu’une nouvelle forme de sacré, remplaçant l’antique paganisme. Pour Heidegger, Levinas et Finkelkraut cités par Weitzmann, le « monothéisme juif  » aurait préparé l’invention de la technique », alors qu’au contraire la science a surtout été développée par les païens de l’Antiquité, Babyloniens, Egyptiens et Grecs, pour l’essentiel. Bref, il semble donc que tous ces intellectuels de droite comme de gauche n’ont pas la capacité de dénoncer le fascisme qui monte en  Europe et qu’ils ne sachent que se ridiculiser en faisant comme si  nous vivions encore en démocratie, en développant une idéologie complètement déconnectée de la réalité, à la fois islamophobe et ennemie de la liberté, ignorant totalement les périls qui menacent la démocratie. Ces gens sont d’ailleurs tous des collabos de la répression secrète, semblant croire qu’ils ne seront jamais visés par le fascisme, ou qu’ils sont trop forts pour être menacés. Tous ce gens incapables d’appréhender les périls les plus évidents sont responsables de la fin de la démocratie. Tous ces gens qui se compromettent avec le nazisme au lieu de le dénoncer seront coupables des catastrophes à venir. Tous ces gens qui polémiquent entre eux mais sont d’accord sur l’essentiel, soit la collaboration avec le Mind Control, la lutte contre les classes populaires et l’islamophobie, représentent une honte pour la philosophie.

L’histoire retiendra que, comme leurs collègues des années 20, ces intellectuels n’ont pas pu empêcher la montée du fascisme. Non seulement ils n’ont servi à rien, mais en plus ils ont accéléré le processus de nazification de la société. Ces gens devraient comprendre qu’on ne peut pas débattre du nazisme sans parler d’ Auschwitz, pas parler des Soviétiques sans évoquer du Goulag, et pas philosopher sur la société actuelles sans mentionner le Mind Control, la base de tout le système. Il y a beaucoup d’imbéciles cultivés qui sont encore plus dangereux pour la démocratie que les brutes avinées qui servent de cyber-garde-chiourmes à la dictature. Ne pas dénoncer le crime quand il en est encore temps est déjà un crime. Les lâche qui ont refusé de faire cesser le scandale de la répression satellitaires devront être jugés comme tous ceux qui ont collaboré avec le stalinisme ou le nazisme. En politique comme en philosophie, tout est une question de timing : en pleine dictature du Mine Control, il n’est pas temps de discuter du sexe des anges. C’est plutôt le moment de dénoncer le complot fasciste avant qu’il ne soit trop tard.

Terrorisme

Le terrorisme est la base de la dictature actuelle. Comme à l’époque de la 3ème République,  quand des attentats anarchistes venaient justifier une répression implacable, les attaques « djihadistes » confortent les fascistes de tous les partis, causent des limitations de libertés individuelles, accentuent le racisme et l’islamophobie, justifient l’impérialisme. Le terrorisme vient des fascistes et profite aux fascistes.

Dans les attaques du Vendredi 13 ayant eu lieu à Paris, on a pu assister à un déchaînement de propagande fasciste dans les médias, avec, comme d’habitude, aucune voix discordante pour dénoncer le discours officiel. Ces terroristes « islamistes » semblent avoir le profil de petits délinquants ou de tenanciers de bars à prostituées, bref pas des gens qualifiés pour dénoncer la « débauche et la perversité ». Ces gens sont tout simplement des marionnettes du Mind Control, des gens manipulés par satellite, sans qu’ils ne soient des musulmans spécialement pratiquants. Ces attentats ont probablement été planifiés par divers services secrets pour nuire aux musulmans d’Europe et du monde et pour bloquer les arrivées de migrants syriens, catégorie particulièrement haïe par les fascistes islamophobes. Les attentats du Vendredi 13 sont la réponse des racistes internationaux à l’accueil des réfugiés musulmans par l’Allemagne.

Tous les journalistes qui dissertent à longueur de journée sur le terrorisme sont parfaitement informés de l’existence du Mind Control, cet instrument de répression par satellite qui permet de suivre les cibles 24h/24, de les manipuler à distance, de lire dans leur pensée, de manipuler leurs actes. Tous les témoins ont remarqué que les terroristes se comportaient comme des zombies, ce qui s’explique par le fait qu’ils étaient téléguidés par ondes électromagnétiques par certains services spécialisés dans l’élaboration et l’exécution d’attentats terroristes.

On remarque que, suite à ces attentats, personne n’a envisagé une seconde de démissionner, mais tout le monde s’est mis d’accord pour limiter une fois de plus les libertés des citoyens et donner plus de moyens à la répression. C’est une véritable économie du contre-terrorisme qui se met en place, ce qui permet aux fascistes de se créer des emplois pour eux-mêmes tout en surveillant et agressant les citoyens par satellite.

Toute la classe politique est informée sur la question du Mind Control mais, malheureusement, celle-ci ne semble pas décidée pour l’instant à défendre les libertés et les intérêts des citoyens. C’est à la société civile de se défendre contre le fascisme qui vient et qui s’installe, progressivement mais définitivement, dans les anciennes démocraties libérales.

Quand les fascistes parlent de radicalisation, ils ne parlent jamais de radicalisation nazie ou fasciste, mais toujours de radicalisation « islamiste », alors que les croyants pratiquants, la plupart du temps, ne s’occupent pas de politique et n’ont rien à voir avec le terrorisme. Les kamikazes, on le sait depuis le 11 septembre 2001, sont la plupart du temps des musulmans non pratiquants, et parfois de simples délinquants. Ce sont presque toujours des gens repérés par les autorités au titre de délinquant ou autre. C’est lors de leur mise sous surveillance qu’ils sont reprogrammés à distance par le Mind Control pour devenir des tueurs zombifiés.

Les médias ne parlent jamais des possibilités du Mind Control, car, si le public savait la puissance de cet instrument, il comprendrait tout de suite qui est le vrai responsable du terrorisme international (le fascisme) et pourquoi toute opposition de gauche a pratiquement disparu du monde développé.

Il est temps que les citoyens reprennent leur destin en main. Sinon c’est une dictature fasciste et technologique de la pire espèce qui les attend.

Hypocrisie

Ce qui caractérise le système actuel, c’est une hypocrisie qu’on avait jamais connu depuis la chute du système soviétique. Les médiacrates prétendent que nous vivons dans une démocratie libérale presque parfaite alors qu’en réalité la dictature néo-libérale à base de surveillance généralisée et de torture est pire que l’ex dictature communiste. Les médias font preuve d’une soumission totale à la répressions secrète qui dirige l’Occident. Partout on fait comme si les libertés publique étaient respectées. La plupart des journalistes et des élus sont des agents du Mind Control qui espionne et harcèlent les dissidents. Les internautes sont devenus la cible privilégiée de ces gens-là, les dictatures, même à apparence démocratique, haïssant tout particulièrement les esprits indépendants qui ont la possibilité de s’exprimer sans entraves. Le résultat est que la plupart des internautes actifs dissidents subissent une répression terrifiante : ils ne peuvent plus dormir, il perdent leur travail, ils sont attaqués par le neurophone, ils subissent des séances de torture et parfois, ils sont tués par les ondes de la mort. Leur famille aussi est visée, leurs parents, leurs enfants, leurs frères, leurs cousins, leurs amis doivent subir la vindicte des maîtres du système. Tout cela pourrait cesser si les médiacrates faisaient leur travail de préservation des libertés publiques. Malheureusement, c’est loin d’être le cas. Par exemple, dans le monde daté du 15 janvier 2016, Alain Frachon exige le respect des droits de l’homme….pour les pays musulmans. Par contre, la répression sauvage qui s’abat sur les prétendues démocraties ne l’intéresse pas !

Dans son article, Frachon fait la promotion des valeurs des lumières, alors même qu’il ne dit rien sur l’obscurantisme néo-libéral et fasciste qui accable la France. Pour les pontes du système, la lutte contre l’oppression n’est justifiée que si on remonte dans l’histoire ou qu’on s’éloigne géographiquement. Le fascisme du Mind Control qui nous concerne directement ne les intéresse pas. C’est logique dans la mesure où ces gens profitent de la dictature et qu’ils n’ont pas l’intention de scier la branche sur laquelle ils sont assis. C’est le fait que les journalistes ne font pas leur travail qui est la cause de la chute de la démocratie partout dans le monde. Défendre les lumières alors qu’on collabore avec la dictature, c’est tout de même un comble ! Il suffirait que les journalistes et les élus dénoncent le scandale de la répression du Mind Control pour qu’immédiatement, la situation s’améliore pour les centaines de milliers d’otages et pour tous ceux qui subissent indirectement l’oppression, sous forme de pauvreté ou de chômage. Il suffirait qu’un seul élu proteste, à l’assemblée nationale par exemple, pour que les droits des citoyens renaissent, partout dans le monde. Mais non, tous ces braves défenseurs des droits de l’homme préfèrent collaborer et condamner ainsi des centaines de millions de personnes à vivre dans la soumission et l’indignité. En France actuellement, il n’y a pas beaucoup de Jean Moulin, de Voltaire, de Sartre. Il n’y pas un seul défenseur réel des libertés et des droits de l’homme. Les associations telles Amnesty ou la LDH ne font que collaborer avec la dictature et refusent de défendre les victimes. Elle servent de caution pour les dictatures occidentales. Le meilleur moyen pour une dictature de se prolonger, c’est de feindre d’être une démocratie et de payer des prétendus défenseurs des droits de l’homme qui ne défendent que des cas mineurs et participent, au moins passivement,  à la persécution des vraies victimes du système, et qui renforcent donc le système au lieu de l’amender. La répression a tous les droits. les citoyens aucun.

Il y a en France de nombreuses associations antiracistes qui sont en réalité dirigées par des racistes ; de nombreux syndicats qui sont payés par les patrons ; de nombreux médias prétendus de gauche qui sont payés par les fonds secrets fascistes. Pour faire taire les gens, ils suffit de les payer. Après les antiracistes racistes, les gauchistes fascistes, les syndicalistes pro-capital, les musulmans islamophobes, on assiste à l’émergence des élus anti-élections, qui considèrent qu’on serait mieux dans une bonne dictature. Il est temps que la vraie gauche se réveille et se décide enfin à dénoncer la répression secrète au lieu d’attendre passivement de se retrouver dans des camps de concentration ou de se faire tuer par les satellites du Mind Control car, ne l’oublions pas, les fascistes ont la mémoire longue : ils puniront tous les anciens gauchistes dès qu’ils auront pris le pouvoir.

Dans le monde du 15/01/16, Alain Frachon fait la promotion du livre de l’israélien Strenger qui exige l’application des lumières au monde entier et prétend que ce seraient les musulmans les vrais ennemis de la démocratie.  En réalité, il faut avouer que l’un des pires Etats fascistes du monde est Israël, et que le nationalisme religieux du Likoud se révèle de plus en plus proche de l’idéologie nazie. Les notions d’espace vital, de guerre des civilisations, de nécessité de la cruauté sont communes à tous les fascismes. L’acharnement contre les civils « ennemis »‘ est typique de la barbarie nazie. Le likoudisme est un vrai fascisme et un danger pour l’ensemble de la planète et que fait l’Israélien Stenger, il dénonce les « djihadistes » au lieu de s’en prendre aux likoudistes. Ce n’est pas en faisant preuve de nationalisme et de racisme religieux qu’on fait progresser la démocratie dans le monde !

Alain Frachon fait dans cet article la promotion de l’esprit des lumières : esprit critique, aptitude à l’autocritique, remise en question de toute autorité constituée. Tout internaute qui suivrait les recommandation de Frachon serait condamné à subir les pires persécutions. Et Frachon ne viendrait pas le défendre. Il est tout de même incroyable que ceux qui collaborent le plus avec la dictature actuelle soient les même qui font l’éloge de la démocratie et de l’esprit critique ! Chacun sait bien que certains journalistes et élus attaquent physiquement les internautes qui les critiquent, utilisant pour cela les satellites de surveillance que la dictature met obligeamment à leur service pour persécuter les citoyens. Pour persécuter un internaute, il suffit de se connecter sur certains sites, d’entrer un mot de passe, et on tombera sur le malheureux surveillé, filmé 24h/24,  cible désarmée des insulteurs et tortionnaires du Mind Control. Les mêmes qui participent à la répression des internautes prétendent ensuite défendre la philosophie des lumières qu’en réalité ils discréditent. La fausse défense des valeurs démocratiques, lorsqu’elle est émise par des collaborateurs du système, représente en réalité une opération de destruction de ces valeurs. Les citoyens se disent que si ce sont ces gens qui défendent les valeurs de la démocratie, alors ce sont ces valeurs qu’il faut jeter à la poubelle pour améliorer le système. Les faux défenseurs des valeurs de la République nuisent plus à la République que ses détracteurs. Quand les tartuffes seront démasqués,  la démocratie pourra enfin renaître.

D’après Frachon, Strenger veut en finir avec le « politiquement correct », c’est à dire les valeurs de gauche basées sur l’anticolonialisme, l’antiracisme et la lutte pour toutes les libertés y compris religieuses alors qu’en réalité le retour du populisme et du faux fondamentalisme, sont dus à l’action du Mind Control, à la surveillance généralisée par satellite, à l’action des ventriloques satellitaires, à la torture à distance des dissidents, à la manipulation électromagnétique des émotions, à l’induction artificielle de raisonnements fascistes dans le cerveau des intellectuels. Le retour de la réaction est le produit d’une technologie secrète : le Mind Control et non du « politiquement correct ». D’ailleurs, de nombreux intellectuels de gauche ont probablement été assassinés par les satellites de surveillance, ne laissant la place qu’à ceux qui voulaient collaborer avec le fascisme. Strenger dénonce la trahison des idéaux des lumières par la gauche, alors que lui-même trahit ces idéaux en collaborant avec le Mind Control ! Tout ce qui est cité par les médias collabore avec la répression secrète. Tous les autres sont exclus de la vie intellectuelle. La meilleure ruse des fascistes consiste à feindre de défendre les valeurs démocratiques pour mieux les trahir et les discréditer. La dénonciation des « fondamentalismes religieux » a pour but principal de réhabiliter le nationalisme et donc le fascisme, ces deux notions étant liées. Déjà, ces pseudo patriotes lepénistes abrutis par l’alcool, harcèlent et persécutent impunément les internautes, sans que personne ne les arrête. Déjà ces gens ont investi toutes les plus hautes sphères de l’Etat. Déjà ces gens imposent leur haine fasciste à toute la classe politique.

Tous ces intellectuels qui prétendent défendre la démocratie sont des collaborateurs du Mind Control. Il faut que parmi eux, certains se lèvent et dénoncent le scandale. Il faut que ceux qui harcèlent les citoyens et les internautes soient jugés et condamnés. Il suffirait qu’un vrai philosophe se lève et dénonce la dictature secrète pour que toute la planète soit libérée. Tant que ce philosophe ne sera pas venu, la planète continuera à sombrer dans le totalitarisme.

 

Une réponse à “La conspiration néo-fasciste”

Laisser un commentaire

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965