8 février 2016

Solidarité : la base du succès

Classé dans : Gauche — mindcontrolfrance @ 10 h 25 min

 

On constate que la vraie gauche ne fait preuve d’aucune solidarité avec les victimes du Mind Control. Alors que ces gens sont persécutés par satellite pendant des années, les associations de défense de droits de l’homme, les syndicats, les partis politiques, n’apportent aucun appui à ces victimes, alors qu’elles sont pour la plupart parfaitement innocentes. La vraie gauche croit qu’elle peut faire l’impasse sur le soutien aux ciblés et continuer ses activités comme si de rien d’était. Sans lutte contre le Mind Control, sans défense des dizaines de milliers de personnes victimes des agressions satellitaires, la gauche disparaîtra totalement de la scène politique et avec elle la démocratie. La montée du fascisme en Occident s’explique entièrement par l’action secrète du Mind Control qui surveille, torture, manipule, assassine. Le Mind Control c’est le paradis des fascistes. Par ce biais, ils peuvent nuire impunément, comme s’il avait déjà gagné les élections, et ce sans risquer la moindre condamnation de la Justice ou de l’opinion publique. Les pires criminels du Mind Control sont généralement ceux qui dénoncent la criminalité alors qu’ils dépassent en nuisance les délinquants qu’ils vouent aux gémonies.

Le Mind Control a pour méthode d’incorporer le plus de monde possible à ses activités, de manière à éviter toute critique. Les gens qui ont participé aux atrocités du Mind Control n’osent généralement plus dénoncer cette organisation, de peur d’être eux-mêmes condamnés. Ils signent d’ailleurs souvent un engagement écrit de non divulgation de ce système, engagement qui les contraint à garder les silence sur les activités du MC. Il est évident que des engagements de ce type n’ont aucune validité : personne n’est obligé de respecter des contrats illégaux visant à dénaturer la notion de secret défense pour en faire une arme au service des mafieux et des fascistes.

La loi du silence sur le Mind Control ne profite qu’aux fascistes. Les autres collaborateurs de ce système sont les cocus de l’affaire. Tout ce qu’ils réussissent à faire c’est d’éliminer la vraie gauche de la scène politique, de la rendre totalement impuissante, de la discréditer. Le travail de la gauche c’est d’abord de défendre les droits de l’homme et les libertés. Ce n’est pas de permettre aux néo-nazis de prendre le pouvoir dans toute l’Europe.

le Système politique mis en place par le Mind Control est une sorte de stalinisme de droite. Le Mind Control est un peu l’équivalent du KGB soviétique ou de la Gestapo nazie. Le Mind Control sait tout. Il voit tout. Il surveille tout. Le Mind Control torture et tue les dissidents. Le Mind Control manipule l’esprit des gens et tente de nazifier la société. Le Mind Control fait en sorte que toutes les informations qui gênent les fascistes restent cachées. Le Mind Control dirige l’information et ne tolère aucune voix discordante. Le Mind Control a mis en place une dictature à apparence démocratique dans tout ce qu’on appelait jadis le monde libre. Depuis les années 80, les fascistes ont tous les droits : ils espionnent, ils persécutent, ils tuent, sans que personne ne proteste, alors que toute la classe politico-médiatique sait. Le Mind Control est l’arme suprême du fascisme, et la gauche mondiale semble ne pas encore avoir perçu le danger qui la menaçait. C’est le système démocratique dans son ensemble qui est menacé par la répression du Mind Control : les fascistes surveillent, dirigent, manipulent pour, à la fin, prendre le pouvoir et imposer une dictature surpuissante. Le Mind Control est au service d’un fascisme de plus en plus décomplexé. Déjà  dans toute l’Europe, des partis dits populistes, mais en réalité fascistes, dépassent les 30% d’intentions de vote. Au Danemark, en Grande-Bretagne, en France, en Hollande, dans les pays de l’Est, les fascistes imposent peu à peu leur esprit liberticide, xénophobe, antisocial. Pour ces gens-là, il faut que les sociétés reviennent au 19ème siècle pour ne pas dire au Moyen-Age.  La politique doit être réservée aux bourgeois fascistes, les libertés doivent être supprimées, les élections doivent se résumer à une lutte entre fascistes modérés et fascistes extrêmes, tous les avantage sociaux obtenus après des siècles de luttes doivent être supprimés.

A la base du retour en force de la réaction la plus barbare, le Mind Control, ce système satellitaire qui biaise la vie politique en faveur de l’extrême droite. Quand un dissident est persécuté, c’est toute la société qui est menacée. Les fascistes surveillent et harcèlent les internautes sans que personne ne proteste, ce qui aboutit au fait que seule l’extrême droite peut pratiquer la politique dans de bonnes conditions. Les voyous fascistes font taire les internautes qui les dérangent, ce qui fait qu’on peut remarquer que de plus en plus, le Web est réservé à l’extrême droite, les autres ayant peur de parler. Les fascistes investissent les entreprises, et en font exclure tous les salariés votant pour la gauche. Les lecteurs de pensée permettent de déterminer qui sont ceux qui défendent des valeurs de gauche et qu’il faut donc exclure de la vie économique et sociale. Les fasciste incapables finissent par tout diriger dans les pays qu’ils infectent, ce qui se traduit généralement par une stagnation économique complète, par une régression sociale sans précédent, par une baisse générale du niveau intellectuel des élites. Les fascistes veulent abaisser les nations qu’ils contaminent à leur niveau de stupidité. Ceci étant dit, les plus bêtes de l’histoire, ce sont ceux qui laissent les néo-nazis du Mind Control supprimer toutes les libertés de citoyens sans même penser à réagir.

Le manque de solidarité de la gauche et des partis démocratiques pour les victimes du Mind Control est, en plus d’être un crime,  une erreur qui se révélera fatale : le Mind Control va ainsi pouvoir neutraliser tous ceux qui lui résistent, et il finira par agresser directement les syndicalistes, les militants gauchistes et plus généralement tous ceux qui s’opposent au fascisme. Les néo-nazis du Mind Control feignent de ne viser que les « islamistes » ou les immigrés dans leur répression, alors qu’en réalité, c’est l’ensemble de la société qui est attaquée. Le Mind Control fait taire toute opposition, parce qu’il connait tous les petits secrets de chacun, qu’il fait croire que toute l’élite politique va bénéficier de la répression, qu’il a compromis les gens qui auraient dû résister dans des opérations secrètes qui ne profitent qu’aux fascistes.

Sans solidarité, la vraie gauche est vouée à l’extinction. Si elle ne proteste pas quand des innocents sont attaqués par les satellites de surveillance, elle se fera elle-même agresser un jour ou l’autre, et les dirigeants progressistes se retrouveront tous en prison, où ils rejoindront les défenseurs des droits de l’homme, les artistes, les journalistes, les manifestants, les internautes et les syndicalistes. Déjà, des syndicalistes ont récemment été condamnés à de la prison ferme pour des actes qui habituellement étaient tolérés. On revient progressivement à une Justice du 19ème siècle, quand les riches avaient tous les droits et les pauvres aucun. On peut constater d’ailleurs que tous les droits sociaux disparaissent progressivement : la durée de cotisation pour une retraite complète est passée de 37,5 à 42 ans sans que personne ne proteste. Cette mesure a créé au moins un million de chômeurs supplémentaires et certains proposent déjà de reculer l’âge de départ à la retraite à 65 voire 70 ans.

Dans la plupart des entreprises on vire les gens après 2 ou 3 ans d’ancienneté, pour éviter qu’ils ne s’ « incrustent » à leur poste, les CDI deviennent une denrée rare, le chômage une étape obligée pour tous les salariés. Le harcèlement en entreprise devient une norme de gestion du personnel, et le Mind Control une méthode de surveillance systématique des salariés. Les travailleurs sont surveillés et harcelés dans les entreprises par les satellites de surveillance qui lisent dans les pensées et manipulent, et personne ne proteste !

Dénoncer le Mind Control devrait être la mission première des syndicats. Les satellites de surveillance peuvent manipuler les comportements, provoquer bagarres et incidents, torturer à distance et obliger les salariés à démissionner, ce qui permet d’éviter de payer des indemnités de licenciement. Grâce à l’action du Mind Control, les salariés sont toujours dans leur tort et n’ont jamais droit à rien. Ils se battent entre eux au lieu de s’unir pour faire respecter leurs droits et finalement, tout le monde se retrouve au chômage pendant que les fascistes se remplissent les poches.

Le manque de solidarité avec les victimes du  Mind Control est une erreur qui impacte l’ensemble de la société et notamment ses éléments les plus faibles. Tant que la gauche n’aura pas compris que la lutte contre le Mind Control doit être la base de sa stratégie politique, les conditions de vie des citoyens continueront à se dégrader et le fascisme poursuivra inexorablement son infernale progression.

Dans les affaires Snowden et Assange, on peut constater que la gauche internationale n’a pas brillé par son efficacité. Snowden a été contraint de s’exiler en Russie et Assange est bloqué dans l’ambassade d’Equateur à Londres, sans que la gauche britannique de proteste. Si ces deux dissidents ne sont pas libérés rapidement, c’est toute la démocratie occidentale qui sera mise en danger. Quand le fascisme gagne sur un point précis, il gagne partout. D’ailleurs on peut remarquer que partout l’extrême droite progresse, que les néo-nazis sont invités dans les médias tous les jours, que les fascistes organisent des attentats terroristes en manipulant des demeurés sans que personne ou presque ne proteste. La gauche internationale pourrait manifester devant l’ambassade d’Equateur à Londres pour exiger que Assange soit libéré. Elle pourrait aussi exiger que Bradley Manning, qui n’a fait que divulguer des informations concernant tous les citoyens soit aussi relaxé. Les forces démocratiques semblent pour l’instant incapables de gagner le moindre bras de fer contre les hommes de l’Etat. La résistance au fascisme est très mal organisée. Ce ne sont pas quelques pétitions qui changeront le rapport de force. Il faut créer des associations de défense des libertés qui se présentent aux élections ; il faut de même intéresser les hommes politiques à la lutte contre un fascisme qui finira par les viser eux-mêmes. Il faut exiger des médias autant de temps de parole que celui qui est accordé aux fascistes et à leurs thématiques. On pourrait aussi exiger la fermeture de Guantanamo, et la libération de Georges Ibrahim Abdallah, activiste libanais qui a passé déjà plus de 20 ans en prison. Si la gauche ne défend pas ses extrémistes alors ce sont les fascistes qui vont gagner. En luttant pour la libération de militants politiques qui ont déjà plus que payé leur dette à la société, c’est toute la démocratie qu’on renforce. On sait maintenant que les fascistes eux, assassinent et persécutent par satellite dans l’impunité la plus totale, sans effectuer la moindre peine de prison, alors que les gauchistes mêmes terroristes doivent passer des décennies en prison, alors qu’ils ont commis moins de crimes que les nazis du Mind Control.

Des gens comme Manning, Snowden ou Assange sont eux totalement innocents et risquent de passer leur vie en prison. Il parait donc raisonnable de dire que si les forces démocratiques internationales ne réussissent pas à les faire libérer,  c’est que le fascisme a déjà gagné la partie dans le monde entier.

Partis politiques et syndicats semblent ne faire preuve d’aucune persévérance dans la lutte pour préserver les libertés et défendre les lanceurs d’alerte. Pourtant c’est en défendant les libertés que la gauche peut renaître de ses cendres et éviter d’être marginalisée politiquement comme c’est le cas dans de nombreux pays du monde.  Actuellement, la stratégie des fascistes consiste à organiser des attentats et à les utiliser comme prétextes pour supprimer le plus de libertés possible. Il est temps de dénoncer le complot fasciste et donc développer un complotisme de gauche qui permettra de résister à la conspiration antidémocratique qui se trame depuis déjà des décennies. Les extrémistes de droite ne sont pas devenus une des principales forces politiques européenne par hasard : c’est par le terrorisme et l’infiltration médiatique que ces gens ont réussi à devenir dominants dans les démocraties qu’ils veulent détruire. Face au complot totalitaire il faut développer une stratégie antifasciste ayant pour base la divulgation du complot fasciste et l’appui aux lanceurs d’alerte, de manière à ce que les persécutions fascistes ne puissent de prolonger pendant des années dans l’indifférence générale. Il faut manifester jusqu’à ce que, par exemple, Assange soit libéré et qu’un pays lui accorde l’asile politique. Il faut considérer que l’impossibilité de faire libérer Assange sonnerait le glas de la démocratie dans le monde. Il faut que les fascistes rusés qui dirigent le monde ne soient plus les seuls maitres du jeu politique. Il faut que les thématiques de gauche concernant la défense des libertés soient remises à l’honneur.

Sans solidarité en faveur des lanceurs d’alerte, la démocratie va continuer de s’affaiblir dans le monde.

La plupart des membres de l’élite politique collabore avec le Mind Control, pensant ainsi renforcer son pouvoir. Face à eux, les citoyens n’arrivent pas à s’organiser, ce qui explique pourquoi les candidats aux élections en France ne proposent plus de mesures en faveur des salariés : les uns parlent de supprimer les 35 heures, les autres de limiter les libertés, et d’autres encore de reculer l’âge de la retraite au risque de créer de nouveaux chômeurs.  Il  semble que tous les candidats soient au service de la bourgeoisie et du fascisme. Les partis d’extrême gauche ne font d’ailleurs pas de propositions concrètes précises pour les 90% de salariés et d’anciens salariés. Il semble que toute la classe politique ne serve que les intérêts des riches, des patrons et des fascistes. Les internautes sont surveillés par les ordures du 16ème qui craignent d’avoir à payer leurs impôts. Chaque nouvelle élection s’accompagne de baisses d’impôts pour les plus riches. Les politiciens semblent ne parler qu’à des entrepreneurs alors que la plupart des gens sont salariés ou chômeurs. Les vieux riches espionnent les citoyens pour les empêcher de se défendre. Les vieux riches, qui n’ont pour la plupart aucune qualité tentent de verrouiller le système en utilisant illégalement les satellites de surveillance. Les vieux riches, qui ne savent rien faire, écrasent les forces vives de la nation. Les vieux riches imposent leur dictature de rentiers au risque de couler définitivement l’économie du pays. Ils ne comprennent pas qu’un bon krach boursier suffira à leur faire perdre tout ce qu’ils ont volé au fisc et donc au reste des citoyens.

Le manque de solidarité avec les victimes de la répression explique la faiblesse de la gauche et de l’antifascisme. Quand on collabore avec les forces les plus réactionnaires, on fini par perdre toute légitimité dans la lutte pour le progrès et contre l’injustice. Les fascistes ont réussi à détruire la gauche de l’intérieur, en infiltrant des agents en son sein, et en compromettant ses dirigeants dans la répression fasciste qui vise salariés, musulmans, et dissidents en tout genre.

Il faut noter que  les organisations musulmanes ne font pas preuve d’une grande solidarité avec les musulmans persécutés par les racistes du Mind Control : alors que des milliers de personnes sont assassinées chaque année en France par les islamophobes par le biais d’ondes satellitaires, les mouvements musulmans restent totalement inertes et ne font rien pour défendre les victimes. Ceci engendre la montée d’une islamophobie génocidaire qui finira par provoquer des catastrophes en Europe et dans le reste du monde. Ne pas dénoncer le crime est déjà un crime. La loi du silence peut avoir des conséquences catastrophiques pour tout le monde et notamment les minorités.

Depuis 30 ans le fascisme progresse dans le monde, en raison de la loi du silence sur la question du Mind Control. C’est la répression secrète qui permet aux fascistes de progresser partout. Les fascistes ont investi la plupart des services secrets qu’ils considèrent comme des instruments au service du nazisme, alors qu’en réalité ceux-ci devraient protéger les citoyens, les libertés publiques et la constitution. Au lieu de cela, ces services mettent au point diverses stratégies destinées à mettre les nazis au pouvoir. Une de ces stratégie est de prendre le contrôle de tous les partis politiques : les fascistes dirigent le FN, mais ils sont aussi présents au PS, à LR, au PCF et voire même dans les partis d’extrême gauche. Les agents infiltrés sont dirigés à distance par les satellites de surveillance qui peuvent lire dans les  pensées et manipuler le mental. Le but final des comploteurs fascistes est de nazifier toute la société et de prendre le pouvoir : le but est de prendre le contrôle de tous les partis, de tous les syndicats, de toutes les associations, de toutes les religions et groupes ethniques  : il y a ainsi des syndicalistes fascistes, de curés, rabbins et imams fascistes, des Juifs, Arabes, Asiatiques et Noirs acquis au nazisme (alors que cette idéologique les vise explicitement). Grâce au Mind Control, les fascistes ont réussi à imposer leur idéologie mortifère à leur futures victimes. Il n’est pas besoin d’avoir fait Sciences-po pour comprendre que les minorités (comme les majorités) ont tout intérêts à s’unir pour combattre le fascisme au lieu de se diviser en espérant amadouer ces derniers. Le fascisme européen est toujours raciste et conclut généralement son action par une guerre mondiale. Le nationalisme n’est qu’une forme édulcorée de fascisme et le patriotisme est toujours revendiqué par des gens qui veulent bloquer les salaires et limiter les libertés. De vrais patriotes auraient pour objectif de renforcer les libertés et d’améliorer le niveau de vie des citoyens. Cette catégorie n’existe visiblement pas puisque partout, les « patriotes » écrasent les pauvres, font taire les citoyens, et créent un système dont seule une petite élite peut profiter.

Tant que les forces démocratiques n’auront pas compris qu’il faut faire respecter la dignité humaine, le droit à la vie privée et la législation en vigueur, le fascisme continuera de progresser et tout le monde finira par être visé un jour ou l’autre. Déjà aujourd’hui, on condamne à de la prison ferme des manifestants et des syndicalistes, alors que les soixante-huitards avaient ravagé le quartier latin sans jamais être emprisonnés plus de quelques jours. On constate qu’aucune protestation n’a lieu quand des manifestants écologistes ou pro-palestiniens sont condamnés à des peines de prison ferme, au point où il arrivera un moment où seuls les patrons, taxis, entrepreneurs ou paysans, auront le droit de manifester en France.

Sans solidarité, ce sont les droits de toutes les catégories de citoyens qui vont être limités. Jusqu’au moment où seuls les fascistes et les nantis auront le droit de s’organiser et de s’exprimer en France. Quand on laisse un seul dissident être persécuté impunément, c’est toute la démocratie qui est menacée.

La solidarité avec toutes les catégories opprimées est une méthode qui a fait ses preuves. En fédérant les diverses victimes du Système, la vraie gauche finit par devenir majoritaire et par imposer des mesures de justices sociale et de défense des libertés qui profitent à tous. Par contre, quand la gauche collabore avec le fascisme, elle est absorbée par celui-ci, et elle finit par disparaître de la scène politique. Sans lutte pour la défense des libertés, la torture par satellite finira par viser tout le monde, politiciens, acteurs, journalistes, internautes, salariés et autres. Il est temps que les défenseurs des droits de l’homme comprennent que c’est avant que le fascisme ait pris le pouvoir qu’il faut réagir. Après, il est trop tard.

On constate que la vraie gauche ne fait pas preuve d’un grand dynamisme dans la lutte contre le néocolonialisme. Les opérations française en RCA , en Afghanistan ou en Syrie n’ont pas ou peu été dénoncées, alors que l’anticolonialisme est un des ressorts principaux de la gauche. La complicité de la gauche non socialiste avec les agressions impérialistes des mollétistes est une grave erreur stratégique.  En appuyant des groupes terroristes en Syrie, les mollétistes ont provoqué une guerre civile qui a fait plus de 1 million de morts et non pas 250.000 comme on nous le dit depuis 3 ans. Il semble que la vraie gauche ne soit pas capable de définir une politique extérieure indépendante de celle d’un pouvoir secrètement dirigé par des fascistes de la pire espèce. Depuis la chute de l’URSS, la gauche non socialiste semble ne plus avoir de stratégie bien définie, un peu comme si c’était les soviétiques qui dirigeaient la gauche mondiale à l’époque de leur splendeur. La vraie gauche devrait comprendre qu’il faut s’opposer au pouvoir dans tous les domaines et notamment est surtout celui de la politique étrangère. Faute de quoi, cette gauche alternative apparait comme un groupe de supplétifs du Système et perd toute crédibilité. La gauche non socialiste aurait dû comprendre que l’intervention française en Syrie n’avait pas pour but de renverser la dictature, mais plutôt de détruire le pays : la France a armé les rebelles juste suffisamment pour provoquer une guerre civile, mais pas assez pour renverser le régime. D’ailleurs, il semble bien que les mollétistes aient décidé d’abandonner les rebelles, tout en poussant à bloquer les réfugiés qui tentent de fuir le pays, que ce soit à la frontière turque ou dans les Balkans. La non dénonciation par  la vraie gauche des crimes mollétistes est une erreur stratégique majeure : elle apparait comme incapable de développer des analyses indépendantes de la situation internationale et à la remorque du néocolonialisme criminel des mollétistes. En Syrie, la gauche non socialiste semble ne s’intéresser qu’aux Kurdes, oubliant au passage que 90% des Syriens sont arabes, tout comme 10% des électeurs français.

La manque de solidarité de la gauche non socialiste s’applique à l’intérieur et à l’extérieur des frontières. Partout elle fait preuve d’un autisme criminel qui la discrédite totalement. Alors que la plupart des Français sont mécontents, l’extrême gauche stagne dans l’opinion en raison de sa complicité avec les crimes mollétistes, sans même parler du fait qu’elle ne fait pratiquement pas de propositions concrètes, semblant de s’intéresser qu’à elle même et à sa profession, la politique.

Le manque de solidarité de la vraie gauche avec les victimes du Système est une erreur grave. Elle obère lourdement l’avenir de cette tendance politique en France. Dans le reste du monde par contre, la vraie gauche commence à relever la tête. Espérons que cette tendance se poursuive.

Laisser un commentaire

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965