8 juin 2020

Le fascisme français contemporain

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 11 h 54 min

L’affaire George Floyd aux Etats-Unis a permis de constater que la mouvement antiraciste et antifasciste était très puissant en Amérique. Le meurtre de George Floyd, par le flic Derek Chauvin, un ancien collègue à lui, a ravivé la flamme antiraciste aux Etats-Unis et dans le reste du monde, mais pas en France, où malgré une grande manifestation contre le racisme, les fascistes médiatiques ont, imperturbables, poursuivi leur propagande haineuse, accusant les antiracistes d’être « communautaristes », « suprémacistes noirs » et autres qualificatifs négatifs.

 

Les médias sont pleins de racistes professionnels et de complices de la haine : Pascal Prot, Eric Zemmour et toute la bande de CNEWS continuent imperturbablement leur campagne de stigmatisation des musulmans, des Arabes, des Noirs, et continuent de promouvoir l’extrême droite lepéniste ou filloniste, et le racisme en général, et ce au mépris de la loi Pleven, qui interdit les appels systématiques à la haine raciale, ethnique ou religieuse.

Le fascisme français est surpuissant ; c’est l’un des meilleurs du monde pour ne pas dire le meilleur du monde. C’est lui qui contamine le reste de la planète. Antisémite, islamophobe, négrophobe, le racisme français est protéiforme. Il fait l’apologie du pétainisme et du racisme colonial, bien qu’une grande partie de ses thuriféraires soient eux-mêmes des « métèques », Italiens, Espagnols, Juifs, Egyptiens et autres. Tout se passe comme si, certaines minorités tentaient de créer des boucs émissaires arabes ou noirs, pour mieux favoriser leur propres intégration dans la société française, totalement lepénisée depuis les années 80. Les pires dénonciateurs de l’islam sont ceux qui ont bénéficié de la tolérance islamique pendant des siècles, séfarades ou coptes notamment, ces deux communautés se haïssant mutuellement par ailleurs. Alors que la famille Zemmour vit en Algérie depuis des millénaires, elle trouve le moyen de dénoncer l’islam, qui ne l’a pourtant pas obligé à renoncer à ses croyances, alors que par ailleurs, Zemmour considère que le fascisme occidental, antisémite par nature, comme une bonne chose. Si les fascistes revenaient au pouvoir en Occident, ils détruiraient l’Etat d’Israël pour le remplacer par un Etat croisé, et renouvelleraient les persécutions extrêmes contre les juifs d’Europe. Pour l’instant, les fascistes s’en prennent à une immigration qu’ils sont eux-même organisée depuis les années 50, pour fournir de la main d’œuvre et  servir de bouc émissaire, chargé de pousser la population à droite. Chez les fascistes, tout est planifié longtemps à l’avance. Leur but final est de supprimer toutes les libertés, et de paupériser les classes moyennes, pour mieux les soumettre.

On définit comme fasciste toute l’extrême droite ennemie des libertés. Le fascisme ne se réduit pas au mussolinisme. Il est polymorphe et peut s’incarner sous la forme de Pinochet, Franco, Le Pen, Netanyahu, par exemple. Dans certains cas, les fascistes gardent les apparences de la démocratie, comme par exemple en Hongrie, où il y a toujours des élections apparemment libres. Dans les faits, l’opposition est muselée et écrasée par l’appareil de répression, et notamment par le Mind Control, la surveillance satellitaire secrète qui constitue la base fondamentale du fascisme actuel. Les ondes électromagnétiques satellitaires permettent de contrôler les émotions, de harceler sans limites, sans même que les ciblés ne se doutent de quelque chose, et finalement de rendre malade et de tuer.

Cette répression secrète du Mind Control est connue de tous les politiques et médiacrates mais, ils préfèrent la tenir secrète, étant tous peu ou prou, des collabos d’une répression qui leur a permis de vaincre leurs concurrents. Tout le monde collabore avec le fascisme satellitaire, qui dirige peu à peu la planète vers un totalitarisme intégral et occulte.  La répression visible n’est que la partie émergée de l’iceberg de l’oppression implacable qui règne dans les pseudo démocratie.

On remarque que dans ces fausses démocraties, les politiques économiques suivies mènent généralement à la catastrophe : chômage, destruction de l’industrie, paupérisation des masses, destruction des classes moyennes, précarisation généralisée. Les politiques libérales à base de blocage permanent des salaires et suppression progressive des droits des salariés, finissent par affaiblir la demande interne et donc l’industrie locale. Les usines s’implantent là où il y a des clients. Si la demande faiblit trop, les  usines ferment. Surtout lorsque le patronat local, rapace et malfaisant, ne pense qu’à réaliser un profit rapide, sans aucune stratégie à long terme. En France, la plupart des usines ont fermé depuis longtemps et on remarque que l’industrie française n’est plus capable de construire une centrale nucléaire. Quand on laisse les patrons gérer l’économie, ils finissent par la détruire, plus ou moins rapidement selon les pays. Partout, c’est toujours l’Etat qui a permis l’industrialisation et le développement. Non seulement en Chine, mais aussi dans l’Allemagne de Bismarck, les Etats-Unis des chemins de fer, ou la France de De Gaulle. Les patrons seuls ne font rien d’autre que de tenter de s’enrichir le plus vite possible, sans s’occuper de l’intérêt général, et c’est pourquoi il doivent être encadrés par l’Etat, à condition que celui-ci ne soit pas dirigé par des corrompus ou des incapables bien sûr.

Les fascistes surveillent tout partout. Ils surveillent les internautes, les journalistes, les artistes, les essayistes, les écrivains et les influenceurs en général. Ils tentent de manipuler les réseaux sociaux à leur avantage, en y diffusant notamment des infox en quantité massive tout en censurant tous ceux qui disent la vérité, sur la répression secrète notamment.

La vérité est le pire ennemi du fascisme et c’est pour cela qu’il persécute secrètement les lanceurs d’alerte avec une telle violence. Pour un Julien Assange connu de tous, il y a des milliers d’internautes qui subissent torture, isolement, et assassinat, sans que jamais personne n’en parle. Le fascisme français utilise toute la technologie anglo-saxonne de répression pour faire taire les vrais dissidents, tout en promouvant de faux gauchistes au service de la répression, chargés de neutraliser ceux qui voudraient dire la vérité sur la véritable nature du système.

Les fascistes sont des menteurs, de censeurs, et, la plupart du temps, des malades mentaux, qui ne se réjouissent que lorsque tout va mal. Ce sont ces fascistes qui provoquent les guerres, les épidémies et les troubles sociaux, juste pour augmenter leur pouvoir et jouir du chaos qu’ils ont provoqué.

Les fascistes fonctionnent comme une mafia de gangsters. Ce sont des déchets de la société qui veulent prendre le pouvoir, pour avoir la possibilité d’opprimer les gens, de les réduire en esclavage. Les fascistes tentent toujours de s’infiltrer dans des endroits où ils auront la possibilité d’écraser la population : police, armée, gendarmerie, sociétés de sécurité privée. En France par exemple, la police, la gendarmerie, l’armée et les services secrets sont des bastions de l’extrême droite, des temples des ennemis de la République. Dans différents services, les fascistes sèment la désolation non seulement en France mais partout dans le monde. Il répandent le racisme et la haine partout. Ils infectent le monde de leur démence.

Il  n’est pas nouveau que les services de sécurité soient dominés par l’extrême droite. Ce qui est nouveau, c’est que ces fascistes disposent d’armes de surveillance et de répression secrètes, qui leur permettent de terroriser la société et les élites. Ces armes secrètes sont électromagnétiques et surpuissantes. Avec ces armes, les fascistes dirigent la société, pénètrent au plus profond des cerveaux humains, manipulent et isolent, retournent et éliminent, tout cela dans un sens contraire aux intérêts de la population.

Si le monde a connu les fameuses Trente Glorieuses, c’est en raison de l’écrasement du fascisme en 1945 et de la puissance du communisme. Pour couper l’herbe sous les pieds des communistes, les Etats démocratiques et non démocratiques se sont sentis obligés d’accorder une multitude d’avantages aux salariés, et d’édicter des lois sociales généreuses rendant obsolètes les rêves de révolution bolchévique. Mais, finalement, l’Occident ou ceux qui le dirigent ont réussi à vaincre les Soviétiques, probablement par l’emploi d’armes psychotroniques satellitaires, pour finir par remplacer la dictature bolchévique par une tyrannie de droite. L’accident de Tchernobyl a possiblement été provoqué par les satellites militaires occidentaux,faisant ainsi douter de la puissance scientifique soviétique et permettant de décréter que le modèle communiste était inopérant. La réussite éclatante de la Chine communiste, nous prouve pourtant que la meilleure économie est l’économie mixte, dotée d’un secteur public très important, d’une planification à long terme, et d’un encadrement du privé par le public. Ce qui a manqué et manque toujours au communisme, c’est la démocratie, la liberté étant une des plus grandes aspirations des peuples. Pour survivre, le communisme doit se démocratiser et organiser des élections libres entre candidats issus du système.

Depuis la fin du communisme à l’est, le capitalisme occidental a pu se développer sans entraves et ruiner progressivement tout ce qui avait été accumulé pendant les Trente Glorieuses. Le libéralisme économique ne fonctionne pas. Si l’Etat Providence a été mis en place, ça a été autant pour améliorer  la situation des  masses que pour stabiliser les économies. Le patronat livré à lui-même se révèle n’être qu’un groupe de mafieux rapaces qui détruisent tout sur leur passage, incapable de faire quoique ce soit d’utile pour les nations, s’il n’est pas encadré par l’Etat. C’est généralement le patronat qui favorise le fascisme, de manière à écraser toute résistance des classes moyennes et populaires. Le patronat ne cherche généralement pas à développer les économies ni mêmes les entreprises, il recherche juste le profit à court terme, et notamment le profit boursier. Le patronat veut de plus le pouvoir absolu sur les populations ; il veut se constituer comme une sorte de nouvelle aristocratie, au pouvoir sans limite, imposant partout sa vulgarité et sa stupidité rusée. Le patronat, ou plutôt la bourgeoisie est la source de tous nos problèmes. Cette bourgeoisie nuisible est devenue plus puissante que les Etats et impose partout son esprit malfaisant et rapace. C’est cette bourgeoisie diabolique qui génère le fascisme, la chômage, le racisme, la pauvreté, et la dictature. Pour ces bourgeois, les nations sont considérées comme des propriétés privées ; les citoyens sont des serfs ; le monde politique doit être à leur botte. Dès qu’ils prennent le pouvoir, les bourgeois anéantissent la démocratie et la prospérité. Ils ne veulent pas de la concurrence des classes moyennes éduquées ou non. Ils veulent détruire la petite entreprise comme ils ont détruit l’emploi fixe. Ils veulent développer la précarité partout. Ils répriment avec une sauvagerie extrême les rares jacqueries qui animent parfois la vie politique, comme on a pu le constater dans le cas de la répression visant les Gilets jaunes. Ce que veulent les bourgeois, c’est anéantir les classes moyennes par tous les moyens possible et notamment par celui de la répression secrète du Mind Control.

Le Mind Control, c’est un des noms de cette répression secrète d’origine américaine à base de surveillance satellitaire électromagnétique. Ces satellites permettent de filmer à travers les murs, de lire dans les pensée, de torturer à distance, de provoquer cancers et crises cardiaques, de ventriloquer, de télédiriger les mouvements, de provoquer des accès de violence ou de colère, de rendre impuissant ou pervers. Le Mind Control est un système répressif électromagnétique d’une puissance sans limite et totalement secret. Ce matériel est majoritairement aux mains des fasciste publics et privés. Ces armes qui auraient dû être utilisées contre des pays ennemis en cas de guerre sont en réalité utilisée contre les citoyens dans le but de les réduire en esclavage. Il existe des milliers de victimes conscientes de ce système, les Targeted Individuals, et des centaines de millions qui eux sont visés sans même le savoir par une surveillance automatisée. La répression satellitaire peut faire grossir ou maigrir en contrôlant l’urination et la défécation. C’est depuis la mise en place du Mind Control, dans les années 80 que le nombre d’obèses a augmenté partout et notamment aux Etats-Unis, alors même que les règles de la diététiques commençaient à être connues de tous.

 

Les violences policières visibles ne représentent qu’une infime partie de la répression secrète. Dans les faits, ce sont des centaines de personnes en France qui sont assassinées chaque année par les satellites de surveillance pour des raison ethniques, religieuses ou politiques. Les prétendues démocraties ne sont en réalité que des dictatures oligarchiques où ce sont les bourgeois et les fascistes qui détiennent tout le pouvoir.

Pour asseoir leur pouvoir, les oligarques divisent pour régner et c’est la raison pour laquelle ils encouragent le racisme tout en faisant mine de le combattre. Le racisme est encouragé dans la police et l’armée et ceux qui le dénoncent sont mis à l’écart ou révoqués sous un prétexte ou un autre. Les hommes de l’Etat tentent par tous les moyens de provoquer les minorités, en espérant des révoltes urbaines qui finissent par effrayer la masse de la population et la pousser ainsi vers la droite ou l’extrême droite.

L’assassinat de George Floyd par le flic Derek Chauvin, semble avoir été mis en scène par les fascistes de manière à provoquer des émeutes raciales qui finiraient par profiter à la droite. Il semble que le piège fasciste ait été déjoué, car ce sont tous les américains attachés aux libertés qui ont protesté, comprenant le piège visant à les diviser pour les forcer ensuite à accepter les dérives de la dictature militaro-policière qui est en train de se mettre en place aux USA comme dans toutes les « démocraties ». La violence policière contre les Noirs n’est que la partie émergée de la violence sauvage secrète de l’Etat américain, qui espionne et persécute ses citoyens par le biais de la répression électromagnétique. Les satellites de surveillance peuvent étrangler à distance en exerçant une pression sur la carotide ; ils peuvent étouffer jusqu’à la mort, toujours à distance. Souvent il étouffent ainsi les gens lorsqu’ils voyagent, dans les avions, les trains, les bus, les métros.

 

Lors de la révolte des Gilets Jaunes, qui a débuté en octobre 2019, les forces de l’ordre ont d’abord semblé être débordées, fuyant devant les émeutiers, qui étaient à l’époque proches de la droite et l’extrême droite. Des préfectures et des mairies ont été incendiées par quelques dizaines de manifestants, les FDO semblant alors étrangement inertes, un peu comme si elles étaient complices des contestataires. Puis, progressivement, l’extrême droite et la droite ont été exclues du mouvement qui a été plus ou moins repris en main par l’extrême gauche et là, les violences policières se sont déchaînées sans limite : éborgnements systématiques, cassage de dents, lynchages…la sauvagerie policière semblait alors n’avoir plus de borne, alors que les manifestants étaient désarmés, à la différence de ceux de Mai 68 qui eux disposaient de barres de fer et de cocktails molotov. La violence du pouvoir et des forces de répression face aux Gilets Jaunes semblait parfois même dépasser la répression sévissant  aux Etats-Unis, où on a jamais entendu parler d’éborgnement de manifestants désarmés.

La police et la gendarmerie, pilotées par des hauts fonctionnaires proches du fascisme, se comportaient un peu comme une milice lepéniste, ultra laxiste avec les casseurs d’extrême droite mais implacable avec tout ce qui ressemblait à un gauchiste.

A la base du complot fasciste, l’infiltration massive des fascistes dans la police, l’armée et les services secrets. Par divers stratagèmes les fascistes prennent le contrôle du recrutement dans ces institutions, et font en sorte d’en exclure les minorités et les gauchistes. Actuellement, au moins 60% des flics et des militaires seraient des sympathisants de l’extrême droite. L’infiltration de ces fascistes dans les services de sécurité représente une grave menace pour tous, dans la mesure où le maintien de l’ordre comprend aussi la surveillance des journalistes, élus et internautes, et qu’il est possible de manipuler ou menacer les influenceurs, en utilisant la surveillance électromagnétique, inconnue du grand public, tellement la terreur qui vise les médias est totale.

Les fascistes ont contraint tous les journalistes et politiciens a collaborer avec la répression fasciste illégale qui vise notamment les internautes, au prétexte qu’il s’agirait de sauver la République face  à un terrorisme en réalité téléguidé par les fascistes eux-mêmes. L’impudence de ces fascistes n’a pas de limite. Ils commettent des crimes horribles par personnes interposées, ils manipulent la délinquance et le terrorisme, et ils viennent ensuite jouer les sauveurs face à des victimes de crimes qu’ils ont eux-mêmes organisés.

Face à la conjuration fasciste, aucune résistance. La presse est inerte, gobant toutes les fadaises des hommes de l’Etat avec une naïveté qui confine à l’imbécillité. Les attentats les plus invraisemblables commis par de pseudo islamistes qui n’ont jamais mis les pieds dans une mosquée, ne génèrent pas le moindre de doute de la part des spécialistes médiatisés, qui sont en réalité des agents fascistes souvent eux-mêmes impliqués dans la terreur.

Chaque vague terroriste est le prétexte à de nouvelles restrictions des libertés. A mesure que les droits des FDO augmentent, ceux des citoyens diminuent. Pour nous protéger contre des crimes qu’ils commettent eux-mêmes, les fascistes s’arrogent le droit d’espionner et harceler des gens qui eux n’ont rien à se reprocher. Il faudra un jour reprendre l’enquête sur l’attentat du Bataclan, et démasquer ceux qui ont planifié le crime pour jouer ensuite les sauveurs, les gardiens d’une démocratie qu’en réalité ils cherchent à anéantir.

L’islamophobie est depuis les années 80 un cheval de Troie du fascisme. Au lieu de traquer des fascistes chaque jour plus puissants, on s’en prend à de pseudo islamistes, qu’on manipule et qu’on pousse au crime, alors même que l’islam interdit le terrorisme de la manière la plus totale. On fait une commission Harpon pour étudier la présence des « radicalisés » dans les préfectures, alors même que c’est l’influence fasciste dans cette administration qui représente une menace pour la République.

Comme les communistes des années 50, les fascistes s’infiltrent partout : dans la police, l’armée, les services secrets bien sûr, mais aussi dans les médias, l’édition, les partis politiques autres que le RN, les entreprises, les administrations, l’éducation nationale, l’enseignement privé, les Eglises, les sectes…

La lutte contre le complot fasciste nécessite la création de services spécialisés qui veillent à ce que le totalitarisme d’extrême droite ne remette pas en cause les libertés des citoyens. La rhétorique fasciste, omniprésente dans les médias, tend à mettre toujours la gauche et les minorités en accusation, en faisant passer les fascistes pour des victimes minoritaires alors qu’ils sont en réalité des bourreaux dominants.

La lutte contre le prétendu islamisme sert à faire diversion : pendant que les services de sécurité passent leur temps à pourchasser les « islamistes », rien n’est fait contre le fascisme, qui se renforce chaque jour un peu plus. Braquer les projecteurs sur les musulmans en téléguidant soi-même le terrorisme, voilà la méthode utilisée par les fascistes, qui développent ainsi une demande de sécurité, et un racisme diffus qui irrigue l’ensemble de la société et finit par s’exporter partout dans le monde.

La lutte contre le terrorisme sert aussi de couverture à des opérations néocoloniales en Afrique, en Afghanistan, en Syrie, au Yémen et ailleurs dans le monde. L’islamophobie génocidaire devient peu à peu la doctrine officielle de l’Etat français et de l’Occident en général. Cette islamophobie a fini par contaminer la Chine, la Birmanie, l’Inde et le reste du monde. Cette islamophobie est l’équivalent de l’antisémitisme du 20ème siècle, et s’avère être un instrument très efficace de diffusion du néofascisme dans le monde.

Parmi les médias fascistes, CNEWS est un des pires. Praud, Zemmour, et beaucoup d’autres y développent des théories ultraréactionnaires et pratiquement antirépublicaines. Quand on parle de racisme, ils dénoncent le « racisme antiblanc »  ou le communautarisme. Lorsqu’une manif contre les violences policières est organisée, on braque le projecteur sur un incident ayant opposé une militante noire et un flic noir, de manière à faire oublier tout le reste de la manifestation, composée majoritairement de Blancs antiracistes. CNEWS, dirigée par Serge Nedjar, est un point nodal du racisme mondial, un racisme notamment islamophobe, antiarabe et antinoir. Toutes les formes de propagande d’extrême droite sont popularisées sur cette chaîne, sauf évidemment l’antisémitisme, abandonné provisoirement par les fascistes occidentaux, en attendant que les rapports de force s’améliorent en leur faveur. La stratégie des fascistes consiste à attaquer en priorité les éléments les plus faibles de la société, Arabes et Noirs, en France, pour ensuite s’occuper de leurs autres ennemis, les juifs, les francs-maçons et les gauchistes. Pour l’instant, une alliance entre fascistes cathos, fascistes juifs, fascistes arabes (Messiha, Le Pen) et fascistes anticléricaux semble avoir été scellée.

Pour les fascistes, lorsque des gens défendent leurs droits, ils sont communautaristes, alors même que ces fascistes encouragent eux-mêmes un communautarisme blanc, ou judéo-chrétien, ou catholique, ou même franco-français. Le communautarisme minoritaire n’est  qu’une réaction au communautarisme prôné par les fascistes, qui en réalité ne défendent les Blancs qu’en apparence : ils sont en fait partisans de l’inégalité partout, même au sein de la race blanche. Ils sont partisans de la diminution des droits des salariés, et des libertés des citoyens ;  ils espionnent les gens pour leur nuire, ils ne font que leur mentir sans arrêt,  les tromper,  leur cacher les éléments les plus importants de la répression étatique.

Les fascistes cachent tout ce qui est important. Ils « oublient » de dire qu’ils font tous partie de la répression secrète, qu’ils espionnent les gens par satellite, en filmant à travers les murs, qu’ils les ventriloquent, les manipulent, les font grossir, les estropient, les rendent impuissants, se moquent d’eux. Les fascistes sont des escrocs qui cachent tout ce qui est important. C’est par la censure qu’ils ont acquis leur prestige. Les gens pensent qu’il défendent les Blancs alors qu’en réalité il ne font que les tromper et nuire à leurs intérêts.

 

Les fascistes sont des menteurs, qui rêvent de rétablir l’esclavage pour les Noirs et le servage pour les Blancs. Les fascistes veulent annuler tous les progrès acquis durant les Trente Glorieuses. Ils veulent revenir au 19ème siècle sinon au Moyen-Age. Ils veulent le pouvoir et l’argent. Tout le pouvoir et tout l’argent. S’ils prennent le pouvoir, les citoyens deviendront leurs serfs pour ne pas dire leurs esclaves.

 

Les fascistes, ce sont les déchets de la société qui veulent prendre le  pouvoir pour écraser les gens normaux. Les fascistes sont la plupart du temps des voleurs, des idiots, des violeurs, des menteurs, des escrocs. Presque tous sont des fraudeurs fiscaux. La plupart sont mentalement détraqués. S’ils prennent le pouvoir, la vie des gens deviendra un enfer pire que celui qu’ils connaissent actuellement. Avec les fascistes, la vie ressemblera à un confinement permanent, avec  autorisations de sortie nécessaires, et limitation des déplacements hors activité professionnelle. Les fascistes surveillent la société et notamment les internautes ; ils veulent faire taire par tous les moyens l’expression libre en France. Ils veulent faire taire tout le monde. Ce sont des idiots largement au dessous du niveau moyen des Français. Ils font penser à un groupe de clochards, dirigés par des fous et des escrocs, qui auraient fini par dominer la société, parce qu’ils ont la possibilité d’utiliser des armes militaires secrètes contre les citoyens pour les manipuler ou le terroriser.

 

Le fascisme français, c’est une sorte de conspiration des anciens d’Algérie pour faire de la France un enfer colonial stratifié, où  néopétainistes et likoudistes se seraient alliés contre tout le reste de la population. L’idéologue de cette idéologique likoudo-pétainiste c’est Zemmour, un hypocrite professionnel, qui prétend tout dire alors qu’il cache tout.

Il faut le rappeler encore une fois : les fascistes sont des escrocs.

Dans le cas des manifestations en faveur d’Adama Traoré, les racistes tentent de créer des affaires dans l’affaire, selon la méthode employée jadis par Pasqua. Quand une manifestante s’en prend à un gendarme noir en le dénonçant comme traître, tous les médias ne parlent plus que de cela, de manière à faire oublier l’affaire de base, une bavure de la gendarmerie. Dans une autre manifestation, un individu, probablement agent des fascistes, traite un groupe de nazis qui manifestaient sur un toit pour dénoncer le « racisme antiblanc », de « sales juifs », de manière à discréditer toute la manifestation et à faire passer les identitaires pour des antifascistes alors qu’ils sont des ultraracistes. La vidéo fournie l’a été par Geoffroy Lejeune, un des responsables du torchon d’extrême droite Valeurs Actuelles, et probablement agent de certains services proches du racisme d’Etat. Le but est de diviser pour régner, de séparer le racisme habituel de l’antisémitisme. La lutte contre l’islamophobie avait elle aussi été diabolisée, les médias racistes et l’Etat fasciste tentant de faire passer les musulmans et islamistes pour des complices d’un terrorisme en réalité fomenté par les services secrets français et internationaux.

La stratégie des racistes consiste à diviser pour régner. Cette méthode un peu primaire est très efficaces. Il s’agit de diviser la résistance au fascisme, d’opposer les communautés entre elles, d’empêcher toute union des mécontents qui pourrait finir par renverser le système et rétablir la démocratie dans le pays et dans le monde.

Sur la chaîne Cnews, le journaliste Praud semble être un fasciste professionnel, un extrémiste du même acabit que Zemmour, un rusé néonazi qui a pour but de banaliser le fascisme en France. Quand on dénonce le racisme, il répond communautarisme, racisme antiblanc. Il passe son temps à inviter sur cette chaîne des  fascistes professionnels ; lorsque quelqu’un se met à dénoncer le néocolonialisme et le racisme il se met à hurler et menace d’arrêter l’émission. Dans n’importe quel pays Pascal Praud passerait pour un extrémiste dangereux. En France, on le considère comme un médiacrate mainstream respectable. La loi Pleven interdisant les appels au racisme n’est jamais respectée. Les vrais antiracistes sont la plupart du temps interdits d’antenne. Le fascisme français est l’un des plus puissant et des plus extrémistes du monde. Il est issu du pétainisme et du racisme colonial. Il était à l’origine antisémite et raciste avant de devenir islamophobe, antiarabe, anti-indigéniste. Les racistes français sont les plus islamophobes et antiarabes du monde dépassant même parfois les likoudistes israéliens dans leur haine. Le noyau dur du fascisme français est constitué d’anciens d’Algérie et de Pieds-Noirs, des gens comme Jean-Marie Le Pen et Robert Ménard, des racistes extrêmes et dangereux. Le RN actuel est lui composé de la fille de Jean-Marie Le Pen, Marine, d’origine égyptienne par sa mère, et de Jean Messiha, fasciste arabe ultra islamophobe. Ces gens tentent de faire muter le racisme antiarabe en islamophobie et en racisme antimaghrébin.

Face au fascisme français, la résistance est très faible, l’extrême droite disposant de son arme secrète, la répression satellitaire, avec laquelle elle espionne les gens, lit dans leurs pensées, les manipule émotionnellement, les torture, les ventriloque et les tue. On peut faire dire n’importe quoi aux gens en les ventriloquant. Quelque part dans le monde, quelqu’un pense une phrase qui est transmise par ondes électromagnétiques satellitaires à un intervenant d’une émission de télé, qui répète ce qu’on lui a soufflé sans même s’en rendre compte. Il est probable qu’Eric Zemmour et Elizabeth Lévy sont ventriloqués par les fascistes sans le savoir, leur discours de fascistes du 20ème siècle leur étant soufflé par de vieux nazes qui se moquent d’eux.

Les armes secrètes des fascistes sont connues de tous les journalistes mais ils refusent d’en parler, craignant que cela nuise à leur carrière ou menace leur vie. La terreur fasciste plane sur le monde, notamment en France. Personne n’ose résister au totalitarisme intégral qui vient. La duplicité et la lâcheté de toute une génération de médiacrates et de politiciens corrompus aura pour conséquence la fin de la démocratie au 21ème siècle et la mise en place d’une dictature futuriste d’une cruauté sans limite et d’une puissance inimaginable, dont personne ne pourra plus jamais se libérer.

Le silence sur le complot fasciste est un crime.

Face aux protestations contre les violences policières, les fascistes ont mis en place l’affaire de Dijon où des centaines des Tchétchènes munis d’armes à feu, en partie factices, ont convergé de toute l’Europe suite à l’agression d’un des leurs par des dealeurs dijonnais. Pendant 3 jours ils se sont sont pavanés dans un quartier populaire de Dijon, pour régler leurs comptes avec les agresseurs de leur compatriote. Tout cela sent le coup monté à plein nez. Dans le cas d’un vrai règlement de comptes, les Tchétchènes auraient agi discrètement, et auraient puni les agresseurs sans se faire repérer. Pas un seul média n’en aurait parlé. Cette affaire de Dijon n’est qu’une mise en scène de plus des fascistes, qui ont utilisé pour cela des Tchétchènes probablement aux ordres de Vladimir Poutine, pour semer la terreur dans un quartier, et salir ainsi toute l’immigration, la leur comprise. Ces incidents communautaires provoqués n’ont que des avantages pour les fascistes : ils génèrent une demande de sécurité, ils permettent à la police de réclamer plus de droits et plus de moyens, ils ridiculisent le gouvernement en place, ils favorisent le vote RN, ils divisent les musulmans du pays, ils justifient les violences policières.

La stratégie des fascistes est toujours la même : provoquer des incidents ou violences graves, terrorisme, émeutes urbaines ethniques, guerre de gangs…pour ensuite exiger une restriction des libertés et l’augmentation du pouvoir des polices, le plus souvent acquises à l’extrême droite pour ne pas dire sous ses ordres. Certains syndicats policiers semblent n’être que des groupes lepénistes chargés de contrôler le pays et de favoriser le racisme et l’extrême droite. Il s’agit de mettre en place une sorte de terreur fasciste visant les salariés, les minorités, et les contestataires en général. Le mouvement des Gilets Jaunes a été réprimé avec une violence inouïe, dans la complicité générale des médias, certains journalistes exigeant même qu’on tire dans la foule, pendant que d’autres traitaient les Jaunes d’antisémites. Le même Finkielkraut qui s’en prenait aux manifestants à gilet, considère aujourd’hui que, finalement, ces gens étaient tout à fait légitimes et que ce sont les « indigénistes » qui manifestent pour Adama Traoré qu’il faut conspuer.  Chez les fascistes et les ennemis du peuple, ce sont toujours ceux qui contestent à l’instant t qui sont le plus coupables, alors que ceux qui ont abandonné la lutte se voient parés de toutes les qualités. Quand Nasser combattait le colonialisme et le sionisme, on considérait que c’était Hitler, mais, quand les ex-nassériens se sont mis à lutter contre les islamistes, les mêmes qui les dénonçaient se sont mis soudain à glorifier leur appétence pour la laïcité. Pour les réactionnaires et les fascistes, les méchants, ce sont toujours ceux qui luttent, et les bons sont ceux qui ont abandonné le combat ou qui ont retourné leur veste.

La gauche ne comprend pas le complotisme

La gauche et l’extrême gauche n’ont toujours pas compris que la France était victime d’un complot fasciste visant à supprimer toutes les libertés et mettre en place une dictature patronale implacable. Quant un mouvement social important se développe, il y a toujours un attentat ou une épidémie pour l’étouffer. Le 11 septembre a été la réponse de la nomenklatura mondiale à l’agitation altermondialiste qui s’était notamment manifestée à Seattle e à Gène. Les fascistes écrasent les contestations sans en avoir l’air. En plus de la répression policière visible, ils mettent en place une surveillance occulte contre les internautes qu’ils harcèlent secrètement par satellite, et organisent divers agressions graves contre les peuples, terrorisme, délinquance organisée et épidémies notamment. Le fait que la gauche nie l’existence même de complots suffit à la ridiculiser et à l’empêcher de profiter du mécontentement intense et généralisé dans le monde. La gauche ne comprend pas que pour convaincre il faut d’abord expliquer les ressorts cachés du système au lieu de se contenter de crier avec les loups contre le terrorisme, l’islam ou la délinquance. Au lieu de bêler stupidement comme des moutons promis au couteau des bouchers fascistes, il faut dénoncer ces mêmes fascistes comme responsables de tous les problèmes que rencontre actuellement le genre humain et faire comprendre que les Trente Glorieuses n’ont pu avoir lieu que grâce à la défaite générale du fascisme partout.

Quand il y a un problème quelque part dans le monde, il y a toujours un fasciste qui l’a provoqué.

Parmi les méthodes des fascistes pour conquérir le pouvoir, la manipulation de la délinquance et du terrorisme. Avant l’apparition du Mind Control, les fascistes utilisaient des indics pour pourrir la vie des gens. Dans certains pays des mafias surpuissantes sévissaient, sans que personne n’arrive jamais a arrêter les délinquants, soi-disant pour manque de preuves. En réalité, ces mafias sont à la solde de la classe politique et sont utilisée pour terroriser la population, prendre le contrôle des syndicats (aux USA), créer un sentiement d’insécurité et d’injustice propice au fascistes, qui prétendent ensuite débarrasser les gens d’un fléau qu’ils ont eux-mêmes créé.

Pour le terrorisme, même méthode : les attentats « islamistes », permettent de mettre en accusation toute une communauté, de justifier des opérations criminelles dans le monde entier, et surtout de limiter les libertés des citoyens et des les mettre sous surveillance, sous prétexte de traquer des terroristes qui en réalité travaillent pour les hommes de l’Etat.

Si un minimum d’esprit complotiste n’est pas popularisé, si toute la classe politico-médiatique se met à croire tout ce que disent les responsables de le sécurité, si la gauche, au lieu de dénoncer le complot fasciste, continue de penser que ce sont les musulmans qui organisent des attentats alors que ceux-ci sont interdits par l’islam de manière claire et univoque, alors, les fascistes continueront de progresser, et de profiter des crimes qu’ils téléguident.

Ce qu’ils appellent le complotisme, c’est une analyse non naïve de l’actualité. Pour chaque événement important, il faut chercher qui tire les ficelles et à qui profite le crime, au lieu de croire bêtement ce que nous disent les médias et les dirigeants politiques, qui peuvent être soit eux-mêmes trompés par les comploteurs, soit complices des crimes fascistes.

La méthode des hommes de l’Etat consiste à manipuler des groupes ennemis, de manière à les utiliser à leur profit. Par exemple, on peut créer de faux groupes « islamistes » destinés à renforcer l’islamophobie, manipuler des provocateurs, pour développer le racisme, feindre d’appuyer un féminisme agressif, pour déconsidérer la cause des femmes, faire dégénérer des mouvements contre les violences policières en revendications uniquement raciales.

Dans l’affaire des Gilets Jaunes, un mouvement à la base appuyé par la droite avant d’être repris par les mélenchonnistes, le pouvoir a utilisé toute sa ruse et sa violence pour tenter de détruire le mouvement. Tant que le mouvement était dirigé par la droite, la police était, comme par hasard, impuissante ; quelques dizaines de manifestants violents faisaient fuir des légions de CRS, de gendarmes, de flics divers, qui se contentaient de rester à distance en lançant des gaz lacrymogènes, en évitant tout contact avec les émeutiers, qui n’étaient jamais plus de trois cents. Le monde entier a pu voir des escadrons de flics fuyant devant quelques manifestants en colère, avant de lyncher sauvagement des petits groupes de protestataires isolés, comme si le but de toute cette mise en scène était de provoquer un soulèvement populaire. On peut supposer que la hiérarchie policière, proche de LR et du FN ait décidé de gêner le gouvernement en provoquant des troubles récurrents, nuisant à la crédibilité du pouvoir, et affaiblissant la position de la France au plan international. Comment expliquer que moins d’une centaine de manifestants réussissent à brûler des mairies ou des préfectures, sans que les forces de l’ordre ne semblent voir envie de réagir ?

Par la suite, le mouvement a été plus ou  moins repris par l’extrême gauche, et là, la répression est devenue féroce. L’éborgnement, une méthode criminelle unique au monde à l’époque, semble alors être devenue la règle. Chaque samedi, au moins un manifestant était éborgné volontairement par les FDO. Une telle haine, une telle sauvagerie, face à des gens souvent âgés ne réclamant que leurs droits, a durablement sali l’image du gouvernement. Dans une démocratie, on a le droit de manifester sans se faire éborgner, ni se faire casser les dents. La haine des FDO contre les manifestants semble pratiquement inédite. Même en Mai 68, on avait pas vu ça.

Les éborgneurs n’ont pour la plupart jamais été jugés et encore moins condamnés. On peut se demander pourquoi dans un pays qui se dit démocratique, on a le droit d’éborgner des gens qui manifestent, même violemment. Parmi des victimes, des femmes et des personnes âgées. La haine féroce de la fausse dictature antisociale contre le peuple, s’est étalée lors de ces événements.

En plus de la répression bestiale, les hommes de l’Etat ont utilisé la diversion, en organisant des manifestations « écologistes », les mêmes jours que les rassemblements de Gilets Jaunes. Alors que les GJ demandaient la baisse des taxes sur les carburants, les groupes écolos au service du pouvoir demandaient eux une hausse du prix de ces mêmes carburants, pour lutter contre le « réchauffement climatique », qui est plus que probablement provoqué par des programmes militaires ayant pour objectifs de favoriser le nucléaire et de ruiner la Russie. Dans tous les cas, face au mouvement des Gilets Jaunes, les classes bourgeoises ont lancé leur propre mouvement de protestation, qui a pour objectif final de réserver la voiture et l’avion aux classes les plus privilégiées, au nom de la sauvegarde de la planète qui est en réalité surtout menacé par des centrales nucléaires anciennes qui finiront un jour ou l’autre par provoquer une catastrophe majeure.

Le mouvement Extinction Rébellion, qui se fait passer pour un groupe contestataire, semble en réalité être aux ordres du macronisme et du capitalisme financier international, qui veut, à la fois ruiner les Russes et le tiers monde, tout en limitant la qualité de vie des classes populaires, tout cela au nom d’une défense factice de la planète.

La ruse des groupes capitalistes et fascistes qui dirigent le monde est sans limite. Partout, ils inventent de fausses rébellions pour faire taire les vraies, ils font diversion en créant une fausse opposition qu’ils manipulent pour remplacer les vraies contestations.

Parmi les antiréchauffistes, il y a une partie de la droite au service des grands groupes pétroliers et des Russes, et une partie de la gauche, qui défend les intérêts des classes populaires et du tiers monde. Parmi les réchaufffistes, de nombreux écologistes trompés par le pouvoir, le lobby nucléaire, le lobby militaire, et tous ceux qui veulent ruiner les Arabes, les Noirs et les Latinos.

Tout cela nous fait comprendre qu’il faut vraiment que le débat sur le sujet s’approfondisse, et soit diffusé dans tous les médias. Il n’est plus possible que des individus tel François Gemenne, qui semble n’avoir aucune formation scientifique, se mette à hurler lorsqu’il débat avec de vrais scientifiques, juste pour cacher le fait que ses connaissances sur le sujet sont proches de zéro.

Le débat sur la question climatique doit être considéré comme une priorité pour éviter une catastrophe mondiale, qu’elle soit nucléaire ou climatique. Il faut que la classe politique et les citoyens soient réellement informés s’ils veulent éviter d’être poussés dans la mauvaise voie. Si on surestime le péril climatique et qu’on minimise le danger représenté par le nucléaire, on risque de provoquer une catastrophe atomique majeure qui pourrait rendre une partie de la planète inhabitable pendant des millénaires. Débattre sur le sujet n’est pas un luxe, mais une nécessité absolue. Personne ne doit avoir le droit de refuser le débat. Pour cela il faut que les programmes militaires secrets du type Haarp soient mieux expliqués aux citoyens. On ne peut plus cacher les éléments les plus importants de la recherche scientifique, sous prétexte de secret militaire, surtout si cette occultation doit conduire à la suppression des libertés et à des catastrophes écologiques dues à la désinformation.

Il est temps que les médias se mettent enfin à parler des programmes militaires américains secrets, dans la mesure où ils impactent la vie politique et quotidienne de tous les citoyens du monde. Il ne faut plus que les infos sensibles soient réservées au Web mais qu’au contraire elles soient débattues dans les parlements, et dans les grandes chaînes télévisées de même que dans la presse. Le secret ne profite qu’à ceux qui le gardent et non à la masse de la population.

 La torture base du système 

La torture satellitaire est à la base de tout le système néo-libéral. Quand un internaute leur déplait, les fascistes dirigeants le soumettent à des tortures électromagnétiques diverses, qui peuvent aller jusqu’à la mort, de manière à terroriser toute la société. Les journalistes et élus peuvent aussi subir la torture satellitaire, lorsqu’ils dénoncent le pouvoir de manière trop véhémente. C‘est comme cela que des individus détestés par tous peuvent être élus, et que qu’un système inique et inefficace peut perdurer. Les Oligarques ont décidé d’empêcher tout progrès social en France et en Occident, en traquant les syndicalistes et les gauchistes par ondes satellitaires. Alors que même Pétain, Mollet, de Gaulle et Mitterrand favorisaient le progrès social, les élites actuelles semblent ne se faire élire que pour nous arnaquer, en retardant l’âge de la retraite, en bloquant les salaires depuis 30 ans, en baissant les impôts des riches  pour mieux faire payer les classes moyennes,  en privatisant et détruisant les industries, payées pour cela pour les multinationales sur des comptes secrets.

La terreur satellitaire et protéiforme : torture des yeux, du dos, étouffements, céphalées, douleurs cardiaques. En plus de la torture, le harcèlement peut gêner la marche à pied, rendre impuissant ou frigide, provoquer des incidents, disputes, rixes… La puissance de la répression est énorme, et explique l’apparente apathie  de la population face à la destruction de son industrie et de son niveau de vie. Les dirigeants actuel  ne se font élire que pour nuire, pour tuer l’économie tout en supprimant les libertés. Tous les moyens sont bons pour soumettre les populations : le terrorisme, le racisme, les fausses épidémies. Tout est fait pour surveiller et punir. Peu à peu chaque personne est mise sous surveillance satellitaire automatisée, de façon à pouvoir la contrôler totalement. Tout le système vise à la mise en esclavage de la population, et notamment des classes éduquées, par une mafia oligarchique fascisante, composée de déchets de la société, cancres dyslexiques, alcooliques, fous corrompus, sadiques, assassins, pédophiles, violeurs et autres. Ces dégénérés nous disent qu’il faut rétablir l’autorité de l’Etat, ce qui signifie dans leur bouche, l’autorité de la mafia dirigeante, chargée d’écraser  les classes moyennes et les mettre sous la domination de délinquants enrichis par la corruption et la soumission à des intérêts étrangers.

La torture secrète électromagnétiques est l’arme secrète de nos dirigeants. Cette situation ne cessera que le jour où les coupables seront dénoncés, jugés, incarcérés, et qu’ainsi on pourra libérer les citoyens. Mais, la terreur satellitaire vise aussi les juges, qui craignent de condamner les voyous politiques. Balkany est un mafieux de faible envergure, et c’est pour cela qu’il a été emprisonné. Les pontes du système eux semblent à l’abri de toute punition, contrairement à ce qu’il se passe dans d’autres pays, au Brésil, au Pérou, en Israël, où d’anciens dirigeants sont emprisonnés pour de longues peines.

La France ne se débarrassera de la voyoucratie qu’en envoyant en prison les racailles politiques qui volent, violent, tuent et torturent les citoyens tout en coulant définitivement l’économie du pays. Face à la mafia corrompue et ignare qui nous dirige, il faut appuyer les juges et les encourager à mettre à l’ombre les racailles fascistes qui terrorisent le pays.

Mais la vraie solution au problème est de lever la loi du silence sur les méthodes de la répression secrète, de façon à empêcher les mafieux dirigeants de limiter les libertés et de détruire le pays. Les fascistes ne supportent pas la vérité ; si on braque la lumière sur leurs crimes ils s’écroulent, terrassés, comme désintégrés par les rayons du soleil. Ces gens sont des menteurs et des escrocs, cruels, stupides et lâches. A cause de ces ordures, la vie des citoyens devient un enfer. Les complots existent, et seuls les idiots peuvent le nier. Face aux comploteurs, seule la vérité peut libérer.

 

Laisser un commentaire

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965