30 mai 2016

L’Etat fasciste

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 14 min

 

 

 

 

Il devient de plus en plus évident que celui qui dirige le Mind Control, c’est l’Etat fasciste, qui impose sa volonté totalitaire et extrémiste aux citoyens. L’Etat fasciste contrôle la police, l’armée, les médias, la Justice. L’Etat fasciste manipule les élections. Il harcèle les internautes. Il surveille les hommes politiques. Il veille à ce que les défenseurs des libertés et de la justice sociale soit neutralisés.

Le but final de l’Etat fasciste est de mettre le FN au pouvoir. L’Etat fasciste n’a jamais supporté la démocratie. L’Etat fasciste ne veut pas de pouvoir du peuple. Ce que l’Etat fasciste appelle le peuple, ce sont les fascistes. Les fascistes seulement.

L’Etat fasciste dénonce la construction européenne qui serait la cause de l’injustice sociale alors que lui ferait pire s’il réussissait à isoler la France. Ce que l’Etat fasciste reproche à l’Europe, c’est de limiter son pouvoir abusif. Il faut néanmoins rappeler que les autres Etats européens sont aussi des Etats fascistes.

L’Etat fasciste déteste les internautes. L’Etat fasciste persécute les internautes. Dès qu’un citoyen se permet d’exprimer son opinion sur le Web, l’Etat fasciste intervient : il le met sous surveillance, le harcèle et parfois le tue, comme si nous vivions dans une dictature futuriste.

L’Etat fasciste hait la justice sociale et la redistribution. Pour les fascistes, le meilleur système et celui qui est le plus inégal possible. Le plaisir du fasciste, c’est la misère de l’autre. Le fasciste, c’est l’ami qui vous veut du mal. Les discours prétendus sociaux du FN ne sont que des leurres destinés à tromper les électeurs issus de la gauche. S’il prend le pouvoir, les citoyens pourront constater que le FN est socialement pire que l’UMPS.

L’Etat fasciste est dirigé par des préfets d’extrême droite, des commissaires de police, des généraux, des hauts fonctionnaires, des responsables des services de renseignement intérieurs et extérieurs, des juges antiterroristes et des procureurs fascistes, des retraités de toutes ces fonctions . Pour ces gens, l’ennemi c’est le peuple, la vraie gauche, la démocratie. L’Etat fasciste est aussi composé de néo-nazis infiltrés en politique, au FN bien sûr mais aussi à LR, au PS et dans tous les partis politiques et syndicats.

L’Etat fasciste espionne toute la France en utilisant les satellites de surveillance. L’Etat fasciste pratique le chantage envers les pédophiles, les violeurs, les fraudeurs fiscaux et à l’encontre de tous types de détraqués sexuels importants. L’Etat fasciste introduit ses agents dans les médias, le monde politique, les entreprises, les services de sécurité.

L’Etat fasciste ne respecte plus les lois depuis longtemps. Le seul fait d’être de gauche est déjà un crime pour l’Etat fasciste.

L’Etat fasciste organise des attentats, prétendus islamiques, pour tuer la démocratie. Après chaque attentat, l’Etat fasciste limite les libertés, utilisant pour cela, des politiciens corrompus  ou extrémistes.

L’Etat fasciste est l’ennemi de toutes les minorités : régionales, religieuses ou ethniques. L’Etat fasciste veut une population uniforme, soumise, sans autre conviction que celles de ses maitres nazis.

L’Etat fasciste dispose d’une arme suprême secrète : le Mind Control ou la surveillance et  répression par satellite.  L’Etat fasciste a réussi à maintenir le secret sur son arme de guerre, le Mind Control. De cette manière, il peut, depuis les années 80, espionner et harceler les citoyens. Il peut les faire divorcer, les rendre malade, lire dans leurs pensées, manipuler ces pensées, les tuer. Le Mind Control est un système de surveillance par satellite qui diffuse des ondes électromagnétiques qui permettent de contrôler et harceler les citoyens à distance.  Comme ce système est secret, personne ne peut le dénoncer.

L’Etat fasciste a compromis toute la société dans la répression illégale secrète : journalistes, flics, militaires, retraités, professeurs, intermittents du spectacle, académiciens, sportifs, musiciens, écrivains, acteurs, animateurs télé, députés, sénateurs, maires, élus divers, ecclésiastiques, dignitaires religieux de toutes les confessions, membres de sectes, anciens combattants.

L’Etat fasciste a corrompu toute la société et transforme le monde en un enfer qui ne profite qu’à lui. Il est temps de dénoncer l’abominable complot qui vise le genre humain.

L’Etat fasciste développe la xénophobie sous toutes ses formes : antisémitisme, islamophobie, racisme, ces formes de haines étant utilisées pour diviser le peuple et faire diversion. Les fascistes savent que le racisme étant une pulsion très puissante, il peut être utilisé pour pousser les citoyens à abdiquer toutes leurs libertés. L’Etat fasciste est viscéralement raciste, mais tout aussi viscéralement antidémocratique. Il ne supporte pas d’avoir à partager le pouvoir avec la masse du peuple qu’il méprise et exècre. A l’occasion, l’Etat fasciste collabore avec des sionistes, des islamistes, des Africains, des Roms, pour renforcer son pouvoir en France. L’Etat fasciste tente toujours de se cacher derrière des intermédiaires pour nuire en profondeur.

L’Etat fasciste a pour habitude d’opposer les minorités entre elles et d’organiser des confrontations entre minorités ethniques et majorité. Le chaos ainsi créé ne profite qu’à la dictature.

Pour résister à  l’Etat fasciste, majorité et minorités ethniques ont intérêt à collaborer. Sinon, c’est l’ensemble de la population qui sera réduite à une sorte d’esclavage.

L’Etat fasciste est rusé et stratège. Il faut être plus rusé que lui, sous peine de passer sa vie dans un enfer totalitaire qui pourra se prolonger pendant des générations.

L’Etat fasciste contrôle le marché du travail. Il peut empêcher de travailler qui il veut : internautes, gauchistes ou autres. Pour cela il peut étouffer les ciblés dans les transports,  les agresser sur leur lieu de travail en utilisant les satellite, manipuler  entreprises et administrations contre eux.

L’Etat fasciste veut faire taire les internautes par tous les moyens. Il ne supporte pas la contradiction. L’absence de réaction démocratique l’a rendu féroce et prédateur.

L’Etat fasciste est imbriqué avec le secteur privé, l’endroit où on peut gagner beaucoup d’argent. Argent qui n’est généralement pas taxé, suite à des montages financiers complexes. Après une bonne carrière dans le public, le Fasciste se dirige ensuite dans le secteur privé, où il peut monnayer son réseau de relations. Fasciste, ça devient une qualification.

L’Etat fasciste est devenu un prédateur au service du totalitarisme. En l’absence  de résistance démocratique, l’Etat fasciste risque de devenir le principal problème des sociétés du futur. L’Etat fasciste est l’ennemi absolu de la liberté et du genre humain.

La répression secrète du Mind Control est mondiale. Tous les pays sont impliqués y compris les Etats du tiers monde.  Les fascistes du monde entier se sont entendus pour écraser les peuples. Tous les médias internationaux respectent la loi du silence sur le sujet. Les fascistes de tous les pays se sont accordés pour détruire la démocratie et la remplacer par un simulacre qui ne trompe plus personne. A partir du moment où les satellites de surveillance ont la possibilité d’agresser physiquement les candidats, internautes ou journalistes qui ne leur plaisent pas, il n’y a plus de démocratie.

La nouveauté, avec le Mind Control, c’est que tout le monde participe à la répression : gauche, droite, extrême gauche, extrême droite, racistes, antiracistes. Mais, in fine, la répression secrète ne profite qu’aux fascistes et, ceux qui se sont fourvoyés dans la collaboration avec l’inacceptable, portent une responsabilité impardonnable dans l’avènement du totalitarisme intégral planétaire qui nous accable aujourd’hui.

Ceux qui sont les cibles de l’Etat fasciste comprennent vite qu’ils n’ont plus aucun droit et qu’ils sont condamnés à être les victimes du totalitarisme secret à perpétuité. Tous ceux qui collaborent avec l’Etat fasciste sont responsables du sort de ceux qui doivent subir nuit et jour les exactions du Mind Control.

Il y a des millions de personnes surveillées en permanence par l’Etat fasciste : les satellites de surveillance sont pilotés par ordinateur et nécessitent peu de main d’œuvre. Le but de l’Etat fasciste est de mettre toute la population sous surveillance satellitaire. Pour l’Etat fasciste, tout le monde doit être contrôlé en permanence. C’est un totalitarisme intégral qui est en passe de se mettre en place, l’Etat fasciste filmant les citoyens 24 heures sur 24, lisant dans leur pensée, et ayant la possibilité d’éliminer ceux qu’il veut.

La mise sous surveillance des ciblés est décidée par des commissions secrètes : le simple fait d’intervenir sur le Web est un motif de mise sous surveillance. Le simple fait d’avoir eu un jour un problème avec un membre de l’oligarchie  peut aussi justifier une cyber-surveillance à perpétuité.

L’Etat fasciste actuel ressemble à une dictature policière classique, à la différence près que les nouvelles technologies permettent maintenant un contrôle total des individus : filmage 24h/24, lecture de pensée, contrôle de l’humeur, ventrilocage, harcèlement physique,  »inoculation » à distance de toutes les maladies possible par diffusion d’ondes électromagnétiques de fréquences variées,  destruction de biens, création artificielles de fuites et de pannes.

L’Etat fasciste peut faire de votre vie un enfer. C’est d’ailleurs ce qu’il fait dès qu’il vous a repéré. Les opérateurs du Mind Control sont des gens extrêmement envieux : ils jalousent ceux qui ont une vie agréable. Dès qu’ils ont repéré un ciblé, ils le font virer de son emploi en manipulant ses collègues et sa hiérarchie, ils le font divorcer, ils le brouillent avec toutes ses relations, ils imposent à la victime un isolement presque total. Personne ne peut aider les ciblés du Mind Control. La solution généralement adoptée par les gens de l’entourage de la victime est de fuir, pour éviter d’être ciblés. Il est inutile de dire que la fuite de sert à rien : quand un individu est repéré par le Mind Control, tout son entourage présent et passé l’est aussi et, ces gens devront eux aussi subir une forme atténuée de persécution.

L’Etat fasciste vise aussi les VIP qu’il déteste généralement : il les fait grossir, maigrir, les accouple, les sépare, les ridiculise, les tue, selon le caprice des responsables du moment. Ces VIP sont pour la plupart des collaborateurs du Mind Control, et donc à la fois harceleurs et harcelés. Le Mind Control a réussi à corrompre toutes les élites, philosophes et écrivains compris.

Le but de l’Etat fasciste est de mettre en place une société totalitaire, où les services de surveillance seront les maîtres absolus. L’Etat fasciste veut nous réduire en esclavage. L’Etat fasciste favorise les sympathisants néo-nazis et d’extrême droite, au détriment de tous les autres. Partout, l’Etat fasciste infiltre des nazis et fait exclure les démocrates et les gauchistes.

L’Etat fasciste dirige directement tous les médias par le biais des ventriloques : on peut ventriloquer des gens par ondes électromagnétiques satellitaires. C’est, entre autres, par le biais de ces ventriloques que l’Etat fasciste peut faire passer son message génocidaire et totalitaire dans tous les médias de droite et  de gauche. C’est l’Etat fasciste qui organise la propagande islamophobe en France et dans le monde. La stratégie de l’Etat fasciste est simple : commanditer des attentats « djihadistes » et ensuite lancer une campagne islamophobe permanente qui ne profite qu’à l’extrême droite néo-nazie.

L’Etat fasciste peut aussi truquer les élections : il peut par exemple gêner les candidats qui ne lui plaisent pas en provoquant de petits incidents de manière à discréditer la personne en question. Cette méthode a été utilisée pendant un certain temps contre Jean-Luc Mélenchon. Le Mind Control peut également diriger la campagne de ses ennemis dans un sens qui déplait aux électeurs : par exemple, il peut pousser les candidats de gauche à ne faire aucune proposition concrète (32 heures, hausse des minima sociaux…), de manière à ce que ceux-ci ne récupèrent que très peu de votants. Le Mind Control agit par suggestion électromagnétique, méthode de contrôle des esprits surpuissant, qui devrait être connue du grand public si on veut éviter un basculement dans la dictature.

L’Etat fasciste est plus puissant aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été à n’importe quel moment de l’histoire. Il a éradiqué ou récupéré toute forme d’opposition. Il dispose d’une technologie secrète qui lui permet de diriger les élites et de domestiquer toute forme d’opposition. Il nous a transformés en serfs. Il se moque de nous. Il est temps de rétablir la démocratie et de transformer l’Etat fasciste en Etat républicain.

L’Etat fasciste utilise le neurophone ou voix silencieuse pour communiquer et harceler. Ce dispositif qui vise l’oreille interne permet de faire entendre des voix off aux membres du complot et à ceux qui sont harcelés. Lorsqu’ils utilisent les voix silencieuses, les membres du Mind Control, peuvent laisser libre court à leurs tendances profondes, néo-nazies le plus souvent. On comprend que ceux qui dirigent la France, sont pour la plupart des antisémites exterminateurs, des islamophobes enragés, des racistes viscéraux, des ennemis de la démocratie. Depuis des années ces néo-nazis se pistonnent entre eux et excluent progressivement tout ceux qui croient encore à la démocratie. C’est la stratégie John Silver : les honnêtes républicains sont éliminés et remplacés par de la racaille nazie, composée de comploteurs, de violeurs, de pédophiles, de fraudeurs fiscaux, de sadiques, de génocidaires, d’assassins, de fous haineux. Ceux qui prétendent combattre la délinquance sont eux-mêmes des délinquants de la pure espèce, des gens qui sont ennemis de toute forme de liberté, des gens qui jalousent tous les autres, des gens qui ne rêvent que de meurtre, de torture et d’humiliation.

Le voix silencieuses sont diffusées par les satellites de surveillance, partout et toujours. Ces satellites captent et décryptent les ondes émises par le cerveau, les traitent par ordinateur, et les transmettent à la cible, qui elle même répond mentalement en émettant des ondes qui seront décryptées et renvoyées à l’ « interlocuteur ».  Ces voix silencieuses peuvent permettre aux services de sécurité de communiquer discrètement entre eux. Elle permettent également aux fascistes de harceler leurs cibles, des les insulter, de les menacer, et ce nuit et jour, pendant des années. Le neurophone est une arme secrète du fascisme destinée à écraser la démocratie. Cette arme secrète doit être dénoncée, si nous ne voulons pas que nos enfants vivent un jour dans un enfer totalitaire futuriste.

La force des néonazis comploteurs, c’est le secret. Ils ont réussi à imposer une omerta sur le Mind Control et la répression secrète, pour prétendument combattre un terrorisme, qu’en réalité ils organisaient eux-mêmes. Les fascistes sont des délinquants rusés et malfaisants. C’est gens représentent le danger le plus prégnant pour nos ex démocraties.

Le neurophone est aussi utilisé pour gêner les journalistes et animateurs : pendant qu’ils présentent leurs émissions, des fascistes politiques et sécuritaires les insultent silencieusement, les manipulent, les dirigent  où ils veulent. De cette manière, l’Etat fasciste peut écraser le quatrième  pouvoir et le transformer en une simple officine de propagande et de répression. Il faut que les journalistes se décident à refuser les voix silencieuses, les pressions électromagnétiques et la loi du silence sur le Mind Control qui mine la démocratie depuis les années 80. Grâce à l’omerta, les fascistes sont systématiquement impunis, quelques soient les crimes qu’ils commettent. Par contre, les citoyens innocents et apolitiques sont eux punis et opprimés, juste parce qu’ils ne savent pas se défendre, juste parce qu’ils ne savent même pas qu’ils sont attaqués.

Pour libérer les citoyens, il faut les informer  du complot qui les vise depuis des décennies et qui a pour objectif de les réduire à un asservissement éternel.

L’Etat fasciste déteste les internautes. Il déteste l’Internet. Il persécute les internautes par tous les moyens possibles, et notamment par les satellites du Mind Control. Certains internautes sont agressés nuit et jour depuis des années par l’ Etat fasciste, sans que personne ne proteste. L’Etat fasciste ne veut pas de  presse libre et encore moins de Web libre. Il ne veut pas que les citoyens puissent s’exprimer et exiger que leurs intérêts soient défendus. L’Etat fasciste est aux mains de l’extrême droite. Il a pour objectif de supprimer la démocratie en France, en Europe et partout dans le monde.

L’Etat fasciste est antisocial : il est partisan des les baisses de salaires, de la suppression des 35 heures, de la suppression des congés payés, de la suppression du droit au travail, de la suppression du droit à la retraite et voire même pour l’abolition du salariat et son remplacement par un statut d’autoentrepreneur où le travailleur perdrait ses derniers droits.

L’Etat fasciste écrase les mouvement sociaux avec la dernière sauvagerie : il éborgne, met dans le coma, asphyxie,tue discrètement. L’Etat fasciste repère les manifestants, les met sous surveillance satellite, et les agresse ensuite secrètement pendant des années. La rage vindicative de l’Etat fasciste n’a plus de limites. Il est d’autant plus agressif que la contestation est timorée. Alors que des millions de personnes devraient descendre dans la rue pour protester contre la répression secrète satellitaire, on constate que tous collaborent avec elle et que certains dirigeants de gauche continuent de prétendre que nous vivons en démocratie alors qu’il suffit d’être un peu informé pour savoir qu’en réalité, la France n’est plus un Etat démocratique.

L’Etat fasciste prétend ne persécuter que les sans-papiers et les musulmans alors qu’en réalité c’est toute la population qui est écrasée par sa tyrannie. Les minorités ethnique sont utilisées pour faire diversion, pour faire croire que l’Etat fasciste défend les français blancs, alors même qu’au contraire ce sont eux qui constituent la cible finale de l’Etat fasciste.

L’Etat fasciste hait les classes moyennes éduquées : il déteste ces gens qu’il appelle les bobos et qui bénéficient de droits insupportables à ses yeux : le droit de vote, le droit à l’éducation, le droit de manifester, le droit de contester. L’Etat fasciste va faire en sorte que les citoyens n’aient plus aucun droit. Il commencera par limiter l’accès à l’écriture sur l’Internet pour les simples citoyens, puis, il créera des délits d’opinions de plus en plus sanctionnés et ensuite il accusera de terrorisme les grévistes, les gauchistes, les défenseurs des droits de l’homme. L’Etat fasciste fera en sorte que les élections se réduisent à une mascarade où un fasciste s’opposera à un autre, où l’opposition au fascisme en place sera incarnée par un fascisme encore plus extrême. L’Etat fasciste coincera le citoyen dans un labyrinthe où il n’y aura pas de sortie. L’Etat fasciste est l’ennemi du peuple. Il est hors de la démocratie. Il est l’ennemi de la démocratie.

Le meilleur moyen de combattre l’Etat fasciste est de dénoncer ses agissements criminels : il faut lever la loi du silence sur la répression secrète, sur le terrorisme manipulé par l’extrême droite, sur les atteintes à la vie privée, sur la collusion entre néo-nazis et services de répression.

Sans dénonciation de l’Etat fasciste et de sa répression illégale, c’est un monde orwellien qui nous attend.

L’Etat fasciste torture les gens, scalpe les gens, fait grossir les gens. Pour torturer, les ondes satellitaires miment des maladies ou malaises naturels. Les ciblés croient être malades alors qu’ils sont attaqués. L’Etat fasciste fait grossir les gens, juste pour que les fascistes ne soient plus les seuls à être obèses ou pour qu’ils soient les seuls à avoir un poids acceptable. L’Etat fasciste veut que les classes moyennes et pauvres deviennent laides en plus d’être démunies et stressées.

Le problème de la répression secrète, c’est qu’elle ne rencontre aucune résistance, justement parce qu’elle est secrète. Et elle reste secrète, parce que les médias, les gauchistes, les républicains et les défenseurs des libertés ne font pas leur travail, corrompus ou terrorisés par le Système.

Les résultat de l’action de l’Etat fasciste depuis une trentaine d’années est l’arrêt de la croissance économique et du progrès social, la fin des droits de l’homme, la fin de la vie privée, la fin du droit au travail. Le seul moyen de récupérer tous ces droits est de dénoncer les crimes de l’Etat fasciste, pendant qu’il en est encore temps. Il ne faut plus laisser les délinquants fascistes persécuter secrètement les citoyens. Il faut que ceux qui espionnent et harcèlent les gens par satellite soient punis de manière exemplaire, de manière à éviter que notre société ne devienne un enfer géré par des bourgeois fous ou des nazis psychopathes.

Tous ces bien-pensants qui prétendent combattre la délinquance sont souvent les pires des délinquants : le soir ils se mettent au manettes des satellites de surveillance et laissent entrevoir leur vrai visage : celui de malfaisants diaboliques et fous qui insultent, harcèlent, torturent et tuent.  On constate que beaucoup de vieux haineux issus de l’Etat fasciste continuent de nuire longtemps après leur départ à la retraite. Grâce à leurs connexions sur certains sites du Web, ils peuvent agresser impunément salariés, autres retraités, étudiants, enfants, personnes qui n’ont souvent commis d’autre crime que celui d’être internautes, de gauche, parents d’internautes, grévistes, anciens grévistes, anciens soixantehuitards. Les fascistes ont la mémoire longue. Il est temps que les forces démocratiques mettent ces vieux haineux au pas, par exemple en les mettant en prison, pour les crimes qu’ils ont commis avec les satellites du Mind Control.

 

L’Etat fasciste choisit lui même les dirigeants politiques : il fait virer les gens qui le dérangent, Montebourg, Seguin, Strauss-Kahn, Jospin, Rocard. Les gens qui dérangent l’Etat fasciste sont les bons, ceux qui obtiennent des résultats économiques positifs, ceux qui cherchent à redresser le pays. Les fascistes ne veulent pas de croissance économique. Ils veulent prolonger indéfiniment le marasme industriel actuel, de manière à affamer progressivement les classes moyennes et les forcer à  voter pour les partis d’extrême droite. Quand l’économie va, plus personne ne vote pour les partis liberticides ; cette loi politique a déjà été vérifiée durant les années 20 et 30.

L’élimination de DSK de la course à la présidentielle de 2012 a été une illustration particulièrement claire de la puissance de l’Etat fasciste. DSK était considéré comme le père des 35 heures et l’artisan de la réussite économique des années Jospin : 2 millions d’emplois ont été créés, la croissance a atteint les 4%, les déficits ont été réduits, les salaires augmentés. La France est devenue à cette époque le pays le plus dynamique d’Europe.  Jospin a néanmoins été éliminé dès le premier tour de 2002, en raison de la propagande haineuse des médias racistes qui ont, par leur diffamation islamophobe permanente, permis au FN d’être présent au second tour des présidentielles.

En 2011, DSK était le grand favori des élections présidentielles, ce que n’a pas du tout apprécié la caste de nazis racistes et antisociaux qui dirige secrètement la France. L’affaire du Sofitel de New-York a évidemment été planifiée par le nazisme international. L’agression de la femme de ménage Nafissatou Diallo a probablement été orchestrée par le Mind Control, qui peut manipuler les gens à distance, et provoquer ainsi des comportements inappropriés, contre la volonté des ciblés. L’élimination politique de DSK a été voulue par le lobby fasciste, qui a sélectionné à sa place, François Hollande, personnage lié à l’extrême droite par sa famille, et dont la fonction semble n’être que de garder l’Elysée au chaud en attendant le retour de la droite. Alors que DSK aurait pu relancer l’économie et écraser le FN, François Hollande a fait exactement le contraire : le FN tutoie les 30%, l’économie va mal, le racisme et le fascisme sont encouragés par les médias, le néo-colonialisme fait des ravages en Afrique et au Proche-Orient et la gauche est au plus bas.

Lorsque des pédophiles et des violeurs accusent DSK d’agression sexuelle, il y a de quoi rire. DSK est un des rares professionnels de la politique de haut niveau à n’être pas pédophile. On ne voit donc pas au nom de quoi il a été éliminé du monde politique, pendant que les pédophiles eux, sont toujours là.  Ce qu’on reprochait à DSK, ce sont des mesures sociales du type 35 heures ou hausse du smic, alors que les braves patriotes eux, ne veulent pas concéder le moindre centime aux classes moyennes et populaires.

On reconnaît les « patriotes » au fait qu’ils ne donnent jamais rien aux classes moyennes et populaires. La justice sociale est une notion contraire à leurs valeurs profondes. Ils sont pour la dictature et l’inégalité, à condition que ce soient eux les privilégiés. Quand ils viennent de milieux pauvres, les fascistes veulent juste remplacer les riches, leur voler leur argent et leur pouvoir, sans pour autant bien sûr améliorer le sort des classes moyennes et populaires. Une dictature de l’extrême droite serait pire que celle des bourgeois actuels, il ne faut pas l’oublier.

Face au complot de l’Etat fasciste contre DSK, on constate qu’aucune protestation ne s’est fait entendre, hormis quelques cas isolés. Les élites sont devenues totalement amorphes face au complot fasciste. Elles avalent tout ce qu’on leur présente, sans faire preuve du moindre esprit critique. Toute remise en cause de la propagande grossière des médias est immédiatement qualifiée de discours complotiste et donc discréditée. Si on ne peut pas remettre en cause la vérité officielle ou officieuse, alors, les fascistes vont gagner, et l’avenir risque de se révéler affreux dans nos prétendues démocraties.

L’Etat fasciste aime le foot. Il profite des compétitions internationales pour encourager une sorte de patriotisme artificiel et malsain ; la classe politique incompétente et corrompue pense toujours pouvoir profiter des victoires sportives pour remonter dans l’opinion.

Les compétitions sportives, et singulièrement le championnats de foot, sont truquées. On peut facilement gêner les joueurs adverses en utilisant les ondes électromagnétiques satellitaires. Les résultats truqués sont établis à l’avance, après d’âpres négociations entre fascistes des divers pays participants à la compétition.

La classe politique veut nous imposer son « amour » du football, alors qu’au moins les trois quarts des gens ne sont pas intéressés par ce sport. Certains dirigeants politiques pensent qu’ils sont payés pour organiser des compétitions sportives et non pour résoudre les questions du chômage et du développement économique…

L’Etat fasciste aime tout ce qui est truqué ; il veut tirer les ficelles partout. Il est probable que l’Etat fasciste truque d’ores et déjà les élections. On remarque que dans de nombreux pays du monde, les résultats au élections sont très proches du 50/50, et ce de manière très fréquente. On dirait que l’Etat fasciste veut semer le doute sur la validité des processus électoraux, de manière à provoquer des débuts de guerre civile, que seul un coup d’Etat pourra alors éviter. L’Etat fasciste abhorre le vote démocratique ; il veut ridiculiser la démocratie.

Pour truquer les élections, il faut mettre les maximum de gens sous surveillance, et contrôler ainsi leur vote. On peut aussi installer des satellites de surveillance au dessus des isoloirs et diriger alors les votes des indécis. Ceux qui hésitaient n’hésitent plus quand les rayons électromagnétiques prennent le contrôle de leur esprit : ils votent fasciste. Les élections sont truquées. Sans l’action des rayons satellitaires, le FN ferait la moitié de son score, et les partis qui défendent les classent populaires et moyennes doubleraient au moins leurs résultats. Pourquoi des électeurs sains d’esprit iraient-ils voter pour des nazis qui supprimeraient leurs dernières libertés s’ils prenaient le pouvoir ? Pourquoi des électeurs sains d’esprit iraient-ils voter pour la droite qui travaille en réalité pour le Médef ou pour des mollétistes qui oeuvrent à la fois pour le Médef et le nazisme international et en l’occurrence le FN ?

L’Etat fasciste prétend que les syndicats sont minoritaires et que leurs grèves nuisent à l’image de la France. Pour le monde entier, la France c’est le pays des droits de l’homme, de la révolution de 1789 et des intellectuels de gauche. Pas le pays de Pétain et du Médef !

L’Eta fasciste impose des réformes antisociales à tous les gouvernements, de droite comme de gauche. L’Etat fasciste élimine tous les hommes politiques qui tentent d’améliorer le sort des classes moyennes et populaires. Si l’Etat fasciste veut imposer des lois sociales iniques, il ne doit au moins pas prétendre que les citoyens approuvent ces lois. Si on faisait des referendum sur les lois antisociales présentées par les hommes de l’Etat, on constaterait que plus de 70% des électeurs les refuseraient. Les syndicats minoritaires dans les entreprises, représentent en réalité la majorité de l’opinion. Personne ne veut de lois qui nuisent aux intérêts des salariés. Par une ruse digne d’un joueur de bonneteau, l’Etat fasciste minoritaire veut faire croire que ce sont les représentants des salariés qui le sont.

L’Etat fasciste est rusé et criminel. L’Etat fasciste est le plus grand ennemi du peuple. L’Etat fasciste doit être démocratisé. Et pour cela, il faut dénoncer son arme secrète, le Mind Control.

Diversion

Pour assurer sa domination, l’Etat fasciste applique la stratégie de la diversion : il utilise par exemple des sujets comme les Roms ou les musulmans pour cacher le fait qu’il ne fait que nuire à ses administrés et qu’il ne travaille que pour le fascisme et la ploutocratie. L’Etat fasciste aime aussi les grandes compétitions sportives, tel le foot ou le rugby, pour faire oublier qu’il opprime le peuple chaque jour un peu plus. Les politiciens fascistes (hormis ceux du FN) sont tous des dingues de foot, alors que la plupart du temps ils n’ont jamais joué de leur vie à ce sport…

En France, en Belgique, les médias sont en permanence focalisés sur le terrorisme « islamique » commandité par l’Etat fasciste lui-même. Il va de soi qu’aucun musulman n’a intérêt à collaborer avec un terrorisme entièrement issu de services secrets fascisants et d’élus proche de la mouvance d’extrême droite. Pour les musulmans, le terrorisme « islamique » est le pire ennemi, dans la mesure où il n’a été créé que pour isoler , stigmatiser et détruire les communautés musulmanes, en Occident ou dans les pays d’origine.

Le terrorisme est un des piliers de l’Etat fasciste : il sert à faire diversion d’une part, et à renforcer des lois répressives qui sont supposées ne s’appliquer qu’aux « islamistes » mais qui en réalité visent tout le monde d’autre part.

Sport et terrorisme sont les deux mamelles de l’Etat fasciste. Les médias ne parlent d’ailleurs que de ces deux sujets. Les luttes sociales sont le plus souvent exclues des informations, ou ne sont évoquées que pour signaler leur défaite. Les médias aiment les ouvriers qui occupent des usines qui ferment, les luttes sans espoir qui illustrent l’inutilité de toute résistance et tout ce qui permet de démontrer l’impossibilité pour les salariés d’obtenir la moindre victoire.

Quand les salariés résistent de manière un peu trop âpre, comme dans le cas de la lutte contre la loi travail, alors, l’Etat fasciste baisse le masque et fait tout simplement interdire les manifestations, chose qu’il n’avait jamais faite avec les patrons violents qui détruisent les portiques ou brûlent les centres du fisc. Pour l’Etat fasciste, la seule violence légitime est celle qui émane du patronat de droite et d’extrême droite.

L’Etat fasciste considère le sport comme une diversion de premier choix : au football, il sélectionne lui-même les joueurs, truque les matches par satellite, et fait passer un message au pays par le biais des compétitions sportives. Par exemple, le gouvernement mollétiste actuel ne veut pas d’Arabes dans l’équipe de France. Ceci n’a rien d’étonnant de la part de gens qui sont plus ou moins issus de l’extrême droite et notamment de l’OAS. Le scandale, c’est que les politiques se croient autorisés à s’incruster dans le sport et à le pourrir par leurs calculs politiciens et leur chauvinisme déplacé.

Dans le cas de diversion islamophobe, l’Etat fasciste est devenu un spécialiste de l’islam : il étudie toutes les formes possibles de cette religion, pour mieux l’infiltrer et lui nuire. Il incruste des collabos islamophobes dans les mosquées et les associations, ces agents fascistes ayant pour mission de pousser les musulmans au terrorisme, le terrorisme étant le meilleur moyen de persécuter les musulmans en feignant de protéger la société. La nature criminelle de l’Etat fasciste sans réel contre-pouvoir s’affirme un peu plus chaque jour. L’Etat fasciste pense avoir tous les droits. L’Etat fasciste est rusé : des énarques, des polytechniciens, des psychiatres, des experts en psychologie se réunissent et travaillent chaque jour à détruire la démocratie, le tout payé avec l’argent de nos impôts bien sûr…

Les citoyens doivent considérer que l’Etat fasciste est un ennemi qui est à la source de tous leurs problèmes. Le but de toute résistance n’est évidemment pas de détruire l’Etat mais plutôt de le démocratiser, pour qu’il cesse d’être ce monstre haineux qui persécute les citoyens et détruit le pays par la crise économique permanente et la division.

 

Islam

 

L’islam, et plus précisément l’islamophobie, est une des bases de l’Etat fasciste actuel, en France et dans le reste du monde. Partout, l’Etat fasciste organise le terrorisme, pour ensuite supprimer les libertés et organiser des persécutions. Les seuls à profiter du terrorisme, ce sont les fascistes. Plus il y a d’attentats, et plus le fascisme monte. Ce n’est pas un hasard. Depuis l’époque romaine on sait que pour faire une enquête criminelle, il faut toujours chercher à qui profite le crime. Seuls des naïfs peuvent croire que le terrorisme « islamique » n’est pas planifié par l’Etat fasciste. Depuis le 11 septembre 2001, le monde a sombré dans le fascisme le plus dur. Des dizaines de millions de citoyens, partout dans le monde, sont surveillés et harcelés, alors même qu’ils n’ont aucun lien avec l’islam et qu’ils ne font pas de politique. L’objectif de l’Etat fasciste est d’espionner le plus de monde possible, de manipuler l’opinion, de truquer les élections, et finalement de mettre l’extrême droite au pouvoir partout, dans le but de la préparation d’une nouvelle guerre mondiale. Les fascistes adorent les guerres qui leur permettent de laisser libre court à leurs instincts bestiaux et à leur démence congénitale. N’oublions pas que d’ores et déjà, les fascistes surveillent les internautes et tentent de les faire taire par tous les moyens. Les fascistes ne supportent pas qu’on dénonce leurs escroqueries permanentes. Ces gens qui manipulent les opinion en utilisant notamment les satellites de surveillance ne peuvent admettre qu’on explique et dévoile leurs ruses immondes.

Il ne faut jamais oublier que les fascistes sont des escrocs. Tout ce qu’ils disent est faux ou tronqué. Quand ils prétendent défendre les salariés, il faut savoir que leur objectif réel est en réalité de supprimer tous leurs droits sans exception. Quand il prétendent défendre les libertés, ils organisent au contraire le totalitarisme le plus dur. Quand ils prétendent défendre la paix, il recherchent au contraire la guerre, dès qu’il le peuvent. Généralement, ils sont bien cachés durant les guerres qu’ils provoquent et en profitent pour se remplir les poches, hormis quelques fascistes fous qui soignent leur démence sur les champs de bataille…

La guerre contre l’islam qu’ont organisée les fascistes internationaux n’est pas un point de détail. C’est l’un des piliers du complot fasciste contre la démocratie. Beaucoup, à gauche, tombent dans le piège fasciste : ils dénoncent les musulmans, toujours obscurantistes et terroristes bien sûr, alors qu’en réalité, c’est l’islamophobie qu’il faut dénoncer. Pour la gauche et la République, l’islamophobie est un piège mortel. On commence par dénoncer l’ « intégrisme » et on finit par se retrouver au FN. Les fascistes piègent leurs proies de gauche en provoquant un long glissement qui s’achève chez Hitler et Pétain. Ils avaient déjà fait le coup dans les années 30, recrutant des militants de gauche par le biais de l’antisémitisme.

Par exemple, la défense de la laïcité profite à toutes les minorités à commencer par les musulmans. Dans un Etat non laïc, les protestants, juifs, bouddhistes, et musulmans n’auraient aucun droit clair. Dans le pire des cas, ils pourraient se retouver obligés de se convertir à la religion dominante sous peine d’être expulsés ou exterminés. Les fascistes qui prétendent défendre la laïcité sont des tartuffes. Ce qu’ils défendent en réalité, c’est le racisme et l’intolérance. Tout ce qu’ils disent contre les musulmans peut aussi être appliqué aux protestants et aux juifs.  Les accusations de refus d’intégration ont déjà été formulées contre les juifs pendant des millénaires. C’est une ruse traditionnelle des fascistes de toutes les époques. Durant l’Inquisition, la conversion ne suffisait plus. Il fallait s’assurer qu’elle était sincère. Pour ce, on torturait et brûlait les malheureux qui s’étaient fait prendre, pour être bien sûr qu’ils ne continuaient pas à pratiquer leur ancienne  religion en secret.

Derrière cette accusation de refus d’intégration, c’est en réalité la diversité religieuse et culturelle qui est visée : si on suit les fascistes, le summum de l’intégration, c’est de renier sa religion minoritaire pour embrasser la religion dominante ou une sorte d’athéisme nationaliste et raciste. Et là encore, le minoritaire se verra reprocher ses origines ou son ancienne religion. Plusieurs études sociologiques prouvent que ce sont ceux qui renient leurs origines qui ont le plus de mal à s’intégrer. Dans un pays civilisé, les classes dirigeantes n’ont pas à imposer quoique ce soit aux citoyens : ni leur orientation sexuelle, ni leurs croyances politiques, ni leur religion. L’Etat n’a pas non plus à écraser les cultures régionales, dans la mesure où celles-ci ne briment pas les étrangers à la région. La diversité religieuse est le fondement de toute vie dans une société démocratique. L’intégration ne passe pas par le renoncement à ses croyances, mais au contraire par l’écrasement du fascisme uniformisateur, qui tente de niveler les populations par le bas.

La lutte actuelle des fascistes contre l’islam, n’est que le stigmate d’un combat plus global contre les libertés des citoyens. Pour comprendre à quel point la société est menacée, il faut savoir que les comploteurs fascistes cachent depuis plus de 30 ans la répression secrète sauvage qui s’abat secrètement sur tous, le Mind Control. Ils ont réussi à faire taire les associations de défense des droits de l’homme, tous les partis politiques, tous les syndicats, tous les journalistes, à un point où, pour savoir que ce système existe, il faut en faire partie ou être visé par lui. Pour pouvoir maintenir une telle loi du silence, il faut que le Système soit d’une puissance extrême, et qu’il représente donc un danger existentiel pour les démocraties et ceux qui y vivent.

Le fascisme est déjà en place ; il ne lui reste plus qu’à officialiser son statut en mettant en place des dictatures d’extrême droite dans le monde entier.

La lutte contre l’islam est pour les fascistes un point central. On peut constater que depuis les années 80, et singulièrement depuis 2012, les médias ne parlent que d’islam et de terrorisme. Pour parler des terroristes qui ne tuent que des innocents de toutes religions, chrétiens, juifs mais surtout musulmans, notamment en Syrie, Irak, Afghanistan, les médias crypto-nazis utilisent le terme « djihadiste », qui est une véritable insulte pour les musulmans, dans la mesure où le djihad est pour cette religion, un combat contre soi-même et contre des ennemis identifiés par des autorités religieuses compétentes (et non par de faux imams payés par les services). On ne peut donc pas qualifier de djihadiste des gens qui n’assassinent que des innocents, et qui visent plus spécialement les musulmans. En Syrie, en Irak, en Libye, Daesh a assassiné des dizaines de milliers de musulmans, suivant en cela les ordres de ses maîtres des services secrets impérialistes.

Tout le monde a bien compris que les fascistes tentent de structurer la société autour de l’islamophobie, et cette tendance est particulièrement accentuée chez les mollétistes (membre de la fausse gauche pro-patronale, pro-coloniale et raciste) islamophobes au dernier degré. Tout est fait pour que l’islamophobie génocidaire devienne l’idéologie officieuse de la société. Il est bien évident que puisque les musulmans sont responsables de la délinquance et du terrorisme, il faudra s’en débarrasser d’une manière ou d’une autre. Le plan envisagé par les fascistes est probablement une extermination discrète dans des camps secrets, pour tenter de réaliser une nouvelle shoah, réussie cette fois.

Les musulmans ne se doutent pas du sort qui les attend s’ils continuent de rester inertes face à l’islamophobie et au Mind Control.

L’islam actuel est totalement pénétré par les agents fascistes islamophobes qui veulent le détruire de l’intérieur. Les services secrets fascistes et leurs auxiliaires privés infiltrent en masse les milieux musulmans et poussent ces derniers au terrorisme. Ces indics musulmans peuvent être des délinquants, des sans-papiers ou des arrivistes sans scrupules, prêts à faire massacrer leurs frères pour obtenir quelques petits avantages ridicules. Ces collabos seront jetés à la poubelle par les racistes, dès qu’ils auront cessé d’être utiles.

La totalité du terrorisme « islamique » est dirigé par les services islamophobes, à l’instigation du fascisme qui est le seul à profiter de la terreur. C’est un point qu’il faut bien comprendre si on veut pouvoir éradiquer à la fois le fascisme et le terrorisme. Il faut bien comprendre que c’est l’islamophobie qui est fasciste et génocidaire et non l’islam qui au contraire combat le racisme et l’oppression. Les vrais islamistes ce sont par exemple le régime iranien, les frères musulmans et les tendances de ce genre. Ces tendances sont bien sûr elle aussi infiltrées par les islamophobes des services spéciaux impérialistes, mais disposent d’une idéologie suffisamment puissante pour résister à ces forces nuisibles. Les faux islamistes, ce sont les terroristes de Daesh, d’AlQaeda, de Boko Haram ou d’autres groupes criminels, dont le but réel est de nuire à l’islam et aux musulmans. Ces groupes criminels ne sont pas des djihadistes mais au contraire des anti-djihadistes. Tout ce qu’ils font nuit au musulmans et à la démocratie. Ce n’est pas par hasard : ces groupes sont liés à l’extrême droite internationale dont les ennemis sont justement l’islam, le judaïsme et la démocratie. Les terroristes sont un des éléments du complot fasciste ; ils constituent avec les crises économiques provoquées, le Mind Control, et la délinquance de masse, les piliers de la conjuration totalitaire visant à mettre en place une dictature mondiale au service du fascisme et du grand capital.

Sans terrorisme, personne n’accepterait les atteintes aux libertés que constituent les plans vigipirates et autres lois du renseignement intérieur. Le terrorisme, comme la délinquance, constitue le prétexte à la suppression des libertés. Ne pas dénoncer les vrais manipulateurs de ce terrorisme est une erreur fatale pour la démocratie. Si on ne dit pas que ce sont les fascistes qui organisent tous les attentats pseudo islamistes, alors, personne ne pourra empêcher l’avènement du néo-nazisme dans le monde.

Dénoncer ceux qui tirent les ficelles du terrorisme (les fascistes) est une obligation stratégique. Si ce travail de levée de l’omerta n’est pas accompli, c’est un 21ème siècle d’oppression et de terreur qui accablera les générations futures.

Les racistes islamophobes veulent détruire l’islam de l’intérieur, comme il l’ont déjà fait avec le communisme. Dans les années 70, de nombreux groupe « trotskistes » étaient en réalité des instruments des services secrets, français, américains ou autres. Leur but était de récupérer les contestataires, des les reprogrammer pour ensuite les transformer en  néo-conservateurs fanatiques, du genre de ceux qui sont au pouvoir actuellement en Occident et qui bombardent sans relâche les musulmans partout dans le monde.

Les Khmers Rouges sont aussi réputés avoir été des agents de l’impérialisme et du colonialisme. Ces gens, qui ont vidé les villes et déporté leurs habitants dans les campagnes, étaient manipulés de manière à nuire à l’idéologie communiste et à la gauche en général. Ces pseudo communistes ont détruit à la fois l’économie du pays et son patrimoine culturel. Ils ont finalement été vaincus par les communistes vietnamiens, de véritables communistes, eux.

Les méthodes policières sont toujours les mêmes depuis des siècles : infiltrer, manipuler, diviser, isoler et détruire. A la fin du 19ème siècle, des anarchistes ont assassiné le président Sadi Carnot et ont lancé une bombe dans l’assemblée nationale. Ces attentats terroristes ont été le prétexte à une sévère répression contre l’ultra gauche, ce qui a permis d’éviter une nouvelle révolution, malgré le mécontentement général. La gauche a ensuite été laminée par le nationalisme anti-allemand, qui était un piège à éviter absolument. Ce que les fascistes appellent le patriotisme, est une arnaque politique qui ne profite qu’aux forces autoritaires et antisociales. C’est ce qu’avait bien compris Lénine, qui est sorti de la première guerre mondiale dès qu’il a pris le pouvoir, ce qui lui a permis d’éradiquer l’ennemi intérieur, le tsarisme, c’est à dire le fascisme local de l’époque.

Tout guerre profite aux fascistes ; toute guerre est à éviter, dans la mesure du possible. Si le nazisme avait été neutralisé dès les années 30 par les armées alliées, la seconde guerre mondiale aurait pu être évitée mais, certains dans la classe politique européenne considéraient malheureusement, qu’il valait mieux Hitler que le Front Populaire, et que l’occupation allemande était une divine surprise, une occasion inespérée de se débarrasser des communistes, des francs-maçons et des juifs. Le patriotisme des fascistes a ses limites. Il s’arrête là où commencent les intérêts de la réaction, les ennemis de la République étant d’ailleurs des spécialistes de la collaboration avec les puissances étrangères, ayant bien compris que la vraie guerre est la guerre interne, la lutte entre la droite et la gauche, le combat entre la réaction et le progressisme, la bataille éternelle entre les oppresseurs et les opprimés.

Généralement, c’est toujours la droite et le fascisme qui remportent la partie, en France et dans le monde. Les forces réactionnaires ont l’habitude de gouverner, de tromper, de manipuler. Ces conservateurs sont issus des classes dominantes ou manipulés par elles.  Ils savent comment diviser et manigancer, comment faire diversion, comment s’infiltrer partout, comment utiliser la jalousie des pauvres entre eux, comment jouer sur les instincts les plus vils pour recruter des partisans.

La gauche elle, perd toujours : elle a gardé le pouvoir entre 1789 et 1794, entre 1848 et 1850, et elle a dirigé le pays juste après la seconde guerre mondiale, lors du premier mandat de De Gaulle, à une époque où les communistes étaient armés et menaçants. C’est à ce moment que le programme du Conseil National de la Résistance a été appliqué, ce qui a permis l’obtention de l’assurance maladie, par exemple.

La gauche perd presque toujours partout parce qu’elle n’a pas de stratégie, qu’elle tombe toujours dans les pièges de la réaction, qu’elle ne sait pas s’unir. Parmi les pièges des conservateurs, le racisme, et en l’occurrence l’islamophobie : les fascistes ont réussi à faire croire que l’islamophobie était de gauche, alors qu’en réalité elle est issue de l’extrême droite croisée ou laïque coloniale. Les fascistes se pensent les héritiers du roi Saint-Louis, grand pourfendeur de juifs et de musulmans devant l’éternel. Aujourd’hui, les fascistes feignent d’avoir abandonné l’antisémitisme et d’être devenus des enragés de la laïcité, alors qu’en réalité ils sont pour la plupart ennemis de cette laïcité qu’ils prétendent défendre, regrettant le temps où le catholicisme était hégémonique et où les membres des autres communautés religieuses n’avaient le choix qu’entre le cimetière ou l’exil. Ceux qui ont le plus intérêt à la laïcité sont les membres des confessions minoritaires. Prétendre que les musulmans sont des ennemis de la laïcité est absurde ; c’est une contrevérité inventée par la réaction pour piéger la gauche et la monter contre les musulmans. Si les musulmans sont les ennemis de la laïcité et donc de la gauche, alors il devient légitime de les combattre et c’est de cette façon que l’extrême droite recrute les gauchistes égarés, alors même que les fascistes ont toujours été les pires ennemis des progressistes.

Les fascistes sont rusés. Ils ont perdu la guerre et ont  été contraints de développer un sens aigu de la dissimulation. Ils recrutent en mimant et déformant les revendications gauchistes : ils feignent d’être laïcs, alors qu’ils ne le sont pas, ils feignent d’être sociaux alors qu’ils sont et ont toujours été les ennemis du salariat. Leur projet de société est un régime militarisé, totalitaire et belliqueux, à la manière de l’Italie de Mussolini ou l’Allemagne de Hitler. Ils ne livrent évidemment pas le fond de leur pensée, la simple exposition de leur programme politique réel les rendant passible d’interdiction et de sanctions  pénales.

Une partie de l’extrême droite islamophobe est vraiment laïque : elle méprise les religions et met toute sa spiritualité dans le « drapeau » ou la patrie. Pour ces gens le patriotisme est une sorte de religion. Ce patriotisme est le plus souvent sous-tendu par un racisme primaire et violent à l’égard des non-blancs et des non-chrétiens. Ces patriotes haïssent également les autres européens. Ils voient l’histoire comme une suite ininterrompue de guerres nationales dont ils sont bien sûr les leaders. La guerre, c’est le paradis de ces dingues. Elle leur permet d’assouvir leurs instincts sanguinaires, elle console leur incommensurable médiocrité, elle leur donne la possibilité de matérialiser leur racisme pathologique dans des massacres ethniques de grande ampleur. Ces « patriotes » sont des minables malfaisants qui ne trouvent leur plaisir que dans les catastrophes collectives. Ces gens sont des nuisibles à neutraliser, avant qu’ils ne saccagent l’Europe et le reste du monde. La source de leur psychopathie se trouve généralement dans des problèmes d’ordre sexuels qui pourraient être guéris par un bon psychiatre, ce qui éviterait des boucheries de dimension mondiale. Ces fascistes salissent tout ce qu’ils touchent. Ils transforment les paradis en enfers, lieux ou leur psyché malade se trouve en harmonie. Ces gens relèvent plus du monde de la psychiatrie que ce de celui de la politique. Leur démence ne les empêche par d’être des gens rusés et calculateurs, qui sont prêts à manœuvrer pendant des décennies pour en arriver au résultat tant espéré : la boucherie généralisée et le génocide, la torture et le massacre. Les fascistes sont des psychopathes, des gens inadaptés à la vie normale, des détraqués qui essayent de recréer le monde à leur image. Ce qu’il faut rechercher chez les fascistes, ce sont leurs objectifs cachés, leur plans inavouables, leurs programmes sanguinaires. Si on se fie à ce qu’ils disent en public, on ne pourra jamais comprendre où ils veulent nous mener.

Le Fasciste est un déséquilibré mental qui représente un danger pour toute la société et pas seulement pour ceux qu’il vise nommément. La démence du fasciste ne l’empêche pas de suivre une stratégie très élaborée ayant pour but de transformer le monde en un enfer totalitaire ou un marécage sanguignolent où il serait le maître.

Les forces réactionnaires et droitistes extrémistes ont donc pour instrument de domination et de conquête du pouvoir la manipulation de l’islam. Ils remodèlent l’islam à leur image, nauséabonde et perverse. Ils fondent des  groupes de faux « islamistes », de organisations faussement musulmanes, ils promeuvent des pseudo chefs charismatiques dont le but est de discréditer l’islam, ils donnent le monopole de la parole à des islamologues qui sont en réalité des islamophobes, des gens qui sont invités tous les jours dans les médias et qui encouragent subrepticement au terrorisme, des gens comme Gilles Kepel qui nous affirme que l’islam autorise le terrorisme alors qu’en réalité, le consensus des savants refuse cette abomination contraire aux intérêts des musulmans et à ceux du genre humain.

Les orientalistes au service de la terreur ont pour méthode de faussement dénoncer les terroristes tout en affirmant que ceux-ci ne font qu’obéir aux préceptes de l’islam. Ces islamologues islamophobes font leur propre interprétation du Coran, comme s’ils étaient habilités à le faire, comme si l’islam se réduisait au Coran et aux hadiths ( dires du Prophète) alors qu’en réalité, c’est un consensus de personnes qualifiées qui décide de ce qui est légal ou non en islam, un peu comme cela se fait dans toutes les religions.

Les plus grands incitateurs au terrorisme, ce sont ces islamologues,  liés aux services secrets pour la plupart, qui poussent sournoisement les musulmans aux terrorisme, alors même que cette pratique criminelle est interdite par l’islam. L’islam interdit par exemple le meurtre délibéré de femmes et d’enfants dans tous les cas. Méconnaître ce fait semble incroyable de la part de gens qui prétendent faire le « djihad » et qui ne sont en réalité que des agents ou des manipulés des services secrets internationaux.

Beaucoup de ceux qui recrutent des combattants pour la Syrie ou autre destination,  travaillent pour des services spéciaux qui les payent, leur donnent des papiers ou leur évitent la prison pour des faits de délinquance.

Les islamophobes au service du fascisme tentent de « nazifier » l’islam, alors que cette religion a toujours favorisé la tolérance et le respect des minorités, juives, chrétiennes et musulmanes dissidentes. Jusque dans les années 50, il y avait de communautés juives nombreuses dans la plupart des pays musulmans. Aujourd’hui encore, chrétiens de différentes tendances et musulmans ésotériques existent en Syrie, Liban, Irak, Turquie et autres.

Les fascistes coloniaux et impérialistes tentent de créer un islam à leur image, un islam qui n’a rien à voir avec l’islam réel, même extrémiste. L’islam de Daesh et Boko Haram a été inventé dans l’esprit malade des racistes coloniaux. Tout ce que font ces groupes criminels est contraire à l’islam : ils assassinent des musulmans, détruisent des pays entiers, saccagent les mosquées, violent, torturent des innocents. Ces gens sont des ennemis de l’islam dirigés directement de Paris ou Washington. Ces gens ont pour mission de dénaturer l’islam et de salir son image. Ils servent aussi à détruire les pays musulmans et les soumettre à l’impérialisme. Ils servent surtout à organiser des attentats dans les démocraties occidentales de manière à renforcer la répression sécuritaire dans ces pays et à y favoriser l’émergence de l’extrême droite la plus barbare.

Derrière le faux jihadisme ce profile le néo-colonialisme, l’impérialisme et le fascisme. Quand on cherche bien qui se cache derrière ces terroristes pseudo-islamistes, on trouve toujours les fascistes, tapis dans l’ombre,  tels des rats dans un égout ou des vers dans un fruit blet.

Le terrorisme international est islamophobe, fasciste, impérialiste et néo-colonial. Il ne faut jamais oublier ce fait si on veut éviter de se faire piéger.  Le terme même de « jihadiste » est inapproprié dans le cas de ces criminels. Il faut appeler ces gens terroristes, ou terroristes pro-coloniaux, ou terroristes islamophobes et non les qualifier de termes du type « islamiste » « jihadiste » ou « salafiste », puisque ces criminels sont dirigés par des ennemis de l’islam et non par des islamistes et qu’ils agissent pour nuire à l’islam, consciemment ou non.

Le terrorisme international est islamophobe et dirigé par le fascisme occidental. Tant que ce fait n’aura pas été intégré l’opinion , l’extrême droite continuera de progresser.

N’oublions pas que les fascistes surveillent les internautes et bloggers de gauche, les gênent, les harcèlent, de manière à ce que personne ne puise dénoncer les manigances totalitaires de l’extrême droite.

Derrière l’islamophobie se cachent des racismes anti-arabe et anti-noir d’une virulence extrême. Le petit noyau dur de racistes anti-arabes constitué par les pieds-noirs (anciens colons d’Afrique du Nord) et les anciens d’Algérie (militaires appelés et engagés), a contaminé toute la France et est en passe d’infecter le monde entier, Europe, USA et tous les autres pays. La France est le centre infectieux de l’islamophobie et du racisme anti-arabe. Cette infection menace la démocratie partout. Il faut que les forces démocratiques de la planète se conjuguent pour éradiquer le fascisme français, avant que celui-ci ne finisse par provoquer une vague totalitaire partout sur la planète.

A l’islamophobie s’ajoute un antisémitisme français, caché mais très puissant. Le racisme anti-noir, très violent lui aussi est ignoré par les médias mais très présent dans certains services de sécurité.

Ceci étant dit, le racisme le plus puissant en France est le racisme anti-arabe, très répandu dans la police, l’armée, les milieux politique, les services secrets, les médias. Ces racistes anti-arabes sont souvent en relation justement avec les pays arabes, tels le Maroc, Qatar, ou l’Arabie Saoudite. Ce sont les mêmes qui viennent « faire des affaires » avec ces pays qui, revenus en France deviennent le chefs du racisme islamophobe et arabophobe. Les pays arabes devraient comprendre que ce racisme des fascistes français représente pour eux une menace pire que celle que constitue Israël, Etat qui concentre contre lui toute la critique(justifiée) du monde arabo-musulman. Le racisme des fascistes français est extrême et devient pratiquement l’idéologie officieuse de l’Etat, idéologie visible dans la police et l’armée notamment. Ce racisme sert de prétexte à la limitation des libertés, à l’adoption de lois légalisant la surveillance généralisée, à l’organisation d’attentats terroristes ayant pour but de faire accuser les Arabes de manière à pouvoir les marginaliser et les persécuter en France et au delà des frontières.

 

Racisme anti-arabe

 

Le racisme anti-arabe est surtout le fait des mollétistes, pétainistes et nazis coloniaux infiltrés à gauche, groupe politique qui a pour objectif principal de faire monter l’extrême droite et en l’occurrence le FN. Quand les mollétistes arrivent au pouvoir, le FN est invité dans les médias tous les jours. Ce n’est pas un hasard.

Ces mollétistes et leur créature lépéniste contaminent toute la société française, notamment aux endroits stratégiques comme la police et l’armée. L’armée par exemple, semble acquise à l’extrême droite islamophobe et antisémite. La haine de cette institution contre les minorités et contre la démocratie devient une menace pour la société. L’armée n’a pas à être un nid de nazis, de racistes coloniaux et d’enragés anti-sociaux. On constate que, dans tous les pays, l’armée est la génitrice des mouvements les plus criminels. Hitler, par exemple, a été au début de sa carrière un agent des services de renseignement militaire, chargé de diriger les anciens combattants vers l’extrême droite dans le but de combattre les spartakistes, judéo-communistes considérés comme les ennemis de la réaction de l’époque. En France, les militaires ont été des enragés de l’Algérie et de l’Indochine françaises, bien qu’il n’aient pas été capable de vaincre les résistants indépendantistes cent fois moins bien armés qu’eux. Les exactions des militaires français en Indochine et en Algérie ont été une des causes de la défaite du colonialisme dans ces pays. A force d’opprimer, humilier et massacrer les populations civiles, les racistes ont fait tomber les populations de ces régions dans les bras des communistes et indépendantistes. L’action des racistes militaires a toujours été contreproductive. Au lieu de favoriser des fascistes abrutis de haine, il aurait fallu sélectionner des techniciens du combat bien formés et psychologiquement équilibrés. Cela aurait permis de gagner ces guerres au lieu de les perdre, si on considère que gagner des guerres coloniales puisse être une bonne chose bien sûr… La guerre de 1939 a aussi été perdue en raison de l’infiltration des pro-nazis dans l’armée, pro-nazis qui n’avaient pas spécialement envie de vaincre Hitler…

Au lieu de combattre le racisme à l’entrée des boîtes de nuit, c’est dans la police et l’armée qu’il faudrait lutter contre ce phénomène, de manière à ce que les fascistes ne puissent plus diviser la population française et favoriser les groupes politiques d’extrême droite qui menacent les libertés. Souvent, les fascistes commencent par développer la xénophobie pour parvenir au pouvoir, avant de se retourner contre les citoyens ordinaires une fois qu’ils sont devenus les maîtres absolu de l’Etat.

Les racistes anti-arabes sont souvent des colons d’Algérie, des fils de colons, des fils de flics ou de militaires, des gens non intégrés dans la société, des alcooliques, des bénéficiaires de l’aide sociale. Les anti-arabes sont des gens envieux et haineux. Ils jalousent les Arabes qui sont plus dynamiques et sportifs qu’eux et plus aptes à s’intégrer dans la société. C’est pourquoi, les racistes, dégénérés mentaux et sexuels pour la plupart, organisent la discrimination, illégalement bien sûr, de manière à empêcher les Arabes de s’intégrer dans la vie professionnelle et sociale du pays.

Depuis longtemps, les fascistes tentent de gêner les Arabes qui veulent s’enrôler dans la police et l’armée ; pour cela, ils mettent en place une stratégie rusée basée sur des barrages à l’embauche et des harcèlement permanents sur les lieux de travail. Les fascistes ont inventé tout un vocabulaire pour insulter les Arabes et donc les marginaliser en permanence : par exemple, ils utilisent les mots « bougnoule », « melon », « raton », « crouille », de manière systématique, de manière à ce que les Arabes se sentent gênés et démissionnent. Les fascistes veulent contrôler la police et l’armée, pour pouvoir prendre le pouvoir en cas de besoin. Derrière le racisme anti-arabe et l’islamophobie se profile souvent l’antisémitisme, très violent dans tous ces milieux, bien que masqué derrière le racisme anti-arabe. Tant que les juifs n’auront pas totalement dénazifié la police et l’armée, ils risqueront de se retrouver confrontés à une nouvelle Shoah, en France comme ailleurs dans le monde.

Les services publics armés tels la police et l’armée, doivent être les premiers lieux à être dénazifiés, justement parce qu’ils sont armés. La lutte contre le racisme doit être appliquée avec la plus grande rigueur dans ce type de service public, de même que le combat contre toute forme d’extrémisme de droite. Dans certaines casernes de CRS, des hommes afficheraient des portraits d’Hitler sur les murs. Ces exemples extrêmes ne sont que l’illustration de la pénétration fasciste dans les services de sécurité.  C’est dans la police et l’armée que le fascisme doit être combattu avec le plus de violence, dans la mesure où ce sont ces gens qui menacent la démocratie et non les jeunes de banlieue ou les grévistes CGT.

Tous les flics ou militaires qui ont des sympathies fascistes, nazies, racistes ou lepénistes doivent être marginalisés ou révoqués. On ne peut pas laisser des extrémistes agir dans des endroits où ils disposent d’armes surpuissantes, tel le Mind Control, le système de surveillance et de manipulation par satellite. N’oublions pas que les satellites de surveillance ont la possibilité de lire dans les pensées et de tuer à distance. Ils peuvent aussi manipuler les comportement et provoquer des crimes et délits.

Pour combattre le fascisme de manière efficace, il faut créer un nouveau service secret destiné à protéger la République et ouvertement programmé pour combattre l’extrémisme de droite, le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, le patronat antisocial. Ce service aurait pour mission de surveiller tous les autres services, de faire respecter les droits des citoyens, de faire cesser toutes les dérives du Mind Control, les abus de pouvoirs des mafias et administrations, bref de faire respecter strictement les lois de la démocratie qui permettent à tous de vivre dans des conditions agréables, lorsque les richesses sont réparties de manière raisonnable, lorsque les délinquants extrémistes sont mis hors d’état de nuire et non placés aux manettes de la surveillance et lorsque personne n’est persécuté pour ses opinions, sar religion, ou son opposition à de puissants corrompus.

L’oppression de quelques uns nuit à tous les autres. Si on fait taire toute critique, ce sont les politiciens véreux qui gagnent et qui ruinent le pays. La dégradation continue du niveau intellectuel du personnel politique est la conséquence de la pression qu’exerce le Mind Control contre ceux qui pourraient eux redresser le pays. Les pays qui fonctionnent le mieux sont les pays les plus démocratiques tels par exemple les pays nordique ou la Suisse. Ces pays ont récemment été atteints par la vague fasciste et, bizarrement, ils commencent à fonctionner moins bien qu’avant : la croissance ralentit, la démocratie s’affaiblit et le Mind Control satellitaire prospère.

On reconnaît qu’un pays sombre dans le fascisme, quand des attentats « islamistes » commencent à avoir lieu sur son sol. Ces attentats sont le fait des hommes de l’Etat et, pour  pouvoir massacrer ses propres citoyens impunément, il faut que l’Etat soit profondément infiltré par les néo-nazis. Le terrorisme est une conséquence de la montée du fascisme avant d’en être la cause : quand les fascistes sont suffisamment infiltrés dans l’appareil de sécurité et le monde politique, ils organisent des attentats qui eux-mêmes favorisent le vote d’extrême droite. Ainsi la boucle est bouclée : les fascistes organisent des attentats qui mettent des crypto-fascsites au pouvoir qui peuvent alors commanditer encore plus d’attentats. Le terrorisme est la stratégie fondamentale du néo-fascisme. Si ces criminels ennemis de la démocratie ne sont pas dénoncés, ils continueront à tuer des citoyens, à supprimer des libertés et à racketter la société sous la forme d’exigences en budgets de sécurité qui leur permettent de se remplir les poches au détriment de toute la société.

Le racisme anti-arabe est très prégnant au PS, parti d’inspiration pétaino-mollétiste, qui a créé le FN, et dont les ancêtres politiques ont voté les pleins pouvoir à Pétain et ont soutenu les pires exaction en Algérie, durant la guerre d’indépendance. Alors que les électeurs du PS sont majoritairement des fonctionnaires de gauche, les dirigeants du parti sont très proches de l’extrême droite. Il faut remarquer que depuis 2012, le FN est invité dans les médias de manière très régulière. Pour résumer, on peut dire que le FN est convié dans les grands médias tous les jours, alors qu’à l’époque de la droite, on ne le voyait que très rarement dans ces médias. On rappelle que les médias sont pour la plupart subventionnés par de l’argent public, et qu’ils sont contrôlés par les satellites de surveillance qui peuvent appliquer des sévices physiques à d’éventuels responsables récalcitrants. Le FN est invité dans les médias parce que le gouvernement le veut.

Ce racisme anti-arabe, spécialité des mollétistes, se caractérise par :

1) Une propagande islamophobe permanente, qui a pour but de nuire avant tout aux Arabes,

2) Une volonté systématique d’opposer les Arabes à tout le reste de la population : aux juifs, aux gitans, aux Noirs et bien sûr aux français de souche. Les mollétistes veulent isoler les Arabes, pour mieux les persécuter. La politique molléto-pétainiste rappelle celle qui visait les juifs lors des débuts du nazisme.

3) Une organisation récurrente d’attentats terroristes attribués aux musulmans dans le but de faire ensuite adopter des lois qui permettent la répression de la population en général et des Arabes en particulier.

4) Une exclusion des Arabes des équipes sportives et notamment de l’équipe de France de football, de manière à ce que ceux-ci n’apparaissent pas comme des sauveurs, comme cela avait été le cas avec les exploits de Zinedine Zidane.

5) L’organisation de guerres civiles dans le monde arabe, et notamment en Syrie, où l’Etat français s’est impliqué dans l’entrainement et l’armement de la rébellion, avant de l’abandonner dans les griffes du régime. Les mollétistes ne sont en réalité ni partisans du régime ni de son opposition : ils veulent juste que la guerre civile dure le plus longtemps possible.

6) La planification du massacre des musulmans de RCA dont une partie est arabophone. La haine féroce des mollétistes s’incarne dans les horribles exactions commises dans ce pays par les milices islamophobes.

7) L’utilisation de satellites du Mind Control pour faire grossir les Arabes et les Noirs. Les Arabes, notamment, sont très largement victimes de ces satellites qui diffusent des ondes électromagnétiques qui gênent l’urination, la défécation et provoquent ainsi des prises de poids très rapides. Toute personne qui grossit sans raison doit se considérer comme une cible des ondes électromagnétiques satellitaires.

8) La création d’une opposition artificielle entre Arabes chrétiens et Arabes musulmans, de manière à affaiblir les deux parties pour mieux les persécuter.

Les anti-arabes pétaino-mollétistes contaminent le reste de l’Europe ainsi que toute la planète. Les médias à diffusion internationale tels France24 ou RFI, propagent l’islamophobie et le racisme aux quatre coins du monde, et ce en contradiction avec toutes les lois internationales. Aux Etats-Unis, Donald Trump reconnaît être influencé par le lepénisme.

Ce racisme anti-arabe est très largement inspiré du nazisme : les molléto-lepénistes ont très probablement lu Mein Kampf et se sont inspiré des théories du leader allemand pour planifier la marginalisation des Arabes et des musulmans en France.

Il est inutile de dire que le racisme mollétiste tue la gauche : quand les gens sont convaincus par la propagande raciste, ils votent directement pour le FN, ce qui fait des voix perdues pour la gauche en général et le PS en particulier.

Le peuple étant peu sensible aux discours nuancés, il faut pour combattre la démence islamophobe des pétaino-mollétistes, riposter par une propagande islamophile d’intensité égale ou supérieure. C’est la seule solution pour éviter un écrasement total et définitif de la gauche en France et dans le monde. Le discours xénophobe profite toujours à l’extrême droite. Dans beaucoup de pays, la gauche n’existe pratiquement plus : les partis socialistes ont été éliminés ou se sont tellement droitisés qu’ils peuvent être considérés comme des partis de droite ou d’extrême droite. Dans beaucoup de cas, la fausse gauche est plus à droite que la droite et se caractérise par des interventions internationales à caractère ouvertement raciste, ayant pour but de tuer le plus d’Arabes et de Noirs possible, pour résumer les objectifs de ces opérations militaires.

Le racisme anti-arabe doit être combattu par les Arabes eux-mêmes avec beaucoup plus de rigueur : la société attend que chacun se défende lui-même, pour établir un équilibre politique et ethnique. Si les Arabes continuent de rester inertes face aux persécutions racistes, celles-ci ne feront que s’aggraver. Les Etat arabes doivent financer la lutte contre le racisme anti-arabe de manière très importante. La lutte contre l’arabophobie doit être considérée par eux comme stratégique : si les racistes continuent leur propagande raciste et islamophobe, il est sûr que les pays arabo-musulmans seront systématiquement bombardés et dévastés par des guerres civiles importées. L’ensemble du monde arabe risque de subir le sort de la Libye, de la Syrie, de la Somalie.  Ce sont des milliards de dollars qui doivent être investis dans la création d’associations antiracistes, de médias antiracistes, de partis politiques antiracistes, de blogs antiracistes. Le monde arabe, l’Afrique et l’Asie doivent organiser l’antiracisme, pour éviter de subir un jour une guerre raciale.

Les pays arabes et africains ne peuvent pas rester indifférents aux persécutions qui visent leurs minorités installées en Occident. Défendre ces minorités et combattre les organisations et médias racistes doit être considéré comme une activité plus importante que l’achat d’armements qui peuvent de toute façon être neutralisés par satellite. Plutôt que de payer les racistes pour qu’ils cessent de nuire, mieux vaut financer largement les antiracistes et les appuyer dans leur quête du pouvoir. Les antiracistes indépendants doivent aussi être appuyés financièrement, l’argent étant le nerf de la guerre.

Tout Etat fasciste qui persécute ses minorités finira par planifier des guerres néo-coloniales d’inspiration raciste. A chacun de combattre le mal à la racine.

Le racisme anti-arabe et islamophobe est la cause du terrorisme en France et dans le monde. Les racistes présents dans le monde politiques, l’armée et les services secrets organisent des attentats en Europe pour faire accuser les Arabes et permettre leur persécution ; ils coordonnent aussi le terrorisme dans le monde musulman, notamment pendant le ramadan, pour gâcher la fête et tuer le plus d’Arabes possible : en Irak, en Syrie, en Arabie Saoudite, partout, les racistes manipulent des groupes de mercenaires terroristes pour tuer le plus de monde possible. Les attentats servent également à provoquer des guerres civiles entre sunnites et chiites ou entre islamistes et laïcs. Les racistes anti-arabe sont la cause de tous les problèmes que connaissent les pays musulmans depuis une trentaine d’année. Les accidents d’avion concernant des pays arabes sont aussi provoqués par les racistes anti-arabes occidentaux. Il faut connaître ces racistes pour savoir de quoi ils sont capables. Les crimes du GIA en Algérie ont directement été planifiés depuis Paris ; les groupes terroristes qui sévissent en Libye et Syrie sont des groupes créés par l’Occident. Daesh et Boko Haram sont bien sûr aussi dirigés par l’impérialisme.

Pour les pays arabes, combattre le racisme en Occident doit être la première préoccupation stratégique. S’ils ne réussissent pas à écraser le racisme en Occident, ils le paieront très cher.

Le racisme anti-arabe ne profite pas aux juifs à long terme : si à court terme, le racisme anti-arabe permet de détourner les hordes antisémites contre les Arabes, à moyen et long terme, ce racisme renforce une extrême droite ontologiquement antisémite ; et in fine, le fascisme atteint un tel niveau de développement dans le pays, que les juifs sont obligés de commencer à fuir.

On constate également que le fascisme français contamine toute l’Europe : en Autriche, aux Pays-Bas, au Danemark et dans la plupart des autres pays, le néonazisme progresse et menace à la fois les démocratie et les minorités ethniques et religieuses. Partout, les hommes de l’Etat surveillent et harcèlent les internautes. Partout, le Mind Control filme les citoyens à travers les murs et les persécute sournoisement. Partout, on fait taire les partisans de la démocratie pour les remplacer par des vendus au fascisme.

Les juifs n’ont pas intérêt à être les seuls non chrétiens d’Europe. La présence de musulmans, bouddhistes et autres est un atout pour eux. Ces nouvelles communautés religieuses leur permettent de ne plus être en permanence sur le devant de la scène ; de ne plus avoir à se justifier d’être les seuls à refuser le message du Christ ; de n’être plus les seuls non européens sur le sol de l’Europe (avec les Roms). L’Islam apporte au monde un exemple de tolérance religieuse presque unique dans l’histoire de l’humanité, et ce malgré les apparences. Les communautés juives et chrétiennes vivent dans le monde musulman depuis des siècles sans problèmes particuliers, alors que les musulmans ont été presque totalement éradiqués d’Europe, hormis les communautés bosniaque, turque bulgare et albanaise. Les juifs subissent depuis des millénaires des persécutions systématiques. Les cathares ont été éliminés. Catholiques et protestants se sont longtemps entretués.

Les guerres actuelles qui ravagent le monde musulmans sont des produits d’importation. L’opposition chiite-sunnite est une invention coloniale. La dernière guerre qui a opposé ces deux communautés remonte aux premiers temps de l’islam. Les impérialistes tentent d’imposer leur modèle intolérant dans le monde arabe, en organisant la guerre entre les communautés, comme cela a été le cas au Liban dans les années 70 et comme cela a lieu aujourd’hui en Syrie et Irak. On remarque d’ailleurs que les terroristes qui assassinent des civils en Irak, Syrie ou au Pakistan, dans le but d »opposer chiites et sunnites, sont toujours anonymes. Tout le monde comprend bien que ces gens sont des agents des services secrets impérialistes.

L’islamophobie est, comme le racisme anti-arabe, le cheval de Troie des fascistes : on ne peut combattre l’un sans combattre les deux autres. Sans une lutte implacable contre le racisme, il n’y a pas de démocratie possible, dans la mesure où le mouvement néo-nazi, incarné par le FN et de nombreux autres partis européens, ne peut pas vivre sans le racisme et l’islamophobie.

La délinquance et le terrorisme impliquant des musulmans sont toujours organisés par les fascistes : des instructions sont données par les hommes de l’Etat pour favoriser ces deux fléaux, qui ont l’avantage de renforcer l’extrême droite qui profite du fait que la population et terrifiée et exaspérée par ces formes de délinquance. Le problème est que la population ne sait pas que le terrorisme et la délinquance sont organisées par les hommes de l’Etat, les fascistes infiltrés au plus haut niveau, ceux qui, terrés dans leur cabines de surveillance, nuisent aux citoyens en utilisant les satellites du Mind Control. Elle vote donc pour ses bourreaux, les fascistes, sans se douter du fait que ce sont eux qui sont à l’origine de tous les malheurs du pays.

Lever la loi du silence sur le Mind Control est une obligation pour ceux qui veulent éviter une dictature fasciste en Europe.

L’Etat raciste

L’Etat raciste est un sous-ensemble de l’Etat fasciste. L’Etat fasciste a besoin d’ennemis intérieurs et extérieurs pour galvaniser les masses.  L’ennemi intérieur peut être le juif, le musulman, le gitan, le gay ou l’Arabe. L’ennemi extérieur peut-être le l’Allemand, l’Américain ou le Russe.

Les politiciens racistes ont tous lu Mein Kampf , le best-seller  de Hitler, où celui-ci explique que l’Etat doit être raciste et que sa fonction principale doit consister à brimer les minorités, juive et rom à l’époque. Transposée à notre époque, la théorie hitlérienne de l’Etat raciste vise les Arabes, les Juifs, les Noirs, les musulmans et les non-européens dans leur ensemble. Si on pousse la logique hitlérienne plus loin, on peut déduire que l’Etat raciste finira par viser aussi les étrangers européens, Italiens, Espagnols, Polonais ou autres.

Depuis les années 80, l’Etat raciste persécute secrètement les  minorités, utilisant pour cela le Mind Control, la répression satellitaire électromagnétique. Ces satellites peuvent filmer à travers les murs, lire dans les pensées, induire des comportements, ventriloquer, provoquer des phobies, des maladies, tuer à distance. Le Mind Control satellitaire, a causé la mort de très nombreux Arabes et Noirs depuis 30 ans. Par les maladies provoquées, les accidents de voiture provoqués, les suicides et meurtres provoqués, les fascistes ont éliminés des dizaines de milliers de personnes issues des minorités, et notamment de nombreux musulmans. L’Etat raciste persécute et assassine impunément depuis des années. Des milliers de personnes sont au courant : politiciens, flics, services secrets, journalistes, écrivains, acteurs Et personne ne dit rien, la stupidité étant une des qualités les mieux partagées au monde.

Si l’Etat fasciste traque et persécute les minorités, il vise aussi les VIP, les simples salariés, les syndicalistes, les professeurs, les fonctionnaires… Les Arabes et les Noirs sont simplement plus visés que les autres, par les crimes de l’Etat fasciste. Personne ne pourra se libérer de l’Etat fasciste sans avoir détruit d’abord l’Etat raciste. C’est en combattant l’Etat raciste qu’on affaiblit l’Etat fasciste et qu’on récupère sa dignité.

Les racistes sont des gens qui ne vivent que par l’inégalité entre les hommes : pour eux, la vie ne vaut d’être vécue que s’ils peuvent écraser et persécuter d’autres personnes. Leur mental est un peu celui des colons d’Algérie, qui n’envisageaient la vie dans ce pays que si les Arabes y étaient leurs esclaves. Ces fascistes, une race mentale, ne peuvent vivre dans une société normalement évoluée : ils faut qu’ils écrasent les autres en raison de leur religion, de leur pauvreté, de leur race, de leurs tendances sexuelles. Ces fascistes sont des être anormaux qu’il faut neutraliser avant qu’ils ne provoquent des catastrophes.

Ces néo-nazis extrêmes ont réussi à prendre le contrôle de l’Etat en s’infiltrant dans la magistrature, l’enseignement, la police, l’armée, la politique, la littérature, l’administration en général. Ces fascistes doivent être éradiqués lors de purges sévères destinées à les exclure de tous les postes où ils peuvent nuire.

L’Etat raciste applique secrètement une politique d’inspiration hitlérienne, qui vise à exclure les Arabes et les Noirs de l’emploi, de même que les gauchistes et les antifascistes. Pour ce, l’Etat raciste utilise ses services secrets, pour infiltrer des nazis dans tous les services de recrutement publics et privés dont le but est de bloquer les Arabes, les Noirs et les Juifs lors de leur recherche d’emploi. Les Juifs sont condamnés à travailler dans leurs propres entreprises et les Arabes et les Noirs pointent au Pôle Emploi et passent une bonne partie de leur vie au chômage. S’ils essayent de monter une entreprise, l’Etat raciste les repère et les bloque. Partout, l’Etat raciste agit, telle une pieuvre folle de haine, vouée à l’élimination de ceux qu’elle hait d’une haine de démente. L’Etat raciste est un Etat psychopathe et impuissant. Depuis que les néo-nazis du Mind Control ont pris le pouvoir en Occident, dans les années 80, rien ne va plus : le chômage et la pauvreté montent, les libertés diminuent, les gens deviennent obèses et racistes sous l’action du Mind Control. L’Etat raciste français n’est qu’une succursale du racisme international, qui vise au totalitarisme intégral, à l’inégalité totale, à l’enfer pour tous sauf la Nomenklatura. L’Etat raciste est le venin de l’Etat fasciste avec lequel celui-ci désarme ses adversaires : les minoritaires sont renvoyés à leurs origines et les majoritaires à leur racisme. De cette façon, l’Etat fasciste étend sa domination sur les peuples, à un niveau jamais atteint jusqu’alors, sans rencontrer la moindre résistance. Il est temps que les peuples se réveillent, s’ils ne veulent pas que leurs enfants grandissent dans un enfer totalitaire.

L’Etat raciste dirige tous les médias et non pas seulement les médias publics. L’Etat raciste finance une grande partie de la presse écrite et surveille tous les journalistes. L’Etat raciste agresse les journalistes par satellite, s’ils font mine de se rebeller contre l’ordre établi ou qu’ils menacent de lever la loi du silence sur le Mind Control, la répression secrète satellitaire.

L’Etat raciste dirige le terrorisme, qui a pour but de faire accuser les musulmans et de renforcer la répression contre les citoyens. On remarque que tous les attentats profitent aux fascistes : ils renforcent le racisme et font accepter à la population un ensemble de lois liberticides qui transforment les démocraties occidentales en quasi dictatures.

Les attentats en France depuis 2015 semblent avoir été commandités par l’extrême droite la plus bestialement réactionnaire : Charlie était un hebdomadaire satirique anti-flics, anti-militaire, anti-fasciste et anti-chrétien ; il n’était devenu islamophobe que récemment. Le groupe de rock visé par les terroristes au Bataclan, était un groupe d’inspiration sataniste et antichrétienne, bien que raciste et réactionnaire. L’attentat de Nice visait les célébrations du 14 juillet, anniversaire de la Révolution de 1789 qui a aboli la monarchie, ainsi que les privilèges de nobles et de l’Eglise. Comme par hasard, ce sont toujours des symboles de la lutte contre la réaction cléricale chrétienne qui sont visés par les terroristes « islamistes » qui sont en réalité des délinquants manipulés par les hommes des services spéciaux.

L’Etat raciste est aussi un Etat anti-laïc et réactionnaire, instrument d’une extrême droite rusée et criminelle. Tant que l’arme secrète des fascistes, le Mind Control n’aura pas été normalisée et mise sous contrôle de la République, le risque de putsch fasciste larvé restera très élevé en France tout comme dans le reste de l’ Occident. Déjà, il semble que l’Etat fasciste ait décidé qu’il devrait y avoir des attentats de manière très régulière, de manière à empêcher tout retour à la normalité. On remarque aussi que personne ne démissionne à la suite des attentats, et que ce sont les citoyens seuls qui doivent supporter le poids des mesures de sécurités imposées par des élus incapables ou complices. On constate que les membres de l’Assemblée Nationale ou du Sénat ne se bousculent pas pour défendre les libertés publiques. Pourtant, si le fascisme continuait de progresser en France c’est tout le personnel politique qui serait visé par la répression fasciste.

Avec des fascistes au pouvoir, la torture satellitaire secrète pourrait viser certains élus, sans que personne ne puisse protester. Les satellites de surveillance obligeront alors ces élus à voter les pleins pouvoirs aux fascistes, avec menace de torture extrême pour les récalcitrants. Ceux qui croient que la torture c’est seulement pour les Arabes se trompent lourdement.

L’Etat raciste français contamine le reste de l’Europe et l’ensemble de la planète. C’est de France qu’est partie l’infection fasciste incarnée dans l’hexagone par le FN. C’est en France que les premiers attentats « islamistes » ont eu lieu. C’est de France que s’est propagée l’islamophobie moderne. C’est aussi de ce pays, que devra surgir un mouvement antifasciste suffisamment puissant pour éradiquer la menace totalitaire venue de la réaction.

Aujourd’hui déjà, les fascistes, fous de haine, terrés dans leurs manoirs, surveillent et harcèlent les internautes, un peu comme si nous étions revenus à l’époque de la monarchie absolue. Ces réactionnaires fanatiques ne comprennent pas pourquoi les internautes ont le droit de les dénoncer. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi les élections sont ouvertes à tous. Ils préfèreraient des élections à suffrage censitaire où seuls les plus riches auraient le droit de voter. Ces ennemis de la démocratie détruisent les libertés par le biais du racisme : ils commanditent des attentats destinés à faire accuser les musulmans. Les gens ne se sentant pas visés par la répression ne réagissent pas : ils croient que toutes ces mesures ne sont destinées qu’aux musulmans. Les notables de la République ne sentent pas non plus visés : ils pensent aussi qu’ils ne seront jamais visés. Et pourtant, d’ores et déjà, toute l’oligarchie est sous surveillance satellitaire, prétendument pour la protéger du terrorisme. Bientôt les néo-nazis seront au pouvoir, et ils pilleront les biens de la bourgeoisie en place ; ils mettront en place un système totalitaire où seuls quelques hauts dignitaires décideront de tout ; tout ceux qui protesteront seront torturés ou tués par les satellites de surveillance, sans même qu’il soit utile d’ouvrir des camps de concentration. C’est tout le pays qui deviendra un vaste camp à ciel ouvert, sans murs ni miradors, mais avec des armes diaboliques placées sur les satellites de surveillance, qui contrôleront tous les faits et gestes des citoyens.

Ce système est déjà en place. Il vise déjà des millions de personnes en France, sans que personne ou presque ne s’en doute. Ce Système provoque maladies, malaises, phobies que tout le monde prend pour des phénomènes naturels. Les criminels de l’Etat fasciste sont d’ores et déjà à l’œuvre pour pourrir la vie des citoyens. Ils agressent les salariés en entreprise et les retraités dans leur maison. Ils organisent le terrorisme et le chômage. Ils assassinent chaque jour des gens qui leurs déplaisent, sans que personne ne se doute de rien.

L’Etat raciste, sous-ensemble de l’Etat fasciste, est spécialisé dans les guerres coloniales : tous les prétextes sont bons pour aller bombarder les pays musulmans ou africains : combattre des terroristes qu’on a armé soi-même, venger des attentats qu’on a organisé soi-même, « défendre » les droits de manifestants qu’on manipule et qu’on livre ensuite à des putschistes sanguinaires ou des milices manipulées qu’on bombarde à tout hasard. En Syrie, si on ne peut pas bombarder le régime, alors on attaque les rebelles, le but étant de tuer le plus d’Arabes possible. L’Etat raciste, et en l’occurrence l’Etat raciste français, représente un péril mortel pour le tiers monde. Cet Etat raciste prend sa forme la plus virulente lorsque les mollétistes sont au pouvoir : guerre d’Indochine, d’Algérie, Irak, Rwanda, les mollétistes sont les champions incontestés des guerres racistes. En RCA, ils font massacrer les musulmans, au Nigéria, ils pilotent la milice criminelle Boko Haram, en Syrie, ils appuient les milices rebelles avant de les abandonner et de livrer le pays à la guerre civile et à la répression. Les mollétistes sont les champions internationaux du racisme et de l’islamophobie. Ces gens sont directement issus du pétainisme et de l’OAS et devraient être interdits de politique en France et dans tous les pays démocratiques où ils ont des équivalents. On ne peut pas accepter que des néo-nazis se déguisent en socialistes pour tenter de mettre le FN au pouvoir.

Néanmoins, peut constater que les mollétistes n’ont pas l’exclusivité de la répression fasciste et des guerres racistes. C’est l’ensemble de l’Etat qui a été nazifié depuis l’arrivée du Mind Control dans les années 70. Depuis cette  époque, la vraie gauche recule, tombant dans tous les pièges tendus par les forces réactionnaires. La plus grave erreur a été de maintenir la loi du silence sur le Mind Control. Cette erreur ne peut s’expliquer que par le fait que les élites de gauche ont été persuadées que la répression ne visait que les musulmans et qu’elle n’avait donc rien à craindre du fascisme satellitaire. Cette erreur fatale commence à être comprise. Toutes les mesures de surveillance qui sont adoptées visent tous les citoyens. Peu à peu les fascistes resserrent l’étau. Bientôt ils organiseront des attentats tellement graves qu’ils sera décidé que c’est aux militaires de prendre le pouvoir et de gérer le pays, un peu comme à l’époque de Pinochet. La démocratie est de plus en plus menacée, juste parce que personne ne veut dénoncer la répression secrète qui vise pourtant tout le monde. Derrière le racisme se profile un fascisme de plus en plus menaçant. Il est temps de commencer à combattre de manière ouverte les comploteurs fascistes qui nous narguent.

L’ Etat raciste hexagonal contamine l’Europe et le monde. Partout les Etats fascistes se mettent à organiser des attentats « islamistes » pour pouvoir ensuite mieux persécuter leurs musulmans et limiter les libertés démocratiques. En Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Etats-Unis, Danemark et autres, les Etats racistes, contaminés par la haine venue de Paris, orchestrent des attentats, tous plus monstrueux les uns que les autres. Ce qu’ils appellent Daesh n’est rien d’autre qu’un groupe de leurs mercenaires, qui, la plupart du temps sévissent en Orient, où ils massacrent des milliers de musulmans, lors d’attentats immondes qui font des centaines de morts.

Attentats, bombardements, guerres civiles : les Etat racistes occidentaux sont les bourreaux du tiers monde, et plus précisément du monde musulman. A l’origine de ces crimes, l’islamophobie, la forme de racisme la plus prégnante au 21ème siècle.  Pour faire cesser les atrocités en Afrique et au Proche et Moyen Orient,  il faut combattre le racisme à la source, en Occident, et plus précisément en France, pays où les pétaino-mollétistes réinventent le nazisme et d’où ils contaminent le reste du monde.

Il n’est pas acceptable que des néo-nazis issus de l’OAS aient investi le PS, parti supposé représenter les intérêts des travailleurs, de la démocratie et du progressisme. Depuis que les mollétistes ont pris le pouvoir, le FN est invité tous les jours dans les médias, les infos se résument à une infernale litanie de vociférations islamophobes : pour ces gens, tout les problèmes du monde viennent des musulmans alors qu’en réalité, le terrorisme est organisé et manipulé par ceux-là mêmes qui sont les plus prompts à le dénoncer.

On peut constater que la haine islamophobe se déchaîne surtout quand le PS est au pouvoir. C’était déjà le cas en 1981 et c’est toujours le cas aujourd’hui, de manière aggravée.

Tout le monde comprend qu’il faut refonder la gauche en prenant le contrôle du PS ou en fondant un nouveau parti défendant les intérêts des salariés et des minorités et promouvant les libertés citoyennes de manière très nette. Concrètement, il faut augmenter le salaire minimum, le RSA, les salaires des fonctionnaires tout en créant un salaire étudiant et en augmentant les impôts des riches et de la finance. Ces mesures simples ne sont jamais adoptées par la fausse gauche qui se consacre généralement à la promotion du fascisme et de la xénophobie.

L’Etat raciste est dirigé par le FN, le PS et LR, entre autres. Il est animé par des racistes extrémistes, impliqués dans des crimes satellitaires pour la plupart. Ces gens ont pour objectif de créer un système d’apartheid en France, ce qui est déjà pratiquement fait. Ils veulent aussi expulser un maximum d’étrangers, ce n’est pas un scoop. Mais, le véritable objectif de l’Etat raciste, c’est l’extermination des allogènes juifs, arabes et noirs. Il suffit de lire entre les lignes et de connaître les militants racistes personnellement pour comprendre qu’il n’ont pas l’intention de se contenter d’une simple expulsion.

La stratégie de l’Etat raciste est de diviser pour régner : il s’agit par exemple d’opposer les Juifs aux Arabes et aux Noirs, les Juifs aux Italiens, les Italiens aux afro-asiatiques, les Espagnols aux musulmans, les Gitans aux Maghrébins…. Bref tout le monde a compris que les racistes divisent, isolent pour ensuite anéantir.

Face au complot raciste, les minoritaires font preuve d’une passivité stupéfiante : ils sont peu organisés, peu actifs dans la résistance à leurs bourreaux, et passent leur temps à se battre entre eux, chacun pensant que c’est en s’opposant aux autres minoritaires qu’il va améliorer sa position.

Les minoritaires n’ont pas de débouché politique : la plupart de partis sont dirigés par des racistes et les 15% d’afro-asiatiques vivant en France depuis des générations n’a toujours pas trouvé le moyen de faire valoir ses droits.

Un certain nombre d’intellectuels juifs a décidé de combattre dans le camp du nazisme, pensant que cette fois ce ne seront pas les juifs les victimes des futurs nazis. Cette stratégie est ignoble en plus d’être inepte. Les Zemmour et Finkielkraut ne semblent pas comprendre que lorsque les fascistes seront au pouvoir, ils changeront alors de ton avec les juifs qui seront alors d’une manière ou d’une autre obligés de quitter le pays. Historiquement, les juifs qui ont collaboré avec le racisme, tels Torquemada, Santa-Maria, Hans Franck ou Heydrich, ont toujours fini par faire massacrer et persécuter leur propre peuple. La stratégie qui consiste à détourner l’attention des racistes vers d’autres cibles ne fonctionne pas : elle ne fait que renforcer le racisme, qui dispose de multiples cartes dans son jeu : Juifs, Arabes, Noirs, Gitan, musulmans, homosexuels… Quand ils n’attaquent pas un groupe, ils s’en prennent à un autre, de manière à être en permanence occupés à persécuter une cible, ce qui leur permet de se renforcer politiquement et de prendre ensuite le pouvoir, au bout de quelques années de diffamation et de harcèlement.

Les fascistes profitent aussi de leurs campagnes racistes pour diviser de manière définitive leurs futures victimes, par exemple juifs et musulmans, ou Arabes et Gitans, ou Juifs et Noirs. Quand les racistes attaquent les juifs, il recrutent les musulmans, les Italiens, les Espagnols, les Serbes et autres dans leur combat. Quand ils attaquent les musulmans, ils recrutent tout le monde, y compris des musulmans dégénérés, qui se consacrent à une lutte islamophobe contre leurs frères ce qui leur rapporte argent ou cartes de séjour.

Quand les groupes ciblés sont bien opposés entre eux, il est encore possible de les diviser de l’intérieur, pour faire en sorte qu’ils deviennent tellement faibles qu’ils ne soient plus en mesure de résister à une campagne d’extermination.

C’est une véritable guerre qu’a lancé l’Etat raciste contre les minorités. Si ces dernières ne sont pas capables de s’unir pour résister aux forces du Mal, le 21ème siècle risque d’être pour elles un véritable chemin de Croix

Il faut que les minoritaires cessent d’être les pigeons des racistes. Il faut qu’ils cessent de se faire dominer par ceux qui veulent les détruire. Il faut que face à la stratégie des racistes, ils opposent une stratégie opposée, visant à isoler, diviser et anéantir les aboyeurs fascistes, de manière à ce que ces ennemis de la démocratie ne soient plus les maîtres du jeu.

La guerre contre le fascisme doit être idéologique et psychologique. Les stratégies fascistes, ont été en partie empruntées aux marxistes et retournées contre eux. Par exemple, la tactique de l’infiltration ou celle de la domination du monde culturel vient des marxistes. Mais, à la différence des marxistes, les néo-nazis disposent de l’appui des services secrets et du Mind Control, dispositif occulte qui permet de manipuler l’opinion.

Puisque les fascistes trichent, il faut dénoncer leur système de répression secret, au lieu de collaborer avec lui. C’est le seul moyen d’éviter qu’un jour, les néo-nazis ne prennent le pouvoir et ne mettent en œuvre leurs sinistres projets.

Terrorisme

Le terrorisme est la stratégie de base de l’Etat fasciste. Déjà, sous Hitler, l’incendie du Reichstag  avait servi de prétexte à la suppression de la démocratie en Allemagne.  Le terrorisme est le meilleur moyen de faire accuser les minorités et en l’occurrence les musulmans, ce qui permet aux partis xénophobes de progresser à un point où ils sont proches du pouvoir dans plusieurs pays. En Autriche par exemple, les néo-nazis sont pratiquement majoritaires dans le pays et risquent de prendre le pouvoir.

Le terrorisme permet à la fois de développer le racisme et de supprimer tous les droits des citoyens. Pour « protéger  » les citoyens, l’Etat fasciste fait adopter des mesures de plus en plus liberticides, qui détruisent progressivement l’Etat de droit, et changent la nature des régimes politiques en Occident : on transforme insidieusement les régimes démocratiques en des dictatures plus ou moins masquées. Si des protestations commencent à poindre, alors, l’Etat fasciste commandite un attentat encore plus grave, et ce jusqu’au point où les citoyens finissent par renoncer à tous leurs droits. Cette situation ne pourra cesser que quand les organisations de défense des libertés commenceront à pointer du doigt cet Etat fasciste qui prétend défendre la sécurité publique alors qu’il est lui-même à l’origine du terrorisme.

Les terroristes sont toujours des gens surveillés par les services de sécurité et donc par les satellites du Mind Control. Il est impossible que ces déséquilibrés puissent commettre des attentats sans avoir été repérés à l’avance par les services de surveillance qui suivent les suspects 24h/24 depuis des années. L’origine du terrorisme provient du Mind Control, ce système de surveillance qui regroupe tous les néo-nazis les plus tarés de la planète. Etre vaincus par cette bande de dégénérés est une honte pour les démocratie. Il faudrait lever la loi du silence et arrêter ces fascistes qui persécutent et assassinent les citoyens depuis des décennies. Il faut que les démocrates relèvent la tête face à ces nazis qui se moquent des citoyens. Il faut que les peines les plus dures soient appliquées à cette bande d’alcooliques vicieux qui pourrissent la société. Il faut cesser de ramper devant les forces du mal et décréter que tous les fascistes qui orchestrent le terrorisme doivent être mis hors d’état de nuire le plus vite possible. Sinon, ce sont les fascistes qui vont gagner et ils pourront alors profiter du produit de leurs crimes.

Le terrorisme est l’instrument des politiciens véreux et incapables qui veulent s’incruster au pouvoir. Dès qu’on commence à les critiquer ils provoquent un attentat, puis, ils réquisitionnent les médias pendant des semaines et ils abreuvent les citoyens de d ‘ »analyses » absurdes et de propagande crypto-nazie. Cette propagande profite à l’extrême droite et des partis comme le FN finissent par dépasser les 30% des intentions de vote. Dès que le FN commence à s’affaiblir, un nouvel attentat vient opportunément regonfler la popularité de ce parti d’escrocs, qui prétend qu’il avait raison depuis le début alors même qu’il ne fait que profiter du Mind Control et du terrorisme qu’il connaît très bien. Le FN connaît très bien le Mind Control. Il collabore avec le Mind Control. Il se moque du peuple qu’il prétend défendre. Il est le parti le plus hypocrite de tous. Si tous sont pourris, lui est pire. Depuis des décennies, les nazis proches du FN harcèlent les citoyens par satellite, sans que ceux-ci ne se doutent de rien. Les nazis du FN jouent les complotistes alors qu’ils sont en réalité les comploteurs, incrustés dans la police, l’armée et les services secrets depuis toujours.

La nouvelle stratégie des fascistes consiste à appliquer une répression indirecte à la société : alors qu’auparavant, les fascistes réprimaient l’opposition communiste et gauchiste de manière directe, comme par exemple chez Pinochet, actuellement, les fascistes feignent de combattre une menace imaginaire, les « islamistes » pour en réalité supprimer les droits des partis de gauche et des citoyens. Les lois sécuritaires adoptées depuis des décennies pourraient permettre d’interdire toute manifestation, sous prétexte par exemple d’état d’urgence, ou rendre possible la surveillance de tous les militants politiques, pour prétendument les protéger contre les terroristes.

Dans l’affaire Charlie, on constate que c’est le journal le plus antisystème de tous qui a été visé. Pendant des décennies, les dessinateurs de Charlie ont insulté les hommes de l’Etat ainsi que leurs flics, leurs militaires et leurs curés. La dérive islamophobe est venue plus tard. Et c’est elle qui a été utilisée comme prétexte pour faire massacrer plusieurs journalistes de cette revue. Les frères Kouachi n’avaient probablement jamais lu Charlie de leur vie ; par contre, les catholiques pratiquants n’avaient pas oublié les milliers d’offenses très graves qu’ils avaient endurées. Il faut relire les anciens numéros de Charlie pour comprendre la haine que ce journal avait suscitée chez les réactionnaires de tout poil, chez les ecclésiastiques, chez les militaires, chez les fascistes en général. Au lieu d’attaquer le journal à visage découvert, les fascistes ont utilisé pour cela des zombies du Mind Control, de pauvres mecs surveillés, programmés et manipulés depuis l’enfance par les satellites des forces du mal. Et ainsi, les fascistes ont réussi à profiter de leur crime en développant le racisme islamophobe en France et dans le monde, en jouant les défenseurs de la liberté d’expression alors qu’ils ont toujours été pour faire interdire la revue satirique : ils ont utilisé un ennemi, les musulmans, pour en frapper un autre, les gauchistes. Et personne n’a rien vu ; personne ne s’est douté de rien, les citoyens étant anesthésiés par des médias stipendiés ou complices.

Le fascisme indirect est très efficace : personne ne se doute qu’il est visé par la manipulation terroriste, hormis les musulmans, qui comprennent bien que tout cela est organisé contre eux. Dans les faits, les vraies cibles de la terreur, ce sont les citoyens de base, qui perdent progressivement tous leurs droits, à mesure que de nouvelles mesures liberticides sont imposées au peuple. Il suffirait de proclamer l’état de siège pendant une période indéterminée, pour faire annuler les élections. Par exemple, un faux attentat « islamiste » contre une centrale nucléaire serait suffisant pour faire basculer le pays dans une dictature définitive.  Par la ruse terroriste, les abrutis fascistes peuvent ainsi réduire toute la population en esclavage. Ils peuvent alors continuer à harceler impunément les gens par satellite, continuer à frauder le fisc sans courir le moindre risque de contrôle,continuer à être acquittés par les tribunaux, quelque soit le crime commis, les juges ayant peur de la mafia du Mind Control.

Il n’y aura pas de retour de la démocratie en France et dans le monde, tant qu’on aura pas démasqués les hommes de l’Etat qui manipulent le terrorisme et se moquent des citoyens.

Les propositions de gouvernement d’union nationale, ont pour but de faire rentrer le FN au gouvernement et de le présenter comme un recours face au terrorisme. On peut d’ailleurs constater que, depuis 2012, le FN est invité tous les jours à la télé, un peut comme si le gouvernement voulait absolument lui ouvrir les portes du pouvoir.

En cas d’attentat grave, par exemple le faux attentat nucléaire, un gouvernement d’union nationale pourrait être mis en place par l’Elysée, Marine Le Pen devenant par exemple ministre de l’intérieur, prenant ainsi connaissance de tous les dossiers sensibles et devenant alors une candidate crédible pour 2017. La prétendue union nationale ne concernerait que les fascistes, déclarés ou non : ceux du PS, de LR et bien sûr ceux du FN.

La stratégie des fascistes consiste à pénétrer tous les partis politiques, et à en exclure discrètement tous les antifascistes. La montée du néo-fascisme est, comme toujours, le résultat d’un complot impliquant de nombreux protagonistes. A la base de tout cela, le mollétisme, qui, comme dans les années 30, 40, 50 et 80, crée de toutes pièces un mouvement fasciste alors que celui-ci était habituellement totalement marginalisé.  On entend par mollétisme, le faux socialisme qui feint d’être de gauche alors qu’il travaille en réalité pour la réaction la plus bestiale, ce qui fait qu’on peut parler de mollétisme, concernant une époque antérieure à celle de l’accession au pouvoir du raciste colonial Guy Mollet. Même si Mollet fut apparemment proche de la résistance, pendant la guerre, il est probable qu’il avait gardé des liens avec le régime de Vichy, comme bon nombre de prétendus résistants.

 

Pétaino-mollétisme

Le mollétiste ou pétaino-mollétiste est systématiquement antisémite et islamophobe. On sent chez ces faux socialistes une haine xénophobe terrifiante, qui dépasse largement celle de la droite. Quand ces gens prétendent défendre une minorité, c’est pour mieux en combattre une autre, le but étant de les détruire toutes à la fin, un peu comme ça a été le cas à l’époque du maréchal Pétain, qui n’a fait qu’exécuter une politique antisémite prévue depuis longtemps, l’occupation allemande n’ayant été que le catalyseur de la folie criminelle des vichystes.

Les pétaino-mollétistes combattent l’islam qui est considéré comme une forme de résistance culturelle des afro-asiatiques. Ils combattent l’islam, comme ils ont combattu le judaïsme pendant la période vichyste.  Les pétaino-mollétistes ne sont pas des laïcs, mais des racistes. Des racistes viscéraux et primaires. Ces gens sont des complexés haineux, des escrocs politiques, des gens qui ne sont pas du tout ce qu’ils prétendent être, des gens qui sont le contraire de ce qu’ils disent. Ils sont racistes sans limites, antisociaux, sans vergogne, bellicistes et pro-fascistes par nature. Les règnes des pétaino-mollétistes se caractérisent toujours par des guerres coloniales ininterrompues. Indochine, Algérie, Irak, Rwanda, RCA, Syrie. Dès que ces gens arrivent, le sang du tiers monde commence à couler. Fous d’une haine psychotique, les pétaino-mollétistes ne font de la politique que pour provoquer guerres et répressions. Leur politique est celle du FN. Ils mènent une répression implacable contre les forces démocratiques en métropole, et une politique de terreur et de massacres, dans les pays musulmans.

On a vraiment l’impression que les pétaino-mollétistes pensent vivre encore au 19ème siècle, à l’époque des conquêtes coloniales. La haine des pétaino-mollétistes contamine la droite républicaine et le reste de la gauche. Un petit noyau dur de pétaino-mollétistes suffit à contaminer toute la classe politico-médiatique française. Le pétaino-mollétisme infecte aussi le reste de l’Europe : en Allemagne, Pegida monte, en Autriche, les nazis sont aux portes du pouvoir, au Danemark, pays habituellement très tolérant, le racisme se réveille. Le pétaino-mollétisme est un racisme ultra-contagieux qui a des implications mondiales. La Russie et les Etats-Unis semblent eux aussi être atteints par le pétaino-mollétisme. C’est la paix dans le monde qui est impactée par le virus pétaino-mollétiste.

Les pétaino-mollétistes votent tous pour le FN, bien qu’ils soient membre du PS ou d’autres partis de gauche. On a affaire à un complot fasciste et à  une véritable escroquerie politique. Des gens qui votent Le Pen à toutes les élections prétendent être de gauche !!! Il faut vraiment que le législateur prennent des mesures pour faire cesser ce type de tromperie politique ayant pour but la fin de la démocratie : par exemple, les membres de partis de gauche pourraient s’engager par contrat à ne jamais voter pour l’extrême droite. Les dirigeants socialistes et autres devraient certifier sur l’honneur qu’ils n’ont jamais voté pour le FN. Si chacun a le droit d’être fasciste, il n’en est pas moins obligé moralement d’être honnête avec ses électeurs. Quand on adhère aux idées du FN et qu’on vote systématiquement pour lui, on ne prétend pas être socialiste ou républicain.

Il faut que l’escroquerie pétaino-mollétiste cesse et qu’une véritable gauche modérée et antifasciste soit fondée. Dans cette gauche, il ne doit pas y avoir de place pour les fascistes, les racistes, les islamophobes, les antisémites et les négrophobes.  Quand on est de gauche, même modérée, on est antifasciste. On est pas pétainiste. Il faudra donc qu’une nouvelle législation interdise de la manière la plus formelle l’escroquerie politique et l’infiltration fasciste. Tout individu qui vote pour le FN doit être interdit dans les autres partis, de droite comme de gauche. Que chacun soit obligé de signer une attestation stipulant qu’il s’engage à ne pas voter pour le FN et à ne pas servir ses intérêts. C’est le minimum qu’on puisse attendre d’un militant politique socialiste ou républicain sincère.

Depuis 2012, les pétaino-mollétistes bloquent toute hausse du salaire minimum et tout progrès social. Des cadeaux fiscaux importants ont été accordés aux « entreprises », c’est à dire aux capitalistes et rien n’a été fait pour les salariés et les classes moyennes qui ont voté pour le PS. Des mesures de bon sens telles le retour aux 35 heures, les hausses d’impôts pour les riches et les grandes entreprises, ou l’organisation d’une relance de niveau européen, n’ont pas été prises. Tout se passe comme si LR et le PS voulaient nous faire croire qu’il n’y a pas d’alternative à la politique économique inepte qu’ils suivent, et que le mieux serait de ne plus parler des sujets économiques et de se consacrer à la répression et persécution des musulmans. On peut remarquer que la politique économique préconisée par le FN est encore plus libérale que celle suivie par l’UMPS hormis sur la question du protectionnisme qui, à haute dose se traduirait par une paupérisation des citoyens : une limitation des importations créerait une inflation  importante qui ruinerait les classes populaires tout en ne créant que très peu d’emplois. L’économie continuerait d’importer, mais les consommateurs devront payer ces importations plus cher. Des mesures de rétorsion seraient adoptées par les autres pays, ce qui se traduirait par une baisse des exportations.

Le protectionnisme n’est qu’un petite partie du programme économique du FN. Le vrai programme des fascistes est, comme toujours, caché : il est plus que probable qu’il consistera à baisser les charges des entreprises, à diminuer les droits sociaux des salariés, à baisser le smic, à limiter les recours aux prudhommes, à limiter l’accès aux allocations chômage, à reculer l’âge de la retraite, à renforcer les droits des employeurs qui pourraient par exemple interdire à un salarié de démissionner, à généraliser la surveillance satellitaire en entreprise, et, finalement à supprimer le statut de salarié pour le remplacer par celui d’autoentrepreneur sans aucun droit ou presque.

Les fascistes et leurs agents dans les autres partis veulent faire croire que c’est en persécutant les musulmans et les juifs que la situation des autres citoyens pourra s’améliorer. C’est bien entendu une escroquerie fasciste que de faire croire cela au public : ce sont les pays où il y a le plus d’immigration que le niveau de vie est le meilleur. Dans les pays de l’Est où l’immigration est très faible, les conditions d’existence sont misérables ou très moyennes. L’Espagne, après l’Inquisition est devenue l’un des pays les plus pauvres d’Europe. La xénophobie ne fait qu’affaiblir les classes moyennes et populaires, dans la mesure où elle épuise l’énergie des travailleurs vers des cibles inutiles, et par ce fait, renforcent l’Etat fasciste et les exploiteurs. Quand les salariés sont occupés à des manœuvres de stigmatisation des minorités, les patrons peuvent accentuer leur exploitation, sans même que ceux qui sont visé par la surexploitation patronale n’aient l’idée de dénoncer cette exploitation et d’exiger une part plus importante des richesses produites. Le racisme et la xénophobie diminuent la combativité ouvrière et salariée, face à des patrons rusés et habitués à diviser pour régner.

On constate que, depuis l’émergence des fascistes sur la scène politique française et européenne, les droits des salariés ont régressé de même que leur part de la valeur ajoutée produite. Les fascistes font croire que c’est en persécutant les minorités ethniques ou religieuses que la situation de la majorité va s’améliorer. On constate que les zones racistes du sud des Etats-Unis, comptent parmi les plus pauvres du pays. En France, les régions méridionales lepénisées depuis longtemps sont aussi les plus pauvres. Le fascisme divise et empêche les classes moyennes de défendre leurs intérêts. Plus il y a des fascistes et plus la situation de la majorité de la population régresse : le niveau de vie baisse, les libertés diminuent, la joie de vivre s’étiole. Les fascistes sont pour la plupart des être déséquilibrés mentalement, mais très rusés. Ils ne disent jamais où ils veulent en venir, ils ne parlent jamais de ce qu’ils feraient vraiment au pouvoir, ils focalisent leur discours sur la xénophobie et l’immigration alors que leur programme vise en réalité à écraser l’ensemble du peuple sous le règne d’un Etat fasciste qui transformera les citoyens en esclaves. Les fascistes ne veulent pas brimer les minorités pour améliorer le sort des Français de souche. Ils veulent monter la majorité contre les minorités pour écraser à la fois la majorité et les minorités. Les fascistes n’ont jamais accordé le moindre avantage aux salariés : ils ne font au contraire que diviser leurs victimes jusqu’au point où toute résistance devient impossible.

Les fascistes utilisent la notion de patriotisme pour mieux écraser le peuple. Quand on refuse de leur obéir, c’est qu’on est pas patriote. Quand on refuse d’accepter des baisses d’avantages sociaux, c’est qu’on est un mauvais citoyen et ceux qui combattent les politiques bellicistes qui ne profitent qu’à quelques tarés nationalistes sont considérés comme des traitres à la patrie, notion que les fascistes vénèrent seulement quand elle leur profite. Les fascistes sont des rusés calculateurs et pas seulement des psychopathes criminels. Historiquement ils ont toujours combattu contre la République tant à l’époque de la Révolution qu’à celle de l’occupation nazie. Ceux qui espèrent que les fascistes amélioreront leurs conditions de vie sont des naïfs. Même les situations les pires sont encore meilleures que celles qui prévaudraient avec l’arrivée des fascistes au pouvoir. L’extrême pauvreté actuelle d’une partie de la population serait toujours existante mais aggravée par une répression sans pitié contre les pauvres, avec la mise en place d’un système de torture par satellite qui viserait salariés et chômeurs,  étudiants et retraités. Il ne faut jamais oublier que les fascistes sont fous : ils ne font de la politique que pour nuire aux citoyens, que pour les abaisser, les appauvrir, les torturer dès que possible, les tuer. Les fascistes sont des individus envieux. Personne ne peut se fier à ses gens-là sous peine de le payer très cher.

La guerre de 14-18 a été un peu le paradis des fascistes : pendant que les hommes du peuple se massacraient mutuellement, eux, officiers ou patrons restés à l’arrière, faisaient la fête, jouissant autant de leur bonne fortune que du malheur de ceux qui étaient sacrifiés par des états-majors incompétents et stupides. Ce que veulent toujours les fascistes, c’est nuire au peuple par tous les moyens : la répression, la guerre, la pauvreté. Pour les fascistes, ce qui est agréable dans la vie, c’est d’écraser les autres. Les fascistes, ce sont ces gens sans qualité qui écrasent d’autres gens qui eux valent beaucoup mieux qu’eux. Les fascistes ne peuvent avouer franchement où ils veulent parvenir. Ils trompent l’opinion en la dirigeant contre des boucs émissaires, pour mieux ensuite tourmenter tous ceux qui sont tombés dans le piège de la division. Les fascistes doivent être considérés comme l’ennemi absolu à abattre par tous les moyens. Les politiciens corrompus, pédophiles et pervers doivent être considérés comme des agents des fascistes et non comme des acteurs indépendants de la scène politique. On doit considérer que les fascistes sont le noyau infectieux qui contamine la société et qui doit être éradiqué. Quand il n’y avait pas d’extrême droite, tout le monde se portait beaucoup mieux. C’est par la ruse que les fascistes ont réussi à revenir sur le devant de la scène. C’est par la répression secrète et l’infiltration permanente que les fascistes sont maintenant dominants sur la scène politique mondiale. Leur domination prendra fin dès que les citoyens auront compris que la progression nazie n’a rien de naturel mais est basée sur une stratégie secrète et criminelle à base de Mind Control, d’infiltration et de persécutions discrètes.

Tous ceux qui connaissent la puissance de l’appareil de répression électromagnétique satellitaire savent que l’avènement du fascisme sera le début de l’enfer totalitaire pour tous et pas seulement pour les minorités.

Une des ruses des pétaino-mollétistes, consiste à jouer les antiracistes tout en organisant un racisme qui n’existerait pas sans eux. Ils font le coup à chaque fois. Les gens ont fini par comprendre leur stratégie. Alors que les médias mollétistes prétendent que tous les problèmes de la planète viennent des musulmans, alors que les représentants du FN et de l’extrême droite sont invités tous les jours dans les grands médias, les mollétistes prétendent  déplorer un racisme qu’ils font passer pour une sorte de phénomène naturel, alors qu’ils l’ont créé de toutes pièces. Le FN a commencé à être invité dans les médias dans les années 80, sous l’ère du PS.  C’est ensuite que ce groupuscule a commencé à croitre. Depuis 2012, le FN est invité tous les jours dans les médias. Il dépasse désormais les 25% des intentions de vote. Les problèmes de terrorisme sont aussi issus du mollétisme. On peut supposer qu’il existe une sorte de connivence entre les mollétistes et les descendants des anciens de l’OAS, très bien placés partout.

Avec l’affaire du burkini, les mollétistes feignent de dénoncer les sarkozystes alors même qu’ils encouragent la répression raciste. La stratégie des mollétistes consiste à dire systématiquement le contraire de ce qu’ils pensent.  Les seules fois où les mollétistes sont sincères, c’est quand ils tiennent un discours raciste et antisocial proche de celui de l’extrême droite. C’est quand ils font tourner les manifestants de la CGT autour du bassin de l’Arsenal, à Paris, pour mieux les humilier. C’est quand ils mettent des manifestants pro-palestiniens ou des internautes en prison. C’est quand ils proposent de retirer la nationalité française aux jeunes partis en Syrie, à l’instigation des services secrets.

Le mollétisme est une forme sournoise de pétainisme. On sent que dans leur tête, les mollétistes sont encore dans les années 30 ou 40. Comme Laval ou Déat, ils préparent l’arrivée du fascisme au pouvoir. Ils minent sournoisement la démocratie et les valeurs des lumières. Derrière leur masque mollétiste se cachent les bourreaux nazis, les tortionnaires coloniaux, les déporteurs pétainistes.

Les mollétistes mêlent propagande raciste et antiraciste dans leurs discours : après avoir dénoncé le « djihadisme », le « communautarisme », l « islamisme », ils feignent de combattre le discours de la droite qu’ils ont contaminée. Les mollétistes sont le noyau infectieux qui contamine la société de son racisme, de son islamophobie, de sa haine raciale larvée.

L’infection mollétiste ne s’arrête pas à nos frontières : elle contamine toute l’Europe, les Etats-Unis, le reste du monde. Donald Trump se réclame plus ou moins du discours lepéniste, et donc mollétiste. En Hollande, au Danemark, au Royaume-Uni, dans les pays de l’Est et même en Allemagne, la haine mollétiste fait des émules. Partout, l’extrême droite progresse en même temps que ses idées. Au Danemark on dépouille les réfugiés, en Hongrie on les persécute, au Royaume-Uni on les met sous surveillance, aux Pays-Bas on les accuse de tous les maux.

Partout des attentats « djihadistes », du type de ceux organisés par l’OAS lors de la guerre d’Algérie, font des dizaines de morts, développent le racisme, favorisent une répression sans limites. Partout les libertés disparaissent et son remplacées par une sorte d’Etat d’urgence permanent. A la fin des ces campagnes terroristes, la démocratie aura été remplacée par une dictature à apparence démocratique.

Tant que le terrorisme n’aura pas été désigné comme une arme de l’extrême droite raciste qui ne profite qu’à l’extrême droite, la destruction de la démocratie se poursuivra.

Laïcité

La notion de laïcité a été totalement dévoyée par les fascistes. Alors qu’originellement, la laïcité devait être la base d’une égalité entre toutes les religions, elle est devenue d’abord une arme de guerre contre le catholicisme, au début du 20ème siècle, avant de devenir aujourd’hui un des principaux vecteurs du racisme et du fascisme. La laïcité dévoyée n’est plus que l’instrument du racisme islamophobe. Toutes les campagnes « laïques » sont dirigées contre les musulmans. Les fascistes, autrefois ennemis de la laïcité, sont devenus ses principaux soutiens. Ils ont compris que le laïcisme islamophobe était la meilleure arme de lutte contre les musulmans et pour le fascisme. Ils comparent l’anticléricalisme qui visait l’Eglise, avec le laïcisme qui vise l’islam, alors qu’il s’agit de deux choses différentes : dans le premier cas on a affaire à un totalitarisme antireligieux, qui non content d’avoir enlever son pouvoir à l’Eglise tentait aussi de l’humilier, alors que dans le second cas, il s’agit d’une persécution ethnique à apparence religieuse. Les femmes en burkini obligées de se déshabiller, sont l’équivalent des vieux juifs religieux à qui on coupait les papillotes, à l’époque du 3ème Reich. Elles sont les descendantes des « indigènes » que les mollétistes obligeaient à se dévoiler, avant de les violer, dans les années 50 en Algérie. La fausse laïcité est devenu un pilier du racisme institutionnel qui sévit en France depuis 1981. Le racisme religieux est le pire des racismes. Il s’en prend à la conviction intime des gens et à leur culture.

Pour les gens défavorisés, la religion est le dernier refuge face à l’adversité. C’est pour cela que les pervers mollétistes, en réalité des pétaino-lepénistes infiltrés à gauche, s’acharnent sur la pratique religieuse islamique. Ils veulent priver les musulmans de tout réconfort religieux, de toute référence morale, de tout lien avec leurs origines. Ils veulent faire des musulmans des proies faciles et déstructurées pour les prédateurs fascistes. Il est bien évident que les musulmans ont compris le piège et qu’ils n’ont pas l’intention de se laisser déculturer par des ennemis sournois et génocidaires.

Le racisme pétaino-mollétiste était une exception dans le monde, durant les années 80. Aujourd’hui, cette forme de nazisme est en passe de contaminer le monde entier. Partout le fascisme extrême renait, porté par la vague islamophobe venue de Paris. Derrière l’islamophobie se cache le colonialisme, l’impérialisme, le racisme, le fascisme, le nazisme. Les islamophobes ont réussi à nous faire croire que ce sont les islamistes qui constitueraient un problème en Europe, alors qu’ils ne représentent que 5% de la population totale. En réalité, ce sont ces même islamophobes fascistes qui sont devenus le problème principal de la démocratie : ces racistes se sont organisé en partis et organisations secrètes. Ils complotent contre la démocratie partout. Ils organisent le terrorisme « islamique » pour mieux supprimer nos libertés. Ils organisent des diversions racistes pour masquer leurs politiques antisociales, généralisées presque partout en Occident.

Il va sans dire que pour combattre les fascistes, il faut d’abord combattre l’islamophobie. N’oublions pas que Lénine a pris le pouvoir en Russie, en formant une vaste alliance entre Russes, Allemands, Juifs, Polonais, Arméniens et autres. Cette alliance a permis de renverser l’autocratie tsariste et de faire cesser la guerre contre l’Allemagne. Le pouvoir bolchévique, malgré ses erreurs, a été l’origine d’un gigantesque mouvement de libérations des peuples de la tutuelle coloniale. La Chine, l’Inde, l’Afrique se sont libérés grâce à l’influence soviétique. Les gigantesques avancées sociales des années 40, 50 et 60 sont le résultat de la « menace » soviétique. La chute de l’Union Soviétique n’a libéré personne ou presque. En Russie, une dictature de droite a remplacé une dictature de gauche. Il aurait fallu démocratiser le communisme et non le détruire.

Ceci étant dit, la terreur antireligieuse qui a sévit en Union Soviétique, visant à la fois les orthodoxes, les juifs, les musulmans, les catholiques et tous les autres, a été une des causes principales de la chute du communisme en 1989, deux siècles après la grande révolution française de 1789. Il faut considérer que la religion est un besoin fondamental de la plupart des êtres humains. Vouloir détruire toute spiritualité dans un peuple est une grave erreur. Le droit à la liberté de conscience et à la pratique religieuse est un des fondements de toute vie civilisée. Dans un pays démocratique, on a le droit de croire ou de ne pas croire. Le laïcisme anticlérical est d’ailleurs autant de gauche (communisme) que de droite (3ème république). L’anticléricalisme athéiste est un fascisme tout aussi néfaste que le totalitarisme clérical. Le fait que l’Etat se permette de dire aux gens ce qu’il faut croire ou ne pas croire est une atteinte intolérable à la dignité de l’être humain.  Toutes les religion doivent être respectées dans tous les pays, de même que l’absence de religion. Souvent, l’athéisme n’est que le paravent d’un totalitarisme meurtrier.

Si les communistes avaient utilisé les religions au lieu de les combattre, ils seraient toujours au pouvoir. La croyance volontaire en une spiritualité aliène moins l’individu que sa soumission totale à  un Etat fasciste. La religion peut être un élément de résistance au totalitarisme. Elle permet à l’être humain de se doter d’une force morale nécessaire pour s’opposer aux Etats fascistes. Elle permet aux opprimés de se satisfaire d’une vie difficile. Elle est un des piliers de toute vie civilisée. La religion permet d’unir des gens d’ethnie , de classe sociale ou de race différentes ; elle crée des liens entre tous les hommes, par delà les frontières et les continents. Elle rend possible un certain équilibre psychologique, quelques soient les aléas de la vie.

L’athéisme ne libère pas nécessairement. La nature ayant horreur du vide, il peut être la cause d’un fanatisme politique de droite comme de gauche, ou engendrer un nationalisme ou un racisme sans limites. Rien n’est plus méprisable que ces populistes vulgaires et haineux qui prétendent nous diriger ! Les plus grands crimes de l’histoire de l’humanité ont été accomplis par des athéistes, nazis, soviétiques ou maoïstes. L’athéisme limite le sens moral inhérent à l’humain. Puisque la seule morale reconnue est celle qui prévaut à un instant t dans un endroit donné, alors plus rien n’empêche les pires atrocités quand les autorités du moment les ont décidées.

Il est exact que la religion dévoyée est elle aussi criminelle : quand les conquistadors ont envahi les Amériques et massacré sa population, quand l’Eglise à légitimé l’esclavage à condition qu’il ne vise que les seuls Africains, quand certains pays musulmans attaquent d’autres pays musulmans, en contradiction avec l’islam qui interdit formellement la guerre entre musulmans. Il ne faut néanmoins pas jeter le bébé avec l’eau du bain et renoncer à toute spiritualité, sous prétexte que dans certains cas, la religion s’est égarée dans des voies criminelles.

N’oublions pas que l’absence de religion crée un terrain favorable au racisme le plus bestial. En France par exemple, le FN se développe dans les régions les plus déchristianisées. L’absence de toute référence morale est le meilleur moyen de sombrer dans les vices politiques les plus extrêmes : racisme, fascisme, bellicisme sont les produits de l’absence de spiritualité et de morale. La religion des fascistes, c’est le racisme. Il ne s’agit même pas de patriotisme mais d’un racisme pur, porteur des pires atrocités. Quand le racisme est sublimé, il devient patriotisme, le but étant de combattre les autres ethnies et de leur arracher des morceaux de territoires. Les guerres ayant opposé la France et l’Allemagne pour des questions assez futiles sont un peu le résultat d’un patriotisme sanctifié, justifiant par avance les pires atrocités.

Il y avait déjà des guerres avant l’apparition du laïcisme. Elles étaient le résultat du dévoiement des religions. La plupart des guerres ont opposé les chrétiens entre eux et les musulmans entre eux. Cette situation provient du fait que les autorités religieuses n’ont pas assez insisté sur le fait que la bonne pratique religieuse consistait à éviter les guerres et non à les encourager. Il temps que toutes les religions de la planète, monothéistes ou non, se décident enfin à prôner un pacifisme total, de manière à limiter le nombre de conflits qui ravagent le monde et qui sont dus pour l’essentiel aux manigances impérialistes.

En France, ceux qui ont le plus intérêt à la laïcité, ce sont les juifs, les musulmans et toutes les autres communautés religieuses minoritaires. La laïcité met toutes les religions sur un pied d’égalité. Elle n’a pas à être l’instrument de populistes vulgaires et ignares, pour qui la spiritualité se résume au racisme, à la  pornographie et à la pédophilie.

Quand la liberté de pratiquer librement sa religion, telle qu’elle est définie par la déclaration universelle des droits de l’homme, est remise en cause, ce sont alors toutes les autres libertés qui sont menacées. Comme l’a dit Sartre, la liberté, ça ne se divise pas.

Les pires ennemis des libertés religieuses, ce sont les racistes, les patriotes dévoyés, les délinquants vulgaires, les pervers sexuels, les emmerdeur professionnels. Ce ne sont pas ces déchets qui doivent diriger le monde. Sinon, la guerre mondiale sera l’unique avenir possible pour le genre humain.

Le secret

Tous les fascistes (les ennemis des libertés) règnent par le secret. Ils cachent tout, pour éviter toute contestation. A l’abri des regards, ils manipulent et persécutent, ils font taire toute forme de critique. A la fin, on en arrive à une situation de totalitarisme intégral, où les gouvernants savent tout des citoyens alors que les citoyens ne savent rien ou presque des hommes de l’Etat.

Les crimes fascistes sont secrets à un point où personne ne se doute que ce sont les hommes de l’Etat qui organisent le terrorisme et la criminalité. Personne ne sait que les hommes de l’Etat espionnent les citoyens par satellite, lisent dans leurs pensées, les harcèlent au travail, les font divorcer, les rendent malades, les tuent. Tout cela est rendu possible grâce aux ondes électromagnétiques dont la puissance est ignorée du grand public.

Les hommes de l’Etat et l’oligarchie dirigeante, menacent les juges, les journalistes d’investigation, les gauchistes, les dissidents divers, de manière à ce que leurs crimes ne soient jamais dénoncés et donc jamais punis.

Le Mind Control, la répression par satellite, est le honteux secret des pseudo démocraties qui dirigent la planète. C’est en raison de ce système de répression que les droits des citoyens diminuent, que l’argent se concentre entre les mains d’une infime fraction de la population, que l’idéologie réactionnaire revient à la mode, que le progressisme est écrasé partout. Alors que les médias réactionnaires ont longtemps fait l’apologie de Soljenitsyne, de Walesa ou d’autres dissidents de droite, rien n’est dit ou presque sur les dissidents occidentaux, qui ne sont pas appuyés par les médias : on parle peu de Manning, de Snowden, de Assange. Personne ne manifeste pour les faire libérer. Peu de pétitions sont lancées pour exiger leur réhabilitation. Personne n’écrit de livres pour dénoncer la cyber-répression actuelle qui est proche d’une sorte de stalinisme de droite de dimension mondiale. Partout les fascistes surveillent les citoyens, les journalistes, les hommes politiques, pour éviter que la vérité sur l’état réel de la démocratie ne soit dévoilée.

Le secret sur le Mind Control est universel. Hormis quelques sites du Web, personne ne parle du sujet : ni les dissidents officiels, ni Médiapart, ni le NPA, ni les intellectuels subversifs, ni la gauche, ni la droite, ni l’extrême gauche, ni l’extrême droite, ni les catholiques, ni les juifs, ni les bouddhistes, ni les musulmans, ni les protestants. Ce secret sur lequel repose entièrement la nouvelle société fasciste qui se met en place depuis 30 ans, est respecté par tous. Il est inutile de rappeler que les mouvements Podémos, Nuit Debout et autres n’arriveront à rien s’ils ne dénoncent pas la répression secrète. Prétendre combattre le système tout en collaborant avec le Mind Control, c’est un peu comme prétendre être de gauche sans combattre le fascisme. La vérité est le seul moyen de libérer les peuples et les individus. Sans vérité, il n’y a pas de libération possible.

Le FN, par exemple, est un parti d’escrocs médiocres et haineux. Toute sa propagande est basée sur un mensonge : il feint d’ignorer l’existence du Mind Control, alors qu’il est un produit et un outil du Mind Control. C’est le Mind Control qui a permis de faire taire toute critique de gauche, ce qui a fait du FN le seul réceptacle du mécontentement populaire . C’est le Mind Control qui permet de ventriloquer les invités des talk-shows et de les diriger sur la voie du fascisme. C’est le Mind Control qui manipule les hommes politiques, les journalistes, les syndicalistes, les internautes, les VIP. C’est le Mind Control qui fait croire que le fascisme est majoritaire dans l’opinion, alors qu’il se résume à quelques centaines de ventriloques extrémistes.

Le FN est un outil du Mind Control en plus d’en être une création, dans la mesure où ses sympathisants sont très nombreux dans la cyber-répression. Les fascistes cachés surveillent les leaders d’opinion et les manipulent. Ils ciblent particulièrement les intellectuels qu’ils s’efforcent de faire basculer à l’extrême droite. Après quelques années de surveillance satellitaire, les pires gauchistes se retrouvent contaminés par le nazisme. Les lectures fascistes sont encouragées par le Mind Control, pendant que la lecture de toute la littérature subversive et marxiste est gênée, par un subterfuge ou un autre. Il est évident que s’il faut empêcher la répression secrète de surveiller les citoyens, il faut commencer par exclure les néo-nazis de cette surveillance.

Il ne faut plus accepter que des gens qui sont des nazis déclarés aient la possibilité d’influencer les hommes politiques et les intellectuels du pays. Il ne faut plus accepter que les émissions télévisées soient en permanence biaisées par les ventriloques néo-nazis, islamophobes, racistes et réactionnaires.

La poussée néo-nazie et fasciste en Europe n’est pas due au hasard : elle est le fruit d’un plan déterminé, qui se poursuit depuis des années, et qui a pour objectif de supprimer la démocratie dans le monde et de la remplacer par un totalitarisme nationaliste, raciste et antisocial. Si le complot fasciste n’est pas dénoncé avec suffisamment de vigueur, il parviendra à ses fins et fera de la vie sur terre un enfer interminable, qui se prolongera pendant des générations. Historiquement, ne pas dénoncer un complot des forces nuisibles à la société est pire qu’un crime : c’est une faute.

Le secret sur le Mind Control procure un avantage décisif aux fascistes. Ces gens, pour la plupart déséquilibrés, qui ne représentent qu’une infime partie de la population, finissent par dominer la société, en raison de leur utilisation d’une technique satellitaire secrète. En ne levant pas le secret sur le Mind Control, la gauche et les démocraties font une erreur majeure, pour ne pas dire fatale.

Le Mind Control permet de menacer secrètement les antifascistes : les politiciens, journalistes et VIP finissent par avoir peur de dénoncer les fascistes. Depuis les années 2000, on entend plus la moindre critique contre le FN en France. Tous les partis politiques ou presque semblent s’être alignés sur les fascistes et leur idéologie du 19 ème siècle dans le meilleur des cas. Les fascistes sont partisans de l ‘ « autorité » et de l’ « identité » : pour résumer ces gens sont pour la dictature et contre l’immigration, sauf lorsqu’il l’organise eux-mêmes. L’autorité, pour eux,  cela veut dire que les hommes de l’Etat ont tous les droits et les citoyens aucuns. Ce que veulent les gens, c’est la démocratie, le pouvoir de faire juger les politiciens véreux, le pouvoir de résister à l’administration quand elle est injuste, le pouvoir de ne pas devenir les esclaves des patrons, le pouvoir de vivre comme on l’entend, le pouvoir de faire respecter son droit à la vie privée et de ne pas être surveillés par de chiens de garde. L’autorité, n’est une qualité que lorsqu’elle permet de juger et condamner des corrompus puissants. Lorsqu’il s’agit au contraire de brimer les honnêtes citoyens pour renforcer le pouvoir de notables corrompus, l’autorité devient une tare, une nuisance pour la société.

Quant à l‘identité, c’est un peu la notion qui permet de populariser le racisme au sein de la population. Le discours sur l’identité se résume le plus souvent à une lutte contre l’immigration. Au lieu de dire qu’on n’aime pas les immigrés, on prétend qu’on défend l’identité nationale. Ces défenseurs de l’identité sont le plus souvent eux-mêmes des immigrés qui utilisent ce subterfuge pour faire oublier leurs origines.

la véritable identité de la France est globalement résumée par la devise liberté, égalité, fraternité : la liberté contre les tyrans, l’administration, les patrons et les riches qui abusent de leur pouvoir. C’est pour la liberté que la France a renversé la monarchie absolue et instauré la laïcité. La liberté signifie que chacun et maître dans sa maison, qu’il n’a pas à être espionné par satellite, qu’on a pas à contrôler ses pensées, qu’on a pas à juger son mode de vie ou sa religion. Actuellement, les libertés fondamentales ne sont plus respectées en France, sans que personne ou presque ne proteste. Les satellites de surveillance contrôlent des millions de personnes, lisent dans leurs pensées, manipulent leur comportement, contrôlent leur physique, les font grossir ou maigrir, les scalpent, dirigent leur sexualité, les empêchent de dormir, les rendent malades, les tuent, et tout cela dans le secret et l’impunité absolus. Les démocraties, et en l’occurrence la France, ne sont plus des pays de liberté, et personne n’a pris conscience de ce fait, le secret sur la répression étant presque total.

L’égalité fait aussi partie de l’identité de la France : l’égalité des droits doit faire que chacun ait  les mêmes droits que tous les autres et puisse donc faire respecter ses droits devant les tribunaux. Avec le Mind Control, cette égalité a totalement disparu : les puissants ont réduit la population en esclavage. Ils peuvent harceler les citoyens à leur travail, les forcer à démissionner, sans que les victimes ne puissent porter plainte, ne sachant pas qu’elles sont victimes des satellites de surveillance. Les syndicats qui ne dénoncent pas ces atteintes au droit du travail portent une lourde responsabilité dans la dégradation des conditions de vie des travailleurs. Plus personne n’a aucun droit face aux puissants qui sont organisés, qui ont acheté l’Etat, et qui punissent les fortes têtes en utilisant leurs satellites de surveillance. En s’en prenant à l’égalité des droits, les fascistes du Mind Control ont totalement modifié l’identité des Français, basée entre autres, sur l’insolence vis-à-vis des pouvoirs et sur un esprit de rébellion permanent. Le Mind Control nous ramène au 18ème siècle, lorsque le peuple était esclave du roi et de la classe des aristocrates. Sans levée du silence sur le Mind Control, l’oligarchie actuelle nous ramènera à l’état esclavage qui a prévalu pendant plus d’un millénaire, sous l’Ancien Régime. Ceux qui prétendent défendre l’identité française défendent en réalité un retour à une époque de soumission, d’extrême  pauvreté et d’humiliation. Personne ne veut du retour à la monarchie absolue. Personne ne veut de la dictature de la noblesse ou de la bourgeoisie.

Le troisième pilier du régime républicain français, c’est la fraternité entre les citoyens de toutes origines, de toutes confessions, de toutes classes sociales. Cette fraternité est bien entendu l’opposé du racisme et de la xénophobie que veulent nous vendre les thuriféraires des tyrannies passées. La fraternité suppose un minimum de tolérance face aux différences, un minimum d’esprit de justice pour tous, un minimum de compassion pour les classes populaires. Ceux qui prétendent qu’il faut limiter l’accès au RSA ,à la sécurité sociale, à l’éducation, au logement, à la Justice, ces gens sont des fascistes qui n’ont rien compris à l’identité française actuelle, qui n’est pas celle qui prévalait à l’époque de Louis XIV.

Les fascistes du FN, les mollétistes, les sarkozystes  ne défendent pas l’identité française : ils défendent la réaction la plus bestiale, la mise en esclavage du peuple, la haine de tous contre tous. Ces gens pensent que la France, ce sont quelques vieux notables corrompus, pédophiles et fraudeurs fiscaux. Ils se trompent lourdement. Les 10% de vieux riches ne représentent qu’une petite partie de la France. Les quelques dizaines milliers de réactionnaires qui regrettent le bon vieux temps des colonies, de la guerre de 14 et de l’Occupation,  ne sont qu’une partie très marginale du pays qui a pris le pouvoir en profitant du secret sur le Mind Control, la répression secrète qu’ils dirigent pour la malheur de tous. Ces vieux réactionnaires machiavéliques ne seraient rien sans le Mind Control. Ces vieux déchets sont jaloux des gens normaux ; ils sont jaloux des classes moyennes, ils sont jaloux des classes populaires : ils font détruire les logements sociaux pour ne pas que les pauvres soient mieux logés qu’eux. Ils font divorcer les gens et récupèrent leur femme et leurs gosses. Ils sont partisans de tout ce qui peut nuire aux citoyens : la répression, la guerre, le chômage. Il envient la sexualité des gens et surveillent les éléments les plus actifs pour mettre un teme à leur vie sexuelle, utilisant pour cela les satellites de surveillance ; ils sont jaloux de la non-obésité des gens et les font grossir, toujours par satellite, pour ne plus se sentir moches.

Ces vieux notables fascistes constituent la menace la plus réelle pour la société : ces gens sont des envieux pathologiques qui veulent empêcher les autres de vivre. Ces gens, fous de haine, haïssent la liberté, qu’elle soit sexuelle, politique ou professionnelle. Ces gens veulent diriger les autres, toujours pour leur nuire. Avec le Mind Control, ils disposent de pouvoirs énormes. Ils pourrissent la vie de centaine de milliers de personnes en France. Ils sont ennemis de la démocratie. Ces gens doivent être mis hors d’état de nuire. Et pour cela il n’y a qu’une solution : lever la loi du silence sur le Mind Control.

Les fascistes dirigent le monde par la ruse et le secret. C’est en cachant les informations importantes qu’ils réussissent à dominer le reste de la société. Le Mind Control est le dernier avatar des répressions secrètes qui frappent les défenseur de la liberté et de l’égalité. Le Mind Control est un peu l’arme fatale utilisé contre les internautes. Ceux qui dénoncent le Système sont agressés par des ordures fascistes ou des mafieux, qui utilisent les satellites pour écraser toute forme de dissidence. Le Mind Control permet de manipuler les délinquants et les terroristes. Le public peut alors identifier les exécutants, sans pour autant voir la main criminelle qui les téléguide. Si on ignore que ce sont les satellites de surveillance qui dirigent le crime et le terrorisme, alors on ne comprend rien au fonctionnement de la société. La méthode du Mind Control consiste à organiser le crime en manipulant des ciblés, pour ensuite exiger qu’on prenne des mesures répressives destinées à supprimer les libertés des citoyens. La méthode de la provocation criminelle ou terroriste a toujours été utilisée. Les mafias ont toujours travaillé de concert avec la police et les politiciens. Les terroristes, mêmes anarchistes ou gauchistes ont le plus souvent été manipulés par la répression. Ce qui diffère aujourd’hui, c’est la puissance de l’outil de répression qui est utilisé. Le Mind Control, la répression par satellite, permet de filmer les gens 24/24 en utilisant peu de personnel, dans la mesure où la cible est suivie par ordinateur, ce qui permet de filmer des millions de personnes, sans pour autant avoir à recruter trop d’agents de surveillance. Seuls, quelques milliers de d’individus, internautes, islamistes, gauchistes, font l’objet d’une surveillance personalisée et d’un harcèlement effectué par des vieux nazis, des délinquants ou des pros de la sécurité.

Le Mind Control est le problème principal du 21ème siècle et, comme par hasard, c’est justement le sujet qui est évité par tous les médias, qui obéissent à la censure totale qui couvre ce type de répression. Si les journalistes faisaient leur travail au lieu de collaborer avec le Mal, c’est toute la société qui s’en porterait mieux. On pourrait en dire autant des politiques, des juges, des intellectuels et des organisations de défense des droits de l’homme qui refusent d’aider les victimes de la répression.

Il faut que tout le monde comprenne que le secret sur la répression satellitaire va nous mener directement vers le fascisme et que, une fois que les néo-nazis auront pris le pouvoir, il ne sera plus jamais possible de s’en débarrasser. Laisser des voyous fascistes harceler les citoyens et en l’occurrence les internautes constitue une très grave erreur pour les démocraties. Il ne faut pas laisser le moindre avantage aux voyous fascistes. Sinon, ils vont continuer à infecter la société et à transformer la vie des citoyens en enfer.

Les fascistes du Mind Control veulent faire croire que la surveillance satellite est destinée à combattre la délinquance et le terrorisme. Dans les fait, c’est le Mind Control qui dirige la délinquance et le terrorisme, et qui planifie des attentats de plus en plus graves, dont le but final est de supprimer toutes les libertés et de mettre les néo-nazis au pouvoir.

Tous ceux qui refusent de lever l’omerta sur la répression secrète et illégale du Mind Control, sont responsables de la progression du fascisme et de la destruction de la démocratie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15 février 2016

L’identité nationale : un concept inventé par l’extrême droite

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 38 min

 

Les fascistes ont trouvé une nouvelle ruse pour justifier leur racisme : ils parlent aujourd’hui d’identité nationale, concept fumeux ayant pour but de justifier les persécutions racistes et fascistes qu’ils font subir secrètement aux gens. Plutôt que de dire qu’ils détestent les étrangers, la démocratie et la justice sociale, il prétendent « défendre » l’identité nationale. Les gens qui défendent cette prétendue identité sont d’ailleurs souvent d’origine étrangère, leur vocabulaire d’inspiration maurassienne ayant pour but de mieux faire accepter leurs origines allogènes.

Quand auparavant on parlait de hausse des salaires, de droits sociaux élargis, de croissance économique ou de libération sexuelle, on parle maintenant d’ « identité ». Jadis on dénonçait le racisme ; aujourd’hui on défend l ‘ « identité française », comme s’il y en avait qu’une.

Le concept d’identité française est une escroquerie mise au point par l’extrême droit pour imposer son idéologie totalitaire : ce n’est pas à l’Etat ou aux hommes politiques de définir ce qu’est l’identité française. Chaque citoyen a d’ailleurs des identités multiples, comme par exemple, corse et catholique, ou maghrébin et juif, ou encore fasciste et alsacien on protestant et riche ou parisien et croate ou provençal et italien, ou homosexuel et nazi, ou encore lesbienne et gauchiste ou bien parisien et sadique, ou alors jeune et riche ou vieux et pauvre ou musulman et dyonisien, ou chrétien et socialiste ou gaulliste et catalan… Certains peuvent être homosexuels, juifs et fascistes comme d’autres peuvent se révéler catholiques conservateurs et fonctionnaires. Il y a des milliers de combinaisons possible. On ne comprend donc pas pourquoi les théoriciens réactionnaires voudraient nous imposer leur  propre conception normalisée de l’identité française, qui, si on devine leur pensée, devrait être blanche, réactionnaire et raciste. L’identité profonde des fascistes c’est le goût de l’autorité, la xénophobie et la volonté de puissance. Ces petits déchets fascistes rêvent juste de prendre le pouvoir pour écraser leurs concitoyens en prétendant les défendre. Ces défenseurs de l’identité française telle qu’ils l’ont définie eux-mêmes, sont tous unanimes à refuser toute hausse des salaires et des impôts pour les riches. Ils sont tous unanimes à exiger une limitation des libertés des citoyens. Ils sont tous unanimes à prôner des politiques bellicistes qui mettent nos militaires et nos policiers en danger. Ces fascistes veulent provoquer des guerres partout mais, généralement, ce sont les derniers qu’on voit au front. Ils veulent des guerres faites par les autres pour leur profit à eux.

En réalité, il y a en France des identités multiples, sociales, régionales, religieuses, politiques et autres.  Prétendre défendre l’identité française est une ruse des fascistes pour se présenter comme les seuls représentants légitimes du peuple, alors que dans l’histoire ils ont souvent été du côté des ennemis de la France : durant la Révolution française ou sous l’occupation nazie par exemple. Dans les tranchées, les fascistes étaient cachés derrière le front, pour tirer sur les malheureux qui auraient voulu déserter. Tous ces bellicistes enragés ne sont généralement pas des foudres de guerre. Ce sont plutôt des lâches qui profitent des guerres pour renforcer leur pouvoir. Ce sont des criminels rusés qui trompent les peuples et les montent les uns contre les autres. Ce sont des réactionnaires sournois qui prétendent défendre une République qu’en réalité ils abhorrent. Beaucoup de ceux qui prétendent défendre les Français d’abord sont en réalité des ennemis du progrès social et de la justice fiscale : ce sont des gens qui veulent supprimer tous les droits des salariés ainsi que l’impôt sur le revenu et l’ISF, contributions qui visent d’abord les riches, les pauvres étant exonérés. Ces défenseurs des Français d’abord et de l’identité nationale sont des nuisibles sournois qui agressent secrètement les citoyens en utilisant pour cela les satellites du Mind Control que l’Etat met complaisamment à leur disposition. Ces faux défenseurs de l’identité nationale sont des gens qui sont mus par une volonté de domination psychopathique. Ces gens se positionnent toujours dans des endroits où ils peuvent dominer et écraser le commun des mortels. Si ces gens prennent le pouvoir, n’importe quel petit fonctionnaire aura le droit de persécuter un citoyen pendant des années sans que personne ne puisse l’arrêter. Il faut connaitre les dictatures du tiers monde pour comprendre dans quel enfer totalitaire veulent nous mener les défenseurs de « l’identité nationale ». Ces défenseurs de l’identité baignent dans une culture bien précise : la culture réactionnaire. Ces gens lisent Maurras et Hitler, haïssent les droits de l’Homme et la démocratie, détestent voir des citoyens avec des droits qui osent contester le pouvoir de l’oligarchie dominante. Ces gens ont une identité propre : l’identité fasciste. D’ailleurs souvent, les fascistes de tous les pays se ressemblent ; ils raisonnent de la même façon, ils haïssent les pauvres, les gauchistes et les minorités. Ils écrasent les femmes, les enfants, les domestiques et les salariés. Ils rêvent d’un monde où le servage serait rétabli. Ils haïssent le fait que de simples manants puissent avoir des droits. Plutôt que de dire qu’ils veulent prendre le pouvoir pour dominer le peuple, ils prétendent défendre l’ « identité nationale » dont ils seraient bien sûr les meilleurs représentants. Ces fascistes nous ressortent leur cours d’histoire de CM2 pour nous dire comment devrait être la France et pourquoi il faut voter pour les fascistes. D’ailleurs, ceux qui ont vraiment connu le fascisme dans les années 40 votent très peu pour l’extrême droite : ils connaissent le vrai visage de ces monstres rusés qui prétendent défendre la République pour mieux la détruire.  Pour comprendre ce que sont vraiment ces fascistes, il faut les voir aux mannettes du Mind Control, quand ils harcèlent et assassinent des familles entières, pleins d’une joie diabolique à la vue du mal qu’ils commettent. Ces gens représentent le mal absolu. Ils ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Ils ne veulent pas sauver la France mais au contraire l’asservir et transformer ses citoyens en esclaves condamnés à leur lécher les bottes. L’ennemi de l’intérieur, c’est le fascisme. Cet ennemi sournois qui nuit aux Français en prétendant les défendre. Cet ennemi qui viole, vole, torture et tue en prétendant qu’il défend l’ordre républicain. Le Fasciste c’est un peu celui qui dénonce le mal alors qu’il pratique lui-même le satanisme. C’est celui qui a tué des centaines de personnes et qui exige qu’on soit plus sévère avec les délinquants. C’est celui qui pratique la torture extrême et qui dénonce l’abattage rituel pour protéger les animaux de boucherie. Bref, on l’a compris, le Fasciste est une bête féroce sournoise, plein du rage démente dissimulée sous un aspect de brave père de famille au dessus de tout soupçon. Il faut démasquer le fasciste avant qu’il ne prenne le pouvoir. Après, il est trop tard.

Ce concept d’identité nationale n’a pas à être utilisé par des politiciens, et plus particulièrement par des politiciens véreux et réactionnaires. La notion d’identité nationale doit être étudiée par des spécialistes : historiens, démographes, philosophes, anthropologues et autres. C’est à la science de définir ce qu’est l’identité nationale, soit un mélange de diverses identités personnelles, ethniques, sociales, religieuses ou politiques. Même à l’extrême droite, l’identité de chacun est diverse : certains fascistes sont avant tout catholiques, d’autres sont « nationalistes » et d’autre encore sont monarchistes. Certains sont laïques extrêmes pendant que d’autres sont catholiques intégristes. Certains sont  homophobes tandis que d’autres sont homosexuels. Parfois ils sont les deux à la fois…

Quand les fascistes parlent d’identité nationale, il faut commencer à se demander où ils veulent en venir : le plus souvent ils cherchent à en exclure les Juifs, les Arabes et les Noirs, quand il ne s’agit pas de stigmatiser les étrangers européens. Cette mise en avant du concept d’identité nationale a pour but une volonté de nuire qui vise toutes les minorités. Parfois des allogènes d’une certaine origine tentent de récupérer la notion pour la diriger contre des allogènes d’autres origines, alliant ainsi le ridicule et l’infâme. Ces derniers temps on peut assister au ballet pitoyable de « métèques » racistes qui s’en prennent aux autres « métèques », s’attirant ainsi le mépris de tout le pays, alors qu’ils pensent au contraire faire oublier leurs origines en s’en prenant aux autres personnes d’ascendance étrangère.

Certains polémistes dénoncent le « communautarisme » musulman qui est en réalité très faible alors qu’eux mêmes sont de purs produits du communautarisme catholique, juif, blanc ou bourgeois. En voulant ainsi nuire aux autres communautés, ils ne nuisent qu’à eux-mêmes. Ceux qui défendent la laïcité à l’école sont les mêmes qui sont partisans du financement par l’Etat des écoles privées confessionnelles qui coûtent des milliards aux contribuables chaque année. Les musulmans sont d’ailleurs les seuls à ne pratiquement pas bénéficier d’écoles privées en France et quand ils ont le malheur d’ouvrir un lycée confessionnel, il se trouve toujours un journaliste pour venir en critiquer l’enseignement qui serait jugé trop « extrémiste ».

Les fascistes qui font l’éloge de la France éternelle avec ses paysages, ses églises et sa gastronomie sont souvent les mêmes qui passent leurs vacances en Thaïlande dans des hôtels spécialisés pour pédophiles. Certains fascistes nous disent qu’il faut aimer les cathédrales et les trésors archéologiques de la France : mais qui a prétendu le contraire ? Certains fascistes nous disent que les immigrés doivent s’adapter à la culture locale. Et l’eau, ça mouille ? Pour qui se prennent ces connards qui enfoncent des portes ouvertes pour jeter la suspicion sur des gens qui n’ont pas de médias ou de lobbies pour se défendre. Il faut d’ailleurs constater que ces grands patriotes sont systématiquement des fraudeurs fiscaux quand ils ne sont pas pédophiles. Ces grands défenseurs de la nation refusent toujours de payer leurs impôts alors qu’ils sont riches à millions. Et ils viennent ensuite donner des leçons de civisme à des gens qui eux sont obligés de les payer alors qu’ils ont des revenus modestes. Ces fascistes dénoncent les « profiteurs’ » du système, ceux qui touchent le RSA après des années de chômage, pendant qu’eux, bénéficiant des réseaux familiaux et fascistes, se remplissent les poches dans des fonctions qu’ils remplissent mal ou très mal. Partout, des pistonnés bourgeois ou fascistes coulent les entreprises, les administrations, les collectivités locales et l’Etat lui-même. Ces bourgeois pistonnés ne savent visiblement pas comment on gère une économie : depuis 30 ans la France est en faillite, le budget est en déficit et le commerce extérieur est dans le rouge.  Des gens compétents sauraient comment on gère une économie. Pas les fascistes qui se sont infiltrés dans tous les partis et qui ruinent volontairement ou non la prospérité, fruit de la redistribution et de la planification indicative.

Les fascistes « aiment’ » la France, tant qu’on ne les force pas à payer leurs impôts. S’ils sont contrôlés, leur amour se voue en une haine féroce ; de floride, Belgique, Suisse ou autre paradis fiscal, ils éructent leur haine tous les jours dans les réseaux du Mind Control. Pour eux, la France ce n’est bien que quand ils sont les seuls à en profiter, au détriment de tous les autres. La France qu’ils aiment, c’est la France des fascistes, des notables, des patrons, des fraudeurs fiscaux, des pédophiles. Ces fascistes qui aiment la France ressemblent un peu aux colons qui « aimaient » l’Algérie tant que les Arabes étaient esclaves. Quand on leur a parlé d’égalité et de liberté, ils se sont mis à haïr ce pays d’une haine de déments. Aujourd’hui encore les réseaux coloniaux, terrorisent les immigrés en utilisant les satellites de surveillance, en assassinant impunément des milliers chaque année par satellite et coulant les autres en provoquant des coups de vents par ondes électromagnétiques satellitaires. Les criminels fascistes semblent être au dessus des lois depuis des années. C’est la raison pour laquelle ils sont devenus si puissant en France et dans le monde. Ces gens disposent d’une arme secrète, le Mind Control, et jusqu’à présent, personne ne les a dénoncés, chacun espérant profiter aussi de ce système d’espionnage et de répression.

Alain Finkielkraut déplore le fait que dans les écoles des quartiers difficiles, les profs soient harcelés par leurs élèves. Ceci n’a rien à voir avec l’identité nationale mais ressort d’un manque de compétence de l’administration de l’éducation nationale qui ne sait pas comment traiter les cas sociaux : la moindre des choses serait d’isoler les cas les plus difficiles et les faire traiter par des spécialistes ou des psychiatres, de manière à ce qu’ils ne perturbent plus les autres élèves. Il faut créer des classes spécialisées pour les cas sociaux ou même des écoles et internats où ils seraient séparés des autres élèves. Il faut d’ailleurs constater que les satellites du Mind Control sont très actifs dans les écoles et collèges : ils ont pour but de créer des problèmes aux profs de gauche de manière à les pousser de force vers la droite : on peut énerver des élèves très facilement en les manipulant par satellite. C’est un bon moyen de punir les profs gauchistes en faisant mine de compatir à leur calvaire. Des fascistes se sont probablement infiltrés au plus haut niveau au sein de l’éducation nationale, et de là ils sèment la confusion en faisant croire aux profs que tous leurs problèmes viennent de la gauche, de l’immigration, du laxisme alors qu’en réalité ils font en sorte que rien ne fonctionne dans les écoles des quartiers défavorisés. Dans le pays du tiers monde les écoles destinées aux plus défavorisés fonctionnent très bien. On ne voit donc pas pourquoi ils devrait y avoir des problèmes en banlieue, à partir du moment où les parents sont considérés comme responsables de leurs enfants, où les cas sociaux sont traités dans des établissements spécialisés et où des punitions suffisantes sont appliquées aux semeurs de trouble. Les pays communistes et du tiers monde réussissent à traiter des cas très sociaux. On ne voit pas pourquoi les écoles de banlieue ne pourraient en faire autant, à moins de supposer que nous avons affaire à un avatar du complot fasciste, qui ferait en sorte que les jeunes de banlieue ne puissent pas étudier, de manière à pouvoir les manipuler et les marginaliser plus facilement. Les enfants des banlieues ont intérêt à étudier pour pouvoir défendre leur intérêts dans un monde où les racistes exterminateurs sont de plus en plus puissants. Ils ont intérêt à se comporter de manière polie avec les professeurs, pour éviter que ceux-ci ne tombent dans l’escarcelle des fascistes. Ils ont intérêt à démontrer que l’islam est un atout pour les banlieues et non un handicap. A eux de faire taire les cas sociaux qui les empêchent d’étudier et les condamnent à devenir les futures victimes des persécuteurs racistes.

Face aux problèmes qui accablent la France et l’Europe il faut partir d’un principe d’analyse simple : tout est de la faute des fascistes, ces individus ignares et rusés, ces déchets haineux qui allient une volonté de puissance gigantesque à une incommensurable stupidité (bien que mêlée à une ruse extrême), une inextinguible haine et une cruauté sans limites.

14 janvier 2016

Gérer le monde par le terrorisme

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 17 h 11 min

 

Il semble que les fascistes du Mind Control gèrent le monde par le terrorisme. Chaque attentat ou presque profite à la cause fasciste. Toute l’Europe est menacée par le terrorisme et partout l’extrême droite progresse. Le Danemark autrefois social-démocratie paisible semble avoir été atteint par le virus fasciste. On demande à des réfugiés qui ont tous perdu de livrer leurs dernières économies aux autorités. Aux Etats-Unis, le candidat Trump fait une campagne xénophobe digne d’une Le Pen. Partout, le fascisme avance.

Il semble que la montée du fascisme en France, en Europe et dans le monde soit consécutive aux attentats de 1986 à Paris, qui ont fait quelques morts seulement mais beaucoup de dégâts politiques. Suite à ces attentats, le parti raciste FN a commencé à fortement progresser en France. Les attentats de 1995 on aussi profité au FN qui a atteint les 15% en 2002. Au Danemark, l’attaque commise par un déséquilibré musulman contre des caricaturistes en 2014 à renforcé l’extrême droite, au Royaume-Uni les divers attentats « islamistes » ont propulsé l’UKIP à plus de 20% des suffrages lors de la plupart des élections. Aux Etats-Unis la destruction des Twin Towers en 2001 à causé la perte d’une partie des libertés des citoyens du pays et la radicalisation à droite de l’opinion. En Israël les attentats palestiniens, plus que probablement manipulés, ont mis l’extrême droite au pouvoir.

Partout, le terrorisme favorise la droite la plus extrême et porte atteinte aux libertés démocratiques. Partout, la gauche recule et le fascisme avance. Partout le nazisme monte, encore plus ou moins masqué.

Tout ceci nous laisse penser qu’à partir du moment où ces attentats ne profitent qu’aux fascistes, il est impossible que ces derniers n’en soient pas à l’origine. On remarque aussi que les seuls attentats qui sont bien médiatisés sont les attentats « islamistes » qui profitent à l’extrême droite. Lorsque, exceptionnellement, un attentat est commis directement par un fasciste, celui-ci passe pour un déséquilibré, et on en finit par oublier son appartenance politique. Par exemple, lorsque le fasciste slovène Richard Durn a massacré plusieurs élus de gauche au conseil municipal de Nanterre en 2001, personne n’a accusé l’individu d’être membre d’un réseau fasciste. Il a été décrit comme un « raté », un « déséquilibré » qui a commis une tuerie de masse pour des raisons psychiatriques. L’individu a été opportunément jeté par la fenêtre de la PJ du Quai des Orfèvre, de manière à ce qu’on ne sache jamais quelles étaient ses connexions politiques précises. En Norvège, quand le fasciste Anders Breyvik a assassiné plus de 70 jeunes socialistes, l’affaire n’a fait la une des journaux que quelques jours. Au bout d’une semaine, l’affaire était enterrée. Quand on sait que le moindre attentat « islamiste » fait la une des JT pendant des semaines et que toutes les grosses attaques attribuées à cette mouvance sont elles médiatisées pendant des années ou même des décennies, on ne peut que constater que les médias sont d’ores et déjà aux mains des fascistes et ne popularisent que le terrorisme qui sert leurs intérêts.

Les dernières attaques terroristes et agressions ayant visé des Allemandes ne laissent aucun doute  : les racistes d’extrême droite n’ont pas supporté que l’Allemagne accueille des centaines de milliers de réfugiés syriens fuyant la guerre civile, le terrorisme et la répression dans leur pays. Ces gens qui risquent les pires tortures et qui ont pris des risque énormes pour venir se réfugier en Autriche et en Allemagne, sont la cibles de racistes internationaux dont un certain nombre sont basés en France. Ces gens ne supportent pas que des Syriens aient le droit de se réfugier en Europe ; la France a d’ailleurs pratiquement refusé toutes les demandes d’asile provenant de Syriens, alors qu’elle est l’ex puissance tutélaire de ce pays, qu’elle a encouragé la rébellion de divers groupes armés contre le régime en place, et qu’elle s’est vantée d’appuyer l’opposition la plus dure. Après avoir pratiquement détruit le pays comme il avait déjà détruit la Libye, l’Etat français gangréné par les fascistes prend maintenant la tête d’une sorte de croisade anti-migrants et presse ses partenaires européens de renvoyer les réfugiés vers l’enfer d’où ils viennent.

Lors des agressions sexuelles de la gare de Cologne, on constate qu’une bonne partie des agresseurs étaient des francophones venus de France et de Belgique et, avec la complicité d’une partie des autorités locales, ils ont agressé sexuellement des centaines de jeunes allemandes, nuisant ainsi à la réputation des migrants et favorisant de cette façon le mouvement raciste Pegida.  Une simple intervention policière aurait fait facilement fuir ces voyous.

A Istanbul, l’attentat visant des touristes allemands aurait été perpétré par un Syrien, ce qui aura pour conséquence de nuire fortement à l’intégration des Syriens vivant en Allemagne de même qu’à ceux vivant en Turquie.  Il semble que le racisme international fasse preuve d’une aversion incontrôlée envers les Syriens, bien que ces gens n’aient jamais posé de problèmes dans les pays où ils ont immigré, que ce soit en Argentine, au Brésil ou aux Etats-Unis.

 

On constate donc que chaque attentat à une signification bien précise : il s’agit de diriger de force l’Europe et le monde dans la direction du fascisme. Ce qui est fait avec les prétendus « islamistes » avait déjà été opéré avec les gauchistes, quand les attentats de la bande à Baader, d’Action Directe et des Brigades Rouges ont plus ou moins discrédité l’extrême gauche et permis la mise en place d’une répression efficace contre toute dérive gauchiste. Le résultat est qu’il n’y a plus de gauchistes (ou presque) mais que les fascistes tiennent maintenant le haut du pavé dans le monde entier.

Si les vrais responsables du terrorisme ne sont pas identifiés et arrêtés, ils vont continuer à nous manipuler et à nous diriger dans leurs rets. Ces criminels fascistes qui organisent le terrorisme sont probablement infiltrés dans tous les services secrets occidentaux et ils nous poussent progressivement vers une dictature fasciste dont ils seraient les maîtres. Plus il y a d’attentats, et plus les services de sécurité publics et privés se renforcent. Plus il y a d’attentats et plus le secteur de la sécurité crée des emplois et engendre des profits, ce qui profite à ceux qui dirigent ces sociétés.  Plus il y a d’attentats, et plus les agents fascistes infiltrés dans tous les partis et tous les gouvernements obtiennent de pouvoir. Plus il y a d’attentats et plus les libertés des citoyens diminuent.

Quand les fascistes ne veulent pas de migrants, il organisent des attentats visant les touristes allemands  pour empêcher ce pays d’en accueillir plus en manipulant son opinion publique. Quand les racistes veulent ruiner un pays, musulman la plupart du temps, ils commanditent un attentat, et ce sont les économies égyptienne, tunisienne, turque et autres qui en subissent les conséquence.

Les fascistes dirigent le monde par le terrorisme. Avec un bon attentat bien relayé par les médias ils peuvent infléchir les politiques suivies par des Etats souverains, et imposer progressivement leur idéologie coloniale, ultra-capitaliste, raciste et anti-démocratique au monde.

Si demain ils veulent combattre l’écologie politique, ils formeront des extrémistes verts qui mettent des bombes comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis. S’ils veulent combattre le gauchisme, ils créeront des cellules de terroristes marxistes. S’ils veulent déconsidérer les indépendantistes corses, ils organiseront des groupes violents qui justifieront une répression dure qui visera les structures politiques des autonomistes. La provocation terroriste est une des base de l’art fasciste de la guerre. Ces pièges continueront de fonctionner temps qu’on aura pas arrêté un des comploteurs terroristes, ces individus étant le plus souvent très hauts placés dans les administrations et le monde politique et donc très difficiles à confondre. Si ces gens ne sont pas dénoncés et arrêtés, nous seront condamnés à subit leur dictature pendant des siècles. Si un jour on arrête certains de ces gens, on comprendra que ce sont ceux qui hurlent le plus au loup terroriste qui le dirigent en réalité.

 

18 juillet 2015

La conspiration néo-fasciste

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 39 min

 

Le fascisme est à nos portes. Et personne ne semble s’en inquiéter. Le FN tutoie les 30% des voix selon certains sondages, de nouvelles lois liberticides sont adoptées chaque année, le racisme islamophobe gangrène les médias, les néo-nazis dominent le Web, les discours des élus se déchaînent contre les musulmans, la vraie gauche est écrasée par les satellites de répression, les Grecs doivent passer sous les fourches caudines du monétarisme européen de Bruxelles. La situation est grave et personne ne semble en avoir pris conscience. La démocratie est devenue une coquille vide ; les élections sont truquées par les satellites du Mind Control ; la répression électromagnétique mine sournoisement les fondements de notre ex démocratie. Les fascistes surveillent les internautes nuit et jour, les empêchant de s’exprimer librement, s’incrustant au cœur de la gauche pour mieux la détruire de l’intérieur, empêchant toute autonomie politique de la vraie gauche qui est devenue une variable d’ajustement pour les règlements de comptes entre fascistes.

Les fascistes sont implantés à gauche et à droite, sous forme mitterrandienne ou sarkozyste. Les fascistes dirigent le FN, parti néo-nazi bien que pro-israélien. Les fascistes dirigent les fédérations sportives, une bonne partie des médias, des services secrets, de la police et l’armée, de la magistrature. Les fascistes sont influents dans le monde de l’édition, à la télévision, dans les journaux. Ils sont présents à droite et à gauche. Ils sont reconnaissables à leur anormale propension à l’islamophobie, leur cheval de bataille depuis une trentaine d’années. Les fascistes sont soit ultralibéraux et antisociaux, soit faussement pro-salariés et racistes. La gauche réelle est devenue insignifiante depuis l’arrivée de la répression électromagnétique. Le coup d’Etat fasciste est en marche. Il faudra le contrer ou être condamnés à vivre dans un Goulag électromagnétique pendant des générations.

Durant la seconde guerre mondiale, les parlementaires français ont voté les plein pouvoirs à Pétain, et il est probable qu’ils réitèreront un vote de même nature s’il fallait donner le pouvoir à une junte suite à un attentat prétendument islamiste mais en réalité concocté par les nazis de différents services. La risque de dictature n’a jamais été aussi prégnant depuis 1945. Il faudrait donc que les défenseurs de la démocratie se décident enfin à protester contre la mascarade terroriste avant qu’il ne soit trop tard et que nous nous réveillions dans une dictature technologique pire que tout ce que nous avons connu depuis 2000 ans. Face à la propagande des terroristes fascistes qui dirigent l’Occident, il est plus que temps qu’une riposte intellectuelle soit mise en place. Il faut que tous comprennent que le terrorisme, l’islamophobie, le Mind Control et l’omerta sur cette répression secrète sont les armes du néofascisme et que continuer à taire les crimes du terrorisme d’Etat est une erreur qui s’avèrera fatale pour la démocratie dans le monde. Il est temps que tous les partisans de la démocratie se réveillent et dénoncent la conspiration néofasciste avant qu’il ne soit trop tard… s’il n’est pas déjà trop tard.

Les néo-fascistes, essentiellement pétainistes, sont infiltrés à gauche et à droite, de manière à enserrer la société d’une gangue indestructible. Que les électeurs votent à gauche ou à droite, ce sont toujours les fascistes qui gagnent.

Le PS a été fondé par François Mitterrand, ancien secrétaire d’Etat de Pétain et ministre de la 4ème République, à l’époque de la guerre d’Algérie notamment. Mitterrand était réputé pour sa haine des Algériens qu’il a réprimé sans limites. Et c’est ce pétainiste pro-colonial qui est devenu le leader de la gauche, à partir des années 1970 ! Dans ces conditions, il ne faut plus s’étonner des dérives droitières du PS, qui deviennent de plus en plus insupportables aux électeurs.

C’est toute la 3ème République qui est d’ailleurs suspecte, dans la mesure où elle a été crée sur les décombres de la Commune, l’insurrection populaire qui a fait tomber Napoléon III. Cette République fondée par Adolphe Thiers ne pouvait dégénérer qu’en dictature raciste, après plusieurs décennies de massacres coloniaux. La Laïcité proclamée de la 3ème République n’a jamais été autre chose qu’un prétexte pour réprimer les institutions religieuses qui auraient pu résister à la tyrannie de cette dictature à apparence démocratique. Si tout le monde ou presque est partisan de la laïcité, l’anticléricalisme de cette 3ème République s’est plus apparenté à du totalitarisme qu’à une défense de la liberté de conscience. Les pontes de la 3ème République voulaient apporter la « lumière aux races inférieures’ » qui ne leur avaient rien demandé. L’idéologie de Jules Ferry est celle d’un provincial corrompu et borné profitant d’un avantage militaire pour écraser les peuples colonisés après avoir maté sa propre population. La 3ème République n’a été rien d’autre qu’une dictature bourgeoise, manipulant déjà le terrorisme anarchiste pour attenter aux libertés. Les politiques actuels qui ont cette époque pour référence doivent être considérés comme des ennemis de la démocratie.

A droite, le pétainisme a pris la forme du sarkozysme, une sorte d’infâme mixture mêlant racisme et xénophobie avec affairisme et incompétence. Le sarkozysme est l’exact opposé du gaullisme, et il est étonnant que l’UMP (aujourd’hui LR) ait accepté en son sein des gens aussi éloignés du gaullisme que les libéraux-fascistes qui suivaient l’arriviste magyar. Les sarkozystes ont surendetté la France et mis à mal la démocratie en développant le Mind Control, la répression secrète qui représente une menace mortelle contre la démocratie.

Le Mind Control, c’est ce système de répression par satellite qui permet de torturer et tuer à distance, et qui empêche par conséquent toute critique importante de ceux qui le détiennent. Le Mind Control permet aussi de modifier les intentions de vote, ce qui permet de favoriser les candidats les plus à droite de tous les partis et le FN.

Les élections sont truquées par le Mind Control, et personne ne songe à protester ! A la fin, il est possible que, comme en Russie, ce soient les services secrets ou l’armée qui prennent directement le pouvoir, après avoir écrasé toute velléité de résistance de la part de ceux qui sont supposés défendre la démocratie.

Les fascistes du Mind Control disposent de ventriloques qui dirigent journalistes et politiques. De cette façon plus personne ne défend les libertés et on approche du jour où tout dissident sera condamné au Goulag à perpétuité. L’Internet est devenue une machine à repérer et ficher les citoyens, citoyens qui sont ensuite espionnés et harcelés à domicile par les rayons électromagnétiques diffusés par satellite. Notre démocratie n’est plus depuis longtemps qu’une coquille vide où les internautes sont secrètement persécutés, où les journalistes sont surveillés par satellite nuit et jour, où les néo-nazis sont utilisés pour harceler les citoyens sans que personne ne proteste.

Tant que les fascistes espionneront et tortureront secrètement les citoyens, journalistes, internautes et autres, on ne pourra pas dire que nous vivons en démocratie. Le silence des médias sur la question de la répression secrète est suicidaire et risque de conduire le pays vers une catastrophe totalitaire. Le fascisme est à nos portes. Il est temps de  le repousser.

Le fascistes haïssent particulièrement les internautes actifs, ces gens qui défendent leurs droits sans en référer à quiconque. C’est pour cela qu’ils ont mis en place une répression secrète implacable, pratiquant le harcèlement et la torture satellitaire contre les gens qui osent s’exprimer de manière indépendante.

Depuis des années les fascistes pourrissent la démocratie de l’intérieur, favorisant les corrompus et les criminels pour ensuite mieux les dénoncer, écrasant toute opposition de gauche par le biais de services entièrement nazifiés, s’infiltrant dans les médias et en en excluant les journalistes gauchistes, noyautant l’armée et la police, de manière à pouvoir obtenir des informations secrètes, participant à la répression du Mind Control pour mieux écraser la concurrence.

Le racisme est devenu l’instrument privilégié des fascistes et l’islamophobie, le seul racisme légal, l’outil favori de toute la sphère néo-fasciste et néo-conservatrice. La propagande islamophobe actuelle est l’exact pendant de la phraséologie antisémite d’avant-guerre, le but de l’opération étant de prendre le pouvoir sans jamais avoir à expliquer son véritable programme. Si le vrai but des fascistes est de supprimer tous les droits des travailleurs et des citoyens, de limiter fortement la liberté d’expression, de rétablir la torture (satellitaire) comme instrument de lutte idéologique, d’écraser la classe ouvrière et de la désarmer face au patronat, d’abolir les congés payés, les allocations chômage et le RSA, d’empêcher les classes populaires de partir en vacance et de profiter de loisirs à bon marché, de rendre les salariés esclaves de leurs patrons, de mettre tous les citoyens sous surveillance à l’intérieur de leur domicile, de mettre en place une société du type de celle du 19ème siècle pour ne pas dire du Moyen-Age,  ils ne peuvent pas le dire franchement. On se doute bien qu’un tel programme serait fort peu populaire au sein d’une très large majorité du peuple. Il faut donc faire diversion, chercher un bouc émissaire, Juif, Arabe, Noir, Rom ou autre, et diriger la population contre lui, de manière à lui faire oublier que c’est le peuple qui est la vraie cible du libéral-fascisme, alors que les victimes minoritaires ne sont utilisées que pour faire diversion.

La vraie gauche a compris depuis longtemps qu’il fallait éviter le piège raciste et qu’une concentration totale des forces contre l’ennemi fasciste et la bourgeoisie réactionnaire est une obligation pour ne pas perdre toutes les avancées démocratiques et sociales obtenues depuis deux siècles. D’ores et déjà, tous les droits démocratiques disparaissent : par le biais de lois « antiterroristes », les fascistes ont réussi à nous faire abdiquer nos droits les plus élémentaires comme le droit à la vie privée ou la liberté d’expression. Les fascistes veulent faire taire tous les citoyens pour ne laisser parler que des collabos corrompus qui feignent d’être de gauche mais votent en réalité pour le FN. Une autre des stratégies des fascistes consiste à s’infiltrer dans tous les partis politiques pour faire croire que les gens sont « tous d’accord » avec les politiques crypto-fascistes mises en place dans toutes les ex démocraties, et que les divergence ne portent que sur quelques points mineurs ou présentés comme tels.

Si la gauche accepte les atteintes aux libertés, elle n’aura plus ensuite les moyens de résister à la régression sociale puisque tous les syndicalistes auront été mis sous surveillance et soumis à des chantages ou des pression physiques. On peut d’ailleurs constater que personne n’a combattu sérieusement le passage de 37,5 annuités à 42 annuités nécessaires pour obtenir une retraite complète, alors que cette mesure qui a déjà créé un million de chômeurs supplémentaires aurait du être combattue avec la dernière énergie.

Il n’y a plus de vraie gauche en raison de la trop longue collaboration de celle-ci avec la répression bourgeoise et fasciste. Quand on surveille les honnêtes citoyens par satellite au lieu de dénoncer cette surveillance, on tue l’esprit même de la gauche qui consiste à faire respecter les libertés individuelles. Quand on dénonce l’islamisme au lieu de dénoncer l’islamophobie, on reprend en réalité le discours des fascistes et, les électeurs préférant les originaux aux copies, on se condamne à disparaître de la scène politique.

La pente infernale du renoncement commence par de petites compromissions avec le racisme islamophobe, puis par des collaborations avec la répression raciste et fasciste, et, tout cela se termine généralement au FN, les anciens gauchistes ayant tellement viré à droite qu’ils se retrouvent parfois à la droite du fascisme.

La ruse des fascistes consiste à ne pas baisser le masque avant d’avoir pris le pouvoir ; il s’agit de se faire passer pour les représentants des Français de souche, de leur dire que toutes les régressions sociales qu’on organise soi-même viennent des étrangers, immigrés, européens, ou américains, puis de faire croire que le seul moyen de récupérer un niveau de vie acceptable est voter nazi, d’expulser étrangers et minorités arabe, juive, rom et noire, de couper les ponts avec les Etats-Unis, d’empêcher les importations.

Le programme réel des fascistes est tout autre : il s’agit d’abord de supprimer discrètement toutes les libertés ; de faire taire les internautes ; de remplacer les syndicats, déjà très faibles, par de faux syndicats fascistes qui n’obtiendront jamais rien ; de faire interdire toute opposition gênante, de baisser les impôts des riches et très riches ; de confisquer les entreprises et de les redistribuer aux fascistes ; de pratiquer la torture de manière généralisée pour tous les opposants politiques ; de confisquer les biens des Juifs, des Arabes, des Italiens et autres « étrangers », en utilisant pour cela des ruses diverses ; de faire en sorte que les salariés deviennent les esclaves de leurs patrons qui auront le droit de vie ou de mort sur eux. La dictature fascistes à venir, à base de répression satellitaire secrète, sera pire que celle du 19ème siècle, époque où la bourgeoisie réactionnaire ne disposait pas du Mind Control.

Comme, il n’est bien entendu pas possible de présenter un tel programme au public, les fascistes concentrent leur tirs sur une délinquance ou un terrorisme qu’ils organisent eux-mêmes et dont ils sont les seuls à profiter. Tant que la vraie gauche n’aura pas été capable de dénoncer la mascarade terroriste destinée à promouvoir les arguments de l’extrême droite, elle n’aura aucune chance de devenir une force qui compte en France ou en Europe. Le cas grec a prouvé que même quand les électeurs votent à gauche, c’est une politique de droite qui est menée. Il n’est jamais question de faire payer les riches, ni de tolérer la moindre amélioration du sort du peuple. Tout cela ne cessera que le jour où la gauche aura le courage de dénoncer les hommes de l’Etat, terroristes et fascistes. Si rien n’est fait, la victoire des fascistes est certaine : sous forme de victoire de l’extrême droite ou de nazification des partis « démocratiques ».

La gauche est devenue très faible depuis qu’elle a rejeté le marxisme dans les poubelles de la pensée, alors même que Marx constituait le cœur de l’idéologie gauchiste. Sans Marx, le surmoi de l’Occident s’est déplacé à l’extrême droite du côté de chez Hitler. Mein Kampf a remplacé le Capital dans l’inconscient collectif occidental. Au Grand Soir comme objectif final a succédé le rêve d’une nouvelle Shoah. Les nouveaux philosophes se sont crus très malins en détruisant le marxisme ; ils ont juste réussi à remettre à la mode les pires fantasmes exterminateurs. Ils ont permis un retour au 19ème siècle pour ne pas dire au Moyen-Age. A la lutte des classes, qui profitait à presque tout le monde, ils ont substitué la guerre des races et civilisations qui ne  profite à personne et n’amène que la dictature et la guerre. Ils ont échangé une idéologie du progrès contre des théories de la régression, de l’oppression et de l’apocalypse. Il est inutile de dire que si la vraie gauche intellectuelle ne se réveille pas, le pire sera sûr. Une vraie gauche démocratique, antiraciste, sociale et luttant contre l’islamophobie, l’antisémitisme, le nationalisme et le fascisme. Une vraie gauche qui ne collabore pas avec la répression secrète mais la dénonce. Une vraie gauche qui ne cautionne pas le racisme islamophobe mais au contraire le combat en priorité, sachant que c’est par là que commencera le recul du néonazisme. Une vraie gauche qui cesse de parler dans le vide et fasse des propositions concrètes visant à faire payer les riches, les banques, les grandes entreprises, visant à faire interdire les persécutions satellitaires contre les citoyens, visant à diminuer le temps de travail et augmenter les salaires, visant à taxer les profits boursiers et à combattre l’industrie nucléaire. Sans un retour de la lutte des classes, le monde se dirigera vers une catastrophe mondiale, économique et sociale, du type de celle de 1929, ce qui entraînera irrémédiablement le retour d’une forme ou d’une autre de nazisme, qui massacrera les Juifs, les Arabes, les Noirs et les gays, avant de mettre toute la population en esclavage, d’enfermer les dissidents dans des camps, de pratiquer la torture par satellite de manière systématique, de rétablir une forme de servage qui s’apparentera à ce qui se pratiquait au Moyen-Age ou dans l’Antiquité.

Pour éviter la catastrophe, il faut remettre à l’honneur le gauchisme intégral, tiersmondiste, antinationaliste, antibourgeois et antifasciste. La gauche mollassonne n’arrivera nulle part ; la gauche corrompue encore moins. En Allemagne, dans les années 20, la fausse gauche post spartakiste a préparé l’avènement du nazisme. C’est un peu ce que fait la fausse gauche actuelle. C’est la raison pour laquelle la démocratie ne pourra éviter une régénération de la gauche radicale, si elle veut éviter un retour de la barbarie nazie. Il faut donc que la collaboration avec le Mind Control, instrument surpuissant de la réaction bourgeoise profasciste cesse, et qu’enfin la vraie gauche combatte pour le respect des droits de l’homme, la liberté d’expression, la dignité humaine et le retour de la démocratie réelle, non soumise à la dictature des satellites de surveillance.

Depuis la mise en place du Mind Control en France dans les années 80, nous ne sommes plus en démocratie. Les chiens de garde surveillent et persécutent tous ceux qui représentent un danger pour leur complot ; de nombreux intellectuels parmi les plus virulents sont décédés dans des conditions atroces : maladies, suicides, démence, le tout provoqué par les satellites de surveillance. La répression secrète a écrasé la vraie gauche au point où il n’existe aujourd’hui plus personne pour s’opposer à la dérive fasciste qui frappe la planète. Il est inutile de dire que si le Mind Control n’est pas dénoncé, les fascistes prendront rapidement le pouvoir en Europe d’abord et aux Etats-Unis ensuite.

On en peut que constater que la totalité de l’information télévisée ne profite qu’aux fascistes. Tout ce qui a rapport à la lutte de classes est gommé et il ne reste que des reportages sur la vie quotidienne des gens ou de la propagande crypto-nazie, à base de xénophobie ou d’islamophobie. Chaque jour, une nouvelle information d’inspiration xénophobe est mise en évidence : bikini à Reims, foulard à Creil, Saoudiens à Vallauris, migrants à Calais ou Vintimille, Daesh en Syrie ou Irak, Boko Haram au Nigéria, Talibans en Afghanistan,  Aqmi dans le Sahara. Toute l’information est à base d’islamophobie coloniale et donc de racisme. L’islamophobie étant le seul racisme autorisé, les fascistes se jettent sur cette faille du système pénal pour inonder l’information de leur discours haineux et contagieux. Limiter la possibilité de propagande pour les islamophobes pourrait être aussi judicieux que de prohiber le discours raciste, antisémite, homophobe et autres. Il n’est pas normal que les racistes puissent développer un discours criminel sous couvert d’une lutte anticléricale qu’ils ont d’ailleurs toujours refusée. Ce que haïssent les racistes derrière l’islam, ce sont les musulmans et notamment les Arabes et les Noirs. Si l’islam était la religion des Allemands ou des Belges, il y aurait beaucoup moins d’islamophobes dans le monde…

La passivité de la gauche face au Mind Control provient du fait que les gauchistes pensent que tout cet appareil répressif est réservé aux terroristes ou aux musulmans, alors même qu’en réalité c’est la gauche et la démocratie qui sont visées. La stratégie des fascistes consiste à ignorer leurs ennemis politiques gauchistes, pour déverser leur haine contre les étrangers et les minorités, notamment musulmanes. Leur plan est de faire tourner toute leur propagande autour de la question islamique, et d’accuser tout ce qui s’oppose au fascisme de complicité avec les musulmans, alors que ces derniers sont très faibles, ne représentent aucun danger,  et n’ont pas la capacité de résister au fascisme islamophobe. Les fascistes mettent en évidence un « danger » factice, pour mieux s’infiltrer dans tous les milieux et apparaître comme des sauveurs, face à un péril qu’ils savent imaginaire. En inventant un ennemi faible créé de toutes pièces, ils peuvent mobiliser la société dans une grande campagne raciste dont ils sont les leaders, et ensuite faire oublier les atrocités commises par leurs ancêtres politiques tout au long de l’histoire, en commençant par les croisades, l’Inquisition, les massacres d’Amérindiens dans le Nouveau Monde, l’esclavage raciste, l’exploitation capitaliste des prolétaires, le massacre de la Commune de Paris, les atrocités coloniales, et finalement, le point d’orgue de toutes les atrocités fascistes, le nazisme et son âme damnée le pétainisme qui nous dirige encore aujourd’hui.

Les fascistes ont pris le contrôle des médias dans les années 80 et depuis, la situation des citoyens de cesse de se détériorer. L’emploi précaire s’est généralisé, le harcèlement est la nouvelle forme de gestion du personnel, le racisme notamment islamophobe est redevenu à la mode, les salaires sont bloqués pendant que les revenus financiers explosent,  le chômage devient un mode de vie, les petits revenus diminuent pendant que les très gros augmentent, les riches se retrouvent légalement exonérés d’impôts quand ils savent s’arranger alors que les usagers payent leur factures de plus en plus cher. L’ascenseur social est en panne ; la méritocratie n’existe plus ; la gauche semble se consacrer à la création de l’islamophobie et au combat pour le mariage homosexuel, au lieu de tenter de réduire les inégalités. Une sorte de poujadisme sournois s’infiltre dans toute la société. Les FN dépasse les 25% lors de la plupart des élections, en raison notamment de la propagande acharnée que lui font les médias. La bourgeoisie a gagné le combat dans tous les domaines : elle a le pouvoir, l’argent et a réduit le peuple à une situation proche de l’esclavage. Elle fait taire tout dissidence et encourage le néofascisme comme au bon vieux temps des années 20 et 30. Face à elle, la vraie gauche se distingue par une incroyable nullité, ne sachant jamais quoi dire ni quoi faire. Il faut espérer que cette situation change avant que nous nous retrouvions dans une situation proche de celle du Moyen-Age. Les fascistes sont à nos portes, les bourgeois dirigent nos cerveaux, les chiens de garde se rient de nous, la résistance est pour l’instant au point mort. La situation est grave mais personne semble n’en avoir pris conscience.

L’islamophobie, succédané d’antisémitisme, est le produit d’appel des néo-nazis. Les fascistes ne peuvent plus s’en prendre ouvertement aux juifs, ceux-ci disposant de moyens de rétorsion non négligeables ; ils attaquent donc les musulmans, qui sont pour eux une sorte de synthèse entre Juifs et Noirs : d’une part les musulmans sont pour la plupart d’origine afro-asiatique et d’autre part ils pratiquent une religion non chrétienne, ce qui les apparente aux Juifs. De plus, ils ont un niveau d’organisation très faible et peuvent donc se faire diffamer par les médias pendant des années sans mettre en place une réaction quelconque. La faiblesse organisationnelle des musulmans et leur nombre important en Europe permet de les désigner comme boucs émissaires sans prendre, pour l’instant, le moindre risque. Les attaques systématiques contre les musulmans, désignés par les vocables « islamiste », « djihadiste », « salafiste » ou autre, sont en réalité le prolongement d’un esprit colonial du type de celui de Jules Ferry et illustrent même, dans certains cas, une idéologie croisée, telle qu’on a pu la connaître au Moyen-Age. Ces attaques islamophobes font le jeu de l’extrême droite, en France et dans le reste du monde. Les défaites répétées du PS en France proviennent bien sûr de ses échecs économiques, mais plus encore de la propagande islamophobe pétainiste qui accompagne ce parti dès qu’il prend le pouvoir, propagande qui ne nuit pas à l’UMP-LR mais au contraire à la gauche dans son ensemble et au PS en particulier. Les voix gagnées par le FN proviennent en grande partie de la gauche et du PS. L’islamophobie et le racisme deviennent le socialisme des manipulés. Pour le PS, continuer les campagnes islamophobes permanentes dans les médias conduira inévitablement à se faire éliminer dès le premier tout lors de toutes les élections présidentielles, comme ça a été le cas pour Lionel Jospin en 2002. Pour le PS, organiser l’islamophobie dans les médias revient à se tirer une balle dans la tête et à planifier sa disparition politique. Les partis de gauche qui veulent survivre se doivent d’être antiracistes et, le racisme actuel qui sert de viatique aux nazisme international, c’est bien l’islamophobie, même si derrière cette islamophobie se cache presque toujours un antisémitisme exterminateur d’inspiration nazie.

Le PS semble ne pas avoir guéri de sa propension au colonialisme et au racisme. Aujourd’hui encore, les forces coloniales persécutent les musulmans de RCA et mettent en place dans ce pays comme dans le reste de l’Afrique francophone, une dictature de type néo-colonial destiné à empêcher tout développement économique dans le continent. Empêcher l’Afrique de se développer, réduire l’influence chinoise, diviser pour régner, détruire les régimes progressistes tel celui de Kadhafi, voila un peu la feuille de route du fascisme colonial en Afrique, fascisme qui prévaut quelque soit le parti dirigeant en France, mais qui se déchaîne dès que les pétainistes sont au pouvoir. Dans les années 90 par exemple, le Rwanda et l’Algérie ont été de bons exemples de moi profond du pétainisme prétendu socialiste.

Beaucoup pensent que pour progresser politiquement, il faudrait fonder un nouveau parti socialiste, anticolonialiste, anti-pétainiste et pro-salarié. On remarque que le PS actuel ne fait absolument rien pour les salariés et tout pour les patrons ; qu’il développe un racisme islamophobe de type néo-nazi au lieu de renforcer le véritable antiracisme ; qu’il conduit une politique néocoloniale à base de guerre civile et d’appui (provisoire) aux dictateurs du tiers monde, au lieu de suivre une véritable politique de coopération et de développement.

A l’extrême gauche, on constate que les diverses formations n’arrivent pas à se regrouper et ne peuvent donc pas peser sur le débat politique. De plus la position de plusieurs de ces partis d’extrême gauche semble proche de celle du colonialisme socialiste, approuvant notamment l’intervention au Mali et ne dénonçant pas l’action des socialistes en Syrie et notamment l’organisation d’une guerre civile sans vainqueurs ni vaincus dans ce pays, dans le but de le détruire totalement.

Depuis la chute de l’Empire soviétique, la position du PCF sur la question néocoloniale, n’est pas claire : l’action de l’Etat français aux mains des fascistes n’est jamais dénoncée, alors même que la critique du néocolonialisme fait partie du fond de commerce de base des partis de gauche. Sans attaques virulentes contre la politique coloniale suivie par l’Etat français, les gauchistes auront très peu de chance de percer un jour sur la scène politique française.

De plus, tous ces partis communistes, écologistes et gauchistes n’arrivent pas à s’unifier : à chaque élection ils présentent 3 ou 4 candidats, qui font chacun aux alentours de 5%, ce qui les rend inaudibles et permet un écrasement toujours plus profond des classes populaires et moyennes par la bourgeoisie rapace qui dirige la France et le monde. Le FDG, dirigé par Jean-Luc Mélenchon a atteint les 11% en 2012, mais il semble que ce soit l’exception qui confirme la règle.

Tout observateur impartial ne peut que constater que la seule solution pour que les communistes et les gauchistes reprennent une certaine influence en France, c’est d’organiser leur unification de manière très large au sein d’un front regroupant le PCF, le NPA, EELV, le PG, ND, LO et tous les groupuscules de gauche présent sur la scène politique française. Tous ensemble ces partis peuvent dépasser les 15%, ce qui permettrait de négocier avec le PS et d’obtenir quelques avancées pour les travailleurs, les chômeurs, les retraités, les classes populaires et moyennes en général.

Pour l’instant, dans le cadre des élections régionales, on constate que dans plusieurs régions, il y a déjà 3 listes écologistes ou d’extrême gauche…

Fascistes

La puissance des fascistes provient du Mind Control, la répression secrète qui permet de harceler secrètement les internautes, les journalistes, les politiques. Les délinquants fascistes du Mind Control bénéficient de l’impunité la plus totale pour leurs crimes, meurtres, viols, espionnage, harcèlement, un peu comme s’ils avaient déjà pris secrètement le pouvoir. Cette impunité dont jouissent les nazis du Mind Control, s’apparente à une sorte de coup d’Etat fasciste secret. Ces cyber-nazis peuvent transformer la scène politico-culturelle à leur image : ils réhabilitent discrètement le nazisme, ils organisent une propagande raciste islamophobe d’inspiration exterminatrice, ils surveillent tous les dirigeants politiques et veillent à faire exclure tous les vrais antifascistes de la vie publique, ils favorisent les corrompus et les incapables pour mieux ensuite apparaître comme les chevaliers blancs de la politique, alors qu’ils constituent en réalité la partie la plus totalement nuisible de cette activité.

Les fascistes du Mind Control, proches de Hitler, de Mussolini ou de Pétain, surveillent illégalement l’ensemble de la société. Ces nazis du MC sont des gens extrêmement jaloux et haineux ; tous les Français peuvent être victimes de ces monstres, qui semblent être des caricatures de fascistes telles qu’on les voit dans les films. Ces fascistes ignares haïssent les cadres et les techniciens, car ils sont des déchets de la société incultes, des gens qu’aucune entreprise ne voudrait embaucher tellement ils sont caractériels, des gens qui représentent une catégorie inférieure à celle des immigrés ou des délinquants. Ces gens, ce sont les fascistes, le danger suprême pour la société française. Si ces déchets sociétaux ne sont pas combattus maintenant, les classes moyennes et cultivées risquent de connaître un véritable enfer dans les années à venir.

Déjà, les fascistes surveillent toutes les grandes entreprises, harcelant les cadres au travail et à domicile, dans le silence complice des syndicats dont tous les dirigeants sont sous contrôle et travaillent comme collabos du Mind Control. Dans ces entreprises, les fascistes harcèlent non seulement les employés, mais aussi les dirigeants ainsi que la concurrence. Progressivement, les fascistes se font embaucher de force dans les entreprises qu’ils surveillent, après avoir fait licencier les vrais salariés qui eux faisaient leur travail. Ces fascistes incrustés constituent un véritable boulet pour l’économie française. La stupidité de ces nazis obère fortement l’efficacité des entreprises française, ce qui conduit à une stagnation économique depuis plus de 10 ans. Dans le reste du monde aussi, la pieuvre fascistes s’agrippe à l’économie et finit par la détruire complètement. Tant que la société civile n’aura pas dénoncé l’hydre nazie du Mind Control qui opprime secrètement la société, la vie des citoyens continuera d’être un enfer, surtout lorsqu’on sait que la surveillance du MC s’exerce aussi au domicile des salariés et pas seulement dans les entreprises.

Les nazis du Mind Control ne se contentent pas d’espionner et de harceler : souvent ils torturent et ils tuent, provoquant cancers et crises cardiaques par utilisation d’ondes électromagnétiques appropriées diffusées par satellite. Si les Français continuent d’ignorer la question de la terreur fasciste du Mind Control, alors ils faudra qu’ils s’attendent au pire pour eux et leurs familles ; chacun comprend que les abrutis fascistes sont des gens d’une jalousie de psychopathe, qu’ils sont capables de tout, et qu’il faut les arrêter par tous les moyens pendant qu’il en est encore temps. Tant que ces comploteurs nazis du Mind Control n’auront pas été mis hors d’état de nuire, la démocratie ou ce qu’il en reste sera gravement menacée et les citoyens finiront par devenir les esclaves des hommes de l’Etat.

Le problème avec les fascistes, c’est qu’ils se croient tout permis ; ils sont au dessus des lois. Alors que pour un simple citoyen le moindre oubli fiscal ou excès de vitesse est sévèrement puni, eux, les fascistes tuent, violent, espionnent impunément, justifiant leurs crimes en alléguant des nécessités de la lutte contre un terrorisme qu’ils sont créé eux-mêmes. Comme il faut lutte contre la terreur, alors on supprime les libertés des citoyens, on les agresse à domicile, on les fait virer de leur boulot, on les fait divorcer, on les espionne sans vergogne. Les citoyens sont donc doublement victimes de la terreur fasciste : d’une part, il doivent courir le risque d’exploser lors d’un attentat, et d’autre part, ils perdent progressivement tous leurs droits : droit à la vie privée et droit aux libertés individuelles notamment, sachant qu’ils avaient déjà perdu le droit au travail depuis longtemps. Les fascistes ne sont pas le remède aux problèmes des Français : ils en sont la cause. Ce sont leurs services qui organisent les attentats terroristes, qui favorisent la délinquance, qui appuient les politiciens les plus pourris pour discréditer la démocratie. Ce sont eux qui ont l’intention non seulement de déporter et massacrer Juifs, Arabes, Noirs et Gitan, mais aussi d’écraser les franco-français, en les mettant sous surveillance, en leur appliquant la torture systématique, en supprimant tous leurs droits, en les réduisant à une sorte d’esclavage moderne. La démocratie est en danger : c’est aujourd’hui qu’il faut réagir et non quand il sera trop tard.

La stratégie des fascistes consiste à jouer les innocents : non ils n’ont pas l’intention d’exterminer les Juifs et les Arabes, non ils ne désirent pas mettre tous les Français sous surveillance, non ils ne veulent pas rétablir la torture généralisée en France. Et pourtant, tous ces faits existent déjà : Arabes et Juifs sont surveillés, bien qu’il existe de nombreux collabos dans les deux communautés, des milliers d’Arabes, de Noirs et autres sont assassinés chaque année par les satellites de surveillance aux mains des fascistes, des plans d’extermination sont étudiés secrètement par des autorités administratives au mépris de toutes les lois, l’information est entièrement contrôlée et manipulée par le Mind Control, les journalistes sont soumis à une surveillance permanente, sous prétexte des les protéger contre une menace terroriste qui vient elle aussi des fascistes. Les citoyens ont perdu tous leurs droits ; beaucoup s’en doutent et personne ne peut rien faire contre une menace fascistes cachée, contre un ennemi sans visage, contre les criminels de l’ombre, qui sévissent dans le plus grand secret, bénéficiant d’une impunité presque totale, sauf bien sûr lorsque ces forces de l’ombre se battent entre elles pour le contrôle du cheptel.

En réalité, les fascistes ont bien l’intention de supprimer tous les droits des citoyens mais ils ne peuvent pas le dire pour l’instant, de peur de provoquer une réaction de la société. Ils feignent donc d’être de braves démocrates, des amoureux de la République, des champions de la laïcité, alors qu’en fait ils ne cherchent qu’à tromper les gens pour se faire élire et ensuite écraser les citoyens et leur ôter la possibilité de se libérer de leur future dictature. Comme Big Brother, les fascistes disent exactement le contraire de ce qu’ils pensent : ils sont contre la démocratie, contre les droits des travailleurs, contre toute forme de liberté et ne cherchent qu’à instaurer un régime fasciste d’inspiration pétainiste, qui se comportera comme le régime de Franco au mieux ou comme celui d’Hitler au pire.

Les fascistes ne parlent pas franchement parce qu’ils ne le peuvent pas sans ruiner leur fond de commerce. Déjà les nazis, dans les années 30, pratiquaient le mensonge éhonté : ils prétendaient défendre la paix et la liberté, alors qu’ils faisaient en réalité le contraire, ils prétendaient que c’était les juifs qui avaient provoqué la guerre alors qu’en fait ils avaient planifié la guerre mondiale depuis des années. Croire les fascistes est une erreur fatale, qui provoque le plus souvent la mort de millions de personnes. Les fascistes sont des menteurs, des escrocs politiques, des voleurs et des violeurs. Leur plaisir dans la vie c’est d’opprimer et de tuer ; ces gens, qui n’ont le plus souvent aucune qualité particulière veulent dominer leurs congénères, utilisant pour cela la ruse et la force brutale. Ces déchets de la société, bêtes, méchants et malhonnêtes, prétendent diriger des gens qui valent 100 fois mieux qu’eux. Les fascistes sont des amis qui nous veulent du mal ; ce sont des nuisibles qui ne perpètrent leurs méfaits que lorsqu’ils sont assurés de l’impunité. Pour pouvoir bénéficier de l’impunité il faut qu’ils créent le chaos, comme ils le font avec les attentats terroristes qui leur permettent de décréter un état d’urgence permanent dont ils sont les seuls à profiter.

Face au complot fasciste, la réaction de la société civile est très faible : plus personne ne dénonce les fascistes, ni ne soupçonne que le terrorisme est issu des rangs de l’extrême droite et non de celui des musulmans. Personne ne soupçonne que les crises économiques sont provoquées par les fascistes qui sont les seuls à en profiter. Personne ne dénonce le Mind Control, cette répression secrète qui vise tout le monde et notamment les internautes et qui ne  profite qu’aux éléments les plus réactionnaires de la société.

La France comme le reste du monde est en passe de sombrer dans le totalitarisme et personne ne semble s’en inquiéter, alors même que la dernière vague fasciste a ravagé l’Europe il y a moins de 100 ans. Il faut vraiment que les intellectuels, collabos pour la plupart, se réveillent et dénonce l’hydre néo-nazie avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, ils feront partie des premières victimes du fascisme, les nazis haïssant les intellectuels même de droite, la capacité de raisonnement de ceux-ci mettant en exergue la stupidité de ceux-là.

Il faut écraser les fascistes avant que ce ne soient eux qui nous écrasent. Il faut dénoncer leur arme suprême, la répression par satellite, qu’ils utilisent contre les civils au mépris de toute la législation fondatrice des systèmes démocratiques. D’ores et déjà, ces nazis espionnent les internautes par satellite, tentent de les empêcher de s’exprimer, les harcèlent nuit et jour, toujours par satellite, sans que personne ne considère nécessaire de protester.

Une autre tactique des fascistes consiste à diviser pour régner : ils opposent les communautés les unes aux autres, ils désignent certains groupes comme boucs émissaires pour mieux masquer leurs propres crimes, et ensuite ils n’ont plus qu’à profiter de leur propagande pour prendre le pouvoir et le garder. Ils ont pour méthode de faire dégénérer les lutte sociales en luttes ethniques et de transformer la lutte des classes en guerre des races, alors même que les fascistes blancs ne font rien pour aider les autres blancs et n’ont d’autre objectif que de les réduire à une sorte d’esclavage moderne, à base de précarité, de surveillance satellitaire permanente, de harcèlement secret. Les fascistes ne défendent pas les Français de souche ou les blancs, comme ils veulent le faire croire : ils les trompent sciemment pour prendre le pouvoir et ensuite leur faire subir une « discipline » très dure où ils seront réduits à l’état animal. Seuls ceux qui connaissent vraiment les fascistes savent quels sont les buts finaux de ces gens. Ils savent qu’ils veulent tout le pouvoir et qu’ils ont bien l’intention d’en abuser dès qu’il l’auront obtenu. Pour eux, les agressions contre les minorités servent à faire croire qu’ils veulent le bien de la majorité alors qu’en réalité, partout où les fascistes dirigent, le peuple est écrasé et perd à la fois sa liberté, sa dignité et sa prospérité. Quand le fascisme distribue des miettes aux classes populaires, c’est parce qu’ils se sent menacé de l’extérieur. Le but ultime des forces totalitaires est de supprimer toute autonomie pour les citoyens. Le but est de faire en sorte que ces citoyens deviennent des esclaves ou même des animaux domestiques qu’on utilise en cas de besoin. La domination totale des humains devient possible par l’utilisation d’ondes électromagnétiques diffusées par satellite, ondes qui peuvent réveiller ou endormir, calmer ou énerver, diriger la conduite des ciblés de manière très précises, pousser au crime ou au suicide, provoquer des disputes ou des bagarres. Les ondes du Diable peuvent tout ou presque et ces ondes sont entre les mains de divers services fascistes qui les utilisent pour mettre l’extrême droit totalitaire au pouvoir partout, et ce dans l’indifférence générale de ceux(très nombreux)  qui savent, journalistes, politiques, policiers, militaires, hauts fonctionnaires et autres, tous ces gens qui croient qu’il vont profiter du Mind Control, alors qu’en réalité ce système risque de leur causer de très graves ennuis.

Le Mind Control est aux mains des bourgeois fascistes, et notamment entre celles de vieux hiérarques haineux et stupides qui dirigent la société de manière indue et occulte alors qu’ils ne valent pratiquement rien et que seule notre inertie leur permet de nous dominer.

Il faut arracher les mannettes des mains des fascistes, pour que la société puisse respirer de nouveau. Quand les vieux nazis torturent par satellite, il faut immédiatement qu’ils soient arrêtés et conduits en prison ou en hôpital psychiatrique. Il ne faut plus que ces médiocres psychopathes continuent de menacer la société civile qui doit se défendre maintenant contre ces monstres sous peine de devoir subir la tyrannie des ordures nazies pendant des générations.

Les vieux déchets fascistes qui s’incrustent chez les gens en utilisant les satellites du Mind Control doivent être éradiqués totalement. Face à la terreur fasciste, il faut répondre par une fermeté sans failles. Il faut mettre les délinquants nazis qui se croient au dessus des lois et de la société hors d’état de nuire. Sinon, la vie des génération futures sera un enfer.

Les fascistes semblent diriger les médias et la plupart des partis politiques. Toute l’information diffusée profite au nazisme : depuis 15 ans on nous parle de la jungle de Calais, et le problème n’est, comme par hasard, toujours pas résolu. Tout le monde comprend bien que la situation des migrants de cette ville ne profite qu’au FN qui a de bonnes chances de remporter les élections régionales de 2015 dans le Nord. Plus il y a de problèmes de migrants et plus les fascistes grimpent dans les sondages. Pour savoir qui sont les responsables d’un problème donné, il faut se demander à qui profite le crime…

Le meilleur moyen de résoudre la question des migrants de Calais serait d’envoyer ces gens en Grande-Bretagne où les autorités décideraient si elles leur accordent un titre de séjour où non. Empêcher ces migrants d’aller demander l’asile dans le pays qu’ils ont choisi et dont ils parlent la langue est une atteinte inadmissible aux droits de l’homme qui ne profite qu’aux fascistes français. On constate que toutes les situations qui semblent le fruit d’une incompétence totale des dirigeants politiques profitent toujours in fine aux fascistes. Migrants, crises économiques, terrorisme, tous ces problèmes « insolubles » ont en réalité pour objectif de faire progresser les fascistes dans l’opinion dans le but de leur permettre d’accéder au pouvoir le plus rapidement possible. Pour lutter contre le chômage, il suffirait de faire partir les gens à la retraite plus tôt au lieu d’allonger la durée de cotisation, ce qui maintient les vieux au travail et empêche les jeunes d’y accéder. De même, diverses mesures de réduction du temps de travail permettraient de faire reculer le chômage de manière massive. Une hausse des minima sociaux aurait pour conséquence un boom de la consommation et une relance de l’économie. La mise en place d’un salaire étudiant relancerait l’économie par la demande. Une hausse des impôts des riches permettrait de diminuer le déficit budgétaire  et même de générer un excédent ce qui permettrait de rembourser progressivement la dette tout en lançant de grands travaux d’infrastructure et en développant la recherche scientifique publique. Tout fonctionnerait mieux dans le cadre d’une politique économique keynésienne et colbertiste. Mais, une relance de l’économie obérerait fortement la croissance du fascisme en France. Quand tout va bien, personne ne veut plus voter pour des gens donc le seul l’objectif est la suppression des libertés acquises depuis des siècles. Pour que la fascisme monte, il faut d’abord que les gens souffrent…et pour que les gens souffrent, il faut saboter l’économie et créer un chaos qui allie la perte des libertés avec la désorganisation totale de la société.

Les fascistes se sont créé un nouveau bouc émissaire, les musulmans ; leur rôle est de remplacer les juifs en tant que fédérateurs involontaires du fascisme international : en organisant des attentats terroristes à intervalle régulier, les néo-fascistes peuvent limiter progressivement les libertés des citoyens, les habituer à se faire fouiller partout où ils vont, leur faire accepter la surveillance de déchets fascistes professionnels ou non. Le terrorisme ne profite qu’aux fascistes ; grâce aux crimes terroristes, les néo-nazis ont pris la direction de la société, développé un répression secrète qui ne profite qu’à eux, imposer une loi du silence sur les nouveaux instruments d’oppression tel le Mind Control, de manière à ce que les citoyens ne puissent se défendre contre une menace dont ils ignorent la nature réelle. Personne ne sait que les satellites filment à travers les murs, lisent dans les pensées, contrôlent les comportements. Personne ne peut donc protester. Ceux qui savent sont complices et évitent donc de se dénoncer eux-mêmes. Derrière tout ce dispositif de répression se cachent les fascistes, qui tentent de fédérer les élites, pour mieux les asservir par la suite. L’islamophobie est devenue la Terre Promise des néo-nazis : sous prétexte de combatte l’islamisme et le terrorisme, qu’ils organisent eux-mêmes il faut le rappeler, les hommes de l’Etat mettent toute la population sous surveillance et imposent le secret sur les méthodes antidémocratiques et criminelles qui sont utilisées contre les citoyens : des centaines de milliers de simples salariés, d’internautes, de citoyens sans histoires sont surveillés et harcelés secrètement par les nazis du Mind Control. Ces gens qui croient être victime de la fatalité sont en réalité la cible de psychopathes envieux qui leur pourrissent leurs vacances, qui les font licencier de leur emploi, qui les rendent malades ou infirmes, qui les font divorcer, qui les brouillent avec leurs amis, qui détruisent l’avenir de leurs enfants. Ces sales nazis hypocrites, vieux pour la plupart, haïssent les jeunes, les empêchent de vivre, fous d’une démence sénile qui ne pourra être traitée que dans des établissements spécialisés.

Les fascistes du Mind Control manipulent le monde politique : ils favorisent les plus corrompus, les plus racistes, les plus incompétents pour discréditer la démocratie. Le but est de dégoûter les gens de la liberté et de leur faire croire que tout irait mieux avec les nazis, alors que bien sûr, avec les fascistes la situation serait encore plus affreuse que celle qui prévaut aujourd’hui.

Les fascistes et leurs services de surveillance publics et privés, se donnent pour mission de détruire la gauche de l’intérieur en infiltrant en son sein des fascistes, en provoquant des disputes qui empêchent toute action constructive, en contrôlant les esprits pour y instiller les stratégies les plus ineptes possible de manière à rendre impossible tout espoir de victoire pour la vraie gauche.

Les fascistes tentent aussi de populariser le racisme en promouvant les minoritaires les plus corrompus possible dans la vie publique, de manière à provoquer un sentiment de rejet xénophobe de la part de la population. Les fascistes ont les moyens de tout calculer, de tout planifier ; ils disposent d’un outil d’une puissance pratiquement illimitée : le Mind Control. Garder le secret sur cette machine diabolique fait partie de la stratégie fondamentale du nazisme international. Si les vrais démocrates ne dénoncent pas cet instrument de répression satanique, alors le monde risque fort de connaître bientôt une nuit totalitaire qui pourra se prolonger pendant des siècles. Parfois, la loi du silence peut être considérée comme criminelle.

Les fascistes du Mind Control ont pour méthode de créer des problèmes et de prétendre ensuite les résoudre. Par exemple, pendant des années ils laissent la délinquance prospérer, et ensuite, ils se décident à agir, mais en ayant préalablement supprimé toutes les libertés des citoyens. Le Mind Control a tous les droits ; les citoyens plus aucun. Quand des intellectuels ou hommes politiques s’étonnent des méthodes du Mind Control, on leur répond que c’est pour combattre une délinquance que les fascistes du Mind Control organisent eux-mêmes depuis des années. La même méthode est utilisée avec le terrorisme : les services secrets créent des groupes qu’ils manipulent à distance et ensuite exigent des suppressions de libertés qui finissent par changer la nature même des régimes « démocratiques ».

Le secret rend les fascistes touts puissants et les protège contre toute action en Justice : puisque le Mind Control n’existe officiellement pas, personne ne peut dénoncer les crimes commis par ses agents, quelque soit l’horreur des atrocités commises par les fascistes. Tout cela aboutit à une dictature de fait, qui, logiquement, favorise l’extrême droite, tel le FN en France ses équivalents dans les autres  pays. Progressivement les fascistes imposent leur logique et l’illustrent par des crimes qu’ils organisent eux-mêmes pour manipuler l’opinion. On constate que l’action des terroristes ne profite qu’aux fascistes. Après chaque attentat on renforce les moyens des forces de sécurité et on diminue les libertés des citoyens qui ne protestent pas, ne sachant pas que la terreur vient des services qui sont supposés les protéger.

La seule solution pour mettre un terme à ce complot fasciste qui menace nos société est que les intellectuels et journalistes se mettent enfin à faire leur travail, ce qu’ils ne veulent visiblement pas faire, pour ne pas être eux-mêmes agressés par le Mind Control. La lâcheté de nos élites risque de mettre en cause les fondements mêmes de nos démocratie. Ces gens qui se taisent sont aussi coupables que les fascistes qui nuisent dans l’ombre. L’omerta sur la répression secrète est criminelle et aboutira à la guerre mondiale et la dictature.

 

Intellectuels

 

Les intellectuels ne font plus leur travail depuis longtemps. Ils collaborent avec le Mind Control, ne comprennent pas l’imminence du péril totalitaire, popularisent les idées de l’extrême droite sans même comprendre que ce sont eux qui sont visés par leur propres propos.

Quand Alain Finkelkraut, Eric Zemmour et Elisabeth Lévy font de la propagande islamophobe, ils ne se doutent pas que leurs textes pourraient être utilisés contre eux, en remplaçant simplement les mots « islamiste » et « salafiste » par « sioniste »  ou « ultraorthodoxe ». La technique qui consiste à organiser des attentats pour en faire accuser les musulmans pourraient aussi être appliquée contre les juifs. Les accusations de communautarisme pourraient se retourner très facilement contre les juifs. De nombreux intellectuels juifs tirent contre leur camp en dénonçant les musulmans qui ont protégé le judaïsme pendant des siècles. Alors que les racistes d’extrême droite dénoncent le statut de « dhimmi’, eux sont les héritiers des bûchers de l’Inquisition et des massacres systématiques de musulmans. Ceux qui dénoncent la violence supposée du Coran, n’ont jamais lu la Bible. Ils ont aussi oublié les bulles papales qui condamnaient juifs, musulmans, protestants et hérétiques à mort. Tout se passe comme si les néo-nazis avaient pris le contrôle du mental des intellectuels juifs et les utilisaient pour leur propre compte en les poussant à défendre leurs ennemis héréditaires.

Le vrai problème des intellectuels actuels, c’est qu’ils sont devenus des collabos du système, un peu comme ceux des pays de l’Est à l’époque soviétique. Ils n’ont pas compris que c’est aujourd’hui qu’il faut combattre le fascisme et non quand il sera trop tard. Ils n’ont pas compris que le Mind Control satellitaire est une plaie pour toute la société. Ils n’ont pas compris qu’ils sont devenus des pantins de leurs pires ennemis. Ils n’ont pas compris que nous vivions actuellement un putsch fasciste secret. Ils n’ont pas compris que l’islamophobie était un succédané de l’antisémitisme et l’arme suprême du totalitarisme actuel. Ils n’ont pas compris qu’ils resteront dans l’Histoire comme des collabos minables qui ont livré le pays au fascisme.

Jean-François Kahn est l’exemple type du visionnaire myope, du destructeur de moulins à vent, de pigeon du fascisme le plus extrême. Kahn croit que le pire ennemi des juifs ce sont les musulmans, et notamment ceux qu’il appelle les islamistes, « islamiste » étant un nom de code pour parler des Arabes et des musulmans sans être inquiété par la Justice. JFK n’a jamais pu comprendre que sa propagande génocidaire ne profitait qu’au FN. Il n’ a jamais compris que sans sa loghorrée haineuse, le FN ne serait jamais arrivé si près du pouvoir.

Dans un article du monde daté du 27/10/2015, Kahn explique que pour vaincre le FN il faut parler comme lui ; qu’il ne faut pas lui laisser l’exclusivité de la notion de patriotisme. A la limite, il faudrait aussi lui enlever l’exclusivité du racisme et être plus raciste que lui !!! Ce que ne comprend pas Kahn, c’est que le public préfère généralement l’original à la copie. Que si le racisme antimusulman c’est bien, alors autant voter FN.

Pour Kahn, il ne faut pas laisser le patriotisme au FN. Pourtant, tout le monde sait bien que le « patriotisme » est une notion employée le plus souvent par les parties les plus réactionnaires de la société, par les ennemis les plus enragés du peuple, par des gens qui considèrent qu’il faut baisser les salaires et les charges pour enrichir les patrons, par des gens qui veulent supprimer toute liberté aux citoyens, par des gens qui adorent organiser des guerres, qu’ils dirigent bien planqués à l’arrière. Le patriotisme est une idéologie de bourgeois fascistes qui n’est plus populaire en France depuis la guerre de 14-18, qui n’a profité qu’aux riches salopards qui faisaient tirer sur les fuyards alors qu’eux ne prenaient aucun risque. Comme le nationalisme, le patriotisme c’est la guerre, c’est le mépris des autres, c’est la dictature. Le patriotisme ne peut se justifier qu’en cas d’occupation, et justement c’est dans ce cas que les fascistes ont cessé d’être patriotes et se sont mis à collaborer avec les nazis !!!

Il ne faut pas parler comme les fascistes pour s’emparer de leur idéologie mais au contraire les contredire point par point, de manière à démontrer l’inanité et la nocivité de leur pensée. N’oublions pas que les fascistes ne livrent jamais le fond de leur pensée. Quand ils parlent de patriotisme, c’est qu’ils se considèrent comme les maîtres de la patrie, et qu’ils exigent donc une obéissance absolue à la bourgeoisie totalitaire. Ils veulent que le peuple fasse des sacrifices pendant qu’eux mêmes se remplissent les poches en jouant les seigneurs. N’oublions pas que le véritable ennemi c’est l’ennemi intérieur, exploiteur et fasciste. L’ennemi qui regrette la liberté d’expression, le droit de vote, le salaire minimum. L’ennemi « nationaliste » qui rêve du retour à une époque ou les Français étaient les serfs de la classe dirigeante.

Kahn ne comprend pas que si le FN progresse tant, c’est parce qu’il monopolise les médias, qu’il est invité tous les jours depuis 2012 pour développer sa propagande nauséabonde, qu’il est appuyé par l’islamophobie généralisée dans les milieux intellectuels. Si le FN ne passait pas à la télé, il ne ferait pas 30%. C’est une évidence que nos grands intellectuels n’ont toujours pas appréhendé.

Normalement, l’écrasement du peuple par la Nomenklatura bourgeoise devrait se traduire par une poussée du gauchisme. Cette poussée est déviée vers l’extrême droite par la propagande islamophobe dont JFK est un des précurseurs. Pour combattre l’extrême droite et revivifier la gauche, il faut donc que la propagande islamophobe cesse totalement et qu’elle soit remplacée par une dialectique pro-islamique qui inclue les musulmans dans le mouvement social de libération au lieu de chercher à les exclure.

JFK voudrait nous faire croire que ce seraient les réacs qui seraient satanisés par la « bien-pensance ». En réalité les seuls à être diabolisés dans la société ce sont les musulmans. Les néo-fascistes ont été banalisés depuis longtemps. Ils ont d’ailleurs contaminé toute la société à commencer par les élites. Ces gens n’ont pu acquérir cette influence en France que grâce à un complot fasciste issu des rangs des partisans de l’Algérie française, dont les enfants sont actuellement dominants à gauche et à droite. Beaucoup de politiciens français sont des enfants de sympathisants de l’OAS. Il ne faut pas s’étonner dans ces conditions que l’islamophobie et le fascisme soient si puissants en France.

Kahn a été de ceux qui ont incité les Algériens à se massacrer entre eux, en prenant partie pour le régime de l’époque contre le GIA, alors même que cette guerre a été planifiée à distance par les vichystes français. Les massacres commis à l’époque ont été le fait d’agents coloniaux dirigés par satellite infiltrés de part et d’autre, ce que Kahn sait pertinemment mais qu’il garde bien de dire.  Il faut dire que Marianne, la revue qu’il a fondée est financée par des gens d’extrême droite et a toujours tenté de pousser la gauche dans les bras du FN. Marianne a fait beaucoup pour légitimer le FN. Le discours actuels de Marine Le Pen est très proche de celui tenu par Marianne depuis des années.

Quand on veut combattre le FN, on dénonce l’islamophobie et le néocolonialisme au lieu d’en faire la promotion. JFK n’arrive pas à comprendre que le meilleur carburant du néofascisme, c’est justement l’islamophobie qu’il développe depuis des décennies. C’est un peu lui qui a lepénisé la France, et il ose s’en prendre à la pensée unique qui est en réalité l’idéologie de la démocratie et qui a résisté à la contamination fasciste dont lui était la cause (avec quelques autres).

Kahn traite Dieudonné de raciste anti-blanc alors que celui-ci est fils de blanche, père de blancs et conjoint de blanche. Les erreurs de Dieudonné ont été provoqué par le Système qui l’a exclu des médias dés qu’il a dénoncé l’action des »américano-sionistes », avant même qu’il n’ait commis la moindre provocation antisémite. L’oligarchie qui dirige la France est violemment négrophobe, Elle ne supporte pas qu’un Noir puisse penser par lui-même. Alors que Dieudonné dénonçait les excès de la politique du Likoud, la Caste s’est déchainée contre lui et l’a poussé dans les bras du FN, alors même que, bien sûr, ce parti défend des intérêts absolument contraires aux siens. Il aurait fallu intégrer Dieudonné à la gauche anti-Likoud au lieu de le pousser vers le fascisme xénophobe. Beaucoup d’intellectuels sont beaucoup plus antinoirs que Dieudonné n’est antijuif. Ce sont eux qui ont poussé Dieudonné dans l’antisémitisme, alors même que sa place était au sein du mouvement antiraciste.

N’oublions pas, la France est devenue un dictature où les satellites font taire tout ce qui gêne le fascisme. Les intellectuels sont sous l’influence de la pensée fasciste diffusée par les rayons électromagnétiques. Tout ce qui est de gauche est gêné au lieu d’être appuyé. Des voyous fascistes ou délinquants agressent les internautes jour et nuit. Les abrutis de la surveillance satellitaire tuent la pensée de gauche.

Ce que n’a pas compris Jean-François Kahn, c’est que le fascisme contemporain a deux mamelles : la répression du Mind Control d’une part et l’islamophobie d’autre part. Tant que ces deux problèmes n’auront pas été réglés, le nazisme continuera son chemin vers le pouvoir, et personne ne pourra l’arrêter. Le problème de gens comme Kahn est qu’ils allient une puissante capacité d’élocution avec une intelligence stratégique très moyenne. Ces intellectuels dotés de peu de discernement risquent de plonger la France dans le totalitarisme très rapidement s’ils ne sont pas contestés avec suffisamment de virulence. C’est à cause des analyses erronées de certains intellectuels que la France risque de sombrer dans le fascisme. Il ne faut plus respecter la loi du silence sur la répression secrète qui étouffe le monde. Il ne faut plus attaquer les musulmans et au contraire concentrer tous ses coups contre le fascisme. C’est toute la réaction française et internationale qui doit être combattue. Les fascistes sont tous heureux de l’islamophobie qu’ils ont développée dans le monde et qui ne profite qu’à eux. Il faut les contrer sur ce sujet et transformer l’islamophobie médiatique en islamophilie systématique. C’est la seule solution pour éviter le totalitarisme.

Parmi les meilleurs propagateurs du fascisme en Occident, les spécialistes du Proche-Orient et autres orientalistes, tels  Gilles Kepel, Frédéric Encel, Jean-Pierre Peroncel-Hugo ou Jean-Pierre Filiu. Par exemple, dans un article du Monde daté du 12 septembre 2015, Filiu signe un article contre l’intervention au sol en Syrie (ce qui est une bonne analyse) en présentant des arguments délirants, dignes de la logomachie d’un Etat totalitaire. Pour Filiu, comme pour la plupart des spécialistes de l’islam, Daesh est une sorte de Fantomas, de Spectre à la James Bond, une sorte d’organisation surpuissante qui comploterait contre notre brave démocratie occidentale, alors qu’en réalité, tout le monde s’en doute, Daesh n’est qu’un ramassis de mercenaires, au service de l’impérialisme, des gens qui ne tuent que des musulmans et se prétendent ensuite « salafistes ».

D’après Filiu, « Daesh ne nous combat pas pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes ». C’est dire si ces gens sont méchants… Sachant que Daesh n’est qu’un groupe de mercenaires payé par les mêmes qui payent Filiu, c’est à dire le néo-colonialisme et l’impérialisme, par le biais de services secrets, de fonds secrets, d’organismes intermédiaires. Filiu et derrière lui le néo-colonialisme, dénoncent le monstre qu’ils ont créé et qui est destiné à nuire à l’islam et à servir les intérêts coloniaux dans la région. La ruse des impérialistes est de créer des groupes terroristes et de prétendre ensuite être des recours contre ce qu’ils ont fabriqué eux-mêmes. Quand les analystes parlent de Daesh, il faut traduire par agents impérialistes. D’après Filiu, Mehdi Nemmouche ferait partie de Daesh ; c’est donc un mercenaire manipulé par les services secrets occidentaux, ayant pour but de diviser juifs et musulmans, de participer à l’occupation de la Syrie, à garder en otage des compatriotes dans le but de discréditer les vrais djihadistes qui combattent contre l’oppression un peu partout dans le monde. A notre époque, la plupart des djihadistes sont de faux djihadistes au service du colonialisme et de l’islamophobie, volontairement ou non ; les terroristes sont à presque 100% manipulés par les services secrets fascistes et la plupart des « prédicateurs » islamistes travaillent pour la police. Tous ces faux islamistes ont pour objectif de discréditer les vrais, de développer l’islamophobie en Occident, de permettre à l’impérialisme de voler les richesses du monde musulman. Ces faux djihadistes passent leur temps à détruire les monuments et vestiges archéologiques des musulmans, à violer les musulmanes qu’ils font passer pour yézidies ou autre, à massacrer les musulmans par milliers, en brûlant vivants certains, bien que cette pratique soit formellement interdite par l’islam. Le vrai nom de Daesh devrait être Mind Control, cet instrument satellitaires des services occidentaux qui donne des possibilités énormes à ceux qui le détiennent. D’après Filiu et les médias, les terroristes qui ont attaqué Charlie prendraient leurs ordres chez ceux présents en Syrie ou au Yémen, alors qu’en réalité ce sont les fascistes occidentaux qui dirigent les terroristes occidentaux, dans le but d’instaurer la dictature dans toute l’Europe.

Filiu  « explique » la « stratégie  » mise en œuvre par Daesh. D’après Filiu, Daesh pratiquerait le terrorisme en Occident pour « provoquer des représailles contre les musulmans d’Europe » !!! Donc, un groupe musulman voudrait nuire aux musulmans d’Europe pour favoriser la mise en place de dictature islamophobes sur le continent !!!!! Et tout ça pour faciliter le recrutement de mercenaires alors qu’il est très facile d’en trouver dans tous les pays pauvres et notamment dans des régions musulmanes pieuses où les gens se laissent facilement piéger. Daesh voudrait de plus faire bombarder les civils des pays musulmans, ce qui permettrait aux terroristes de  « décupler leur capacité de recrutement ». Tout ces attentats n’auraient donc comme objectif que la facilitation du recrutement de mercenaires ! On se demande comment des journaux réputés sérieux peuvent publier ce type de délire. Ce sont d’ailleurs les mêmes délires qu’on retrouve dans tous les médias, sans que personne ne fasse preuve du moindre esprit critique, comme si nous étions déjà en dictature.

En réalité, la stratégie de Daesh, c’est tout simplement celle de l’impérialisme fasciste et islamophobe. Il s’agit d’organiser des attentats qui favorisent la montée de l’extrême droite, qui fragilisent la démocratie, qui donnent des prétextes pour des bombardements racistes ou des interventions ayant pour but de, recoloniser les pays musulmans, les empêcher de se développer, piller leurs richesses (le pétrole et les vestiges syriens et irakiens par exemple). Daesh c’est le fascisme, c’est l’impérialisme, c’est la face cachée de l’Occident.

Il est amusant de constater que Jean-Pierre Filiu suit exactement la direction diplomatico-militaire du gouvernement français. Quand l’Etat français dénonce Assad, il fait de même ; et quand les dirigeants français s’en prennent à Daesh, il suit aussi, alors que quelques mois auparavant il faisait l’apologie des combattants islamistes des autres organisations opérant en Syrie. Alors que dans un pays démocratique les intellectuels, analystes et journalistes devraient contredire systématiquement le pouvoir en place, en Occident, ils ne sont plus que des propagandistes de la dictature à apparence démocratique, étant encore plus soumis que leurs homologues du tiers monde. En Turquie, quand il y a un attentat, l’opposition s’en prend au gouvernement. En Occident les opérations terroristes sont l’occasion d’une union sacrée fasciste et raciste qui se traduit généralement par la diminution des libertés et une forte régression sociale.Il faut vraiment qu’intellectuels et spécialistes comprennent que les seules personnes crédibles sont celles qui contredisent le pouvoir en place au lieu de ressasser la propagande officielle, qui est d’ailleurs de plus en plus ridicule à mesure que la dictature occidentale approfondit son pouvoir. Il faut que l’esprit critique se développe, si on veut un jour sortir de cet obscurantisme colonialo-fascsiste qu’on prétend nous imposer et qui nous mènera au totalitarisme intégral.

L’extrême droite est légitimée par des philosophes tel Alain Finkelkraut, qui, après être passé par le communisme, considère maintenant que le racisme ce n’est pas si mal, tant qu’il n’est pas visé lui-même bien sûr. La critique même de Finkelkraut est teintée de fascisme. Par exemple dans Libération daté du 21/10/2015, l’écrivain Marc Weitzmann dénonce de manière ambigüe les néo-réacs : il parle par exemple de « terrorisme islamique »  sans guillemets, sans même laisser entendre que ce terrorisme n’a d’islamique que le nom, qu’il est entièrement manipulé par le fascisme, qu’il a pour but de supprimer toutes les libertés et de renforcer l’extrême droite. Chaque fois qu’un journaliste ou écrivain parle de « terrorisme islamique », il légitime le FN et le nazisme international. Le terrorisme est la base du complot fasciste et personne parmi les intellectuel ne semble se douter ce fait pourtant évident. Weitzmann semble coupler terrorisme « islamique » et antisémitisme, alors qu’historiquement, ce sont les musulmans qui ont protégé les juifs des chrétiens pendant des siècles, à une époque où ils étaient pourchassés dans toute l’Europe. Ce fait historique connu de tous semble avoir été oublié par nos intellectuels actuels, qui finissent par considérer que le nazisme et l’Inquisition ne sont que des points de détails nécessaires.  L’islamophobie est devenue la grande idéologie des nouveaux fascistes. C’est par ce biais qu’ils espèrent supprimer la démocratie en Europe et restaurer une sorte de dictature nazie sur le continent. Si les cibles apparentes sont les musulmans, très faibles dans le monde, il suffit de lire entre les lignes pour comprendre que les véritables cibles sont les juifs, l’ennemi considéré comme ontologique et devenu très puissant après la victoire du communisme en Russie en 1917. Les musulmans sont l’ennemi imaginaire inventé par les fascistes pour masquer leur propre dangerosité. Pendant qu’ils peaufinent leur complot, ils dirigent l’attention du public sur des musulmans qui constituent le groupe religieux le plus faible d’Europe pour ne pas dire du monde. Quant au prétendu antisémitisme musulman, il n’est qu’une fiction inventée par les fascistes et les likoudistes, pour justifier leurs exactions contre l’islam. Alors que les croisés ont brûlé tous les juifs de la ville lorsqu’ils ont pris Jérusalem, les musulmans les ont autorisé à revenir lorsqu’ils sont reconquis la cité. Le catholicisme a toujours été antisémite, les juifs étant considérés par eux comme un peuple « déicide », alors même que ce sont les Romains qui ont tué Jésus et non les juifs. Quand Weitzmann prétend que des juifs se font tuer en France parce que juifs, on suppose qu’il fait allusion à l’affaire Halimi, sans même chercher à savoir qui manipulait le Gang des Barbares par satellite. Il semble que pour certains, l’antisémitisme se résume à l’action des Arabes et es Noirs, alors même que le véritable ennemi du judaïsme, ce sont les antisémites pro-israéliens, qui poussent Israël au crime d’une main, pour mieux le dénoncer de l’autre.

Pour Finkelkraut cité par Weitzmann, le judaïsme serait « destructeur d’idoles et négateur du sacré », alors même que la monothéisme n’est qu’une nouvelle forme de sacré, remplaçant l’antique paganisme. Pour Heidegger, Levinas et Finkelkraut cités par Weitzmann, le « monothéisme juif  » aurait préparé l’invention de la technique », alors qu’au contraire la science a surtout été développée par les païens de l’Antiquité, Babyloniens, Egyptiens et Grecs, pour l’essentiel. Bref, il semble donc que tous ces intellectuels de droite comme de gauche n’ont pas la capacité de dénoncer le fascisme qui monte en  Europe et qu’ils ne sachent que se ridiculiser en faisant comme si  nous vivions encore en démocratie, en développant une idéologie complètement déconnectée de la réalité, à la fois islamophobe et ennemie de la liberté, ignorant totalement les périls qui menacent la démocratie. Ces gens sont d’ailleurs tous des collabos de la répression secrète, semblant croire qu’ils ne seront jamais visés par le fascisme, ou qu’ils sont trop forts pour être menacés. Tous ce gens incapables d’appréhender les périls les plus évidents sont responsables de la fin de la démocratie. Tous ces gens qui se compromettent avec le nazisme au lieu de le dénoncer seront coupables des catastrophes à venir. Tous ces gens qui polémiquent entre eux mais sont d’accord sur l’essentiel, soit la collaboration avec le Mind Control, la lutte contre les classes populaires et l’islamophobie, représentent une honte pour la philosophie.

L’histoire retiendra que, comme leurs collègues des années 20, ces intellectuels n’ont pas pu empêcher la montée du fascisme. Non seulement ils n’ont servi à rien, mais en plus ils ont accéléré le processus de nazification de la société. Ces gens devraient comprendre qu’on ne peut pas débattre du nazisme sans parler d’ Auschwitz, pas parler des Soviétiques sans évoquer du Goulag, et pas philosopher sur la société actuelles sans mentionner le Mind Control, la base de tout le système. Il y a beaucoup d’imbéciles cultivés qui sont encore plus dangereux pour la démocratie que les brutes avinées qui servent de cyber-garde-chiourmes à la dictature. Ne pas dénoncer le crime quand il en est encore temps est déjà un crime. Les lâche qui ont refusé de faire cesser le scandale de la répression satellitaires devront être jugés comme tous ceux qui ont collaboré avec le stalinisme ou le nazisme. En politique comme en philosophie, tout est une question de timing : en pleine dictature du Mine Control, il n’est pas temps de discuter du sexe des anges. C’est plutôt le moment de dénoncer le complot fasciste avant qu’il ne soit trop tard.

Terrorisme

Le terrorisme est la base de la dictature actuelle. Comme à l’époque de la 3ème République,  quand des attentats anarchistes venaient justifier une répression implacable, les attaques « djihadistes » confortent les fascistes de tous les partis, causent des limitations de libertés individuelles, accentuent le racisme et l’islamophobie, justifient l’impérialisme. Le terrorisme vient des fascistes et profite aux fascistes.

Dans les attaques du Vendredi 13 ayant eu lieu à Paris, on a pu assister à un déchaînement de propagande fasciste dans les médias, avec, comme d’habitude, aucune voix discordante pour dénoncer le discours officiel. Ces terroristes « islamistes » semblent avoir le profil de petits délinquants ou de tenanciers de bars à prostituées, bref pas des gens qualifiés pour dénoncer la « débauche et la perversité ». Ces gens sont tout simplement des marionnettes du Mind Control, des gens manipulés par satellite, sans qu’ils ne soient des musulmans spécialement pratiquants. Ces attentats ont probablement été planifiés par divers services secrets pour nuire aux musulmans d’Europe et du monde et pour bloquer les arrivées de migrants syriens, catégorie particulièrement haïe par les fascistes islamophobes. Les attentats du Vendredi 13 sont la réponse des racistes internationaux à l’accueil des réfugiés musulmans par l’Allemagne.

Tous les journalistes qui dissertent à longueur de journée sur le terrorisme sont parfaitement informés de l’existence du Mind Control, cet instrument de répression par satellite qui permet de suivre les cibles 24h/24, de les manipuler à distance, de lire dans leur pensée, de manipuler leurs actes. Tous les témoins ont remarqué que les terroristes se comportaient comme des zombies, ce qui s’explique par le fait qu’ils étaient téléguidés par ondes électromagnétiques par certains services spécialisés dans l’élaboration et l’exécution d’attentats terroristes.

On remarque que, suite à ces attentats, personne n’a envisagé une seconde de démissionner, mais tout le monde s’est mis d’accord pour limiter une fois de plus les libertés des citoyens et donner plus de moyens à la répression. C’est une véritable économie du contre-terrorisme qui se met en place, ce qui permet aux fascistes de se créer des emplois pour eux-mêmes tout en surveillant et agressant les citoyens par satellite.

Toute la classe politique est informée sur la question du Mind Control mais, malheureusement, celle-ci ne semble pas décidée pour l’instant à défendre les libertés et les intérêts des citoyens. C’est à la société civile de se défendre contre le fascisme qui vient et qui s’installe, progressivement mais définitivement, dans les anciennes démocraties libérales.

Quand les fascistes parlent de radicalisation, ils ne parlent jamais de radicalisation nazie ou fasciste, mais toujours de radicalisation « islamiste », alors que les croyants pratiquants, la plupart du temps, ne s’occupent pas de politique et n’ont rien à voir avec le terrorisme. Les kamikazes, on le sait depuis le 11 septembre 2001, sont la plupart du temps des musulmans non pratiquants, et parfois de simples délinquants. Ce sont presque toujours des gens repérés par les autorités au titre de délinquant ou autre. C’est lors de leur mise sous surveillance qu’ils sont reprogrammés à distance par le Mind Control pour devenir des tueurs zombifiés.

Les médias ne parlent jamais des possibilités du Mind Control, car, si le public savait la puissance de cet instrument, il comprendrait tout de suite qui est le vrai responsable du terrorisme international (le fascisme) et pourquoi toute opposition de gauche a pratiquement disparu du monde développé.

Il est temps que les citoyens reprennent leur destin en main. Sinon c’est une dictature fasciste et technologique de la pire espèce qui les attend.

Hypocrisie

Ce qui caractérise le système actuel, c’est une hypocrisie qu’on avait jamais connu depuis la chute du système soviétique. Les médiacrates prétendent que nous vivons dans une démocratie libérale presque parfaite alors qu’en réalité la dictature néo-libérale à base de surveillance généralisée et de torture est pire que l’ex dictature communiste. Les médias font preuve d’une soumission totale à la répressions secrète qui dirige l’Occident. Partout on fait comme si les libertés publique étaient respectées. La plupart des journalistes et des élus sont des agents du Mind Control qui espionne et harcèlent les dissidents. Les internautes sont devenus la cible privilégiée de ces gens-là, les dictatures, même à apparence démocratique, haïssant tout particulièrement les esprits indépendants qui ont la possibilité de s’exprimer sans entraves. Le résultat est que la plupart des internautes actifs dissidents subissent une répression terrifiante : ils ne peuvent plus dormir, il perdent leur travail, ils sont attaqués par le neurophone, ils subissent des séances de torture et parfois, ils sont tués par les ondes de la mort. Leur famille aussi est visée, leurs parents, leurs enfants, leurs frères, leurs cousins, leurs amis doivent subir la vindicte des maîtres du système. Tout cela pourrait cesser si les médiacrates faisaient leur travail de préservation des libertés publiques. Malheureusement, c’est loin d’être le cas. Par exemple, dans le monde daté du 15 janvier 2016, Alain Frachon exige le respect des droits de l’homme….pour les pays musulmans. Par contre, la répression sauvage qui s’abat sur les prétendues démocraties ne l’intéresse pas !

Dans son article, Frachon fait la promotion des valeurs des lumières, alors même qu’il ne dit rien sur l’obscurantisme néo-libéral et fasciste qui accable la France. Pour les pontes du système, la lutte contre l’oppression n’est justifiée que si on remonte dans l’histoire ou qu’on s’éloigne géographiquement. Le fascisme du Mind Control qui nous concerne directement ne les intéresse pas. C’est logique dans la mesure où ces gens profitent de la dictature et qu’ils n’ont pas l’intention de scier la branche sur laquelle ils sont assis. C’est le fait que les journalistes ne font pas leur travail qui est la cause de la chute de la démocratie partout dans le monde. Défendre les lumières alors qu’on collabore avec la dictature, c’est tout de même un comble ! Il suffirait que les journalistes et les élus dénoncent le scandale de la répression du Mind Control pour qu’immédiatement, la situation s’améliore pour les centaines de milliers d’otages et pour tous ceux qui subissent indirectement l’oppression, sous forme de pauvreté ou de chômage. Il suffirait qu’un seul élu proteste, à l’assemblée nationale par exemple, pour que les droits des citoyens renaissent, partout dans le monde. Mais non, tous ces braves défenseurs des droits de l’homme préfèrent collaborer et condamner ainsi des centaines de millions de personnes à vivre dans la soumission et l’indignité. En France actuellement, il n’y a pas beaucoup de Jean Moulin, de Voltaire, de Sartre. Il n’y pas un seul défenseur réel des libertés et des droits de l’homme. Les associations telles Amnesty ou la LDH ne font que collaborer avec la dictature et refusent de défendre les victimes. Elle servent de caution pour les dictatures occidentales. Le meilleur moyen pour une dictature de se prolonger, c’est de feindre d’être une démocratie et de payer des prétendus défenseurs des droits de l’homme qui ne défendent que des cas mineurs et participent, au moins passivement,  à la persécution des vraies victimes du système, et qui renforcent donc le système au lieu de l’amender. La répression a tous les droits. les citoyens aucun.

Il y a en France de nombreuses associations antiracistes qui sont en réalité dirigées par des racistes ; de nombreux syndicats qui sont payés par les patrons ; de nombreux médias prétendus de gauche qui sont payés par les fonds secrets fascistes. Pour faire taire les gens, ils suffit de les payer. Après les antiracistes racistes, les gauchistes fascistes, les syndicalistes pro-capital, les musulmans islamophobes, on assiste à l’émergence des élus anti-élections, qui considèrent qu’on serait mieux dans une bonne dictature. Il est temps que la vraie gauche se réveille et se décide enfin à dénoncer la répression secrète au lieu d’attendre passivement de se retrouver dans des camps de concentration ou de se faire tuer par les satellites du Mind Control car, ne l’oublions pas, les fascistes ont la mémoire longue : ils puniront tous les anciens gauchistes dès qu’ils auront pris le pouvoir.

Dans le monde du 15/01/16, Alain Frachon fait la promotion du livre de l’israélien Strenger qui exige l’application des lumières au monde entier et prétend que ce seraient les musulmans les vrais ennemis de la démocratie.  En réalité, il faut avouer que l’un des pires Etats fascistes du monde est Israël, et que le nationalisme religieux du Likoud se révèle de plus en plus proche de l’idéologie nazie. Les notions d’espace vital, de guerre des civilisations, de nécessité de la cruauté sont communes à tous les fascismes. L’acharnement contre les civils « ennemis »‘ est typique de la barbarie nazie. Le likoudisme est un vrai fascisme et un danger pour l’ensemble de la planète et que fait l’Israélien Stenger, il dénonce les « djihadistes » au lieu de s’en prendre aux likoudistes. Ce n’est pas en faisant preuve de nationalisme et de racisme religieux qu’on fait progresser la démocratie dans le monde !

Alain Frachon fait dans cet article la promotion de l’esprit des lumières : esprit critique, aptitude à l’autocritique, remise en question de toute autorité constituée. Tout internaute qui suivrait les recommandation de Frachon serait condamné à subir les pires persécutions. Et Frachon ne viendrait pas le défendre. Il est tout de même incroyable que ceux qui collaborent le plus avec la dictature actuelle soient les même qui font l’éloge de la démocratie et de l’esprit critique ! Chacun sait bien que certains journalistes et élus attaquent physiquement les internautes qui les critiquent, utilisant pour cela les satellites de surveillance que la dictature met obligeamment à leur service pour persécuter les citoyens. Pour persécuter un internaute, il suffit de se connecter sur certains sites, d’entrer un mot de passe, et on tombera sur le malheureux surveillé, filmé 24h/24,  cible désarmée des insulteurs et tortionnaires du Mind Control. Les mêmes qui participent à la répression des internautes prétendent ensuite défendre la philosophie des lumières qu’en réalité ils discréditent. La fausse défense des valeurs démocratiques, lorsqu’elle est émise par des collaborateurs du système, représente en réalité une opération de destruction de ces valeurs. Les citoyens se disent que si ce sont ces gens qui défendent les valeurs de la démocratie, alors ce sont ces valeurs qu’il faut jeter à la poubelle pour améliorer le système. Les faux défenseurs des valeurs de la République nuisent plus à la République que ses détracteurs. Quand les tartuffes seront démasqués,  la démocratie pourra enfin renaître.

D’après Frachon, Strenger veut en finir avec le « politiquement correct », c’est à dire les valeurs de gauche basées sur l’anticolonialisme, l’antiracisme et la lutte pour toutes les libertés y compris religieuses alors qu’en réalité le retour du populisme et du faux fondamentalisme, sont dus à l’action du Mind Control, à la surveillance généralisée par satellite, à l’action des ventriloques satellitaires, à la torture à distance des dissidents, à la manipulation électromagnétique des émotions, à l’induction artificielle de raisonnements fascistes dans le cerveau des intellectuels. Le retour de la réaction est le produit d’une technologie secrète : le Mind Control et non du « politiquement correct ». D’ailleurs, de nombreux intellectuels de gauche ont probablement été assassinés par les satellites de surveillance, ne laissant la place qu’à ceux qui voulaient collaborer avec le fascisme. Strenger dénonce la trahison des idéaux des lumières par la gauche, alors que lui-même trahit ces idéaux en collaborant avec le Mind Control ! Tout ce qui est cité par les médias collabore avec la répression secrète. Tous les autres sont exclus de la vie intellectuelle. La meilleure ruse des fascistes consiste à feindre de défendre les valeurs démocratiques pour mieux les trahir et les discréditer. La dénonciation des « fondamentalismes religieux » a pour but principal de réhabiliter le nationalisme et donc le fascisme, ces deux notions étant liées. Déjà, ces pseudo patriotes lepénistes abrutis par l’alcool, harcèlent et persécutent impunément les internautes, sans que personne ne les arrête. Déjà ces gens ont investi toutes les plus hautes sphères de l’Etat. Déjà ces gens imposent leur haine fasciste à toute la classe politique.

Tous ces intellectuels qui prétendent défendre la démocratie sont des collaborateurs du Mind Control. Il faut que parmi eux, certains se lèvent et dénoncent le scandale. Il faut que ceux qui harcèlent les citoyens et les internautes soient jugés et condamnés. Il suffirait qu’un vrai philosophe se lève et dénonce la dictature secrète pour que toute la planète soit libérée. Tant que ce philosophe ne sera pas venu, la planète continuera à sombrer dans le totalitarisme.

 

7 mai 2015

Patriotisme et démocratie

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 05 min

 

Depuis quelques années, les fascistes ont réussi à imposer la notion de patriotisme comme une sorte de sentiment naturel au dessus des idéologies, comme une religion sacrée interdite de débat, comme un prétexte pour supprimer toutes les libertés. Ce phénomène de remise à l’honneur du patriotisme semble venir des Etats-Unis et à fini par contaminer toute l’Europe.

Ce que les fascistes appellent patriotisme, c’est l’ « amour » de la patrie, présentée comme une sorte d’entité surnaturelle remplaçant la notion de divinité. Cette idéologie patriotique était tombée en désuétude après la seconde guerre mondiale, compte tenu des dégâts causés par ce mode de pensée nauséabond. Elle avait été remplacée par l’internationalisme, mondial ou européen, et par la lutte entre communisme et capitalisme, sachant que les communistes agréaient quand même ce type de pensée nationaliste mais de manière atténuée.

Si certain disent que le patriotisme c’est l’amour de la patrie et le nationalisme la haine des autres, dans les faits, entre patriotisme et nationalisme, la différence n’est qu’une question de degré. Un nationaliste, c’est un patriote extrémiste et généralement un fasciste, c’est à dire un ennemi de toutes les libertés.

La religion de la patrie est pire que celle qui consiste à adorer une divinité abstraite. Si les grandes religions rassemblent des gens d’origines et de culture diverses, le patriotisme tend lui à diviser les gens et à les pousser à s’entretuer. Il tend, et c’est encore plus grave, à justifier la mise en esclavage de la société par des voyous fascistes, qui prétendent bien sûr œuvrer pour la patrie et se considèrent donc comme ayant le droit de piller le pays et persécuter ses habitants. Les patriotes peuvent toujours dire que s’ils harcèlent les gens, s’exonèrent d’impôts et pillent les caisses du pays, c’est pour le bien de la nation. Ils peuvent prétendre que tous ceux qui s’opposent à eux sont de mauvais français, des non-patriotes, alors qu’eux les voleurs, ignares et alcooliques défendent les intérêts du peuple. Pourtant, on peut constater que presque toujours, les « patriotes » écrasent le peuple et engraissent les riches, les délinquants et les fascistes. On a d’ailleurs pu constater que tout au long de l’histoire, les « patriotes » n’ont jamais hésité à s’allier avec des pays ennemis, pour opprimer le peuple, toujours au nom du sauvetage de la nation.

Comme l’a dit Samuel Johnson, le patriotisme, c’est le dernier refuge de la canaille, et effectivement, on peut constater que les membres des partis patriotes, dans tous les pays, sont le plus souvent des crapules de bas étage, sans aucun sen moral, durs avec les pauvres et serviles avec les riches. Parfois, ces « patriotes » sont des délinquants de droit commun,  qui utilisent le patriotisme, pour protéger leurs crimes.

Plus généralement, on peut constater que le patriotisme favorise la guerre et l’oppression partout. Un patriotisme français trop accentué générera en retour un nationalisme allemand, anglais, espagnol, italien et tout cela se finira une fois de plus par une guerre mondiale. Le patriotisme annonce la guerre comme la nuée l’orage, pourrait-on dire pour paraphraser un socialiste célèbre. Sans le patriotisme il n’y aurait pas eu de première guerre mondiale ; et pas non plus de seconde guerre mondiale, ce qui aurait permis de faire l’économie de quelques dizaines des millions de morts.

Certains pensent que le patriotisme est le meilleur moyen de maintenir l’unité nationale, mais, dans un pays constitué depuis longtemps, l’unité est un fait acquis qui n’a pas besoin d’idéologie particulière pour se maintenir. Ce qui renforce l’unité, c’est la démocratie et la justice sociale, deux notions qu’abhorrent généralement les  patriotes. Une dictature injuste est source de désordres et de guerre civile et, on peut constater que le plus souvent, les patriotes sont opposés la justice sociale, qu’ils sont contre la vraie démocratie, qu’ils se regroupent dans des partis autoritaires formés par des corrompus, qu’ils oppriment le peuple dès qu’ils le peuvent, qu’ils sont ennemis du progrès social dans tous les cas, qu’ils se considèrent comme les propriétaires et maîtres de la nation qu’ils exploitent avidement. La plupart du temps, les patriotes sont des fascistes malveillants et malfaisants, jaloux de leurs concitoyens, haïssant leur propre pays dès que celui-ci commence à se libérer de leur emprise.

On peut constater que, aux Etats-Unis, le patriotisme est revenu à la mode dans les années 80, à une époque où les pauvres ont commencé à perdre tous leurs petits avantages, où les budgets sociaux ont été laminés pendant que ceux de la défense explosaient, où le Mind Control a fait son apparition et a commencé à opprimer le peuple. Les clochards patriotes à la Rambo n’ont jamais rien obtenu de leur Etat, hormis le droit de passer leur vie en prison ou dans des foyers d’indigents. La Patrie est une notion inventée par les riches exploiteurs pour faire taire les revendications et imposer une soumission totale du peuple à la superstructure ploutocrate et fasciste. Le patriotisme est une notion inventée par les riches qui ne profite qu’aux riches. C’est un fait qui a été démontré depuis longtemps par la vraie gauche et qui se révèle exact dans tous les cas. Le patriotisme c’est l’exploitation, c’est la guerre, c’est la corruption, c’est le racisme, c’est la suppression de toutes les libertés. Le patriotisme profite uniquement à la classe dirigeante, qui utilise cette notion pour exiger toujours  plus de sacrifices de la part du peuple sans qu’elle mêmes ne fasse autre chose que de profiter du pouvoir et de l’argent illégitimement extorqués. Aucune révolution n’a jamais pu réussir sans une lutte acharnée contre le chauvinisme. La première chose qu’a faite Lénine en prenant le pouvoir, ca a été de faire la paix avec l’Allemagne. C’est comme cela qu’il a pu se consacrer à mater l’ennemi intérieur, aristocratique et totalitaire. C’est comme cela qu’il a gagné la guerre contre la réaction.

De nos jours, on peut constater que le retour du patriotisme coïncide  bizarrement avec la montée du chômage, la paupérisation des classes populaires et moyennes, le retour du fascisme, la perte de tous les droits des citoyens et des travailleurs. Le patriotisme nous prépare la dictature et la guerre. Il faut combattre cette idéologie néfaste et la remplacer par le culte de la démocratie et du pouvoir du peuple par les peuple et pour le peuple. La ruse des patriotes c’est de détourner la colère populaire vers des ennemis étrangers, alors que l’ennemi est au cœur de nos sociétés. L’ennemi ce sont les nantis égoïstes et pervers qui refusent d’accorder le moindre centime aux classes populaires. Dès que les patriotes ouvrent la bouche, c’est pour prétendre qu’on ne peut rien donner aux salariés sous peine de tuer les entreprises et l’économie. Si ces patriotes étaient des amis du peuple, ils augmenteraient le salaire minium et le RSA au lieu de combattre les pauvres par tous les moyens possible en les traitant d’assistés alors qu’ils bénéficient eux-mêmes de toutes les niches fiscales possibles…

Les patriotes sont en réalité des nantis rusés qui ont pour objectif d’amener le peuple à un stade le plus proche possible de l’esclavage. La stratégie des patriotes c’est de diviser pour régner et de désigner des ennemis intérieurs et extérieurs factices pour faire diversion et détourner la colère du peuple. Pour le patriote, l’ennemi peut être juif, musulman, allemand, anglais ou autre ; le but du patriote c’est de provoquer des guerres, au moins virtuelles, et de se présenter comme les chefs d’un peuple menacé par des ennemis inventés. De cette façon, le peuple divisé et détourné de ses revendications légitimes n’obtient jamais rien et perd progressivement tous ses droits. A l’Etat  providence succède l’Etat bourreau, celui qui nous empêche de vivre, en utilisant pour cela la répression secrète du Mind Control, en contrôlant l’information pour que jamais, les citoyens ne se révoltent contre l’oppression occulte qui les accable.

Le patriotisme c’est l’idéologie des dominants. Si cette idéologie de haine et de division n’est pas combattue, les citoyens deviendront les esclaves des maîtres du système.

 

 

22 janvier 2015

Complotisme

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 9 h 46 min

 

 

La nouvelle stratégie des fascistes de diverses tendances consiste à dénoncer le « complotisme », soit la mise en doute de la vérité officielle telle qu’elle est diffusée dans les médias. Le complotisme finira par devenir un délit pour ne pas dire un crime, comme dans tous les systèmes totalitaires où le simple fait de remettre en cause la vérité officielle est passible de la prison à vie.

Le complotisme, est une pratique qui consiste à  contester la vérité du jour telle qu’elle est présentée par les grands médias ; cette méthode est honnie par les pouvoirs en place ;  par contre, pour les évènements historiques, le complotisme est toléré dans certains cas.

Dans un éditorial de Libération daté du 21/01/2015, Laurent Joffrin dénonce le complotisme qui nuirait à la démocratie. Pour monsieur Joffrin, il ne faut pas remettre en cause la version officielle de l’attentat contre Charlie Hebdo. En revanche, on peut accepter la « théorie du complot » pour expliquer l’assassinat d’Henri IV ou l’affaire Dreyfus. Pour l’assassinat de Kennedy, la « théorie du complot » est refusée, mais par contre elle est tolérée pour expliquer le coup d’Etat de Pinochet, qui serait bien une opération fomentée par la CIA. Comment Laurent Joffrin fait-il la différence entre les vrais complots et les faux complots, on aimerait le savoir. La hiérarchie militaire n’a pas avoué avoir comploté contre Dreyfus pas plus que les antiprotestants n’ont reconnu avoir fait assassiner le bon roi Henri. Généralement les comploteurs n’avouent jamais leurs crimes, même des années après les avoir commis, ne serait-ce que pour éviter d’être inquiétés par la Justice.

Dans les faits, les racistes ne veulent pas avouer que les attentats « islamistes » sont le fait de comploteurs fascistes, tout simplement pour éviter que les musulmans ne soient innocentés des crimes qu’on leur attribue. Les anti-complot sont juste des racistes qui veulent faire accuser les Arabes et les Noirs d’un terrorisme en réalité concocté par les fascistes, pour ensuite  mettre les musulmans sous surveillance, les « rééduquer », les isoler, les torturer, les éliminer. Ce que n’ont pas compris les anticomplotistes, c’est que c’est la démocratie et l’ensemble de la société civile qui sont visées par les crypto-nazis qui tirent les ficelles des conspirations partout dans le monde ; quand ces nazis auront pris ouvertement le pouvoir, les journalistes, intellectuels, internautes et citoyens devront subir la répression la plus bestiale qui soit, répression rendue possible par les nouveaux moyens satellitaires.

Les racistes croient que seuls les musulmans sont visés par le terrorisme manipulé et c’est pourquoi ils appuient la version officielle des événements. Ils ne savent pas qu’eux, les membres des élites xénophobes des « démocraties » seront aussi visés par le futur totalitarisme satellitaire. Une fois de plus, les démocrates hypocrites présument de leurs forces et finiront un jour dans les cyber-goulag des futures dictatures en raison de leur incapacité congénitale à envisager le pire qui est pourtant plus que prévisible.

Selon Laurent Joffrin, le complotisme  menacerait la démocratie (ou ce qu’il en reste). Dans la réalité, c’est le complot fasciste qui menace la démocratie, pas les complotistes qui dénoncent les complots totalitaires. D’après Jofffrin, les complotistes disent que si les démocraties sont manipulées alors « autant instaurer une dictature qui terrassera les pouvoirs occultes ».  En réalité, ce sont ces pouvoirs occultes comploteurs et totalitaires qui veulent instaurer la dictature. Les complotistes antifascistes sont des défenseurs de la démocratie face à des pouvoirs secrets antidémocratiques. Les comploteurs actuels sont des fascistes et les complotistes des défenseurs de la liberté. Les complotistes d’extrême droite ne doivent pas masquer la masse des complotistes démocrates qui dénoncent les atteintes aux libertés publiques. Les complotistes défendent la démocratie que les anticomplotistes participent à détruire.

Laurent Joffrin fait une énumération de comploteurs (CIA, francs-maçons, juifs, illuminatis…) qui correspond à la liste habituelle des ennemis de l’extrême droite fascisante, alors même que c’est cette extrême droite qui est à la tête du complot le plus important, le complot fasciste international. Les observateurs de la nébuleuse complotiste oublient toujours, comme par hasard, de citer, parmi les complotistes,  ceux qui dénoncent le complot fasciste et font ainsi passer les complotistes pour des fascistes et les fascistes pour des complotistes alors qu’ils sont surtout des comploteurs contre la démocratie et non un rempart contre les forces obscures ;   ce fascisme comploteur est la pire des forces infernales. Les fascistes ne sont complotistes que pour dénoncer les complots de gauche. Ils n’allaient évidemment pas dénoncer leur propre complot permanent contre les libertés et les droits de l’homme.

Tant que les analystes politiques n’auront pas compris l’imminence du péril fasciste et la puissance du complot qui le promeut, alors, la démocratie sera en grand danger.

Les anticomplotistes ne dénoncent pas toutes les formes de théorie du complot. Ils acceptent les thèses complotistes quand celles-ci sont conformes à leurs intérêts ou à ceux de leurs employeurs.

La plupart des anticomplotistes sont islamophobes ; c’est la raison pour laquelle ils dénoncent toute forme de complotisme qui pourrait « profiter » aux musulmans en les innocentant des crimes qu’on leur attribue. Les anti-complotistes sont prêts à accepter les scénarios les plus aberrants, si ce sont les musulmans qui sont accusés. Alors que la version officielle du 11/09 est pleine d’invraisemblances, ils insistent pour accréditer cette version  et en faire interdire la contestation, parce qu’ils pensent que cet attentat est l’occasion de faire massacrer des musulmans. Ils ne se doutent pas que lorsque le fascisme est en marche, c’est toute la classe politico-médiatique  qui finit toujours par être visée et se retrouver dans des camps de concentration. Les anticomplotistes sont aveuglés par leur racisme viscéral à un point où ils ne savent même plus défendre leurs propres intérêts et ceux de leurs familles.

Les anticomplotistes semblent ne pas comprendre que les attentats « islamistes » ne profitent qu’aux islamophobes et à leurs maîtres nazis. Qui a bénéficié du 11 septembre hormis les nazis, qu’ils soient occidentaux ou likoudistes ? Pourquoi les musulmans commettraient-ils des attentats qui ne profitent qu’à leurs ennemis ? N’importe quel observateur neutre ne peut que constater que les attentats « islamistes » profitent aux fascistes de diverses tendances et nuisent à la démocratie qui devient de plus en plus une coquille vide. La montée de l’extrême droite partout en Europe est le symptôme de la fascisation du continent sous l’influence du Mind Control, la répression secrète par satellite. Il est plus que temps que les islamophobes non fascistes comprennent qu’ils sont en train de forger les barreaux des futures prisons pour dissidents, que ceux-ci soient de gauche ou de droite. La future dictature sera de très loin pire que celle imaginée par Orwell. Les satellites de surveillance peuvent torturer et tuer à distance en utilisant des ondes électromagnétiques; ils peuvent lire dans les pensées et contrôler les mouvements des ciblés. Le MC est l’arme fatale du totalitarisme. Si ce système n’est pas dénoncé aujourd’hui, ce sont des siècles de soumission à la terreur venue de l’espace qui nous attendent. Pour faire accepter cette tyrannie qui s’annonce, les fascistes utilisent une des passions les plus puissantes parmi celles qui animent les humains : le racisme, et en l’occurrence le racisme islamophobe qui fait que certains individus médiocres et puissants préfèrent faire le deuil de leur liberté plutôt que de dénoncer un système qui les menace directement, si ce système nuit aux musulmans, c’est à dire, à leurs yeux aux Arabes, Noirs, Turcs et autres non-européens. Comme certains ont coopéré avec les nazis pour combattre le communisme, d’autre coopèrent avec le nouveau nazisme par haine des musulmans, même s’ils se doutent qu’ils seront les victimes suivantes. Ces islamophobes sont comme le scorpion qui pique la grenouille au milieu de fleuve alors qu’il ne sait pas nager, juste parce que c’est sa nature et qu’il ne peut maîtriser sa haine.

Les anticomplotistes sont des racistes et des islamophobes dans presque tous les cas. Ce ne sont pas les braves gauchistes qu’ils prétendent être. Quand ces gens-là parlent de complot, ils citent toujours le complot judéo-maçonnique en « oubliant » de parler du complot fasciste dont l’existence est pourtant connue depuis les années 20. Les anticomplotistes sont pour la plupart des fascistes. Il est probable qu’ils vont faire interdire toute mention d’un complot fasciste, qu’ils vont limiter les possibilités d’expression sur le Net, qu’ils vont généraliser l’emploi de la torture extrême par satellite et qu’ils finiront un jour ou l’autre par supprimer les apparences de démocratie qui caractérisent encore nos sociétés.

La lutte contre le fascisme technologique déjà en place passe par le complotisme antifasciste et la lutte contre l’islamophobie, l’instrument actuel coup d’Etat fasciste mondial.

 

L’anticomplotisme est souvent défendu par la toute la gauche qui n’a pas compris que la principale victime du complot fasciste c’était elle. Le terrorisme fasciste attribué aux islamistes fait progresser l’extrême droite partout et empêche la vraie gauche d’émerger. Dire que ce sont les fascistes qui organisent le terrorisme, ce n’est pas plus ridicule que d’affirmer que c’est la CIA qui a fomenté le coup d’Etat de Pinochet, le 11 septembre 1973. Sans le terrorisme islamophobe, la vraie gauche serait beaucoup plus puissante en Europe et aurait pu prendre le pouvoir comme ça a été le cas en Grèce. C’est le terrorisme et l’islamophobie qui plombent la gauche européenne et en l’occurrence française. C’est le terrorisme qui sert de prétexte à la suppression de toutes les libertés. C’est le terrorisme qui est la source de la puissance de l’extrême droite et de faiblesse durable de la vraie gauche. Ceci prouve que le seul moyen pour la vraie gauche de renaître en Occident c’est de dénoncer le complot terroriste et fasciste, de manière à ce que l’extrême droite infiltrée dans tous les partis ne puisse lancer des campagnes d’attentats « islamistes » dès qu’elle a l’impression que la contestation commence à se développer. Les attentats du 11/09/2001 on eu lieu suite aux émeutes de Gêne et de Seattle pour écraser les libertés et mettre en place une dictature mondialisée. La gauche ne pourra se régénérer sans pratiquer ce que les fascistes appellent le complotisme et qui n’est en réalité que de l’analyse politique réaliste. Comme l’avouent eux-mêmes les anticomplotistes, il y a aussi de vrais complots. Le terrorisme « islamiste » est un vrai complot totalitaire ourdi par le racisme international.

Dans l’affaire Mérah, on n’a jamais vu le tueur sans cagoule. On ne sait pas qui a vraiment commis ces attentats qui n’ont visé que des Arabes, des Juifs et des Noirs. Tout ce qu’on sait vraiment c’est que le terroriste présumé a été tué avant de pouvoir parler et que tout cette campagne de terreur a profité à la droite, l’extrême droite, et l’extrême droite de la gauche. Alors que la gauche qui prône les hausses de salaires et de minima sociaux devrait être largement majoritaire dans le pays, ces mouvements (FDG, NPA,LO…), eux mêmes plus ou moins complices du fascisme, font dans le meilleur des cas aux alentours de 15% des suffrages tous ensembles. La plupart du temps ils sont au dessous de 10% des voix.

L’erreur de la gauche réelle, c’est de ne pas dénoncer les complots des hommes de l’Etat à base de terrorisme manipulé, d’islamophobie et de Mind Control. Elle ne dénonce pas la répression secrète et est complice du néo-colonialisme, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières.  Ces faux gauchistes apparaissent parfois comme des sortes de sous-fascistes, de laïcs hypocrites, qui disent exactement la même chose que le FN, tout en détestant le FN. Les électeurs préférant les originaux aux copies, c’est toujours le FN qui gagnera au petit jeu du fascisme.

La gauche réelle ne pourra se développer qu’en devenant « complotiste » c’est à dire en dénonçant les complots du fascisme et de la bourgeoisie, comme le faisait déjà l’ami du Peuple, Jean-Paul Marat, il y a plus de deux siècles, à l’époque de la grande Révolution. A la mort de Marat, la Révolution n’a survécu que quelques mois. Personne n’a besoin d’une gauche coloniale et collabo qui se croit encore à l’époque de la 3ème République colonialiste, anti-prolétarienne et raciste. Personne n’a besoin d’une fausse extrême gauche qui exclut tous ceux qui sont issus de la diversité extra-européenne. Personne n’a besoin d’une fausse  gauche collabo et islamophobe qu’on arrive pas à distinguer nettement du FN.

En politique il faut tenir un discours audible, différencié et concret. Il faut prôner une lutte totale contre l’islamophobie, contre le complot fasciste et pour les hausses massives des minimas sociaux, smic, rsa, allocations chômage… Les discours fumeux et le commérage politique n’intéressent personne et profitent in fine à la droite et l’extrême droite.

Sans « complotisme » de gauche, la régression sociale ne cessera jamais en France, jusqu’au point où ce sera l’esclavage du Mind Control  qui constituera l’avenir du pays. Tout est lié : terrorisme, islamophobie, régression sociale, montée du fascisme. Les liens entre ces entités sont cachés. C’est aux théoriciens de la politique de les mettre en évidence. Il faudrait en France plus de Marx et moins de Kepel si on veut sortir un jour de l’ornière néo-libérale.

 

Sans le complotisme, on ne peut pas comprendre le monde actuel qui parait chaotique et barbare. Pour comprendre le monde, il faut savoir qu’il existe une volonté derrière la sauvagerie et l’absurdité généralisées. Cette volonté c’est le fascisme colonial, éventuellement néo-nazi. Cette volonté dispose d’un instrument surpuissant : le Mind Control, la surveillance généralisée par satellite. Le Mind Control dirige entièrement la planète ; il est composé de chefs d’Etat, de milliardaires, de chefs des services secrets, de militaires de haut niveau, de préfets, de médecins, de journalistes, d’industriels.. Il est international mais principalement en connexion avec l’Otan, l’organisation hégémoniste atlantiste.

Tous les VIP de France connaissent le Mind Control et travaillent pour lui. Il gardent le secret sur le sujet parce qu’ils sont eux-mêmes impliqués et qu’ils bénéficient de la puissance de la répression pour promouvoir leur carrière. Ceux qui ne collaborent pas avec le Mind Control voient leur vie brisée, leur carrière anéantie, leur vie de famille entièrement détruite.

Tous ceux qui connaissent l’existence du Mind Control ne peuvent être que complotistes ; ils savent que le jeu est truqué par les satellites. Ils savent que tout est faux dans les informations diffusées par les grands médias. Ils savent que le terrorisme est issu des hommes de l’Etat qui prétendent le combattre, tout comme la délinquance, le crime, le trafic de drogue et autres fléaux qui frappent nos sociétés.

L’attentat contre Charlie est un coup monté, comme l’affaire Mérah, comme les affaires Coulibaly, comme les attentats du GIA à Paris, comme le 11 septembre. Le terrorisme est créé pour détruire nos libertés. C’est pourquoi il faut exiger la levée des plans Vigipirate et l’abrogation de toutes les lois liberticides votées depuis des décennies. Il faut aussi lever la loi du silence sur la répression satellitaire, le secret étant le plus grand des tyrans.

Le réchauffement climatique que tout le monde considère comme un fait tangible n’est pas nécessairement une réalité. Les satellites peuvent modifier les climats dans le cadre d’une guerre climatique visant à nuire au tiers monde en l’asséchant ou en l’accablant de catastrophes « naturelles » tels les séismes, typhons et autres tsunamis. Ces catastrophes provoquées visent aussi les pays développés pour semer la terreur dans la populations et affaiblir sa capacité de résistance.

Les quelques milliers de capteurs de température disséminés dans le monde peuvent être réchauffés par satellite, de manière à fausser les statistiques et nous imposer le maintient du nucléaire par exemple.

Les crises économiques ont été planifiées à l’avance et  utilisées à discipliner la main d’œuvre par le chômage et donc à augmenter les profits des patrons, à dégouter les gens de la démocratie et favoriser le fascisme, à semer la terreur de la pauvreté dans la société ce qui permet de rendre dociles les citoyens qui en temps normal sont prompts à contester.

Toutes les plaies qui frappent les sociétés modernes ont été pensées et décidées par les maîtres du monde, les ennemis du genre humain, les vieux et riches fascistes qui dirigent la planète. Il y a bien un complot du Mind Control qui nous impose des dirigeants véreux, des chiens de garde fous, des catastrophes « naturelles » permanentes, inondations, sécheresses et autres. La technologie du Mind Control a pour mission de nous asservir, de supprimer toutes les libertés réelles, de pourrir la vie de la masse de la population pour la plus grande joie des vieillards déments qui trônent en haut de la pyramide.

Les élections en Occident sont truquées : le Mind Control nous impose les plus mauvais partout ; il met au pouvoir des gens qui détruisent l’économie par la baisse d’impôts pour les riches, par les diminutions de salaires réels qui constituent pourtant la base de la demande qui tire l’ensemble de l’économie, par la réduction des impôts sur la finance et les grandes entreprises qui ruinent les Etats et les condamne à une impuissance permanente. Les riches sont devenus trop riches. Ils ont acheté les Etats ; ils ont corrompus les politiciens, préfets, juges, hauts fonctionnaires, militaires, flics, journalistes. Ils sont les vrais maîtres des nations où les lois ne sont plus respectées du tout. D’honnêtes citoyens peuvent être persécutés nuit et jour par les politiciens véreux alors que pendant ce temps des pédophiles, assassins, violeurs, voleurs sont assurés de l’impunité totale en tant que membres de l’oligarchie.

Pour comprendre la réalité, il faut considérer que presque tout ce qui se produit dans le monde est le résultat de la volonté d’un ou plusieurs groupes. Rien n’est fortuit. Tout a été planifié. Tout pourrait s’améliorer si les vrais défenseurs de la démocratie se décidaient enfin à dénoncer la répression secrète au lieu de collaborer bêtement avec elle. Il faut espérer que la vraie gauche européenne, se décide à dénoncer le Mind Control et le complot fasciste avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, ce sont des siècles de servitudes qui nous attendent.

Pour truquer les élections il est possible de faire surveiller les principaux bureaux de vote par satellite et d’influencer les choix des électeurs par ondes satellitaires. On peut aussi saboter les prestations des candidats de gauche dans les médias en les empêchant de présenter leur programme ou en leur faisant dire ce que les électeurs de gauche ne veulent pas entendre. Les ondes électromagnétiques peuvent contrôler la pensée et la parole. Tous les gens bien informés de la classe politico-médiatique le savent.

Le trucage des élections peut aussi s’opérer par le biais d’une mauvaise répartition des temps de paroles dans les médias. Ces temps de parole ne sont règlementés que quelques jours avant les élections. Le reste du temps, ce sont les pouvoirs politiques et médiatiques qui décident de qui est invité ou non dans les journaux, chaînes de télévision, station de radios. Par exemple, de puis 2012, le FN est sur-invité dans la plupart des médias, ce qui a pour résultat de lui faire atteindre des scores qui dépassent les 20% dans la plupart des régions. Réglementer les temps de parole dans les médias serait le minimum qu’on pourrait faire pour que l’équité soit respectée entre les partis politiques.

Ceux qui disent qu’il n’y a pas de complot sont ceux qui profitent du complot. Par exemple, l’extrême droite s’est spécialisée pendant longtemps dans le complotisme, tant qu’elle était dominée sur la scène politique, pour finalement abandonner cette forme d’analyse quand elle a commencé à bénéficier du complot fasciste mondial. La majeure partie de l’extrême droite ne fait plus de complotisme dans la mesure où celui-ci profite aux musulmans. La théorie du complot judéo-maçonnique développé pendant de décennies semble beaucoup moins d’actualité depuis que les nazis disposent du Mind Control pour renforcer leurs positions et écraser la gauche mondiale. Ces fascistes satellitaires persécutent secrètement les internautes de gauche et tentent des les empêcher de s’exprimer par tous les moyens. Il existe bien un complot fasciste contre la démocratie et ceux qui nient ce fait sont des complices ou des idiots.

Le FN par exemple, n’a jamais remis en question la véracité de la version officielle du 11/09/2001, parce qu’il a vite compris que les attentats des Twin Towers lui profitaient. D’ailleurs, lors des élections présidentielles de 2002, la gauche a été éliminée et le FN a pu participer aux second tour en réalisant un score de plus de 16%, très supérieur à ses résultats habituels. Le terrorisme profite aux fascistes de toutes tendances et c’est la raison pour laquelle l’extrême droite est de moins en moins sensible à la « théorie du complot » qui est logiquement dénoncée par ceux qui en sont victime et non ceux qui en profitent.

Il est vrai qu’une partie de l’extrême droite anti-mariniste continue de développer des thèses complotistes, ne souhaitant pas une alliance entre fascisme et likoudisme qui pourrait aboutir à l’élimination physique de la droite nationale antisioniste.

Le problème est que l’extrême gauche est très peu active dans le domaine du complotisme, alors qu’elle est la tendance politique la plus visée par le complot fascisto-financier. En raison de sa collaboration totale avec le Système, cette extrême gauche est condamnée à reprendre les thèses officielles des racistes, que ce soit dans le domaine du terrorisme ou de celui de la dénonciation des théories du complot qu’elle aurait pourtant intérêt à développer. Si on ne dénonce pas le complot fasciste dans la question du terrorisme, on ne peut pas imposer le rétablissement  des libertés en Occident, puisque les fascistes prétendent qu’ils suppriment les libertés pour combattre un terrorisme qu’ils ont en réalité planifié eux-mêmes. Si on ne dit pas que ce sont les fascistes qui organisent le terrorisme, il devient impossible de résister à leur complot.

Le terrorisme a pour résultat en plus de supprimer les libertés,  de renforcer le racisme et l’islamophobie et donc la droite dure et l’extrême droite qui autrement seraient restées marginales. Ne pas dire que le terrorisme est issu des services secrets à la solde des nazis, c’est condamner la démocratie à disparaître à échéance de quelques décennies.

Le terrorisme est l’arme suprême des fascistes. Ne pas dénoncer la manipulation fasciste dans ce domaine est une erreur fatale. A chaque veille d’élection, les fascistes pourraient organiser un attentat majeur qui mettrait la droite dure au pouvoir et ce jusqu’à élimination complète de toute trace de démocratie dans le système politique. Ne pas comprendre cela relève de la stupidité la plus profonde.

Il faut dénoncer le terrorisme comme un élément du complot fasciste. C’est le minimum de ce que peut faire la démocratie pour survivre.

L’extrême droite et l’Eglise catholique ont dénoncé le complot judéo-maçonnique tant que les juifs et les maçons étaient supposés être de gauche et à l’origine de la Révolution de 1789, de la révolution bolchévique de 1917 et de toute la subversion favorable aux droits de l’homme et au progrès social. Mais, depuis longtemps, juifs et francs-maçons ont, en majorité, viré à droite et à l’extrême droite. Dans ces conditions, dénoncer le complot judéo-maçonnique ne présente plus beaucoup d’intérêt pour les fascistes. Cela consisterait à s’en prendre à des alliés objectifs, même si l’opposition entre les diverses catégories de réactionnaires peut être violente.

De même, les anticomplotistes  dénoncent à la fois ceux qui nient la Shoah et ceux qui remettent en cause le 11 septembre, comme s’il s’agissait de la même tendance. En réalité, ceux qui nient la Shoah veulent innocenter les nazis et faire accuser les juifs et les antifascistes de déformer de la réalité dans le but de renforcer leur position. Dans le cas de ceux qui nient la version officielle du 11/09, il s’agit de faire innocenter les musulmans et de faire accuser les fascistes américains  et leurs alliés de la responsabilité du crime. Dans un cas la théorie du complot a pour objet de faire innocenter les fascistes et dans l’autre, il s’agit de les faire accuser. On voit bien que les diverses tendances de ce que les censeurs appellent le complotisme peuvent être totalement opposées.

Les complotistes de droite et d’extrême droite dénoncent le complot gauchiste qui aboutit finalement à la démocratie ou même au communisme, alors que de son côté, le complotisme islamo-progressiste dénonce le complot fasciste islamophobe qui a lui pour but de faire massacrer les musulmans et de détruire la démocratie et les droits d l’Homme dans tous les pays de la planète.

Le complotisme total consisterait à dénoncer tous les complots de gauche comme de droite, de manière à ce que les observateurs puissent lire l’histoire de manière cohérente. On peut en effets considérer que le complot est une forme d’action politique comme une autre et que nier son existence reviendrait à nier la réalité et condamnerait les observateurs politiques et les historiens à ne jamais rien comprendre à l’enchaînement des faits. Il y a toujours eu des gens qui agissaient dans l’ombre pour promouvoir leurs intérêts et imposer leurs vues aux autres. L’Occident actuel est une dictature secrète régie par la répression occulte du Mind Control, et, ceux qui dénoncent le complotisme sont tous des complices de cette répression. Ces gens mentent sciemment pour de l’argent, des passages dans les médias, des sinécures diverses, des protections contre la répression. Ces gens sont des lâches et des ennemis de la démocratie. Ce ne sont pas des antifascistes ou antinazis mais le contraire. Comme l’a dit Winston Churchill, le fascisme reviendra sous la forme d’antifascisme. Les mauvais complotistes sont ceux qui dénoncent une sorte de complot musulman à base de terrorisme alors même que les principales victimes du terrorisme sont les musulmans qui doivent subir partout dans le monde une répression de plus en plus inhumaine. Les anticomplotistes accréditent l’idée que des musulmans pourraient organiser le terrorisme malgré les moyens de répression du Mind Control et le fait que tous les attentats « islamistes » nuisent à l’islam et ont pour conséquences des bombardements et des massacres dans le tiers monde ainsi que des persécutions dans tout l’Occident. Par contre, ces anticomplotistes nient la possibilité même d’un complot fasciste alors que de plus en plus d’indices laissent à penser que c’est bien l’Etat américain qui a planifié le 11 septembre 2001, ce coup d’Etat mondial pas uniquement antimusulman mais aussi anti-démocratique. Depuis le 11 septembre, tous les dirigeants de la planète, tous les journalistes, tous les blogueurs, tous les VIP, tous les dirigeants syndicaux, religieux, tous les artistes importants, tous les grands chefs d’entreprise, tous les milliardaires, tous les généraux, les préfets, les gouverneurs sont sous la surveillance du Mind Control. Le droit à la vie privée a été supprimé pour tous et, progressivement, la surveillance s’étend à des couches de plus en plus larges de la société : employés de banque, fonctionnaires, bénévoles d’associations, libertins, simples curés ou rabbins, maires de villages, ingénieurs de l’armement et des millions de personnes qui n’ont aucune raison d’être surveillées. Face au complot antidémocratique, les protestations sont très faibles. Si les voix de la liberté ne se font pas entendre de manière plus musclée, ce sont tous les droits acquis depuis des siècles qui vont disparaître définitivement.

Dans le cas des attentats de Copenhague, le 14février 2015, le modus operandi est le même que celui de tous ceux de la nouvelle génération d’attentats fascistes : on a affaire à des repris de justice qui viennent de sortir de prison, qui sont donc sous surveillance satellitaire, et qui attaquent des symboles de la société dans laquelle ils vivent : journaliste, flics ou autres. Ensuite, ils s’en prennent à un lieu fréquenté par des juifs, pour mieux souligner la solidarité naturelle existant entre sionistes et élites dirigeantes des  pays occidentaux. Ces attentats profitent aux extrêmes droites européenne et israélienne. Le Likoud, héritier des collaborateurs juifs des nazis, s’empresse alors de demander aux juifs de quitter l’Europe, pour la plus grande satisfaction des partis racistes occidentaux. Les nazis islamophobes et leurs médias pilonnent ensuite les musulmans européens, ce qui a pour conséquence une poussée de l’extrême droite partout. Likoud, comme FN et partis nazis nordiques profitent du terrorisme « islamique ». D’ailleurs, peut-on considérer qu’un individu isolé sortant de prison et commettant un massacre est un terroriste ? On peut légitimement en douter. Ces personnes semblent plutôt être des cas psychiatriques ou plus exactement des individus manipulés par les forces fascistes de répression qui les dirigent par satellite. N’importe quel journaliste un peu sérieux devrait se demander pourquoi tous ces prétendus terroristes sortent toujours de prison, en France comme au Danemark ou au Canada,  et sont donc sous la surveillance des satellites des forces de sécurité. La réponse à cette question est simple : ce sont les Etats fascistes qui organisent le terrorisme pour supprimer toutes les libertés des citoyens et mettre in fine les fascistes au pouvoir. Personne, à gauche comme à droite, ne semble flairer le danger. Tous les hommes politiques pensent qu’ils n’ont rien à craindre du fascisme. Ces gens risquent d’être cruellement déçus.

 

Les affaires internationales sont régies par des stratégies cachées qui peuvent être mises en évidence par les recherches des  »complotistes », c’est à dire les analystes réalistes. Il est par exemple évident que les impérialistes veulent détruire et recoloniser l’Afrique et le Proche-Orient. Les groupes terroristes du style Daesh ne font que semer le chaos, provoquer des guerres civiles et des massacres et détruire les Etats pendant des années, comme c’est par exemple le cas en Somalie ou en Libye. Toute la politique coloniale vise à monter les gens les uns contre les autres, opposer religions et ethnies entre elles, faire en sorte que des bombardements puissent être présentés comme des opérations humanitaires, bloquer la croissance économique du tiers monde.

Des pays comme le Congo, l’Angola, le Libéria, la Sierra Leone ont connu des années de guerres civiles provoquées qui ont fait des millions de morts. Aujourd’hui, la Libye, la Syrie, l’Irak sont victimes du complot colonial, comme hier l’Afghanistan ou l’Algérie. Dire que Daesh est un groupe colonial financé et armé par l’Occident est une analyse qui peut être assimilée à du complotisme. C’est pourtant une réalité relatée par de nombreux médias parallèles. La France par exemple a ouvertement appuyé la rébellion en Syrie, mais pas au point de lui faire gagner la guerre. Le pays est maintenant livré à des groupes terroristes eux aussi armés par l’Occident, directement ou non. Le résultat est que ce pays sombre dans le chaos et qu’il mettra des années pour revenir à la normalité. Dire que l’Occident n’a pas réussi à faire triompher la rébellion est un non-sens.  L’impérialisme aurait pu faire gagner les rebelles rapidement s’il l’avait voulu. Mais il ne le voulait pas car il déteste à la fois les islamistes et les démocrates et ne combat les dictatures que pour éviter que les dictateurs ne deviennent trop arrogants. Ce que voulait l’impérialisme, c’était la destruction de la Syrie, comme celle de la Libye, de la Somalie et autres. L’impérialisme ne veut plus simplement dominer ; il veut surtout massacrer, torturer, détruire, ravager. Le colonialisme s’est nazifié à un point où il semble plus n’avoir d’autre but que la destruction. A la base de ce nouvel impérialisme post-guerre froide, un racisme extrême, entretenu par le Mind Control, la surveillance mentale par satellite, majoritairement aux mains des nazis. Le colonialisme est devenu la couveuse du fascisme qui finira par gangréner la totalité des « démocraties » occidentales. Les fascistes se font passer pour de braves patriotes alors qu’ils ne sont que des psychopathes haineux et jaloux. Ces gens sont des ennemis de la démocratie, de l’Internet, de la libre expression, de l’égalité devant la loi, de tout ce qui fait que la démocratie est démocratie. Pour eux, l’impérialisme est l’occasion de défouler leurs plus vils instincts en jouant les patriotes alors qu’ils ne sont que des racistes.

Pour appréhender la politique internationale, il faut utiliser l’instrument du « complotisme ». Sinon on ne peut rien comprendre à la situation.

Les diverses épidémies africaines du style Sida ou Ebola ne peuvent s’explique que comme une création humaine et plus précisément impérialiste et raciste. D’après la version officielle, le Sida viendrait de la consommation de viande de brousse par certaines tribus ; cette viande aurait contaminé certaines personnes ce qui aurait été le départ de cette épidémie qui a fait plus de 30 millions de morts. Mais, pourquoi cette épidémie serait-elle apparue seulement dans les années 80 alors que les tribus mangent du singe depuis des millénaires ? Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles ! Le Sida comme Ebola et autres est une épidémie artificielle due à un virus mis au point par les fascistes qui voulaient tuer le plus de Noirs, toxicomanes, homosexuels et pauvres possible. Dans le cas du Sida, seule l’explication complotiste est plausible. Toutes les autres ne tiennent pas la route, même et surtout lorsqu’elles sont détaillées par des professeurs de médecine pervers et stipendiés. Qui peut croire que le Sida existait depuis des siècles et que personne ne se serait rendu compte de rien.. Le Sida est une maladie crée par les fascistes dans le but d’empêcher les gens de « jouir sans entraves ». Le Sida est une maladie fasciste et raciste. Le Sida est l’exemple de ce que peuvent faire les nazis quand ils se croient à l’abri des regards.

Sans le  « complotisme » personne ne peut rien comprendre à l’histoire et à la marche du monde. Certaines époques sont plus gravement victime de complots que d’autres. Aujourd’hui, les médias cachent toutes les informations essentielles ; il est donc sain que les citoyens cherchent à connaitre la cause de tous leurs malheurs sachant qu’ils proviennent essentiellement d’une oligarchie mondiale criminelle, raciste et malveillante, qui ne cherche qu’à empêcher les gens de vivre leur vie de manière acceptable, cette caste considérant que le seul vrai plaisir dans l’existence consiste à nuire aux autres.

Pour pouvoir échapper à l’oppression de l’oligarchie satanique qui dirige la planète, il faut d’abord dénoncer ses crimes au lieu d’y participer, ce qui permettra ensuite aux humains de se libérer de ces monstres sadiques plutôt que de ramper devant eux.

Dans l’hebdomadaire Marianne, le philosophe anticomplotiste Pierre-André Taguieff prétend que le complotisme serait une des sources du « djihadisme ». Le terme même de « djihadisme » est issu d’un vocabulaire de nazi islamophobe. Ce que ces gens appellent le djihadisme, c’est le terrorisme aveugle qui ne sert que les intérêts coloniaux, fascistes et islamophobes. L’action de ces terroristes renforce le fascisme, l’impérialisme  et l’islamophobie partout. Après chaque attentat les libertés régressent et le racisme augmente. Il ne s’agir pas d’un hasard mais de l’exécution d’un plan prémédité par les fascistes. Et quand on dénonce leur complot, les comploteurs crient au complotisme, comme si c’était d’un délit que de dénoncer des criminels. Dire que le complotisme est une des sources du terrorisme, c’est ouvrir la porte à la création de délits d’opinion et à la criminalisation de l’analyse politique indépendante.

Taguieff dénonce l’Internet comme un des principaux vecteurs de diffusion de ce qu’il appelle le complotisme qui est selon lui une des sources d’inspiration du terrorisme. Si le complotisme mène au terrorisme, il faut donc interdire le complotisme. Et si c’est Internet qui diffuse le complotisme il faut alors interdire ou limiter fortement la liberté d’expression sur ce média. Comme cela, seuls les intellectuels officiels tel Taguieff auront le droit de s’exprimer, ce qui pourra permettre à l’extrême droit de prendre le pouvoir en France et dans reste du monde.

Les anticomplotistes sont des ennemis de la liberté et non pas des défenseurs de la démocratie. Ces gens veulent empêcher les citoyens de s’exprimer. Ils veulent supprimer la démocratie partout dans le monde et mettre en place un soviétisme de droite. Ces gens sont des fascistes.

D’après Taguieff, pour les complotistes, rien n’arrive par hasard. Il n’a pas compris, ou feint de ne pas comprendre, que quand on fait de l’analyse historique, on essaye de rechercher les causes des événements qui surviennent dans le monde et on ne se content pas de les décrire. Taguieff et les anitcomplotistes font un peu penser à ces théologiens du Moyen-Age, qui refusaient toute explication rationnelle à la marche du monde. Ils sont de même proche des ces soviétiques qui prétendaient contrôler la science à l’époque de Staline. Ces gens sont des censeurs totalitaires qui veulent empêcher le peuple de s’exprimer pour dénoncer ceux qui l’ oppriment.

En effet, rien n’arrive par hasard ; le travail des scientifiques, des chercheurs, des analystes des observateurs, c’est justement de comprendre les causes profondes des phénomènes et non de se contenter de subir la réalité sans chercher à l’expliquer.

Marx, par exemple, recherchait les structures cachées de l’économie capitaliste et ne se contentait pas de décrire superficiellement la réalité. Les grand scientifiques tels Newton ou Einstein, ont recherché les lois physiques qui expliquaient l’apparence du monde. Les philosophes grecs ont fait de même. Tout ce qui n’est pas obscurantiste ou escroc recherche ce qui se cache derrière les apparences. Taguieff et ses épigones veulent nous renvoyer au Moyen-Age, à une époque ou rechercher la vérité était un crime. On peut dire en passant que Taguieff est très bien informé sur la réalité du monde, qu’il sait que la France est dirigée par le Mind Control satellitaire et il participe plus ou moins à la répression. Il n’est pas stupide mais intellectuellement malhonnête. Il faut que tout le monde le sache. Cet individu trompe le public sciemment. Il ne se trompe pas, il ment.

Quand on dit que certains événements sont provoqués, cela ne veut pas dire que rien n’est du au hasard mais  que certains de ces événements ne sont pas dus au hasard. Taguieff utilise une ruse technique décrite par Shopenhauer qui consiste à exagérer les propos de l’ennemi pour mieux le ridiculiser. Ceci étant dit, il vaut mieux trop expliquer le monde que pas assez. Généraliser le complotisme à tous les domaines de la politique, de l’économie et des relations internationales permet de mieux comprendre pourquoi des pays entiers sont détruits par des guerres civiles provoquées de l’extérieur par des ennemis. Si on suivait le raisonnement de Taguieff jusqu’au bout, on penserait que Machiavel ou Sun Tsu sont de grands théoriciens du complot, des complotistes acharnés, des maîtres de l’action cachée et donc des gens peu fiables…. Que ceux qui ne croient pas à ce qu’ils appellent la théorie du complot lisent ces deux auteurs et viennent ensuite dire que les complots n’existent pas….

Taguieff affirme que les complotistes pensent que tout ce qui arrive est dû à l’action de volontés cachées et malveillantes. Et lui pense que tout est dû au hasard ? Il veut dissuader les intellectuels et les citoyens de chercher à comprendre la marche du monde. Il veut ridiculiser ceux qui qui pourraient démonter les manigances des gens  qui l’emploient. De cette manière, les analystes invités dans les talk show ne parlent plus de rien d’intéressant et ridiculisent un peu plus le monde intellectuel. Sans critique il n’y a pas de contestation et personne ne remet plus en cause la dictature secrète qui nous opprime. Taguieff est un agent de la répression intellectuelle, comparable aux censeurs soviétique. Pour pouvoir un jour résister au complot fasciste qui nous menace, il faudra démonter point par point la stratégie des fascistes qui peu à peu suppriment toutes les libertés partout. Aujourd’hui en France, un simple manifestant peut être condamné à 3 ans de prison ferme alors que le même manifestant en 68 aurait risqué au plus une garde à vue. Le fascisme est en marche et pour lui résister il ne faut pas se laisser intimider par des intellectuels au service de l’oppression.

D’après Taguieff, les complotistes pensent qu’on les manipule. Et bien oui, on nous manipule. La manipulation est une des bases de la politique. Où est le problème si des gens comprennent qu’on les manipule ? C’est ceux qui ne se doutent de rien qui ont un problème.

Taguieff reproche aux « complotistes » de considérer que « tout se tient »… La plupart des scientifiques recherchent une explication cohérente totalisante et rationnelle du monde : Newton, Einstein, Marx, Darwin, tous ont essayé d’unifier les théories explicatives de la réalité. Les religions elles-mêmes tentent d’expliquer la marche du monde, de rechercher les causes profondes de l’existence de l’univers. Et il faudrait que les citoyens eux, refusent toute explication rationnelle aux mouvements de l’histoire ? Taguieff ressemble un peu à ces inquisiteurs qui ont persécuté Galilée.

Taguieff dénonce le scepticisme des citoyens qui se demandent si ce qu’on leur dit est vrai ! I faudrait avaler tout ce que nous servent les médias sans faire preuve d’aucun esprit critique ? Il faudrait croire que pour relancer l’économie il faudrait baisser les salaires ? Croire que pour créer des emplois il faut allonger le temps de travail et retarder l’âge de départ à la retraite ? Il faudrait penser que quelques terroristes armés de cutters ont réussi à détruire deux tours temple du capitalisme ? Il ne faut tout de même pas prendre les gens pour des imbéciles.

Taguieff pense que les complotistes font preuve d’une « hypercrédulité vis-à-vis des thèses conspirationnistes ». Et bien non ! On peut croire qu’il existe bel et bien un complot fasciste et ne pas croire à la présence de martiens parmi nous.

Taguieff prétend que les « djihadistes » seraient inspirés par le conspirationnisme, alors même que ces faux djihadistes qui ensanglantent la planète sont pour la plupart des agents occidentaux encadrant des paumés manipulés et donc des parties prenantes du complot impérialiste, fasciste et néo-colonial. Ils savent très bien qu’il y a un complot puisqu’ils en font consciemment partie, pour les plus importants d’entre eux, et ne vont donc pas le dénoncer.

D’après Taguieff, « le complotisme est un mode de construction de l’ennemi absolu ». Donc, quand on dénonce les crimes du nazisme on est complotiste ? Il faut rappeler que les nazis nient tous les crimes qu’on leur attribue. Dans les passé, les soviétiques dénonçaient l’impérialisme américain. c’était donc des complotistes. Et Reagan qui lui s’en prenait à l’Empire du Mal communiste, était lui un complotiste de droite. Cette notion de complotisme a été forgée de toutes pièces par les fascistes modernes pour faire taire la critique contre la dictature secrète qui nous accable. La plupart des anticomplotistes sont directement impliqués dans la répression secrète du Mind Control. Il ne croient pas un mot de ce qu’ils disent. Ils savent que la plupart de ce qu’affirment les complotistes est exact. Ils sont bien placés pour connaitre intimement la puissance de la manipulation néofasciste actuelle, qui laisse loin derrière elle la propagande soviétique, qui restait somme toute artisanale.

Le monde est dirigé par les satellites de surveillance, arme suprême des fascistes qui nous dirigent. Les anticomplotistes connaissent cette réalité ; ils y participent ; ils sont payés pour empêcher les gens de réfléchir. Ce sont les fascistes du 21ème siècle.

D’après Taguieff, la question « à qui profite le crime » serait une « question magique ». Donc, les policiers et gendarmes, qui se posent cette question pour résoudre un crime ou délit, pratiqueraient la magie… Cet adage est connu depuis l’époque romaine. C’est la question que se posent tous ceux qui étudient les sciences humaines. C’est la question que se posent tous les analystes politiques et diplomatiques. C’est la question que se posent tous les responsables des services secrets. Mais les citoyens eux n’auraient pas le droit de se la poser de peur que cela ne gêne certains criminels hauts placés ! Pierre-André Taguieff se comporte un peu comme un maître censeur chargé de terrifier les internautes pour  les empêcher de réfléchir. D’après Taguieff il faut toujours se fier aux apparences et, quand un crime terroriste est commis, il faut accuser les musulmans dans tous les cas et ensuite les bombarder et massacrer, pour leur couper l’envie de recommencer. L’anticomplotisme est doublement criminel : il cause des préjudices aux victimes directes et aux faux coupables qui doivent subir des représailles pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Les opérations de « représailles » post 11 septembre ont causé la mort de plus de quatre millions d’innocents. Les anticomplotistes sont des criminels.

D’après Taguieff, ce serait le Web qui endoctrinerait les jeunes. Dans les faits, ce sont les grands médias racistes et fascistes qui contaminent l’opinion, le Net servant de désinfectant face à l’infection islamophobe, fasciste et raciste.

D’après Taguieff, il faut créer des contre-feux pour contrer le « complotisme », par exemple en mettant en place des sites de réinformation sur le Web. Le problème est que ces sites de réinformation sont en réalité des centres de désinformation où les responsables prétendent que le Mind Control n’existe pas alors qu’il travaillent pour lui. Sur ces sites, les comploteurs prétendent qu’il n’y a pas de complot.. Il mentent sciemment. Ils diffusent volontairement de fausses nouvelles. Ils protègent la dictature en prétendant qu’elle n’existe pas.

Taguieff déclare que les complotistes sont des dogmatiques. Dans les faits plusieurs sortes de complotistes  s’opposent entre eux. Certains prétendent qu’il existe un complot juif ; d’autres un complot maçonnique et d’autres enfin croient que la démocratie est menacée par le complot fasciste qui vise à détruire toutes les libertés. Ces différents groupes sont totalement antinomiques dans leurs analyses et leurs objectifs. Mêler les complotistes antifascistes aux complotistes fascistes, c’est une ruse des crypto-nazis qui dirigent le système. Ils attaquent le complotisme nazi pour mieux discréditer le complotisme démocratique qui dénonce les atteintes aux libertés. Si un complotisme de gauche n’est pas développé, celle-ci disparaitra rapidement de la scène politique mondiale, comme on peut déjà le constater dans certains pays.

 

L’anticomplotisme le plus ridicule est l’anticomplotisme de gauche, concocté par des gens qui ne comprennent pas qu’ils font le jeu des fascistes qui ont alors beau jeu de jouer les défenseurs de libertés qu’ils rêvent en réalité détruire.

Cet anticomplotisme de gauche est illustré par exemple par Pierre Crétois, philosophe collaborant avec le blog de gauche Médiapart. Ce blog n’a toujours pas compris que rien n’évoluerait en France sans la mise en place d’une nouvelle théorie de la libération basée sur  complotisme antifasciste.

http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-cretois/301214/le-complotisme-ce-nouvel-asile-de-l-ignorance

« La théorie du complot répond à l’intérêt que nous avons à connaître la vérité et, à la fois, à tout simplifier. Face à la complexité d’un monde qui nous échappe de plus en plus, il n’est pas étonnant qu’elle trouve tant d’amateurs bien qu’elle soit, malheureusement, le refuge de l’ignorance. »

 

Crétois ne sait pas qu’il n’y a pas une théorie du complot mais plusieurs de gauche et de droite, par exemple les théories du complot judéo-maçonnique, du complot illuminati, du complot jésuite à droite, de même qu’il existe de théories du complot issues de la gauche qui visent les aristocrates, les bourgeois, les patrons, les banques, le grand capital ou les fascistes. Pour la droite, ce sont des sectes gauchistes qui dominent le monde alors que la vraie gauche considère que ce sont les forces de l’argent et du fascisme qui complotent contre le peuple. Mêler ces théories du complot en une seule idéologie complotiste est un grave erreur théorique.

 

« Un sondage qui date maintenant de quelques mois nous apprenait qu’un Français sur cinq croit dans l’existence des Illuminati (secte dissoute à la fin du XVIIIe siècle qui a été mise à l’honneur dans le roman Anges et démons de Dan Brown et dont le nom vient certainement des Lumières et se confond souvent avec la Franc-Maçonnerie qui représente, elle, un ensemble d’organisations réelles et plus ou moins discrètes). Les Illuminati sont, selon une croyance répandue, censés régir le monde à notre insu. Evidemment, rien ne le prouve, tout est toujours dans le décryptage – de multiples vidéos en témoignent sur internet. Mais ce qui réunit la plupart des multiples théories du complot (dont une des dernières porte sur les chemtrails) et qui flatte très souvent les déçus de tout (de la politique, des médias…), les méfiants, ceux qui ont le sentiment que le monde dans lequel ils vivent leur échappe, c’est qu’elles prétendent que LA vérité est ailleurs et que le discours officiel cache d’inavouables complots (un ou divers) qu’il faudrait décrypter. »

 

Et bien oui, la vérité est ailleurs ; plus personne ne croit la propagande médiatique et les journalistes eux-mêmes ne croient plus à ce qu’ils disent. Ils sont bien placés pour savoir que les informations importantes sont tues et que celles qui sont diffusées sont de plus en plus tronquées ou fausses. Pour croire les médias et les discours officiels, il faut être d’une naïveté supranormale. Tout le monde sent que tout est faux dans la propagande médiatique. Tout le monde sait que pour relancer l’économie il faut monter les salaires et non pas les baisser comme le prétend la doxa libéral officielle.

« La théorie du complot est, en réalité, une des manières de substituer à l’analyse des idées et des mécanismes socio-économiques, la dénonciation d’ennemis imaginaires (avec tout les dangers que cela comporte). C’est une manière de donner une mauvaise réponse à une bonne question. C’est une mystification autant qu’une erreur de catégorie. »

 

Ce que les thuriféraires de la dictature appellent la théorie du complot est en réalité un ensemble de raisonnements, parfois opposés entre eux, qui remettent en cause la vérité officielle. D’après Crétois, les ennemis dénoncés par les complotistes seraient imaginaires. Tout irait donc mal par hasard, tout serait le fruit de la fatalité. Tout le monde constate pourtant que la situation actuelle profite à une petite minorité de nantis égoïstes et cruels, qui ne valent rien mais raflent tout. Tout le monde peut constater qu’il existe une caste de parasites qui s’enrichit chaque année un peu plus pendant que les autres s’appauvrissent. Tout le monde comprend bien que les libertés diminuent peu à peu, à un point où les gens bien informés ont pu constater que nous ne sommes déjà plus en démocratie. Tous ces gens bien informés savent que les internautes sont secrètement persécutés par les fascistes qui jouent les défenseurs des libertés le jour alors qu’ils harcèlent les gens par satellite la nuit. Les ennemis dénoncés par le complotisme ne sont pas imaginaires. Ces ennemis sont les membres de la caste dirigeante qui opprime le monde par le biais d’organisations secrètes et de systèmes de surveillance occultes qui sèment la terreur dans toute la planète.

 

 

  • « Le complotiste préfère le simple au complexe

Les autres nous semblent lointains et étrangers, nous ignorons leurs pratiques et leurs attentes. Comment se mettra-t-on d’accord, peut-on vivre avec eux, peut-on leur faire confiance, n’essaient-ils pas de nous nuire ? La question du complot renvoie aux difficultés de la coordination des intérêts dans une société vaste où les points de vue et les situations individuelles sont multiples et très souvent hétérogènes ou incompatibles, où la plupart du temps, les uns ignorent les autres et les réseaux de relation sont divers. L’hypothèse d’un complot permet alors de rendre à l’ensemble social son unité et sa signification perdues. Elle remet de l’un au lieu du multiple, du simple au lieu du complexe. Elle satisfait l’intérêt de notre raison pour le sens. Mais elle relève du raccourci. »

D’après Crétois, le complotiste préfèrerait le simple au complexe ; il serait un peu simplet alors que lui, Crétois, nous expliquerait comment fonctionne vraiment le monde, à grand renfort de citations philosophiques et de références littéraires. Crétois ne se rend pas compte que les philosophes qu’il vénère étaient pour la plupart des dissidents à leur époque et que, l’histoire ne retient que ceux qui s’opposent à l’injustice de leur temps et non les milliers de tristes collabos des oppressions qui ont accablé le genre humain depuis l’origine du monde. Faire le jeu du fascisme en croyant le combattre, c’est vraiment quelque chose de pathétique.

Le complot ne rend pas au corps social son unité puisqu’il y a différents types de complotisme qui s’opposent entre eux. Entre ceux qui pensent que tout le mal vient du gauchisme et ceux qui croient au contraire que l’enfer ce sont les fascistes, les riches et banquiers, il y a autant de différence qu’entre l’extrême droite et l’exatrême gauche. Ce sont les deux opposés de la scène intellectuelle. Le problème est que les complotistes de gauche sont écrasés par la propagande libérale et la fausse dissidence fasciste. On tend à les mêler à l’extrême droite alors qu’il en représentent  l’exact opposé.

Le complotisme simplifie la réalité, comme toutes les théories scientifiques, y compris et surtout dans les sciences exactes.

D’ailleurs, celui qui « remet de l’un au lieu du multiple », c’est Crétois lui même puisqu’il n’a pas remarqué qu’il existait plusieurs types antagonistes de théories du complot.

 

« Pourtant, face à cela deux types de discours homogénéisant se dressent : le discours dominant et son opposé, celui qui le désigne comme un fausse-monnaie. Si le discours dominant et sa critique sont légitimes, la théorie du complot vient s’insérer entre les deux, car loin d’être un démontage du discours dominant, elle surfe sur l’angoisse d’un monde qui nous échappe. Elle prétend donner à voir l’envers des choses et montrer l’arrière-monde qui, telle l’arrière-boutique du commerçant, est le lieu où tout se décide selon d’inavouables intentions. Or, le complot élevé en théorie présuppose la capacité d’un petit nombre d’individus très souvent impossible à désigner autrement que par une étiquette vague (Illuminati, judéo-maçonnisme, sionisme…), de mener à bien un plan introuvable contre des personnes ou des institutions indéterminées. »

Crétois distingue deux types de discours, le dominant et son opposé ; ces discours seraient légitimes ; par contre le complotisme lui serait une sorte d’intrus. Il ne comprend pas que les complotismes constituent la base de toute discours contestataire sérieux. Personne ne peut croire ce que dit l’ennemi sans même remettre en doute la véracité de son discours. Contester c’est d’abord vérifier et remettre en cause les faits présentés par la partie qu’on veut dénoncer.

D’après Crétois, la critique du discours dominant est légitime à condition de ne pas être complotiste et donc de n’avoir aucune puissance. Si on commence à croire que c’est bien AlQaida qui a réalisé l’opération du 11 septembre, alors il faut accepter qu’on massacre 4 millions de musulmans à travers le monde, qu’on supprime progressivement toutes les libertés en Occident, qu’on ouvre un camp de concentration à Guantanamo, qu’on réhabilite la torture partout, y compris dans les demeures individuelles en utilisant les satellites. Si on accepte la version officielle du terrorisme, alors les fascistes ont déjà gagné et d’ailleurs, l’extrême droite dépasse les 20% dans beaucoup de pays d’Europe.

On remarque que Crétois ignore totalement le complotisme de gauche, pour mieux faire involontairement la promotion du complotisme d’extrême droite qui est en général un faux complotisme qui cache la véritable nature du complot, soit un fascisme technologique à base satellitaire, le Mind Control, la surveillance intégrale des citoyens du monde. Les fascistes savent que le Mind Control existe ; mais ils refusent d’en parler.

Et bien oui, un petit nombre d’individus disposant d’armes satellitaires surpuissantes peuvent dominer le monde. Ces individus sont d’ailleurs fortement épaulés par les fascistes très nombreux dans les services secrets et les sociétés de surveillance. Ignorer l’existence d’un complot fasciste est une erreur fatale. La meilleure ruse du Diable, comme on le sait, est de faire croire qu’il n’existe pas.

Le plan fasciste est très simple : il s’agit de s’infiltrer partout, de prendre le contrôle de la surveillance satellitaire, de persécuter secrètement les défenseurs des libertés et les contestataires de tout poil, de créer le terrorisme pour justifier le racisme et la fin des libertés, de provoquer des crises économiques pour générer un mécontentement qui profitera aux nazis, d’écraser l’opposition de gauche pour la remplacer par une fausse contestation d’extrême droite. Le complot fasciste est en marche et certains donneurs de leçons stipendiés ne l’ont toujours pas remarqué.

 

  • « Le complotisme est un refuge pour l’ignorance

Ceux qui mobilisent le conspirationnisme n’ont souvent aucune connaissance réelle des fonctionnements sociaux, politiques et économiques dont ils parlent. Comme l’a montré Taguieff, ils projettent des croyances familières sur des mondes inconnus. Ils n’ont aucune preuve tangible à apporter. Ils s’appuient sur des signes qu’ils décryptent d’une manière souvent pas très claire et qui viennent confirmer des présuppositions antérieures à tout savoir et à toute enquête rigoureuse : rien n’arrive par hasard. Ils jouent à se faire peur en essayant de corroborer l’existence d’êtres pervers fantasmés comme groupe homogène et animé d’un puissant désir de domination (les juifs, les Illuminati, les Francs-Maçons et tous les autres groupes réels ou supposés animés par un intérêt commun à dominer le monde) qui ne se montreraient que par signes : une sorte de nouvelle mantique adaptée aux temps modernes. Mais cette posture intellectuelle relève du délire d’interprétation. »

Les complotistes n’auraient pas de preuves ; mais qu’ont à apporter comme preuve les aticomplotistes ? Tout ce qui est dit sur le terrorisme est faux ; les vrais terroristes sont ceux qui se présentent comme antiterroristes. Les anticomplotistes nous affirment que les manipulations n’existent pas alors qu’il travaillent tous pour le Mind Control et passent leurs journées à espionner et manipuler les gens par satellite. Ceux qui ne veulent pas collaborer avec la répression n’ont pas le droit de passer à la télé ni de publier dans la presse écrite. Les anticomplotistes sont des comploteurs et des menteurs. Certains croient combattre le fascisme alors qu’ils le renforcent ; d’autres sont juste des fascistes qui se moquent des gens et les poussent à renoncer à encore plus de droits fondamentaux. Le péril pour la démocratie ce ne sont pas les complotistes mais au contraire les anticomplotistes.

Uitliser les termes médicaux du style paranoïa ou délire d’interprétation est une méthode fasciste bien connue. Les hôpitaux de l’ex Union Soviétique étaient pleins de dissidents paranoïaques….

 

« Hypostasier le complot est une manière rhétorique de donner du sens à une société, en réalité, illisible. Elle nous échappe, on imagine donc des hommes qui en tireraient les ficelles. On crée des comploteurs, des plans maléfiques, des vérités cachées sous l’écume des vagues. C’est la logique heuristique de la méfiance et des passions tristes qui sert de règle à l’analyse complotiste. On ne connaît ni l’objet du complot, ni ses parties-prenantes. Mais on sait qu’il y a une méchante conspiration responsable de tous les maux qui nous accablent. Il s’agit là d’une illusion productive : grâce aux lunettes qu’elle offre, on voit enfin un monde structuré par des comploteurs. L’apparition inattendue de faits nouveaux, en tout point de l’actualité, constitue toujours de nouveaux effets du complot qui viennent le confirmer (comme en témoignent la récupération des chemtrails, du fait avéré de l’obsolescence programmée dans une perspective complotiste). »

 

Les auteurs anticomplotistes savent que la répression secrète existe. Ils travaillent pour elle. La réalité est effectivement illisible en raison du fait que les discours officiels sont tous basés sur de fausses affirmations. Beaucoup des hommes de l’Etat travaillent en réalité pour les fascistes et ont été mis en place par eux. Tout la propagande antiterroriste a pour but de supprimer les libertés des citoyens. Le jour où les journalistes informeront les citoyens sur la question de la répression secrète par satellite, tout s’éclairera enfin et les peuples comprendront que derrière l’apparence démocratique se cache le fascisme le plus criminel. Tant que le complot fasciste qui écrase la population n’aura pas été dénoncé, il n’y aura aucun progrès social en France et dans le reste de l’Europe. Comme Taguieff, Crétois ment effrontément ; il prétend dénoncer les affabulateurs alors que c’est lui  le menteur.

« Ce qui caractérise les discours complotistes, c’est qu’ils fonctionnent dans l’ordre symbolique : repérage des bons et des mauvais ; recherche des formes ou des actions significatives ; mise en évidence des petits signes, des indices d’une intention cachée. On repère les comploteurs, on les étiquette. On cherche les traces du complot (le complot en lui-même n’étant jamais trouvé car c’est le grand Autre lacanien). Les délires complotistes ne sont pas des explications mais des interprétations qui relèvent du raccourci : expliquer les causes par les fins, les mécanismes par des intentions, c’est facile. Mais depuis Epicure et Spinoza, on sait que cela relève de la superstition, très éloignée des exigences propres à l’enquête rigoureuse pourtant nécessaire à l’établissement de la connaissance. »

 

En politique comme dans la vie quotidienne, tout le monde repère les bons et les mauvais, tout le monde recherche les intentions cachées, tout le monde craint les escrocs et les comploteurs. Le complot n’est jamais trouvé tant qu’on ne l’a pas bien cherché. Généralement, c’est quand il est trop tard que les gens commencent à dénoncer les conspirations. Les médias ont fini par avouer que c’est bien la CIA qui a renversé Allende et d’ici quelques décennies, ce sont des dizaines d’autres complots qui seront révélés au grand public. Expliquer les activités humaines par les intentions humaines c’est effectivement la base de toute analyse sérieuse. Lorsque des personnes normalement équilibrées agissent, c’est qu’elles ont un but ; seuls les fous agissent sans raison. Quant aux philosophes et aux scientifiques, ils nous disent justement qu’il faut rechercher la réalité cachée derrière les apparences.  La terre est ronde alors qu’elle nous semble plate…Il faut vraiment que les propagandistes du totalitarisme cessent de prendre les gens pour des imbéciles.

 

  • « Raviver le discours critique contre le discours complotiste

Si l’approche complotiste relève de la superstitution, il ne faut pas renoncer à donner une réponse correcte aux questions qu’elle soulève. Contre le complotisme, il faut donc réactiver l’intelligence critique des phénomènes de masse en s’intéressant à la manière dont s’intériorisent progressivement des croyances et des pratiques potentiellement néfastes (pratiques de concurrence et de prédation, esprit mercantile intéressé, vaine gloire, spéculation, ambition destructrice, réification, exclusion, domination, pensée unique…). Il n’y a, dans tout cela, que les agents d’une même société qui s’accordent, sans le savoir, de manière presque spontanée, sur des grilles de lecture du monde qui finissent par les enfermer, qui acceptent de se soumettre à un ordre réputé impersonnel et nécessaire au nom de leur bonheur ou de la crainte du désordre (sur le mode d’une « servitude volontaire » dont La Boétie nous a offert, voici plusieurs siècles, une analyse magistrale), qui intériorisent la contrainte pour la reproduire et qui finissent par dire qu’il n’y a pas d’alternative. »

 

Le discours complotiste ne relève pas du tout de la superstition mais au contraire de la démarche scientifique. Le discours anticomplotiste relève lui ne la propagande fasciste la plus dure. Les fascistes agressent et assassinent les internautes par satellite tous les jours, sans que personne n’en sache rien. Les braves sécuritaristes sont en réalité des criminels de la pire espèce. Toute la société est menacée par ces nazis hypocrites.

C’st justement le complotisme qui constitue l’intelligence critique que les anticomplotistes veulent détruire. Le complotisme s’apparente à l’esprit critique le plus pur  alors que l’anticomplotisme constitue lui l’obscurantisme le plus profond. Les anticomplotistes sont des censeurs fascistes ; ce sont des ennemis de la liberté ; ce sont des fascistes criminels ; ce sont des gens à combattre.

La réification, l’exclusion, la domination, l’ambition destructrice, tout cela constitue la base de la dictature que nous imposent les anticomplotistes. Cette dictature est basée sur le complot et non sur des comportements spontanés. Les tyrans veulent faire taire le peuple ; ils veulent supprimer toutes les libertés ; ils veulent faire interdire la contestation. Ils nous préparent un enfer technologique des plus affreux. Ces déchets fascistes sont devenus les maîtres du monde. Il est temps de faire éclater la vérité pour libérer les peuples de la tyrannies des nazis du Mind Control.

Les anticomplotistes ne sont pas les défenseurs de la démocratie mais au contraire les ennemis de la liberté.

« S’il y a certainement des ententes entre des personnes puissantes dotées de profonds intérêts communs, il est impossible, sans abus, de parler de complot, car promouvoir un discours et des pratiques dépend d’une multiplicité de facteurs immaîtrisables qui dépassent y compris une poignée de puissants. Aucun phénomène social de masse ne peut, en effet, relever d’une intention délibérée, ce sont des effets des mécanismes socio-économiques complexes et toujours ambigus. »

Quand on dispose de la surveillance par satellite, on maîtrise tous les facteurs. Crétois sait et trompe. Les fascistes peuvent maintenant filmer dans les domiciles, lire dans les pensées, tuer à distance, manipuler les comportements en utilisant les ondes électromagnétiques diffusées par des satellites  dirigés par des ordinateurs surpuissants. Ils ne faut pas croire ce que disent les propagandistes fascistes qui vivent du système sur le dos du peuple.

Prétendre qu’aucun phénomène de masse de puisse relever d’une intention délibérée, c’est le comble de l’obscurantisme, c’est le summum de la stupidité, c’est de la propagande grossière et inefficace. Tous les grands phénomènes politiques sont le fruit d’une action préméditée : les révolutions, les coups d’Etat, les virages idéologiques. Le prétendu philosophe est une sorte de sophiste au service de la dictature qu’il défend mal. Pour combattre les dissidents, au moins faut-il être cohérent.

« Aussi est-il intéressant d’étudier les opérations par lesquelles une idéologie devient peu à peu dominante. Les philosophes de l’école de Franfort, la sociologie critique d’un Bourdieu ou d’un Boltanski, Marx ou Foucault, par exemple, nous en donnent des clefs. Tous ces phénomènes de contagion idéologiques massifs relèvent des structures socio-économiques, ils doivent être traités à ce niveau : celui de la critique des idéologies et des mécanismes sociaux. Rechercher derrière cela l’intention délibérée d’une bande de conspirateurs est évidemment une erreur de catégorie, une simplification et une mystification qui empêche le progrès de l’intelligence et la fait sombrer dans la barbarie du phénomène du bouc-émissaire. »

La stratégie des fascistes consiste à utiliser les philosophes de gauche pour promouvoir le fascisme. En déformant les propos de tel ou tel auteur on peut lui faire exprimer le contraire de sa pensée réelle. N’oublions pas que les marxistes ont été des partisans du complotisme, notamment pour dénoncer les manoeuvres de la réaction et du patronat. Rechercher les intentions des gens, c’est justement le travail des philosophes, des historiens, des socioloques et autres psychologues. Empêcher les chercheurs d’étudier les causes profondes des phénomènes et notamment les intentions des groupes sociaux, c’est le comble de l’obscurantisme, c’est du stalinisme poussé à l’extrême, c’est du totalitarisme intégral. Les anticomplotistes sont des fascistes. Les pires des fascistes. Ce sont les comploteurs qui désignent des boucs émissaires, musulmans la plupart du temps, et les anitcomplotistes qui eux rétablissent la vérité et pointent du doigt les vrais coupables, les fascistes, pour libérer les peuples et faire innocenter les faux coupables désignés par les nazis qui dirigent le monde.

 

« Face à la production d’un discours dominant, il faut éviter l’écueil de la facilité et raviver la pensée critique. La pensée critique nous montre, par l’intelligence du réel plutôt que par l’invention d’un monde caché et d’ennemis invisibles, que la machine à produire des discours tout faits est, en vérité, là sous nos yeux, qu’il n’y a que du visible (moyennant l’accès à l’information, l’effort pour s’informer et pour questionner). C’est pourquoi il semble aujourd’hui salutaire de rappeler à la fois que le complotisme est un asile de l’ignorance et que, moyennant une presse libre et plurielle, l’on ne satisfait jamais l’exigence critique nécessaire à la résistance et à l’amélioration sociale en cédant à des facilités. »

 

Les propagandistes de la dictature se font passer pour des défenseurs de la pensée critique qu’ils combattent sans relâche. Le meilleur représentant de la pensée critique, c’est justement le complotisme de gauche à ne pas confondre avec le faux complotisme d’extrême droite.

Les discours tout faits sont ceux produits par les médias et le monde de l’édition. Ce sont des discours de propagande destinés à nuire au peuple. Ce sont des logorrhées totalitaires, haineuses et implicitement criminelles, dont le but est de nous faire renoncer à la liberté et de nous amener au racisme islamophobe exterminateur.

La presse n’est pas libre ni plurielle. Elle ne dénonce pas les atteintes aux libertés et la surveillance électronique. Elle est la complice des fascistes qui oppriment le peuple. Par contre elle développe le racisme en désignant les musulmans comme coupables de tous les maux de la planète, sans jamais chercher à vérifier les informations concernant le terrorisme.

C’est l’anticomplotisme qui est un asile ne l’ignorance et du fascisme extrême et le complotisme qui illustre le mieux l’esprit de résistance à l’infamie.

 

L’extrême gauche s’oppose la plupart du temps au complotisme, croyant qu’il s’agit d’une méthode de l’extrême droite. Le résultat est que les gauchistes font des scores ridicules à toutes les élections alors que les fascistes sont aux portes du pouvoir.

Le site antifasciste Citoyen Actif dénonce par exemple le complotisme dans un article paru en 2013

http://citoyenactif.20minutes-blogs.fr/archive/2013/06/23/les-theories-du-complot-conspirationnistes-et-droites-extrem.html

D’après ce site, « La thèse du complot sert directement les intérêts des dominants en confortant la légitimité de leur domination dans l’inconscient collectif et en permettant aussi une répression pour préserver le pouvoir en place »

Tout cela est faux. En réalité, les complotistes combattent les pouvoirs en place et les conspirateurs fascistes. S’il existe des complotistes d’extrême droite, ils ne doivent pas constituer les arbres qui cachent la forêt. Les dictatures actuelles ont une apparence démocratique. Tout ce qu’elles font d’important est caché, ce qui leur permet d’éviter d’avoir à s’expliquer sur leurs crimes. La gauche ne renaîtra pas s’il elle ne dénonce pas le scandale des dictatures à apparence démocratiques qui oppriment et ruinent les peuples d’Occident. Par exemple, certaines fausses démocraties prétendent combattre le fascisme alors qu’elles invitent les nazis à dans les médias tous les jours. Elles prétendent combattre le racisme alors que leurs informations sont à 100% islamophobes. Elles prétendent relancer l’économie alors que les politiques d’austérité assèchent la demande solvable base de toute possibilité de relance. Elles prétendent défendre la liberté d’expression, alors que les internautes sont secrètement persécutés par satellite. Les prétendues démocraties sont déjà aux mains des fascistes. Si personne ne dénonce le complot des nazis qui les dirigent, la situation risque de ne pas s’améliorer.

Pourquoi  le fait de dire qu’il existe un complot fasciste conforterait-il un pouvoir déjà fortement contaminé par eux ?  C’est au contraire en ignorant la menace qu’on livre le pays aux nazis. Ces nazis infiltrés dans la presse et les partis politiques qui détruisent la démocratie en prétendant la défendre, il faudrait peut-être penser à les dénoncer avant qu’ils ne prennent directement le pouvoir…

Un complotisme dirigé contre les pouvoirs en place et leurs mentors nazis ne renforce pas ces pouvoirs ; il donne au contraire aux citoyens et partis démocratiques des outils de résistance à l’oppression occulte. Dénoncer la répression secrète et le complot contre la République, ce n’est pas conforter le pouvoir ; c’est au contraire limiter ses abus secrets.

En quoi dénoncer un complot ourdi par les dominants renforcerait le pouvoir de ces mêmes dominants alors que ce sont eux qui sont visés par l’accusation de complot ? Parfois, on se demande si les anticomplotistes ne sont pas aux ordres de ces dominants qu’ils prétendent dénoncer.

 

 

« Les théories du complot : conspirationnistes et droites extrêmes   selon le petit Robert, “Un complot est une entente secrète entre plusieurs personnes, en vue de renverser un pouvoir établi, ou une organisation en vue d’attenter à la vie… d’une personne d’autorité”. »

Les complots peuvent aussi viser des peuples, des systèmes politiques (la démocratie), des groupes ethniques.


« Tout au long de l’Histoire il y a eu des complots, des accords secrets et des trahisons. Il faut distinguer ces complots et la “théorie du complot”.
La théorie du complot (complotisme ou conspirationnisme) est une grille de lecture de l’histoire qui a pour fondement la croyance qu’un petit groupe d’individus dirige le monde par le biais de diverses manipulations (magique, scientifique, économique, médiatique). »

Ce sont des petits groupes d’individus, parfois de tendance opposée qui dirigent le monde. Ces gens peuvent être les très riches, les banquiers, les hauts fonctionnaires, les énarques, les services secrets ou beaucoup d’autres. Ces groupes dirigent parce qu’ils disposent de moyens très importants. Où est le problème avec cette idée ? Ils manipulent parce qu’il est plus facile de diriger en cachant et manipulant qu’en agissant ouvertement. La ruse fait partie des instruments des pouvoirs.


« Cette interprétation du monde est assez particulière puisqu’elle part du principe que le complot existe depuis toujours (parfois même avant l’humanité) et partout dans le monde (et parfois même au delà).
Il y a eu des complots dans l’Histoire, mais on ne peut réduire l’Histoire à un complot universel, éternel et permanent.
Les mécanismes de la “théorie du complot” il n’y a pas de hasard ” et “tout est lié” sont les piliers des thèses complotistes.
La théorie du complot se sert de tous les éléments possibles (réels ou imaginaires) distants dans le temps et l’espace comme une volonté d’expliquer la Providence ou le destin, avec des moyens scientifiques. Un plan mystérieux est dévoilé par un discours rationaliste.
Le fait de vouloir prouver une conviction en reprenant des arguments scientifiques rend des théories du complot attractives pour certains croyants, cela explique la prégnance des thèmes religieux dans les œuvres conspirationnistes.
——-
Le conspirationnisme utilise majoritairement deux argumentations pour rendre ses thèses aussi crédibles que possible.
La première repose sur le fait que l’on ne peut pas tout savoir parce qu’on nous dissimule des choses. Cela permet d’avoir recours à des éléments occultes connus de manière mystérieuse par les personnes qui les dévoilent et dont elles ne peuvent prouver la source ainsi que son authenticité. Sont régulièrement mis en cause des projets secrets du gouvernement, des textes historiques cachés, mais aussi des interventions extra-terrestres ou des forces sataniques ou magiques.
Il est possible de penser que c’est réel: parce qu’on nous cache tout de manière intentionnelle.
La seconde partie de l’argumentaire conspirationniste est le développement de ce supposé escamotage de faits par de petits groupes d’individus. On passe du mensonge par omission (on nous cache tout) au mensonge délibéré. L’histoire officielle n’a plus aucune valeur. Les sources, la chronologie sont remises en cause. Tout fait historique peut être relativisé et mis au même plan qu’une chose improuvable. »

Le fait que les gouvernements ne nous disent pas tout est une évidence. Seuls les naïfs peuvent nier ce fait. C’est justement le travail des opposants de dénoncer les complots des gouvernants. Si on laisse la dénonciation des complots et des manœuvres secrètes aux fascistes de l’extrême droite, il ne faut pas s’étonner ensuite que le reste de l’échiquier politique soit devenu si faible. C’est le complotisme qui donne toute sa force aux opposants. Tant que la vraie gauche n’aura pas compris cela elle ne renaîtra pas.

Et bien non l’histoire officielle n’est pas parole d’évangile ; elle est souvent falsifiée par les vainqueurs et les dominants. Tout le monde sait cela. L’histoire économique actuelle est totalement déformée par les agents du grand capital : on nous fait croire qu’il faut baisser les salaires pour relancer l’économie ou qu’on doit travailler plus pour combattre le chômage…

Quand on veut s’opposer sérieusement on met en doute tout ce que dit le pouvoir et l’ennemi politique. Sinon on perd…


« 
Le complotiste qui se présente comme défenseur des opprimés a cependant une démarche très proche de l’élite maléfique qu’il dénonce et prétend combattre.
Tout d’abord, il en partage les secrets. Comment y-a-t-il eu accès? Mystère. En tout cas, cela fait de lui une sorte d’élu clairvoyant qui vit parmi des gens aveugles. Le complotiste se positionne un peu comme Prométhée : il n’est pas un simple mortel, il est un initié. S’il n’est pas un renégat d’un complot, il se présente comme une personne d’une intelligence hors du commun et qui sait tout. Il est le pendant positif de ce qu’il dénonce. »

Ceux qui ont fait partie du pouvoir ou sont victimes de la répression secrète sont bien placés pour savoir comment les choses fonctionnent vraiment, une fois qu’on a enlevé les artifices mis en place pour tromper l’opinion. Marx, Lénine et Mao étaient complotistes. Ce sont les seuls gauchistes qui ont réussi sur le long terme. Personne ne peut combattre l’oppression sans dénoncer les ruses des tyrans. La plupart des Français ne croient pas les médias. Ils sont donc tous complotistes avec une intelligence hors du commun. A moins que ce ne soit les anticomplotistes qui soient d’une stupidité peu commune ; s’ils croient vraiment ce qu’ils disent…

 

 


« 
Cette similarité entre le complotiste et le comploteur font que la théorie du complot sert finalement les intérêts des deux. L’un n’existant pas sans l’autre. Il en fait donc implicitement partie.
Le complotiste dénonce une exploitation du monde et de l’humanité par une organisation secrète, mais il ne donne aucune méthode pour lutter contre le complot. Pour les complotistes, le simple fait de dénoncer le complot et de multiplier la publication de documents aurait la vertu de faire disparaitre le complot de lui même. »

Ce sont les comploteurs et les anticomplotistes qui sont copains. Pas les comploteurs et les complotistes. L’opposition dont rêvent les comploteurs, c’est une opposition anticomplotiste, qui gobe tout ce que disent les médias et se retrouvent contrainte de justifier à la fin les actions des comploteurs. Par exemple dans le cas du terrorisme, quand on accepte la version officielle des faits telle qu’elle est présentée par les comploteurs, alors, on se retrouve contraint d’accepter les atteintes aux libertés qui étaient le but premier des fascistes comploteurs. Si les anticomplotistes résistent aux mesures liberticides, alors les fascistes fomentent des attentats encore plus terribles jusqu’au moment où tout le monde accepte la suppression de toutes les libertés individuelles.

La méthode pour lutter contre le complot, c’est justement de dénoncer le complot ; c’est ce que les anticomplotistes feignent de ne pas comprendre…ou ne comprennent réellement pas.


« Le fait de croire que la conspiration est le moteur de l’histoire retire toute responsabilité au peuple. Pour un complotiste, se sont les êtres d’exceptions (dont il fait partie) qui écrivent et lisent l’histoire. Cet angle de vue lui fait considérer le peuple comme une éternelle marionnette. C’est révélateur qu’il regarde la société du même niveau et de la même manière que celui qu’il présente comme le maître du monde. »

Toutes les révolutions ont été accomplies par des leaders d’exception et des théoriciens hors pair tels Robespierre, Danton, Marat, Marx, Lénine, Mao, Khomeini et beaucoup d’autres. Le peuple sans leaders ne peut se libérer de l’oppression qui l’accable. La France est restée pendant des siècles sous la tyrannie des capétiens, sans même espérer se libérer un jour. Pour combattre l’oppression, il faut des théoriciens, des groupes secrets, des leaders. C’est une loi historique incontournable. Pour laisser à l’ennemi l’exclusivité de l’action secrète, il faudrait être idiot. Pour ne pas expliquer les méthodes secrètes de l’adversaire,  il faudrait être stupide. Il faut dévoiler les secrets de l’ennemi pour l’empêcher de nuire.


« 
A qui profite la théorie du complot? Il est clair qu’elle ne sert en rien les dominés. La théorie du complot n’est pas un cadre d’analyse ou une pensée qui permet aux opprimés de construire ou de mener un mouvement de résistance une lutte d’émancipation. Si une personne veut savoir qui se cache derrière le complot, elle se perd dans une quête de connaissances qui va l’emmener loin de ses préoccupations concrètes. La théorie du complot agit de ce point de vue comme un leurre. »

La théorie du complot est justement cette méthode qui permet aux peuples de s’émanciper des leurs dictatures. Sans dénonciation des crimes dont sont victimes les citoyens on ne peut pas les libérer de leurs bourreaux. Sans complotisme, il n’y a pas de révolte possible. Les crimes secrets des tyrans ont été dénoncés par tous les révolutionnaires. Ce n’est pas le complotisme qui est un leurre mais l’anticomplotisme. Souvent les anticomplotistes sont payés par les tyrans pour tromper le peuple et le diriger vers l’extrême droite qui, elle, est faussement complotiste. Il s’agit d’émasculer la gauche pour mieux la livrer au fascisme. Il s’agit d’édulcorer le discours gauchiste jusqu’à le rendre ridicule et inopérant.

 


« 
La théorie du complot renforce le pouvoir en place. Le pouvoir des comploteurs qui dirigent, banques, médias, états, multinationales sans limites si on fie aux “théoriciens du complot”. Toute révolte organisée est vouée à l’échec. Si une Révolution se produit, c’est selon la volonté des comploteurs. Une vision complotiste de l’Histoire ne donne aucune perspective. Puisque le complot l’emporte toujours pourquoi se battre ?
La forme matérielle du pouvoir (Etat, banques, industries, médias, etc.) n’est pas remise en cause. Ce qui pose problème pour les conspirationnistes, c’est qu’a la tête de tout cela on trouve une minorité de parasites qui a perverti l’ensemble de la société. Par exemple “la banque” serait une chose nécessaire, le problème c’est le “bankster”. »

Tout révolte qui ne dénonce pas le complot des tyrans est voué à l’échec. Ce sont les anticomplotistes qui tuent la vraie gauche. Quand une révolution se produit, elle est toujours le fruit d’un complot politique. Rien n’arrive par hasard. Le problème actuel est que les comploteurs sont fascistes au lieu d’être révolutionnaires.  Le but des complotistes de gauche est donc de dénoncer les complots fascistes qui menacent la société. Quand les comploteurs sont de gauche, alors les complotistes de droite se réveillent. Actuellement, les comploteurs fascistes ne sont plus dénoncés par les complotistes de gauche. Parfois même, les comploteurs fascistes sont dénoncés par des complotistes eux aussi fascistes, mais de tendance différente. La gauche se retrouve exclue de la discussion à partir du moment où elle refuse de reconnaitre l’existence des complots qui la visent.

Les anticomplotistes se condamnent à ne jamais rien comprendre à la réalité de l’oppression. Ils ne peuvent donc jamais libérer qui que se soit. En raison de cet anticomplotisme hystérique, les peuples subissent l’oppression du capitalisme fascisant et implacable qui ruine des pays entiers et qui opprime les 90% de défavorisés de chaque pays.

Le complot ne l’emporte que quand on ne le dénonce pas.

 


« Dans le complotisme, le problème n’est pas la structure injuste du système économique et social mais le fait qu’un groupe occulte est au poste de contrôle remettant en cause un ordre “juste/naturel/divin”. »

Le problème des  anticomplotistes c’est qu’ils croient ou feignent de croire que tous les complotistes sont fascistes alors que le complotisme est avant tout de gauche et sert à mettre à jours les manigances des classes dirigeantes. Pour changer une structure sociale il faut déjà commencer par se libérer des tyrans au pouvoir et pour cela il faut dénoncer leurs méthodes secrètes. Quand on ne dénonce pas le complot fasciste, on ne se libère jamais du fascisme compte tenu du fait que les Etats prétendus démocratiques sont déjà secrètement dirigés par les nazis. Les fascistes sont des animaux hurleurs certes ; mais ce sont aussi des bêtes féroces rusées.


« 
A défaut de critiquer la société, la théorie du complot va désigner une minorité (réelle ou inventée) et lui attribuer la responsabilité de tous les maux. Le complot peut être identifié par les caractéristiques supposées (physiques, culturelles) du groupe accusé de prospérer sur la misère du monde. De ce fait les “théories du complot” peuvent êtres perméable à des idées xénophobes affirmant qu’il est possible d’identifier l’appartenance à un groupe de domination occulte grâce a des traits morphologiques ou culturels.
Historiquement les mouvements politiques qui ont utilisé la théorie du complot comme argument de lutte s’en sont servis comme légitimation de répression quand ils sont arrivés au pouvoir. »

Il existe des complotistes racistes et fascistes et d’autres qui sont au contraire antiracistes et antifascistes. Le complotisme c’est une méthode d’analyse ; réduire le complotisme au complotisme fasciste, c’est en réalité faire la promotion de ce fascisme. Parmi ceux qui dénoncent le complotisme, certains sont des fascistes déguisés qui veulent accorder l’exclusivité de la méthode complotiste à l’extrême droite.

 


« Il est même arrivé que les pouvoirs en place se mettent à utiliser les théories du complot pour asseoir leur légitimité ou discréditer leurs adversaires en créant un pouvoir non médiatisé. En effet, la menace d’un complot a pour but de créer un lien direct entre les maîtres de l’appareil d’Etat et le peuple. »

Des Etats qui inventent des complots juifs ou maçonnique cela existe. Des révolutionnaires qui dénoncent les complots patronaux, fascistes ou étatiques cela existe aussi. Réduire le complotisme au complotisme d’extrême droite est une erreur qui est parfois volontaire, le but étant d’empêcher la gauche de réfléchir et de dénoncer l’oppression.


« 
La thèse du complot sert directement les intérêts des dominants en confortant la légitimité de leur domination dans l’inconscient collectif et en permettant aussi une répression pour préserver le pouvoir en place. Les théories du complot ne sont pas forcément des thèses d’extrême droite mais elles sont très facilement des passerelles empruntées par ce courant politique pour élargir son champ d’action. Et cela parce que d’une part elles peuvent correspondre à une stratégie de propagande consciente et efficace, mais surtout parce quelles sont le reflet d’une vision globale du monde qui repose sur les schémas de pensée des droites radicales. »

Le complotisme n’est pas de droite mais ontologiquement de gauche. Le complotisme de droite n’est qu’une dérive du complotisme de gauche. Les vrais démocrates ont toujours essayé de démasquer les ruses des puissants. Le complotisme a pour but de dénoncer les méthodes secrètes des dirigeants pour permettre aux peuples de s’émanciper de la tyrannie de leurs bourreaux. Ceux qui dénoncent le complotisme affaiblissent la démocratie, sachant que les criminels n’avouent jamais spontanément et que pour les obliger à cesser de nuire il faut que les citoyens expliquent au public les techniques utilisées pour le tromper. Le marketing c’est l’art de tromper, de même que la communication. Les mêmes méthodes sont appliquées pour gérer les Etats. Tout ce qui est important est caché, ce qui permet aux tyrans de persécuter leurs peuples tout en  jouant aux démocrates.

Le complot est la base des dictatures occidentales actuelles. Le terrorisme est entièrement manipulé. Il sert à faire accepter des lois suspensives de toutes les libertés fondamentales. Grâce au terrorisme, le droit à la vie privée est en passe d’être aboli, la presse est sous surveillance satellitaire, tout citoyen peut être espionné, harcelé et tué par les nazis du Mind Control, sans que personne ne proteste, alors même que toute la classe politico-médiatique est informée et complice de la question de la répression secrète. Sans complotisme démocratique, ce sont les fascistes qui vont gagner et ils transformeront l’avenir en une tyrannie technologique où la torture par satellite sera le lot de tous les citoyens, quelque soit le prétexte pour lequel ils seront punis. Le pire n’est jamais sûr mais reste toujours possible. Sans une action citoyenne contre le complot fasciste du Mind Control, la gauche disparaîtra et la démocratie avec elle.

Pour pouvoir subodorer les complots de l’ennemi fasciste, il faut bien connaître cet ennemi, savoir quels sont ses buts réels et faire preuve d’une certaine intuition pour deviner ce qu’il prépare. Il faut aussi être informé par des gens qui sont au cœur du système et qui ne tiennent pas à ce qu’un totalitarisme inhumain  régisse demain la planète.

La gauche du futur sera complotiste ou ne sera plus.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 janvier 2015

Fascistes : le coup de l’attentat ou le massacre de la rue Nicolas-Appert

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 17 h 19 min

La stratégie des fascistes pour prendre le pouvoir est toujours la même : organiser des attentats avec la complicité de leurs agents infiltrés dans les forces de sécurité et dans le monde politique et ensuite renforcer la répression qui vise en théorie les musulmans mais qui en réalité concerne toute la société. Dans le cas du massacre des journalistes de Charlie Hebdo, hebdomadaire satyrique islamophobe et christianophobe, les fascistes ont fait d’une pierre deux coups : d’une part ils ont éliminé des gens qui les insultent depuis des décennies, et d’autre part il font une nouvelle fois accuser les musulmans, espérant, si possible, provoquer des pogromes contre eux et justifier des mesures extrêmes contre les fidèles de cette religion. Mais la cible suprême des fascistes, c’est la démocratie ; ce qu’ils veulent c’est trouver un prétexte pour supprimer toutes les libertés. A chaque attentat, la surveillance sur la société civile se renforce ; les droits des citoyens sont de plus en plus limités ; les internautes finissent par être considérés comme des criminels qu’on livre aux nazis et aux délinquants de la surveillance par satellite. L’attentat contre Charlie Hebdo, unique en son genre, n’est que le dernier avatar du stratagème fasciste qui consiste à organiser soi même des attentats pour ensuite en profiter politiquement. Hitler déjà avait utilisé cette méthode, lorsqu’il a fait incendier le Reichstag et fait accuser les communistes de ce crime. Le massacre des journalistes de Charlie Hebdo est une opération unique dans l’histoire. Jamais on avait assassiné autant de journalistes à la fois. Les précédents attentats visaient de simples civils, des militaires, des policiers, des chefs d’Etat, mais cette tuerie de journalistes et dessinateurs représente quelque chose de radicalement novateur : il s’agit pour les fascistes d’éliminer progressivement l’intelligentzia de gauche, même si certains de ses membres s’étaient précédemment fourvoyés dans l’islamophobie et la collaboration avec la répression du Mind Control. Cet attentat pourrait n’être que le premier d’une longue série dans une campagne qui viserait à faire virer à l’extrême droite tous les gauchistes attardés (la mode est actuellement au nazisme) ou  à éliminer les récalcitrants hostiles au fascisme. Le massacre de la rue Appert a visiblement été longuement pensé, pour servir la cause fasciste le plus profondément possible : d’une part, les victimes sont des intellectuels de gauche ou prétendus tels et d’autre part les tueurs semblent être des musulmans. Il est évident que tout cela ne peut aboutir qu’à provoquer un divorce entre gauchistes et musulmans, pour le plus grand profit des nazis, très puissants dans tous les partis. Grâce à ce type d’opération, la gauche perd à la fois les électeurs musulmans, ulcérés de se voir en permanence accusés de tous les crimes par ceux-là mêmes qui les ont planifiés, et d’autre part elle perd les électeurs non musulmans, qui finissent par exiger des mesures extrêmes contre les Arabes et les Noirs, tombant alors dans le piège des fascistes qui ont l’intention de supprimer les libertés pour tous et pas seulement pour les allogènes. On remarque que, comme d’habitude, les tueurs étaient sous la surveillance des autorités, qui comme par hasard les auraient laissé échappé alors qu’elles surveillent sans raison des dizaines de milliers de personnes en France. On constate que ces terroristes sont le plus souvent passé par la case prison et qu’ils ont tous eu affaire aux services anti-terroristes. On ne peut que constater que ce terrorisme est planifié par des fascistes incrustés au cœur de l’Etat et dont l’objectif politique est de faire gagner l’extrême droite et supprimer la démocratie en France. Personne à gauche n’a remarqué quoi que ce soit… Manipulés par les fascistes comme des enfants, privés de tout esprit critique, elle disparaît peu à peu, happé dans la spirale de la chute dans le totalitarisme. Quant aux racistes, ils savent souvent qu’il s’agit d’un complot, mais ils croient qu’il ne vise que les minorités alors que ce sont eux, les citoyens ordinaires, mêmes racistes et fascistes, qui seront les victimes de la future dictature. Il faut que la démocratie se réveille ; il faut que les journalistes enquêtent et fassent des hypothèses ; il faut qu’enfin les associations de défense des droits de l’homme combattent le Mind Control, la surveillance satellitaire à distance qui rend facile la manipulation des terroristes ; il faut que tout le monde comprenne que si on ne dénonce pas le complot fasciste aujourd’hui, demain il sera trop tard. Pour que les journalistes de Charlie ne soient pas morts pour rien, il faut trouver qui a organisé leur massacre ; et qu’on ne vienne pas nous dire qu’il s’agit des musulmans, trop faibles pour faire quoique ce soit de manière autonome.

28 mai 2013

La terreur fasciste

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 15 min

 

Depuis l’apparition du Mind Control, dans les années 1970, la planète vit dans une sorte de terreur fasciste permanente. Sous prétexte de combattre un terrorisme qu’ils ont créé eux-mêmes, les fascistes suppriment méthodiquement toutes les libertés, harcèlent et assassinent les citoyens, scalpent et étouffent les journalistes, excluent de la politique tout ce qui n’est pas impliqué de près ou de loin dans le fascisme.

 

Les fascistes sont à l’origine du terrorisme prétendu islamique. Les attentats de ces gens sont entièrement téléguidés par les fascistes. La plupart des ces terroristes, dans tous les pays, sont suivis depuis des années par les services secrets infiltrés par les fascistes. Pas un seul attentat depuis les vingt dernières années n’a été commis sans ordres, subliminaux ou non, des fascistes du Mind Control. Ces attentats ont permis de supprimer toutes les libertés pour prétendument protéger la population du terrorisme. Ce terrorisme « islamique » a pour avantage de renforcer à la fois le fascisme et le racisme, la synthèse des deux permettant d’aboutir à une sorte de nouveau nazisme qui devient dominant dans la pensée occidentale actuelle.

Sous prétexte de protéger la population, on supprime progressivement plusieurs siècles de développement des libertés. Les droits à la vie privée, à l’intégrité physique, à la liberté d’aller et venir, à la liberté de conscience, de religion, d’expression, sont fortement amoindris pour ne pas dire totalement anéantis. Quand un satellite a le droit de lire dans les pensées, de contrôler le comportement, de filmer une personne nuit et jour, de scalper, d’étouffer dans les ascenseurs, de faire divorcer, de prendre en charge l’éduction des enfants sans l’accord des parents, on ne peut plus dire que nous vivons encore en démocratie. Quand de plus, les seuls politiciens vraiment autorisés à concourir dans les élections importantes sont ceux qui veulent faire payer les pauvres et exonérer les riches, ceux qui veulent faire travailler les vieux pour mettre les jeunes au chômage, ceux qui veulent endetter les Etats pour aboutir à une crise mortelle qui serait l’occasion d’une prise de pouvoir par les fascistes, ceux qui veulent bloquer les salaires et risquer ainsi de couler l’économie mondiale, alors on peut affirmer sans risque de se tromper que nous vivons d’ores et déjà dans une dictature ploutocratique impitoyable.

La terreur fasciste suit un plan précis qui vise à détruire toutes les avancées politiques et sociales obtenues  depuis 1789 . Le plan fasciste consiste à :

1) Faire respecter un silence absolu sur la répression satellitaire du Mind Control.

2) Développer un terrorisme « islamique » meilleur outil du complot fasciste actuel : ce terrorisme permet de supprimer toutes les libertés tout en développant la xénophobie, l’ensemble des deux étant destiné à aboutir à une résurgence massive du nazisme dans le monde.

3) Développer l’opposition entre musulmans et juifs, de manière à détruire les deux parties.

4) Provoquer guerres civiles, massacres et génocides dans le tiers monde de façon à empêcher cette partie de l’humanité de se développer.

5) Favoriser les politiciens corrompus, fous, incompétents, criminels, pour pouvoir ensuite discréditer la démocratie dans son ensemble.

6) Limiter la liberté de la presse dans le cadre de la lutte contre le terrorisme

7) Diffuser une propagande islamophobe permanente, qui pourra le moment venu dégénérer en propagande antisémite, de façon à créer une sorte d’ennemi intérieur factice qui sert à faire diversion pour cacher l’ennemi réel, les comploteurs fascistes qui sont aux portes du pouvoir.

8 ) Laisser se développer la délinquance pendant des années pour provoquer l’exaspération des masses, de façon à  ensuite mettre en place une politique fasciste de suppression des libertés pour les coupables et les victimes.

9) Provoquer des émeutes raciales dans les banlieues pour ensuite feindre de protéger les citoyens de base du « péril » immigré ce qui nous amène à penser qu’aucune révolte ne pourra avoir lieu dans les banlieues sans coordination avec les autres forces du pays concerné, sous peine d’obtenir des résultats contraires à ceux espérés, soit une augmentation du fascisme et de la xénophobie.

10)  Faire surveiller les gens à leur domicile en permanence par des chiens fascistes, harceler sans cesse les citoyens pour interdire toute velléité de révolte et transformer les nations en ramassis de clochards isolés.

11) Neutraliser les idéologues de gauche en les éliminant (Deleuze, Bourdieu, Debord…) ou en les recrutant pour développer la propagande du système.

12) Développer le racisme pour diviser les peuples, utiliser le ressentiment de la majorité opprimée par le système pour combattre des minorités encore plus opprimées par ce même système, ce qui permet d’éviter une révolte contre la bourgeoisie et le fascisme.

13) Réprimer les mouvements sociaux par le Mind Control. Les manifestations sont contrôlées par les satellites et donc rendues totalement inoffensives. Les chefs syndicaux ou gauchistes sont surveillés 24 heures sur 24, menacés, étouffés, compromis dans diverses affaires gênantes, et donc rendus inopérants.

14) Provoquer des crises économiques de plus en plus graves pour ensuite profiter de la paupérisation et de la désorganisation généralisées pour prendre le pouvoir.

15) Exacerber les inégalités sociales en bloquant les salaires et les allocations, baissant les impôts des riches et des patrons, augmentant le taux de chômage en faisant travailler les vieux le plus tard possible.

16) Favoriser les partis fascistes dans les médias et faire interdire toute critique contre eux.

17) Truquer les élections par satellite

18) Développer l’islamophobie, forme moderne du racisme.

19) S’infiltrer dans tous les partis politiques et organisations pour en prendre le contrôle.

 

 

L’omerta

Les fascistes ont réussi à imposer une omerta totale sur la répression satellitaire et le totalitarisme intégral qu’il implique : le Mind Control (MC) permet de lire dans les pensées, de torturer à distance, d’imposer l’addiction à l’alcool, au sexe ou aux drogues, de faire grossir, maigrir, de rendre malade, de tuer, de ventriloquer, d’énerver, de modifier le raisonnement, le comportement, l’humeur, de scalper, de balafrer. Cet instrument de répression (le MC) surpuissant permet la suppression de l’ensemble des libertés et transforme la planète en un vaste pénitencier à ciel ouvert. Des gens qui semblent libres sont en réalité plus asservis que des esclaves de l’Antiquité. Ils sont tellement opprimés qu’ils n’osent même plus dénoncer leurs oppresseurs. Ils se font scalper, on tue leurs enfants, on les étouffe, on les insulte par neurophone, et ils continuent  malgré tout à ramper devant l’oppression.

 

La meilleure preuve de la surpuissance su MC, c’est que personne n’ose en parler. Il a tous les droits, protégé par l’anonymat, l’impunité, et la puissance technologique. Une bande de fascistes anonymes persécutent 7 milliards d’humains et personne n’a le droit d’en parler, hormis sur le Web, dans des sites qui ne recueillent pas plus de quelques dizaines de lecteurs. Une fois encore, la réalité dépasse la fiction. Ce qui aurait pu n’être que le cauchemar d’un auteur de science fiction avantgardiste, se révèle être l’horrible réalité. Des millions d’individus sur la planète sont observés et harcelés secrètement par des êtres malveillants que certains appelaient les extra-terrestres, mais qui ne sont, plus prosaïquement,  que de simples fascistes qui ont réussi à tisser leur toile sur l’ensemble de la planète en s’implantant dans les services secrets et les sociétés de surveillance.

Se libérer du corset fasciste qui opprime le genre humain semble être une tâche herculéenne. Chaque dirigeant de la planète est soumis à une surveillance permanente. Chaque membre de l’élite mondiale sait que les fascistes surveillent la moindre de ses pensées. Personne ne peut élaborer de plan de libération sans être immédiatement repéré par la cyber-surveillance. De vieux cadavres humains millionnaires ou milliardaires veillent à ce que la planète ne puisse plus jamais redevenir libre.

Les fascistes ont réussi à compromettre toute l’élite politico-médiatique dans leur complot mondial, comptant bien se débarrasser de leurs « amis » dès qu’ils auront réussi à prendre le contrôle total de la planète. Acteurs, musiciens, sportifs, hauts fonctionnaires, politiciens, flics, militaires, patrons, psychiatres, des milliers de collabos font fonctionner le système. Ces collabos ne respectent plus aucune loi : ils surveillent illégalement, ils violent, il torturent, ils tuent, ils truquent les jeux télévisés, les compétitions sportives, les élections, les transactions commerciales, les cours de la bourse. Ces collabos ont tout intérêt à respecter l’omerta, d’une part pour ne pas subir de représailles de la part de leurs amis délinquants fascistes, et d’autre part pour ne pas se dénoncer eux-mêmes. Ceux qui ne veulent pas collaborer sont exclus de tous les postes importants, dans la politique, les médias, le sport, la musique, les services de sécurité, la diplomatie.

Comme ils collaborent, et se considèrent donc comme complices, ils doivent supporter stoïquement les humiliations que leur font subir les chefs fascistes, ne pouvant bien évidemment pas porter plainte, la Justice et la police ne fonctionnant plus depuis longtemps.  Ils finiront par comprendre qu’ils ont intérêt à lever la loi du silence sur le MC, avant d’avoir à subir des sévices de plus en plus graves, car le grand plaisir des fascistes c’est d’humilier et de torturer les gens plus faibles qu’eux, c’est à dire la quasi totalité de la population, et personne n’échappera à leur haine sans se décider à s’organiser pour résister.

Les seules informations disponibles sur le Mind Control sont situées sur certains sites du Net. Ces sites permettent de diffuser un minimum d’informations sur le sujet,  ce qui a pour conséquence de terroriser encore plus la population qui ne sait pas s’organiser pour résister. Ces informations permettent aussi de préparer l’opinion au concept de MC, au cas où un groupe fasciste prendrait le dessus sur un autre car, il ne faut pas l’oublier, le pire ennemi du fasciste ce sont les autres fascistes. L’opinion étant déjà sensibilisée sur le sujet de la répression satellitaire, une action anti MC s’en trouverait alors facilitée en cas de besoin.

Les associations de défense des Droits de l ‘Homme refusent de traiter du sujet du MC, bien qu’elles soient en permanence sollicitées par des victimes des satellites. Elles font partie du système et ne sont intéressées par la question des libertés que dans le cadres d’opérations coloniales visant à remplacer des régimes dictatoriaux par d’autres encore pires.

Les médias maintiennent un silence absolu sur la question du MC, se contentant de dénoncer de petits scandales de corruption pour mieux cacher la forêt du nazisme satellitaire. Les journalistes devraient faire preuve d’un peu plus de courage s’ils veulent récupérer leur ancien pouvoir et devenir autre chose que les jouets ridicules de politicards corrompus.

Les partis politiques, pour la plupart dirigés par des stipendiés, notamment ceux de droite et d’extrême droite, ne sont qu’un des rouages de la dictature et semblent disposer d’un pouvoir qui se réduit comme peau de chagrin au fil des années. Tous ces partis semblent n’avoir pour objet que de jouer une mise en scène démocratique qui occulterait la réalité de la dictature. Ces partis sont les courroies de transmission des groupes fascistes ploutocratiques dominants, la Trilatérale, Bilderberg, le Medef ,l’Otan.

Seule une action entreprise par des groupes de défense des droits civiques pourrait aboutir à une amélioration de la situation des libertés. Cela impliquerait une information des citoyens par la voie de tracts, de sites du Web, d’affiches, de réunions publiques, de déclarations impromptues dans les émissions télévisées. Par exemple, des gens invités pour parler d’un sujet dans une émission à large audience, se mettraient brusquement à dénoncer le Mind Control, sans qu’on ne les réduise  immédiatement au silence. Des millions de téléspectateurs seraient alors informés du sujet, et un début de résistance au totalitarisme intégral pourrait commencer à émerger.

Dans la plupart des déclarations des dirigeants politiques,  le mot « démocratie » est répété plusieurs fois, comme par provocation, ces dirigeants sachant pertinemment que ce concept a été vidé de son sens, et que le régime dans lequel nous vivons en Occident n’est en réalité qu’une dictature de la pire espèce.  Dans les faits, ces gens se moquent de nous. Notre système politique est une dictature, un système intégralement totalitaire, où l’Etat fasciste connait la moindre de nos pensées, le moindre de nos souvenirs. On ne peut plus rien cacher à Big Brother. La lecture des pensées aurait pu constituer une avancée dans la lutte contre la délinquance, mais elle sert en réalité aux gangsters politiques et patronaux pour opprimer le peuple et ses élites. Dans les cas extrêmes, on peut assister à des scènes stupéfiantes, où des criminels endurcis cornaqués par des politiciens corrompus, agressent par satellite d’honnêtes citoyens dont le seul tort est de s’être fait repérer par les délinquants dirigeants. Si Rome est morte de corruption, c’est toute la civilisation occidentale qui pourrait elle aussi  un jour disparaître, engloutie dans des gouffres de pourriture politique, si les stipendiés fascistes qui la dirigent ne sont pas rapidement ramenés à la raison.

Dénoncer le MC générateur de catastrophes, voici ce que devrait être la tâche des intellectuels de la planète.

L’omerta est mondiale et pas seulement limitée à l’Occident. Les journalistes et politiciens occidentaux refusent de parler, de peur de remettre en cause leur avenir professionnel. Les sportifs ne veulent pas parler du trucage systématique de toutes les compétitions même lorsqu’ils ont fini leur carrière, craignant probablement les représailles du système. Les animateurs de jeux télévisés savent aussi pertinemment que ces jeux sont systématiquement biaisés par les maîtres du Mind Control. Quand aux dirigeants du tiers monde ils refusent de dénoncer un système qui les opprime de peur d’être traduits devant des tribunaux internationaux créés pour juger exclusivement les criminels du tiers monde ou de l’ex Yougoslavie, les chefs assassins ressortissants des pays développés étant  à l’abri de tout poursuite quelque soit le crime perpétré. De temps à autres quelques exécutants occidentaux ayant commis des atrocités en Irak et en Afghanistan sont jugés, mais ils s’agit toujours de petits gradés à la limite de la débilité mentale alors que les officiers supérieurs et civils importants sont eux considérés comme au dessus des lois. D’un côté on juge des anciens chefs d’Etats et militaires de hauts rang, et de l’autre des caporaux ou  des capitaines dans le meilleur des cas.

Le jour où les dirigeants du tiers monde auront compris qu’ils sont les premiers à avoir intérêt à dénoncer le Mind Control qui dirige le monde, ils pourront se faire exonérer de la majeure partie de leurs propres crimes qui ont été pour la plupart induits par les satellites de surveillance. Quand le Mind Control prend la direction de milices et les pousse au crime, les vrais coupables sont ceux qui sont cachés derrière leurs écrans et qui téléguident les criminels (Rwanda, Algérie, Soudan, Libéria, Sierra Leone, Angola…). C’est à ceux qui sont accusés et à leurs amis de dénoncer les vrais coupables pour se disculper, ce qui implique de lever la loi du silence sur le MC.

 

Le MC permet de lire dans les pensées, de filmer à travers les murs, de modifier l’humeur, de diriger les gestes, de ventriloquer, de provoquer des addictions, des bagarres, des divorces, de rendre impuissant, violent, de pousser au crime, au massacre, au viol, au vol. Le Mind Control est l’arme absolue des fascistes, arme d’autant plus puissante qu’elle est secrète. Elle est utilisée par une petite caste de fascistes  pour asservir les 99,99% restant de la population.

Les possibilités des rayons satellitaires sont immenses. Ces rayons permettent de provoquer des tremblements de terre, des accidents nucléaires, des tsunamis, des tornades, des inondations, des incendies.  Les tremblements de terre peuvent être provoqués en chauffant le magma par rayons satellites, cette hausse de température déclenchant une dilation créant des séismes. Les tsunamis sont provoqués par des séismes sous-marins, les accidents nucléaires sont générés par des attaques sur les système électroniques de gestion des centrales, les pluies diluviennes par le chauffage de certaines zones des océans ou de l’atmosphère qui déclenchent des évaporations, des courants d’air et donc des pluies.

Beaucoup de gens savent que nombre de catastrophes « naturelles » sont en réalité des actes de guerre commis par l’Otan ou d’autres puissances. Comme tout cela est secret, personne ne proteste officiellement.

Respecter la loi du silence sur tous ces sujets un erreur grave que tout le monde finira par regretter.

Le Mind Control peut aussi exercer une action politique en manipulant les chefs de partis et les chefs d’Etat, en dispersant secrètement des manifestations par les rayons satellites dans les pays développés, de manière à faire accroire qu’il n’existe pas de mécontentement en Occident autre que fasciste, en encourageant par contre la subversion dans les pays du tiers monde de manière à les déstabiliser et les rendre dépendants d’une aide éventuelle, en encourageant les rebellions diverses par manipulation mentale des chefs insurgés et en rendant impossible toute négociation, en favorisant le racisme et le fascisme par contamination électromagnétique des leaders politiques et d’opinion.

Depuis 30 ans, les mouvements sociaux en Occident se sont conclus par des échecs complets. Alors qu’on a supprimé toutes les libertés, et que chaque jour les droits sociaux diminuent, les défilés protestataires sont  mous et brefs. Quand en France, les gens manifestaient contre le recul de l’âge de la retraite, le gouvernement de l’époque refusait toute négociation, parfaitement conscient de la faiblesse des opposants et de la puissance de la cyber-répression (répression par satellites). Quelques syndicalistes apeurés ne pourront jamais faire reculer des gouvernements crypto-fascistes armés de matériels secrets et les utilisant impunément. Pour obtenir des résultats ils faut impérativement lever la loi du silence sur les satellites. Faute de quoi, nous serons condamnés à subir régression sociale, dictature et guerre, comme toujours lorsque les fascistes dirigent.

 

Les associations de défense des droits de L’homme refusent généralement d’aider les dissidents victime du Mind Control. Ils conseillent généralement de porter plainte, sachant pertinemment que la Justice est sous contrôle fasciste pour tout ce qui concerne les questions de répression satellitaire classifiées « secret-défense » de manière indue.

Les partis politiques de gauche comme de droite refusent d’aider les dissidents victimes du Mind Control, car ce sont généralement eux les commanditaires de ces persécutions. Les partis extrême-gauchistes feignent d’ignorer tout de la répression satellitaire, alors même qu’ils sont systématiquement associés à cette répression, aidant le plus souvent les victimes des fascistes, mais étant tout de même complices de ces derniers.

Il n’y aura pas de renaissance de la gauche et de l’extrême gauche en France sans levée de la loi du silence sur la question des satellites et organisation d’un mouvement de protestation massif contre ce type de répression secrète et inhumaine.

 

Terrorisme

Le terrorisme « islamique » ou autre est un des fonds de commerce principaux du fascisme. Que ce terrorisme soit Basque, Corse ou « islamique », ce sont toutes les forces fascistes et les services  répressifs qui les appuient qui en sont les bénéficiaires. Dans le cas du terrorisme ‘islamique », manipulé à 100% par des officines fascistes au service de l’Etat totalitaire et de ses représentants politiques, à la question sécuritaire s’ajoute le problème ethnique, ce qui permet de compléter l’opération fasciste de suppression des libertés par une campagne raciste contre un prétendu ennemi héréditaire islamique (les Sarrasins), qui n’est en réalité pas plus considéré comme ennemi par l’inconscient collectif, que les Anglais (des siècles de guerres), Allemands(Prussiens sanguinaires), Nordiques (pillards Vikings), Italiens (Romains ayant anéanti le peuple gaulois), Hongrois (Huns et Magyars). Durant l’Antiquité le sémite Nord-Africain Hannibal a été l’allié des Celtes dans le cadre de la lutte contre l’impérialisme romain qui était alors l’ennemi génocidaire.

Ces fascistes islamophobes ont pu être dans le passé antisémites, germanophobes, italianophobes, homophobes ou autres, les fascistes ayant pour méthode de désigner systématiquement un ennemi à combattre pour mieux justifier leur existence qui n’a en réalité d’objectif que le pouvoir total sur la société.

Le terrorisme « islamique » a fait preuve d’une efficacité prodigieuse pour droitiser les sociétés occidentales. Alors que depuis la défaite du nazisme, la gauche était dominante sur l’ensemble de la planète, le terrorisme « islamique » stigmate de l’oppression satellitaire, a réussi à nazifier les opinions et à bloquer pour des décennies les progrès politiques et sociaux. Sous prétexte de protéger les citoyens contre la barbarie terroriste en réalité issue du fascisme sécuritaire et manipulée par satellite, on a supprimé la totalité de leurs libertés réelles, pour ne laisser subsister que des apparences de démocraties.

Dans les faits le citoyen n’a plus aucun droit : lors des élections il n’a le choix, parmi les grands candidats, qu’entre diverses catégories d’ennemis qui n’ont pour unique programme que de torturer les électeurs par satellite, de supprimer encore plus de libertés et de droits sociaux, de faire travailler les vieux pour mettre les jeunes au chômage, de faire surveiller les employés par leurs patrons, de bloquer les salaires, d’exonérer les riches d’impôts et de charges pour mieux faire payer le reste de la population.

Dans sa vie professionnelle, le salarié est espionné par son patron, sur son lieu de travail et hors de son lieu de travail. Quand il est chez lui en famille, les clébards patronaux continuent leur travail de persécution impunément, par le biais des satellites de surveillance qui filment à travers les murs et dirigent les comportements. En vacances après une année de harcèlement, le salarié est encore agressé par les télé-chiens patronaux, qui invitent parfois des amis à leurs bashing parties, pour montrer au monde comment il faut traiter les employés.

Tout cela est lié à la loi du silence induite par le terrorisme « islamique » qui n’est en réalité qu’une conspiration fasciste et patronale. Quand on dénonce le « terrorisme islamique », c’est en réalité l’ensemble de la société  que l’on vise, avec des implications très concrètes, comme le harcèlement à domicile des salariés, de leurs femmes, de leurs enfants, qui finissent le plus souvent dépressifs, nymphomanes, ou pervers sexuels dès leur plus jeune âge, sous l’influence de la terreur psychotronique.

En abaissant le reste de la société, les fascistes améliorent leur propre statut. Ils deviennent progressivement l’élite de la société alors qu’ils devraient en constituer le déchet. Leur savoir-faire dans l’espionnage et la répression les rendent indispensables aux patrons, aux VIP et aux politiques. Peu à peu ils deviennent les maîtres absolus de la planète, les peuples et les élites étant terrorisés par leur pouvoir de nuisance. Personne n’a envie de tomber malade, de perdre ses enfants, de voir révéler ses secrets les plus intimes, de subir la torture, d’être mis en isolement par les services de répression fasciste.

Pendant que les fascistes dénoncent les « islamistes », « jihadistes » et autres « salafistes » ils persécutent, spolient, assassinent, isolent, humilient des dizaines de milliers de bons français, sans que ceux-ci ne se doutent de quoi que ce soit, ignorant tout de la puissance de la répression satellitaire. Derrière la guerre à l’islamisme, c’est la guerre aux libertés des Français qui est en réalité déclarée.

Le jour où des journalistes diront à des désinformateurs professionnels islamophobes « Tu mens », ce jour là c’est la liberté qui pourra enfin renaître, en France et dans le monde.

Depuis le début de la vague terroriste « islamiste » dans les années1980, toutes les libertés ont pratiquement été supprimées. L’extrême droite qui avait disparu en Europe, dépasse les 20 % dans plusieurs pays. Les réseaux fascistes, utilisant la surveillance satellitaire, espionnent et persécutent les citoyens, toujours sous de faux prétextes.

Aux Etats-Unis, le 11 septembre apparait de plus en plus comme un coup d’Etat mondial qui a été l’occasion de supprimer toutes les libertés. Des centaines de milliers d’Américains sont soumis à la surveillance du Mind Control, sous prétexte de combattre les musulmans et les terroristes.

En France, les attentats « islamistes » sont organisés depuis 30 ans par des politiciens fascistes et racistes qui ensuite se font élire à des postes importants.

Tant que la société civile n’aura pas dénoncé ces manipulations terroristes, la terreur fasciste continuera de se répandre jusqu’au moment où les partis néo-nazis prendront le pouvoir.

Ceux qui prétendent que nous « sommes en démocratie », alors même que toutes les libertés ont été supprimées, sont pour la plupart partie prenante du complot fasciste. En France ou en Amérique, les fascistes mettent en place secrètement une dictature implacable qui les amènera au pouvoir.

Personne ne proteste contre ce complot car tout le monde pense qu’il ne sera pas visé. Les fascistes disposent de plus de réseaux internationaux, d’infiltrations dans tous les partis, du contrôle des services de sécurité et de la surveillance par satellite.

Quand ces fascistes auront directement pris le pouvoir, tout le monde devra s’attendre à subir la télé-torture (torture à distance par satellite) de manière systématique. Ce jour-là, il sera trop tard pour protester.

Le terrorisme le plus utilisé par le complot fasciste est le terrorisme « islamique » qui permet à la fois de limiter les libertés et de développer le racisme. D’autres terrorismes peuvent être mis en œuvre tels les terrorismes régionalistes, gauchistes ou même fascistes, ce qui permet d’écarter les soupçons.

Aux Etats-Unis, les terroristes d’extrême-droite tels ceux qui ont commis l’attentat d’Oklahoma-City, peuvent être utilisés par les fascistes : sous prétexte de combattre des néo-nazis, on met en réalité les citoyens ordinaires et la gauche sous surveillance. Dans le cas du terrorisme gauchiste qui existait dans les années 70 et 80, c’est toute l’extrême gauche qui a dû subir la surveillance satellitaire, de même que toute la presse, tout le monde politique, sous prétexte bien sûr des les protéger contre la terreur. En Espagne la lutte anti-ETA a permis aussi de renforcer l’arsenal législatif sécuritaire et de limiter les libertés de l’ensemble de la population, ce qui a facilité la mise en place de lois antisociales telles celles qui concernent le recul de l’âge de la retraite ou les baisses de salaires des fonctionnaires.

Tout est lié : répression contre un terrorisme organisé par les Etats fascistes et suppression des droits des salariés, l’ambiance de surveillance et de répression satellitaire généralisées rendant impossible toute résistance sociale. Les grévistes des entreprises en lutte sont désormais pourchassés à vie par les satellites. Certains sont même assassinés par ces satellites sans que personne ne proteste puisqu’officiellement, il n’y a pas de satellites de répression.

Les droits sociaux des travailleurs ne pourront être préservés et améliorés que lorsqu’on osera enfin dénoncer l’imposture terroriste, qui permet aux hommes de l’Etat d’organiser la terreur au profit du fascisme.

La gauche et l’ensemble des démocrates ont le devoir de protester aujourd’hui contre le Mind Control, car il arrivera un moment où la dénonciation de la répression satellitaire ne sera plus possible.

Le terrorisme de toutes tendances est manipulé à 100% par les hommes de l’Etat depuis l’apparition de la télérépression  (répression à distance) dans les années 1970.  Ne pas dénoncer cette manipulation c’est se condamner à subir une dictature de type néo-nazi dans les prochaines décennies. Il ne s’agira pas ensuite de prétendre qu’on ne pouvait rien y faire. L’information du public doit se faire le plus tôt possible, sans tourner autour du pot : au lieu de dénoncer des atteintes à la vie privée de la part d’agences qui liraient les e-mails, mieux vaut informer totalement sur les possibilités du MC, sans plus attendre. Chaque journée sans information sur le MC est une journée gagnée par les comploteurs fascistes et perdue pour les libertés des citoyens de la planète.

 

Certains gauchistes croient qu’on peut rétablir la démocratie sans dénoncer l’imposture terroriste. Ils se trompent lourdement : le terrorisme est à la base de notre dictature. Il sert à justifier  les pires agressions contre les citoyens, il sert à légitimer une loi du silence qui finit par concerner tous les sujets, économiques, sociétaux, sociaux, diplomatiques, météorologiques et autres, il sert à préparer la société à l’acceptation de l’abolition de tous ses droits.

Le terrorisme c’est la vache à lait des fascistes. Ils peuvent ainsi passer de 0 à 20 ou 30% des suffrages dans divers pays européens. Ils peuvent aussi s’infiltrer dans tous les partis politiques et exiger la mise en place de politiques antisociales causes de sous-emploi, de précarité et de pauvreté qui finiront par leur profiter. Chacun sait que le chômage bénéficie en général politiquement à l’extrême droite.

Diplomatiquement, le terrorisme sert à justifier des guerres coloniales qui elles mêmes permettent de créer des groupements fascistes d’anciens combattants qui seront ensuite utilisés pour des missions de surveillance des citoyens.

Le terrorisme sert de prétexte à l’instauration d’une sorte d’état d’urgence permanent, appelé Vigipirate ou autre, état d’urgence qui permet de se livrer à d’interminables exactions sur les citoyens minoritaires ou de souche. La chape de plomb fasciste mise en place suite aux attentats « islamistes » a des conséquences sur le niveau des vie des Français et des occidentaux en général. En supprimant de plus en plus de libertés, en contraignant la gauche à collaborer avec les forces de répression, c’est tout le mouvement revendicatif qui se retrouve privé de son énergie vitale et qui rampe misérablement devant la droite et les patrons.

Sans levée de la loi du silence sur le terrorisme d’Etat et les méthodes de répression qui lui sont consubstancielles, il n’y aura pas de libération de la planète. Le terrorisme est la base de la dictature. Les fascistes commettent des attentats pour ensuite supprimer la liberté de critique des citoyens ce qui permet de les opprimer et exploiter tout en se faisant élire facilement.

Sans levée de la loi du silence sur les auteurs réels des attentats terroristes dans le monde(les hommes de l’Etat), il n’y aura pas de hausses de salaires, de baisse du chômage, de réduction des inégalités, de croissance économique, car, par définition, ces fascistes sont contre tout progrès économique et social et préfèrent la prolongation indéfinie de crises économiques qui leur sont profitables politiquement.

Prétendre défendre les libertés tout en dénonçant les « terroristes islamistes » c’est un peu comme vouloir combattre le nazisme tout en luttant contre les communistes et les juifs. Ca n’a aucun sens, ça ne mène à rien. Sans l’appui des communistes et des juifs, l’Europe n’aurait pas pu sortir de l’oppression nazie, et de même, sans union contre l’islamophobie et les inégalités sociales, personne ne pourra se libérer du cyber-nazisme actuel basé sur la surveillance satellitaire et le terrorisme, qui deviendra irréversible s’il n’est pas dénoncé rapidement.

Cette lutte contre le fascisme satellitaire, nécessitera aussi la collaboration des divers Etats et mouvements du tiers monde, eux aussi victimes du Mind Control et des ondes satellitaires. Ces pays sont atteints par des guerres civiles, coups d’Etat, problème climatiques, séismes, l’ensemble de ces calamités étant provoquées par les satellites. Ils ont donc tout intérêt à ce que la loi du silence sur les ondes satellitaires soit levée. Ils doivent être intégrés à un front unifié de résistance mondiale contre le fascisme satellitaire rejoignant ainsi l’ensemble des forces qui en Occident résistent à la cyber-dictature .

L’implication de l’Etat américain dans les attaques du 11 septembre a été démontrée par nombre de sites et de publications et pourtant, officiellement, aucune action en justice contre les comploteurs n’a été intentée. Bien que pratiquement démasqués, les fascistes continuent de profiter de leur crime majeur. Ils narguent les nations, espionnent les gens à leurs  domiciles, persécutent les salariés sans que personne ne proteste.

Le nazisme international s’est fortement développé depuis 2001. Dans chaque pays, les fascistes sont sortis de leur marginalité pour devenir une des forces principales de l’échiquier politique. Ils dominent la surveillance satellitaire, le renseignement, le patronat, les partis politiques traditionnels. Ils banalisent progressivement leurs méthodes de nazis tels la torture, la persécution d’innocents, le meurtre, la surveillance à domicile, les agressions physiques par satellite contre des salariés ou citoyens ordinaires, le fichage et la surveillance généralisés.

Tous ceux qui collaborent avec la propagande « antiterroriste » et qui viennent nous dire que ce sont Ben Laden et ses successeurs qui sont responsable du terrorisme international font le lit du retour du nazisme dans le monde. Tous ceux qui développent l’islamophobie politique et médiatique font le jeu d’un totalitarisme qui ne s’arrêtera bien évidemment pas aux musulmans. D’ores et déjà, les journalistes subissent des pressions physiques tels l’étouffement, l’engraissement, le scalpage, les brûlures visibles (points noirs). Terrorisés, ils n’osent pas se révolter et dénoncer une fois pour toute le complot fasciste et son outil, le Mind Control.

Nous ne somme visiblement plus à l’époque du Watergate où quelques journalistes pouvaient faire démissionner un président. A notre époque, ce sont plutôt les présidents qui harcèlent les journalistes qui ont perdu tout leur pouvoir. La raison de cet état de fait c’est évidemment le Mind Control, mais aussi les 30 ans de campagnes de désinformation sur les questions terroriste et islamique. A force de dire que nous étions menacés par le terrorisme « islamique », il a paru normal à tous de prendre des mesures exceptionnelles contre ce terrorisme. Mesures qui se sont bien évidemment retournées contre les forces démocratiques et la société dans son ensemble, puisque ces éléments constituaient la cible visée au départ. Les journalistes sont tombés dans le piège du racisme qui s’est ensuite refermé sur eux et sur l’ensemble de la société. Aujourd’hui encore certains continuent de collaborer avec la dictature, sans se douter que le seul moyen de se libérer vraiment, ce n’est pas de se compromettre mais au contraire de lever la loi du silence.

Le sens critique de la majorité des journalistes est proche de zéro. Ils gobent tout. Quelque soit l’information qu’on leur soumet  ils ne font jamais preuve du moindre doute. Timisoara, le 11 septembre, les attentats de 86, 95, les massacres en Algérie, les armes de Saddam Hussein, l’assassinat de Londres, l’histoire du terroriste qui mettait des explosifs dans ses chaussures : ils ne doutent jamais de rien ! Qu’on leur dise que des terroristes alcooliques et fêtards ont détourné des avions armés de simples cutters et qu’ils sont ensuite détruit deux tours de 400 mètres de haut, le tout au nom de l’islam alors que ces gens ne semblaient pas particulièrement pratiquants, et ils avalent tout. Pas l’ombre d’un doute pendant 6 mois, les seuls osant protester étant exclus du monde du travail et persécutés s’ils n’étaient pas membre de réseaux politiques constitués. Ce manque d’esprit critique de tous les journalistes de télévision, de radio, de la presse écrite, du public, du privé est impressionnant. Ces gens ne font tout simplement pas leur métier. On a parfois l’impression que les vrais journalistes ont progressivement été éliminés du milieu de l’information pour être remplacés progressivement par des chiens de garde apeurés et corrompus de la dictature.

Il faut espérer que tout cela va changer et que la presse et les médias internationaux vont enfin se mettre à faire leur travail.

 

Alors que les fascistes répriment hypocritement et implacablement toute répression en Occident, utilisant des centaines de satellites de surveillance pour harceler et manipuler internautes et dissidents, ils encouragent la subversion dans l’ensemble des pays arabes et musulmans, non pas bien sûr pour améliorer les libertés dans ces pays, mais plutôt pour essayer de provoquer des guerres civiles comme en Syrie ou des troubles comme dans nombre d’autres pays. Alors qu’en Egypte ou en Turquie, les foules occupent des places stratégiques des villes, rien de comparable n’a lieu en Occident. Quelques défilés n’obtenant jamais aucun résultat c’est le maximum que réussit à faire la contestation en France, que cette contestation soit de droite ou de gauche. Aux Etats-Unis, la dernière grande manifestation sociale remonte à Seattle, avant le 11 septembre. Le mouvement des indignés n’a jamais pu rassembler plus que quelques dizaines de manifestants, sévèrement encadrés par des centaines de policiers.

Lors des manifestations contre le Mariage pour tous, l’occupation de la place des Invalides n’a pas duré plus que quelques heures, alors qu’en Egypte ou en Turquie les occupations durent plusieurs semaines. Ceci nous prouve bien qu’il existe en Occident des armes secrète de lutte contre les manifestants, armes qui sont utilisées dans le plus grand secret, sans que l’opinion n’en soit jamais informée.

Dans tous les mouvements sociaux de droite comme de gauche, depuis quelques années, les protestataires n’obtiennent jamais rien, ce qui est tout de même étonnant pour des régimes qui se prétendent démocratiques. Il n’y a pas de négociation et pas de concession que ce soit pour le recul de l’âge de la retraite à 62 ans ou pour la question du Mariage pour tous. Ne pas négocier, ne pas céder, voilà la nouvelle forme de gouvernance dans les pays anciennement démocratiques.

A écouter les médias, on a l’impression que les seuls mouvements protestataires légitimes dans le monde doivent avoir lieu dans le monde  musulman ou dans les pays anciennement communistes. Dans les ex-démocraties occidentales, la mode est de réprimer les manifestants en utilisant des armes secrètes (télé-répression), et de prétendre ensuite que les contestataires ont le droit de manifester mais que de toute façon ils n’obtiendront jamais rien quelque soit le nombre de manifestants parce qu’un dirigeant responsable ne « cède pas devant la rue ».

Alors que dans les années 60, les émeutes soixante-huitardes avaient abouti à des négociations et des concessions importantes de la part du gouvernement de l’époque et des patrons, de nos jours par contre, on sent que le rapport de force a changé : les gouvernements n’ont plus peur des manifestants car ils peuvent utiliser des armes satellitaires surpuissantes plus efficaces que des armes à feu et dont l’utilisation est protégée par un secret total. Le résultat de cet état de fait est simple : les manifestants n’obtiennent plus jamais rien quel que soit leur nombre et quoi qu’ils fassent. Qu’ils soient violents ou paisibles ne change rien : la répression a les moyens de les calmer.

 

Opposition entre juifs et musulmans

Parmi les stratégies des fascistes, la création d’une opposition artificielle entre Juifs et Arabes ou juifs et musulmans occupe une place de choix. Les fascistes, héritiers des croisés et des inquisiteurs, exècrent les deux parties d’une haine égale. Quand ils appuient les uns, c’est pour mieux écraser les autres, le but final étant d’asservir et détruire les uns et les autres.

Le meilleur moyen de gagner, c’est de diviser les ennemis. En opposant juifs et musulmans, les fascistes ont réussi un coup de maître, affaiblissant les uns et les autres et les poussant à coopérer avec leur pire ennemi respectif, le racisme.

Le racisme des nazis ne s’arrête bien évidemment pas aux Arabes et aux Juifs : ils haïssent aussi les noirs, les jaunes, les Tziganes, les Slaves, les aborigènes d’Australie, les Amérindiens. Ils se détestent aussi entre eux : les nazis anglo-saxons exécrant les fascistes français, allemands, italiens et Est-européens qui eux-mêmes s’abhorrent mutuellement. Quand ces fascistes arrivent au pouvoir, c’est généralement pour se battre entre « nationalistes » de différents pays après avoir exterminé leurs minorités respectives.

Mais, dans le cas que nous étudions (la montée du fascisme et la division de la société pour mieux la dominer), la création artificielle d’une opposition entre juifs et musulmans occupe une place à part : ces deux communautés sont considérées par les fascistes comme des ennemis héréditaires ontologiques, les uns ayant fait tuer Dieu ( mythe du peuple déicide), et les autres étant perçus comme des ennemis acharnés de la chrétienté depuis 15 siècles.

En réalité, ce sont les Romains qui ont fait tuer Jésus, puisqu’ils étaient les maîtres de la Judée à cette époque. Pour eux, Jésus était un agitateur juif parmi d’autres et, pour apaiser le clergé juif tout en rétablissant l’ordre, le « mieux  » était donc de l’éliminer.

Quant à l’Islam, il n’est que l’ultime variante du monothéisme biblique, lui même issu des religions orientales, syrienne, égyptienne et babylonienne. Il y a peu de différences entre les diverses religions du Livre, qui prônent toute une croyance en un dieu unique et l’application d’une morale, universelle bien que d’origine sémitique, à base de justice, de compassion, et de restriction sexuelle. Les appels à la guerre sainte présents dans ces livres sont à replacer dans un contexte historique antique précis et bien évidemment pas à appliquer aux époques ultérieures. Les Sarrasins ne sont pas plus ennemis héréditaires de la France que les Allemands, Italiens, Hongrois et Huns, Anglais, Vikings et autres.

La création de l’Etat d’Israël est directement issue du génocide hitlérien dans lequel les Arabes n’ont eu bien entendu aucune part de responsabilité. Le massacre de juifs est une vieille tradition européenne, qui date de l’époque des croisades, ce qui prouve bien qu’islamophobie et antisémitisme sont intimement liés.  En Espagne, après la Reconquista, musulmans et juifs ont été rejetés de la péninsule ibérique, les musulmans se dirigeant vers le Maghreb, et les juifs vers l’empire ottoman, l’Afrique du Nord et la Hollande. A la tolérance islamique, que certains trouvent le moyen de critiquer, ont succédé le monolithisme  religieux et les persécutions inquisitoriales. Globalement, l’islam a toujours été plus tolérant que le christianisme. Reprocher aux musulmans comme cela se fait actuellement un prétendu fanatisme est une escroquerie intellectuelle et historique destinée à encourager le fascisme islamophobe.

Globalement, on assiste actuellement à l’émergence d’un nouveau fascisme en Occident, qui est ouvertement islamophobe et implicitement antisémite ou judéophobe. Une des ruses de ce fascisme, c’est de se faire appuyer par ses propres ennemis, juifs ou arabes. Des partis d’extrême droite tel le FN se sont fait financer par centaines de millions avec de l’argent arabe, alors même que ce parti est depuis l’origine viscéralement anti-arabe. Actuellement le FN est appuyé par les extrémistes juifs, qui devraient pourtant ce douter que l’objectif final du FN  c’est la mise en place d’une nouvelle shoah.

Juifs et Arabes se doutent que ces braves fascistes ne rêvent que de les anéantir, mais leur haine mutuelle est plus forte et, peu à peu  ils se font piéger par le nazisme. Quand les fascistes viennent chercher des fonds chez les Arabes c’est pour combattre les Juifs, et quand ils viennent en visite dans les organisations juives, c’est toujours pour demander de l’aide dans leur lutte contre l’islam.

Juifs et musulmans devraient comprendre qu’entre deux périls il faut choisir le moindre et que réveiller le démon fasciste dans le monde risque d’être fatal pour les deux parties. De même, faire la promotion du racisme contre un camp finit par se retourner contre l’autre, le racisme étant un état d’esprit, les critiques visant les musulmans pouvant aisément se retourner contre non seulement les juifs, mais aussi les Italiens, Espagnols, Polonais, corses, alsaciens et autres minorités, qui pensent portant n’avoir rien à faire avec les juifs et musulmans. Lorsque la boîte de Pandore s’ouvre, plus personne n’est à l’abri, ni les minorités, ni la majorité, car l’appareil de répression se retourne immanquablement contre la majorité lorsque les minorités ont été éliminées ou expulsées.

En Allemagne nazie par exemple, le simple fait d’attaquer l’Union soviétique sans aucun espoir de victoire prouve bien que les nazis éprouvaient une haine secrète pour les Allemands et qu’ils n’étaient pas de vrais patriotes. N’importe qui d’un peu sensé se serait consacré à la guerre contre la Grande-Bretagne qui était alors en cours, plutôt que de se créer un ennemi supplémentaire à l’Est. En plus de leur stupidité d’autodidactes parvenus, se greffait probablement leur haine de lumpenprolétaires victimes d’une exclusion injuste de la société bourgeoise capitaliste durant leur jeunesse. Le résultat de la rancœur nazie a été la mort de plus de 5 millions d’Allemands, en plus des 45 millions de morts européens, juifs et tziganes .

Pout opposer Juifs et Arabes ou plus largement juifs et musulmans, le fascisme international utilise le conflit du Proche-Orient, en faisant en sorte qu’il ne puisse se régler pacifiquement. Par exemple, le refus systématique d’Israël d’appliquer les résolutions de l’ONU depuis 1967 est fortement encouragé par les Etats-Unis, eux-mêmes repaire du nazisme international et du racisme généralisé. En refusant que la loi internationale  s’applique dans la région par opposition systématique de son veto, l’impérialisme rend toute solution définitive impossible, ce qui était son but depuis le début. Les crypto-nazis américains savent que si la question du Proche-Orient était réglée, le sionisme risquerait de se consacrer à la lutte contre le nazisme international qui est très puissant dans le monde et non pas limité à quelques partis d’extrême droite qui ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.

En focalisant le judaïsme dans la lutte contre les Arabes et les musulmans, le fascisme international peut contenir à la fois les Arabes, les musulmans et le judaïsme qui s’est d’ailleurs fortement affaiblit depuis la chute du communisme.

L’assassinat d ‘Itzhak Rabin, faucon modéré, entre d’ailleurs dans le cadre de ce complot qui a pour méthode de mettre hors d’état de « nuire » tous ceux qui sont favorables à un début de négociation pour régler le conflit. Le véto systématique américain utilisé pour empêcher l’application des résolutions de l’ONU, qui peut apparaître au premier abord comme pro-juif et pro-israélien, résulte en fait d’un raisonnement machiavélique qui vise à diviser pour régner et affaiblir ainsi deux ennemis d’un seul coup, compte tenu du fait qu’une iniquité trop accentuée ne fait qu’exacerber la rancoeur de la partie flouée et génère alors des troubles qui déstabilisent la région.

Le décès de Yasser Arafat est lui aussi plus que suspect. Il a probablement été assassiné par le fascisme international, israélien, français ou américain. La stature de ce leader le rendait apte à faire la paix avec Israël malgré les réticences des dirigeants de cet Etat. Sa disparition entre dans la logique du fascisme  occulte qui neutralise les grands dirigeants internationaux pour mieux imposer sa politique criminelle.

L’ensemble de la région proche-orientale est ainsi divisée et ravagée par un conflit sourd qui, s’il ne dégénère que rarement en guerre ouverte, militarise à outrance les sociétés de la région et nuit ainsi à l’établissement de la démocratie et à la croissance économique. Des sociétés qui étaient démocratiques en 1948 comme la Syrie et l’Egypte, se sont ensuite transformées en dictatures militaires sous la pression de la menace de guerre.

Le terrorisme arabe vient systématiquement gêner les efforts de paix et favoriser les partis fascistes en Israël. Ce terrorisme ne peut pas être indépendant, quand on connait la puissance des instruments de surveillance qui sont disponibles, tels par exemple le Mind Control ou surveillance par satellite. Ces attentats sont voulus et organisés par le fascisme international par le biais des services secrets américains ou israéliens.  Tous ces attentats profitent à la fois aux nazis occidentaux, très présents dans les services de renseignement et le monde politique et aux fascistes locaux, Likoud ou autres. La méthode romaine consistant à rechercher à qui profite le crime pour trouver les coupables est toujours valide : le terrorisme « islamique » en Terre Sainte profite en réalité aux fascistes israéliens qui en sont plus que probablement les organisateurs avec l’aide de leurs « amis » américains et occidentaux.

La gauche n’existe d’ailleurs pratiquement plus en Israël comme d’ailleurs dans la plupart des pays du monde, vaincue par le Mind Control père du terrorisme et sa conséquence obligée le sécuritarisme, qui détruisent peu à peu la démocratie dans tout le monde développé. Dénoncer l’imposture terroriste qui favorise le fascisme, c’est le point de départ de toute lutte contre ce nazisme international qui divise les peuples pour mieux régner, pour mieux supprimer les libertés, pour mieux accaparer le pouvoir et les richesses tout en feignant d’être le défenseur de ceux qu’il assassine.

Le sort de la bande de Gaza est symptomatique de la fascisation de la région : plus d’un million de personnes sont privées de tous leurs droits, enfermées dans un bantoustan surchauffé, harcelées par les satellites du Mind Control, sans que personne ne proteste. La frontière avec l’Egypte est fermée et les échanges commerciaux et humains s’opèrent par des souterrains de contrebande, sans que la communauté internationale ne songe à protester. Que l’Etat d’Israël décide de fermer sa frontière avec Gaza est une chose, qu’il oblige l’Egypte à faire de même en est une autre. Ces méthodes de nazis risquent de contaminer l’ensemble de la planète et les enfermeurs pourraient un jour se retrouver enfermés s’ils continuent à banaliser ce type de répression. Libérer la bande de Gaza devrait être une priorité pour la communauté internationale, sinon, ce type de traitement pourrait se généraliser dans le monde et aboutir à une répression accrue des libertés partout sur la planète.

Au Liban, les Palestiniens n’ont pas accès à certaines professions, alors qu’ils sont présents dans le pays depuis des décennies, et pendant ce temps, les Libanais ont eux droits à tous les emplois et à la nationalité du pays lorsqu’ils émigrent à travers le monde.

Faire respecter le droit international en Palestine devrait être considéré comme une priorité absolue pour la communauté internationale et les défenseurs des droits de l’Homme dans le monde. On peut constater que quand les droits de l’Homme ne sont pas respectés en Palestine et en Israël, ils régressent partout dans le monde et en l’occurrence en Occident, précisément parce que les Juifs ont longtemps été spécialisés dans la défense de ces droits et sont actuellement entravés par la politique du Likoud dans leur action. Pousser les Juifs à se nazifier en Palestine, c’est le meilleur moyen de les neutraliser ailleurs dans le monde.

Laisser l’extrême droite israélienne mener une politique d’apartheid qui dégénèrera obligatoirement en génocide nazi quand les conditions seront réunies, cela équivaut à affaiblir l’antifascisme partout dans le monde et à permettre au nazisme de prendre progressivement le pouvoir en Europe et aux Etats-Unis. Les fascistes proposent dans un premier temps une alliance des bourreaux, pour mettre aux pas les Arabes et les musulmans. Ensuite ils comptent bien prendre le pouvoir et rendre aux actuels bourreaux juifs leur statut de victimes. Après les avoir déconsidérés, il deviendra très facile de les persécuter de nouveau.

Lorsque les nazis auront pris le pouvoir en Occident, il n’est pas besoin d’être grands clercs pour comprendre qu’ils vont se ruer sur Israël et l’anéantir pour réaliser enfin leur phantasme de reconquête de la Terre Sainte, tout cela dans le cadre d’une suppression totale des libertés et de guerres généralisées partout dans le monde.

Face à cette montée du fascisme le plus agressif dans le monde, tous les peuples faibles, mêmes fascistes,  doivent comprendre qu’ils seront un jour victime d’ Etats nazis plus puissants. Israël, les pays de l’Est, ceux du tiers monde, doivent savoir que les petits pays fascistes se feront manger pas les gros pays fascistes et qu’ils n’ont donc, par conséquent, aucun intérêt à favoriser le fascisme international qui finira par les écraser. Pour renforcer sa position, le mieux est de se comporter correctement avec ses minorités, pour éviter de se faire pulvériser au nom d’une défense hypocrite des droits de l’Homme.

Pour consolider leurs positions face au nazisme international, les Juifs n’ont d’autre solution que de régler la question palestinienne de manière équitable et rapide. La bande de Gaza doit être libérée immédiatement et ses frontières avec  l’Egypte rouvertes. Persécuter les gazaouis n’est pas une preuve de puissance mais au contraire de stupidité.

Les tirs de roquettes qui ont lieu périodiquement et qui ne visent que quelque localités israéliennes déshéritées sont plus que probablement orchestrées par les fascistes du Likoud qui cherchent des prétextes pour massacrer les gazaouis tout en confortant leur avance électorale. Comme les attentats, les tirs de roquettes profitent aux fascistes. Dire qu’il serait impossible de neutraliser quelques lance-roquettes alors que les services israéliens surveillent plusieurs dizaines de milliers de personnes dans le monde est une farce. Les fascistes israéliens savent précisément où se situent les lance-roquettes et les utilisent politiquement en actionnant des combattants qu’ils contrôlent totalement. C’est aux israéliens de lutter contre leurs fascistes locaux et de dénoncer leurs manipulations criminelles. Faute de quoi, ces fascistes les mèneront vers une catastrophe dont ils seront les seuls survivants en raison de leurs liens avec le nazisme international.

Un règlement du conflit pourrait être une méthode efficace pour stopper la progression du nazisme dans le monde. Régler le conflit implique de mettre en application au moins une partie des résolutions de l’ONU. Le blocus sur la bande de Gaza doit être levé immédiatement et les communication entre l’enclave et l’Egypte rétablies sans délai. En ce qui concerne la Cisjordanie, son évacuation par l’armée doit être programmée et les colons juifs restant sur place doivent être protégés par la police palestinienne. Il ne reste ensuite plus qu’à régler la question de Jérusalem dont la zone sensible  peut être administrée par une organisation internationale défendant les intérêts des trois religions et des deux ethnies.

En ce qui concerne l’Iran, les agressions réciproques militaires ou médiatiques doivent être limités et une coopération peut être instaurée entre les deux pays.

Toute propagande islamophobe ou judéophobe entre Israël et les pays musulmans doit cesser et une coopération technologique et des accords économiques entre les pays de la région doivent être mis en place comme cela se fait dans les autres régions du monde (Europe, Asie, Amérique, Afrique).

La mise en place d’un tel plan est très facile à réaliser, à partir du moment où toutes les parties se décident à lutter contre le colonialisme, le nazisme et l’impérialisme. N’oublions pas que les guerre intersémitiques de l’Antiquité ont aboutit à la colonisation du Proche-Orient par les Grecs d’abord puis  les Romains ensuite. Cette colonisation romaine a été la cause de la destruction du judaïsme en Palestine après des guerres qui ont tué des centaines de milliers de juifs.

La politique agressive menée par les Babyloniens et les Assyriens contre les autres sémites et entre eux a aussi eu pour conséquence la destruction de ces deux civilisations qui comptaient parmi les plus avancées de l ‘époque. La division des sémites a conduit à leur mise en esclavage par l’Occident, esclavage qui n’a pris fin qu’avec l’émergence des Arabes musulmans qui ont libéré la région de la tyrannie byzantine.

Toute position intransigeante d’une des parties profite à l’impérialisme et au nazisme et doit donc être évitée. Toute solution durable doit profiter à toutes les parties et à toutes les religions. A l’image de l’Union Européenne ou de l’ASEAN, la mise en place d’une zone de libre-échange régional, de liberté politique, de coopération économique et technologique semble la solution la plus appropriée au développement de la région.

La prolongation du conflit risque de nuire à la démocratie dans la région et de profiter aux fascistes militaristes et bellicistes de tous les pays du Proche-Orient, Israël compris. Si le conflit se prolonge, l’Etat d’Israël risque de devenir un dictature comparable à celle des pays du tiers monde. Le bellicisme profite au fascisme qui écrase et persécute le peuple en feignant de le servir. Dans chaque pays, 10% de fascistes profitent de l’état de guerre pour se remplir les poches et brimer leurs concitoyens. Pour les 90% restant les conditions de vie se détériorent et ces 90% sont obligé de renoncer à toutes leurs libertés élémentaires au profit des nomenclaturas sécuritaires qui commencent par combattre l’ennemi, (un fois tous les 30 ans), pour mieux exploiter et écraser leur propre peuple. Ces guerres intersémitiques profitent au racisme international qui relève la tête jour après jour dans le monde entier. En France par exemple, le nabot haineux Bruno Mégret espionne ses concitoyens, telle une mygale satanique, alors même que ce fasciste raciste extrémiste devrait lui même être mis sous surveillance. De même, les crypto-nazis du FN jouent les innocents pour mieux prendre le pouvoir, un peu comme le grand méchant loup qui jouerait au petit chaperon rouge. L’UMP est de même fortement infiltrée par les nazis de même que le PS où une garde pétainiste veille.

Aux Etats-Unis, le mouvement néo-nazi est très puissant bien que caché. Il est présent dans tous les partis et les liens entre certaines dynasties politiques de ce pays et le nazisme sont connus.

En Israël une partie croissante de la population est surveillée par le Mind Control : les Arabes, les ultra-orthodoxes, les gauchistes, les syndicalistes, les activistes divers et leurs familles, les nouveaux immigrants, les chefs d’entreprise, les politiciens, les officiers, les écrivains, les artistes, les sportifs, rabbins… Comme dans le reste du monde, la terreur fasciste se répand, telle une épidémie diabolique, supprimant peu à peu toutes les libertés, livrant une population inconsciente à la jalousie et la perversité d’une bourgeoisie rapace et tyrannique qui jouit maintenant de tous les pouvoirs, comme ailleurs dans le monde.

La fin de l’état de guerre avec le monde musulman devra donner la possibilité à la population israélienne de recouvrer tous ses droits civiques, de combattre le Mind Control et d’exiger une répartition équitable des richesses et du pouvoir dans le pays.

En France aussi, la création d’une rivalité entre juifs et musulmans fait partie de la stratégie des fascistes pour prendre ou se maintenir au pouvoir. Alors que le FN s’est fait financé pendant des années par les Arabes et notamment Saddam Hussein, il se fait aujourd’hui appuyer par le Likoud pour prendre le pouvoir en France et instaurer alors une dictature dont les juifs seront les victimes principales.

Une autre des méthodes fascistes consiste à recruter des juifs pour attaquer des musulmans lors des persécutions du Mind Control. Le but des fascistes est de créer  une division insurmontable de la société qui leur permettra de prendre le pouvoir en jouant sur les rivalités entre groupes : ils utilisent d’abord les juifs pour attaquer les musulmans,  ensuite ils utiliseront les Italiens pour attaquer les juifs et n’y aura plus alors qu’à se débarrasser des Italiens pour pouvoir tyranniser le pays sans concurrence.  Les fascistes divisent les diverse communautés pour prendre le pouvoir et ensuite asservir l’ensemble de la société.

Les fascisme en France n’est pas limité au FN mais est répandu dans tous les partis, toutes les administrations, tous les média, tous les services et au sein du Médef et autres organisations patronales.

Diviser pour régner est la stratégie adoptée depuis une dizaine d’années, couplée avec une tactique de diffamation permanente des musulmans, qui sont accusés de tous les maux de planète, et voués implicitement à la persécution et l’extermination.

Au début des années 2000, des incendies de synagogues ont été planifiées par des fascistes, utilisant pour cela des jeunes de banlieue sous surveillance satellitaire, et dirigés à distance vers les synagogues à détruire par le Mind Control. Le but de cette opération orchestrée par les fasciste était double : d’une part il s’agissait de diviser Juifs et Arabes, de manière à les recruter pour se combattre mutuellement pour le plus grand profit du fascisme et du racisme, et d’autre part, ces attaques ont permis d’accentuer la mise en place de diverses pratiques liberticides et criminelles telle la surveillance d’innocents à domicile par satellite, la torture et le harcèlement prolongés de personnes en raison de leurs origines, le meurtre massif d ‘Arabes par le Mind Control, les viols systématiques de femmes musulmanes.

Toutes ces persécutions islamophobes dignes des Serbes de Bosnie sont restées jusqu’à nos jours totalement secrètes, certains dirigeants arabes allant jusqu’à financer les partis racistes de droite et d’extrême droite. Ils feraient mieux de financer les partis et personnalités antiracistes plutôt que de favoriser des fascistes qui non seulement persécutent les Arabes et les musulmans en France, mais provoquent aussi guerres civiles et troubles dans les pays d’origine, juste par haine raciale arabophobe et islamophobe.

La stratégie de division a aussi été employée dans le cas du gang des barbares, où une bande de banlieue a kidnappé et assassiné un jeune juif, prétendument pour essayer d’en obtenir une rançon, mais plus réellement parce que cette bande était sous le contrôle satellitaire de fascistes de divers services et de politiques nazis qui ont manipulés ces jeunes pour détruire à la fois le juif kidnappé et les Arabes et le les Noirs kidnappeurs qui vont probablement finir leurs jours en prison alors même que leur volonté a été totalement abolie par les satellites lors du kidnapping et que les vrais coupables sont les fascistes manipulateurs et criminels. Dans cette affaire, les vrais, pour ne pas dire les seuls coupables, sont ceux qui étaient aux manettes et qui téléguidaient les exécutants qui, sans l’intervention du Mind Control auraient continué une simple carrière de dealer dans le pire des cas.

Dans l’affaire du supermarché cacher de Sarcelles, attaqué par des Antillais convertis à l’islam, on a là aussi visiblement affaire à une manipulation fasciste, visant à diviser pour régner, et à opposer Antillais et juifs, dans le but d’affaiblir les deux parties.

Les fascistes n’attaquent que rarement de face. Ils préfèrent, pour commettre leurs atrocités, utiliser des zombies qu’ils sacrifient à la fin de l’opération, et tout cela sans prendre le moindre risque. Dans le cas de l’affaire Méric, un petit fasciste espagnol a été manipulé par les fascistes du Mind Control pour tuer ce jeune militant libertaire. Méric est probablement mort tué par les satellites directement et non par le coup qu’il a reçu. Les fascistes ont décidé de sacrifier un collègue espagnol pour commettre leur crime. Le racisme existe aussi entre fascistes.

Dans le cas de l’affaire Mérah, toute l’affaire ressemble à une caricature de manipulation fasciste : un maghrébin musulman assassine des militaires, eux aussi maghrébins et des juifs, maghrébins pour la plupart. Les principales victimes de l’opération sont des maghrébins, ou plus concrètement des Juifs et des Arabes. Un militaire antillais a été atteint. Aucun ‘français innocent » n’a été blessé lors de l’opération. On sent que tout à été fait pour nuire à la fois au Juifs et aux Arabes en les tuant, en les opposant et en diffamant les musulmans accusés une fois de plus d’être les coupables, alors qu’en réalité les vrais criminels sont une fois de plus les conspirateurs fascistes incrustés au cœur de l’appareil d’Etat. Mérah n’aura jamais l’occasion de s’expliquer, assassiné alors qu’il voulait se rendre, les fascistes ne voulant pas laisser de témoin gênant.

Mérah était-il l’exécutant manipulé par le Mind Control ou n’était-il pas coupable du tout. On  saura un jour, lorsque les archives secrètes des services secrets seront accessibles, ce qui s’est vraiment passé. Une chose est sûre, c’est que le tueur n’a jamais enlevé son casque pour qu’on puisse l’identifier à coup sûr. Dans tous les cas, les vrais coupables sont les fascistes du gouvernement de l’époque, qui ont voulu, à la veille des élections présidentielles, profiter d’un vote sécuritaire manipulé consécutif à l’attentat dont ils étaient eux-mêmes à l’origine, un peu comme aux Etats-Unis lors du 11 septembre. Leur opération s’est soldée par un échec, les Français en général et les juifs et les musulmans en particulier, se doutant que toute cette opération n’était qu’un coup monté fasciste. Cette manipulation a probablement été mise en place avec l’aval du Likoud, puisqu’un de ses représentants est venu apporter son « soutien » hypocrite aux gens qu’il avait participé à faire assassiner.

En France, aux Etats-Unis, en Israël, les fascistes, comme les loups, chassent en meute, les citoyens de ces pays ne se doutant pas que leurs gouvernements n’hésitent pas à les faire assassiner  en utilisant des zombis téléguidés, les manipulateurs fascistes étant servis par une propagande islamophobe permanente, qui rend la thèse de la culpabilité arabe plausible. Les juifs ne se doutent pas que des fascistes juifs peuvent faire assassiner d’autres juifs, juste pour profiter politiquement du terrorisme. Partout, la logique des fascistes est la même : organiser des attentats, faire accuser les Arabes, supprimer le plus de libertés possible et profiter de cette limitation des libertés pour se faire élire. Beaucoup de juifs ne savent pas que monsieur Nétanyahou collabore avec les nazis et a du sang juif sur les mains. Un jour, ils accueilleront les discours de ce tartuffe avec des pierres.

Pour exacerber l’opposition entre les deux parties, les fascistes utilisent des islamophobes juifs, chargés d’entretenir un climat raciste en France tout en déchaînant la colère des musulmans contre le judaïsme, ce qui était le but premier des fascistes. Les islamophobes juifs tels JF Kahn dans les années 1990, Alexandre Adler ou beaucoup d’autres, ventriloqués par des manipulateurs professionnels fascistes publics et privés, ont favorisé l’opposition entre les deux communautés, et par là même ont renforcé l’antisémitisme, le racisme et le fascisme.

La tactique des fascistes est donc la suivante : manipuler des juifs qui lanceront une campagne de diffamation contre les musulmans, les Arabes, les Noirs, les immigrés en général, ce qui provoquera en retour un développement de l’antisémitisme dans les communautés visées. La même stratégie est appliquée en France, aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

Les fascistes ont pour objectif de recruter les juifs dans leurs rangs, pour combattre la gauche, l’extrême gauche et les autres minorités, pour, une fois arrivés au pouvoir, relancer les persécutions antisémites, comme dans les années 1940. Les sionistes se doutent de l’existence de ce plan fasciste mais, espèrent que cette fois ils réussiront à vaincre les fascistes après avoir éliminé toute concurrence des autres communautés. Favoriser les néo-nazis pour combattre les Arabes, c’est bien évidemment une stratégie inepte et criminelle qui n’aura d’autre résultat que l’émergence d’un nouveau nazisme plus puissant encore que l’ancien dans la mesure où il dispose du Mind Control, l’arme absolue de la répression. Alors que les Arabes et autres communautés non-européennes sont faibles, les fascistes eux, sont puissants, bien implantés dans la police, l’armée, les services secrets, la sécurité privée, les grandes entreprises, les médias. Prétendre vaincre tous ces gens tous seuls, après avoir détruit la gauche, l’extrême gauche et les autres minorités est une stratégie suicidaire qui ne pourra aboutir à autre chose qu’une catastrophe de dimension mondiale.

La seule stratégie possible pour le judaïsme français et international est donc de renforcer la gauche et l’extrême gauche et de lutter contre le racisme et l’islamophobie, sachant que l’islamophobie est un des vecteurs principaux de la peste fasciste qui finit toujours par muter vers l’antisémitisme, mue par des siècles d’habitude, et considérant que les juifs sont l’ennemi principal de l’Occident, les autres adversaires n’étant que peu dangereux.

Le jour où les intellectuels juifs commenceront à combattre l’islamophobie de manière viscérale et déterminée, alors, le fascisme commencera a reculer mais, tant que le judaïsme collaborera avec le fascisme, notamment dans le domaine du racisme, c’est le fascisme qui progressera et l’influence juive qui diminuera.

La lutte contre le fascisme doit être  collective et rassembler le plus de groupes possible. Ceux qui croient qu’ils peuvent vaincre tout le monde tous seuls vont provoquer des catastrophes pour eux-mêmes et pour tous les autres. La lutte actuelle contre le racisme doit se concentrer sur la question islamophobe car, cette forme de racisme et la plus actuelle et la plus virulente depuis plusieurs décennies. En combattant l’islamophobie, on combat aussi les autres formes de racisme et on fait reculer le néofascisme qui est beaucoup plus proche du pouvoir que ne se l’imagine la masse de l’opinion. Le fascisme futur sera satellitaire, chaque citoyen devra subir la surveillance, le harcèlement et la torture des cyber-gardiens du Mind Control et vivre son existence en enfer. Le fascisme du 21ème siècle sera pire que celui du 20 ème et s’en libérer sera pratiquement impossible compte tenu des moyens de surveillance qui sont disponibles.

Le fascisme en France n’est pas limité au FN mais est infiltré partout dans le monde politique, les entreprises et les administrations. Si les fascistes gagnent, la torture deviendra le lot commun de toute la population, dans les entreprises, les domiciles privés et les camps de détentions qui seront mis en place suite à des manipulations terroristes.

La stratégie des fascistes est de faire croire au juifs qu’ils vont bénéficier de la dictature, pour ensuite retourner la dictature contre eux, un peu comme l’avait fait Staline. Le meilleur moyen d’éviter l’émergence d’un nazisme mondial est donc de dénoncer le système du Mind Control  qui ne profite in fine qu’au fascisme international.

En France, la stratégie du FN est de concentrer toutes ses attaques contre les musulmans, et plus particulièrement les Arabes musulmans en essayant de recruter dans leur combat toutes les autres minorités. Leur but est d’arriver au pouvoir et d’expulser la totalité des musulmans de France. Ensuite ils pourront se concentrer sur les autres minorités et notamment la communauté juive qu’ils combattront avec l’aide des Italiens et des Allemands qui seront une fois le travail fini les nouvelles cibles.

Bien évidement les persécutions ethniques ne sont pas le seul projet des fascistes : ils comptent aussi éliminer ou rééduquer les gauchistes, les francs-maçons, les homosexuels, les régionalistes corses ou basques, les fascistes dissidents. Ils vont aussi plus que probablement confisquer les entreprises petites et grandes et les redistribuer à leurs sympathisants. D’ores et déjà, ils essayent de faire interdire toute critique sur le Web ou dans les médias officiels.

Face à la stratégie fasciste qui consiste à regrouper pour mieux combattre un groupe donné, groupe qui change dès que le groupe précédent a été éliminé, il semble raisonnable que tous les groupes visés s’unissent pour faire face à la menace. Ceci implique que ces groupes se défendent entre eux, et s’unissent à la majorité pour conforter les restes de démocratie en Occident.

Pour que la majorité silencieuse ait une idée du péril fasciste, il faut qu’elle ait accès à toutes les informations concernant le Mind Control et la répression par satellite. Faute de quoi, les peuples anciennement démocratiques seront happés dans les filets de la pieuvre fasciste, sans même se douter du sort affreux qui les attend.

Ne pas avertir les peuples du danger mortel que constitue le Mind Control pour la démocratie et la vie civilisée est criminel. Ceux qui se sont tus seront maudits par leurs descendants torturés pendant des siècles et des siècles.

 

La méthode des fascistes consiste donc à attaque les deux camps, Juif et Arabe,  en « utilisant les uns pour taper sur les autres », comme ils disent, et en leur faisant croire que cette guerre entre minorités leur profitera. Les fascistes encouragent chacun des deux camps à s’entêter, les persuadant que ce sera le plus entêté qui gagnera, alors même que cette lutte entre minorités ne profite qu’aux nazis, persécuteurs des minorités et de la majorité, ennemis de la liberté de la presse et de la liberté de conscience,  du progrès social et de la liberté d’expression, de la liberté de religion et du droit à la vie privée, de la juste répartition des richesses et du droit pour les travailleurs à s’organiser.

Les fascistes disposant du Mind Control, c’est pire que ceux d’hier qui n’en disposaient pas. Tout le monde est et sera visé y compris les dissidents du nazisme.

Donc, les fascistes font croire aux Juifs et Arabes qu’ils ont intérêt à se combattre mutuellement alors que les deux parties seront perdantes à l’issue du combat. Si une des deux minorités est éliminée à la fin de la bataille, l’autre suivra très rapidement, comme dans l’Espagne de l’Inquisition, quand les Juifs furent torturés, brûlés et expulsés peu après les Maures.

Quand les fascistes attaquent un des deux camps, ils s’appuient toujours sur l’autre et ce jusqu’à ce qu’une des deux parties ait été éliminée. Ils organisent une sorte de concours de collaboration entre les minorités, récompensant provisoirement ceux qui collaborent le plus, avant de les désigner eux mêmes pour cible. Par exemple les Juifs et les Italiens sont utilisés pour attaquer les Arabes, puis les Italiens pour attaquer les Juifs et ensuite les fascistes peuvent éliminer les Italiens. En échange de leur collaboration, les diverses minorités ont droit à une suspension provisoire des insultes et des discriminations.

Il est évident que dans un pays civilisé ce type de pratiques ne doit pas avoir lieu. La Nation doit être cimentée par un projet commun de croissance économique, de développement des libertés,  de rétablissement de la méritocratie, et non par un développement de haines ethniques manipulées par une mafia fasciste au services d’une oligarchie dégénérée.

Etres unis face à nos dirigeants est une obligation pour préserver nos libertés. L’union fait la force, tout le monde sait cela depuis des millénaires.

Pour manipuler les Juifs et les utiliser contre les musulmans, les fascistes empêchent par tous les moyens un règlement de la situation au Proche-Orient, favorisant les partis extrémistes en Israël, qui prétendent défendre les intérêts du peuple juif par un fanatisme anti-arabe qui serait presque comique s’il n’était si nuisible. Ces gens ne comprennent pas ou feignent de ne pas comprendre que le blocage du processus du paix dans la région profite au nazisme qui, tapi dans l’ombre, attend le jour du grand massacre où ils pourront éliminer à la fois les Juifs, les Arabes et des dizaines d’autres peuples de la planète.

La méthode de travail pour régler la question du Proche-Orient doit être la suivante : poser pour principe premier que le nazisme est l’ennemi principal à combattre, pour ensuite démontrer que tout retard dans le règlement définitif du conflit sur la base des résolutions des l’ONU profite au nazisme international exterminateur et esclavagiste.

Au niveau international, toutes les minorités doivent, en collaboration avec les majorités, rétablir la démocratie en dénonçant le Mind Control et non pas espérer prendre le contrôle des manettes de la surveillance satellitaire pour leur seul profit et ensuite établir une dictature sur la planète. Ca ne marchera pas ; la dictature profite toujours aux fascistes qui persécutent systématiquement les minorités et notamment les minorités juives. Le seul moyen pour les minorités d’éviter les exactions sur le long terme est d’établir et de renforcer la démocratie et non pas d’essayer de profiter des systèmes totalitaires et oppressifs.

Si par exemple aujourd’hui les sionistes pensent avoir le contrôle sur une majorité des satellites mais rien de prouve que ce contrôle est réel et n’est pas un simple leurre. Le meilleur moyen de protéger ses intérêts n’est pas de rivaliser en cruauté avec les nazis mais au contraire de rétablir une application stricte des droits de l’homme et du citoyen pour toutes les communautés, pour tous les citoyens, quelque soit leur origine, leur position politique, ou leur niveau social. Ces principes de base des démocraties doivent être rétablis, en dénonçant le Mind Control et le complot fasciste qui l’accompagne. Ce n’est pas quand les fascistes seront au pouvoir qu’il sera temps de réagir.

Le droit à la vie privée et l’interdiction du filmage à domicile sans contrôle judiciaire doit être rétabli pour tous. Le droit d’avoir des opinions politiques ou religieuses différentes sans subir de persécutions doit aussi être remis en place.

Pour résumer, l’opposition entre Juifs et Arabes profite aux nazis et doit donc cesser. Pour faire cesser ce conflit il faut bien évidemment résoudre la question du Proche-Orient le plus rapidement possible sur la base des résolutions de l’ONU en sachant que le nazisme international fera tout pour faire échouer les négociations. De plus il faut combattre l’islamophobie, l’antisémitisme et le racisme de manière conjointe, sans séparer l’un de ces combats des autres, sous peine d’affaiblir la totalité du mouvement. L’ensemble des luttes pour les droits des minorités doit être articulé au combat pour les droits de l’Homme pour tous les citoyens dans tous les pays et notamment en France. La pratique qui consiste à ignorer la question du Mind Control alors que cet instrument profite aux fascistes doit cesser. Sinon, les nazis seront bientôt de retour.

 

Guerres civiles provoquées

Une des stratégies du fascisme est de provoquer des guerres civiles dans le tiers monde de manière à tuer le plus d’Arabes, de Noirs, d’Asiatiques ou de Latinos possible. Ces guerres civiles ont fait des millions de morts en Angola, au Congo, au Libéria, en Sierra Leone, en Somalie, en Algérie, en Syrie, au Liban, en Irak et dans beaucoup d’autres pays.

En Syrie par exemple, la stratégie de l’impérialisme consiste à armer ou faire armer les deux parties et ensuite encourager les deux camps au combat, en les manipulant par satellite et en leur faisant croire que la seule issue au conflit c’est la guerre, alors même que ces deux camps ont tout intérêt à s’entendre pour partager le pouvoir. En Irak de même, une opposition artificielle est crée entre sunnites et chiites, ce qui permet la mise en place de réseaux terroristes  qui perpètrent des attentats qui ne profitent à personne sauf au racisme international. Là encore la solution passe par un partage équitable du pouvoir entre les diverses parties.

En Afrique, des milices armées et manipulées par les satellites coloniaux font perdurer des guerres sanglantes et inutiles qui gênent le développement de ces pays. Au Rwanda plus d’un million de personnes ont été assassinées en 1994 par des milices pro-gouvernementales appuyées et manipulées par le colonialisme. En Somalie, le pays est en guerre civile permanent depuis les années 1990 date de l’intervention occidentale.

Les pays du tiers monde ont intérêt à éviter toute guerre civile importée par l’impérialisme ce qui implique un partage systématique des richesses entre plusieurs parties comme cela se fait en Occident où gauche, droite et extrême droite se répartissent le pouvoir.

Le racisme international a pour méthode de créer des divisions ethniques et religieuses systématiques dans le monde, entre l’islam et la chrétienté ou le Nord et le Sud, les fascistes se présentant alors comme les défenseurs de l’Occident face à des pays qu’ils poussent à l’hostilité pour mieux exiger ensuite privilèges et pouvoir spéciaux qu’ils finissent par appliquer contre leurs propres peuples. Pour simplifier, les fascistes prétendent nous défendre contre des menaces qu’ils créent eux-mêmes pour ensuite profiter de celles-ci. Cette méthode de création de problèmes ethniques et religieux mondiaux s’illustre par la question du terrorisme international où, des musulmans, représentant pour les fascistes le pire du tiers monde, commettent des attentats qui en réalité ont été fomentés par ces mêmes fascistes, ce qui permet ensuite aux fascistes de limiter les libertés en Occident et donc de se remplir les poches en pratiquant diverses formes de corruption de de trafic qui restent impunies en raison du secret d’Etat qui les protège.

Les guerres civiles provoquée, permettent un trafic d’armes intense et la perception de commissions qui se chiffrent par milliards. Ces commissions sont récupérées le plus souvent par des gens qui ont eux-mêmes organisé ces guerres.

Pour tous les Etats du tiers monde, le meilleur moyen d’éviter de se faire ruiner par l’impérialisme c’est d’éviter les guerres et de partager le pouvoir avec toutes les tendances locales sans exceptions.

Parmi les ruses employées par le racisme international pour diviser pour régner, l’opposition entre chrétiens et musulmans, entre sunnites et chiites, entre les diverses ethnies présentes en Afrique, entre « religieux » et « laïcs ».

La politique occidentale en Afrique par exemple compte peu de grands projets économiques ou technologiques. La plupart des grandes réalisations en termes de barrages, de routes et d’usines sont le fait des Chinois qui eux veulent vraiment développer l’activité économique du continent.

La politique française dans le tiers monde devrait s’appuyer sur de grands projets (barrages, détournement de fleuves, usines) plutôt que sur la volonté de nuire caractérisée par  coups d’Etat et guerres civiles destinés à mieux contrôler des pays ruinés par le néo-colonialisme. La politique de la France dans le tiers monde et notamment dans ses anciennes colonies semble consister uniquement à diviser, les seuls éléments qui apparaissent positifs étant souvent destinés à privilégier une communauté par rapport à une autre et préparer ainsi de futures guerres civiles. Ces politiques néocoloniales nuiront à long termes aux intérêts français, les divers pays arabes et africains finissant par se tourner exclusivement vers la Chine ou la Russie.

Les massacres organisés par les néocolonialistes en Afrique ou Moyen-Orient sont prévisibles lorsqu’on connait le type de recrutement dans les milieux fascistes et racistes qui est effectué par les services spécialisés dans ces régions. Des services formés de racistes exterminateurs s’occupent des affaires de l’ex-empire colonial et cherchent à tuer le plus d’Arabes et de Noirs possible, pour résumer à l’extrême leur objectif. Ces gens ne s’efforcent pas de défendre les intérêts français mais plutôt d’assouvir leur racisme pathologique en allant détruire les pays qu’ils considèrent comme ennemis, c’est à dire tous les pays afro-asiatiques sans exception.

Dans ces conditions il ne faut pas s’étonner que le commerce extérieur de la France soit déficitaire et que l’économie française soit au bord de la faillite. Alors qu’il aurait fallu développer une zone économique francophone comme l’Allemagne s’est constitué une zone d’influence en Europe de l’Est, les racistes exterminateurs ne cherchent qu’à détruire des régions qui auraient dû devenir une zone de développement économique liée à la France. Le résultat est que, comme d’habitude, les fascistes criminels vont ruiner le commerce français, ruiner les Français, et qu’ils seront les seuls à profiter du marasme économique qu’ils ont mis en place à l’intérieur et à l’extérieur des frontières.

Au Soudan, la guerre civile du Sud a permis à l’impérialisme de récupérer les ressources pétrolières du la région Sud après la proclamation de l’indépendance de celle-ci. Le partage du pétrole s’est fait au détriment du Nord plus peuplé qui n’a obtenu que 30% des réserves contre 70% au Sud, propriété des compagnies pétrolières. Dans le cas soudanais, la guerre civile provoquée à servi à priver le pays de ses ressources pour le plus grand profit des multinationales pétrolières.

En l’Algérie, durant la guerre civile, le colonialisme a armé aussi bien le gouvernement du pays que les rebelles, de manière à provoquer un bain de sang, à la plus grande joie des racistes. En incitant les deux parties à commettre des massacres, les racistes ont pu venger leur défaite de 1962. Toutes les opérations de cette guerre étaient sous le contrôle des satellites coloniaux et impérialistes, et tous les massacres ont été l’œuvre des déchets racistes du Mind Control, manipulant des zombies dont tout le monde avait remarqué qu’ils n’étaient pas dans leur état normal lors des carnages.

En Lybie, le régime de Kadhafi gênait les intérêts coloniaux et impérialistes en Afrique, en tentant de promouvoir une politique de coopération et de développement panafricaine, et d’union entre les différents pays musulmans de la planète. Les colonialistes franco-anglais, en coopération avec le Qatar ont détruit ce régime, prétendument pour libérer le peuple, alors même qu’ailleurs ils défendent les dictatures les plus dures. Le Qatar a commis l’erreur de collaborer avec les racistes pour attaquer un pays frères, sans savoir si un jour ses amis néo-colonialistes ne se retourneront pas contre lui. Il ne faut pas s’occuper de ce qui se passe chez les gens, il ne faut pas collaborer avec les racistes, il ne faut pas attaquer ses frères en traitre sous peine de se voir un jour agressé par les racistes coloniaux qui détestent tous les musulmans ceux du Golfe compris.

En Egypte, l’impérialisme a viré son agent Hosni Moubarak, pour organiser des élections et ensuite organiser un coup d’Etat militaire dans le but de provoquer une guerre civile. Si l’impérialisme avait voulu une simple dictature, il aurait pu garder le régime de Moubarak. Si l’impérialisme avait voulu la démocratie il aurait conservé Morsi. L’impérialisme ne veut ni dictature ni démocratie, il veut la guerre civile pour empêcher le pays de se développer. Une mauvaise dictature vaut mieux qu’une guerre civile qui risque de durer pendant des années comme en Syrie, en Irak, au Liban et autres.

Face au complot raciste, la meilleure solution consiste à partager le pouvoir entre toutes les tendances, et à instaurer une démocratie limitée ou les divers partis alternent au pouvoir, sans massacrer les perdants si possible.

En Syrie, une guerre civile dans la guerre civile est favorisée par l’impérialisme, l’ASL affrontant le groupe Al Nosra, aggravant encore la situation des civils. L’affrontement entre les modérés et les extrémistes parmi les rebelles étant entièrement téléguidé d’Occident où des dirigeants politiques ont clairement appelé à la guerre entre les différents groupes qu’ils contrôlent. On le voit, face aux racisme international, la seule solution est de s’unir, d’éviter toute guerre civile, de négocier, de partager le pouvoir. L’Occident, c’est un peu l’ami qui vous veut du mal, qui n’appuie un parti que pour mieux massacrer l’autre avant de se retourner contre l’allié de départ.

Pour tous les pays du tiers monde, et notamment les pays musulmans, la solution consiste à combattre le racisme à la source, en Occident et en l’occurrence en France. Quand dans l’ hexagone, des milliers de musulmans sont persécutés par satellite en raison de leur origine, c’est aux divers Etats musulmans de protester avec tous les moyens médiatiques dont ils disposent. Faute de quoi, l’impérialisme finira par venir les chatouiller à domicile, les mettre en prison dans leur propre pays(Moubarak), les contraindre à l’exil (Ben Ali), les assassiner (Kadhafi), quelque soit leur orientation idéologique et la qualité de leur collaboration. Face au lobby raciste en Occident, la lutte doit être totale, l’argent arabe devant servir à combattre ces islamophobes et arabophobes enragés, car, quand ils ont fini de persécuter les musulmans en Europe, ils finissent toujours par les traquer dans leurs pays.

Aucun pays arabe ou musulman ou du reste du tiers monde ne pourra vivre en paix, tant que les persécutions continueront en Occident contre les diverses minorités. La planète est devenue un village globalisé ; ce qui survient dans une partie du monde impacte le reste de la planète ; quand ont harcèle les musulmans par satellite et que les pays se réclamant de cette religion ne protestent pas, ils deviennent eux-mêmes des cibles. Ne pas essayer de faire libérer les cyber-otages arabes et musulmans en France, c’est se condamner à se faire attaquer d’une manière ou d’une autre, sous la forme d’une guerre civile, d’un embargo, de troubles politiques, de coups d’Etat à répétition.

Face à la haine de l’impérialisme, tous les Etats du tiers monde ont intérêt à mettre en place une certaine forme de partage du pouvoir, de manière à ce que chaque clan, chaque région, chaque religion, chaque ethnie ait sa part du gâteau. Faute de quoi, l’impérialisme aura beau jeu d’attiser les rancoeurs et les rancunes et de provoquer une guerre civile au moment choisi par lui. Pour ne pas faciliter la tâche des forces coloniales, une certaine équité doit être mis en place dans tous les Etats du tiers monde, chaque injustice favorisant les plans impérialistes.

En politique extérieure, tous les pays du tiers monde doivent s’entendre et collaborer avec les Etats voisins, le moindre petite incident pouvant être exploité par l’impérialisme pour créer une guerre froide ou chaude entre ces pays. Collaboration économique et non ingérence, collaboration technologique, militaire, collaboration diplomatique, l’ensemble de ces politiques devant aboutir à la création d’entités politiques régionales du type de l’UE, le but de ces groupements étant de renforcer les unités régionales et de résister à l’impérialisme et à toute forme de colonialisme.

La lutte contre le racisme et les persécutions en Occident devra aussi être une des stratégies de base de ces pays, le lobby raciste étant de plus en plus puissant et haineux, terrorisant et harcelant les minorités en Occident, et ayant pour but ultime la recolonisation totale de la planète. Tous les moyens doivent  être utilisés pour combattre ces racistes harceleurs et assassins, qui espionnent, insultent, torturent et tuent en France comme dans le tiers monde. Au lieu de financer les partis racistes et fascistes en France tels le FN et l’UMP, il faudrait que l’argent arabe alimente les groupes antiracistes et de résistance, de manière à ne pas être détruits par les monstres qu’ils ont contribué à renforcer à l’image du colonel Kadhafi assassiné par le raciste  qu’il avait cru malin de financer. La solidarité entre fascistes occidentaux et dictateurs du tiers monde n’existe pas. Les fascistes occidentaux sont avant tout des racistes fous de jalousie. Il n’y a pas de collaboration durable possible avec eux.

Créer des partis politiques, des associations, des médias antiracistes, anti-islamophobes, anticolonialistes devrait être une des stratégies internationales des pays du tiers monde fortunés, qui, pour l’instant, ont plutôt tendance à financer les partis racistes. Faire libérer les Arabes et musulmans persécutés en Occident par les satellites du Mind Control devrait être la stratégie majeure du monde musulman. Si les cyber-otages du Mind Control ne sont pas libérés, alors c’est tout le monde musulman qui sera rapidement attaqué directement par les nouveaux colonialistes, plus puissants encore que les anciens, du fait de leur technologie satellitaire. Ne rien faire pour faire libérer les prisonniers du Mind Control  totalement innocents et persécutés en raison de leur origines est une erreur fatale. Le jour où le monde arabo-musulman et le tiers monde auront compris qu’il faut dénoncer le Mind Control et les persécutions ethniques pour quoi il est utilisé,  la plupart de leurs problèmes seront alors réglés.

Les impérialistes ne sont bien évidemment pas des fous de démocratie. Quand ils prétendent favoriser la démocratie, c’est pour, quelque temps après, organiser un coup d’Etat militaire dans l’espoir de provoquer une guerre civile. Impérialistes et néo-colonialistes veulent bloquer la croissance économique des pays du tiers monde, en utilisant pour cela diverses méthodes tels la guerre civile, le coup d’Etat, la guerre entre Etats, l’inégalité sociale extrême qui gêne le développement.

La stabilité politique les gêne. Ils veulent non seulement favoriser les dictatures, mais en plus changer de dictateur à l’envi, pour faire en sorte que les dirigeants de ces pays soient le plus faible et donc le plus obéissant possible. Tous ces pays n’ont d’autre choix que de s’unir, de mettre en place des stratégies communes de résistance à l’impérialisme, de tenter de créer un consensus intérieur de manière à éviter les troubles, de créer des zones de libre-échange et de coopération économique régionales.

De grands travaux peuvent être entrepris en Afrique ou en Asie centrale, comme par exemple des détournements de fleuves, permettant d’irriguer des régions désertiques et de développer ainsi l’agriculture. Bien évidemment, le racisme international tente par tous les moyens de dissuader le tiers monde de se lancer dans de grands travaux. Les projets concernant ces grands travaux sont toujours qualifiés de « démesurés », « pharaoniques », « fous », de façon à discréditer tout projet qui permettrait de sortir du sous-développement.  Le seul projet de l’impérialisme pour le tiers monde, c’est la guerre civile et la fausse charité, les habitants de ces pays étant plus ou moins forcés à devenir des sortes de mendiants internationaux obligés de remercier ceux qui les ont ruinés. Epidémies et sécheresses provoquées, rebellions diverses téléguidées, partitions de pays en entités non viables qui deviendront des colonies impérialistes au service des multinationales, tout est fait pour ruiner ces pays et les rendre dépendants de l’Occident raciste à perpétuité.

Heureusement, l’émergence de la Chine à permis de relancer l’économie de tiers monde, par la hausse du prix des matières premières qu’elle a provoquée. L’afflux de devises dû à ces hausses à permis le lancement de travaux d ‘infrastructure, généralement effectués par la Chine à des tarifs raisonnables, ce qui a provoqué la fureur jalouse des racistes coloniaux qui avaient pour projet de se servir du tiers monde et notamment de l’Afrique comme d’une sorte de défouloir où il serait possible de massacrer et violer sans entraves.  Il faut être clair : l’Occident impérialiste et raciste, dirigé par un fascisme occulte, ne veut pas de développement du tiers monde. Toute sa stratégie consiste à empêcher ce développement par tous les moyens : l’endettement, la guerre civile, le refus de transfert de technologies, la baisse provoquée du prix des matières premières et énergétiques. Alors que l’armement et les grands travaux sont vendus au prix fort, les racistes insistent pour exiger des baisses des cours des matières premières, malgré le fait qu’en ruinant le tiers monde, ils se privent de débouchés pour leurs restes d’industrie. Le plan occidental pour le tiers monde consiste à développer la vente d’armements et de téléphones portables ou autres gadgets fabriqués de préférence par des compagnies du Nord, et empêcher le financement des vrais besoins en logements sociaux, route, ponts et autres.

Cette politique se poursuivra tant que les Etats du tiers monde ne s’impliqueront pas plus dans la politique occidentale, finançant et appuyant les antiracistes et anticoloniaux et combattant par tous les moyens les racistes coloniaux qui ont pour but une recolonisation du tiers monde et le rétablissement d’une forme d’esclavage pour ses populations. Les financements doivent concerner les partis antiracistes, les associations culturelles,  les associations de défense des droits de l’Homme, les sites internet combattant le colonialisme, les associations islamiques, les entreprises refusant la discrimination à l’embauche. Des groupes antiracistes doivent être financés et formés, de même que des société de sécurité, la mission de ces entités étant de protéger les minorités présentes en Occident ainsi que les pays du tiers monde, de la haine furieuse du racisme international de plus en plus puissant depuis qu’il a mis en place le Mind Control.

La surveillance du Mind Control s’étend sur toute la planète et obéit aux ordres des Etats, des fascistes et des grandes entreprises. La plus grande partie du Mind Control est sous direction occidentale et peut agir dans tous les Etats du tiers monde, harcelant et tuant peuples et dirigeants. Ces Etats ont donc intérêt à ce que l’Occident soit dirigé par des modérés ou des (vrais) gauchistes et non par des racistes haineux qui n’attendent qu’un prétexte pour les massacrer. Tout cela ne peut se réaliser que par une action concertée de long terme ayant pour but de favoriser la gauche, l’extrême gauche ou la droite modérée, et de tenter d’écarter, dans la mesure du possible, les racistes exterminateurs et islamophobes qui sont de plus en plus puissants en raison de leur maîtrise du Mind Control. Toute persécution raciste en Occident doit être considérée comme une menace directe par tous les Etats du tiers monde, qui ont donc intérêt à agir et réagir pour défendre les afro-latino-asiatiques persécutés en Occident.

Le meilleur et pratiquement unique moyen pour les Etats du tiers monde de résister à l’impérialisme, c’est de lever la loi du silence sur le Mind Control, en utilisant pour cela les médias nationaux, le Web, des associations dédiées à ce sujet. Le Mind Control doit être étudié dans les écoles, pour que les citoyens de ces pays sachent exactement qu’elle est la partie de leurs problèmes qui est due au racisme des opérateurs satellitaires. Que le moindre abruti fasciste ait l’autorisation de harceler et surveiller des dirigeants africains est dû au fait que la loi du silence règne toujours sur le sujet. Ne pas lever l’omerta sur la question du Mind Control, ça équivaut à accepter un retour rapide du colonialisme le plus extrême dans le tiers monde. Il faut lever la loi du silence sur le Mind Control ou condamner ses enfants à un asservissement éternel.

De même, le déchainement islamophobe qui a lieu dans les médias du monde occidental est dû à l’incapacité du monde musulman de protester contre les persécutions islamophobes qui visent les musulmans vivant en Occident. Harcèlement par le Mind Control, viols, meurtres, torture à distance, toutes ces méthodes sont devenues monnaie courant chez les musulmans d’Europe, même s’ils n’en sont pas toujours conscients, les persécutions satellitaires étant secrètes. Les Etats arabo-musulmans devraient comprendre que les persécutions en Occident sont le prélude à ce qui les attend dans leurs propres pays. Par exemple, quand on insulte et menace les Arabes et les Noirs dans l’émission de marionnettes de Canal Plus des années 1990, le fascisme se contente d’exprimer de manière « comique » ce qu’il fait vraiment au Rwanda ou en Algérie de ces années, soit massacrer à grande échelle en utilisant des zombies manipulés depuis des centres de commandement occidentaux actionnés par des professionnels de la guerre civile et certains politiciens racistes qui ne dédaignent pas mettre la main à la pâte lorsqu’il s’agit de massacrer du « coloré ». Cela leur rappelle le bon vieux temps de leur jeunesse, lorsqu’ils massacraient, torturaient et violaient allègrement en Algérie, avant de se faire éjecter du pays suite à une défaite particulièrement honteuse.

Les Etats musulmans se doivent donc de défendre les musulmans d’Europe de toutes les manières possible, et notamment en protestant contre les persécutions du Mind Control qui s’avèrent présenter des similitudes de plus en plus frappantes avec le nazisme des débuts ou du moins le fascisme colonial des années 1950. Les milliards de l’argent du pétrole seraient mieux investis en étant employés dans la lutte contre le racisme et l’islamophobie plutôt que dans le financement de divers politiciens xénophobes qui acceptent de faire provisoirement cesser leur propagande islamophobe en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes. Financer les antiracistes, les modérés, les journalistes, militants, blogueurs qui luttent contre l’islamophobie en Occident, peut permettre d’éviter, au Sud,  les guerres civiles téléguidées par les racistes, les bombardements, les massacres divers, ou même la destruction totale du pays comme ça a été le cas par exemple en Somalie. Un appui sans faille aux musulmans européens pourrait permettre aux Etats islamiques d’éviter une catastrophe.

En Afrique, de nombreuses guerres civiles sont en cours : en RDC ces guerres auraient fait plus de 5 millions de morts en 10 ans, sans que la communauté internationale ne s’en émeuve outre-mesure.  Face à ces guerres provoquées notamment pour le contrôle de l’extraction des matières premières, la communauté internationale ne fait rien, hormis envoyer quelques contingents impuissants, qui se contentent de limiter les exactions des diverses parties. Dans ces conditions, on peut se demander si une implication chinoise plus massive sur le continent ne serait pas souhaitable. Par exemple en RDC, quelques dizaines de milliers de soldats chinois pourraient éviter que le massacre ne s’éternise et prouverait à tous que la Chine a enfin décidé de prendre ses responsabilités en Afrique et de faire cesser les carnages néocoloniaux. Une intervention directe pour lutter contre les exactions coloniales permettrait in fine d’éviter quelques millions de morts supplémentaires. Ces interventions chinoises pourraient avoir lieu, en plus de la RDC, en Somalie, au Darfour et autres lieus de guerres et de massacres. Une implantation chinoise puissante sur le Continent noir serait l’occasion de relancer de grands projets de détournements de fleuves, de barrages géants, de construction massive de logements sociaux. Pour renforcer sa présence dans la région, une alliance avec les musulmans africains s’impose, de manière à disposer d’un appui supplémentaire de la part de gens qui sont les victimes privilégiées de l’impérialisme. Dans tous les cas, on ne peut pas laisser des pays comme la Somalie subir l’anarchie sanglante imposée par l’impérialisme depuis 20 ans sans réagir. Si l’Occident ne veut pas cesser ses crimes en Afrique et dans le reste du tiers monde, une intervention chinoise deviendra alors inévitable pour éviter que les massacres ne perdurent.

Sachant que la plupart des guerres civiles qui ont lieu dans le tiers monde sont le fait de l’impérialisme qui use et abuse du Mind Control pour diriger le monde et détruire le tiers monde, ces pays ne pourront faire l’économie d’une dénonciation claire de cette technologie diabolique et surpuissante, qui est la cause de la plupart des problèmes du Sud depuis au moins 30 ans. Sans dénonciation du Mind Control, la majorité des pays du tiers monde finiront comme la Syrie ou la Somalie. C’est donc à ceux qui sont le plus directement visés de protester auprès de l’ONU contre ce système de surveillance et de contrôle secret et de lever la loi du silence sur le sujet. Faute de quoi, le racisme international pourra continuer ses atrocités impunément et indéfiniment.

Dénoncer le Mind Control est pour ces pays une obligation stratégique. Faute de quoi ils seront condamnés à subir coups d’Etat, guerres civiles, troubles politiques divers. La dénonciation de la répression par satellite peut se faire en utilisant tous les médias officiels et d’opposition, que ce soit les télévisions, l’Internet, la presse, les radios. Certains pays comme la Syrie et l’Irak, préfèrent subir la guerre civile plutôt que de dénoncer les satellites ennemis qui organisent attentats et massacres. De même, les pays qui subissent des tremblements de terre ou des tsunamis choisissent de ne rien dire même quand ils savent que ces catastrophes ont été provoquées par des satellites. Maintenir la loi du silence sur la question des tremblements de terre provoqués c’est encourager l’ennemi à récidiver indéfiniment. Le meilleur moyen de faire cesser le crime, c’est de le dénoncer. Que tous les pays victimes de la terreur satellitaire la dénonce à l’ONU ou dans les médias et les crimes électromagnétiques à distance cesseront ou diminueront fortement. Refuser de nommer le Mal, c’est lui donner une puissance indue et incontrôlable. Le Mal, ce sont les armes satellitaires électromagnétiques secrètes qui remodèlent la planète à l’image satanique de ceux qui les emploient. Peu à peu, nous revenons à une barbarie digne du 19ème siècle, pour ne pas dire du moyen-âge, comprenant massacres, torture, fin de la vie privée, harcèlement permanent, cruauté extrême et systématique. La raison de ce fléau est que personne ou presque ne veut dénoncer le Mind Control, les armes du l’ombre et la terreur satellitaire. Dans ces conditions, il faudra que tous les pays du tiers monde s’attendent à subir les pires atrocités : séismes, guerres civiles, sécheresses, famines, recolonisation par le Racisme international qui se vengera sans limites de ses défaites passées et qui commettra les monstruosités dont il est coutumier.

Il n’y aura pas de fin des guerres civiles sans dénonciation du Mind Control.

 

Favoriser les politiciens corrompus

 

Parmi les ruses du fascisme, la corruption des élites de manière à discréditer l’idée même de démocratie. Les fascistes, eux mêmes le plus souvent avides et malhonnêtes, essayent de créer une oligarchie « démocratique » stipendiée de manière à ensuite apparaître comme des chevaliers blancs supposés débarrasser les nations d’une corruption qu’ils ont eux mêmes fortement contribuer à instituer. Plus les politiciens sont pourris et incompétents et plus les fascistes ont beau jeu de dénoncer leur incurie en feignant de n’y être pour rien.  Partout dans le monde des vendus détruisent les économies nationales, exonérant les riches d’impôts tout en bloquant les salaires, obligeant les vieux à travailler jusqu’à plus de 65 ans tout en maintenant les jeunes au chômage, accroissant les déficits jusqu’à en arriver à une faillite totale comme à Chypre où il a un moment été question de faire saisir les comptes en banque de tous les citoyens.

La plupart des dirigeants mettant en place des politiques aberrantes sont en réalité plus des corrompus que des incapables : ils savent pertinemment qu’il faut faire payer les riches et augmenter les salaires mais, comme ils sont payés par ces mêmes riches, ils sont donc contraints de préserver leurs privilèges et de se rattraper en faisant payer les pauvres, qui sont très mal organisés, de limiter la qualité des services publics et d’accroitre les déficits qui finissent un jour ou l’autre par conduire le pays à la faillite.

Les corrompus politiques sont donc payés pour privatiser, baisser les impôts des riches et multinationales, reculer l’âge de la retraite sachant très bien que cette mesure créera du chômage, tout cela pour le compte du grand capital lui même proche du fascisme et n’ayant accepté la démocratie que contraint et forcé.

Certains pourris politiques sont directement payés par les grandes fortunes françaises et internationales, les grands groupes industriels et financiers, les lobbies divers, les versements étant effectués dans divers paradis fiscaux, sans que personne n’y trouve rien à redire, les journalistes se contentant de dénoncer les petits scandales pour mieux cacher les gros.

Plus les politiciens sont corrompus et plus ils sont inoffensifs et le jouet du grand capital national et international et des mafias diverses qui dirigent le monde, l’ensemble de ces groupes étant acquis au fascisme.

Pour semer la terreur, les corrompus persécutent internautes et citoyens, excluent des médias les journalistes honnêtes, interdisent de politique les vrais démocrates partisans des libertés et de la redistribution.

Beaucoup d’honnêtes citoyens doivent subir les persécutions de cette caste de déséquilibrés corrompus, violeurs et voleurs, cruels et incompétents. Ces gens préparent l’avènement du fascisme, faisant comprendre aux citoyens qu’ils ont perdu tous leurs droits, et qu’il ne les récupèreront pas tant qu’ils n’auront pas le courage de protester contre le Mind Control.  Les fascistes ne gagnent jamais les élections honnêtement, les gens ne voulant pas voter pour des partis qui suppriment les libertés. Pour gagner il faut que les crises économiques se prolongent, que les classes politiques soient pourries jusqu’à l’os, que les libertés soient supprimées avant même la tenue des élections.

De nos jours ces 3 conditions sont réunies : la crise de 2008 n’est toujours pas jugulée ; elle succède à une suite ininterrompue de grandes et petites crises qui ravagent le monde développé depuis 1974. La cause réelle de tous ces problèmes économiques et notamment du chômage c’est d’abord le refus de réduire le temps de travail et de faire partir les gens à la retraite plus tôt. Le temps de travail est de toute façon partagé entre chômeurs et éremistes d’un côté et salariés et indépendants de l’autre. Si les gens pouvaient partir dès 55 ans par exemple et que le temps de travail hebdomadaire soit limité à 30 heures, il n’y aurait plus de chômage du tout et l’économie pourrait tourner à plein, ce qui n’est pas dans l’intérêt du fascisme qui ne peut prospérer que dans la misère prolongée. Une autre raison de la crise actuelle est que les revenus sont de plus en plus mal partagés ce qui induit un déficit de consommation et donc des faillites d’entreprises et du chômage. De plus, les baisses d’impôts pour riches rentiers découragent l’activité et limitent les revenus de l’Etat, les grands travaux, l’entretien des infrastructures ce qui à la fois réduit l’emploi et les services fournis aux citoyens.

Les fascistes veulent nous faire croire que le chômage est dû aux importations, sans se douter que ce sont ces importations qui permettent de maintenir un niveau de vie supportable et que leur suppression pourrait créer dans un premier temps 1 million d’emplois sur 6 millions de chômeurs mais rendrait la vie des pauvres insupportable en raison de la hausse des prix qu’elle provoquerait. Cette inflation serait probablement combattue par des plans d’austérité qui feraient apparaître les mesures  prises actuellement comme fortement laxistes.

Les fascistes sont aussi les champions de la lutte contre l’immigration, pensant qu’expulser quelques millions de personnes résoudrait le problème de l’emploi alors même que 1 million de personnes expulsées c’est 1 million de consommateurs en moins et donc des milliers de fermetures d’entreprises.

Face au complot fasciste il faut :

1) Rétablir la liberté d’expression et dénoncer le Mind Control, pierre angulaire du complot fasciste.

2) Laisser les gens partir à la retraite à partir de 55 ans pour laisser la place aux jeunes.

3) Réduire le temps de travail à 30 heures hebdomadaires(sans réduction de salaire) pour faire travailler les chômeurs.

4) Augmenter le smic et les salaires des fonctionnaires pour relancer la consommation.

6) Dévaluer l’euro pour relancer les exportations.

7) Augmenter massivement les impôts des riches pour financer des grands travaux et une forte redistribution.

8 ) Combattre le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme de manière à renforcer l’unité nationale.

9) Harmoniser socialement et fiscalement l’Union européenne.

10) Mettre un terme aux politiques coloniales criminelles qui profitent toujours aux fascistes et nuisent aux exportations.

 

Les fascistes sont les maîtres du harcèlement satellitaire. Ils semblent être plus puissants que les politiques. Lorsqu’ils sont incrustés quelque part, il n’y a plus moyen de les faire partir. Les partis politiques qui collaborent avec le fascisme électromagnétique et qui tolèrent le harcèlement d’honnêtes citoyens seront ses prochaines victimes. Ils n’ont pas compris que c’est en protégeant les citoyens de base qu’ils se protègent eux-mêmes. Plus le fascisme progresse et supprime de libertés et plus ils deviennent des cibles probables. Faire libérer les autres, c’est se libérer soi-même, tous les militants ont compris cela depuis des lustres.

Tous les politiciens quelque soit leur tendance ont intérêt à faire cesser la répression satellitaire. Si cette répression permet de faire taire la critique autre que fasciste, elle présente aussi une menace grave pour la classe politique qui un jour ou l’autre ne pourra plus se faire obéir des chiens de garde fascistes. Il se produira alors des coups d’Etat fascistes dans les pays développés comme ils ont lieu actuellement dans le tiers monde.

Les fascistes favorisent donc les politiciens les plus incompétents possible pour ensuite rendre leurs coups d’Etat populaires. En Europe  par exemple, les politiques suivies depuis plus de 10 ans sont économiquement catastrophiques : la surévaluation de l’euro obère gravement l’activité économique et singulièrement les exportations. Plusieurs pays ont une balance commerciale fortement déficitaire, ce qui induit des politiques de « rigueur » pour les pauvres, et donc un blocage de l’activité économique. Comme nous sommes en déficit commercial (en raison de la surévaluation de l’euro) alors il faut appliquer des politiques de blocages des salaires minimum et de restriction des dépenses publiques, qui elles mêmes gênent la demande effective et provoquent in fine une stagnation économique prolongée.  Ces crises économiques prolongées créées par les fascistes, favorisent ces mêmes fascistes qui, généralement, profitent de ces crises pour prendre le pouvoir après avoir supprimé progressivement toutes les libertés. Si les politiciens ne veulent pas libérer les otages des nazis de la surveillance, il deviendront leurs prochaines victimes.

Le même raisonnement peut s’appliquer aux journalistes : s’ils continuent à collaborer avec le complot fasciste au lieu de le dénoncer, ils ne seront pas épargnés pour autant lorsque les ennemis de la démocratie auront pris le pouvoir. Il faut dénoncer le complot fasciste à base de contrôle satellitaire pendant qu’il en est encore temps et non avec 10 ans de retard. Bientôt, il sera trop tard et, même en dénonçant la surveillance satellitaire, plus personne ne pourra rien faire contre le complot fasciste.

Il suffit qu’un seul citoyen soit persécuté impunément par les fascistes, pour que toute la population soit menacée. Un nazi impuni, c’est une promesse de terreur généralisée pour toute la société à court, moyen ou long terme.

La liberté d’expression doit donc être rétablie par tous les moyens et utilisée par les journalistes pour informer la population du complot qui se trame contre elle et qui aura des conséquences catastrophiques et prolongées s’il n’est pas dénoncé.

Le rétablissement général des Droits de L’Homme de base doit être effectué le plus rapidement possible : droit à la vie privée, droit à la liberté d’expression, interdiction de la torture et du harcèlement… Lorsque les droits des citoyens les plus humbles sont supprimés, ceux du reste de la population commencent à disparaître et ceux de l’élite ne tarderont pas non plus à être annulés, ce qui permettra aux fascistes de récupérer à la fois le pouvoir et l’argent. Ils pourront alors se répartir les riches demeures des millionnaires naïfs qui ont cru qu’on pouvait collaborer avec les fascistes et ne rien risquer.

La meilleure ruse des fascistes, c’est de vous faire croire qu’ils travaillent pour vous, alors même qu’ils n’attendent que le moment opportun pour vous nuire, vous torturer, vous scalper, vous éliminer.

Pour prendre le pouvoir, comme dans les années 1930, il faut que la population soit désespérée et dégoûtée par l’élite en place. Il faut donc concocter un cocktail détonnant d’injustice, de corruption, de persécutions diverses, de crise générale, d’incurie profonde, l’ensemble de ces éléments étant mis en place par les fascistes, qui, depuis des années favorisent le libéralisme économique – sachant très bien qu’il ne fonctionne pas – pour ruiner les nations et prendre le pouvoir. Tout ce qui s’oppose à la terreur ultra-capitaliste est mis sous surveillance, persécuté, marginalisé, assassiné. La seule critique du système qui subsiste est alors la critique fasciste, généralement à base de xénophobie hypocrite remplissant une fonction de diversion, la plupart des problèmes dénoncés ayant été en réalité induits par les fascistes eux-mêmes.

la question des retraites illustre bien la stratégie des fascistes : dans tout l’Europe, les fascistes ont pour projet  de faire travailler les vieux le plus tard possible, 65 ans 69 ans ou plus, alors même que les jeunes sont victime du chômage de masse. Les fascistes savent que le meilleur moyen de progresser dans l’opinion est le mécontentement généralisé et plus particulièrement celui causé par le sous-emploi. Lorsque les salariés sont exploités dans une entreprise, ils ont tendance à se regrouper contre le patron pour faire respecter leurs droits et donc à favoriser les syndicats et partis de gauche. Par contre, lorsqu’ils sont au chômage, isolés et amers, ils deviennent des cibles idéales pour les recruteurs fasciste. En effet, le discours de la gauche est principalement dirigé en direction des salariés et retraités et beaucoup moins vers les chômeurs et érémistes. Ignorés par la gauche, qui ne leur promet qu’un éventuel retour au travail si la situation voulait bien s’améliorer, ces exclus sont alors séduits par le discours des nazis hypocrites, qui comprennent d’autant mieux leurs souffrances, qu’ils les ont eux mêmes provoquées.

La cible électorale principale de la gauche et de l’extrême gauche devrait être ces chômeurs et exclus, qui pourraient retrouver une vie normale en cas de RTT massive et d »avancée de l’âge de départ à la retraite qui créeraient des millions d’emplois. Cette avancée de l’âge de départ à la retraite devant bien sûr être financée par des impôts sur les riches et non par des cotisations sociales supplémentaires ou la hausse de la CSG et autre TVA. Il est temps que les nantis participent un peu à la solidarité nationale, au lieu de se remplir les coffres en profitant du malheur général.

Pendant que le lobby fascisto-patronal exige des sacrifices toujours plus grands de la part des citoyens et salariés, les partis ouvertement fascistes eux, jouent les innocents et se prétendent partisans de mesures plus douces pour les salariés : « oui à la suppression des 35 heures, mais en y allant doucement ». Tout l’art des fascistes consiste à travailler pour la bourgeoisie, tout en se faisant élire par les plus démunis qui n’ont d’ailleurs pas d’autre choix s’ils veulent s’apposer au système, compte tenu de l’extrême faiblesse idéologique de la gauche.

Les fascistes sont contre toute augmentation du salaire minimum car ils savent que cette mesure pourrait relancer l’économie et donc leur faire perdre des électeurs. De plus, ontologiquement, ces fascistes sont partisans de l’inégalité entre les hommes ; ils veulent donc que les pauvres soient le plus pauvres et humiliés possible, de manière à rendre plus apparente la différence entre les riches et puissants d’une part et le bas de la société d’autre part. Le plaisir du fasciste, c’est le contraste entre les oppresseurs et les opprimés, entre les riches et les pauvres, entre les diverses races, ethnies et religions. Le fasciste jouit de l’inégalité. L’oppression c’est sa raison de vivre, à condition bien sûr d’être dans le camp des oppresseurs. Harceler, persécuter, brimer, torturer, ce sont quelques unes des activités favorites du Fasciste. Ces gens ne peuvent être heureux qu’en écrasant les autres. Pour arriver là leurs fins, ils sont prêts à feindre le patriotisme et la probité pendant des lustres, jusqu’au moment où leur complot aboutit enfin, et qu’ils peuvent laisser libre cours à leurs instincts les plus profonds. Ces gens font de la politique, pour nuire, humilier, écraser, anéantir, exterminer, réduire en esclavage. La pire erreur serait de les sous-estimer. Comme toutes les bêtes féroces, ils sont sournois et violents, sadiques et nuisibles, pervers et cruels. Comme le chat joue avec la souris, il s’amusent à pourrir la vie des citoyen par tous les moyens, et notamment celui de la surveillance satellitaire.  Que personne ne se leurre : tout le monde est visé par ces criminels, et, ceux qui ne veulent pas libérer les victimes (du Mind Control)  d’aujourd’hui seront les cibles de demain.

 

Les fascistes contaminent les politiciens et notamment les politiciens de gauche de leur xénophobie maladive de déchets de la société. Les fascistes ont remarqué depuis l’enfance que le moindre immigré leur est supérieur, ces fascistes étant souvent issus de familles à problèmes graves. Au lieu de dénoncer le système qui provoque la misère et les problèmes sociaux, ces fascistes de base s’en prennent à d’autres victimes de la dictature, utilisant ces immigrés pour grimper dans l’échelle sociale et tenter ensuite de prendre le pouvoir alors qu’ils n’ont aucune qualification particulière pour prétendre y accéder.

Infectés par les fascistes, certains politiciens de gauche se ridiculisent avec un discours xénophobe à l’encontre des Chinois, Musulmans, Roms, espérant s’attirer ainsi les bonne grâces des racistes. Dans les faits, ce racisme soft ne profite qu’à la droite et l’extrême droite et ne leur permet de récupérer ni électeurs ni sympathie, le public méprisant généralement ceux qui n’ont pas de convictions fermes, dans un sens ou dans l’autre. Toute déclaration raciste contre les Roms, les émirs, les « islamistes » ou autres, ne profite in fine qu’à la droite et l’extrême droite. La gauche doit combattre le racisme et l’islamophobie ou disparaître car, en termes de racisme, elle sera toujours battue par la droite et, l’électeur préférant l’original à la copie, ira vers l’origine de ce type de raisonnement.

Combattre le racisme ne veut bien évidemment pas dire qu’il faut développer un faux antiracisme tel celui qui prévalait au cours des années 1980, quand on prétendait favoriser les immigrés qu’en réalité on discriminait et persécutait. Le faux antiracisme fait croire qu’il va favoriser les minorités au dépends de la majorité, de manière à provoquer volontairement une réaction fasciste. Le faux antiracisme prétend qu’il va accorder le droit de vote aux étrangers qui ne l’avaient pas demandé de manière à exaspérer les électeurs de droite, alors même qu’il ne l’accorde jamais à la fin. Le résultat de l’opération c’est généralement une poussée de l’extrême droite. Ceci explique par le fait que des racistes sont fortement infiltrés à gauche, issus du fascisme colonial ou du pétainisme, et que bien évidemment ces gens ne cherchent par à intégrer les minorités mais au contraire à les utiliser pour favoriser le fascisme.

Si la gauche ne réussit  pas à se libérer du pétaino-colonialisme qui est l’antithèse exacte de ses valeurs, elle se condamnera à perdre inéluctablement toutes les élections comme c’est le cas depuis des décennies : après une victoire initiale, les défaites sont systématiques en 1986, 1992, 1995, 2002. Les alliés naturels du PS sont le FDG et les Verts, et non le Médef et le FN. Si cette question des alliances, de la politique menée et de l’idéologie qui sous-tend son action n’est pas résolue par la gauche, elle se condamnera à des défaites successives qui pourront mener à sa disparition, comme on l’a constaté dans certains pays où la gauche a pratiquement disparu du paysage politique.

Les seules politiques économiques efficaces sont les politiques de gauche à base de hausses des salaires, de RTT, de politique internationale anticoloniale, de coopération et d’exportation,  de dévaluation de la monnaie, de hausses d’impôts des riches.  Les politiques fascisto-patronales elles, ne fonctionnent pas. Les blocages de salaires bloquent l’économie, le recul de l’âge de la retraite augmente le chômage, les baisses d’impôts pour riches ruinent l’Etat. Le fascisme ultracapitaliste est en passe de détruire l’avance technologique et sociétale que l’Europe avait acquise depuis des siècles. Les blocages de salaire minimum stoppent la croissance, les baisses d’impôts limitent la recherche publique, le chômage permanent détruit la confiance des travailleurs dans le système, la suppression des libertés et le Mind Control ramènent l’Europe à un niveau de dictature proche de celui du tiers monde ou de celui qui prévalait en Europe au 19 ème siècle. Peu à peu, les oligarques sont en train de ruiner l’Occident, pour le compte de quelques milliers d’héritiers milliardaires, inutiles et fraudeurs, classe parasite et nuisible qui prépare lentement mais sûrement l’avènement du fascisme intégral dont ils seront aussi les victimes probables.

Tout ce que font les politiciens sous contrôle oligarchique international nuit à l’économie, à la démocratie, au développement, aux citoyens. Les privatisations de services publics ont eu pour résultat des augmentations de tarifs pour les usagers, des blocages de salaires pour les employés, ce qui  a eu pour résultat que les bénéfices ont eux fortement augmentés, comptabilisés dans des paradis fiscaux, servant à enrichir des parasites fortunés et malfaisants, qui peu à peu prennent la direction de la planète. Ces vieux riches moches et stupides qui dirigent le monde sont d’une arrogance sans limites. Leur crédo est simplissime : moins d’impôts pour les riches et plus pour les pauvres. Leur action politique consiste à se faire exonérer d’impôts, à faire taire toute dissidence, à contrôler totalement les politiques par tous les moyens y compris la contrainte physique, à corrompre l’ensemble de la société, journalistes, intellectuels, syndicalistes, élus divers, responsables religieux ou philosophiques. Le développement de cette classe de super-riches rapaces et malhonnêtes représente un danger mortel pour les nations. Quand on a exonéré ces gens, il ne reste plus assez d’argent pour faire fonctionner l’appareil d’Etat pas plus que pour redistribuer un minimum de richesses de manière à éviter un effondrement total de l’économie et une destruction physique des classes pauvres par inanition.

Le bon politicien, c’est celui qui fait payer les riches, qui fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat, qui, tel Henri IV et Sully assure un niveau de vie acceptable au peuple. Le mauvais dirigeant, c’est celui qui baisse les impôts des riches parce qu’il a été payé, qu’il est riche lui même, qu’il a peur des riches. Le bon politicien, c’est celui qui nationalise, qui rachète des entreprises privées et les met au service du peuple et de l’Etat. Le mauvais politicien, c’est celui qui privatise les biens publics , qui arrache au peuple ses entreprises et ses richesses, pour les redistribuer au dessous de leur prix normal à des capitalistes spéculateurs et  destructeurs, en n’oubliant pas de se servir au passage, sous forme de corruptions diverses.

Le bon politicien c’est celui qui permet aux vieux de partir à la retraite le plus tôt possible, ce qui laisse la possibilité aux jeunes et aux chômeurs de rentrer sur le marché du travail et de vivre leurs vie de manière à peu près normale. Le mauvais politicien, c’est celui qui au contraire oblige les vieux à « travailler », alors même que les entreprises n’en veulent  plus, ce qui revient à transformer les retraités en chômeurs. Les seniors qui travaillent empêchent les jeunes de travailler, et la majorité des vieux qui ne travaille pas vient gonfler les statistiques du chômage sans permettre pour autant de faire diminuer les dépenses sociales publiques. Le seul motif pour faire travailler les gens au delà de 37, 5 annuités, est de développer le chômage, de créer une armée de réserve pour la production et par là faire baisser les salaires, mais surtout c’est de permettre la progression du fascisme, les chômeurs et anciens chômeurs étant généralement de bons clients pour la propagande néo-fasciste.

Le bon politicien, c’est celui qui augmente le smic, ce qui permet une hausse de la consommation et donc une relance de l’économie. Le bon politicien c’est celui qui monte le niveau du RSA, de manière à améliorer les conditions de vie des sous-prolétaires qui n’ont et n’auront pas la possibilité de travailler tant que les vieux ne partiront pas à la retraite plus tôt.

Le bon politicien, c’est celui qui rassemble au lieu de diviser, qui ne monte pas les gens les uns contre les autres par médias interposés,  qui ne développe pas sournoisement le racisme et le fascisme en prétendant être républicain légaliste, qui ne persécute pas illégalement les honnêtes citoyens par la surveillance satellitaire, qui ne crée pas de problèmes diplomatiques en insultant le reste du monde, qui ne provoque pas de guerres civiles et de putschs mais au contraire tente d’apaiser et de pacifier, qui ne voue pas aux gémonies telle ou telle communauté. Le bon politicien combat l’islamophobie, vecteur de la peste brune néo-nazie, ne persécute pas les élèves portant le foulard ou autre signe religieux, ne favorise pas les persécutions raciales des fascistes du Mind Control.

Le bon politicien c’est celui qui favorise la liberté, l’égalité et la fraternité et non la dictature, la concentration des richesses et la haine raciste.

Depuis l’apparition de la surveillance par satellite il y a une trentaine d’années, la gauche réelle a été marginalisée par le Mind Control qui a favorisé une droite de plus en plus extrême pour en arriver finalement à une prédominance des fascistes dans toute l’Europe et le Etats-Unis. Derrière le fascisme se profile le nazisme des politiciens corrompus, des systèmes de satellites de surveillance, des patrons voyous, fraudeurs et ennemis de la démocratie. Ces conservateurs extrémistes ont tous les droits : s’ils sont attaqués ils peuvent porter plainte par contre quand ils attaquent les gens par le Mind Control, système connu de tous, alors les plaintes sont refusées. On se retrouve actuellement dans une dictature oligarchique qui tend à se rapprocher de la féodalité du Moyen-Age : les maîtres du système ont tous les droits et aucun devoir alors que pour les autres 99% c’est l’inverse : ils sont astreints à tous les devoirs légaux mais n’ont plus aucun droit.

Les fascistes ont le droit de camper chez vous pendant des décennies, s’incrustant dans votre vie privée, détruisant votre existence sans qu’aucune plainte déposée ne soit suivie d’effet. Les fascistes ont le droit de torturer et tuer alors que les citoyens de base eux ne bénéficient d’aucun recours juridique face à ces exactions. Aucune société ne peut se développer dans ces conditions. Déjà, des citoyens français ou américains vont se réfugier en Russie, qui était pourtant considérée jusqu’à récemment comme une semi-dictature. Face à ce début de dissidence, les fascistes ressortent l’épouvantail Al Qaeda qu’ils ont créé eux-mêmes de manière à justifier leurs atteintes aux libertés publiques. C’est pourquoi tout le monde a aujourd’hui compris que toute forme d’islamophobie profite aux fascistes, malhonnêtes et vulgaires, rusés et malfaisants. Le but suprême de ces fascistes, c’est de vous voler votre femme et vos enfants, votre emploi et votre vie, et de refaçonner la planète à leur image haineuse, perverse et médiocre.

Dans le système qui se prépare et qui est déjà partiellement mis en œuvre, le Fasciste aura droit de vie ou de mort sur tous les citoyens : il pourra décider de venir chez vous à Noël et de vous pourrir la soirée ; il pourra vous harceler au travail caché derrière les écrans de surveillance, il pourra anéantir vos vacances après vous avoir pourri le reste de l’année, il pourra vous empêcher d’uriner ou de déféquer, vous empêcher de dormir ou de copuler, vous empêcher d’écouter de la musique ou de vous déplacer. Si la Justice et les services de sécurité ne peuvent pas faire leur travail, alors il faudra que les citoyens s’organisent pour se protéger des chiens de garde satellitaires.

Tout cet accroissement des inégalités et des injustices  a eu lieu au cours des 30 dernières années ;  depuis cette époque,  les fascistes télé-surveillants par satellite les plus abrutis gagnent deux fois plus qu’un ingénieur bac +5, leur mission étant de mettre la société à genoux devant les ploutocrates fascistes, de faire accepter aux salariés la perte progressive de tous leurs avantages, de faire perdre aux citoyens tous leurs droits civiques, puisque même le droit de vivre n’est plus assuré, les satellites tueurs pouvant éliminer les récalcitrants à tout moment.

Tous les bons politiciens devraient combattre le Mind Control et rétablir toutes les libertés partout et en l’occurrence en France. Ne pas dénoncer la surveillance par satellite alors que ce système est la cause unique de tous nos maux, c’est faire preuve d’un stupidité politique infinie. Tous ces politiciens non fascistes croient-ils que les fascistes vont les épargner lorsqu’ils auront obtenu le pouvoir absolu ?  Ils finiront dans des camps réels ou virtuels comme la majeure partie de la population.

Tous les partis de gauche, du centre et autres devraient avoir pour objectif principal de rétablir la démocratie en levant la loi du silence sur le Mind Control, ce qui leur permettrait de mettre au pas les milliardaires nuisibles qui bloquent le développement de l’économie française et d’améliorer la qualité de vie de la population. Tous ceux qui refusent de lever la loi du silence sur la dictature des satellites finiront otages de ces mêmes satellites. A eux de réagir, s’il n’est pas déjà trop tard.

Tout politicien responsable doit mettre au pas le lobby néocolonial fasciste et raciste, qui travaille pour se propres intérêts nazis et non pour le peuple. En ruinant et massacrant les Africains et les Arabes par la fomentation de guerres civiles permanentes, ils privent la France d’un débouché important et ils font haïr l’hexagone dans le monde entier car, tout finit par se savoir, au moins par les élites.

Le lobby raciste veut empêcher le développement du commerce et de la coopération avec le tiers monde, et notamment avec l’ancien empire colonial. On voit que ces gens n’essayent même pas d’étendre l’influence économique de la France, mais qu’ils préfèrent une France ruinée, haïe, repliée sur elle même, déprimée par une absence totale de perspectives due à l’action des fascistes ; ils savent que c’est dans ce type de France qu’ils peuvent prospérer, qu’il peuvent prendre le pouvoir de manière à imposer alors une dictature sans pitié. Ces fascistes détestent ces Français pauvres, qu’il prétendent défendre mais qu’ils ruinent, humilient, font haïr de tous. Sans l’action des fascistes, des banquiers nazis, des patrons criminels, la croissance serait en France d’au moins 5% par an ; les affaires marcheraient à plein, les salaires augmenteraient, le chômage serait inexistant, les libertés seraient respectées pour tous. Au lieu de ça, les fascistes nous vont régresser au 19ème siècle pour ne pas dire au Moyen-Age. Ils s’incrustent à gauche alors qu’ils sont d’extrême droite, et font en sorte que généralement, les politiques de la gauche soient plus ouvertement xénophobes que celles de la droite. Il va sans dire que la gauche ne pourra pas se maintenir au pouvoir si elle ne fait pas taire la propagande islamophobe et haineuse des ventriloques fascistes des médias.

La gauche se doit de maintenir l’unité nationale dans la diversité, cette unité comprenant aussi les personnes originaires de l’ancien empire colonial voulu par la France. Cette unité dans la liberté, la prospérité et la liberté et l’exact opposé de ce qui est prévu par les fascistes : eux veulent l’inégalité, la haine généralisée entre les groupes et les personnes, la suppression de toute forme de liberté y compris celle de s’habiller librement. Les fascistes prétendent qu’ils veulent préserver l’identité nationale alors même qu’ils rêvent souvent à un retour à la monarchie, lorsque la France était dirigée par une aristocratie cosmopolite. Le concept même d’identité nationale n’est généralement jamais défini de manière précise, cette notion étant utilisée par des fascistes hongrois, allemands et autres pour prendre le contrôle du pays et l’exploiter sans vergogne pour leur propre compte.

On peut considérer que l’identité nationale est républicaine, égalitaire et révolutionnaire, la France étant considérée comme une référence internationale en matière de révolution et de lutte pour les libertés. Les fascistes eux, représentent globalement une sorte de parti vendéen, colonial, patronal et ennemi de toutes les libertés. Ce fascisme, qu’il soit issu de l’UMP, du  FN ou autres a pour but d’écraser le peuple, de l’humilier, de le spolier, de lui retirer tous les avantages acquis depuis des siècles, de le réduire à une sorte de nouveau servage, où même le droit à la vie privée a été supprimé par la surveillance satellitaire.

Le mode de vie qu’ont mis en place les fascistes patronaux, politiques et intellectuels est celui que nous subissons aujourd’hui : chômage, pauvreté, harcèlement professionnel, surveillance satellitaire, fin de tout espoir d’une vie meilleure, humiliation permanente politique et sociale.

Actuellement, les politiciens n’ont aucun discours à l’endroit de la masse des citoyens ; ils semblent ne parler qu’à l’intention des patrons, des riches, des fascistes. Pour les patrons, on promet des baisses d’impôts et de charges ainsi que des simplifications administratives ; pour les riches, on promet aussi des baisses d’impôts et des niches fiscales diverses ; pour les fascistes, on promet de préserver une identité nationale mythique, qui consiste surtout à favoriser les étrangers d’origine européenne au détriment des ressortissants de l’ex-empire colonial et des DOM-TOM. Pour les Français moyens on ne promet rien.

La tactique des fascistes de droite et d’extrême droite consiste à diviser pour régner, à feindre de dénoncer la délinquance alors même que la plupart de ces gens-là sont eux-mêmes des délinquants, fraudeurs fiscaux, violeurs, harceleurs satellitaires, assassins, corrompus professionnels, tortionnaires. La réalité dépasse la fiction tout le monde le sait.

Donc, ces fascistes passent leur temps à chercher des boucs émissaires qui pourront masquer leurs propres crimes et leur incompétence criminelle : une jour ce sont les musulmans, le lendemain les Roms, et la fois d’après les Africains. La cible favorite des vrais fascistes est constituée par la communauté musulmane, qui est victime de persécutions de type néo-nazi, les fascistes reprenant les méthodes utilisées contre les juifs il y a 70 ans : diffamation permanente, assassinats, viols et torture secrètes perpétrés aujourd’hui par satellite, discours implicitement exterminateur continuel. Les Etats musulmans qui financent les fascistes devraient y réfléchir à deux fois avant de renforcer leurs ennemis les plus viscéraux.

Quand les fascistes parlent avec les juifs, ils demandent de l’aide pour combattre les Arabes, et quand ils vont chez les Arabes c’est pour demander de l’argent pour attaquer les juifs. Tout le monde a bien compris qu’ils ont l’intention de détruire les deux parties, ces deux parties ayant intérêt à s’associer pour combattre le péril nazi.

Le péril fasciste ne pourra être combattu que lorsque l’élite politico-économique actuelle aura compris que c’est elle qui ‘est visée, que les fasciste ont l’intention de la dépouiller entièrement et ensuite de l’enfermer dans des camps de concentration. Cette élite corrompue, hypocrite et incompétente est détestée par tous, surtout compte tenu des sévices qu’elle fait subit aux citoyens. Il faudrait donc qu’elle soit effectivement remplacée par des gens intègres et compétents ; mais les fascistes eux sont pires que les élites actuelles : plus corrompus, plus criminels, plus incompétents, plus pervers, plus sadiques. Il ne faut donc pas que le remède soit pire que le mal, surtout compte tenu du fait que l’élite actuelle a en bonne partie été mise en place par ces mêmes fascistes qui prétendent en dénoncer la corruption. Ces fascistes surveillent et manipulent les politiciens par satellite depuis plus de 30 ans. Ces fascistes ont écarté tout ce qui était honnête pour favoriser les pires individus, de manière à ridiculiser et discréditer la démocratie. D’ores et déjà, on peut se demander si les élus dirigent vraiment le monde, s’ils ont encore un reste de pouvoir, s’ils peuvent s’opposer aux maîtres du monde fascistes. Ces fascistes ont réussi à banaliser le concept de torture dans les démocraties et notamment en France. Tous doivent subir les « pressions physiques » de ces nazis, politiciens et ministres compris. Scalpés, gonflés, étouffés, les dirigeants politiques de la planète sont devenus les jouets du fascisme financier, politique et sécuritaire. Ils doivent comprendre que ces fascistes ne leur feront pas de cadeaux lorsqu’ils prendront directement le pouvoir et qu’il faut donc lever la loi du silence sur la surveillance par satellite et sur toutes les atteintes aux libertés quelles qu’elles soient.

Pour se libérer de l’emprise des fascistes il faut donc lever la loi du silence sur le Mind Control, faire cesser la propagande islamophobe arme fatale des fascistes, faire payer les riches et redistribuer l’argent au reste de la population notamment sous la forme de travaux d’infrastructure, faire cesser toute forme de néo-colonialisme qui discrédite la France, rétablir une liberté d’expression totale et lever toute forme de secret-défense ou secrets d’Etat divers : il faut mieux trop de liberté d’expression que trop peu de liberté d’expression. Toute limitation de la liberté d’expression profite aux gangsters, aux nazis, aux pourris et incapables divers.

Les services et fondations qui structurent le lobby colonial sont le terrier des nazis ; c’est là qu’ils se regroupent, qu’ils complotent, qu’ils nuisent, c’est de là qu’ils infectent la société. Ils s’entrainent au coup d’Etat fasciste dans le tiers monde, avant d’appliquer leurs recettes coloniales dans les pays développés. Pour assécher la pieuvre fasciste, il faut rompre avec toute forme de colonialisme, empêcher les fascistes de s’ingérer dans les affaires du tiers monde, leur interdire les persécutions ethniques en Occident. Il faut priver ces nuisibles de toute activité politique ou politico-militaire. Ces gens commencent par s’en prendre aux pays du tiers monde, ensuite ils se déchaînent sur les minorités et pour finir ils harcèlent des employées de banque qui n’ont rien à voir avec tout ça. Le fascisme c’est un état d’esprit : ces gens veulent nuire, humilier, torturer, tuer. C’est leur plaisir dans la vie ; ils ont été éduqués de cette manière ; la plupart sont à l’extrême limite de la normalité. Ils faut les encercler, les affamer, les marginaliser, les rééduquer, jusqu’à ce qu’ils cessent de harceler les citoyens, qu’ils cessent de couler l’économie, qu’ils cessent de supprimer les libertés, qu’ils cessent d’imposer leur mental de complexés à la société, qu’ils cessent de vouloir imposer leurs vues par la ruse et la force, alors même qu’ils sont le déchet de la société.

Les politiques néocoloniales donnent à ces nazis l’occasion de se renforcer ; quand ils auront pris le contrôle de plusieurs pays du tiers monde ils en feront de bases pour attaquer les démocraties. Toutes les actions néocoloniales et antiterroristes doivent cesser totalement. Tout fasciste pris en flagrant délit d’agression terroriste doit être jugé. Tout le monde sait que derrière Al Qaeda et autres groupes terroristes se cachent les fascistes qui complotent en secret pour supprimer nos libertés. Le terrorisme est à 100% d’origine fasciste occidentale Défendre les musulmans c’est affaiblir les fascistes, c’est récupérer progressivement toutes nos libertés, c’est passer de l’enfer totalitaire au paradis démocratique, c’est passer d’un concert satanique et fasciste au pacifisme joyeux de Woodstock, c’est passer de la grisaille sinistre des dictatures à l’insolente liberté des démocraties.

Le fascisme progresse en France en raison de campagnes islamophobes permanentes. L’islamophobie semble être le projet principal de certains politiques, couplée bien sûr avec la paupérisation de la masse de la population, la suppression progressive de tous les avantages sociaux, l’enrichissement immodéré des déjà-riches, la destruction de toutes les droits civiques par le Mind Control. Cette islamophobie a pour cause une volonté de faire diversion, ce qui permet alors de supprimer toutes les libertés des citoyens de base, sous prétexte de lutter contre les musulmans, sans que personne ne pense à réagir, les citoyens de base croyant n’être pas visés.

L’islamophobie a déjà été la cause de la mise en place d’une vaste escroquerie terroriste, quand des activistes nazis viennent expliquer dans les médias le fonctionnement de groupes terroristes qu’ils ont eux-mêmes mis en place, dirigés par satellite ou directement et à qui ils ont assigné des cibles précises, métros, avions… Ces prétendus spécialistes de l’antiterrorisme sont eux-mêmes les terroristes ; quand ils s’invitent dans les médias, ils décrivent leurs propres crimes ; ils se moquent de nous ; ils ont tous les droits.

Toutes les campagnes islamophobes contre le foulard,  le niqab et autres vêtements ont pour but d’exacerber l’islamophobie et de renforcer le fascisme. Ces campagnes sont la cause de l’augmentation des agressions islamophobes en France. Derrière les prétendus laïcs, se cachent les racistes, les fascistes, les comploteurs nazis. Derrière l’islamophobie et le racisme, c’est le complot fasciste qui se profile, avec la suppression de tous les droits pour tous. Derrière les campagnes islamophobes on peut trouver les groupes nazis infiltrés partout et notamment à gauche, qui bien entendu ne cherchent pas à faire gagner la gauche mais à la détruire de l’intérieur, au point où bientôt, les militants vraiment de gauche seront exclus des partis de gauche, qui seront alors réservés à des cryptos-nazis.

Les partis de gauche refusent de dénoncer le Mind Control qui annule tous les droits des citoyens mais par contre, certains encouragent l’islamophobie, arme suprême des fascistes. L’islamophobie permet à la fois de développer des politiques sécuritaires qui suppriment tous les droits des citoyens, mais de plus elle permet de re-légitimer le racisme qui peut alors s’exprimer librement sous couvert de laïcité et par là même crédibiliser les discours de droite et d’extrême droite.

Un bon politicien de gauche ne peut accepter de lancer des campagnes qui aboutiront à des défaites électorales assurées, à moins bien sûr qu’il ne soit payé par la droite, le Médef ou l’extrême droite. Quand, aux mesures anti-salariées( blocage des salaires ou recul de l’âge de la retraite) s’ajoutent les campagne racistes étatiques, il ne faut pas ensuite s’étonner d’obtenir des résultat du genre de ceux d’avril 2002,  Si la gauche perd systématiquement la plupart des élections alors qu’elle est supposée représenter les intérêt de la masse des salariés, c’est en raison des traitres qui se sont infiltrés en son sein et dont la mission est de la faire perdre et de l’éliminer du paysage politique. Ensuite, on peut assister au triomphe d’une droite bourgeoise fasciste, gaulliste ou « libérale », qui représente les intérêts de moins de 10% de la population s’incruster au pouvoir pendant des décennies.

Toute connivence avec le racisme et l’islamophobie se traduira par une défaite de la gauche et une poussée de la droite et de l’extrême droite. Toute campagne raciste sur les questions de voile ou autre prétexte inventé par les nazis, profitera à ces mêmes nazis, ces parasites vulgaires et rusés qui, malgré leur profil de cas sociaux sont en passe de prendre la direction de la France et d’asservir les citoyens de base.

Les gens ne votent pas à gauche pour avoir les escrocs nazis du FN au pouvoir, gouvernant par procuration en manipulant les dirigeants de gauche par satellite. Ils se font passer pour laïcs alors même qu’ils ne le sont pas, ils ne défendent les animaux que pour dénoncer l’abattage rituel casher ou halal, alors même qu’ils ne dénoncent pas les élevages en batterie qui font subir les pires atrocités aux animaux, ils subvertissent toutes les notions de gauche pour mieux les nazifier  : la laïcité se transforme en chasse aux musulmans, la défense des droits de la femme se mue en persécutions des femmes musulmanes voilées, le protection des animaux mute en lutte contre l’abattage rituel qui pourtant interdit la souffrance animale depuis des millénaires, la défense des salariés devient combat contre tous les étrangers, travailleurs, importateurs, mais pas fraudeurs fiscaux qui eux sont tolérés par les nazis.

Les fascistes, tels des perroquets stupides, miment les postures de la gauche, pour mieux mettre en place une dictature d’extrême droite qui opprimera la population sans pitié en utilisant les satellites du Mind Control et la torture qui va avec.

En accusant les étrangers pour faire diversion, les fascistes ne défendent aucun droits des Français car le pire ennemi du Français moyen, c’est le Français riche, celui qui veut baisser les salaires, supprimer tous les droits des travailleurs, qui veut reculer l’âge de la retraite, supprimer les droits à l’assurance chômage, à l’assurance maladie, celui qui veut baisser les impôts des riches pour mieux augmenter ceux des pauvres.

Si les travailleurs se laissent divertir par les pièges xénophobes, ils n’obtiendront rien ; ce fait a déjà été démontré par des générations de socialistes et de communistes. Le lobby des Français riches lui, ne veut rien accorder aux pauvres  au contraire : il veut faire baisser les salaires, développer un chômage de masse en faisant travailler les vieux qui du coup perdent une partie de leurs droits à la retraite, supprimer tous les droits sociaux et notamment celui de se syndiquer ou de faire grève. Bientôt ils supprimeront les droits aux congés payés, au salaire minimum, à la retraite. Le pire ennemi du Français moyen c’est le Français riche, bourgeois ou aristo, qui n’a généralement aucune qualité particulière, hormis celle d’être né dans une famille disposant d’un bon carnet d’adresse.

Des politiciens acceptables devraient prendre en compte les intérêts de la majorité et faire payer les riches pour désendetter la nation et relancer l’économie. Le poids mort de la société ce sont ces riches qui ne travaillent pas, de payent pas d’impôts et corrompent la classe politique. Ces ploutocrates sont au dessus des lois ; ils ont le droit de harceler les gens jour et nuit par les satellites du Mind Control, d’envoyer leurs enfants persécuter leurs employés par satellite, d’assassiner les gens qui ont une tête qui ne leur revient pas, de corrompre les politiques et les fonctionnaires et d’échapper à la Justice quelques soient les crimes qu’ils commettent. Ils peuvent vous faire divorcer, vous rendre malade, provoquer des accidents de voiture, des meurtres, des suicides ; ils peuvent vous espionner chez vous pendant des années et ruiner sournoisement votre vie, sans que personne ne vienne jamais les inquiéter.

Aucun politicien ne pourra sortir l’Europe de l’ornière, sans combattre sans faiblesse cette classe de parasites et ses milices, société de sécurité, sectes ou partis fascistes.

 

Limiter la liberté de la  presse

 

La liberté de la presse est fortement limitée dans les pays dits libres depuis une trentaine d’années. Personne ne parle du Mind Control, des assassinats par satellite, de la lecture de pensées, des guerres civiles provoquées par les services secrets occidentaux, des attentats prétendus islamiste en réalité le fait des fascistes coloniaux,  des crises économiques provoquées, du hold-up du siècle qui consiste à prélever, en France, des dizaines de milliards chez les pauvres, pour les redistribuer aux riches sous forme de baisses d’impôts, du fait qu’un certain nombre de riches cinglés passent leurs journées à harceler les gens par satellite sans que personne ne les mette en prison.

Les médias sont soumis à une censure implacable et totale sur tout ce qui concerne la surveillance par satellite. La plupart des gens croient que les satellites servent uniquement à surveiller la météo ou à activer les téléphones portables et autres gadgets. Personne ou presque ne se doute que ces satellites sont une arme dirigée contre les citoyens du monde et notamment de ceux des ex démocraties, que ces satellites sont utilisé par les patrons pour surveiller et harceler leurs employés et par les fascistes pour espionner la société et pouvoir ensuite tenir un discours trompeur qui correspond exactement à celui qui était attendu par la masse des citoyens.

La vie politique est totalement biaisée par la surveillance satellite : politiciens comme électeurs, tous sont manipulés par les fascistes de la surveillance, qui écartent les personnes compétentes pour mieux favoriser les corrompus et les nazis. Par exemple, le Mind Control peut ventriloquer un politicien et lui faire dire ce que veut la direction fasciste : quand on veut plomber un politicien on lui fait dire qu’il faut bloquer les salaires ; quand on veut le favoriser, on lui fait dire qu’il va faire payer les riches, proposition extrêmement populaire qui assure une progression rapide dans les sondages. Dans la réalité peu de gens font vraiment payer les riches, ces parasites disposant d’un système de protection satellitaire qui leur permet de ramener à de meilleures dispositions tout élu qui voudrait les faire contribuer au financement de l’Etat. En Grèce par exemple, la classe politique à préféré mettre le pays en faillite plutôt que de faire payer les riches fraudeurs fiscaux.

Personne ne parle du Mind Control dans les grands médias et, si personne n’en parle c’est parce que la censure qui y sévit se révèle particulièrement efficace : chaque journaliste est contrôlé par une équipe de « chiens » qui le surveille, l’espionne, le manipule, le ventriloque. A partir du moment où il travaille dans les médias, le journaliste doit savoir qu’il ne sera plus jamais libre et qu’il passera sa vie sous le contrôle des chiens et des fascistes qui les dirigent. Cette réalité s’applique aussi à certains internautes qui ne sont pas payés et pas volontaires mais qui, à partir du moment où ils ont décidé de commenter l’actualité perdent tous leurs droits civiques élémentaires et sont condamnés à subir leur vie durant la tyrannies des chiens de garde du Système, qu’on peut appeler dictature si on veut parler franchement.

Dès leur entrée dans les médias, ces journalistes subissent une lecture de souvenirs totale, et un processus de manipulation mentale destiné à faire en sorte qu’ils ne songent jamais à dire la vérité sur le Mind Control, quelque soient les circonstances et les agressions fascistes qu’ils peuvent subir. Dans les faits, depuis les années 2000, tous les médiacrates sont parfaitement informés sur la question satellitaire, mais pas un seul n’a, à ce jour, commencé à informer vraiment le public. Un tel niveau de malhonnêteté et de lâcheté laisse pantois, de la part de gens qui n’ont de cesse de prétendre qu’il faut « vérifier ses sources », que nous « vivons en démocratie » et que « la presse et libre ».  Face aux fascistes, ils se comportent un peu comme des enfants qui iraient se jeter dans la gueule du loup, protégeant leurs bourreaux par leur silence.

Face aux affaires de terrorisme, les médiacrates font preuve d’une absence totale d’esprit critique ; ils gobent tout ce que leur disent les services secrets et les représentants du pouvoir, faisant même preuve parfois d’une surenchère d’islamophobie dans la présentation des événements. Pas un n’a trouvé étrange que quelques jeunes détournent un avion avec un cutter et détruisent les plus hautes tous d’Amérique ; pas un ne trouve bizarre que les terroristes d’AlQaeda n’assassinent que des musulmans, alors que le meurtre de musulmans par d’autres musulmans est interdit en Islam ; pas un ne s’étonne que le terrorisme « islamique » ne profite qu’aux fascistes coloniaux internationaux.

Comme on l’a vu, le terrorisme est le père et l’instrument du fascisme ; l’islamophobie en est la mère ;c’est par le terrorisme que les fascistes réussissent à imposer des mesures liberticides secrètes qui ont supprimé la totalité des libertés en Occident. Tant qu’on ne dira pas franchement que les terroristes, ce sont les fascistes infiltrés dans la politique et les services secrets, la question totalitaire ne sera pas réglée. Tant qu’on ne dira pas que les fascistes nationaux manipulent et organisent la délinquance et le terrorisme pour prendre le pouvoir et ensuite opprimer et torturer les citoyens, rien sera réglé. Tant que les journalistes ne feront pas leur travail, ils continueront à être harcelés, espionnés, humiliés par les fascistes : un jour on les fera grossir et on gênera leur urination et défécation, le lendemain on les scalpera, et la fois d’après on parsèmera leur visage de points noirs, stigmates de leur avilissement absolu. Il suffit d’observer les journalistes de BMF TV ou de i télé pour comprendre de quel manière est traitée la liberté de la presse dans ce pays ; ces présentateurs de JT son tous ventrus malgré leur jeune âge, en raison du traitement spécial auquel ils sont soumis. Ces gens devraient dénoncer les fascistes manipulateurs au lieu de leur obéir.

Les grands médiacrates ont eux des revenus énormes, des choses à cacher et ils ne tiennent pas particulièrement à jouer les héros. Ils savent que s’ils se mettaient à faire leur métier ils subiraient des représailles sévères de la part du fascisme international et ils préfèrent donc par conséquent dénoncer de minuscules scandales ponctuels pour mieux cacher les véritables problèmes. Tous savent que les satellites nous surveillent, lisent dans nos pensées et nous manipulent ; ils refusent néanmoins d’en informer le public qui se croyant en démocratie, se fait piéger partout et notamment sur Internet. Ce manque de courage des grands journalistes qui sont en fait devenus des sortes de gardiens du Temple fasciste, finira par aggraver encore leur situation : il arrivera un jour où les fascistes n’auront plus besoin d’intermédiaires et feront leur information eux-mêmes remplaçant les journalistes habituels par des nazis convaincus.

Dans la presse écrite, la situation n’est pas meilleure que dans les médias télévisés : les journalistes de la presse écrite refusent absolument de parler du Mind Control, au nom d’un prétendu secret-défense, qui n’est qu’un secret de polichinelle. Le seul problème de ces journalistes en plus de leur lâcheté congénitale, c’est leur degré de corruption qui est probablement beaucoup plus important qu’on ne se l’imagine : fonds secrets, argent des grands patrons et des banques, il serait intéressant d’enquêter sur les patrimoines de ces gens dans les divers paradis fiscaux, et notamment au Luxembourg, centre de convergence de l’argent sale de la politique et des médias. A partir du moment où ils sont corrompus, ils peuvent être dénoncés et sont donc les otages de la dictature ; ils ne peuvent plus faire leur travail ; ils ne constituent plus le 4 ème pouvoir mais deviennent juste des auxiliaires de la répression et de la désinformation. D’ailleurs parlent-ils et écrivent-ils eux-mêmes ou ne sont-ils que les porte-voix des ventriloques nazis ? On peut se poser la question.

Chantage, corruption, menaces physiques satellitaires : nous vivons dans une véritable dictature avec des méthodes proches de ce qui se fait dans les dictatures plus classiques ; la seule différence est la puissance technologique de la Dictature qui permet de faire taire toutes les voix discordantes hormis celles qui sont tolérées par le Système, considérées par lui comme des sortes de vaccins qui permettent d’améliorer encore l’efficacité de la répression.

Sans l’Internet, personne ne serait au courant rien ; c’est la triste réalité médiatique actuelle.

Les deux mamelles de l’omerta journalistique sont la peur et la corruption. Il faut que tout cela cesse.

Certains journalistes sont des collaborateurs actifs de la dictature : ils espionnent les internautes, les autres journalistes ou de simples citoyens. Ils agressent des internautes qui font un travail qui devrait être fait par des pros, comme s’ils éprouvaient une sorte de jalousie à l’égard de ces journalistes amateurs. Quand ils espionnent de simples citoyens chez eux, c’est pour prétendument se tenir au courant de l’état de la société. Dans les faits, le pouvoir compromet les journalistes dans des opérations de répression et de harcèlement, ce qui  permet d’éviter qu’un jour ils ne révèlent le pot-aux-roses. Ceux qui refuseraient de participer à la répression et l’espionnage satellitaire perdraient le droit de travailler dans la profession et s’exposeraient à être eux-mêmes la cible des chiens de garde du système. Il est néanmoins étonnant que sur des milliers de journalistes, pas un seul ne se risque à dénoncer le Mind Control. Pour des débutants, ce sujet pourrait être l’occasion de se faire connaître et de sortir du lot.

Une soumission à la dictature aussi totale que celle qui prévaut en Occident est exceptionnelle dans l’Histoire ; même sous l’occupation nazie, des groupes de résistance informaient le public ; en Union Soviétique, de nombreux dissidents dénonçaient la dictature de l’époque et témoignaient dans le monde entier de la terreur qui régnait alors. Dans la dictature occidentale rien de tel : personne ne parle du sujet, hormis quelques internautes isolés. Les partis politiques refusent de dénoncer le scandale, de même que les associations de droit de l’homme et les diverses associations, y compris les plus radicales et hors système. La répression a réussi à recruter tous les secteurs de la société pour persécuter les citoyens ordinaires et les rares dissidents ; les marginaux de la société de consommation, délinquants, clochards, membres de sectes, fous, vieux, nazis ont été recrutés pour harceler des gens dont le seul crime est celui d’exister. Certains sont agressés par des voix silencieuses, ce qui permet d’être assuré de l’existence d’une agression, mais d’autres ne sont pas visés par les neurophones ; ils ne se doutent donc pas qu’ils sont attaqués ; ils ont l’impression d’être victimes de la fatalité. Généralement ils divorcent, se font virer de leur boulot, sont réduits à l’isolement. Ils pensent qu’ils n’ont pas de chance dans la vie mais, comme ils ne sont pas paranos, ils n’imaginent pas que des fous criminels vont les pourchasser et les persécuter leur vie durant et, jours après jours, les petites mésaventures provoquées s’enchaînent implacablement : pannes de voiture, impuissance, bagarres et disputes, maladies et phobies. Tant que les neurophones n’entrent pas en action, personne ne se doute de rien.

Il n’est pas inutile de rappeler que la loi du silence sur le sujet du Mind Control est criminelle : à cause d’elle, des milliers de personnes sont livrées à des fous sadiques, sans même en être conscientes et sans aucun espoir de leur échapper. Le jour où les journalistes se décideront à enfin parler, il sera probablement déjà trop tard, les fascistes auront alors le contrôle total de la société et ne pourront plus être jugulés. Il suffirait que quelques uns seulement des travailleurs de l’information se décident à faire leur travail pour que l’étau se desserre. Malheureusement, ils ne semblent pas décidés pour l’instant.

Les avocats non plus ne s’empressent pas de défendre les victimes du Mind Control ; une partie n’est au courant de rien et refuse donc de s’occuper de ce genre d’affaires et les autres collaborent avec la répression et se gardent donc bien d’accepter les dossiers de cibles de la dictature. Ca aurait pourtant été l’occasion pour eux de se faire connaître et de démarrer une brillante carrière. Mais, n’est pas Vergès qui veut et, la mode est actuellement à la collaboration sans limite avec la pouvoir totalitaire en place. Ces petits minables resteront dans l’histoire comme la bande de lâches qui collaborait avec une dictature inique et cruelle en persécutant d’honnêtes citoyens ou de pauvres dissidents ou en refusant de les défendre.

Les partis politiques de gauche comme de droite refusent de défendre les dissidents. Il feignent de ne pas être au courant de l’existence de ce système de répression, alors qu’ils l’ont mis en place, et semblent considérer que si des gens sont visés par les satellites, c’est probablement parce qu’ils l’ont bien mérité. Les prétendus gauchistes ne lèvent pas le petit doigt pour aider les victimes, pas plus que les écologistes ou les socialistes. Les fascistes, qu’ils soient proches de l’UMP ou du FN sont eux les principaux acteurs de la répression et trouvent ce système parfaitement adapté à leurs besoins, dans la mesure où il fait taire ceux qui pourraient dénoncer leurs magouilles. Pour les fascistes le mot d’ordre à la mode est : tous les délinquants en prison sauf nous. Ils veulent visiblement avoir l’exclusivité de la pratique de la délinquance en France et c’est pourquoi ils font généralement enfermer la concurrence.

Qu’aucun parti politique n’ose défendre les victimes des satellites est symptomatique du basculement du régime d’une semi-démocratie capitaliste vers une dictature totale à apparence démocratique. Dans quel pays démocratique a-t-on vu des bandes fascistes agresser les gens sans que personne n’ait le courage de réagir ? Le parti qui lèvera la loi du silence au sujet de la répression fasciste  bénéficiera d’un élan de sympathie qui pourra le mener au pouvoir car, la répression par satellite est la source de tous nos maux, y compris la crise économique. En effet, ceux qui dénoncent la mauvaise répartition des richesses et les baisses d’impôts pour les riches, sont systématiquement marginalisés par le MC. Ils sont exclus des partis politiques et mis sous surveillance ; ils perdent toute influence sur le débat politique qui devient monopolisé par des corrompus et des collabos, à quelques exceptions près. Dans ces conditions, personne ou presque n’ose dire franchement qu’il faut faire payer les riches, que c’est la seule solution pour relancer l’économie, que c’est le meilleur moyen de faire reculer le chômage et la pauvreté. Plus les riches paieront d’impôts et plus l’argent sera redistribué, ce qui permettra une relance de l’économie et donc des créations d’emplois.

Le Mind Control, public et privé est chargé de faire taire tous ceux qui dénoncent la mauvaise répartition des richesses. Sous prétexte de combattre le terrorisme, ce sont ceux qui dénoncent les inégalités et la corruption qui sont en fait visés par la répression. Ce système a permis l’éradication de la gauche en France et dans le monde. La gauche radicale a disparu partout, et ses vestiges se contentent de collaborer avec la dictature. La collaboration avec le Mind Control semble être leur activité unique. Ils ne font pratiquement rien d’autre alors qu’ils pourraient dénoncer les multiples atteintes aux droits de l’Homme qui ont lieu dans la totalité des pays prétendus démocratiques.

Si la gauche refuse de dénoncer le Mind Control, elle risque de disparaître de la scène politique, soit en mutant en partis droitistes ou  fascistes comme ça a été le cas à l’époque de Pétain, soit en disparaissant totalement, comme les communistes italiens, espagnols, américains et voire même français. En Israël les travaillistes sont devenu un parti marginal, la scène politique se répartissant actuellement entre fascistes  de diverses tendances, certains faisant la synthèse entre ces tendances. En Grande-Bretagne, le parti travailliste ne peut plus être considéré comme un parti de gauche, surtout depuis le passage de Tony Blair. La même situation peut se constater en Allemagne, en Grèce ou en Italie, ou la gauche rivalise avec la droite pour savoir qui donnera le plus d’avantages aux riches. Aux Etats-Unis, les Démocrates n’ont pris récemment presque aucune mesure en faveur des pauvres, hormis la généralisation de l’assurance maladie. Le salaire minimum a plus été augmenté par George W Bush que par les diverses administrations démocrates depuis plusieurs décennies. Il est pourtant évident qu’il n’y aura pas de reprise économique saine aux Etats-Unis sans une hausse massive du salaire minimum qui permettra de relancer la demande interne et donc de générer de la croissance et des emplois.

La source de tous les maux, c’est le Mind Control qui étouffe la démocratie, qui empêche les non-corrompus de participer au débat public, qui écrase tous ceux qui sont partisans des libertés, de la redistribution et de l’étatisation économique, meilleurs moyens pour une croissance économique juste, prolongée et puissante. Il est temps que les partis politiques qui veulent émerger sur la scène politique internationale se décident à dénoncer le Mind Control ; faute de quoi nous vivrons tous bientôt dans un goulag planétaire dirigé par des sadiques et des fous.

Les associations de défense des Droits de l’Homme refusent absolument de défendre les victimes du Mind Control. Certaines nous disent franchement qu’ils ne s’occupent de droits de l’Homme qu’à l’extérieur des frontières, pendant que d’autres encouragent à porter plainte, sachant pertinemment que la Justice est contrôlée par les fascistes, au moins dans ce domaine, et que les plaintes seront systématiquement refusées. Certaines de ces associations de défense des droits de l’Homme participent à la répression et sont en réalité des groupes de tortionnaires et d’assassins, qui persécutent les cibles, notamment lorsque celles-ci sont musulmanes ou arabes. Mettre la défense des droits de l’Homme sous le contrôle des fascistes et des racistes, c’est le coup de maître des fascistes.

Dans ces conditions, les victimes de la terreur fasciste n’ont d’autre solution que de supporter leur calvaire pendant des années, jour après jour, subissant la folie sadique et perverse des chiens de garde nazis de la  dictature satanique qui dirige le monde, espérant que la mort finira par mettre fin à leur supplice. Au milieu de la nuit, au petit matin, dans la journée, dans la soirée, les chiens fascistes sont fidèles au poste, insultant, torturant, harcelant, tels des gardiens maudits de l’empire du crime mondialisé. Ces chiens protègent les délinquants et corrompus divers, les mêmes qui couinent dans les médias qu’il faut être implacables avec la petite délinquance, qu’il ont en partie générée eux-mêmes pour des raisons politiques. La pire des délinquance, c’est la délinquance politique, mère de toutes les autres. L’instrument des corrompus c’est le Mind Control ; leur chance c’est la loi du silence que tous les imbéciles insistent pour respecter. Les vrais patriotes et les vrais démocrates, ce sont ceux qui lèvent la loi du silence sur le Mind Control, de manière à libérer leurs concitoyens de cette oppression insidieuse et à faire en sorte que tous les citoyens puissent vivre dans des conditions dignes. Lever la loi du silence sur ces méthodes de persécution honteuses, c’est le meilleur moyen de se protéger soi-même et de faire en sorte que la planète ne deviennent pas rapidement un vaste camp de concentration.

 

Lors d’exercices de prospective, les socialistes veulent croire que l’an 2025 sera une époque de progrès technologique, de liberté et de prospérité. En réalité, si les choses continuent comme aujourd’hui, en 2025, les nazis seront au pouvoir et terroriseront et tourmenteront la population avec leurs armes satellitaires ; la plupart des politiciens actuels seront dans des camps de concentration ou, plus probablement, dans des cyber-prisons satellitaires, d’où ils devront subir les harcèlements et les tortures des fascistes. Ceux qui croient qu’il seront épargnés parce qu’ils ont collaboré avec les nazis ou sont issus de familles fascistes devront vite déchanter. Les fascistes n’ont pas l’intention de partager le pouvoir avec qui que soit et, mus par une jalousie maladive de l’élite en place, ils seront implacables avec les anciens politiciens. N’importe quel représentant de la société civile, du monde politique ou médiatique, devrait être capable de comprendre qu’ils seront bientôt les victimes des fascistes du Mind Control et qu’ils ne contrôlent déjà plus les déchets fascistes de la surveillance.

Avant l’heure c’est pas l’heure, c’est vrai, mais après l’heure, c’est plus l’heure. Si la société civile attend trop longtemps pour dénoncer le Mind Control, à partir d’une certaine limite,  cette dénonciation ne servira plus à rien et il sera trop tard alors pour réagir. Les fascistes pourront alors torturer sans limite, assassiner et persécuter, voler et violer. Ceux qui ne veulent pas préserver les libertés des citoyens, paieront alors cher leur duplicité. Comme l’a dit Sartre, la liberté ne se divise pas ; soit elle s’applique à tous, soit elle n’existe plus. Ceux qui encouragent la torture seront victime de la torture et ceux qui  ne défendent pas les libertés perdront progressivement toutes les libertés. Toute collaboration avec les fascistes profite aux fascistes, et tous ceux qui promeuvent le racisme et la discrimination finiront un jour par en être victime. Ceux qui favorisent le fascisme en appliquant actuellement la loi du silence sur le Mind Control en seront un jour la cible et ceux qui réagissent toujours trop tard et ne défendent pas les libertés seront responsables des atrocités fascistes qui viseront toute la population et pas uniquement les minorités comme ils veulent le faire croire. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, si la gauche reproduit les erreurs commises dans les années 30, elle subira le même sort que ses ancêtres politiques, soit la perte du pouvoir, la prison, (hormis pour quelques collabos qui finiront par être fusillés à la fin), ou la mort.

Soit la gauche lève la loi du silence sur le Mind Control, soit il ne restera bientôt ni gauche, ni démocratie, et le monde se dirigera, comme d’habitude vers la guerre mondiale, sous la houlette des fascistes bien sûr, qui ne sont jamais si content que sur les champs de bataille, quand ils envoient des millions de personne à la mort, bien cachés dans leurs bunkers.

Les campagnes médiatiques sécuritaires visant la petite délinquance profitent aux droites. Les électeurs préférant les originaux aux copies vont, s’ils sont convaincus par les discours de la gauche sécuritaire, voter directement à droite ou à l’extrême droite. Quant aux électeurs vraiment de gauche, ils s’abstiendront au second tour. La vraie lutte contre l’insécurité, c’est la lutte contre le crime organisé et ses ramifications dans la politique. La mafia est une réalité dans tout le sud de la France et c’est elle qui dirige la petite délinquance. Prétendre combattre le trafic de drogue sans essayer de démanteler les mafias et les politiciens qui travaillent pour elle est une illusion.

De plus, la pire des insécurité que doivent subir les Français, c’est l’insécurité satellitaire, celle des délinquants fascistes qui persécutent secrètement les citoyens, les torturant sous l’apparence de problèmes de santé, les faisant licencier de leur entreprise, détruisant leur matériel, les ruinant progressivement. Si les victimes ne sont pas visées par les voix silencieuses, elles ne savent alors même pas qu’elles sont ciblées. Elles se contentent de subir une « malchance » qu’elles croient naturelle et qui est en fait le résultat des télé-tortionnaires (tortionnaires à distance) fascistes et mafieux. Ces télé-tortionnaires organisent aussi des agressions qu’ils font croire spontanées, et profitent ainsi politiquement  de leurs crimes sans que personne ne se doute de rien.

Pour faire cesser cette insécurité provoquée par les satellites, il faut que les citoyens lèvent la loi du silence partout, relayés par des associations de défense des droits de l’Homme et des groupes politiques divers. Il faut que les internautes se décident à s’organiser et à faire respecter leur droit à la libre expression. Il faut que les journalistes lèvent la chape de plomb qui les écrase et se décident enfin à redevenir le 4 ème pouvoir. Il faut que face aux politiciens mafieux et fascistes, les citoyens s’organisent et fassent preuve d’une solidarité minimale. Il faut que les homme politiques démocrates cessent de collaborer avec la cyber-dictature et comprennent qu’ils en seront bientôt les prochaines cibles. Le fascisme a gagné dans les années 30 par la ruse et l’escroquerie : déjà à l’époque ils organisaient de faux attentats pour justifier la répression contre la gauche (attentat du Reichtag), déjà ils truquaient les élections par le biais d’une répression secrète ; il n’est pas possible aujourd’hui de tomber dans le même piège que celui qui a permis l’accession au pouvoir des fascistes allemands en 1933 ; il faut donc lever la loi du silence et dénoncer les crimes des fascistes avant qu’ils ne prennent totalement le pouvoir et cesser de dire qu’il n’y a pas de danger. Ils sont partout, ils surveillent, ils nuisent, ils volent, ils assassinent dans la plus totale impunité, protégés par le « secret-défense » et les diverses formes de secrets d’Etat, qui n’ont d’autres raison d’être que le renforcement du fascisme et la préparation du chemin qui le conduira à un pouvoir implacable, absolu et peut-être éternel.

Si en 1945 le nazisme a été anéanti, c’est parce qu’Hitler avait déclaré la guerre à toute l’Europe en attaquant la Pologne. Un fasciste rusé lui aurait évité la guerre et tel Francisco Franco serait resté au pouvoir pendant 40 ans. A notre époque, les fascistes disposent de l’arme du Mind Control ; s’ils arrivaient au pouvoir, ils useraient et abuseraient de ces armes et placeraient la totalité de la population sous la surveillance des satellites, en appliquant à chaque citoyen, selon ses opinions et origines, un degré plus ou moins élevé de torture. La vie des habitants de la planète deviendrait alors un véritable cauchemar, tel que le connaissent les prisonniers du Mind Control, qui subissent ces atrocités depuis des décennies.

Les gens, se basant sur le nazisme, s’imaginent qu’une dictature ça dure une dizaine d’années ; c’est une grave erreur ; une bonne dictature peut durer des siècles, telle celle des rois capétiens en France. Une dictature fasciste satellitaire et technologique, dépassera en horreur tout ce que nous avons connu jusqu’alors ; les nouvelles technologies du Mind Control permettent de torturer pendant des durées indéfinies, sans tuer la malheureuse victime. Alors qu’avec la torture traditionnelle, le sujet finissait par décéder au bout de quelques jours, si les traitement était suffisamment sévère,  dans le cas de la torture électromagnétique, les séances de torture intense peuvent se prolonger pendant des années, sans que la victime ne meure. Ces séances peuvent alors s’apparenter à un plongée en enfer qui peut durer pendant des années, sans une seule journée de répit. Tout cela est perpétré à distance, par des salopards anonymes, que personne ne retrouvera jamais, et qui prospèrent à mesure que leurs cibles dépérissent.

Combattre les fascistes est une question vitale pour les peuples du monde ; la question est plus actuelle aujourd’hui qu’à n’importe quelle époque de l’histoire de l’humanité. Si le problème n’est pas réglé maintenant, il ne sera plus maitrisable. Il faut lever la loi du silence sur le plus grand scandale de l’Histoire humaine et rétablir la légalité républicaine en France et dans le reste du monde. Faute de quoi, les générations futures doivent se préparer à vivre dans un état de soumission qui n’avait jamais été atteint dans le passé, le Mind Control dominant chaque cible totalement et ayant la possibilité de lui faire subir les atrocités les plus indicibles. Ne pas lever la loi du silence, cela revient à se mettre soi même dans la position d’une future victime et à condamner ses descendants aux plus atroces persécutions pendant des siècles et des siècles. Le fascisme, en général, ça ne dure pas 10 ans ; ça dure mille ans.

Ceux qui espèrent qu’ils pourront profiter du fascisme se trompent lourdement ; comme à l’époque stalinienne, les anciennes élites seront anéanties et remplacées par des idiots du village dociles qui se chargeront de détruire toute la classe politico-médiatique pour la remplacer par les membres de leurs propres familles. Ce processus est d’ailleurs déjà enclenché, les fascistes faisant virer les honnêtes citoyens de leur travail pour ensuite les remplacer par des imbéciles nazis, ce qui provoque les problèmes économiques qu’on connait. Les collaborateurs du complot fasciste finiront dans des camps, comme les gauchistes et minoritaires divers ; les idiots du village prendront alors la contrôle de la situation, cramponnés sur leurs manettes, tels des porcs enragés, sachant pertinemment qu’ils n’ont en réalité aucune qualité particulière pour diriger quoi que se soit.

Les discours sécuritaires qui pointent du doigt la petite délinquance pour mieux cacher les activités mafieuses et les crimes fascistes du Mind Control, sont des discours qui favorisent le complot fasciste et qui finiront par aboutir à la suppression de toutes les libertés en France et ailleurs dans le monde. Quand un fasciste dénonce l’insécurité, c’est toujours pour parler du cas social en bas de l’immeuble, sans jamais mentionner le satellite qui le manipule pour le compte des fascistes. Le public croit que tous ces délinquants se meuvent de manière indépendante alors qu’une bonne partie d’entre eux est déjà sous le contrôle satellitaire des fascistes.

De même, les politiciens fascistes et corrompus qui dénoncent la délinquance avec le plus de virulence, sont les même qui se font payer de manière illégale par diverses forces économiques et fascistes. Ce sont les même qui rackettent indirectement leurs administrés en exigeant des commissions pour chaque dépense effectuée par leur administration. Ce sont les mêmes qui sont en contact direct avec le crime organisé, qui leur permet d’intimider leurs adversaires et de financer leurs campagnes avec l’argent du trafic de drogue qu’il organisent. Les politicards fascistes qui dénoncent le plus la délinquance sont eux mêmes les plus criminels. Ils espèrent ainsi détourner l’attention de l’opinion de leurs propres turpitudes en dirigeant l’attention vers de petits délinquants sans envergure qu’ils manipulent eux-mêmes par satellite. Les politiciens mafieux qui dénoncent la délinquance avec une insistance suspecte sont toujours eux-mêmes des délinquants, qui rackettent les vieux riches, se font payer par des Etats étrangers, commanditent des meurtres quand ils ne les commettent pas eux-mêmes, les mêmes qui participent masqués à des viols collectifs et qui ont commis beaucoup plus de crimes que la plupart  des gens qui sont actuellement en prison. Comme le terrorisme, la délinquance est contrôlée et organisée par les corrompus fascistes qui hurlent au loup pour éviter d’être eux-mêmes soupçonnés.

Les fascistes utilisent systématiquement la torture pour s’imposer sur la scène politique : par le biais de leurs satellites, les fascistes du Mind Control peuvent utiliser la torture contre les internautes, les hommes politiques, les journalistes, les VIP divers. Toute critique peut-être punie de châtiments divers allant de l’étouffement dans les ascenseurs, les tunnels routiers ou les transports en commun, jusqu’à des insomnies systématiques, des problèmes familiaux divers, des bagarres, des maladies provoquées.

Le seul moyen de se protéger efficacement contre les fascistes consiste à lever la loi du silence sur la question du Mind Control, de manière à ne pas laisser aux cybers-gardiens et à leurs maîtres, la possibilité de faire pression sur les leaders d’opinion, et de faire taire ainsi toute critique du fascisme. Depuis 2002, les critiques du fascisme ont totalement disparu du paysage médiatique, la plupart des antifascistes étant, soit terrorisés par la cyber-répression, soit compromis dans celle-ci.

Ceux qui refusent de lever la loi du silence sur la question de la télé-torture (torture à distance), ne devront pas s’étonner d’être un jour la cible de celle-ci, car, plus les tortionnaires resteront impunis et anonymes, plus ils s’enhardiront et s’attaqueront à des gens importants.

D’ores et déjà, certains hommes politiques sont la cible d’étouffements, de grossissement, de tortures dorsales, de scalpage et nous n’en sommes qu’au début de la progression fasciste. Le meilleur moyen pour les élites nationales et internationales de se prémunir contre le fascisme et la torture qui l’accompagne systématiquement, c’est de dénoncer le Mind Control pendant qu’il en est encore temps, en utilisant pour cela tous les moyens médiatiques disponibles. Lorsque l’opinion sera informée, des plaintes pourront être déposées, et certains tortionnaires pourront enfin être jugés. Jusqu’à quand allons-nous laisser les chiens fascistes nous narguer impunément ? Ces individus nuisibles sont des frustrés jaloux et haineux ; ils ne valent rien et pourtant ils veulent tout le pouvoir, excluant du partage de celui-ci tous ceux qui valent mieux qu’eux, c’est à dire la majorité de la population éduquée. Des millions de cadres ont dû, après des études longues et difficiles, subir une sélection sévère pour trouver un emploi stable, tout cela pour être à la fin exclus du système par des clochards fascistes qui imposent leur médiocrité haineuse par la force des satellites de surveillance ! Ceux qui ne sont pas virés de leur entreprise doivent subir jour après jour, les humiliations perpétrées par les cyber-chiens patronaux qui, cachés derrière leurs écrans, organisent cabales et harcèlements. Dans certains cas, des dirigeants de grandes entreprises vont jusqu’à persécuter les employés après le travail, à l’intérieur de leurs domiciles ; dans les cas extrêmes ils peuvent faire assassiner leurs salariés, pour de prétendues raisons de sécurité.

Lever la loi du silence est le seul moyen de se débarrasser de cette oppression, qui touche un nombre de plus en plus important de citoyens, qu’ils soient salariés ou chômeurs, qu’ils soient importants ou non. Tous les partis politiques et syndicats auraient dû comprendre ceci depuis longtemps. Comment peut-on prétendre défendre les salariés si on ne dénonce pas la répression patronale qui les persécute ? Comment peut-on préserver les libertés en France et dans le monde si on ne lève pas le voile sur la cyber-répression tentaculaire qui est en passe d’étouffer la planète ?

On ne peut pas laisser de vieux riches nazis persécuter impunément des citoyens innocents et ensuite s’étonner d’être soi-même visé. Partant de petits noyaux de marginaux divers, délinquants, musulmans, extrémistes, mis sous surveillance pour des raisons diverses, le cancer de la répression fasciste s’étend dangereusement, visant des gens de plus en plus normaux, jusqu’à finalement menacer la totalité de la population. Sous prétexte de surveiller délinquants et terroristes, on utilise finalement ces derniers pour persécuter des gens qui eux n’ont absolument rien à se reprocher. On peut alors constater que terroristes, délinquants et fascistes travaillent de concert pour opprimer le peuple, ainsi que l’avaient déjà constaté les révolutionnaires des 18 et 19 ème siècle. Plus précisément, délinquants et terroristes sont les employés des fascistes qui utilisent leurs exactions, planifiées par leurs soins, pour supprimer progressivement toutes les libertés démocratiques. Ces fascistes s’infiltrent dans tous les services de sécurité, finissant ensuite par menacer les politiques par le biais d’extrémistes qu’ils manipulent.

Ces fascistes refusent toute critique et se sont eux qui profitent in fine de la dictature des satellites. Ces médiocres jaloux et hypocrites bénéficient alors de toute la puissance publique qu’ils ont détournée, pour piller l’Etat et les entreprises, en utilisant la menace, le chantage ou l’agression satellitaire directe. Lever la loi du silence sur le Mind Control est le seul moyen durable pour se débarrasser de la mafia fasciste qui terrorise les citoyens, annihile l’état de droit, et détruit progressivement les nations.

Pourquoi de vieilles ordures fascistes corrompues, racistes, malhonnêtes et criminelles auraient-elles le droit de persécuter des citoyens qui eux n’ont rien à se reprocher ? Tant qu’un seul innocent sera espionné et persécuté impunément par les cyber-fascistes, personne ne vivra en sécurité en France et dans le monde. Il suffit d’être repéré par une bande fasciste de la surveillance, pour que des familles entières soient condamnées à vivre en enfer durant toute leur existence. Tel des crotales fous, les fascistes ne relâchent jamais leurs proies. Comme des vampires sanguinaires ils persécutent leurs victimes jusqu’à ce que mort s’en suive. Personne ne pourra espérer se libérer de ces monstres sans une levée totale de la loi du silence, de manière à ce que ces déchets du genre humain aillent enfin faire un petit séjour en prison, où ils pourront expier leurs crimes abjects. Ne pas lever la loi du silence, c’est se condamner à subir la tyrannie de ces pourris un jour ou l’autre. Ces déchets sans aucune qualité  vont  s’imposer à la tête de la société sans que personne ne réagisse, la population étant terrorisée et hypnotisée par ces serpents rusés.

Les dictatures qui sévissent en Occident sont beaucoup plus puissantes que celles qui prévalent dans le tiers monde mais, on peut subodorer que le modèle véritable des fascistes occidentaux  c’est en réalité ces régimes du tiers monde sans élections ni démocratie. D’ailleurs, la plupart des fascistes occidentaux ont des accointances dans les pays pauvres, bien qu’ils soient pour la plupart des racistes exterminateurs, éliminant les gens par la guerre civile, le bombardement direct, la famine ou les épidémies provoquées. Tout pays du tiers monde qui collaborera avec ces racistes sera condamné à la destruction, le fascisme occidental étant, comme l’histoire l’a démontré, raciste et exterminateur. Quand un fasciste occidental appuie un régime du tiers monde, c’est juste pour mieux  le recoloniser ou de le détruire. Ces régimes ont donc, logiquement intérêt à financer et appuyer la gauche anticolonialiste et antiraciste, plutôt que de faux amis, qui tueront, emprisonneront ou exileront leurs « amis » locaux.

Le seul moyen pour la France d’éviter la dictature c’est de lever la loi du silence aujourd’hui, sans attendre qu’il ne soit trop tard. Bientôt, les fascistes ne laisseront plus à la démocratie la moindre chance de se libérer de leur oppression diabolique. Ces haineux jaloux et incapables seront alors libres de torturer et persécuter sans contrainte. Ces déchets de la société deviendront les maîtres absolus du pays, et les hommes politiques, les patrons, les riches et les simples citoyens devront subir leur terreur en silence. La future dictature risque d’être éternelle si les barbares fascistes ne sont pas mis hors d’état de nuire par la Justice et les médias. Bientôt, il sera trop tard

La gauche qui collabore avec le Mind Control devrait comprendre qu’elle sera inéluctablement la future victime de ce système de répression fasciste, car, le nazisme international n’ a pas mis toute cette organisation en place uniquement pour combattre les Arabes, les Noirs et les aborigènes d’Australie. Ce système a pour but la destruction totale de la démocratie, la suppression de toutes les libertés et par conséquent l’anéantissement de la gauche française et internationale.

Cette destruction de la gauche commence par des assassinats des penseurs antifascistes tels Gilles Deleuze, Guy Debord, Louis Althusser, Pierre Bourdieu et autres moins connus, de manière à laisser les progressistes sans direction intellectuelle, ce qui permet de les manipuler très facilement. Les journalistes de gauche sont totalement manipulés par le Mind Control depuis plus de 30 ans, ce qui a permis de leur faire dénoncer d’abord le communisme et ensuite l’islamisme, pour finalement les rapprocher fortement de l’extrême droite. Lorsque ces médiacrates ont été informés des persécutions satellitaires, pas un seul n’a essayé de protester, l’ensemble des journalistes ayant été conditionné par le Mind Control pendant des décennies. Persécuter les gens à leur domicile sous prétexte qu’ils ne sont pas assez blancs ou pas assez riches apparaît comme totalement normal à cette caste de nouveaux chiens garde. Torturer et violer les Arabes de France leur apparaît comme la moindre des choses. Espionner les salariés sur leur lieu de travail et les pousser au suicide, fait connus de tous les médiacrates importants, se justifie par un raisonnement du type, « tant que tu ne t’en prends pas à moi, fais ce que tu veux ». Les médiacrates n’ont pas compris que le jour où les fascistes viendront les attaquer, il sera trop tard pour réagir, ils seront comme des papillons cloués sur le mur, qui attendront le coup de grâce des tortionnaires fascistes. Les médiacrates n’ont pas compris que pour améliorer leurs conditions de vie et leurs libertés, il faut d’abord commencer par aider les autres et faire respecter les lois.

Les fascistes ont une fâcheuse tendance à supprimer toute vie sexuelle chez leurs cibles ; dans un premier temps ils poussent à la déviance : pédophilie, pratiques sadomasochistes et ensuite ils interdisent toute activité sexuelle, venant parfois aider les maris qu’ils ont rendus défaillants. Le slogan secret des fascistes est :  » ne baise plus ta femme, on s’en charge ». Jusqu’à quand les citoyens de ce pays vont-ils se laisser humilier par ces rustres nazis, ces déchets de la société qui ont le monopole des mannettes ?

Les journalistes doivent comprendre qu’actuellement, ils sont les pigeons des fascistes, leur respect de la loi du silence et leur complicité avec les crimes totalitaires dépassant tout ce qu’aurait pu attendre d’eux le médiaphobe le plus endurci. Il faut que les journalistes comprennent qu’ignorer le problème principal, le Mind Control, nuit gravement à leur qualité de vie. Il faut qu’ils comprennent qu’ils n’auront jamais une minute de tranquillité tant que le MC n’aura pas été dénoncé publiquement. Déjà on voit des journalistes rendus obèses par l’action des satellites, les fascistes, qui sont de grands comiques, ayant pour sinistre habitude de gêner la défécation et l’urination des gens pour les faire grossir. De cette manière, ils déforment le physiques des journalistes, acteurs et autres VIP, de manière à ce qu’ils deviennent tout boursouflés, ayant à 30 ans des corps de vieux et de vieilles. Aux Etats-Unis, une bonne partie des acteurs de séries télévisées sont semi-obèses, malgré les efforts qu’ils effectuent pour garder la ligne. Pendant ce temps, les nazis peuvent eux mener un mode de vie normal et peser un poids raisonnable. Jusqu’à quand allons-nous nous laisser persécuter par ces fascistes ?

La stratégie actuelle des fascistes étant l’islamophobie, refuser de sombrer dans cette forme de racisme est déjà un mode de résistance aux fascistes. La refus de l’islamophobie affaiblit gravement la stratégie des fascistes. D’ailleurs, pourquoi faudrait-il donc aider ces persécuteurs ???

De même, toutes les faits divers utilisés par les fascistes doivent être systématiquement boycottés par les journalistes : tous ces braquages et meurtres sont, la plupart du temps, manipulés par les satellites du MC ; ces crimes servent la propagande des fascistes ; ceux-ci tentent de profiter de crimes dont ils sont les auteurs réels. Refuser  de relater ces faits divers, handicaperait lourdement la propagande des nazis. Ce boycott gênerait leur progression et permettrait de traiter des vrais problèmes de la société et notamment de celui constitué par la suppression progressive de toutes les libertés en raison de la surveillance par satellite. Tant que ce problème ne sera pas traité, aucun journaliste ne pourra vivre et travailler correctement, sans devoir ramper de manière permanente devant les fascistes les plus ignares et criminels.

Ceux qui espèrent qu’une gauche sécuritaire pourrait endiguer la progression des fascistes traditionnels se trompent lourdement : ils ne feront qu’ajouter un fascisme à un autre et à la fin ce seront les vrais fascistes qui remporteront la mise, les électeurs préférant l’original à la copie. Par exemple, tout le monde a pu constater que la dérive nazie de Sarkozy ne lui a pas profité mais à au contraire renforcé l’extrême droite. Aux Etats-Unis mêmes, la dérive droitière a fini par profiter à d’authentiques nazis, historiquement liés au régime hitlérien. Ce n’est pas en parlant comme les fascistes qu’on leur pique leurs électeurs.  En parlant comme eux on le conforte, les partisans de l’extrême droite se disant qu’ils avaient raison depuis le début puisque tout le monde finit par reprendre leurs arguments. 99% des électeurs ne savent pas que nous somme d’ores et déjà dirigés par les fascistes, par le biais des satellites du Mind Control, qui espionnent et ventriloquent.  Tous ceux qui prétendent combattre la délinquance en refusant d’avouer qu’elle est en grande partie manipulée par les satellites de surveillance actionnés par le fascistes sont des escrocs et, la plupart du temps, des assassins.

Pour la gauche, la seule chance de s’imposer durablement sera constituée par la dénonciation des la terreur satellitaire qui écrase notre planète. Alors que les fascistes de la planète travaillent en réseaux, la gauche internationale se contente de collaborer, creusant elle-même sa propre tombe. Infiltrée par des traîtres qui sont en réalité acquis à la droite ou l’extrême droite, elle se ridiculise en appliquant consciencieusement la politique des patrons, elle même  partie du complot fasciste. Par le chantage, la corruption, la ruse, la flatterie, l’infiltration, l’intimidation, la torture satellitaire, les fascistes, prennent peu à peu le contrôle de la France et du monde.

Les politiques néocoloniales profitent elles aussi aux fascistes, qui profitent des troubles qu’ils ont créés pour renforcer encore la sécurité, soit concrètement, renforcer leur pouvoir discrétionnaire sur les citoyens. Ces nazis mal élevés dominent toute la société, grâce à leurs armes de guerre satellitaires, qu’ils utilisent contre la démocratie. La gauche est trop effrayée pour protester et se contente de ramper devant les fascistes surarmés et les patrons illégitimement enrichis par les baisses d’impôts qu’ils ont exigées.

Pour la gauche, le meilleur moyen d’améliorer son image dans l’opinion est de se démarquer nettement de la droite mafieuse et fascisante, pour tenir le discours attendu par tous, à base de défense des libertés, de justice sociale et de lutte contre le néocolonialisme. La lutte pour les libertés consiste à dénoncer de manière catégorique le Mind Control et le fascisme satellitaire ; le combat pour la justice sociale consiste lui à exiger des hausses d’impôts pour les riches et les grandes entreprises et non pour les pauvres, et la lutte contre le colonialisme consiste à éviter de se mêler des affaires des gens et de nuire en jouant les défenseurs des Droits de l’Homme qui  sont loin d’être respectés en France.

Le discours de gauche (suivi d’actes si possible) conduit à des votes à gauche. Pa contre, quand la gauche tient des discours de droite, elle fait la campagne électorale de la droite, et fait donc, logiquement monter la droite. Tout discours de droite profite à la droite et doit donc être considéré comme une faute lourde. Cet axiome est largement corroboré par les faits. Quand Royal parle comme Sarkozy, c’est Sarkozy qui gagne, et quand Sarkozy parle comme Le Pen, c’est Le Pen qui monte.

Libérer les otages du Mind Control par tous les moyens devrait être une des priorités de la gauche, car, les fascistes commencent par hurler dans les neurophones avant de passer aux assassinats par satellite, assassinats qui peuvent viser absolument tout le monde et qui restent la plupart du temps impunis. Des milliards d’euros ou de dollars devraient être utilisés pour combattre le fascisme international et notamment les équipes du Mind Control qui harcèlent les honnêtes citoyens pour effrayer l’ensemble de la population. Ceux qui ne veulent pas investir pour combattre les harceleurs finiront par les avoir un jour à domicile sans jamais pouvoir s’en débarrasser. Si les démocraties ne veulent pas lever la loi du silence sur le Mind Control, elles risquent de disparaître totalement avant 2033, date anniversaire de l’accession au pouvoir des nazis dans l’Allemagne du 20 ème siècle. Il semble que les démocraties se font une fois de plus piéger par les fascistes, en refusant de lever la loi du silence sur la surveillance par satellite, en concentrant tous les revenus chez moins de 10% de la population, en mettant en place tous les éléments qui aboutiront à la fin à une crise économique majeur, prélude à la prise du pouvoir par les fascistes.

Ne l’oubliez pas : les vieux fascistes stupides et pervers vous surveillent nuit et jour, et, tant qu’ils n’auront pas été neutralisés, personne ne pourra vivre en paix dans le monde. Les vieux pervers de la surveillance ont pour la plupart des milliers de morts sur la conscience. Ces vieux déchets persécutent et assassinent les gens impunément. Ces prétendus patriotes ont pour activité principale de harceler les gens, fous de jalousie pour leurs compatriotes qu’ils prétendent défendre. Comme leur vie est finie, il ne seraient pas contre déclencher une bonne guerre mondiale de façon à ne pas être les seuls à crever. Maîtriser tous ces vieux fascistes malfaisants et leurs complices les nuisibles de tout poil devrait être une des priorités des démocraties ou ex démocraties.

Les fascistes dirigent en réalité la France, quel que soit le résultat des élections ; ils imposent toujours les mêmes contraintes économiques : celles qui permettent de provoquer une crise économique tout en enrichissant les nantis. Par exemple, il exigent des baisses d’impôts pour les riches, au risque de ruiner l’Etat. Au bout de quelques décennies, les finances publiques étant au bord de l’asphyxie, ils exigent des sacrifices …pour les pauvres uniquement : baisses de prestations sociales, blocages des salaires, recul de l’âge de la retraite. Et pendant ce temps, les riches continuent de bénéficier d’exonérations d’impôts totales ou partielles, tout en continuant à hurler qu’on les ruine, tels des harpagons vicieux devant leurs cassettes. L’enrichissement des riches et l’appauvrissement des autres et une des causes principales des crises économiques dans le monde et, tant que ce problème ne sera pas réglé, les économies occidentales de pourront pas redémarrer.

Pour les fascistes, l’enrichissement des riches, dont ils profitent, n’est qu’un moyen de semer le chaos. Ils savent que le développement des inégalités provoquera une crise économique majeure, et que cette crise leur permettra peut-être de prendre le pouvoir pour enfin pouvoir appliquer leur programme de sadiques. Toutes les mesures appuyées par les médias et les politiques sont à base de propositions ineptes destinées à ruiner les économies et détruire la démocratie. Par exemple, on veut baisser les prélèvements obligatoires, alors même que ceux-ci sont la base de la stabilité économique en raison de leur régularité. On veut faire travailler les vieux de manière à mettre les autres au chômage, ce qui permettra alors aux fascistes de recruter des électeurs et des militants. On détruit les logements sociaux pour ensuite se plaindre de la pénurie de HLM et de la hausse générale des loyers. On utilise le Mind Control pour détruire la gauche réelle, de manière à ce que le mécontentement soit canalisé par l’extrême droite. On autorise les fascistes à surveiller et agresser les gens secrètement 24 heures sur 24, de manière ce qu’ils puissent les manipuler et les intoxiquer. On bloque la croissance du salaire minimum, alors qu’il constitue le meilleur moyen de relancer l’économie. On lance des campagnes racistes et islamophobes, au risque de perdre des marchés à l’exportation représentant des milliards d’euros par an. Les fascistes détruisent sciemment la démocratie, infiltrés dans les services de sécurités, les banques, les grandes entreprises. Leurs armes de base sont la crise économique, le Mind Control, la propagande xénophobe. Tant que la loi du silence ne sera pas levée, personne ne pourra vivre en sécurité. Au lieu de rire, les idiots du village des médias devraient plutôt réagir avant de se retrouver totalement scalpés par les fascistes.

La limitation de la liberté de la presse s’applique notoirement aux affaires de politique internationale et de terrorisme. Lors du complot fasciste du 11 septembre 2001, personne, dans les médias officiels, n’a remis en cause la version habituelle des faits. Un groupes de terroristes auraient détruit deux tours à l’aide de simples cutters et personne ne trouve la version officielle étrange ! Le battage monstrueux qui a suivi les attentats à permis à la droite de gagner les élections présidentielles de 2002, le gouvernement socialiste de l’époque n’ayant pas réussi à maîtriser les médias fascistes. Pendant plus de 6 mois, des centaines d’intervenants nous expliqué pourquoi il fallait combattre et exterminer les musulmans, fous d’une rage inoculée par les ventriloques racistes du Mind Control. Le résultat de l’opération d’intoxication islamophobe fasciste internationale a été la déroute de la gauche et la victoire de la droite et de l’extrême droite.

C’est à quoi ont servi les attentats du 11/09/01 : renforcer la droite et l’extrême droite partout dans le monde. Le complot du 11/09 a été en réalité une sorte de coup d’Etat fasciste mondial, qui a été le prétexte à la mise sous surveillance de millions de citoyens à travers le monde, à la généralisation de la torture et de la cyber-torture, à la propagation de l’islamophobie et du fascisme dans toute la planète, à la mise à mort de ce qui restait de démocratie. Tous les fascistes savent que, dans les démocraties, le meilleur moyen de prendre le pouvoir, en plus de provoquer des crises économiques, c’est de déclencher une bonne guerre. Pour combattre une hypothétique menace ennemie, on peut alors limiter encore un peu plus liberté d’expression, mettre des gens qui n’ont rien à se reprocher sous la surveillance de délinquants et de nazis confirmés,  harceler et persécuter tous les partisans du progrès social.

On peut constater que lors des divers guerres coloniales et impérialistes des dernières années, pas une voix discordante ne s’est élevée dans les médias pour protester. Tous voulaient attaquer les Irakiens en 1990, hormis quelques partis extrêmes et personnalités isolées et tous voulaient attaquer les rebelles Maliens en 2013, toute protestation étant à la limite considérée comme de la haute trahison, ce qui est pour le moins cocasse, de la part de gens qui se font payer par divers Etats étrangers tels la Lybie de Kadhafi.

Par contre en 2003,tous étaient contre la guerre contre Saddam, suivant ainsi le gouvernement de l’époque. Dans un cas comme dans l’autre, on peut s’étonner du fait que l’unanimisme semble régner, un peu comme dans une dictature de type classique. Cet unanimisme est un stigmate évident de notre entrée dans le monde enchanté du totalitarisme.

Les guerres, et en l’occurrence les guerres impérialistes, réputées lutter contre le terrorisme alors que ce terrorisme est lui aussi d’origine coloniale, sont le prétexte à la suppression des libertés civiles en Occident et à la mise en place d’un état d’urgence provisoire qui s’éternise indéfiniment. Chaque guerre sera le prétexte à la suppression d’un peu plus de libertés, jusqu’au moment où les fascistes atlantistes auront établi leur 4 ème Reich sur le monde.

A la fin des années 1980, à Timisoara,  les fascistes avaient sorti des centaines de cadavres des morgues en faisant croire à l’opinion mondiale qu’ils constituaient les preuves d’un gigantesque massacre communiste. En réalité toute cette opération avait été menée par la CIA pour mettre en place une équipe de fascistes à la tête du pays. Lors d’un simulacre de procès, le couple Causcescu avait été condamné et fusillé, sans que personne ne s’en émeuve à travers le monde. Un régime qui débute par une mascarade et deux exécutions sommaires ne pourra se révéler qu’une dictature fasciste et raciste anti-rom, malgré une apparence de pluralisme. Derrière les anticommunistes se cachent les fascistes et derrière les fascistes les nazis, ceux qui torturent et assassinent les gens en raison de leurs idées ou de leurs origines.

Des personnages comme BHL sont les meilleurs thuriféraires du fascisme atlantiste. Il fait partie de ceux qui considèrent que le nazisme néocolonial est une bonne chose, sans se douter une seule seconde que le judaïsme sera la future victime obligée de ces fascistes. BHL s’est d’abord déchaîné contre les soviétiques, jusqu’en 1989, avant de se retourner contre les islamistes, les « khmers verts » qui seraient responsables de massacres en réalité le fait des forces pro-coloniales la plupart du temps. Anticommunisme et islamophobie sont combattus par le même genre d’individus, qui n’hésitent pourtant pas à combattre aussi les divers régimes nationalistes du tiers monde qui ne leur conviennent pas non plus. En réalité, BHL ne croit pas une seul seconde à ce qu’il dit. Il a toujours su que les divers carnages attribués aux islamistes étaient en réalité le fait des forces pro-coloniales, que le prétendu massacre de Timisoara n’a jamais eu lieu, et que le 11 septembre était un complot. BHL prétend dénoncer l’idéologie française pétainiste, alors qu’il en est en réalité un de ses agents objectifs. BHL ne comprend pas qu’il existe un lien entre fascisme colonial, impérialisme et nazisme. Il croit qu’on peut combattre le nazisme tout en appuyant le colonialisme, sans se douter que les deux idéologies sont parentes, le nazisme se contentant d’appliquer les méthodes coloniales en Europe. Sous son apparence de révolutionnaire romantique, BHL n’est en réalité qu’un agent nazi involontaire, d’autant plus comique qu’il se prend pour un manipulateur hors pair, amenant progressivement l’opinion à accepter la montée du fascisme qu’il se met alors à dénoncer comme s’il n’était pour rien dans le phénomène. Sous prétexte que les fascistes pro-russes combattent les opérations des nazis atlantistes, il pense s’opposer à l’extrême droite lorsqu’il sert les otanistes, alors qu’il ne fait que servir une des tendances du nazisme.

Toute propagande belliciste, islamophobe, anticommuniste ou impérialiste profite in fine aux nazis. BHL ne doute visiblement pas de cette évidence ; il croit travailler dans l’intérêt d’Israël alors qu’il fait le jeu de ses ennemis, les antisémites exterminateurs, qui sont de plus en plus puissants du fait de l’action d’imbéciles cultivés de son acabit. A cause de ces idiots utiles du nazisme, le fascisme est surpuissant dans toute l’Europe, en Hongrie, en Norvège, en Italie, en Grèce, de même qu’aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

D’ailleurs monsieur Lévy approuve nettement les dictatures dans le tiers monde ; il a par exemple approuvé le coup d’Etat en Egypte. Il aurait appuyé celui du 11 septembre 1973 au Chili, pour lutter contre le « totalitarisme rouge » , si le fascisme avait été à la mode à l’époque. BHL croit manipuler les politiciens occidentaux mais en réalité ce sont eux qui le manipulent, lui faisant dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas.

Pour résumer, toute propagande impérialiste, pro-coloniale, belliciste ou anticommuniste profite aux fascistes. Que ces fascistes soient divisés entre atlantistes et anti-atlantistes ne change rien à l’affaire. Derrière les fascistes se profilent les nazis qui ont l’intention d’appliquer au cœur de l’Occident leurs méthodes fascistes et coloniales. Ceux qui appuient le néocolonialisme dans le tiers monde devront subir le fascisme en France, et ils pourront faire partie de ses premières victimes.

La lutte contre la diffusion de fausses nouvelles devrait être un des chevaux de bataille des partisans de la démocratie. Un jour on prétend que les communistes massacrent leurs citoyens en Roumanie, et, quelques mois plus tard on avoue que tout cela était faux, sans que pour autant des sanctions ne soit prises contre les manipulateurs. Grâce aux satellites de surveillance, les dirigeants politiques sont parfaitement au courant de ce qui se passe dans le monde (si leurs services les informent correctement). Si ces services ne les informent pas correctement, alors qu’il faut qu’ils changent le personnel. Donc, si on suppose que tous les dirigeants politiques sont parfaitement informés de ce qui se passe réellement dans le monde, ils n’ont pas à diffuser de fausses nouvelles dans leurs discours, discours qui sont ensuite repris par les médias, malheureusement fréquentés par des gens qui n’ont visiblement par l’habitude de vérifier leurs sources.

La diffusion de fausses nouvelles par les dirigeants politiques devrait être sévèrement sanctionnée. Les communistes n’ont pas commis de massacre à Timisoara ; ce ne sont pas les Hutus qui ont massacré les Tutsi mais le contraire ; Saddam n’avait pas d’armes de destruction massive ; l’armée irakienne n’était pas la 4 ème du monde, mais plutôt la 40 ème ; il ne faut pas retarder l’âge de départ à la retraite pour sauver les finances publiques, sachant que chaque fois qu’on retarde le départ de l’âge à la retraite de un an on crée au moins 100.00 chômeurs supplémentaires qu’il faut payer ; les hausses d’impôts ne gênent pas la croissance mais au contraire l’accélèrent ; le blocage du smic ne favorise pas les entreprises mais au contraire gèle la demande intérieure et provoque des faillites e série . Aujourd’hui en Syrie, les accusations de gazage proférées contre le régime en place sont plus que probablement totalement mensongères ; elles ne sont que le prétexte pour permettre le lancement d’une opération de bombardements racistes contre la population, comme ça a été le cas partout depuis des décennies, au Viet Nam, au Cambodge, en Irak, en Afghanistan,  en Lybie et partout ailleurs.

La presse devrait faire preuve d’un minimum d’esprit critique face aux déclarations des politiques ; ce n’est pas parce que tel ou tel dirigeant politique affirme un fait, que ce fait est forcément réel. Les politiques mentent ; ça fait partie de leur métier ; c’est aux journalistes de les contredire et de mettre systématiquement en doute leurs déclarations. Le domaine de la politique étrangère est devenu la chasse gardée des fascistes ; ils mentent, ils massacrent, ils renversent les démocratie dans le tiers monde, la majeure partie de leurs activités étant couverte par une sorte de secret d’Etat permanent. Et ensuite, partant de leur bases du renseignement international, ils infectent toute la société, imposant le secret défense à toutes les informations concernant le terrorisme et la politique internationale, pour ensuite généraliser la censure totalitaire à la totalité de l’information diffusée dans les médias. D’ailleurs, depuis des décennies, les journalistes n’ont pas le droit de parler du Mind Control au nom d’un secret d’Etat qui ne profite qu’aux fascistes. Le Mind Control fait le bonheur de vieux salopards nazis, qui passent leurs journées à harceler les salariés dans les grandes entreprises, à persécuter d’honnêtes citoyens toute la journée, à harceler les retraités de gauche dans leurs domiciles.

On commence donc par imposer la censure dans le domaine de la politique étrangère et du terrorisme, pour ensuite l’étendre à tous les domaines de l’information, soumettant les journalistes à un contrôle total, de manière à être sûr qu’ils ne dénoncent pas le complot fasciste.

Toute cette censure ne profite qu’aux plus fascistes d’entre les politiciens, d’extrême droite bien sûr, de droite extrême aussi, sans oublier les vichystes fortement infiltrés à gauche. Les services de renseignement fascistes appuient systématiquement leurs créatures, truquant les sondages, les débats télévisés et voire même les élections elles-mêmes, utilisant leur fonction dans le renseignement public pour comploter contre la démocratie et favoriser le fascisme, tranquillement payés avec l’argent des impôts.

Plus il y aura d’interventions extérieures, de lutte contre le terrorisme avec l’islamophobie qui lui est consubstancielle, et plus le fascisme progressera en France et dans le monde, rongeant nos libertés tel un mustélidé implacable. Il ne faut rien concéder à la racaille fasciste : ni guerres, ni plan vigipirates, ni censure. Il ne faut laisser aucun privilèges aux comploteurs fascistes ; il ne faut céder sur rien. Il faut lever la loi du silence sur le Mind Control et ne plus tolérer la moindre exaction contre les citoyens, quelques soient leurs opinions, leurs origines ou leur religion. Il ne faut plus accepter la moindre entrave à la liberté d’informer, sachant que la dictature profite généralement à quelques fascistes abrutis qui profitent de la suppression des libertés pour obtenir des avantages indus. Il faut oser dire que les vrais terroristes, ce sont les comploteurs fascistes qui dirigent le renseignement international qui s’enrichissent à mesure que la population s’appauvrit, qui s’épanouissent pendant que les masse des citoyens sombre dans le désespoir.

Une fois de plus, les démocraties se sont fait piéger par les idiots du village nazis, et, jusqu’aujourd’hui, personne ne semble décidé à réagir, la société étant clouée au mur par les nazis, selon la bonne vieille méthode hitlérienne. Soit la société civile et les forces démocratiques réagissent aujourd’hui, soit il finira par être trop tard pour organiser la moindre résistance. A la différence de 1933, il n’y a actuellement dans le monde aucune force capable de résister au nazisme. Il n’y a plus de soviétiques. Quelle aurait été l’issue de la seconde guerre mondiale sans l’intervention soviétique ? Nazis allemands et nazis américain n’auraient-ils pas fini par s’entendre ? Sans les Soviétiques nous vivrions peut-être encore sous le III ème Reich. Aujourd’hui, il n’y a plus de communistes ; si les fascistes prennent le pouvoir, leur dictature risque fort de se prolonger pendant des siècles. Il est temps que nos amis des médias se réveillent, s’ils ne veulent pas finir leurs jours dans un cyber-camp.

Il ne faut donc rien céder aux persécuteurs fascistes : il ne faut pas les laisser mener de guerre où que ce soit dans le monde, ne pas les laisser imposer de lois liberticides au nom de la lutte antiterroriste, ne pas accepter de censure sur les questions militaires, car cette censure finit par s’étendre à tous les sujets. Il faut au contraire mettre en doute toutes les informations officielles, enquêter sur les vrais commanditaires du terrorisme et informer les gens sur le Mind Control en France. Ceux qui refusent de dénoncer le Mind Control seront responsables des siècles de dictature qui vont inévitablement asservir la planète dans un futur proche. Ceux qui n’ont rien dit seront responsables du malheur de leurs enfants, qui devront supporter leur existence durant, les hurlements des porcs fascistes dans le neurophone universel qui sera alors installé. Les abrutis qui rient comme des idiots dans les médias, qui savent tout mais ne disent rien, sont responsables des catastrophes qui vont bientôt martyriser la planète. Ne rien dire, c’est parfois un crime. Les générations futures comprendront ce que nous voulions dire.

 

 L’islamophobie d’Etat, pilier de la dictature

 

Depuis la diffusion du Mind Control, dans les années 1980, l’islamophobie, théorique et pratique, est remontée à la surface, après des siècles de quasi disparition. Alors qu’en France, dans les années 50 et 60, le racisme prédominant était le racisme anti-arabe, renforcé par la guerre d’Algérie et le lobby colonial, ce type de racisme s’est mué en racisme anti-islam, plus acceptable politiquement et éthiquement, et donc diffusable dans les médias de masses. Le racisme est alors devenu « lutte contre l’obscurantisme », comme à l’époque héroïque des conquêtes coloniales, quand Jules Ferry venait « apporter la lumières aux races inférieures », à grand coup de massacres planifiés des populations civiles et destruction des cultures locales, établissant alors une sorte d’esclavage moderne,  le moindre paysan français disposant du droit de vie ou de mort sur les Africains ou asiatiques, considérés comme inférieurs. Ces barbares coloniaux ont créé le vocabulaire raciste, qu’ils diffusent aujourd’hui aux « Guignols de l’info », vocabulaire qui est couplé, dans leurs esprit comme dans celui des victimes, avec des siècles d’atrocités coloniales. La plupart des ces fascistes coloniaux sont aussi antisémites et partisans de la solution finale, tout en étant ennemis viscéraux de la démocratie, ces fascistes se croyant supérieurs à la masse de la population et pensant avoir droit à quelques privilèges.

Pendant des décennies la gauche a été un des fers de lance du fascisme colonial, sans se douter que cette position était le poison qui minait sa puissance. Le colonialisme des années 50 a été fatal à la gauche, qui, après avoir subi une défaite honteuse en Indochine s’est ensuite déchaînée contre l’Algérie, jusqu’à ce que De Gaulle mette fin à ce carnage après quelques hésitations et donne le pouvoir à la droite pendant plus de 20 ans. De Gaulle a donc accordé l’indépendance aux pays d’Afrique noire et à l’Algérie, alors que les Mendès et les Mollet de l’époque ne juraient que par l’Algérie française. Les communistes eux-mêmes sont longtemps restés hésitants face à la question coloniale, avant de se déclarer partisans de l’autodétermination des peuples, poussés par la puissance soviétique.

Le lobby fasciste a profité des guerres coloniales pour se renforcer ; il est resté terré pendant deux décennies avant de sortir de l’ombre dans les années 80, encouragés par certains pro-coloniaux présents à gauche. Il a ensuite pris le contrôle de la surveillance par satellite et a commencé à comploter contre la démocratie. Ce lobby colonial est très proche du fascisme sous sa forme pétainiste, mussolinienne ou nazie. Ces fascistes sont des ennemis de toute forme de démocratie ou de progrès social. Leur modèle de société pourrait être celui des sociétés colonisées en Indochine ou en Algérie, quand les Européens les plus dégénérés avaient droit de persécution sur les élites indigènes et droit de meurtre plus ou moins déguisé sur la masse des habitants légitimes de ces pays.

En politique intérieure, ces partisans de l’inégalité ont toujours été opposés à tous les progrès sociaux, considérant que ce qui est agréable dans la vie, c’est l’oppression, à condition bien sûr d’être du côté des oppresseurs. Ces fascistes ont subi les révolutions, les grèves, l’émergence des droits démocratiques sans pouvoir réagir, sauf de manière sanguinaire en réprimant par exemple la Commune de Paris. Ils ont en permanence été voués aux gémonies par la population, haïs comme tous les déchets de la sociétés qui se pensent supérieurs et veulent dominer les gens, alors qu’ils sont à tout point de vue largement au deçà du reste des citoyens. On retrouve souvent ces gens dans les endroits où ils peuvent emmerder les autres. Ils ne savent généralement rien faire d’autre dans la vie. Quand on les empêche de nuire, ils dépriment et sombrent dans l’alcoolisme, la dépression, la toxicomanie et la déchéance. Les empêcher de nuire c’est les tuer. Ces gens sont la pourriture de la Terre, les ennemis éternels du genre humain, des parangons de jalousie mortelle et d’envie haineuse, des Cains maudits, fous de rage face à la réussite de leur prochain.  Ces gens sont jaloux au niveau personnel comme au plan ethnique. Ils ne participent jamais à une compétition sans tricher, ce qui devient très facile à l’ère des satellites. Dans les jeux télévisés, dans les compétitions sportives, dans la recherche d’emploi, dans les guerres, toujours ils trichent et prétendent ensuite avoir des qualités particulières dues à leur supériorité intrinsèque.

Par exemple dans le jeu « Questions pour un champion », il y a toujours un vieux fasciste qui gagne toutes les épreuves grâce à des réponses soufflées par satellite. Parfois même, le fasciste répond avant même d’avoir pris connaissance des indices. Et quand, malgré toutes les efforts des satellites sa réponse est fausse, la production lui accorde tout de même la réponse alors que pour les non fascistes la moindre erreur est systématiquement fatale. Ce jeu est une métaphore de la société fasciste oligarchique dans laquelle nous vivons.

Dans le sport, les fascistes truquent absolument toutes les compétitions depuis des décennies. La tendance actuelle est d’essayer d’éliminer progressivement les Noirs des premières places, pour les remplacer par des fascistes notoires. Le football est lui aussi truqué par les dirigeants politiques et sportifs, les satellites pouvant ralentir des joueurs, les pousser à la faute et à l’élimination.

Dans les procédures de recrutement tout est aussi truqué par les diverses tendances fascistes : certains disposent des sujets des concours administratifs à l’avance, avec, de préférence, les corrigés ; d’autres se font aider par les satellites durant les épreuves pendant que les non fascistes sont eux systématiquement discriminés et gênés par la mafias nazie dirigeante.

Dans le secteur privé, une bonne partie du recrutement s’opère sous l’égide des divers lobbies et organisations fascisantes, qui organisent de fausses sessions de recrutement alors même qu’ils connaissent à l’avance le fasciste qu’ils vont recruter. Ce fasciste passera ensuite son temps à surveiller et harceler les autres employés, avant de les faire partir et les remplacer par un fasciste de sa tendance. A la fin il ne reste que des groupes fascistes qui se battent entre  eux à l’intérieur de l’entreprise, ce qui explique en partie les résultats calamiteux de l’économie française depuis des décennies.

La gangrène nazie étouffe et détruit progressivement nos sociétés anciennement démocratiques, et ce en raison de la lâcheté des forces de gauche, qui refusent de dénoncer le Mind Control et préfèrent collaborer à l’asservissement des peuples. Sans les révolutions et la pression gauchiste et communiste des générations précédentes, nos sociétés n’auraient jamais atteint ce niveau de développement. En Hollande au 16ème siècle, en Angleterre au 17 ème, en France en 1789, ce sont les révolutions qui ont permis de sortir en partie de l’oppression aristocratique et bourgeoise et de libérer les forces créatives de la société. A armes égales, les privilégiés sont toujours perdants ; ils n’ont la plupart du temps aucune qualité et se contentent de profiter des avantages de leur caste.

Au 17 ème et 18 ème siècle, avant les Révolutions, l’Europe avait un niveau de développement équivalent à celui de l’Inde ou la Chine. C’est après avoir maté ses oligarchies que l’Europe a réellement commencé à prendre la première place mondiale. Ce phénomène se retrouve également dans le cas des Etats-Unis qui se sont développés en se libérant de l’oppression britannique, de même que la Russie en combattant la tyrannie tsariste, la Chine en se libérant du colonialisme et du fascisme de même que l’Inde et les autres Etats du tiers monde. Face aux oligarchies corrompues et incapables, cruelles et stupides, la seule solution c’est la révolution démocratique qui permettra à chacun de récupérer ses droits fondamentaux, partout dans le monde, et en l’occurrence en France. Cette révolution démocratique ne pourra commencer que par la dénonciation de la terreur sans visage, de cette oppression secrète et implacable, le Mind Control fasciste qui ruine nos vies et nous réduit à l’état d’esclaves. Ceux qui ne veulent pas dénoncer la dictature des satellites condamneront leur descendance à l’asservissement perpétuel ; eux-mêmes ne seront pas épargnés quelque soit leur niveau de soumission et de collaboration. A chacun de choisir s’il veut vivre comme un homme ou devenir le jouet de ces  vieux fascistes riches immondes et lâches, déchets politiques de la planète, êtres monstrueux prêts à toutes les atrocités si on les laissait faire.

Un des fondements des dictatures occidentales actuelles, c’est l’islamophobie, l’outil principal de l’oppression étant le Mind Control, la surveillance par satellite. Sans l’islamophobie il n’y aurait pas de dictature possible en Occident, par de scalpage par satellite, pas de suppression des libertés, les forces démocratiques auraient alors la possibilité de concentrer sur la question de la défense des droits individuels. L’islamophobie c’est le cœur du racisme, lui même le centre du fascisme actuel. Plus cette islamophobie se développera et plus les libertés se réduiront comme peau de chagrin. Combattre l’islamophobie c’est lutter pour sa propre liberté, la défense des droits des minorités renforçant ceux des majorités.

Le retour de l’islamophobie médiatique peut être datée à 1991, lors de la première guerre du Golfe lorsque le discours officiel à repris à son compte l’ancienne propagande coloniale. Auparavant les racistes restaient minoritaires dans la population et les médias, écrasés par la gauche et le gaullisme en France, de même que dans le reste du monde  où gauches et droites s’accordaient à combattre le racisme et renforcer les unités nationales.

Lors de la première guerre du Golfe, l’esprit de croisade a été remis au goût du jour, bien que les baasistes qui dirigeaient l’Irak à l’époque étaient nettement laïcs. Cette guerre était d’inspiration clairement raciste et de nature arabophobe plus qu’islamophobe. Alors que l’impérialisme avait encouragé Saddam a attaquer l’Iran pour combattre la révolution islamique et ensuite à envahir le Koweit pour ruiner ce pays très dynamique à l’époque, ce même impérialisme a ensuite décidé de punir son agent Saddam Hussein, juste par haine raciale anti-arabe, sans que les intérêts occidentaux ne profitent directement du changement de régime en Irak. Cette guerre a été en réalité menée pour détruire un pays, l’Irak, et l’empêcher de se développer pour longtemps. Les chrétiens du pays ont été incités a quitter le pays et cette communauté est aujourd’hui beaucoup moins nombreuse qu’à l’époque de Saddam.

En Afghanistan, l’histoire est un peu différente : dans un premier temps, les résistants afghans ont d’abord été armés pour lutter contre les Soviétiques et prendre le contrôle du pays. Par la suite ils ont été remplacés par les Talibans d’origine pachtoune et pour finir les Etats-Unis ont recolonisé le pays et rétabli la culture du pavot sans comprenne exactement pourquoi il n’avaient pas laissé en place les Talibans qu’ils avaient créé eux-mêmes par le biais de leurs services de renseignement.

En réalité, toutes ces opérations coloniales permettent aux fascistes de se renforcer, de s’enrichir, de créer des réseaux fascistes, nazis, racistes, mafieux en Occident, dans le but de prendre un jour le pouvoir. En Irak et en Afghanistan, de nombreuses sociétés privées de mercenaires ont été utilisées, permettant alors à des fascistes privés de s’enrichir et d’acquérir de l’influence et du pouvoir aux Etats-Unis où, comme en Europe, la gauche n’existe pratiquement plus, détruite par l’action des satellites de surveillance et des lobbies fascistes.

En Irak comme en Afghanistan, c’est toujours une islamophobie latente qui est la base de toutes ces opérations, cette islamophobie remplaçant un communisme qui n’est plus une menace crédible depuis la fin de l’empire soviétique. D’ailleurs, le début de la fin du communisme peut être daté du jour de l’invasion de l’Afghanistan par l’Armée Rouge en 1979, lorsque Brejnev est tombé dans le piège tendu par l’impérialisme : alors que jusqu’à présent les Soviétiques appuyaient les Etats du tiers monde et défendaient leur droit à l’autodétermination, le fait d’envahir l’Afghanistan a ruiné l’image des communistes qui ont alors été présentés par la propagande américaine comme de nouveaux colonisateurs qui ne valaient pas mieux que les impérialistes et les racistes coloniaux. Ils n’ont eu ensuite qu’à équiper les rebelles d’armes perfectionnés pour enliser les Russes dans un bourbier, mettant alors en place une sorte de Viet Nam à l’envers qui serait fatal pour les Soviétiques et le communisme en général.

Les erreurs stratégiques peuvent se révéler mortelles, l’épisode Afghan ne représentant qu’une erreur parmi beaucoup d’autres. La base de la politique soviétique établie par Lénine était l’appui aux classes ouvrières internationales, notamment syndicats et partis de gauche, ainsi que la défense du tiers monde, en Asie, en Afrique, en Amérique latine et dans le monde musulman. L’agression directe d’un pays musulman a affaibli cette alliance et finalement conduit à la chute de l’Empire rouge. La leçon à tirer de ces événements, c’est que l’alliance avec le tiers monde et notamment le monde musulman est la pierre angulaire de toute politique progressiste de même que de toute stratégie des pays communistes ou post-communistes. Les Russes ne pourront retrouver leur puissance qu’en s’alliant avec le tiers monde et notamment avec le cœur du tiers monde, les pays musulmans. Pour les Russes une alliance avec la Chine est également incontournable, dans la mesure où dans un jeu à trois où une force est largement supérieure aux autres( les Etats-Unis), les deux plus faibles ont tout intérêt à s’allier.

Au niveau français comme au plan mondial, l’alliance avec l’islam et la lutte contre l’islamophobie est indispensable à tout combat contre l’impérialisme et contre le fascisme et le nazisme qui le sous-tendent. Les musulmans représentent près d’un milliard d’habitants sur la planète et disposent de richesses non négligeable. Leur religion est anthopologiquement  d’inspiration communautaire et égalitaire, comme les société slaves et  chinoises (d’après Emmanuel Todd), et donc définitivement allergique à toute forme de nazisme et de fascisme.  Alors que le colonialisme occidental avait pour habitude de créer des systèmes d’oppression et d’inégalité et des barrières pratiquement infranchissables entre les races, communautés religieuses et  ethnies, l’expansionnisme islamique avait lui pour stratégie d’intégrer les populations conquises à leur système au lieu de créer un apartheid racial généralisé comme cela se pratiquait dans les colonies occidentales et actuellement au sein même des sociétés européennes et américaines, où la discrimination raciale et ethnique semble de plus en plus devenir le fondement de ces systèmes.

Les agressions coloniales et impérialistes contre les pays du tiers monde peuvent être directes ou indirectes : directement par bombardements et interventions, indirectement par propagation d’épidémies, de famines, de guerres civiles, ou par mise en place de dirigeants inefficaces qui bloqueront la croissance de ces pays. Il semble que dès qu’un dirigeant du tiers monde obtient des résultats économiques satisfaisants, comme par exemple Ben Ali, Kadhafi, Moubarak ( plus de 5% de croissance chacun), comme par hasard, une révolution ou un intervention vient mettre fin  au développement économique, les racistes mettant en place leurs pires ennemis, les islamistes, pour ensuite les chasser du pouvoir, suite à des coups d’Etat téléguidés, en espérant que tout cela conduira à des guerres civiles.

Globalement, les islamophobes détestent tous les musulmans, qu’ils soient islamistes, laïcs, de gauche, de droite, arabes, noirs, perses, turcs ou autres. Derrière l’islamophobie se cache un racisme colonial plus large qui vise tous les peuples de couleur et derrière ce racisme on en arrive le plus souvent à une sorte de nazisme, ou la notion de race supérieure est limitée à un peuple ou groupe de peuple particulier, par exemple les Anglo-Saxons, les Allemands, ou voire même les Français, les Espagnols ou les Italiens.

Au sein de leur propre peuple, les fascistes, et notamment les fascistes islamophobes, sont le plus souvent des partisans acharnés des inégalités : ils sont contre tous les progrès sociaux, car ils sont fondamentalement pour l’injustice entre les hommes, qui constitue selon eux le fondement de la civilisation et plus prosaïquement leur raison de vivre principale. Ces fascistes ne peuvent être heureux qu’en dominant les autres. Ils ont été souvent élevés dans des familles où l’inégalité entre les enfants (au niveau de l’héritage) est la règle et pour eux, l’inégalité est le seul mode de vie envisageable. Quand on les empêche de dominer, ils meurent. Par alcoolisme, suicide, accidents de voiture, maladies d’origine psychosomatique.

Ces fascistes, aujourd’hui islamophobe, hier antisémites, antiallemands, antibelges, antiprotestants, ne limitent pas leur propension à l’inégalité aux diverses minorités ethniques ou religieuses. Ils amènent l’inégalité au cœur même de la société en faisant en sorte que les différences de revenus entre les classes sociales s’accroissent de manière énorme, et ce dans tout l’Occident. Il existe un lien direct entre développement de l’islamophobie, fer de lance du racisme international et la paupérisation de classes de plus en plus larges des sociétés développées. D’ailleurs après les inégalités sociales, on assiste maintenant à la perte de tous les droits civiques pour la majorité de la population. Avec le Mind Control, l’Etat et les diverses forces politiques et économiques ont maintenant le droit de vie ou de mort sur tous les citoyens même s’ils sont blancs, catholiques et de souche. Les fascistes ont généralisé la principe d’inégalité entre les hommes, le moindre malade mental riche et puissant ayant le droit de persécution sur les 65 millions de citoyens français, seuls les membres de l’oligarchie étant protégés contre les satellites.

L’islamophobie est franche dans la gauche coloniale et ses alliés, et beaucoup plus hypocrite à droite : les droitistes étant de fins politiciens, ils essayent de bénéficier de l’aide des musulmans tout en les attaquant sournoisement. Les socialistes et les radicaux-socialistes eux,  semblent être les groupes dirigeants de chaque agression coloniale depuis l’époque de Jules Ferry. Ces aventures coloniales se finissent généralement dans le sang, sans rien apporter de particulier à la métropole. Ces islamophobes congénitaux perdent toujours rapidement le pouvoir, parce qu’ils ne comprennent pas que leurs expéditions coloniales de profitent qu’à la droite. Lorsque Philippe Pétain a massacré des centaines de milliers de Marocains lors de la guerre du Rif pour le compte du Cartel des Gauches, il n’y avait pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que ce type de méthode finirait par s’appliquer en France ce qui a été le cas lors de la période vichyste. Le colonialisme est intrinsèquement lié au fascisme et, toute politique coloniale finit par mettre les ennemis de la démocratie au pouvoir d’une manière ou d’une autre.

D’ores et déjà, les fascistes contrôlent la planète par le biais du Mind Control et chaque expédition coloniale permet de faire diversion et d’empêcher l’émergence de luttes sociales qui pourraient aboutir à l’amélioration des conditions de vie de la population. De plus, les guerres coloniales rendent possible la suppression de la plupart des libertés et notamment de la liberté d’expression car, après une certaine durée la censure militaire finit par se généraliser et il ne devient plus possible de montrer les dégâts des bombardements coloniaux, ni même de critiquer une opération donnée sous peine de se voir taxer d’intelligence avec l’ennemi.

On voit bien que les opérations coloniales les plus musclées sont dirigées contre des pays arabes laïcs tels l’Irak ou la Syrie et que derrière l’islamophobie se cache tout simplement le racisme colonial et le fascisme, même si ceux qui sont proche du fascisme déclaré sont souvent hypocritement opposés à ces opérations, en raison du financement et des appuis qu’ils reçoivent de certaines dictatures du tiers monde ou à cause de leur alliance avec les Russes.

Paradoxalement ce sont les fascistes coloniaux qui sont le plus opposés aux guerres coloniales actuelles, alors que la gauche se ridiculise dans des opérations où elle n’a rien à gagner. Tant que la gauche ne se pas redevenue pacifiste, anticolonialiste et antiimpérialiste elle ne pourra pas durablement se maintenir au pouvoir et personne n’obtiendra la moindre avancée sociale d’importance. N’oublions pas que les partisans des inégalités entre les races, des religions et des ethnies sont aussi pour les inégalités entre les classes sociales et ennemis de la démocratie. N’oublions pas non plus que les islamophobes sont des racistes ordinaires et qu’ils sont aussi arabophobes, anti-noirs, anti-juifs, anti-étrangers, anti-roms. Ils sont aussi ennemi du concept même de liberté, contre le droit de vote, contre toute forme de démocratie, contre le partage des richesses et du pouvoir et partisans de l’établissement d’une dictature oligarchique mondiale dont nous pouvons déjà constater les ravages.

Pour résumer, la gauche sera anticoloniale et pro-islamique ou ne sera pas.

Une des stratégies des islamophobes c’est d’imposer leur vocabulaire dans les médias : les musulmans ordinaires sont qualifiés par ces racistes d’ « islamistes », de « salafistes »,  de « jihadistes », d’ « intégristes », de « fondamentalistes »  et autres terme haineux. Les islamophobes disposent de ventriloques qui dirigent en sous-main les journalistes et les contraignent à l’emploi du vocabulaire islamophobe.

En théorie, tout ce vocabulaire vise des extrémistes, mais en réalité il est destiné à l’ensemble des musulmans, qui, en Europe ou dans leurs pays d’origine, subissent en permanence la persécution des racistes islamophobes internationaux. Ce vocabulaire est d’ailleurs illégal puisqu’il  tend à diffamer les membres d’une minorité religieuse en France et a pour but de discriminer cette minorité et de pousser à des actes de violence contre elle. D’ailleurs depuis quelques années, les agressions islamophobes se multiplient en France, en raison de l’action des satellites du Mind Control principalement ainsi que de la propagande médiatique islamophobe organisée par le pouvoir.

L’emploi de ce vocabulaire profite uniquement à la droite et à l’extrême droite et se révèle mortel pour la gauche en général et le PS en particulier. A des médias orientés à droite répond un vote de droite. Quand les électeurs sont convaincus par la propagande raciste des médias, ils votent alors pour la droite et l’extrême droite, et le PS se retrouve éliminé dès le premier tour, comme par exemple en 2002, quand Jospin malgré ses brillants résultats économiques  et les avancées sociales majeures qu’il a diligentées, a été éliminé honteusement par le FN, qui a lui profité à plein de toute la propagande islamophobe consécutive aux attentats de 2001.

L’islamophobie interne ou extérieure ne profite in fine qu’aux ennemis de la démocratie : au lieu de combattre les scalpeurs du Mind Control et les persécuteurs fascistes de ce système, l’opinion est divertie par l’islamophobie qui permet de cacher le fait que les classes populaires et moyennes ne bénéficient d’aucune avancée sociale alors que les riches, les très riches et les grandes entreprises continuent de profiter d’exonérations fiscales parfois totales.

Les fascistes ne prennent le pouvoir que quand ils ont réussi à mobiliser contre un ennemi qu’ils ont mis exergue. Les Juifs pour les nazis et les dictatures d’Europe de l’Est d’avant 1939, les communistes pour les mussoliniens,  les franquistes, les dictatures sud-américaines, les Roms pour les pays de l’Est actuels et les musulmans pour les dictatures atlantistes.

En créant le spectre d’Al Qaida, les Américains ont réussi à convertir toute la planète à l’islamophobie, alors que cette maladie était jusqu’à lors limitée à la France, pionnière en la matière, en raison de la présence d’un lobby fasciste très puissant, constitué en partie par des anciens d’Algérie, spécialistes de la lutte contre les Arabes et les musulmans, habitués des provocations terroristes qu’ils ont pu expérimenter avec l’OAS ou certains services spéciaux qui sévissaient lors de la guerre de décolonisation de l’Algérie. Le coup de l’attentat islamiste qui assassine les bons Français, ils l’avaient déjà utilisé en Algérie, à l’époque où ils interrogeaient et torturaient les fellaghas, pour leur faire avouer où ils avaient placés les bombes qu’en réalité les fascistes avaient mises eux-mêmes. Un bon attentat avait pour avantage de radicaliser l’opinion, de permettre la mise en œuvre de mesures extrêmes et de supprimer les libertés dans les colonies comme en métropole. Ces méthodes terroristes coloniales ont ensuite été appliquées en France même, en 1986 et en 1995 notamment, ce qui a permis de mettre en œuvre une politique de persécution des musulmans bénéficiant d’un consensus quasi général.

Les fascistes américains ont repris la méthode en 2001, faisant taire la contestation anticapitaliste qui commençait à émerger depuis les manifestation de Seattle et qui risquaient de déboucher sur une nouvelle vague de contestation musclée. Un bon attentat « islamiste » permet de détourner l’attention de l’opinion vers des groupes étrangers et les pays qui sont supposé les soutenir, de justifier la suppression de pratiquement toutes les libertés pour prétendument assurer la sécurité des citoyens dont la seule menace les visant est en réalité issue des forces de répression qui prétendent les protéger, d’habituer la population au retour des camps de concentration et de la torture (Guantanamo), les Américains ne se doutant pas que les fascistes ont préparé des camps similaires sur le territoire américain qui seront destinés à la population récalcitrante en général et aux minorités en particulier.

Tout est lié : employer du vocabulaire islamophobe c’est renforcer les fascistes et donc affaiblir la société civile et accentuer la répression secrète et terrible que doivent endurer les citoyens sans même s’en rendre compte. Quand les hommes de l’Etat et leurs amis patrons organisent le chômage pour mieux brimer les citoyens qu’ils viennent ensuite les harceler et torturer juste pour le plaisir et que finalement ils les tuent par milliers juste pour s’amuser un peu, il est temps de réagir. Toute résistance implique une certaine unité entre les victimes, unité que les forces du Mal tentent d’empêcher par tous les moyens en utilisant diverses formes de haines communautaires qui finissent par être réciproques. Il n’y aura pas de libération sans unité, pas d’unité sans une lutte contre l’islamophobie consciente et acharnée et pas de lutte contre l’islamophobie sans une dénonciation des discours racistes et islamophobes des médias, téléguidés par les racistes nationaux et internationaux les plus extrêmes.

Pour justifier leurs crimes, les fascistes doivent absolument trouver un ennemi réel ou en créer un de toutes pièces. Faute de quoi, les électeurs ne seraient pas prêts à accepter la moindre diminution de leurs libertés ou de leurs droits sociaux.

L’islamophobie n’est donc pas un point de détail mais ce qui permet de justifier la mise en place d’une dictature qui se révèle de plus en plus puissante à mesure que les années s’écoulent. De nos jours on peut scalper les journalistes, sans que ceux-ci n’osent même protester, tétanisés par la puissance de la répression. Plus la propagande islamophobe s’aggravera et plus les fascistes se renforceront, supprimant alors de plus en plus de libertés, aggravant les inégalités jusqu’à des niveaux jamais connus depuis le Moyen-Age, annulant tous les progrès civiques et sociaux accumulés depuis des siècles.

D’ores et déjà, les grands patrons ont pratiquement droit de vie ou de mort sur leurs employés ; et personne n’ose même en parler.

La gauche semble avoir un problème d’islamophobie aiguë. Dès qu’elle arrive au pouvoir, les insultes médiatiques commencent à fuser : on traite les gens d’ « islamistes », de « jihadistes » de « salafistes » et autres termes lancés à l’opinion comme des insultes, alors même que ces qualificatifs sont positifs pour les musulmans. Les but des racistes est de pouvoir banaliser une propagande antimusulmane, en se faisant passer pour de braves laïcs combattant les extrémistes. Il ne faut pas se tromper d’ennemi : les extrémistes ce sont les racistes islamophobes, prêts à toutes les atrocités, tous les massacres, tous les viols, toutes les tortures. Ces islamophobes sont toujours au minimum fascistes ennemis de la démocratie et la plupart du temps nazis, partisans des camps de concentration pour Juifs, musulmans, contestataires et dissidents, gauchistes. Ces islamophobes ne sont pas de simples xénophobes : leur stratégie est calculée pour une prise de pouvoir et l’instauration d’une nouvelle dictature en Occident, dictature dont pâtira la totalité de la population et pas seulement les minorités.

Dans les médias, les fascistes islamophobes semblent organiser une discrimination sournoise à l’encontre des musulmans qu’ils essayent de faire interdire dans les médias. Il suffit de quelques islamophobes aux manettes, qui manipulent et ventriloquent les décideurs pour que les fascistes apparaissent comme une majorité immense, alors qu’ils sont en réalité composés d’un noyau dur de quelques individus, psychiquement déséquilibrés, enragés mais puissamment équipés, qui infectent l’ensemble de la société en commençant par les élites.

L’islamophobie, comme le néofascisme, improprement appelé populisme, sont apparus avec le Mind Control, dans les années 80 et se sont répandus comme une trainée de poudre, en raison de l’utilisation secrète et illégale de ce matériel de contrôle totalitaire. Comme par hasard, à partir les années 80, la gauche réelle est devenue muette, se contentant de répéter les délires fascistes, mimant ses maîtres secrets avec une application ridicule. Après avoir nié mollement qu’il existait, dans les années 80, des problèmes de délinquance, elle a fini par se ranger derrière le discours sécuritaire des fascistes, qui prétendaient dénoncer une délinquance qu’ils organisaient eux-même à l’aide de leurs complices dans la police, l’armée, les services secrets, les sociétés privées de surveillance, utilisant pour cela le Mind Control satellitaire secret donc ils avaient l’exclusivité à l’époque.

Le discours que devrait tenir la gauche est le suivant : à partir du moment où les services de sécurité disposent de moyens énormes pour surveiller les délinquants, lire dans leurs pensées, les contrôler à distance, il ne doit plus y avoir de délinquance du tout. Dans les faits, il est probable que la majeure partie de cette délinquance est sous le contrôle des satellites de surveillance et que cette criminalité est utilisée à des fins politiques pour faire monter les droites et limiter les libertés des citoyens.

Quand la délinquance n’est pas maîtrisée, c’est qu’elle bénéficie de complicités, qu’elle est dirigée par satellite pour servir les intérêts de quelques fascistes. Parfois, des délinquants notoires sont utilisés pour persécuter des internautes, ces délinquants étant placés sous le contrôle direct de l’Etat pour combattre d’honnêtes citoyens qui n’ont rien à se reprocher mais qui sont mécontents de la dictature comme tout un chacun.

L’opération Marseille, quand les médias viennent dénoncer une délinquance qui a toujours existé dans cette ville, sans s’en prendre aux mafias, aux fascistes et aux corrompus, est une manipulation d’extrême droite qui vise une fois de plus à faire progresser les forces totalitaires dans le pays.

La gauche n’a donc pas intérêt à l’islamophobie et devra se choisir des dirigeants ouvertement islamophiles sous peine de disparaître du paysage politique. La gauche devra être non seulement pro-musulmane mais aussi pro-islamiste, l’islam politique étant la forme musulmane de l’anti-impérialisme et donc de la gauche internationale. On peut constater que la période de plus grande prospérité et de plus grande réduction des inégalités a été la période de la décolonisation  des années 50 et 60, quand le fascisme a été écrasé, la droite raciste discréditée, le libéralisme économique anéanti. Malheureusement, les forces du Mal ont trouvé la parade : elles ont développé des armes d’espionnage, de persécution et torture à distance qu’elles ont tenu secrètes pendant des années, les utilisant principalement dans leur lutte contre les Soviétiques dans un premier temps, avant de les retourner contre les citoyens, notamment à partir des années 90. Depuis cette date, les libertés ont été abolies en Occident, les fascistes font la loi partout, les citoyens ne peuvent plus dormir.

Dès que la gauche met en place une politique islamophobe, elle perd immédiatement tout crédit chez les électeurs et finit par se retrouver non seulement derrière la droite, mais aussi derrière l’extrême droite, ce qui revient à être pratiquement éliminée du paysage politique. Les partis islamophobes d’extrême gauche sont eux aussi très faibles, réalisant des scores de moins de 5% en général. Seul le FDG a réussi une fois à dépasser les 10%, sans qu’on puisse être sûr que ce score pourra être un jour renouvelé.

Tout ceci s’explique de manière simple : quand on est de gauche on est pro-islamiste et non pas islamophobe ou anti-islamiste. Les gauchistes qui approuvent les coup d’Etat militaires anti-islamistes sont équivalents à des communistes qui auraient approuvé le coup d’Etat de Pinochet, le 11 septembre 1973 ; leur position est totalement inepte et ridicule. Cette position équivaut à celle de ceux qui dans les années 60 et 70 dénonçaient les guérrillas communistes sous prétexte que ces communistes n’étaient pas assez démocrates, en oubliant que les dictatures de droite étaient encore moins libérales que celles de gauche.

L’anti-islamisme actuel équivaut un peu à l’anticommunisme des années 70, quand des philosophes payés par la CIA dénonçaient le soviétisme pas assez démocratique et que ces même hérauts des libertés se sont révélés par la suite des fascistes convaincus, harcelant sans relâche les citoyens de gauche, révélant ainsi leur tendances totaitaires viscérales.

La lutte contre le fascisme et l’exploitation est un mouvement qui doit être global. Si deux tendances anti-impérialistes et antifascistes s’opposent, ces deux tendances s’affaibliront et finiront par disparaître. Le racisme actuel est islamophobe et doit donc être combattu comme tel et l’anti-impérialisme actuel est islamiste et doit donc aussi être appuyé pour affaiblir la dictature globale de l’impérialisme et du Mind Control qui l’accompagne. Les gauchistes qui n’arrivent pas à nouer des alliances avec des gens différents n’arriveront à rien, ils ne pourront pas mettre en place de stratégie internationale et seront alors condamnés à collaborer avec les fascistes dirigeant l’occident ou à disparaître.

L’islamophobie est une idéologie d’origine fasciste, un descendant idéologique de l’antisémitisme, et, tous ceux qui collaboreront avec ces islamophobes seront irrémédiablement absorbés par le fascisme. Beaucoup de politiciens de gauche des années 30 se sont ensuite révélé des collaborateurs zélés du pétainisme et du nazisme en raison de leur manque de discernement politique. Aujourd’hui, les dirigeants de gauche et d’extrême gauche collaborent avec le racisme organisé du Mind Control, sans même comprendre que ce système de répression leur est en réalité destiné. Les fascistes actuels s’exercent à la répression en persécutant les musulmans et autres minorités ouvertement et les salariés et retraités de manière plus discrète. Bientôt ces nazis agresseront directement les journalistes, les gauchistes divers, les droitistes récalcitrants. Déjà, les fascistes scalpent les journalistes, les politiciens, les VIP, sans que ceux-ci ne soient en position de protester. Tant que les persécutions islamophobes ne seront pas dénoncées, c’est toute la société qui sera otage de ces nazis, qui attaquent des cibles faibles pour se renforcer, avant de se lancer là l’assaut de la démocratie.

Sans lutte contre l’islamophobie, il n’y aura pas de retour des libertés. Le fait de masquer la lutte contre l’islamophobie par une lutte contre le « jihadisme », qui est dans la plupart des cas directement  une création des services secrets occidentaux, est un piège des fascistes qui créent de faux islamistes pour discréditer les vrais.

La gauche doit donc être pro-islamiste, ce qui conduit à dénoncer les faux islamistes mercenaires de l’impérialisme et à appuyer les vrais, qui eux combattent pour la démocratie, pour les classes populaires et contre le néocolonialisme. L’anticléricalisme n’est pas forcément de gauche ; il est de plus en plus d’extrême droite et ce qui s’applique en Occident n’est pas forcément valable pour le reste du monde. Si le gauchisme ne s’allie pas à l’islamisme, comme le léninisme s’était allié avec les nationalismes du tiers monde, alors ce sont les fascistes qui gagneront et ces fascistes sont, ne l’oublions pas, structurés par des groupes nazis, les nazisme étant le stade suprême du fascisme et du racisme.

Manifester dans des pays musulmans avec de faux gauchistes, paravents des militaires eux mêmes agents du fascisme international, n’et pas très judicieux de la part de prétendus vrais gauchistes. La seule politique efficace pour la gauche c’est de condamner toutes les opérations coloniales quelles qu’elles soient, au Mali, en Syrie et partout ailleurs. C’est aussi d’appuyer les forces démocratiques et sociales, qu’elles soient islamistes, panarabes, panafricaines ou autres.

La politique qu’il ne faut pas appliquer pour la gauche, ce sont les diverses formes d’islamophobie médiatique, idéologique, diplomatique, militaire, qui conduisent toujours à des massacres, à des défaites retentissantes de la gauche et présentent même des risques d’affaiblissement de la démocratie en France, les fascistes profitant des opérations coloniales pour tenter de prendre le pouvoir et limiter les libertés en métropole.

Dans les faits, l’islamophobie est en réalité le paravent du racisme colonial, les fous furieux islamophobes ayant en réalité pour but de tuer le plus de Noirs et d’Arabes possible. On constate d’ailleurs que les opérations de ces islamophobes sont souvent dirigées contre des nationalistes arabes laïcs, tels Saddam Hussein, Kadhafi, Bachar Al Assad, Moubarak, Ben Ali et autres. Les islamophobes sont le plus souvent aussi des arabophobes et peu leur importe que l’Arabe visé soit religieux ou non ; le but de ces gens est d’en tuer le plus possible, de détruire les Etats constitués et de créer un chaos de type somalien dans l’ensemble du monde musulman.

L’islamophobie est donc un danger non seulement pour les musulmans pratiquants, mais aussi pour tous les musulmans laïcs ou athées, ainsi que pour les Arabes et Africains chrétiens, sachant que les racistes ne visent pas l’islam en tant que religion abstraite mais en tant que religion du tiers monde. Ce fascisme colonial finit toujours par infecter les métropoles et menacer les libertés des citoyens des ex démocraties. Combattre l’islamophobie c’est assécher le terreau dans lequel prospère le fascisme. Pour combattre l’islamophobie et donc le nazisme de manière efficace, il faut s’allier aux partis réellement islamistes comme les Frères Musulmans, pour prendre un exemple connu, et former une coalition mondiale contre le fascisme et l’impérialisme. N’oublions pas que des partis racistes comme l’UMP ou le FN ont réussi à se faire financer par des islamistes du Golfe et des Arabes laïcs qu’ils ont fini par assassiner (Kadhafi). Dans ce conditions, on ne comprend pas pourquoi la gauche et l’extrême gauche ne pourraient pas profiter elles aussi de l’appui des musulmans, alors même que la vraie gauche est ontologiquement ennemie du racisme, du colonialisme et des persécutions raciales en France et dans le monde. Le problème est que les fascistes ont réussi à s’infiltrer à gauche à un point où ils en arrivent même à la diriger. Pour faire face à cette menace, les partis de gauche doivent à tout prix empêcher toute infiltration fasciste dans leurs rangs, de manière à ne pas terminer leur course sous la forme de groupuscules mollétistes.

La propagande islamophobe se diffuse notamment à partir de la radio d’extrême droite Radio Courtoisie. Ce média se déchaîne quand la gauche est au pouvoir alors que durant les règnes de la droite, elle fait preuve d’une certaine retenue sur les questions de racisme et d’islamophobie. De puis 2012, la propagande islamophobe extrême a repris sur cette radio, au mépris du respect des lois en vigueur, car, on le sait, le fascisme ne peut prospérer qu’en violant les lois. Derrière tout discours fasciste il y a toujours un argument fallacieux ; derrière toute progression du fascisme on trouve systématiquement des viols de la légalité : propagande raciste illégale, espionnage des concurrents par satellites du Mind Control, assassinats ciblés secrets, appui des fascistes infiltrés dans les divers partis par la surveillance satellitaire, ventrilocage des journalistes et politiciens, menaces de torture contre les contradicteurs.

La propagande islamophobe illégale de Radio Courtoisie est commanditée par l’Etat ; cette radio est probablement financée par les fonds secrets gouvernementaux payés par les contribuables. Les appels aux don récurrents des escrocs qui dirigent ce média sont autant de pièges pour permettre de ficher les sympathisants d’extrême droite, car, parfois même dans ces milieux il existe des gens qui trahissent les autres.

La propagande islamophobe de Radio Courtoisie a pour conséquence de développer l’islamophobie en France et de faire monter les partis de droite et d’extrême droite dans l’opinion. Par contre, en cas de critique contre le FN, parti qui espionne les gens à leur domicile et fait surveiller ses détracteurs, l’affaire se termine généralement par un procès, la Justice fonctionnant à sens unique, les frontistes ayant droit de porter plainte au moindre incident alors que les victimes de leurs agissements satellitaires voient leurs plaintes finir dans les poubelles des tribunaux.

Les Arabes et musulmans qui financent la droite, l’extrême droite et les fascistes infiltrés à gauche devraient peut-être revoir leur stratégie, compte tenu du sort qui a été réservé à Kadhafi, Ben Ali, Saddam et Moubarak. Ils devraient aussi comprendre qu’ils ont tout intérêt à lever la loi du silence sur le Mind Control car ils sont les  premières victimes de celui-ci. Au lieu de financer des fascistes en espérant qu’ils vont attaquer les Juifs, ils feraient mieux de payer et appuyer des partis ou groupes dont les intérêts coïncident avec les leurs. Des milliards devraient être investis dans la lutte contre l’islamophobie et les islamophobes, ces déchets de la société qui veulent utiliser la politique pour dominer la société et se remplir les poches. Ils devraient payer des avocats et juristes pour traduire devant les tribunaux les racistes anti-islam qui appellent au meurtre à longueur de journée sur des médias financés par des fonds secrets étatiques.

Face aux menaces islamophobes et arabophobes les pays arabes et musulmans ont intérêt à ne pas se battre entre eux, à ne pas fomenter de coups d’Etat et de guerres civiles chez leurs voisins, car le racisme international vise tous les arabo-musulmans quelque soit leur tendance. Ils ont aussi tout intérêt à protester de manière musclée, directement ou indirectement,  contre les systèmes de surveillance satellitaire, dans la mesure où ils sont les premiers visés par ceux-ci. Le Mind Control peut fomenter de fausses révolutions, des guerres civiles et des troubles divers, dans la mesure où les ondes satellitaires peuvent pousser les gens à parler et agir contre leurs propres intérêts ou à prendre des risques qu’ils ne voulaient pas prendre. Informer les populations des pays arabes des possibilités du MC permettrait de limiter la survenance de troubles provoqués par les services secrets étrangers.

Pour les pays arabo-musulmans, la meilleure garantie contre les guerres civiles, les bombardements et la recolonisation, c’est de combattre les racistes à la source, en Occident, et en l’occurrence en France, bastion international de l’islamophobie exterminatrice. Quand une radio comme Radio Courtoisie diffame et appelle au meurtre raciste de manière plus ou moins détournée, une structure devrait immédiatement porter plainte pour faire cesser ces attaques illégales contre une religion ou une communauté. Le respect ne peut se gagner qu’après un minimum de lutte et, plutôt que de cirer les pompes de oppresseurs racistes et de les payer pour qu’ils cessent de nuire, mieux vaudrait avoir le courage de les combattre. Ramper devant des fascistes, qui ne sont, la plupart du temps que des lâches et des corrompus, ne sert qu’à les renforcer et les pousser au crime.  Pour simplifier, un Hongrois, un Grec, un Allemand, un Italien dont les ancêtres ont fait la guerre contre la France, ne devraient pas avoir plus de droits que des Maghrébins ou Ouest-africains dont les aïeuls se sont battus pour la France, durant les deux guerres mondiales et aussi (malheureusement) lors des guerres coloniales. Plus largement, les mouvances pétainistes composées des descendants politiques des collabos de la deuxième guerre mondiale, ne devraient pas se sentir autorisées à se sentir supérieures à des originaires de l’ex empire colonial qui  eux, n’ont pas collaboré avec les nazis. La politique actuelle, à base de fascisme, étant fondée sur des rapports de force, les musulmans ont donc le devoir de s’organiser pour combattre les racistes, et notamment de porter plainte contre la propagande raciste extrême qui se développe dans les médias sous l’influence des ventriloques racistes et fascistes qui semblent de plus en plus puissants et nombreux. Les musulmans ont aussi le devoir de dénoncer le Mind Control. Faute de quoi ils risquent fort de subir un génocide de dimension planétaire. Toute erreur stratégique dans ce domaine peut s’avérer fatale. Se taire est une erreur mortelle.

Investir dans la lutte pour les libertés, pour la démocratie, contre le racisme et l’islamophobie, contre le Mind Control, c’est le seul moyen d’assurer sa survie à long terme face à la menace raciste de plus en plus prégnante en France. Sans campagnes de presse et procès, il n’y aura pas de progrès pour les musulmans en France, un des centres mondiaux du racisme et de l’islamophobie et l’action des racistes risque de s’étendre à l’ensemble du monde musulman, quelque soit le type de régime en place, le but des islamophobes étant de transformer cette partie du monde en une sorte de Somalie géante, avec destruction des Etats et guerres tribales permanentes. Ceux qui ne veulent pas dénoncer le Mind Control devront être considérés comme les responsables des catastrophes à venir, qui ne viseront pas uniquement les musulmans mais la planète dans son ensemble. D’ores et déjà, en France, les journalistes sont scalpés et boursouflés par la dictature. C’est une signe de ce qui attend le pays. Tout citoyen conscient devrait comprendre que c’est maintenant qu’il faut commencer à résister et à lever la loi du silence. Bientôt, il sera trop tard.

Donc, l’islamophobie est le vecteur principal de pénétration du fascisme dans les élites et le reste de la  population. Cette idéologie illicite doit donc être combattue, surtout dans la mesure où la diffamation contre une communauté religieuse est illégale et, la moindre des choses serait que les fascistes respectent les lois. En créant cet ennemi imaginaire les fascistes cachent le vrai danger qui menace la démocratie : eux-mêmes. Ces gens ont l’intention de prendre le pouvoir et d’appliquer la torture par satellite à toute la population. Quand ils auront conquis le pouvoir il ne sera plus jamais possible de s’en débarrasser. Ils plongeront le monde dans une guerre mondiale dont ils seront les seuls à profiter. Cette islamophobie doit donc être combattue dans le mesure où elle constitue l’instrument privilégié des nazis pour leur conquête du pouvoir. Cette islamophobie justifie, selon les fascistes, la suppression des libertés et le développement du MC, prétendument pour combattre un terrorisme qu’ils ont mis en place eux-mêmes, et, cette suppression des libertés finit par viser l’ensemble de la population, ce qui était le but recherché dès le début.

Ceux qui, parmi les Arabo-musulmans collaborent avec la terreur raciste ne doivent pas s’attendre à la moindre reconnaissance de la part de leurs maîtres nazis coloniaux. Les meilleurs collaborateurs, tel Kadhafi sont assassinés comme des chiens par ceux-là mêmes qu’ils avaient financés et aidés.

De nos jours, le pire poivrot fasciste a l’autorisation de s’incruster en entreprise et d’agresser les salariés par satellite. Dans la dictature fasciste secrète qui dirige la France, les fascistes semblent disposer de droits particuliers, le moindre vieux grabataire nazi ayant l’autorisation d’espionner les citoyens chez eux, le plus petit CM2 nazi prenant le pas sur un bac + 10 non fasciste, la moindre ordure nazie ignare étant considérée comme supérieure aux cadres, chercheurs, enseignants, le moindre raciste alcoolique disposant du droit de vie ou de mort sur les citoyens de ce pays.

Tout le monde a intérêt à ce que la lutte contre le fascisme et son instrument, le racisme, se renforce. Faute de quoi, les citoyens honnêtes auront l’occasion d’expérimenter la terreur fasciste dans leur chair ; ils comprendront alors que depuis des décennies la torture par satellite est appliquée en France, que ce procédé va se généraliser et qu’ils en seront les victimes obligées.

Ceux qui tels Fabius ou Kerry, montent des opérations coloniales, comme par exemple celle qui est en train de ravager la Syrie, devraient comprendre que leurs manoeuvres renforcent le nazisme et nuisent au judaïsme.  En effet, chaque opération coloniale a pour résultat de renforcer les services secrets, la censure, la xénophobie dans l’opinion, le racisme et le fascisme en général. En attaquant la Syrie, le socialistes renforcent indirectement le FN, bien que celui-ci se soit hypocritement opposé à l’opération, en raison des instructions de son allié russe. Toute opération coloniale prolongée finit par déboucher sur du fascisme plus ou moins direct. Par exemple, le pétainistes qui ont pris le pouvoir lors de l’occupation allemande étaient le plus souvent des colonialistes enragés. Ils ont d’ailleurs appliqué les méthodes coloniales au Juifs, aux communistes et aux Français de base, car, le fascisme c’est un état d’esprit : ceux qui sont pour la suppression des libertés dans le tiers monde, sont les mêmes qui veulent éliminer celles-ci dans les sociétés développées. La liberté des uns conforte celle des autres et, a contrario, l’oppression des uns menace la liberté des autres. Plus il y aura d’opérations coloniales visant à remplacer une tyrannie par une autre en détruisant des pays entiers pour des décennies, et plus il y aura de chances pour que la barbarie finissent par atteindre l’Europe et les citoyens ordinaires qui sont déjà secrètement visés par les persécutions satellitaires.

Le 11 septembre 2001 a servi de point de départ pour la mise en place d’un vaste de plan de suppression des libertés partout dans le monde. Le terrorisme fomenté par les fascistes et les opérations coloniales qui lui sont liées, sont le point de départ du complot fasciste qui peu à peu grignote toutes les libertés des journalistes, politiques, citoyens de base, et qui bénéficie de la protection du secret défense.

L’islamophobie renforce encore ce complot fasciste en inventant un ennemi intérieur qu’il faut juguler par tous les moyens, ce qui nécessite malheureusement quelque limitations des libertés, avec par exemple une surveillance à domicile non désirée pour tous les VIP et une bonne partie des internautes actifs, surveillance qui ressemble de plus en plus à une sorte de garde à vue perpétuelle. Personne ne proteste, en raison de la lutte contre un terrorisme et une délinquance que les fascistes ont organisés eux-mêmes ou contre l’islam qui a été désigné ennemi prioritaire depuis la chute du Mur de Berlin. On finit par se rendre compte que la lutte contre l’islam se révèle être de plus en plus une lutte contre les libertés et que les musulmans ne sont finalement que le prétexte utilisé pour supprimer progressivement les droits civiques des citoyens.

Ceux qui croient qu’en attaquant les Syriens ils vont affaiblir le fascisme international se trompent lourdement : ils vont éventuellement affaiblir le fascisme anti-atlantiste, mais vont par contre renforcer le fascisme otaniste, beaucoup plus dangereux et proche du nazisme. Plus il y aura d’opérations militaires à l’étranger et plus les libertés fondamentales en France seront menacées par imposition de la censure et renforcement des forces de répression.

Le cas des lepénistes est ambigu: d’une part ils s’opposent généralement, en apparence, aux attaques contre les dictatures du tiers monde, dans la mesure où ces dictatures les ont dans certains cas financés et d’autre part ils approuvent secrètement ces opérations coloniales car, une des matrices du fascisme français c’est le colonialisme. Le lepénisme, à l’origine anti-atlantiste, revient progressivement dans le camp atlantiste, à mesure que celui-ci se nazifie.

La mouvance fasciste se compose actuellement d’au moins deux parties : une partie apparemment anti-atlantiste tel le FN qui joue les opposants au système alors qu’il en est un cogérant, et une partie atlantiste, interventionniste, impérialiste, néocolonialiste, néoconservatrice. Ces deux parties feignent de se combattre ou se combattent vraiment, pendant que la gauche réelle est exclue du débat en raison de sa faiblesse idéologique. Ces deux tendances fascistes finissent par se rejoindre progressivement en formant un étau monstrueux qui étouffe et détruit inexorablement les démocraties, à mesure que le FN devient plus intégré et atlantiste, et les néo-cons de plus en proches du nazisme.

Ceux qui veulent utiliser une branche du fascisme pour écraser l’autre font une lourde erreur. Ces deux tendances du fascisme sont en réalité très proches : les deux branches sont islamophobes, antidémocratiques et antisociales. Le système qu’elles nous préparent risque d’être un enfer qui dépassera tout ce que le genre humain a connu depuis la préhistoire. Ces gens disposent de matériels permettant des tortures extrêmes prolongées sans décès de la victime. Des séances de torture permanentes peuvent ainsi se prolonger  pendant des mois sans interruption. Absolument n’importe qui peut-être visé par ces procédés appliqués à distance par satellite.

Ceux qui lancent des opérations coloniales qui profitent au nazisme feraient mieux de combattre le véritable ennemi intérieur, le fascisme, avant d’en être eux-mêmes victimes. La gauche internationale doit se consacrer à la lutte contre les réseaux fascistes et développer par tous les moyens le gauchisme le plus extrême pour contrebalancer l’influence fasciste. Le colonialisme criminel actuellement mis en œuvre qui vise à détruire les pays du tiers monde et à tuer le plus d’afro-latino-asiatiques possible par le biais d’épidémies, de guerres civiles provoquées ou de terrorisme organisé, aura inéluctablement un prolongement en Occident même. Guantanamo n’est que le prélude au type de traitement qui attend les Américains, minorités d’abord, reste de la population ensuite. Sans les Soviétiques, le monde aurait très bien pu être partagé entre nazis allemands en Europe et nazis anglo-saxons en Amérique. Sous-estimer l’importance des communistes dans la lutte contre le fascisme est une erreur qui risque de nous conduire au retour du totalitarisme partout dans le monde, totalitarisme qui sera pire que celui d’hier en raison de sa puissance technologique due au Mind Control satellitaire. Comparé à ce qui attend la planète, le monde d’Orwell apparaîtra bientôt comme un club de vacances.

Fermer Guantanamo, faire cesser toutes les opérations coloniales, en Syrie au Mali et partout ailleurs, réunifier la Somalie détruite par les interventions occidentales, tout ceci participe à la lutte contre le fascisme international. Ceux qui pensent qu’ils vont aider Israël en attaquant  le Mali ou la Syrie se trompent lourdement : derrière le racisme colonial se cache presque toujours l’antisémitisme et le nazisme qui se trouveront renforcés par ces opérations impérialistes. En croyant aider Israël, certains sont au contraire en train de préparer la 9 ème croisade qui les détruira autant que le reste du Proche-Orient. Déjà dans l’Antiquité, les guerres permanentes entre sémites ont livré la région aux Grecs et aux Romains qui ont tyrannisé le Proche-Orient pendant près de 1000 ans.  Diviser pour régner, c’est la grande stratégie impérialiste depuis l’Antiquité. Cette méthode simple mais efficace est toujours en vigueur aujourd’hui. Opposer Juifs et Arabes est une des piliers du plan fasciste. Les deux ethnies risquent fort de disparaître de la surface de la planète s’elles n’arrivent pas à s’entendre face à l’impérialisme d’inspiration nazie qui prévaut actuellement. D’ailleurs, les fascistes considèrent qu’opposer Juifs et Arabes et Juifs et musulmans est le point fondamental de leur stratégie de prise du pouvoir mondial. Ceux qui ne cessent de planifier des opérations coloniales en espérant qu’Israël en profitera devraient comprendre qu’en réalité, ils se nuisent surtout à eux-mêmes à moyen terme.

La tâche principale pour ne pas dire unique de Kerry et Fabius devrait  être de combattre les réseaux nazis à travers la planète et notamment dans leurs propres pays au lieu de les renforcer en se lançant dans des opérations ineptes et criminelles. Ils ne doivent plus rien faire avant d’avoir fait cesser la progression du nazisme dans le monde. Ils ne doivent pas attaquer tout le monde en même temps au risque de permettre aux nazis d’accéder bientôt au pouvoir partout. Dans l’époque charnière dans laquelle nous vivons, tout erreur de jugement peut s’avérer catastrophique.

Une logique globale doit être mise en place pour faire face au nazisme. Dans la situation actuelle, la « gauche » internationale se lance dans diverses opérations coloniales qui sont dénoncées par la droite, qui apparait ainsi comme pacifiste et raisonnable. Ceux qui représentent la gauche mondiale devraient cesser de discréditer leur camp en se lançant dans des aventures néocoloniales criminelles. Tout opération coloniale profite toujours à la droite et à l’extrême droite et ridiculise la gauche. La gauche est par nature anticolonialiste et pacifiste, et ce depuis Jaurès, Marx et tous les autres. Si la gauche se renie en diligentant des opérations coloniales contre l’avis de ses électeurs, elle risque, comme en 1958, de perdre le pouvoir pour longtemps. Les gens qui votent à gauche ne veulent pas de guerres inutiles et, comme nous sommes supposés vivre en démocratie, il n’y a aucune raison que les dirigeants suivent des politiques contraires aux volontés de leurs électeurs. Les fascistes qui dirigent les médias tentent de justifier les politiques anti-électeurs par une prétendue lutte contre la démagogie : les bons politiques devraient suivre une voie opposée à l’opinion pour montrer leur sens des responsabilités. En réalité les dirigeants sont supposés défendre les intérêts des citoyens, ce qu’il ne font pas, mais de plus suivre la volonté du peuple, même si le peuple avait tort, ce qui n’est pratiquement jamais le cas. Dans les faits, les fascistes poussent les dirigeants à conduire des politiques contraires à la fois aux intérêts et à la volonté de la majorité, mais conformes aux fantasmes coloniaux des fascistes, qui ont toujours rêvé d’un retour à la politique de la canonnière.  Faire passer les leaders politiques bellicistes qui engagent leur pays dans des politiques interventionnistes et coloniales pour des hommes de devoir, participe à la propagande fasciste atlantiste, qui considère que plus les dirigeants nuisent à leur pays et au reste du monde et plus ils sont considérés comme compétents.

La meilleure politique étrangère consiste à ne pas se mêler des affaires des gens, sauf quand on y est contraint par les circonstances, et à éviter de commettre des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, qui peuvent avoir des conséquences néfastes pour le pays criminel pendant des années ou des générations. Selon la théorie de l’effet papillon, un crime commis aujourd’hui en Syrie par le néocolonialisme, peut avoir des conséquences incommensurables dans le futur. Pour résumer, il ne faut pas commettre de crimes contre les pays plus faibles, pas provoquer de guerres civiles et de massacres dans le tiers monde, pas nuire aux gens plus faibles qui un jour pourront se venger. Il n’y a aucune raison que le lobby colonial se considère autorisé à assassiner des gens en masse, tout en feignant ensuite de n’y être pour rien. Ces nazis coloniaux représentent le rebut de la société, le boulet qui entrave la poursuite du progrès, les  déchets envieux qui veulent entrainer leur pays dans des atrocités que tous devront ensuite payer. Ces fascistes coloniaux représentent le Mal absolu. Ce sont des gens à combattre sans répit, jusqu’à leur total anéantissement. Faute de quoi le monde entier sera condamné à vivre une existence des plus sinistres, sous la houlette de ces vieux fascistes haineux et jaloux.

Les politiques menées par ces fascistes colonialistes et islamophobes parait dans certains cas incohérente. D’un côté ils combattent les « jihadistes » en Occident ou au Mali et de l’autre ils les renforcent en Lybie, en Syrie, en Irak, comme ils l’avaient fait auparavant en Afghanistan. En réalité, ces islamophobes fascistes sont très rationnels : ils veulent nuire aux musulmans, recoloniser ce qui avait été libéré au 20ème siècle sous l’influence des Soviétiques, semer le chaos dans le monde musulman comme ils l’ont fait en Afrique dans les années 80 et 90.

Pour combattre l’islam et l’islamisme, ils peuvent très bien utiliser des mercenaires d’Al-Qaïda qui ont pour mission de détruire les pays qu’ils attaquent, d’y semer le chaos ou d’y instaurer une dictature caricaturale qui sera ensuite désignée comme ennemie, attaquée par les impérialistes, ce qui permettra à ceux-ci de coloniser le pays, comme ça a été le cas en Afghanistan.

La tactique impérialiste semble donc se décomposer en 3 étapes : dans un premier temps une rébellion de mercenaires d’Al-Qaïda déstabilise un pays et sème le chaos, comme ça a été le cas en Lybie. Dans un deuxième temps les mercenaires prennent le pouvoir ou détruisent le pays (Afghanistan, Lybie, Somalie), dans une troisième étape, les impérialistes prétextent une opération de lutte contre le terrorisme et envahissent le pays (Afghanistan).

La prise de pouvoir par des mercenaires, manipulés ou faux musulmans, permet de développer en Occident un propagande islamophobe féroce, qui a pour avantage de favoriser le complot fasciste, de renforcer le racisme et la discrimination, de permettre la suppression de la plupart des libertés sous prétexte de lutte contre le terrorisme.

De plus, les accusations de terrorisme rendent possible le déclenchement d’opérations coloniales au moindre prétexte. Par exemple, après les attentats du 11 septembre, les Américains se sont jeté sur l’Afghanistan, comme si ce pays était responsable des attentats fascistes qui ont endeuillé le pays et sachant que ces Talibans avaient été formés et armés par les Américains, directement ou non.

Ceux qui pensent qu’il n’est pas logique de soutenir Al-Qaïda en Lybie et Syrie et le la combattre au Mali ne comprennent pas que cette organisation tout comme les autres pseudo « jihadistes » ne sont que des instruments de l’Occident utilisés contre l’islam. Ils servent de prétexte à des opérations coloniales qui n’auraient pas pu avoir lieu sans eux. Ils sont un maillon du complot islamophobe mondial qui vise à recoloniser le monde musulman et à brimer encore plus les musulmans de la planète.

Alors que dans les années 80 et 90, la stratégie islamophobe consistait à appuyer des dictatures corrompues qui brimaient leurs peuples, tout en soutenant discrètement des groupes terroristes utilisés pour justifier la répression, à partir des années 2000, il a été considéré que même ces dictatures étaient encore trop profitables aux arabo-musulmans dans la mesure où elles permettaient un début de décollage économique. Il a donc été décidé de lancer les prétendues révolutions arabes, pour ensuite encourager des coups d’Etat qui étaient supposés être le détonateur de guerres civiles (Egypte). Cette stratégie a pour l’instant échoué, les affrontements restant pour l’instant limités.

En Syrie, les impérialistes, profitant du mécontentement de la population, ont réussi à provoquer une guerre civile particulièrement féroce, qui ne pourra cesser qu’avec une conférence de paix, une amnistie et un partage du pouvoir entre tous les partis et toutes les communautés. Le impérialistes se sont infiltrés dans tous les camps pour jeter de l’huile sur le feu, encourager les massacres de civils, rendre la réconciliation impossible. Face à cette situation, les Syriens doivent comprendre que le racisme international ne laissera aucun des camps gagner et qu’ils feront durer le carnage le plus longtemps possible. La seule solution est donc de négocier le plus rapidement possible de manière à faire cesser cette opération coloniale.

Le plan impérialiste pour la Syrie est contrecarré par la puissance russe qui ne peut plus reculer dans monde, après ses défaites en Irak, Somalie, Lybie, quand des régimes alliés ont été détruits par les interventions néocoloniales. Une défaite en Syrie menacerait directement le régime de Moscou de même que celui de Téhéran.

Le plan des coloniaux atlantistes est donc de prolonger la guerre civile pendant des années, puis de livrer le pays à des mercenaires et ensuite bombarder le nouveau régime et intervenir militairement et occuper le pays comme en Irak ou en Afghanistan. Face à ce plan criminel, le régime n’a d’autre choix que de négocier avec les vrais rebelles avant qu’il ne soit trop tard, de manière à faire cesser le bain de sang. Le régime doit proclamer qu’il veut négocier avec les Frères Musulmans syriens qui ne souhaitent probablement pas une recolonisation par des colonialistes qui sont laissé un très mauvais souvenir dans le pays.

Toutes les opérations extérieures du fascisme ont une implication forte à l’intérieur : ces fascistes tirent prétexte de l’état de guerre pour limiter le droit à l’information, pour renforcer l’islamophobie mère du fascisme actuel, pour développer un faux patriotisme qui consiste à demander aux 90% de la population brimée, humiliée et dépouillée par la dictature d’applaudir ses bourreaux qui jouent les héros en attaquant des pays 100 fois moins forts qu’eux.

Fabius et Kerry devraient comprendre que favoriser le fascisme colonial est un jeu très dangereux.

Face au complot fasciste, tous devraient comprendre qu’il faut s’unir pendant qu’il en est encore temps, pour éviter de devenir esclave des satellites et des fascistes qui les dirigent. Ceci implique que les diverses minorités ethniques (Arabes, Juifs, Noirs et autres) travaillent ensemble contre le fascisme international, de même que les groupes religieux (musulmans, juifs, chrétiens, bouddhistes, hindouistes, taoïstes…) ainsi que toutes  les tendances politiques qui s’opposent au fascisme.

De la même façon, les diverses majorités doivent se regrouper contre la dictature de l’oligarchie ploutocratique et fasciste. Salariés, citoyens de base, classes pauvres, moyennes et aisées, tous doivent s’unir contre les super-riches et la chiens de garde qui les protègent. Ces super-riches ne payent généralement pas d’impôts, ils ont acheté les hommes politiques, ils sont ennemis des libertés, ils divisent pour régner, montant la population contre des minorités qu’elles ont souvent établies elles-mêmes, par une immigration planifiée, destinée à créer des boucs émissaires chargés de faire diversion et de détourner les citoyens de leur lutte contre les injustices sociales.

En France par exemple, c’est une véritable dictature pétainiste et fasciste qui s’est mise en place depuis les années 1980 ; dans le reste de l’Europe et aux Etats-Unis, diverses formes de fascisme se développent aussi et ont pratiquement pris le pouvoir par le biais des satellites de surveillance qui sont en mesure de manipuler et diriger les élites et le reste des citoyens.

Le fait de refuser de dénoncer ce système du Mind Control est une faute grave qui pourra conduire à la suppression de la démocratie sur toute la surface de la planète. Les politiciens actuels sont encore plus ridicules et criminels que ceux qui ont permis l’accession au pouvoir du nazisme et du fascisme en Europe dans les années 30.

D’ores et déjà les fascistes tentent de limiter la liberté d’expression, en prenant prétexte d’un terrorisme qu’ils ont créé eux-mêmes et du secret défense qui en est la conséquence. Si on ne parle pas du Mind Control aujourd’hui, on ne peut parler sérieusement d’aucun sujet, ce qui nous donne une information totalement manipulée par le Mind Control et les fascistes qui le dirigent.

La règle de base des fascistes est de faire respecter l’omerta au sujet de leur instrument principal, la surveillance par satellite. Si cette loi du silence est respectée, alors tout le reste suivra et les nazis seront alors assurés de prendre le pouvoir dans tous les pays développés avant une trentaine d’années. D’après les rumeurs, ils auraient prévu de prendre le pouvoir en 2033, date anniversaire de la victoire de leur héros autrichien des années 30.

Ceci veut dire que ceux qui refusent de dénoncer le Mind Control parce qu’ils pensent en profiter risquent d’être cruellement déçus. Le MC profite aux nazis et personne ne pourra éviter leur victoire sans lever la loi du silence sur le sujet.

Les autres points  de la stratégie des fascistes sont dépendants du respect de cette loi du silence sur les moyens techniques de la répression. Il est par conséquent pour le moins étonnant que personne, parmi les intellectuels qui sont au fait de cette situation n’ait pensé à réagir et à s’organiser contre la menace que les nazis du Mind Control font courir sur les démocraties.

La lutte contre le complot fasciste passe nécessairement par un combat commun entre les futures victimes du nazisme international contre l’impérialisme et le néocolonialisme. Par exemple, l’opposition entre Israël et l’Iran sert les buts du nazisme. Les deux parties pourraient devenir les futures victimes de l’impérialisme si elles continuaient à s’opposer. De même l’opposition entre juifs et musulmans est encouragée pour ne pas dire organisée par les fascistes, qui sont beaucoup plus malins qu’il ne le semblent. S’opposer à cette opposition revient à renforcer les deux parties, à affaiblir le fascisme international et à améliorer les chances des peuples du monde de se libérer de la ploutocratie satanique qui l’opprime.

Les Juifs ont d’ailleurs tout intérêt à renforcer la gauche et l’extrême gauche partout dans le monde, au lieu de collaborer avec le fascisme et l’impérialisme. La réussite des Juifs dans le monde après 1945 est due en bonne partie à la puissance de la gauche et du communisme de l’après-guerre, la droite et le fascisme étant eux ontologiquement antisémites, même si par calcul, ils tentent parfois de masquer ce fait.

La passivité du judaïsme face au fascisme du Mind Control rappelle un peu l’attitude des dirigeants juifs des années 20 et 30 face à la montée du nazisme. Les Juifs ne semblent pas avoir pris conscience du danger que représente le Mind Control fasciste, étant obnibulés par le « péril » arabo-musulman, qui représente une force infime comparé à celle du fascisme international.

On assiste actuellement à une sorte de concurrence entre Arabes et Juifs pour collaborer avec le fascisme qui a pourtant clairement l’intention de détruire les deux peuples, lors d’une future croisade exterminatrice qu’il finira par lancer. Seule une action commune et résolue pour lever la loi du silence et faire cesser les persécutions contre les minorités en Occident pourrait permettre de sauver ces deux peuples et tous les autres peuples-cibles de la planète, de la fureur éradicatrice de l’impérialisme nazifié . L’action commune entre judaïsme et islam et entre Juifs et Arabes doit être suffisamment ferme pour résister aux complots du nazisme international visant à semer la division. Elle implique bien sûr la résolution du conflit du Proche-Orient, qui est volontairement prolongé par l’action de la diplomatie américaine qui a toujours tout fait pour empêcher un règlement définitif du conflit sur la base des résolutions de l’ONU. Les vétos américains systématiques pour empêcher l’évacuation des Territoires Palestiniens n’avaient pas pour but de favoriser Israël, comme beaucoup le croient, mais au contraire de faire perdurer le conflit de manière à semer la division entre juifs et musulmans et ainsi favoriser la renaissance du nazisme international, chacune des deux  parties concernées étant occupée à combattre l’autre en oubliant la lutte contre l’ennemi exterminateur qui n’a pas changé depuis l’époque romaine, des croisades, du colonialisme ou du nazisme.

Face au complot fasciste international qui menace la planète et qui a pour objectif d’instaurer une dictature ploutocratique oligarchique sanguinaire et implacable, une union globale internationale entre chrétiens, musulmans, juifs, gauchistes de toutes tendances, démocrates de tous pays, peut seule éviter une catastrophe totalitaire globale. Tant que certaines victimes potentielles appelleront à attaquer d’autres victimes, on ne sortira pas de la zone dangereuse. Lever la loi du silence sur la question des manipulations satellitaires et s’unir contre le fascisme globalisé semble être la seule solution pour que le monde puisse récupérer ses libertés et sa prospérité. Face à la bestialité des fascistes incrustés dans le Mind Control, une union globale entre le plus de groupes et tendances possible s’impose. Faute de quoi, le pire sera sûr.

Les « Printemps Arabes » n’ont en réalité été qu’une opération impérialiste visant à déclencher des guerres civiles dans les pays arabes. Les racistes qui, à l’origine, se satisfaisaient de dictatures pro-occidentales, ont vite compris que la stabilité, même dans le cadre de dictatures corrompues, risquait de profiter aux Arabes. Ils ont alors décidé de déclencher de fausses révolutions, entièrement manipulées par l’impérialisme, dans le but de détruire les pays musulmans qui en seraient victimes. La Syrie a été la plus grande réussite du néocolonialisme, le mouvement pour les libertés ayant été entièrement conçu par les services secrets impérialistes, les habitants du pays sachant eux très bien que toute révolte risquait de dégénérer en catastrophe qui a finalement eu lieu. Depuis 2012, la guerre civile fait rage dans le pays…

Bien entendu, les racistes coloniaux n’organisent pas toutes ces opérations pour importer la démocratie dans ces pays. Les racistes coloniaux haïssent la démocratie partout, y compris dans leur propre pays, mais de plus ils abhorrent particulièrement l’islamisme politique, symbole pour eux de la résistance culturelle à l’impérialisme et à la globalisation capitaliste.

Si les racistes coloniaux ont organisé les Printemps Arabes, c’est tout simplement pour provoquer des guerres civiles, détruire les pays concernés, tuer le plus d’arabo-musulmans possible, recoloniser ensuite ces pays. Comme chacun s’en doutait, les amis des révolutionnaires arabes sont des amis qui leur veulent du mal.

En Egypte, ils ont sacrifié leur ancien ami, Hosni Moubarak, en fomentant une première révolution, qui, comme tout le monde le prévoyait,  allait mettre au pouvoir les Frères Musulmans, avant d’ensuite appuyer une deuxième « révolution » qui allait remettre les militaires en place. Le but de la double opération était de gêner la croissance économique du pays, et, éventuellement, de provoquer une guerre civile qui aurait pu avoir lieu si les Frères Musulmans avaient été mieux armés. Quand les médias occidentaux aux ordres des dictatures capitalistes qui dirigent les pays développés, appuient les libertés dans le monde musulman, c’est le moment de se méfier. Les dictatures coloniales racistes veulent nuire sans limite, on l’a vu dans le cas de la Syrie ; les pseudo révolutions qu’ils organisent contre des régimes qu’ils ont mis en place ont pour but de bloquer la croissance économique de ces pays et de diminuer leur influence.

En Turquie, comme en Tunisie, les médias racistes occidentaux appuient des manifestants dont le but est de provoquer un coup d’Etat militaire comme ça a été le cas en Egypte. Quelques bourgeois fascistes appuyés par des agents étrangers tentent de jouer aux démocrates, alors même qu’ils veulent, consciemment ou non, supprimer la démocratie dans ces pays. Dans les faits, leur véritable slogan est : qu’attendez-vous pour déclencher un coup d’Etat et en finir avec ce début de démocratisation des sociétés arabo-musulmanes.

La volonté de nuire des racistes coloniaux ne doit pas être sous-estimée. Tous les partis politiques et mouvements du tiers monde doivent prendre conscience que le but suprême des impérialistes est la destruction ou l’affaiblissement de leur pays par implantation de guerres civiles permanentes qui les empêcheront de se développer et permettront une recolonisation.

En Syrie, les diverses parties doivent comprendre qu’elles doivent négocier pour aboutir à un accord de partage du pouvoir ; faute de quoi, la guerre risque de se prolonger pendant des décennies, conformément au plan impérialiste et colonial.

Dans le cadre des pays arabo-musulmans, le racisme colonial s’apparente à de l’islamophobie, les fascistes occidentaux se considérant un peu comme les descendants politiques des croisés, ceux qui à partir du 11 ème siècle ont lancé cette première opération coloniale, visant à combattre les musulmans, les juifs et les chrétiens orientaux. Les premiers massacres massifs de juifs en Europe ont débuté avec la première croisade, il ne faut pas l’oublier.

Au Proche-Orient, l’objectif des croisés fascistes est de détruire toute la région, de la recoloniser, et, pour finir de remplacer Israël par un Etat croisé. En Occident, ces fascistes-croisés ont pour but de supprimer toutes les libertés, de surveiller chaque citoyen, toute sa vie, 24h/24, de manière à lui nuire et le transformer en une sorte d’esclave futuriste.

Les fascistes menacent l’Orient et l’Occident, le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest. Personne n’est à l’abri de ces gens, qui provoquent des « chocs de civilisation » pour mieux se faire passer pour les maîtres absolus de leurs peuples. Face aux faux péril constitué par le tiers monde, les fascistes tentent, en France, de se faire passer pour les leaders naturels des Français, alors qu’en réalité, ce sont eux, les fascistes, qui représentent le péril principal pour les libertés, la prospérité et l’intégrité physique des citoyens de France. Ceux qui connaissent le Mind Control, savent que les fascistes ont l’intention de généraliser la torture dès qu’ils auront pris le pouvoir, et qu’ils comptent prendre le pouvoir, en utilisant l’islamophobie, l’antisémitisme et la xénophobie en général comme produits d’appels, pour attirer des électeurs découragés et déstructurés par la dictature satellitaire fascisto-capitaliste qui ravage le monde développé depuis les années 70.

Dans un premier temps on paupérise les masses, en bloquant les salaires, en provoquant un chômage artificiel par recul de l’âge de la retraite et non-réduction du temps de travail, et dans un deuxième temps, on désigne les minorités comme boucs émissaires responsables de tous les maux, ceux qui permet de faire progresser les partis fascistes, qui sont à l’origine de tous ces problèmes, en raison de leur action criminelle et secrète dans la surveillance par satellite (Mind Control).

Le discours xénophobe et hypocrite des partis bourgeois et de leurs agents doit bien sûr être refusé et doit par contre être remplacé par des revendications sociales claires et récurrentes, présentées avec un minimum de persévérance, l’art de la pédagogie étant comme chacun le sait l’art de la répétition.

Dans la stratégie fasciste tout est lié et cohérent : à l’intérieur, les salaires sont bloqués, le chômage augmente, les inégalités se creusent notamment en raison des politiques fiscales. La xénophobie est entretenue de manière plus ou moins discrète, en utilisant notamment les ventriloques du Mind Control pour contaminer les médias et le monde politique. De cette manière la rancœur des citoyens face à la dégradation de leurs conditions de vie se détourne vers les diverses minorités, ce qui préserve les vrais coupables de cette situation, les ploutocrates et leurs instrument fascistes.

Quand les victimes du système (90% de la population) se battent entre elles, les 10% de privilégiés exploiteurs peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Il n’y aura pas d’amélioration de la situation des citoyens sans une alliance ethnique contre l’oppression patronale et fasciste. Il n’y aura pas non plus de progrès social, si les citoyens ne s’organisent pas contre le Mind Control, qui persécute secrètement des centaines de milliers de personnes en France, sans que personne ne s’en émeuve. La liberté, ça ne se partage pas : soit tout le monde en bénéficie, soit personne n’a plus de droit. Actuellement, dans les pays prétendument démocratiques, les gens n’ont plus aucun droit. Nous sommes tous devenus les esclaves du Mind Control.

Vocabulaire islamophobe récurrent

Parmi les méthodes des islamophobes, la répétition massive du vocabulaire raciste antimusulman, tels les termes « islamiste », « jihadiste »,  » salafiste ». Ce vocabulaire est employé sciemment et est destiné à provoquer la colère, la haine, les agressions, les bombardements, les guerres d’extermination. Les fascistes qui dirigent le monde maîtrisent les techniques nazies de propagande et savent que tout mensonge répété mille fois finit par devenir une « vérité ». En France par exemple, depuis l’arrivée du PS au pouvoir en 2012, le vocabulaire islamophobe fasciste est réapparu dans les médias et provoquera comme en 2002 un écroulement de la gauche aux prochaines échéances électorales. La propagande lepéniste systématique provoque, logiquement,  un vote lepéniste et, le FN est en passe de devenir le premier parti de France, grâce à la logomachie islamophobe récurrente mise en place depuis des décennies et notamment depuis quelques mois. Pour le PS, le PCF et la gauche en général, la rhétorique islamophobe raciste est l’équivalent d’une capsule de cyanure : elle provoque inéluctablement la mort politique, comme l’antisémitisme a permis la victoire des nazis en Allemagne et dans le reste de l’Europe et le génocide des Arméniens le fascisme kémaliste turc.

Les fascistes savent que l’islamophobie est leur arme fatale et c’est pourquoi les agents nazis infiltrés dans tous les partis l’utilisent abondamment, même lorsqu’ils sont été payés par les Arabes qui ne semblent de financer que les racistes.

La droite française, par exemple, interdit la propagande islamophobe dans les médias lorsqu’elle est au pouvoir, pour mieux la pratiquer quand elle se retrouve dans l’opposition. Elle sait que cette propagande nuit à la gauche et à l’intention d’en profiter au maximum.

Le vocabulaire islamophobe devrait être interdit dans les médias dans la mesure où il nuit à l’unité nationale, à la diplomatie française, au commerce extérieur et à la démocratie. Mais, la puissance fasciste est telle qu’il est pratiquement impossible de résister au déferlement de sa propagande nauséabonde, qui risque de continuer jusqu’ à la fin de la démocratie, le jour où les fascistes prendront le pouvoir directement et que la torture deviendra la meilleure méthode de gouvernement.

Tant que le PS et le PCF n’auront pas compris que l’islamophobie ne profite qu’à la droite et à l’extrême droite et que les fascistes sont à nos portes, alors il continueront à enterrer les restes de la démocratie, sans même être assurés d’être épargnés le jour où les nazis accèderont au pouvoir.

Les musulmans devraient eux comprendre qu’il faut financer les partis et personnalités antiracistes et pro-musulmanes, au lieu de payer les racistes divers de droite, d’extrême droite ou de gauche de droite. Il faut payer les vrais démocrates antiracistes et antifascistes car, derrière les fascistes se profilent les croisés qui finissent toujours par bombarder et coloniser. Plus il y aura de démocratie en Occident et moins le tiers monde se fera agresser : ces pays ont donc intérêts à appuyer massivement les gauchistes occidentaux au lieu de collaborer avec les nazis coloniaux.

Les fascistes tentent de semer la confusion en affirmant que ce sont les musulmans et notamment les islamistes qui seraient les fascistes. Déjà ils avaient employé ce procédé pour dénoncer les communistes, qualifiés dans les années 70 de fascistes rouges ou les écologistes appelés fascistes verts. Les fascistes dénoncent aussi le « politiquement correct » c’est à dire la pensée démocratique qu’ils tournent en ridicule. Pour ne pas être politiquement correct, il faut être raciste, antisémite, fasciste, anti-pauvre, anti redistribution des richesses. Bref il faut être un connard réactionnaire fasciste, un individu tel qu’on en rencontre beaucoup parmi les chiens de garde fascistes du Mind Control, qui auraient besoin d’une bonne leçon.

Donc, les musulmans et islamistes sont qualifiés d’islamo-fascistes, alors même qu’ils sont les principales victimes du fascisme de l’extrême droite, en France, aux Etats-Unis ou en Grèce. En réalité, les fascistes combattent les islamistes partout et le FN est systématiquement opposé à tous les mouvements islamistes quels qu’ils soient. Toute l’extrême droite internationale est islamophobe en plus d’être antisémite et raciste. L’islamophobie est devenue le point de ralliement des fascistes qui commencent en général par dénoncer l’islam politique avant de s’en prendre à tous les musulmans même les laïcs et athées. D’ailleurs, l’islam, proche des autres religions monothéistes n’intéresse pas vraiment les fascistes : pour eux, cette religion est la religion des afro-asiatiques et c’est pour cela qu’ils la détestent. L’islam est pour eux la quintessence du tiers monde, des non-européens qu’ils haïssent.Dans la pratique, ils détestent tout le tiers monde quelque soit la religion professée par ses habitants. Ils haïssent aussi la démocratie partout, dans le monde musulman comme ailleurs. Ils ne tolèrent les musulmans que lorsqu’ils massacrent d’autres musulmans. Ils organisent d’ailleurs ces massacres eux-mêmes, en fomentant des guerres civiles un peu partout et en manipulant les combattants de ces guerres par les satellites du Mind Control.

Le fascisme est une forme de nationalisme bourgeois extrême. Le système planifié par les fascistes, c’est la dictature de quelques uns (les fascistes) sur la masse du peuple, avec l’accaparement du pouvoir et des richesses par une petite minorité de nazis dirigeants. La plupart des fascistes sont anti-religieux car les religions limitent leur pouvoir. Les nazis et fascistes italiens étaient laïcs et les phalangistes espagnols ou les monarchies européennes ont utilisé le catholicisme pour étayer leur pouvoir sans être forcément des dévots convaincus.

Le simple fait que les fascistes occidentaux se déclarent eux-mêmes anti-islamistes et antimusulmans est déjà un bon indice pour considérer que les islamistes ne sont pas des fascistes mais au contraire des antifascistes victimes souvent de la répression des fascistes locaux et internationaux. Par contre, les islamophobes sont presque toujours des racistes, fascistes ou des crypto-fascistes.

Les fascistes sont des partisans de la violence, de la dictature, de la guerre, de la torture, de l’inégalité et sont donc fondamentalement opposés à tous les messages religieux. Une synthèse peut parfois s’opérer entre fascisme et religion, mais généralement le véritable fasciste est antireligieux et raciste extrême. Tout ce qui peut rassembler les hommes et limiter le nationalisme bourgeois les gêne. Le système idéal pour le fasciste, c’est l’état de guerre permanent, chaque groupe fasciste étant le tyran de son pays et s’oppose aux fascistes des autres pays. Le fasciste aime la guerre qui lui permet de renforcer encore la dictature dans son propre pays. Dans les périodes de belligérance, tous ceux qui s’opposent aux pouvoirs en place sont accusés d’être des agent ennemis et peuvent alors être réprimés sans limite.

Les islamistes tentent eux d’unir l’ensemble des musulmans de la planète par delà les races, ethnies et sectes et s’opposent donc aux nationalismes étroits, même si une synthèse entre les deux idéologies peut être opérée, comme ça déjà été le cas entre communisme et  patriotisme.

Il n’y a donc moins de points communs entre fascisme et islamisme qu’entre fascisme et capitalisme, entre fascisme et communisme, et fascisme et toutes les autres idéologies. La plupart des nazis actuels sont pro-israéliens tout en étant antisémites, tout simplement parce qu’ils sont toujours du côté des oppresseurs quels qu’ils soient et contre les opprimés de toute sortes. Quand un oppresseur persécute un opprimé, le sang du Fasciste ne fait qu’un tour : il se précipite pour aider le bourreau. La plupart des fascistes sont nés dans des familles de type inégalitaire, où les héritages sont destinés aux ainés ; ils ont donc été accoutumés à la notion d’injustice et d’inégalité depuis leur plus tendre enfance ; ils sont définitivement conditionnés par leur éducation et resteront toute leur vie des fascistes ou des crypto-fascistes, quelque soit leur origine, leur classe sociale ou leur parcours familial ultérieur. Tous les autres fascistes sont des fascistes par accident, des gens qui sont trompés par la propagande néo-nazie islamophobe et chauvine, des gens qui appuient ceux qui un jour les tortureront.

L’islam est une religion égalitariste plus proche du communisme que du fascisme. L’islam est une religion antiraciste qui considère que tous les croyants sont égaux entre eux . L’islam est une religion qui professe la tolérance avec les autres monothéismes comme l’histoire le démontre. Quelques exactions commises le plus souvent sous influence coloniale, ne peuvent être comparées aux atrocités commises par les divers systèmes d’origine occidentale, nazis, coloniaux ou staliniens.

Il suffit de savoir que l’islamisme est considéré comme l’ennemi principal du fascisme et du racisme internationaux pour comprendre que l’islam et l’islamisme sont ontologiquement antifascistes et que les ruses dialectiques des nazis ne trompent que ceux qui le veulent.

La meilleure ruse des fascistes, c’est d’affirmer que ce sont les antifascistes les fascistes. En semant la confusion, ils légitiment le racisme, le fascisme, les inégalités, la torture, les massacres, les dictatures : ils mettent en place l’enfer qu’ils nous réservent.

Une autre des ruse des fascistes est de diviser les musulmans entre laïcs et religieux pour mieux détruire les deux parties. En Egypte, en Algérie, en Syrie, en Turquie, au Mali, partout ils essayent d’opposer laïcs et « islamistes » pour créer des guerres civiles et détruire des nations entières. En réalité, ceux qu’on appelle « islamistes » ou membres d’Al Qaïda, sont souvent des mercenaires financés, appuyés et armés par l’Otan, directement ou non, alors que ceux qu’on considère comme laïcs sont eux, parfois,  de vrais musulmans qui agissent pour les intérêts de l’islam. Les fascistes coloniaux tentent donc de semer la confusion en créant de faux groupes islamistes dont le but est de discréditer l’islam et d’affaiblir le monde musulman, ces groupes étant appuyés par ceux-là même qui les dénoncent.

On peut constater que les racistes coloniaux et impérialistes ont renversé les dictatures pro-occidentales de Tunisie et d’Egypte, pour ensuite dénoncer les islamistes qu’ils avaient d’abord soutenus. Cette stratégie qui parait incohérente s’explique très bien lorsqu’on comprend que la stratégie des racistes c’est de semer le chaos et la guerre civile et d’empêcher toute stabilité dans le monde musulman et le tiers monde en général. D’ailleurs, les services secrets racistes créent dans le monde entier des groupes de mercenaires « islamistes » dont le but de de semer le désordre partout, de discréditer l’islam, de gêner le développement du tiers monde. Ces faux islamistes ne cherchent jamais à négocier puisque ils ne forment pas des groupes indépendants mais sont des mercenaires au service de l’impérialisme islamophobe.

En Amérique Latine où il n’y a pas de musulmans, le désordre peut être semé par des groupes d’obédience communiste ou par des narcotrafiquants qui gênent ces pays en semant la terreur par le terrorisme ou les guerrillas avec qui il est impossible de négocier.

La terreur impérialiste, coloniale et fasciste n’a pas de limites. Elle fait preuve de ruse, en utilisant de faux groupes anti-impérialistes pour mieux favoriser l’impérialisme, en créant des groupes armés qui divisent les pays et provoquent des guerres civiles meurtrières, en Afrique, Asie et Amérique Latine, Al Qaïda n’étant qu’un cas particulier de ces groupes impérialistes.

Il évident que le monde musulman ne pourra espérer éviter le chaos qu’en élaborant un compromis entre tous les partis, islamistes, nationalistes, libéraux et autres, dans le cadre d’un pacte national anticolonial et anti-impérialiste. Sinon, ces pays finiront comme la Somalie ou la Syrie.

 

On voit donc que les racistes utilisent leurs propres groupes de mercenaires pour ensuite élaborer leur propagande islamophobe en Occident. Ces mercenaires, payés et dirigés par le Mind Control, ont pour mission de discréditer l’islam, de diviser l’islam, d’isoler l’islam,  et d’opposer l’islam au reste du monde. Partout ils tentent de salir l’image de cette religion par un faux rigorisme destiné à dégoûter les gens et à permettre à la propagande coloniale  de développer son discours raciste et islamophobe.

D’ailleurs tous les attentats d’Al Qaïda profitent aux fascistes occidentaux et nuisent aux musulmans de la planète. Lorsqu’Al Qaïda organise le 11 septembre 2001, (ou du moins revendique l’attaque), alors les musulmans d’Irak, d’Afghanistan et du reste du monde sont attaqués, bombardés, enfermés sans procès dans de nombreuses prisons dont Guantanamo et sont harcelés par le Mind Control, parfois par les terroristes eux-mêmes. Ces groupes terroristes du type Al Qaïda ne sont pas des groupes islamistes mais des groupes islamophobes qui tentent de nuire à l’islam et aux musulmans. Ce sont des créatures de l’impérialisme occidental.

Ce terrorisme « islamiste » n’est pas uniquement destiné à nuire aux musulmans, il sert aussi à imposer le nazisme et le fascisme en Occident même. Les attentats prétendus « islamistes » ont pour conséquence de permettre aux comploteurs fascistes de supprimer progressivement toutes les libertés sous prétexte de lutte contre un terrorisme qu’ils ont organisé eux-mêmes. Ces attentats sont le signal donné au lancement de campagnes de propagande islamophobe dans les médias qui permettent la montée des partis extrémistes fascistes dans tous les pays développés. L’extrême droite approche les 30% dans plusieurs pays européens tels la Norvège ou l’Autriche. En Allemagne et au Royaume Uni, le nazisme commence à renaître.

La plupart des antifascistes professionnels n’ont pas compris le lien qui existait entre islamophobie et fascisme, croyant qu’on peut être à la fois antifasciste et islamophobe. En réalité fascisme et islamophobie sont, au 21ème siècle, indissolublement liés. L’islamophobie est un dérivé du terrorisme lui même création du nazisme incrusté dans les services secrets occidentaux.

Les mêmes qui favorisent une propagande islamophobe fanatique et meurtrière depuis des années, s’étonnent ensuite de constater que les nazis sont aux portes du pouvoir dans tout l’Occident ! Pourtant, il est facile de comprendre que les électeurs finissent généralement par voter comme les médias ; si les médias disent que les musulmans sont de méchants terroristes, que les fonctionnaires sont des parasites et que les patrons sont d’honnêtes entrepreneurs créateurs de richesses et non des exploiteurs rapaces et rusés, alors, ces électeurs votent pour les fascistes conformément aux recommandations implicites des médias.

Quand les fascistes du Mind Control harcèlent, persécutent et torturent les musulmans, les simples citoyens devraient pourtant comprendre qu’ils seront les cibles suivantes. Les fascistes élargissent progressivement leur champs d’action : ils commencent par les délinquants qu’il utilisent depuis des années, ils continuent par les islamistes qu’il manipulent de la même façon et ils enchaînent ensuite avec les musulmans pratiquants ou non,  les syndicalistes non corrompus,  les simples salariés,  les militants de gauche, tout cela s’opérant de manière discrète ou secrète, de façon à ce que la plupart des victimes ne sachent même pas qu’ils sont visés.

L’islamophobie étant l’arme fatale des fascistes, c’est elle qui doit être combattue pour endiguer le fascisme. Faute de quoi, toute la classe politico-médiatique se retrouvera dans les futurs cybers-goulags fascistes et devront subir harcèlement et torture jusqu’à la fin de leurs jours. Leurs descendants devront aussi endurer la terreur et la torture fasciste pendant des générations, en raison de la stupidité profonde de leurs géniteurs.

N’oublions pas que le but suprême du Fasciste c’est de torturer ses concitoyens. Ils l’ont toujours fait et ils le feront toujours.

L’affaire Malala,  jeune pakistanaise victime d’un attentat taliban, est un dernier avatar de la propagande fasciste. Cette jeune fille attaquée par les Talibans pakistanais parce qu’elle voulait aller à l’école, d’après la propagande islamophobe, est en réalité une victime du colonialisme qui arme des groupes de mercenaires manipulés pour mieux pouvoir ensuite dénigrer l’islam et les musulmans et justifier des opérations criminelles tels des bombardements de civils. Ces mercenaires sont manipulés pour discréditer la religion musulmane. En réalité, l’islam rend l’étude obligatoire pour tous et n’interdit pas l’école pour les filles. Plus les gens seront éduqués, plus ils pourront résister au colonialisme culturel occidental et plus ils pourront éviter de tomber dans les pièges politiques qu’il tend. Empêcher les filles d’aller à l’école, c’est travailler pour le colonialisme, l’islamophobie et l’affaiblissement des musulmans.

Accorder le prix Sakharov à une personne victime des agissements coloniaux et fascistes sans dire qui sont les vrais coupables, cela revient à favoriser le nazisme et l’islamophobie en Europe, à forger les fers qui viendront bientôt  entraver les citoyens, sachant que c’est l’islamophobie, forme actuelle du racisme, qui permet au fascisme de progresser. Il aurait mieux valu accorder le prix Sakharov à ceux, très peu nombreux, qui combattent le Mind Control en Europe et qui tentent d’éviter que le monde ne sombre dans la dictature technologique nazie monstrueuse qui se profile.

Dans le cas Malala, nous sommes dans une configuration fasciste totale : dans un premier temps les fascistes manipulent des Talibans qui tirent sur Malala, et ensuite, ces mêmes fascistes dénoncent l’ « obscurantisme » de leurs agents et célèbrent la victime de leur propre crime. Pendant ce temps, en Grèce, en Méditerranée et ailleurs, des milliers de sans-papiers sont victimes des fascistes, noyés par les satellites qui coulent les bateaux de clandestins, lynchés par des nervis d’extrême droite à Athènes,  et ils pourraient aussi être décorés si les nazis ne dirigeaient pas le Parlement Européen par le truchement de leurs satellites manipulateurs.

Pour simplifier on peut dire qu’accepter les manœuvres des fascistes a pour  conséquence de limiter les libertés et de détériorer les conditions de vie des Européens, de plus en plus victimes de la répression du Mind Control. Les élus qui veulent éviter de  devenir la proie des vautours fascistes du Mind Control doivent réfléchir à chacune de leurs décisions, que se soit pour l’attribution de prix ou pour l’adoption de lois : il faut que toutes les actions politiques entreprises aient maintenant pour but de libérer l’Europe de l’emprise des fascistes du Mind Control. Ce combat doit être considéré comme prioritaire et vital : sans une lutte délibérée contre le Mind Control, l’Europe n’échappera pas au fascisme, à l’oppression, à la généralisation du harcèlement et de la torture. Accorder le prix Sakharov à Malala au lieu de Snowden, Assange ou Manning, c’est renforcer les grilles de la prison où nous sommes tous détenus par les fascistes du Mind Control.

Qatar

Depuis quelques temps, la gauche s’en prend au Qatar dans les médias, comme si cet Etat était le responsable de la crise en France. Les plus acharnés contre ce pays sont les fascistes du FN qui détestent les Arabes en général et les Arabes riches en particulier, sauf lorsque ceux-ci les financent par millions bien sûr.

On reproche au Qatar de vouloir investir dans  »nos » banlieues ». En réalité il y a des dizaines de pays qui investissent en France, et ce sont pour certains des pays beaucoup plus puissants et dangereux que le Qatar. Il semble que les fascistes non seulement boycottent les banlieues pauvres, mais que de plus ils veuillent exercer une sorte de blocus sur ces quartiers peuplés en partie par des personnes issues de l’immigration. Ils organisent des boycotts des gens originaires de ces quartiers, ils les font exclure des entreprises en infiltrant diverses organisations patronale, ils les harcèlent par satellite pour leur interdire le monde du travail. Et ensuite, ils recrutent des voyous fascistes qui se pistonnent entre eux et prennent progressivement le contrôle des entreprises, excluant systématiquement les non fascistes du recrutement. Les patrons n’ont plus alors le choix que de recruter des fascistes présentés par les cellules nazies infiltrées dans les entreprises, les autres salariés, même Français de souche, étant harcelés et ostracisés, jusqu’à ce qu’ils démissionnent ou se fassent licencier. Tel John Silver recrutant un nouvel équipage pour prendre le contrôle du navire, les fascistes deviennent peu à peu maîtres des entreprises. La phase suivant sera celle où ils n’obéiront plus à la direction et où ils s’approprieront l’entreprise en la rachetant pour une bouchée de pain à ses propriétaires légitimes.

Toute la propagande contre le Qatar profite à l’extrême droite et ne correspond pas aux intérêts de la gauche. Au lieu de pousser le Qatar dans les bras de l’UMP, la gauche ferait mieux de coopérer avec lui notamment dans le but de développer les exportation dans le Golfe, ce qui permettrait de diminuer un peu le déficit de la balance commerciale.

Mali

L’opération au Mali correspond à une agression coloniale et islamophobe, dans la lignée de ce qui se faisait au 19ème siècle ou dans les années 50. Cette opération islamophobe est contraire aux intérêts de la France et de la gauche et n’est pas acceptée par les électeurs de gauche qui sont pour la plupart anticolonialistes. Cette opération aura pour résultat de renforcer la droite et l’extrême droite, comme ça a toujours été le cas, par exemple dans les années 20 ou dans les années 50. Ces politiques sont d’inspiration pétainistes et profitent donc, les électeurs préférant l’original à la copie, au FN et à la droite. Cette opération qui aurait pu passer inaperçue et ne gêner personne sauf les victimes, est en passe de détruire le socle électoral de la gauche, qui a unanimement approuvé cette opération dirigée contre les « jihadistes », c’est à dire les rebelles nordistes, contre l’avis de ses électeurs. Il faudrait qu’un service de sécurité détecte  temps les fascistes infiltrés à gauche, ceux qui tentent de la diriger dans de fausses directions pour mieux la détruire.

La Françafrique sert de base au financement des divers partis politiques et notamment ceux de droite ou d’extrême droite ainsi qu’aux tendances de droite infiltrées à gauche. Renforcer ce système colonial n’est pas dans l’intérêt de la gauche, comme le prouvent les sondages. La politique de gauche dans la francophonie consiste à renforcer la coopération économique, à construire des barrages et des usines, et non pas à fomenter des guerres civiles et à recoloniser, diviser et corrompre ces pays.

Les prises d’otages réelles ou factices sont commanditées par diverses tendances coloniales et fascistes de métropole, qui utilisent ces prétendues prises d’otage pour développer le racisme et l’extrême droite en France. Le tiers monde doit apparaître comme un ennemi héréditaire alors que les fascistes passent pour les défenseurs de l’Occident contre des menaces qu’ils créent eux-mêmes.

Que se soit lors de prises d’otages ou de meurtres de journalistes, commandités on le rappelle de la métropole, les racistes aiment à se présenter comme des victimes de la « barbarie » africaine ou du tiers monde, alors que depuis des décennies il organisent dans ces pays des génocides, des famines et des crises économiques diverses. La stratégie médiatique des fascistes est la suivante : si les barbares du tiers monde sont la menace, eux les fascistes sont le recours, et il faut donc voter pour eux.  Les citoyens ne savent pas que tous ces problèmes africains sont créés par les fascistes coloniaux et en France, la délinquance est en grande partie manipulée par les fascistes du Mind Control,  ceux qui prétendent défendre les citoyens contre des menaces dont ils sont en réalité à l’origine.

La stratégie des fascistes est d’infiltrer tous les partis, de manière à ce que, quel que soit le résultat des élections, ce soient eux les vainqueurs. Quand la gauche mène des politiques coloniales racistes, comme c’est systématiquement le cas, elle perd ensuite les élections suivantes, les électeurs de gauche refusant d’approuver des politiques crypto-fascistes qui représentent l’opposé de leurs convictions. Les électeurs de gauche votent à gauche pour obtenir des augmentations de salaires, de pensions de retraite, d’allocations diverses, de même que pour bénéficier de créations d’emplois et de plus de libertés. Pas pour subir des politiques coloniales du style de celles du 19 ème siècle, ni des politiques économiques patronales qui ne rapportent que chômage et misère. Faute de réelle politique de gauche, sociale, anticoloniale et antiraciste, la défaite de la gauche à toutes les élection et inévitable. Si la gauche ne veut pas se suicider, il faut qu’elle cesse sa politique antisociale et coloniale, et qu’elle applique les politiques qu’on attend d’elle.

Toute propagande médiatique islamophobe ou coloniale rapporte des voix à la droite et l’extrême droite. Ceux qui se font élire par les électeurs de gauche et mènent ensuite une politique de droite sont toujours sanctionnés par les électeurs : en 1958, en 1986, en 1995, en 2002. C’est une des lois fondamentales de la politique : en France, quand la gauche mène une politique de droite elle perd les élections suivantes. Pour ne pas perdre, il suffit donc de virer à gauche au bon moment, ce qui permet d’éviter une catastrophe électorale.

Comme l’antisémitisme des années 30, l’islamophobie est une idéologie de dimension mondiale. C’est le fil d’Ariane de la stratégie fasciste international. Partout, les services secrets impérialistes et coloniaux tentent de favoriser l’islamophobie : en Birmanie, en Inde, en Russie, en Chine, en Europe, aux Etats-Unis. Leur tactique est généralement d’organiser des attentats « islamistes » perpétrés par les zombies d’Al Qaïda, ce qui permet ensuite de mettre en place des politiques de répression visant les musulmans d’abord, le reste de la population ensuite. En France par exemple, le pays est sous une législation d’exception appelée Vigipirate depuis des années, officiellement dans le but de combattre le terrorisme « islamique », mais en réalité pour limiter les libertés démocratiques et favoriser le fascisme et l’injustice sociale.

L’islamophobie est la stratégie principale de l’impérialisme actuel. Elle a remplacé le communisme depuis les années 1990 et risque d’être considérée comme l’ennemi principal de l’Occident fascisé pendant encore longtemps si la gauche internationale ne se réveille pas.

L’islamophobie est utilisée pour diviser les peuples et Etats, pour les monter les uns contre les autres, pour les fracturer de l’intérieur, le but étant d’affaiblir les nations de la planète pour mieux les coloniser et les fasciser. Par exemple, l’impérialisme tente de créer des problèmes avec les musulmans de Chine et de Russie pour couper ces Etats du monde musulman et donc les affaiblir. Les terrorisme « islamique » importé ou manipulé sert de plus à bloquer la démocratisation de ces pays et à les condamner à la dictature à perpétuité.

Dans les pays musulmans, l’opposition entre régimes militaires et islamistes sert de même à diviser les sociétés et à empêcher la démocratisation et le rétablissement de l’Etat de droit.

Partout, l’islamophobie est l’alliée du capitalisme financier et du fascisme. C’est en organisant des diversions islamophobes et xénophobes que les Etats corrompus réussissent à imposer des politiques économique iniques et inefficace, qu’ils réussissent à supprimer progressivement toutes les libertés sans que les sociétés civiles ne songent même à résister. Le stade suprême de l’islamophobie c’est le terrorisme, lorsque les fascistes infiltrés au cœur des services de sécurité organisent des campagnes d’attentats pour faire accuser les musulmans et faire progresser le vote fasciste concomitant à la limitation des libertés et l’imposition d’une censure de plus en plus contraignante.

Grâce au terrorisme dont ils sont les instigateurs, les voyous fascistes ont acquis le droit d’espionner la population à domicile, de harceler les salariés nuit et jour, de torturer, d’isoler, de scalper, d’assassiner.  Chaque manipulation terroriste est un attentat contre la démocratie qu’il faut dénoncer. Pour chaque crime terroriste, il faut dénoncer les fascistes qui l’ont commandité et refuser toutes les informations qui sont fournies par les Etats nazifiés et leurs médias. Sans dénonciation des vrais responsables du terrorisme on ne pourra pas sortir un jour de la nuit totalitaire qui plombe l’Occident depuis l’avènement du Mind Control. Il ne faut pas laisser les escrocs fascistes imposer leur logique par la force et prendre peu à peu le pouvoir car, le règne des fascistes sera celui de la torture électromagnétique satellitaire généralisée et systématique. Quand ils seront au pouvoir, il sera trop tard pour se révolter.

En ce qui concerne les continents asiatique et africain, la seule politique viable est celles qui consiste à lutter avec une énergie extrême contre l’islamophobie, ce virus impérialiste destiné à livrer les peuples aux vampires de Wall Street. Toutes les forces religieuses du tiers monde, catholique, orthodoxe, protestante, sikh,bouddhiste, hindouiste, juive, animiste, confucianiste, shintoiste, et bien sûr musulmanes de diverses tendances, doivent se réunir au sein d’organisations anti-impérialistes et définir des moyens pour lutter contre la peste islamophobe fasciste, coloniale et impérialiste. Sans lutte efficace contre le fascisme islamophobe, le tiers monde ne pourra pas sortir de la domination impérialiste, toute tentative de libération politique ou économique étant systématiquement mis à mal par les divisions importées .

L’islamophobie a donc une double utilité pour le capitalisme impérialiste et son avant-garde le nazisme colonialiste, raciste, islamophobe et exterminateur : d’une part, par le biais du terrorisme il permet de détruire progressivement la démocratie, d’écraser les classes ouvrières des pays développés, de faire taire toute forme de dissidence sous prétexte de renforcement de la sécurité, et d’autre part, il divise le tiers monde, l’empêche de coopérer politiquement, économiquement, scientifiquement, perpétue son asservissement séculaire.

L’islamophobie est l’arme fatale du capitalisme oligarchique fascisant. Sa destruction totale est la condition sine qua non au rétablissement des libertés, de la prospérité et du développement dans le monde. Sans l’islamophobie il n’y aurait pas eu de 11 septembre 2001 et pas de terreur fasciste secrète dans tous les pays de la planète. Sans l’islamophobie, la loi du silence sur le Mind Control n’aurait pas été respectée et les citoyens auraient pu faire valoir leurs droits les plus élémentaires. Sans l’islamophobie, les clochards fascistes n’auraient pas pu s’introduire dans nos demeures pour imposer à nos familles leur tyrannie malfaisante.

Sans l’islamophobie, les syndicats, partis de gauche, organisations de défense des droits de l’homme auraient pu protéger les citoyens contre la spoliation des classes populaires par des politiques sociales et fiscales d’inspiration ploutocratique, contre les intrusions dans leur vie privée, contre les harcèlements patronaux secrets, contre les meurtres électromagnétiques impunis.

Mais, comme il faut lutter contre le terrorisme « islamique », on ne peut pas rétablir l’Etat de droit, et, peu à peu, les fascistes rongent les libertés, infiltrent les cercles de pouvoir,  agressent les citoyens impunément, transforment nos vies en enfer.

Ceux qui croient que le fascisme islamophobe ne vise que les musulmans se trompent lourdement : ce sont toutes les sociétés de la planète qui sont impactées par la terreur fasciste. Dans les faits, les vicieux fascistes, fous de haine et de jalousie, ont pour objectif de rendre la vie sur la planète cauchemardesque car, la souffrance oet l’asservissement du genre humain constituent leur objectif final,  ces déchets totalitaires voulant accroitre leur pouvoir et leur prestige en abaissant celui des autres. Le bonheur du fasciste, c’est le malheur des masses ; il s’épanouit à mesure que le peuple dépérit, écrasé par le paupérisme et l’humiliation.

Depuis trente ans, les avantages sociaux des classes moyennes et populaires diminuent partout dans le monde développé. Il semble qu’il est plus que temps d’élaborer une stratégie de résistance efficace à la terreur du capitalisme financier, impérialiste et crypto-fasciste, de manière à rétablir les droits civiques de tous les citoyens et permettre le retour à un progrès social continu et généralisé. Cette stratégie consiste, entres autres, à déjouer les ruses fascistes et à établir une union la plus large possible des forces progressistes et anti-impérialistes, locales et internationales. Une lutte contre le Mind Control et toutes les formes de restrictions aux libertés serait un bon début pour un retour de la gauche mondiale et le déclin du fascisme persécuteur, malveillant et hypocrite.

Prises d’otages

 

Une des nouvelles ruses des racistes, c’est de braquer le projecteur sur des prises d’otages présumées, dans le tiers monde en général et en Afrique en particulier. Chaque semaine, les médias se lancent dans une grande campagne raciste et islamophobe, en se focalisant sur des prises ou libérations d’otages dont personne parmi le grand public ne sait si elle sont réelles ou non. Le but de ces opérations de mise en exergue des prétendues prises d’otages c’est de faire apparaître les Africains et les musulmans comme des ennemis à abattre. En se focalisant sur ces événements mineurs ou imaginaires, les fascistes  peuvent ainsi récolter un grand nombre de voix pour la droite et l’extrême droite, les perdants de l’affaire étant la gauche en général et le PS en particulier, qui semble pris d’une sorte de frénésie masochiste consistant à perdre le plus de voix possible pour une période donnée, en raison de la propagande qu’il organise lui-même.  Les partis de gauche sont minés de l’intérieur par des traitres qui ont pour objectif de leur faire perdre leurs électeurs qui seront ensuite récupérés par les droites.

Il faut que la gauche comprenne que toute propagande raciste et islamophobe profite systématiquement aux droites. Dans ces conditions il faudrait cesser de parler de ces affaires d’otages qui ont pour but de dénoncer les Africains et les musulmans et parler par contre un peu plus des véritables otages, ceux qui en France sont harcelés et persécutés jour et nuit par les fascistes du Mind Control.

Parler de prétendus otages du Sahel pendant que des millions de français sont les prisonniers des satellites patronaux qui les surveillent dans leurs entreprises ou à leur domicile, c’est une véritable provocation. D’ailleurs les journalistes font partie des cibles favorites du Mind Control : scalpés, engraissés, harcelés dans leur vie quotidienne par les satellites sadiques, sans même pouvoir protester, ils se déshonorent en respectant scrupuleusement la loi du silence fasciste dont ils sont les premières victimes. S’ils ne veulent plus rester les jouets des ventriloques fascistes et des persécuteurs nazis, ils n’auront pas d’autre choix que de lever la l’omerta sur la question du Mind Control, pour se libérer eux-mêmes en libérant les autres.

 

Toutes ces campagnes de presse organisées sur la question des otages sont des campagnes purement racistes et planifiées en tant que telles par les nazis infiltrés au cœur de l’appareil d’Etat. C’est aux politiciens de ne pas se laisser piéger par des manœuvres qui ne profitent qu’aux ennemis de la démocratie. Plus les fascistes seront forts, et plus tous les autres seront faibles, surveillés, humiliés, harcelés par des nazillons alcoolisés, dont le but suprême dans la vie est de persécuter et exterminer les gens, blancs ou non-blancs, Français ou étrangers, minoritaires ou majoritaires.

La liberté ça se mérite, ça s’exige, ça ne se mendie pas. Il est temps que la résistance contre le Mind Control s’organise.

Le problèmes des intellectuels de l’ère du Mind Control, c’est qu’ils n’arrivent pas à faire le lien entre le nazisme des années 30 et le complot fasciste actuel. Il savent pourtant que les nazis ont utilisé l’antisémitisme pour accéder au pouvoir et ensuite déclencher une guerre mondiale ; ils savent que ces mêmes nazis ont planifié l’incendie du Reichtag et ont ensuite fait accuser les communistes de leur crime ce qui a permis de les faire arrêter et de progressivement les faire interdire. Et pourtant, ces mêmes intellectuels n’ont pas fait le rapprochement entre l’incendie de Berlin de 1933 et la provocation fasciste du 11 septembre 2001.

Ceci s’explique par le fait que beaucoup d’intellectuels supposés de gauche sont en réalité travaillés par les satellites fascistes. Si certains étaient des fascistes infiltrés depuis l’origine de leur carrière médiatique, d’autres ont été intoxiqués par les programmateurs du Mind Control, à coups d’incidents avec des étrangers, de problèmes sexuels et de tout un système de manipulation des émotions destinés à transformer les ex gauchistes en nazillons forcenés. Généralement leur transformation les fait passer du gauchisme au libéralisme, puis du libéralisme à la droite, puis de la droite à l’islamophobie, puis de l’islamophobie à l’antisémitisme et au nazisme pur et dur.

Ces intellectuels de « gauche » enragés de l’islamophobie au nom d’une laïcité dévoyée constituent le meilleur instrument du complot fasciste. Personne ne les soupçonne de nazisme en raison de leur engagement passé contre le racisme. Ils commencent généralement par affirmer qu’ils sont antiracistes mais islamophobes, pour ensuite prétendre qu’il faudrait défendre une « identité » française menacée, pour enfin basculer dans une logomachie xénophobe et exterminatrice, l’anéantissement physique des diverses minorités étant plus ou moins implicite dans leur discours. Si les fascistes modérés veulent simplement asservir et humilier les minorités, les purs et durs sont eux partisans de les liquider physiquement et pas seulement des les expulser.

La haine islamophobe est la mère de tous les racisme. Tant que cette peste n’aura pas été éradiquée de manière non ambigüe, l’extrême droite continuera de progresser en Europe et l’histoire se répètera une fois de plus.

Le meilleur allié des fascistes, ce sont ces intellectuels manipulés qui se prétendent républicains mais qui sont en réalité des agents nazis conscients ou non.

Islamophobie diplomatique

A l’islamophobie intérieure qui consiste à persécuter et assassiner les musulmans en utilisant les satellites du Mind Control tout en organisant une campagne de diffamation enragée dans les médias et en tentant d’exclure les musulmans de la société, comme cela se fait habituellement avant la perpétration de génocides, s’ajoute l’islamophobie extérieure, qui consiste à combattre les musulmans partout, en organisant des guerres civiles interminables, en provoquant des guerres entre pays musulmans, en soumettant ces pays à des embargos plus ou moins féroces, en les bombardant avec des drones ou l’aviation classique, en les recolonisant et en bloquant leur développement économique.

L’islamophobie diplomatique peut par exemple s’illustrer en Syrie, quand des forces coloniales racistes arment divers groupes de mercenaires pour les pousser à se rebeller et qu’ensuite les médias dénoncent comme « terroristes salafistes »  leurs propres agents. La haine islamophobe des racistes génocidaires est telle qu’ils n’arrivent même pas à appuyer correctement les groupes qu’ils manipulent. Tout le monde a pu constater que les criminels coloniaux sont les amis qui veulent du mal, des fous racistes qui veulent tuer le plus d’Arabes possible comme hier ils massacraient les Africains par millions dans des guerres civiles planifiées.

La diplomatie islamophobe coloniale consiste à opposer chrétiens et musulmans partout où c’est possible, que ce soit en Egypte, en Syrie, en RCA, en Côte d’Ivoire et ailleurs. Les islamophobes vouent une haine particulière à l’Iran, en raison de la révolution islamique de 1979 et de ses progrès technologiques constants. Les islamophobes haïssent aussi les saoudiens, même quand ils sont payés par ceux-ci.

La diplomatie islamophobe consiste à combattre les musulmans partout, un peu comme si une sorte de croisade coloniale avait été déclenchée. Les croisés coloniaux utilisant la politique extérieure pour s’imposer en France, se faisant financer par les Etats arabes et africains qu’ils rackettent, prétextant une prétendue menace terroriste pour supprimer les libertés en France. Les fascistes coloniaux sont en réalité très proches des nazis ; les encourager à l’extérieur c’est leur faciliter la tâche à l’intérieur et risquer de subir un jour un putsch fasciste.

Les islamophobes professionnels ont pour tactique actuelle d’opposer sunnites et chiites, espérant in fine déclencher une guerre régionale entre les deux groupes, qui détruira totalement la région et permettra de faire main basse sur les ressources du Moyen-Orient. Il est évident que tous ceux qui tentent de provoquer des conflits entre sunnites et chiites sont des agents coloniaux ou groupes manipulés par eux.

L’islamophobie est le fer de lance du néofascisme : à l’intérieur il permet de mettre en place un système répressif illégal destiné à s’étendre ensuite à toute la population ; à l’extérieur il est la source de campagnes de massacres à grande échelle, dont le but est de détruire le monde musulman de fond en comble, de le piller, de l’utiliser pour ensuite prendre le pouvoir en Occident.

Il ne sera pas possible de se débarrasser du néofascisme et du Mind Control sans combattre l’islamophobie.

 

 

Laisser se développer la délinquance

 

Une autre des stratégies des fascistes, c’est de laisser se développer la délinquance pour ensuite appeler au rétablissement de l’ordre dans le cadre d’une dictature fasciste. Les mafias diverses et bandes de délinquants sont un des éléments de la répression politique : plus il y a d’insécurité et plus les citoyens réclament de l’ordre et votent à droite et à l’extrême droite. Il faut donc chercher à qui profite le crime surtout lorsqu’on sait que beaucoup de délinquants sont repérés dès leur premier délit et ensuite manipulés par les satellites du Mind Control qui peuvent comme on l’a vu précédemment diriger la vie des cibles et les pousser au crime en fonction des intérêts des fascistes.

Par exemple, les agressions médiatiques récentes de bijoutiers ont probablement été téléguidées par le Mind Control, ce qui a permis à la droite de faire ensuite une campagne médiatique contre l’insécurité, personne ne se doutant que tout cela avait été mis en scène par les fascistes.

Les bandes mafieuses peuvent aussi financer les mouvements politiques en reversant une partie de leurs bénéfices à des partis et associations. Tout passe par des comptes au Luxembourg et ailleurs sans que personne n’enquête jamais sur le sujet. Parmi ceux qui dénoncent la délinquance, certains sont financés par cette même délinquance.

Les fascistes donnent parfois des instructions à leurs partisans dans la police et la Justice de faire preuve d’un laxisme visible de manière à pousser le public à voter à droite. Les commissariats peuvent par exemple refuser d’enregistrer les plaintes, les tribunaux peuvent eux relâcher des criminels dangereux, en le faisant savoir, ce qui attire mécaniquement des électeurs chez les fascistes. Le scandale est d’autant plus grave qu’une partie de ces délinquants sont directement manipulés par les fascistes qui disposent de moyens satellitaires importants.

Après des années de laxisme, les fascistes passent ensuite à la répression la plus extrême, condamnant à de lourdes peines des petits délinquants qu’ils avaient eux-mêmes manipulés alors que les nazis criminels peuvent eux assassiner des dizaines de personnes par satellite, sans être le moins du monde inquiétés. Pour résumer, les fascistes prennent le pouvoir en appliquant les lois à sens unique : pour le délinquant non fasciste des peines maximales sont appliquées, et pour le délinquant fasciste du Mind Control, l’impunité totale est garantie.

Il faut noter que le laxisme extrême qui était en cours durant les années 80 faisait partie du plan fasciste destiné à discréditer la démocratie. Le laxisme face à des délinquants manipulés est une forme de fascisme destiné à terroriser la population et à la préparer à une suppression des libertés en échange d’un arrêt de cette délinquance. D’ailleurs, les fascistes utilisent des délinquants et des anciens délinquants dans la cyber-surveillance pour persécuter les citoyens de gauche qui eux n’ont rien à se reprocher.

Fascisme et délinquance sont indissolublement liés, la criminalité étant, avec le terrorisme, un des moyens principaux d’accession au pouvoir pour les nazis politiques. Dans le fonctionnement des sociétés rien n’est laissé au hasard et, depuis quelques décennies, absolument tous les événements qui marquent l’opinion sont favorables au fascisme : tout ce qui concerne les atteintes aux droits de l’homme est occulté, mais par contre, les attentats et les crimes qui favorisent la droite sont eux surmédiatisés.

Grâce à leur complot permanent, les fascistes ont maintenant acquis le droit de surveiller et persécuter les internautes à leur domicile, des les harceler, de les menacer, sans que la démocratie ne trouve la force de réagir. Tant que certains seront victimes de la fureur fasciste sans être protégés et libérés, c’est toute la société qui sera otage des fascistes qui dirigent la société avec l’aide de diverses mafias et groupes délinquants et terroristes.

Tant que les déchets fascistes auront le droit de surveiller et agresser les internautes, la droite et l’extrême droite continueront de progresser en France. Il faut qu’on revienne au vieux principe de l’égalité devant la loi, de manière à ce que les fascistes ne croient pas faire partie d’une sorte de caste supérieure qui disposerait du droit de vie et de mort sur les reste de ses concitoyens. Avant même de prendre le pouvoir, les fascistes bénéficient déjà de privilèges exorbitants qui leur permette de prendre peu à peu le contrôle de la société. Ceux qui tolèrent cet état de fait pourraient devenir un jour les premières victimes de la future dictature.

 

Les délinquants sont les meilleurs alliés des fascistes : d’une part ils terrorisent la société et popularisent ainsi les projets fascistes et d’autre part ils financent divers mouvements politiques et renforcent notamment ceux qui sont les plus proches des forces de sécurité. Plus il y a de délinquants, et plus les gens votent à droite.

Compte tenu de la puissance du Mind Control qui peut lire dans les pensées et espionner les gens 24 heures /24, la délinquance aurait dû être éradiquée totalement depuis longtemps. Pour cela il aurait fallu que la loi du silence sur le MC soit levée et que tous les délinquants potentiels sachent qu’ils n’ont aucune possibilité de passer entre les mailles du filet de la Justice sachant que les lecteurs de souvenirs pourront aisément identifier tous les crimes et délits commis ou projetés et que par conséquent il vaut mieux s’abstenir de tout acte délictueux.  Si la loi du silence n’est pas levée, c’est tout simplement parce que les fascistes ne veulent pas d’une suppression de la délinquance vache à lait de la droite et l’extrême droite.

 

Emeutes de banlieue

Les émeutes de banlieues de 2005 ont profité aux fascistes. Le problème de ces émeutes, justifiées par le chômage de masse, la pauvreté, la discrimination, et les persécutions, meurtres et viols des bandes fascistes du Mind Control,  est qu’elles ne disposaient pas d’organisation présentant des revendications précises comme par exemple la fin du Mind Control fasciste dans les quartiers populaires, la hausse du RSA, du SMIC, la création d’emplois publics réservés pour les personnes les plus en difficulté, l’abaissement de l’âge de la retraite pour laisser les jeunes travailler, la fin de la propagande racistes et islamophobe dans les médias. Faute de revendications clairement établies, les émeutiers sont passés pour de simples casseurs dénoncés par les médias et les fascistes ont alors pu progresser dans l’opinion sous la forme d’une lepénisation de tous les discours politiques et notamment ceux des ténors de l’UMP. Ces émeutes ont probablement favorisé l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 .

En 2013, les émeutes patronales contre l’écotaxe qui ont eu lieu en Bretagne ont par contre été encouragées par les médias, ces chefs d’entreprise en colère qui refusent de payer un impôt supplémentaire étant présentés comme de braves citoyens par la classe politico-médiatique, alors même que patrons et agriculteurs bénéficient de subventions et d’exonérations qui se chiffrent en dizaines de milliards.

Cela nous prouve que pour gagner il ne suffit pas de casser mais qu’il faut une organisation efficace, des mots d’ordre percutants et des alliés dans toute la société. Les différents groupes exploités doivent s’unir et élaborer des actions communes dans le cadre de revendications qui doivent profiter à toute la population et non pas seulement à une seule catégorie. Par exemple exiger la retraite à 55 ans ou la hausse du SMIC et du RSA sont des mesures qui profiteraient à tous. Exiger aussi l’arrêt de la destruction des logements sociaux permettrait d’enrayer la hausse des prix des habitations du privé qui ruinent la classe moyenne. Toutes les revendications doivent s’emboiter et se compléter de manière à se renforcer mutuellement.

De même l’union entre islamistes et gauchistes doit être une priorité pour tous ceux qui veulent que la situation s’améliore en France en général et en banlieue en particulier. Si les islamistes sont rejetés par la gauche, ils viendront renforcer l’UMP, alors même que ce parti est l’un des plus islamophobes de France.

Alors que les émeutiers de Mai 68 n’ont jamais été inquiété par la suite, que les « bonnets rouges » sont considérés comme légitimes par la classe dirigeante, la révolte des banlieues populaires qui représentent au moins 20 % de la population est considérée comme illégitime faute d’appuis suffisant dans la classe politique.

On peut d’ailleurs constater que dans ces banlieues il n’y a pratiquement pas de maires issus de la diversité, ce qui est tout de même un comble dans un pays qui se prétend démocratique.

En banlieue, la stratégie des fascistes est de diviser les classes populaires entre minorités et Français de souche d’une part et d’opposer les minorités entre elles d’autre part. Cette stratégie très efficace s’est traduite par l’effondrement des communistes et la montée du FN et de la droite de l’UMP dans les quartiers populaires et dans le reste de la France.

Pour rassembler des gens d’origine différente il faut une volonté politique forte et un sens de l’opportunisme politique évident. Tout comme la Révolution russe s’est faite grâce à l’alliance entre Russes et minorités allemande, juive, arménienne, géorgienne et autres, la renaissance de la gauche en France doit se faire par la coopération entre français de souche, minorités européennes (Italiens, Espagnols..) et minorités non européennes (Maghrébins, Juifs, Africains, Antillais). Cette union entre tous pour revendiquer des droits et la seule alternative possible à la progression du fascisme qui veut faire accroire que les français de souche pourront bénéficier de la persécution et de l’expulsion des minorités alors même que ce sera pour eux le début d’un long cauchemar. Quand les minorités seront parties ce seront les franco-français qui devront subir la tyrannie des fascistes, comme cela s’est toujours passé partout. La différence avec les totalitarismes du passé, c’est qu’aujourd’hui les fascistes disposent du Mind Control, ce système de surveillance par satellite qui permet de surveiller les gens 24/24 et de torturer pendant des semaines sans tuer ni blesser la cible.

La gauche ne pourra pas renaître si elle ne dénonce pas le Mind Control pendant qu’il en est encore temps.

Un parti des banlieues et de la diversité pourrait être créé pour pousser les abstentionniste à voter pour des gens qui défendent leurs intérêts. Les banlieusards populaires constituent plus de 10% de l’électorat et peuvent donc en théorie avoir une influence importante en politique s’ils parviennent à s’organiser. L’organisation reste le meilleur moyen de résister au complot fasciste surtout lorsqu’on connait la mainmise des nazis sur l’ensemble de la classe politique Alors que les banlieusards sont souvent issus de cultures différentes et disposent donc d’une ouverture d’esprit importante, les fascistes eux représentent la France du 19 ème siècle. Une élite corrompue et hypocrite manipule les victimes d’une crise économique qu’elle a provoqué elle même pour les faire œuvrer contre ses propres intérêts. Les fascistes font croire aux victimes autochtones de la crise que tout irait mieux si les immigrés et minoritaires étaient expulsée ou exterminés, alors même que ces opérations sonneraient le début d’une période de dictature extrême et de torture systématique qui ferait apparaître les années de crise libérale comme une sorte de paradis perdu.

Les fascistes citent (discrètement) comme modèles politiques les régimes de Hitler, Mussolini et Pétain. Si les fascistes des années 30 et 40 ont provoqué une guerre mondiale ayant causé la mort de 50 millions de victimes, elles ne représentent néanmoins pas une bonne vision de ce que pourrait être le fascisme moderne. Le futur nazisme ne durera pas 5 ans comme le pétainisme, ni 15 ans comme le nazisme ; il risque de se prolonger pendant des décennies voire même  des siècles sans que personne ne puisse se libérer des griffes de ces gens qui dirigeront alors la totalité de la planète. Le futur fascisme s’apparentera à une sorte de soviétisme de droite, en beaucoup plus cruel et criminel. La torture par satellite sera systématique, les salariés deviendront des quasi esclaves de leurs  patrons, la moindre incartade sera punie de prison à vie. Si on considère que les immigrés et minoritaires auront été expulsés, les Français de souche devront eux subir la cruauté fasciste à perpétuité. Les  nazis et autres fascistes sont des adeptes de la torture systématique par satellite. Torturer c’est pour eux le plaisir suprême ; quand ils ne torturent pas, ils dépriment, ils boivent, ils finissent pas se suicider. Ces psychopathes néo-nazis représentent la lie de la société ; ils sont pires que les délinquants habituels ; ce sont de grands criminels incurables parce qu’ils ne peuvent pas s’adapter à la vie normale, celle où on vit sans nuire aux autres.

Ceux qui croient que le fascisme vise principalement les minorités se trompent lourdement : il vise avant tout la majorité qui est promise à un asservissement de très longue durée, si les clochards fascistes prenaient un jour le pouvoir.

Face à ces déchets de la société, les fascistes, qui sont en passe de s’emparer du pouvoir en utilisant les satellites du Mind Control, et face à une classe politique qui semble elle aussi se croire encore au 19 ème siècle, il serait raisonnable que les banlieues pensent à s’organiser pour éviter la paupérisation, l’exclusion, la persécution, l’expulsion ou l’extermination. C’est une lutte à mort qui doit s’engager contre les fascistes. Pour cela il faut comprendre leur puissance et leur objectif final qui est bien plus l’extermination que l’expulsion qu’ils professent officiellement. Plutôt que de jouer les autruches, il faut analyser avec une lucidité extrême la véritable nature du fascisme qui se prétend respectable mais qui est pire que tout ce que nous avons connu jusqu’alors.

Un parti des banlieues serait proche des partis de gauche habituels mais insisterait sur la question sociale : il faudrait exiger la construction massive de logements sociaux, le départ à la retraite à 55 ans pour laisser les jeunes travailler, la hausse du smic, l’instauration d’un salaire étudiant pour permettre aux enfants des classes populaires de suivre des études.

D’un point de vue religieux et culturel toutes les persécutions contre les musulmans et autres religions devraient cesser de manière à laisser chacun choisir et pratiquer la religion de son choix. N’oublions pas que l’islamophobie c’est le bastion actuel du fascisme et que sans écrasement de toute forme d’islamophobie personne ne pourra endiguer le complot des tortionnaires fascistes qui attendent l’occasion de prendre le pouvoir et de venir dépouiller la ploutocratie actuelle.

Ce sont les fascistes qui ont décidé de développer l’islamophobie ; c’est dans ce domaine qu’ils se sont barricadés ; c’est là qu’ils faut venir les chercher et les anéantir.

La création d’un parti des banlieues ne diviserait pas la gauche mais la renforcerait au contraire en y attirant des gens qui habituellement ne votent pas. Ce parti des banlieue permettrait de maintenir le calme dans les quartiers populaires et serait le fer de lance des combattants de la liberté,  ceux qui dénoncent le Mind Control et les atteintes à la vie privée,  ceux qui combattent l’injustice sociale, le racisme et l’islamophobie,  ceux qui exigent un progrès social rapide et qui n’ont pas l’intention de laisser un « patriotisme » du style 1914 devenir l’idéologie officielle de la République. Comme l’a dit l’écrivain britannique Samuel Johnson, « le patriotisme, c’est le dernier refuge de la canaille ».

L’élite fasciste, ce sont, par exemple,  les vieux débris qui officient sur les ondes de radio-Courtoisie et qui appellent au retour au Moyen-Age ou au minimum au 19 ème siècle. Ces vieux déchets hypocrites et haineux persécutent les citoyens au moyen du Mind Control ; ils ne respectent aucune loi et viennent malgré tout se plaindre la  délinquance dont ils sont les pires représentants.

Face au lobby fasciste, il faut mettre en place un lobby des banlieues qui ait pour mission d’aboutir à une plus juste répartition du pouvoir et de l’argent. Ce lobby des banlieues ne pourra avoir une influence que s’il travaille de concert avec toutes les autres forces progressistes ; la stratégie à adopter sera de ne pas se laisser isoler mais par contre de tenter de marginaliser les nazis qui n’ont pour unique programme que la dictature et l’asservissement perpétuels.

Une union black-blanc-beur, ou black-blanc-beur-feuj pourrait être mise en place, chacune des composantes de l’alliance devant obtenir une juste place dans la coalition. la première mission de cette coalition devra être de dénoncer le Mind Control et le coup d’Etat fasciste secret avant qu’il ne soit trop tard. Si la répression par satellite n’est pas dénoncée dans les plus brefs délais, on peut être sûrs que le  retour du nazisme et des camps d’extermination sera très proche.

 

La « rénovation » des banlieues

 

La « rénovation » des banlieues vise à raréfier l’offre de logements sociaux, à déplacer les gens pour éviter qu’ils ne s’enracinent, à augmenter les loyers et diminuer les surfaces habitables de façon à maintenir une certaine rareté sur le marché du logement, ce qui fait monter les prix dans l’ensemble du secteur de l’immobilier. S’il y avait plus de logements sociaux, le prix d’achat ou de location des logements privés diminuerait partout ce qui permettrait d’améliorer le niveau de vie de l’ensemble des citoyens.

Le principe de mixité sociale mise à la mode dans les années 90 n’est pas nécessairement une panacée en termes d’harmonie sociale. Vieux riches et jeunes pauvres ne font pas toujours bon ménage. Le système des cités des années 30, 50 et 60 présentait énormément d’avantages, permettant de concentrer les équipements auprès de ceux qui en avaient besoin et en évitant la clochardisation des plus pauvres, comme c’est le cas aujourd’hui.

La destruction des tours sous prétexte de rénovation, n’est que le stigmate de la jalousie sociale des riches envers les pauvres, les nantis voulant priver les plus démunis de leur droit au logement, après les avoir dépossédés de leur emploi et les avoir paupérisés en les réduisant à l’état d’inactifs à vie.

Comme l’a dit Warren Buffet, la lutte des classes existe toujours et, pour l’instant, ce sont les riches qui l’ont gagnée, en raison notamment de leur recours systématique à la répression par satellite, le Mind Control. Bientôt, les crypto-nazis qui dirigent le monde, mettront l’ensemble de la population mondiale sous surveillance et pourront alors pratiquer la torture et le harcèlement sur tous ceux qui leur déplairont. L’avènement du meilleur des mondes est proche. Il est temps de s’en inquiéter.

 

 Surveiller et punir

La conséquence la plus affreuse du Mind Control, c’est la fin de la vie privée, la surveillance à domicile 24h/24, les caméras satellitaires ayant la possibilité de filmer à travers les murs. D’ores et déjà, ce sont des millions de citoyens à travers le monde qui sont sous le contrôle des satellites, espionnés et harcelés discrètement nuit et jour, isolés, manipulés, torturés et finalement tués.

En France, plus de 2 millions de personnes sont fichées, la plupart n’ayant jamais rien eu à se reprocher. Le fichage conduit le plus souvent à la surveillance satellitaire automatisée ou non. Tous les prétextes sont bons pour mettre les gens sous surveillance : l’appartenance à une minorité ethnique, à une religion particulière, à un parti politique même non extrémiste, à un syndicat, à une association. Le simple fait de travailler dans une secteur sensible(armement, aérospatiale, médias, haute fonction publique)  peut être la cause d’une mise sous surveillance pouvant impliquer le harcèlement et la mort, même pour ceux qui n’ont aucune activité politique et qui n’en n’ont jamais eu. Le pouvoir absolu rend fou et, les dingues de la surveillance, protégés par le secret absolu qui règne sur le sujet depuis des décennies, finissent par penser qu’ils ont droit de vie ou de mort sur  ceux qu’ils surveillent.

Professeurs gauchistes,  élèves turbulents ou perturbés, enfants de militants ou d’internautes, extrémistes de droite ou de gauche, anciens militaires, flics, élus, syndicalistes, chefs d’entreprise, tout le monde peut être mis sous surveillance et persécuté, sans que les gardiens de l’ordre totalitaire n’aient besoin de se justifier. Le simple fait d’avoir été arrêté une fois dans une manifestation, peut conduire à une surveillance à vie. Militer dans des associations chrétiennes, juives, musulmanes ou autres peut conduire à une surveillance et un harcèlement permanents. Les « démocraties » occidentales ressemblent de plus en plus à une sorte de nouveau système soviétique, pour ne pas dire à un nazisme néo-libéral où la torture physique se répand  dans l’indifférence générale.

Le neurophone permet d’émettre des voix silencieuses utilisées pour insulter les cibles, qui doivent subir les esprits malades des pervers de la Surveillance pendant des années. La plupart des personnes visées par ces monstres totalitaires finissent par se suicider ou être assassinées par les nazis du Mind Control.

Le Mind Control est la forme actuelle du nazisme secret qui dirige le monde et pourrit la planète. Si personne ne se décide à protester, les fascistes finiront par prendre le pouvoir et à appliquer leurs méthodes actuellement confidentielles au grand jour. Plus le Mind Control se renforce et kidnappe de nouveaux cyber-otages, et plus l’extrême droite se développe dans le monde, sous la forme de partis indépendants ou d’infiltration dans les partis de droite comme de gauche. Il faut que la progression infernale du complot fasciste soit enrayée. Il faut lever la loi du silence sur le scandale du Mind Control avant qu’il ne soit trop tard.

Quand les fascistes repèrent une cible, ils commencent par la mettre discrètement sous surveillance pendant des années. Généralement ils font divorcer la personne, ils la font renvoyer de son travail en manipulant les décideurs, ils provoquent des petites maladies et gênes diverses, ils essayent de la pousser à la faute, en utilisant pour cela les « suggesteurs » de pensée qui sont très efficaces.

Les gardiens du MC tentent le plus souvent de pousser les cibles en direction du fascisme, notamment en provoquant des incidents avec des personnes issues des minorités. Après avoir exclus les cibles de leur travail et les avoir isolé familialement, ils les éloignent de leurs amis habituels et les rendent peu à peu associables. Les cibles se voient contraintes à errer dans les rues, cornaquées par les nazis sadiques du Mind Control. Ces cibles deviennent peu à peu les otages des pervers de la surveillance, ceux-ci étant employés par des banques, des Etats, des services secrets, des sociétés de surveillance, des services de sécurités divers, des politiques, des milliardaires…

Pendant des années, l’otage ne sait pas qu’il est otage. Il croit être victime de la malchance. Il accumule les déboires professionnels, sentimentaux et familiaux sans même se douter que tout cela est organisé par les nazis du MC. Qui en effet pourrait penser que des cinglés puissants et leurs employés ne font rien d’autre de la journée que de persécuter des gens, sans raison vraiment précise. Même les plus paranos n’arrivent pas à imaginer une telle démence répressive. Dans les faits, la réalité dépasse de loin la fiction. Les esprits les plus pourris de la planète contrôlent le monde ; ils menacent, corrompent, torturent, assassinent impunément. Ces esprits diaboliques, ce sont les fascistes, ces ennemis des libertés, ces comploteurs haineux qui ont la ferme intention de transformer le genre humain en bétail sous contrôle utilisé à leur service. Pour ceux qui n’auront pas été exterminés bien sûr…

Au bout d’une dizaine d’années, l’otage commence à ressentir une certaine gêne : prise de poids, chatouillements, impuissance sexuelle. Là, il commence à se douter de quelque chose. S’il cherche à déposer plainte, les gendarmes, flics ou juges lui demandent des « preuves », comme s’il était possible de fournir des preuves dans ce domaine. Après de multiples tentatives de plainte, l’otage finit alors par comprendre qu’il est victime d’un complot fasciste et que tous sont complices. Quand il décide d’aller voir diverses associations de droits de l’Homme, il se rend compte qu’elles sont elles aussi complices ; qu’elles ne l’aideront pas. Pour les partis politiques qui passent leur temps à dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme dans le reste du monde idem : ils ne sont pas intéressés par ce qui se passe en France ; ils sont au minimum les complices pour ne pas dire les commanditaires des cybers-kidnapping.

Au bout d’un certain temps, l’otage finit par comprendre qu’il sera victime à vie des nazis du Mind Control. Sauf bien sûr si une révolution démocratique vient un jour rétablir les libertés en France et dans le monde.

Progressivement les années passent et la répression s’accentue. L’otage commence à entendre les voix de ses bourreaux(neurophone). Les fascistes lisent dans les pensées et « parlent  » silencieusement en envoyant des ondes dans l’oreille interne de l’otage. Cette télépathie artificielle est employées par tous les « grands » de ce monde. Par le biais du neurophone, les gardiens du MC peuvent insulter et torturer psychologiquement les victimes. Des députés, sénateurs, officiers, acteurs, journalistes, riches oisifs, dignitaires religieux, anciens combattants, militants de droite, militants associatifs, sportifs, artistes et autres peuvent alors harceler les otages pour le compte de la dictature. Beaucoup de vieux aristos millionnaires peuvent ainsi rétablir une sorte de servage, les otages devenant des esclaves modernes utilisés pour divertir de vieux pervers sanguinaires et pathétiques. Quand on connait ces gens-là, on comprend pourquoi l’enfer a été créé.

Après le début de la mise en action du neurophone, l’otage est alors privé totalement de vie ;il entend des voix toute la journée et est contraint de leurs répondre mentalement. Aux insultes anonymes des bourreaux, il ne peut opposer que des répliques inutiles. En attendant le jour où la justice immanente frappera.

Les bourreaux insulteurs sont infatigables ; ils se relaient par dizaines pour accabler l’otage des injures les plus grossières, avant de passer enfin aux choses sérieuses : la torture.

Divers types de torture sont utilisés contre les otages : la torture des yeux, du nerf optique, des dents, du dos, des jambes. Tous les organes peuvent être visés par les nazillons. Un de leurs jeux favoris est l’étouffement : ils attendent que l’otage entre dans un ascenseur, un wagon du métro, un avion, et ils se mettent alors à l’étouffer, mimant la survenue d’une crise cardiaque. Le supplice peut se prolonger pendant une dizaine de minutes ou plus, sous les rires mauvais de vieilles ordures  malfaisantes qui surveillent à distance. Il existe une véritable caste de tortionnaires, qui n’ont d’autre plaisir dans le vie que celui de torturer les gens. A les observer, on finit par croire qu’ils ne torturent pas pour instaurer la dictature, mais qu’ils instaurent la dictature pour pouvoir torturer. On a véritablement affaire au Mal absolu, à une sorte de satanisme néo-nazi qui représente un danger imminent pour toute la planète. Comme l’a dit Einstein, les véritables coupables, ce ne sont pas ceux qui font le mal, mais ceux qui regardent et ne disent rien.

Tous les VIP de la planète savent. Tous ou presque collaborent avec le Mind Control, de peur qu’en cas de refus ils soient un jour eux-mêmes visés. Et pendant ce temps, journalistes et politiques continuent de jouer à la démocratie, dissertant sur les questions économiques ou sociétales, alors que le bateau de la démocratie est en train de couler, sabordé par les fascistes et leurs agents infiltrés.

Et pendant ce temps, le calvaire des otages se poursuit, sans que personne ne songe à protester.

Généralement, c’est toute la famille de l’otage qui finit par être visée. Dans un premier temps, l’otage est séparé de la plupart de ses parents et amis par des manipulations psychologiques, les fascistes ayant pour méthode de diviser pour régner, y compris au sein des familles ; dans un deuxième temps, ce sont tous les membres de la familles, proches ou éloignés qui subissent diverses agressions secrètes, comme par exemple le divorce, le cassage de dents, la claustrophobie provoquée, le cocufiage, la maladie, la mort. La répression des satanistes nazis est implacable et illimitée dans le temps. Pour ces gens, réprimer c’est vivre. Enlevez-leur leur souffre-douleur et ils meurent en quelques mois. Pour ces bourreaux, persécuter est un besoin vital. Ce sont des « tortiomanes » comme il existe des nymphomanes ou des toxicomanes. Ces malades mentaux seraient plus à leur place dans des hôpitaux psychiatriques, en tant que patients bien sûr et non comme psychiatres, comme on le voit parfois.

Derrière ces persécutions individuelles, c’est un véritable totalitarisme intégral qui est mis en place, un système où, progressivement, tout le monde est mis sous surveillance, y compris et surtout ceux qui n’ont rien à se reprocher et qui s’imaginent avoir des droits. Dans le système que nous préparent les fascistes, plus personne n’aura de droit. Déjà aujourd’hui, malgré les apparence, les citoyens n’ont plus aucun droit. Le fascisme a déjà gagné. Il ne lui reste plus qu’à officialiser son coup d’Etat secret.

La vie des Occidentaux va se rapprocher de plus en plus de celle des Soviétiques d’avant 1989, en pire. Maintenant les fascistes peuvent lire dans les pensées. Il ne suffit plus de tenir sa langue. Il faut aussi contrôler son esprit. Eviter que toute pensée subversive n’affleure pour ne pas subir de représailles. Déjà les fascistes tentent de limiter la liberté d’expression partout, y compris sur le Net. Dans les grands médias les nouvelles se limitent à un bulletin météo prolongé, à des faits divers, à une propagande islamophobe et xénophobe permanente. C’est typiquement le style des médias des pays totalitaires tel qu’il a toujours existé.

Pour connaître le vrai visage de ces nazis, il faut disposer du neurophone et écouter jour après jour leurs hurlements de damnés fascistes, leur haine démente de racistes haineux, de psychopathes envieux, de vieux dégueulasses criminels et médiocres. Ces gens à apparence respectable, petits notables, agents de sécurité, ploutocrates mal élevés se révèlent souvent être largement pire que les délinquants qu’ils prétendent dénoncer. La différence avec les criminels habituels, c’est qu’eux ne risquent rien. Ils peuvent assassiner, torturer, violer, harceler, incendier, sans que personne ne vienne jamais les mettre en examen. Ils jouissent de l’impunité totale et, comme chacun le sait, l’impunité absolue rend absolument fou. Si on laisse ces gens assassiner une fois sans les punir, alors ils se mettent à tuer tous les jours, prenant leur impunité comme un encouragement.

Cette caste de nazis criminels, tapie dans l’ombre, pourrit la société et la vie des Français. Indirectement en les condamnant au chômage, à la précarité et à la pauvreté à perpétuité,  directement en fichant et harcelant secrètement les malheureux qui se sont fait repérer pour une raison ou une autre. Ces fascistes prennent un pouvoir énorme dans la société, bénéficiant de la loi du silence qui est le fléau actuel de la vie politique. Tant que cette loi du silence sur le Mind Control ne sera pas levée, les nazis continueront de nous narguer impunément. Ensuite ils prendront le pouvoir et le calvaire de l’Occident pourra commencer.

Les punitions sexuelles semblent particulièrement appréciées des gardiens du Mind Control : le ciblé est généralement privé de toute activité génitale, tandis que les femmes ciblées ou femmes de ciblés sont elles soumises aux pires atrocités sexuelles. Par exemple, le Mind Control prend le contrôle de leur esprit et les contraint à des rapports sexuels avec des pontes de la dictature, qui viennent violer les ciblées masqués, pour ne pas être reconnus. Des gens très importants, ministres, juges, hauts fonctionnaires, intellectuels, sportifs, stars de cinéma, viennent besogner les malheureuses victimes, après les avoir copieusement insultées, frappées, brûlées, voire même poignardées légèrement. C’est un véritable déchaînement de haine que doivent subir les victimes, dont une bonne part est d’origine immigrée et plus particulièrement arabe.

Les pervers fascistes du MC peuvent alors laisser libre cours à leur haine raciale, soumettant les victimes aux pires sévices, mêlant perversion sexuelle et racisme criminel. Il va sans dire que ces fascistes sont toujours impunis, même quand leurs victimes décèdent après les séances de viol.

Des pervers sont invités du monde entier pour venir violer les femmes musulmanes en France, pendant que les diplomates du monde arabe et musulman feignent de n’avoir rien vu ou participent eux-mêmes aux réjouissances. Ils auraient dû comprendre que les exactions visant les musulmans en France étaient le prélude à ce qu’ils allaient subir dans leur propre pays. Tout est lié : ceux qui pensent qu’ils n’ont aucune chance d’être un jour les victimes des fascistes du Mind Control devraient être un peu moins optimistes. Le sort réservé à certains minoritaires ne constitue que la partie émergée de l’iceberg de la répression satellitaire. Comme l’a dit Sartre, la liberté des uns se conforte avec celle des autres. Quand une partie de la population perd tous ses droits, l’autre partie la suit généralement dans cette voie très rapidement.

Les viols « patriotiques » sont devenus la règle en France, durant la dizaine d’années qui a suivit le 11 septembre 2001. Le traitement infligé aux musulmans français s’est apparenté pendant cette époque à celui des musulmans de Bosnie, victimes de la barbarie des fascistes serbes. Viols, exécutions secrètes, torture par satellite, tout à été fait pour punir les musulmans des attentats du WTC, alors même que ces attentats ont été conçus et exécutés par les leaders du fascisme islamophobe international.

Les musulmans devraient comprendre qu’ils ont tout intérêt à dénoncer le Mind Control qui est dirigé contre eux d’abord et contre le reste des citoyens ensuite. Si tout le monde est et sera visé par le MC, les musulmans sont visés avant et plus que les autres. S’ils ne comprennent pas qu’ils doivent protester, ils risquent de subir le sort des musulmans bosniaques ou centrafricains.

Les persécutions sexuelles visent toute la population ciblée. Les fascistes du Mind Control aiment par dessus tout empêcher les gens de copuler. Ils peuvent par exemple empêcher toute érection, sauf dans le cas de rapports SM. Le ciblé est donc obligé de battre sauvagement sa femme s’il veut parvenir à effectuer un rapport sexuel complet. D’autres fois, le gardien du MC ne tolère de rapports sexuels que dans le cadre de partouzes où il est invité. Les gens ne peuvent plus avoir aucune vie sexuelle sans participation des fascistes. Et, comme on peut s’en douter, les fascistes salissent et détruisent tout ce qu’ils touchent, tels des adultes pervers dotés de cerveaux d’enfants malfaisants.

Les fascistes du MC pourrissent et clochardisent la société. C’est donc à l’ensemble des citoyens de réagir, sachant que beaucoup de gens sont visés sans même le savoir.

La torture est une des pratiques courantes des gardiens du Mind Control. Ces gens veulent briser la volonté des ciblés et les diriger vers la direction qu’ils sont choisie. La torture par satellite est systématique : elle peut être directe et vise alors les divers organes du corps et notamment les yeux ou elle peut être masquée et imite alors des symptômes médicaux que les médecins ne peuvent guérir ni soulager, les ondes électromagnétiques étant plus puissantes que les remèdes chimiques.

La torture par satellite est le plus souvent accompagnée des voix silencieuses, ce qui fait que le ciblé a le plus souvent l’impression de se retrouver dans les geôles de Pinochet ou de Klaus Barbie, alors même qu’il est chez lui en train d’essayer de dormir.

Les fascistes se déchaînent souvent la nuit : ils réveillent le ciblé, l’insultent par neurophone,  lui appliquent divers types de torture. L’étouffement, la torture des yeux, les crampes provoquées et autres atrocités. Tout cela se passe au vu et su de tous les abonnés au site de la victime, sans que personne ne vienne protester. Ceci finit bien sûr par profiter aux fascistes qui terrorisent ainsi journalistes et défenseurs des Droits de l’Homme qui n’osent alors plus les critiquer.

Les ciblés ont une adresse sur le Net et, ceux qui sont abonnés à leurs sites peuvent venir assister ou participer aux séances d’insultes et de tortures. Ces abonnés peuvent être de riches cinglés, des militants fascistes, des anciens flics ou militaires, des médecins militaires, des psychiatres civils, des délinquants de droit commun ayant des accointances politiques. C’est une véritable cyber-milice politico-mafieuse qui a été mise en place et qui a pour mission de pourchasser et persécuter le plus de monde possible : internautes critiques, musulmans, Arabes, Noirs, dissidents politiques, anciens journalistes et autres opposants potentiels à la dictature en place en France et dans le monde.

De cette façon, les fascistes habituent peu à peu les élites à leurs méthodes de nazis, compromettant systématiquement ces élites dans les crimes de la répression, de manière à ce que celles-ci ne puissent plus protester dans s’accuser elles-mêmes. Toute la classe dirigeante du système, tous les VIP sportifs, artistes, médiacrates, écrivains, scientifiques, journalistes,  tous se sentent obligés de collaborer, de peur de se retrouver eux mêmes visés par les fascistes. Cette stratégie qui consiste à collaborer pour éviter d’être soi-même attaqué ne mènera bien sûr à rien et, si le Mind Control n’est pas dénoncé, tous devront subir sa tyrannie, qu’ils collaborent ou non.

Dénoncer la torture des gardiens de la surveillance, c’est le meilleur moyen de libérer toute la planète des clochards fascistes qui la corrompent et de permettre aux générations futures de vivre dans des conditions acceptables. Si personne ne dénonce le système concentrationnaire à distance qui est actuellement mis en place, le pire sera sûr et les fascistes continueront de gagner des électeurs et de narguer la population.

La question qui se pose est de savoir combien de milliers de personnes sont ciblées en France et dans les autres pays du monde. On peut estimer le nombre de ciblés à au moins 100.000 en France et à plusieurs millions aux Etats-Unis. A partir du moment où la surveillance peut s’effectuer de manière automatisée, l’intervention humaine peut se limiter à quelques minutes par jour pour les cas de surveillance légère. Pour les cas difficiles, le contrôle et le harcèlement ont lieu 24 heures sur 24, de façon à ce que la cible ne bénéficie jamais d’une seule minute de tranquillité.

Tous les VIP sont sous surveillance, hommes politiques, journalistes, hauts fonctionnaires, artistes, sportifs. Mais de nombreux internautes sont eux aussi sous l’influence des satellites, de manière à les punir s’ils sont de gauche ou musulmans ou à les influencer dans d’autres cas en les poussant vers la droite ou l’extrême droite.

Si les citoyens disposent (pour l’instant) de l’Internet, les fascistes sont eux les maîtres de la surveillance par satellite. Ils peuvent ainsi manipuler la société en fonction de leurs intérêts et populariser le fascisme en feignant de n’y être pour rien. Ces fascistes surveillent les internautes sans vergogne, profitant de l’impunité dont ils bénéficient depuis des décennies. Et personne ne pense à enfin mettre un terme à leurs agissements criminels, à leurs atteintes à la vie privée, aux sévices qu’ils font subir à d’honnêtes citoyens qui valent beaucoup mieux qu’eux.

Ces fascistes ont gangréné tout l’appareil d’Etat ; ils ne respectent plus aucune loi et semblent avoir opéré un coup d’Etat secret sans que personne ou presque n’ait encore protesté. Certains politiciens proches du fascisme le plus dur osent parfois se présenter comme des victimes alors qu’il sont commis les pires atrocités par le biais des satellites de surveillance ou directement.

Cette surveillance permanente du Mind Control conduit les hommes politiques a prendre des mesures aberrantes, telles la baisse continuelle des impôts des riches et grandes entreprises qui ruine l’Etat, l’acceptation de pratiques criminelles contre les citoyens, la prise de mesure uniquement favorables aux multinationales et aux banques au détriment de la bonne marche de l’économie et de l’intérêt des salariés.

La pression sur les dirigeants politiques peut être extrêmement violente ; elle peut aller de l’étouffement en public par des crises d’agoraphobie ou de claustrophobie, à la torture physique et même la mort par maladie provoquée dans les cas les plus extrême. Le président Chavez  a par exemple probablement été assassiné par les satellites du fascisme international qui terrorisent la planète depuis des lustres.

Dans ces conditions tout le monde peut comprendre qu’il n’y aura pas de progrès social en France et dans le monde développé tant que la question du Mind Control n’aura pas été résolue. Il faut que les médias se décident enfin à dénoncer ce scandale pendant qu’ils le peuvent encore, avant de devenir eux-mêmes des souffre-douleurs du Mind Control.

Des centaines de milliers de personnes sont ciblées sans le savoir et ne prennent conscience de leur esclavage que le jour où les fascistes décident de baisser le masque et d’utiliser le neurophone (voix silencieuses) pour harceler leurs victimes. Pour ceux qui ne sont pas visés par ce neurophone, la surveillance et le harcèlement peuvent durer toute une vie sans que la personne ciblée de se doute de quoi que se soit.

Les fascistes du Mind Control sont des gens jaloux et haineux. Ils font en sorte que votre vie devienne un cauchemar, sans même que vous ayez conscience d’être la cible d’un groupe organisé. Les fascistes ont pour habitude d’isoler les gens : ils brouillent les amis, ils font divorcer, ils séparent parents et enfants, opposent frères et sœurs, collègues et confrères.

Les fascistes haïssent tout particulièrement les internautes, et notamment ceux qui contredisent les délires des médias, qui osent exprimer un avis, qui risquent de faire échouer la conspiration nazie qui est en passe de prendre le pouvoir  partout dans le monde.

Les fascistes détestent aussi les simples salariés, ceux qui s’imaginent avoir des droits, alors que pour les fascistes la société idéale c’est celle où personne n’a de droit, sauf bien sûr eux-mêmes qui disposent alors de tous les droits. Pour les fascistes le modèle idéal de société c’est la caserne, quand des sous-officiers enragés persécutent et humilient de jeunes appelés pendant la durée de leur service militaire, dans les pays où il existe. Dans une société normale, où les gens sont jugés en fonction de leurs capacités, les fascistes sont la lie du genre humain, des gens inadaptés destinés à des emplois subalternes, à l’exclusion, des gens qui doivent être pris en charge par des travailleurs sociaux pour survivre.

Avec le complot fasciste, ces déchets de la société deviennent les maîtres du système, fous de haine et de jalousie, détruisant tout ce qu’ils touchent, un peu comme des enfants psychotiques et criminels. Tous les citoyens peuvent un jour être victimes des ces nazis hypocrites. Tous peuvent se retrouver sous la surveillance de ces enragés, même s’ils sont blancs, catholiques, franco-français et de droite. Il faut que tout le monde comprenne que personne, absolument personne n’est à l’abri des criminels du Mind Control et que la surveillance infernale peut détruire des familles et les harceler pendant des générations.

Les ordures fascistes jouent les agneaux, alors qu’elles sont en réalité des hyènes malfaisantes, envieuses et criminelles. Ces gens font respecter une omerta dont ils seront les seuls à profiter sur le long terme, si les citoyens ne finissent pas par comprendre que ces tyrans doivent être neutralisés le plus vite possible et que le péril ce n’est pas l’islamisation (qui concerne très peu de monde) mais la fascisation de la société.

Tous les gens normaux ont intérêt à combattre le Mind Control, ce système qui transforme les pays libres en dictatures. Tous ceux qui veulent que leur dignité d’homme soit respectée, tous ceux qui ne veulent pas finir dans des camps de concentration ou des Goulags, tous ceux qui ne veulent pas passer leur vie au chômage ou en précarité, tous ceux qui ne veulent pas que leurs enfants deviennent la cible des pervers fascistes de la surveillance, doivent dénoncer le Mind Control.

Les fascistes tentent d’empêcher les gens de voyager, de copuler, de faire du sport, de lire, de travailler régulièrement, d’être maîtres de leur destin, de décider ce qui est bon ou non pour leurs enfants, de pratiquer une religion de leur choix, de maîtriser leur sexualité, de travailler sans être harcelés. Avec les fascistes du Mind Control, c’est le surveillant qui décide si un couple copule ou ne copule pas, si le mari a une érection ou pas d’érection, à quel moment il éjacule, de quelle manière il pratique le devoir conjugal.

Les citoyens sont devenus des esclaves de la dictature, leur asservissement étant pire que celui que devait subir les esclaves de l’Antiquité, les Maîtres disposant maintenant de moyens inédits dans l’histoire.

En laissant quelques ciblés visibles se faire agresser impunément par les nazis du Mind Control, c’est toute la société qui se laisse enchaîner par les comploteurs fasciste du Mind Control. Si les riches sont si riches, c’est qu’ils tiennent la société et les politiques par le Mind Control. Pour que le peuple récupère les richesses et les libertés qui lui ont été confisquées, il faut qu’il dénonce le Mind Control, la répression secrète des Maîtres du monde. Sans lutte contre le Mind Control, l’avenir du genre humain ce sera l’esclavage satellitaire à perpétuité.

Les fascistes du Mind Control ont pour habitude de s’en prendre aux enfants des ciblés. Ils peuvent par exemple  limiter leur taille en jouant sur les hormones de croissance,  les faire échouer à tous les examens en empêchant la compréhension et la mémorisation, leur faire adopter un comportement autiste qu’ils n’auraient pas eu sans l’action électromagnétique satellitaire, les estropier avant même la naissance en agissant sur le fœtus, modifier leur comportement sexuel arrivés à l’adolescence, les rendre victimes de maladies diverses, graves ou non, inciter les autres élèves de leurs établissements à les harceler de manière continue.

Dans de nombreux cas, les satellites font éclater les familles, perturbent le comportements des parents et livrent ensuite les enfants des ciblés à la Dass où ils deviendront les jouets de réseaux pédophiles.

Le fascisme du capitalisme financier actuel est d’une extrême virulence. Tout est caché et donc incontrôlable pour l’immense majorité des citoyens qui sont contraints de subir les agressions économiques et sociales permanentes du système en s’étonnant que personne ne proteste. La répression du Mind Control repère systématiquement les « fauteurs de troubles » potentiels et les neutralise et les harcèle pour les empêcher d’aboutir à quoi que ce soit. Le Web est un bon moyen pour identifier les contestataires divers, les gauchistes étant ceux qui sont ciblés avec le plus de violence et de sournoiserie.

La plupart du temps, la répression est invisible, les cibles et leurs familles subissant un harcèlement permanent sans même se douter que tous leurs problèmes sont le résultats d’une action délibérée de la répression.

Les enfants des ciblés deviennent souvent caractériels ou autistes, obèses et en échec scolaires, et finissent par être traités par des psychologues qui sont parfois les persécuteurs secrets du Mind Control. La réalité dépasse, et de loin, la fiction.

Le meilleur moyen pour protéger la société du Mind Control, c’est de lever la loi du silence sur le sujet, de manière à ce que les bourreaux soient punis et que les citoyens puissent vivre sans être en permanence menacés par ce système infernal.

Il n’y aura ni liberté ni progrès social sans levée de l’omerta sur la question de la répression secrète du Mind Control.

 

 

Récupérer les gauchistes

 

Beaucoup des propagandistes du fascisme sont d’ancien gauchistes formés au marxisme qui ont retourné leur veste dans les années 70 et 80, dès l’avènement de la dictature du Mind Control. Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann,  Michel Onfray, Alain Finkelkraut et beaucoup d’autres sont passés d’un soi-disant gauchisme à un néo-conservatisme islamophobe et antisalarié qui s’apparente de plus en plus à du fascisme. Le même phénomène a pu être constaté à l’époque du régime de Vichy, quand de nombreux ex-communistes et socialistes sont devenus des pétainistes enragés.

On peut expliquer ce phénomène par l’effet de mode : quand la mode est au gauchisme, les arrivistes feignent le gauchisme pour s’insérer dans le monde intellectuels et dès que le vent tourne, ils s’agrègent aux nouvelles tendances, par exemple le libéralisme, le néo-colonialisme, l’islamophobie, le conservatisme, le racisme pur et simple, le nazisme.

Ce ne sont pas les girouettes qui tournent mais le vent, tout le monde le sait. Ces intellectuels mettent alors la méthode marxiste au service du racisme le plus dur, cornaqués par leurs agents traitants du Mind Control, qui les surveillent nuit et jour et les manipulent à chaque instant par satellite.

Ces néo-cons étaient-ils vraiment gauchistes dans les années 1960 ? Il est probable que oui, bien que chez eux, les germes du racisme et du fascisme devaient déjà être en place dans leurs esprits prétendument progressistes. Alexandre Adler par exemple, communiste durant les années 60 avec ses amis Jean Ellenstein, Charles Fitermann et autres avait pour habitude d’organiser des purges et de dégoûter les vrais militants du communisme, ce qui a fini par vider le parti de ses forces vives et le faire descendre à moins de 2% des voix aux pires moments de son histoire. Le communisme a été détruit de l’intérieur par des fascistes infiltrés, qui ont laminé les divers partis marxistes par des pratiques totalitaires et sectaires visant à faire fuir les militants et les électeurs. Les groupuscules gauchistes ont eux aussi toujours été infiltrés par les services de sécurité et les fascistes et n’ont jamais réussi à se développer en France. Ces infiltrés ont pour méthode de toujours proposer les stratégies les plus ineptes, de semer la division et d’exclure, de provoquer des scissions, de dégoûter les militants. Ces méthodes sont démultipliées par la surveillance du Mind Control qui peut maintenant agir à distance, sans même avoir à s’infiltrer physiquement.

Plus largement c’est toute la gauche qui a connu une défaite idéologique quasi-fatale dans les année 70, suite notamment aux travaux des Nouveaux Philosophes Lévy et Glucksmann, proches des services de renseignement américains.

L’acharnement de ces intellectuels contre les soviétique provenait probablement de la politique anti-israélienne menée par les Russes à partir des années 50, alors que les Etats-Unis se rapprochaient eux de plus en plus d’Israël. Ce rapprochement entre ex-communistes juifs et Etats-Unis a fini par droitiser l’ensemble de la planète, pour aboutir de nos jours à une résurgence du nazisme partout dans le monde.  Ces intellectuels juifs de gauche ont d’une part opéré volontairement un virage pro-américain, en raison de l’appui des Etats-Unis à Israël, et ils ont d’autre part été manipulés par les satellites du Mind Control, de manière à les pousser progressivement vers l’extrême droite où ils sont toujours aujourd’hui. Alain Finkelkraut est par exemple devenu le chantre de l’enracinement et le pourfendeur du « Grand Remplacement », alors que ces concepts le visent directement. A force de virer à droite, ces philosophes conservateurs finissent par développer un philosophie qui va à l’encontre de leurs intérêts les plus vitaux, devenant alors un sujet d’amusement pour les vrais fascistes, qui eux savent pertinemment où ils vont : vers une dictature de type nazi dont ils seraient les maîtres.

Les nazis ont aussi récupéré les « libertaires » anticléricaux dans leur lutte contre les musulmans, la propagande de ces anticléricaux faisant étrangement penser au discours colonial du 19 ème siècle.  Les délires islamophobes de ces gens sont proches de ceux de Jules Ferry, celui qui voulait apporter la lumière aux « races inférieures », tout en faisant de bonnes affaires aux colonies. Ces laïcs de la 3 ème République n’étaient en réalité que les successeurs d’Adolphe Tiers, le fasciste qui a écrasé la Commune dans le sang et qui a fondé cette République coloniale qui allait trouver son aboutissement dans le pétainisme.

Il est inutile de dire que quand on est de gauche on combat le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme, sous peine de se transformer rapidement en fasciste des plus extrêmes. La lutte contre le racisme, l’islamophobie et l’exploitation, c’est le combat pour l’égalité entre les hommes, les religions et les classes sociales. La lutte pour les libertés publiques, c’est la lutte pour l’égalité des citoyens face aux pouvoir politiques ou économiques. On ne peut pas dissocier ces différents types de lutte sous peine d’échouer dans tous ces domaines. Ceux qui prétendent développer la lutte des classes tout en combattant l’islam, comme c’est le cas de beaucoup de monde à gauche et à l’extrême gauche, ont simplement réussi à faire monter le fascisme sous sa forme FN ou par le biais de la nazification des autres partis. Depuis 30 ans, il n’y a eu aucun progrès social important en Europe et encore moins aux Etats-Unis.

Les lois sociales du type 35 heures ou retraite à 60 ans ont été compensées par le blocage des salaires, des pensions de retraite et du montant des allocations diverses. Les seul profiteurs de l’islamophobie, ce sont les fascistes, les bourgeois  et les grands patrons. Les salariés eux, doivent subir le chômage, le harcèlement, la précarité, le recul de tous leurs droits sociaux. Les salariés n’ont plus de syndicats, qui collaborent tous avec la dictature, ni de partis de gauche efficaces, qui ne réussissent plus à présenter de projets acceptables pour les électeurs. Tous ceux qui essayent de penser contre la dictature islamophobe, raciste et antisociale en place sont gênés par le Mind Control de manière à laisser le monopole de la pensée aux fascistes de diverses tendances et à les laisser préparer la dictature impitoyable qu’ils projettent.

Il faut bien le constater, le fascistes et leurs pantins sont les seuls à pouvoir s’exprimer régulièrement dans les médias, soit directement sous la forme des délires d’Eric Zemmour par exemple, soit indirectement par le biais de faux gauchistes dont la fonction est de discréditer la gauche. Ces gens n’évoquent jamais des question aussi cruciales que celles de la hausse du smic, de la RTT ou de l’avancement de l’âge de départ à la retraite. Une des ruses du Mind Control fasciste, c’est d’utiliser des faux gauchistes, appelés bourgeois bohêmes par la droite (qui elle est composée de bourgeois méchants),  et dont la fonction est de ridiculiser la gauche en évitant systématiquement les vrais problèmes et notamment celui du blocage du smic et de la non-RTT.

Tous ces intellectuels et médiacrates collaborent activement avec le Mind Control et servent de chiens de garde à la dictature. Les subversifs les plus extrêmes ne mentionnent jamais la question du Mind Control dans leurs écrits, ce qui rend leur discours inaudible et inefficient. Ceux qui travaillent dans la répression du Mind Control satellitaires sont un peu les pendants des collabos des soviétiques dans les années 60. Leurs critiques sont factices et n’ont pour autre objectif que de faire croire au grand public à la réalité de la démocratie ainsi que d’attirer des proies dans la dissidence où celles-ci seront livrées à la police politique. Néanmoins de plus en plus de gens se doutent quand même qu’il y a quelque chose de pourri dans ces prétendues démocraties libérales qui se révèlent de plus en plus être les antichambres du nazisme.

Tous ces intellectuels collabos interchangeables qui participent à la stabilité de la dictature seront oubliés dans quelques décennies. Ils n’apportent rien au genre humain, et leur lâcheté et leur duplicité sont la cause de l’enfer à venir.

Les intellectuels fascistes ou manipulés par eux sont pour leur part très créatifs. Ils ont pour stratégie d’inventer des concepts qui sont destinés à tromper l’opinion et à faire diversion. Péril islamiste alors que ce sont les musulmans qui sont menacés, Grand Remplacement alors que l’immigration extra-européenne s’est fortement ralentie depuis au moins 20 ans,  lutte contre le fiscalisme alors que l’impôt est le seul moyen de corriger les inégalités sociales induites par le capitalisme, la diffusion de tous ces concepts a pour but de cacher le péril principal : le complot fasciste qui est en passe de supprimer toutes les libertés encore subsistantes et qui vise à mettre en place un libéral-fascisme qui ne profitera qu’à moins de 10% de la population.

Le cheval de bataille principal des nazis est la lutte contre l’ »islamisme », concept qui désigne à la fois une religion et une tendance politique mais qui est en réalité destiné à combattre les musulmans, arabes noirs et turcs en général. Cette lutte contre l’islam n’est évidemment que la première étape de la longue marche des fascistes vers le pouvoir et sert à fédérer la société derrière les nazis, pour faire accepter les inégalités croissantes qui autrement auraient généré des révolutions. L’islamophobie est donc très efficace pour lutter contre le mouvement social dans la mesure où elle fait diversion et permet de justifier les manipulations terroristes qui elles visent directement les libertés publiques de tous les citoyens. L’islamophobie est implantée dans toute l’Europe et est devenue très prégnante au Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001. L’islamophobie est au cœur du complot fasciste et, si elle n’est pas combattue avec suffisamment de vigueur, elle mettra le FN au pouvoir en France avant 10 ans.

Pour le moment en France, aucun parti politique ne dénonce l’islamophobie. Le mot même d’islamophobie est totalement tabou dans les médias. On a l’impression que ce terme a été pratiquement interdit dans les milieux politico-médiatiques sous l’influence du Mind Control fasciste. Le terme fasciste a lui aussi été banni des médias et remplacé par ceux de populiste, nationaliste et même patriote, ce qui est un comble lorsqu’on sait que l’extrême droite française est directement issue des milieux collaborationnistes.

L’action de BHL, Glucksmann et autres Nouveaux Philosophes payés par la CIA a été de remplacer la dictature communiste en Russie par une dictature de droite qui appuie les droites et extrême droites un peu partout dans le monde bien qu’il semble qu’on puisse actuellement constater un retour vers le tiers-mondisme russe traditionnel.  Après avoir renversé le communisme, les néo-cons ne se satisfont pas non plus du poutinisme et semble vouloir transformer la Russie en zone de chaos ravagée par la guerre civile, un peu comme cela a été fait en Somalie, Afghanistan, Syrie, Libye et autres.

En détruisant le communisme, les Néo-conservateurs en renforcé le fascisme et le nazisme dans le monde, ce qui mènera inéluctablement à l’instauration de régimes nazis en Europe et en Amérique, à la persécution et l’extermination des juifs et musulmans d’Occident, à des guerres entre nazis, France contre Allemagne ou Allemagne contre Russie, ou France et Allemagne contre Grande-Bretagne et Etats-Unis par exemple. Il ne faut pas oublier que les fascistes sont encore au 19ème siècle pour ne pas dire au Moyen-Age dans leur fonctionnement mental. Ces gens constituent un ramassis de déchets de la société manipulés par des bourgeois criminels. Ces nuisibles sont des ennemis de toutes les libertés, des partisans de la torture systématique par satellite pour toute la population.

L’action de BHL ou Glucksmann a été particulièrement néfaste pour le genre humain. Si demain il doit y avoir une nouvelle guerre mondiale, ces deux idiots en seront une des causes. Ces imbéciles philosophes peuvent être plus stupides que des analphabètes. Leur bagage intellectuel couplé à leur stupidité peut produire des résultats catastrophiques. Ils n’ont pas encore compris que c’est la puissance communiste qui a permis les 30 glorieuses, la décolonisation et l’écrasement de l’extrême droite. Dès que le communisme s’est effondré, le nazisme est ressorti de son trou, tel un mustélidé satanique qui ne prospère que là où les peuples dépérissent. Le fascisme ne se développe que dans les crises économiques qu’il provoque lui-même par le biais de ses agents de le monde de la finance et dans le patronat. La crise économique annonce le fascisme comme la nuée annonce l’orage.

Une des causes de la progression du nazisme dans le monde est le Likoud, parti sioniste nazi qui dirige Israël et dont la mission est d’empêcher tout règlement pacifique dans la région. Le Likoud est très proche de la mouvance de BHL et considère qu’il doit s’allier avec toutes les tendances nazies de la planète pour agrandir son territoire et écraser les Arabes du Proche-Orient et du reste du monde. Par extension, la croisade haineuse du Likoud  vise tous les musulmans de la planète en collaboration avec le nazisme international. Déjà, dans les années 30, des accords avaient été passés entre les sionistes et les nazis, et Adolf Eichmann aurait eu des liens très poussés avec la Haganah. Ces relations entre les deux parties n’ont pas évité la Shoah puisque c’était le but suprême des nazis depuis leur création. L’union entre sionistes et nazis pour lutter contre les Britanniques, les communistes et les Arabes s’est achevée dans un bain de sang juif, comme n’importe qui de censé aurait pu le prédire dès le début des années 30.

Il n’y a pas de négociation ou d’alliance possible avec les racistes car, pour ces gens, les pulsions haineuses viscérales sont plus puissantes que la force du raisonnement. On ne peut pas plus traiter avec des racistes qu’avec des fous, puisque chez ces individus, le rationnel est toujours dominé par l’irrationnel.

Actuellement les sionistes révisionnistes du Likoud considèrent que les nazis sont un moindre mal comparé aux Arabo-musulmans alors même que les nazis sont les héritiers de plusieurs siècles d’antisémitisme et d’islamophobie tandis que les arabo-musulmans n’ont jamais organisé d’extermination de juifs sur les territoires qu’ils dominaient alors qu’ils auraient pu le faire pendant 1400 ans. Les juifs qui ont fui l’Inquisition sont majoritairement venu se réfugier au Maghreb et dans l’empire ottoman, ce qui prouve bien que le monde musulman a toujours été plus tolérant que l’Europe chrétienne.

Les fascistes du Likoud pensent que si les nazis prennent le pouvoir en Occident ils se contenteront d’expulser les juifs vers Israël et qu’ils appuieront alors la politique expansionniste de l’Etat hébreu. Ces fascistes juifs du Likoud sont toujours plongé dans la état de stupidité profonde qui était déjà le leur dans les années 30. Les nazis n’aideront pas Israël s’ils prennent le pouvoir en Europe. Ils referont une croisade pour leur propre compte. Ils tueront les juifs et les Arabes . Les nazis sont les héritiers des croisés et des criminels coloniaux. Ils n’ont pas changé et ne changeront jamais : leur projet c’est l’écrasement du peuple à l’intérieur des frontières et la recolonisation et l’extermination à l’extérieur. Pour eux, les juifs sont l’ennemi ontologique à exterminer en priorité dès que cela sera possible. Ne pas comprendre cela malgré les milliers d’ouvrages qui ont été consacrés au nazisme c’est impardonnable. Les véritable allié des juifs c’est la vraie gauche mais, pour que cette alliance puisse s’approfondir, il faut que le judaïsme international s’emploie à éliminer le Likoud du paysage politique mondial et à régler la question du conflit israélo-arabe et israélo-musulman un fois  pour toutes. Sinon, quand il n’y aura plus de gauche dans le monde, il ne restera plus aucune protection à Israël et on assistera alors à une nouvelle guerre mondiale des fascistes contre les juifs, qui s’apparentera à la fois à la conquête romaine de l’Antiquité et aux persécutions nazies et inquisitoriales.

Pour casser la menace nazie sur le monde, il faut signer un accord pour régler le conflit du Proche-Orient sur la base des résolutions de l’ONU et cesser de persécuter les civils palestiniens et ainsi démontrer une barbarie extrême qui servira un jour d’argument à une sauvagerie encore pire.

Beaucoup de fascistes pro-israéliens, sont en réalité des nazis purs et simples. Leur appui à Israël a pour but de trouver des alliés pour instaurer le fascisme en France, pour persécuter les musulmans, les salariés, les citoyens, et supprimer toutes les libertés, pour mettre en place une dictature imparable et pour ensuite en revenir à des persécutions antisémites moyenâgeuses qui sont en réalité le but suprême des fascistes. Les fascistes sont de grands sournois, en plus d’être des assassins et des corrompus.

Peu à peu, les fascistes tentent de supprimer la liberté d’expression sur l’Internet. Tous les prétextes sont bons pour harceler les internautes en utilisant les satellites du Mind Control. Face à la liberté d’expression qu’ils abhorrent, ils répondent par le harcèlement par satellite et par les insultes du neurophone. Ils veulent par tous les moyens empêcher les gens de s’exprimer et de protester contre leur dictature secrète et implacable. Le Mind Control permet aux pires fascistes d’imposer leur loi sans que personne ne puisse protester puisque tous sont astreints à la loi du silence. Si personne ne dénonce puissamment la répression par satellite, il est sûr que les fascistes du FN ou autres prendront le pouvoir en France et qu’il ne sera ensuite plus possible de s’en débarrasser sans passer par une guerre civile ou mondiale.

Des écrivains proches du fascisme tel Michel Houellebecq se plaignent dans leurs livres de l’excès de liberté, alors qu’ils savent pertinemment que le Mind Control a supprimé toutes les libertés. Il est vrai qu’avant l’arrivée du Mind Control, dans les années 70, l’émergence d’une société libre et plus ou moins égalitaire a fortement déplu aux bourgeois envieux et à leurs porte-paroles littéraires. Ils ont fait accroire le fait que l’excès de liberté était très mauvais pour les humains et qu’il fallait mieux une bonne dictature pour stabiliser la société. Si certains déséquilibrés mentaux ne supportent pas la liberté, la plupart des gens sont allergiques à la contrainte injuste, à l’arbitraire étatique, au fascisme des notables qui disposent maintenant du Mind Control pour persécuter les citoyens, et veulent gérer leur vie comme ils l’entendent, sans avoir de comptes à rendre à quiconque.

Toute propagande fasciste repose sur  l’escroquerie intellectuelle, sur la non divulgation des faits les plus importants. Ceux qui dénoncent l’excès de liberté alors qu’ils savent que la dictature actuelle est une des pire que n’ait jamais connu l’humanité en raison de la puissance des dispositifs satellitaires de répression dont elle dispose, sont des collaborateurs du totalitarisme et non des victimes du système. Si la société française disposait d’intellectuels du niveau de Sartre ou d’Aron au lieu de pitres de l’acabit de Houellebecq ou BHL, l’état de la démocratie serait de très loin meilleur à ce qu’il est aujourd’hui. Les intellectuels collabos ou harceleurs constituent une des plaies de notre société. Ces gens focalisent l’attention du public sur de faux problèmes qui profitent aux fascistes et leur permettent ainsi de prendre le contrôle de la société en jouant les humanistes et les défenseurs de la démocratie alors qu’ils en sont les fossoyeurs. BHL par exemple dénonce les « fascistes écologistes » ou les « fascistes islamiques » de manière à banaliser la notion de fascisme et de faire passer l’extrême droite et le Mind Control  pour des dangers secondaires.  BHL, c’est un peu l’anti-Sartre. C’est un individu malhonnête dont la stupidité est masquée par l’éloquence. Oui, on peut être à la fois éloquent et stupide, de même qu’éloquent et malhonnête. Monsieur Lévy sait pertinemment que la société est dirigée par les satellites du Mind Control, système dont il fait probablement partie, et, il cache ce fait aux citoyens pour s’assurer qu’ils ne pourront jamais se libérer d’une oppression sont ils ignorent l’existence. Le secret est le meilleur gardien de l’oppression, les gens ne pouvant combattre un ennemi qui leur nuit, tapi dans une ombre impénétrable.

Le Grand Secret de notre société c’est que nous sommes dirigés par le Mind Control et que tous les VIP en sont complices et respectent une omerta totale sur le sujet. Ce secret est tellement incroyable que, à moins d’être bien informé sur le sujet, personne ne peut s’imaginer une conspiration d’une telle ampleur.

le Mind Control, c’est l’arme secrète des politiciens mafieux, des fascistes de tout poil, des patrons, des riches, des notables haineux, des racistes extrêmes. C’est l’arme par laquelle une élite dégénérée règne sur les sociétés du monde. C’est par le Mind Control que les élites politiques imposent leur règne et rendent impossible toute vraie révolte. C’est par le Mind Control que les vieux écrasent les jeunes, les riches les pauvres, les puissants les misérables, les grands patrons leurs salariés. Ceux qui prétendent vouloir améliorer la démocratie et relancer l’économie sans dénoncer le MC se trompent lourdement. Il est impossible de faire valoir ses droits dans un système où les fascistes surveillent, manipulent et assassinent aussi impunément. Pour promouvoir la justice sociale, il faut d’abord récupérer tous ses droits de citoyens et faire interdire une fois pour toutes l’espionnage et la persécution satellitaires.

Les nazis du Mind Control sont des tortionnaires. La torture est la base de leur système. C’est le meilleur moyen pour faire taire tout ce qui est informé. La différence entre la dictature du MC et celle de Pinochet, c’est que le MC est secret et donc encore plus dur à abattre qu’une dictature traditionnelle. Lever le secret sur la répression secrète, c’est le seul moyen d’éviter une nouvelle catastrophe nazie. C’est la seule méthode efficace à long terme pour briser les chaînes invisibles qui entravent le genre humain.

Les gauchistes de Charlie Hebdo, récemment assassinés dans des conditions pour le moins troubles, étaient un exemple de ces gauchistes récupérés par la droite et l’extrême droite xénophobe. Ces gens qui à l’origine dénonçaient les flics, les militaires, les fascistes, les politiciens de droite et ceux qu’ils appelaient les « beaufs », c’est à dire les vieux réacs, ont peu à peu, sous l’influence du Mind Control  dirigé leurs humour contre les Arabes, les Noirs, les musulmans ; ils se sont progressivement guignolisés au point où leur dessins semblaient parfois sortis de la presse raciste des années 30.

A la propagande antichrétienne a succédé l’humour islamophobe, qui parait pour le moins déplacé dans un contexte de montée incoercible de l’extrême droite xénophobe en France. Les menaces qui ont visé l’hebdomadaire pendant des années, sont probablement le fait de l’extrême droite déguisée en islamistes. Les fascistes ont trouvé le moyen d’opposer deux de leurs ennemis : d’une part des gauchistes qui les ont insulté pendant des années et d’autre part les musulmans, arabes, noirs ou turcs qu’il détestent tant. Le bouquet final de l’opération a été constitué par le massacre des ex-gauchistes par des « djihadistes » masqués, qui auraient ensuite été tués sans que personne ne voit leur cadavre. Les terroristes fascistes essayent d’ailleurs de faire taire l’esprit critique des internautes en dénonçant le « complotisme » de ceux qui remettent en cause la version officielle des faits. Il ne fait aucun doute que le terrorisme provient des fascistes qui dirigent le monde, les chefs du Mind Control, ces nazis hypocrites qui ruinent la France, engraissent les riches, paupérisent les pauvres et suppriment peu à peu les libertés publiques. L’affaire Charlie ne profitera in fine qu’à l’extrême droite, même si les effets de cette opération peuvent mettre quelques années à devenir perceptibles. Le terrorisme est organisé par les hommes de l’Etat qui sont de plus en plus des fascistes ennemis de la démocratie qui éliminent peu à peu leurs concurrents qui eux sont partisans du développement économique et de la souveraineté populaire.  Au sein de la classe politique, les ennemis de la démocratie et du peuple écrasent peu à peu les élus partisans de la redistribution et des libertés publiques. Il faut que les élus vraiment démocrates se réveillent et défendent les idéaux de gauche de manière un peu plus musclée.

Le problème de Charlie Hebdo, c’est que cet hebdomadaire raciste se fait passer gauchiste alors qu’il n’est plus gauchiste depuis longtemps et qu’il est manipulé par l’extrême droite de la surveillance satellitaire. Charlie Hebdo est devenu depuis longtemps un outil au service de la droite et de l’extrême droite et un boulet pour les partis et mouvements qui le soutiennent, tels par exemple le FDG ou le PCF. Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon n’ont visiblement pas compris que qu’il fallait recadrer leurs amis de Charlie au lieu de se laisser discréditer par eux et perdre ainsi de nombreux électeurs dans les banlieues. Le blasphème est une pratique qui s’applique à sa propre religion et non à celle des autres, sinon, il faudrait considérer que les nazis qui coupaient la barbe des rabbins étaient en réalité de braves anticléricaux qui luttaient contre l’obscurantisme. Il semble que la gauche en France n’ait plus de direction idéologique précise et qu’elle se laisse diriger par les nazis et fascistes du Mind Control. Tant que la vraie gauche n’aura pas compris que il n’y aura pas de renaissance de la démocratie en France sans lutte contre l’islamophobie, elle ne pourra pas prendre la place qui lui revient compte tenu du mécontentement populaire exacerbé par la crise économique prolongée qui ne profite actuellement qu’au FN.

Les forces obscures et antidémocratiques qui dirigent actuellement la France semblent vouloir faire progressivement interdire toute remise en cause de la propagande étatique. Il faudrait que tous les citoyens acceptent sans rechigner les fables gouvernementales sur le terrorisme prétendu djihadiste, alors même que tout le monde sent bien que tout est faux ou manipulé dans la version officielle des faits. N’oublions pas  que sans le « complotisme » on croirait toujours que Dreyfus était coupable de trahison et que la CIA n’a jamais renversé Allende ou Mossadegh.

La force de la dictature libérale actuelle est donc d’avoir retourné la plupart des intellectuels,  que se soient les dessinateurs de Charlie, des philosophes tels BHL ou Finkelkraut, anciens communistes ou des journalistes dont beaucoup sont passé du gauchisme à l’islamophobie fasciste durant les années 80. L’islamophobie est le nouveau marqueur de la progression du fascisme en France. Les intellectuels résistant à la vague raciste tels Edwy Plénel ou Pascal Boniface, sont très peu nombreux, la plupart des pontes des médias slalomant, selon les modes, entre islamophobie modérée et racisme antimusulman extrême, en période d’attentats notamment. Personne n’a pour l’instant compris que l’islamophobie était l’antisémitisme du 21ème siècle et qu’elle était en passe de remettre en question tous les acquis démocratiques des 200 dernières années. En raison de l’islamophobie on tolère l’ouverture de camps de concentration tel Guantanamo où la torture est institutionnalisée et étalée au grand jour et non plus cachée comme ça a été le cas pendant des siècles, le but étant de banaliser le supplice des détenus pour terroriser les masses et notamment les musulmans, un peu comme à l’époque de l’Inquisition, dans le but de généraliser ensuite cette pratique aux opposants politiques et aux détenus de droit commun. Pour les fascistes il y a toujours trop de laxisme dans les jugements alors qu’eux mêmes sont systématiquement acquittés quelques soient les crimes qu’ils commettent.

Comme l’antisémitisme a permis à Hitler de prendre le pouvoir ou l’anticommunisme qui a servi de marchepied à la montée des fascistes italiens, l’islamophobie est l’outil des fascistes actuels et, s’il elle n’est pas combattu de manière très nette, il est sûr que la vraie gauche ne gagnera jamais aucune élection dans les grands pays européens et que la démocratie sera peu à peu anéantie par les fascistes. La ruse des ennemis de la démocratie, c’est de faire croire que la répression secrète ne vise que les musulmans, ce qui permet de satisfaire les racistes tout en rassurant les autres. Ce qui n’auront pas flairé le piège à temps risquent de le payer pendant des siècles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 avril 2013

Journalistes, pourquoi ils ne disent rien

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 02 min

 

 

Alors que les informations sur le Mind Control commencent à être connues de tous et notamment des journalistes, ceux-ci continuent de respecter la loi du silence, nous condamnant ainsi à la dictature à perpétuité. Pourquoi ces journalistes qui sont au courant de tout ou presque tout ne veulent-ils pas faire leur travail ?

D’abord, ils sont eux-mêmes impliqués dans la répression. Ils espionnent les citoyens, ils les harcèlent parfois, et souvent ils assistent aux cyber-crimes  fascistes sans rien faire. Certains sont impliqués dans des viols, de la fraude fiscale, du financement illégal. Ils ne disent rien car ils craignent d’être eux-mêmes impliqués par leur propres révélations.

Ceci dit, il y a toujours eu des journalistes corrompus, et ça n’a jamais empêcher les autres de faire leur travail.

Si les journalistes ne disent rien, c’est tout simplement parce qu’ils ont peur : peur de la torture, peur de l’assassinat, peur de la prison, peur du chômage. Les principes qui dirigent notre dictature sont les mêmes que ceux qui régissent toutes les tyrannies de la  planète, de gauche comme de droite. Il n’y a pas plus de libertés en France qu’aux Etats-Unis, qu’en Russie, qu’en Chine, ou que dans les dictatures du tiers monde. D’ailleurs les Arabes ont réussi à faire leurs révolutions, alors que nous somme toujours à ramper devant ces régimes occidentaux, corrompus et criminels. Si les journalistes ne disent rien, c’est parce que notre dictature est plus puissante que l’ex dictature soviétique, que les dictatures du tiers monde, que l’ancienne monarchie. Nos dictatures occidentales disposent d’un avantage technologique qui rend toute révolte impossible pour l’instant. Alors que les opposants arabes ont bénéficié de l’aide occidentale, alors que les dissidents soviétiques  disposaient de l’appui des services secrets de l’Ouest, les dissidents en Occident n’ont aucun soutient. Ils doivent subir la torture et le harcèlement, sans même pouvoir porter plainte, la Justice et la police étant sous contrôle fasciste. La dictature occidentale est une des plus efficaces de l’histoire du genre humain. La répression satellitaire peut lire dans les pensées et les souvenirs, torturer et tuer à distance, contrôler le comportement, ventriloquer, énerver, faire grossir, isoler en générant des disputes et des bagarres. Face au moloch répressif, la société civile est désarmée, incapable de s’organiser, de protester, de résister.

Mais c’est justement la mission des journalistes que de résister à la terreur totalitaire. C’est à eux de prendre des risques, de dénoncer l’intolérable, de briser la loi du silence. C’est pour eux le seul moyen de récupérer le pouvoir et le prestige dont ils bénéficiaient dans les années 1970, à l’époque du scandale du Watergate. Les citoyens n’ont pas besoin de journalistes couards et corrompus. Ils ont besoin de combattants de la liberté.

27 mars 2013

Le complot contre les internautes

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 18 h 14 min

 

 

 

Beaucoup de victimes du Mind Control sont de simples internautes, qui se sont simplement exprimés sur divers sujets sur leurs sites ou sur des forums. Ces victimes sont presque toujours de gauche, et il semble que le simple fait de s’exprimer librement gêne fortement les fascistes qui dirigent monde.

Pourquoi ces fascistes ont-ils créé le Net ? Peut-être ont-ils voulu depuis le début en faire un instrument de répression permettant de ficher les citoyens et punir ceux qui oseraient critiquer les maîtres du  monde. Ils repèrent donc les internautes qui osent s’exprimer librement, essayent de les manipuler en utilisant les satellites après les avoir mis sous surveillance, comme si nous vivions dans une dictature  fasciste, et ensuite les harcèlent jusqu’à la mort.

Un simple internaute peut-être persécuté à vie par les fascistes, torturé et voire même assassiné par les satellites de surveillance. Les fascistes essayent de créer une terreur telle qu’ils sont ensuite les seuls à avoir la possibilité de parler sans subir de représailles.  D’après le quotidien Le Monde, 80% des interventions des internautes sont le fait de l’extrême droite, sous une forme ou sous une autre. Les autres tendances politiques sont terrorisées, osant à peine discuter sur des sujets de vie quotidienne, de crainte que la police politique ou un service quelconque ne les repèrent et les persécutent.

Une fois de plus, les fascistes tentent de prendre le pouvoir par la force et la ruse, sans que personne ne puisse les arrêter.  La poussée fasciste internationale vient du Mind Control qui biaise la vie politique et installe la dictature avant la dictature.

Déjà, les nazis surveillent les internautes à leur domicile, et tentent de gêner les internautes de gauche par tous les moyens, par le neurophone, en gênant la frappe clavier, en cassant le matériel.

De plus, les fascistes empêchent les bloggers de gauche d’intervenir sur les forums de discussion où ils règnent en maîtres. La moindre critique contre le fascisme ou le patronat est la plupart du temps punie de bannissement, les cyber-fascistes ayant rétabli la censure, comme au bon vieux temps.

Accepter et encourager la censure, ne pas assurer la sécurité des internautes, quelque soit leur tendance, c’est ouvrir aux fascistes les portes du pouvoir, pouvoir qu’ils ne quittent généralement qu’après une bonne guerre mondiale et quelques génocides et massacres politiques qui peuvent aussi viser leurs anciens amis.

N’oublions pas que personne au monde ne veut vivre dans une dictature fasciste qui torture, qui abolit les libertés, qui supprime les droit sociaux, qui permet aux détenteurs de manettes de surveillance de tourmenter les honnêtes citoyens tout en prétendant lutter contre la délinquance.

Le cyber-fascisme du Mind Control, sera mille fois pire que tout ce qu’on a connu jusqu’alors. La torture sera généralisée, les éliminations quotidiennes, la suppression des libertés totale, et, pendant que quelques dizaines des milliers de fascistes se rempliront les poches, violeront et tueront, les autres vivront dans un esclavage absolu.

 

12

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965