30 mars 2018

Le choc des civilisations : Samuel Huntington

Classé dans : Impérialisme — mindcontrolfrance @ 11 h 04 min

Samuel Huntington est un des idéologues phares des néoconservateurs. C’est lui qui a popularisé l’islamophobie aux Etats-Unis, en basant son analyse sur la propagande diffamatoire de l’orientaliste islamophobe et antiarabe Bernard Lewis.

 

Pour Huntington, l’islam serait ontologiquement ennemi de l’Occident et serait donc une civilisation à combattre ou détruire, un peu comme si on était encore au Moyen-Age. En réalité, l’islam n’a pas été, au cours de l’histoire,  plus ennemi de l’Occident que l’Occident lui-même, qui a passé des millénaires à s’autodétruire, lors de guerres intra-européennes qui ont fait des dizaines de millions de morts.


Pour Huntington, ce n’est pas seulement le fondamentalisme violent qui pose problème, mais bien l’islam lui-même, qui serait ennemi de l’Occident depuis son apparition.

 

Hungtington considère que l’islam est la seule « seule civilisation qui ait mis en danger l’Occident ». Dans les faits, même si les Arabes ou les Turcs avaient réussi à vaincre la chrétienté européenne, l’Occident serait resté l’Occident, mais serait devenu l’Occident musulman au lieu d’être l’Occident chrétien ou déchristianisé. L’islam n’est pas plus étranger à l’Europe que le christianisme, religion orientale issue du judaïsme et totalement étrangère à l’esprit gréco-romain ou celto-nordique. D’ailleurs, le paradis islamique semble plus proche du Wahalla nordique que de son homologue chrétien ou judéo-chrétien.

 

L’islam n’est pas plus exogène à l’Europe que le judéo-christianisme ou le christianisme. Il semble même assez proche des valeurs guerrières des celto-nordiques, et sa morale sexuelle est plus proche de celle de la culture européenne antique que la pudibonderie qui a été imposée par la suite par l’Eglise.

D’après Huntington, le conflit entre les deux religions proviendrait de « leur nature même ». L’islam serait « transcendant », unifiant religion et politique alors que le christianisme séparerait le spirituel du temporel (rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu). En réalité, on voit mal ce qui différencie ces deux religions sur ce point : les monarques chrétiens ou musulmans ont toujours tenté d’obtenir le pouvoir absolu et de s’affranchir de la tutelle des clergés ou pseudo-clergés : plusieurs monarques occidentaux ont été menacés d’excommunication et ont du se plier à la volonté des religieux, alors qu’en Orient, de nombreux dirigeants omeyades ou abbassides ont pris leurs distances avec la pratique religieuse, nombre d’entre eux étant des buveurs invétérés. Il n’y a pas de différence de fond entre les deux religions, si ce n’est la question du célibat des prêtres catholiques, effective depuis le 11ème siècle, qui a provoqué une obsession du clergé papiste sur les questions sexuelles. L’islam est sur ce point plus proche du protestantisme qui marie ses pasteurs ou du judaïsme qui, pendant longtemps, a toléré la polygamie.

Les quelques différences dogmatiques telle la question de la Trinité ou de la prédestination, ne sont que des points de détails, tous les monothéismes étant très proches, que se soient les différents types d’islam, de christianisme ou de judaïsme, tous étant unis sur les questions principales, les guerres qui ont opposé ces religions étant de nature politique et non vraiment religieuse. D’ailleurs, les guerres religieuses les plus violentes ont opposé les divers types de christianisme entre eux, comme l’illustre le tragique épisode de la guerre de Trente ans en Allemagne, ou le massacre de la Saint-Barthélémy en France. Par la suite, la Révolution française a fait subir une répression terrible au catholicisme ; cette révolution a été pour le christianisme en France et en Europe une catastrophe bien plus importante que toutes les guerres contre l’islam qui ont dans l’ensemble bénéficié aux papistes.

 

Huntington tente de faire accroire que l’immigration musulmane en Occident serait similaire à une guerre de conquête. Il prétend que la misère aurait favorisé le fondamentalisme et l’émigration vers l’Europe. Pourtant, ce ne sont pas les plus religieux qui migrent, mais au contraire les plus occidentalisés. Les traditionnalistes préfèrent pratiquer l’islam dans leur pays, au milieu de leurs correligionnaires, même si parmi les migrants et leurs descendants, il y a aussi des  pratiquants. On rappelle que dans un pays démocratique et civilisé, la pratique religieuse est libre et que dans les pays musulmans, juifs et chrétiens ont pratiqué leur culte pendant des siècles alors que l’Occident brûlait les juifs et excluait les musulmans de ses terres.

 

Dans la réalité, on peut constater qu’à niveau social et intellectuel égal, chrétiens, juifs et musulmans se ressemblent : les dévots évangélistes sont tout aussi fanatiques que les fondamentalistes musulmans ou juifs, et, le but final de tout individu, monothéiste ou autre, revient toujours à s’enrichir, réussir sa vie professionnelle ou familiale, s’acheter une belle maison et une belle voiture…

Le prétendu choc des civilisations n’existe pas : il s’agit juste d’un concept destiné à favoriser l’extrême droite partout, les divers types de nationalismes fanatiques s’appuyant entre eux, dans un gigantesque jeu de dupes ne profitant qu’aux élites dirigeantes les plus attardées.

 

Pour Huntington, le conflit entre Islam et Occident perdurera, « tant que l’Islam restera l’Islam et l’Occident l’Occident ». On a vu plus haut que ce « conflit » n’est qu’une création des forces réactionnaires et impérialistes qui veulent unifier leurs nations derrière elles, faire taire toute opposition, et créer un nouvel ennemi, totalement factice celui-là, destiné à remplacer l’adversaire communiste et soviétique. Le choc des civilisations ne profite qu’à la réaction mondiale, ces braves nationalistes, qui sont prêts à tout pour éviter de redistribuer le moindre cent(ou centime) aux classes pauvres et moyennes. Pendant qu’on disserte sur le choc des civilisations, on divertit le peuple et on l’empêche de prendre conscience du fait que les vrais ennemis sont intérieurs, que leur but est d’accaparer richesses et pouvoir, pour transformer  99% de la population en esclaves de l’oligarchie fasciste.

 

Les dirigeants internationaux devraient cesser de considérer qu’Huntington est une référence en matière de politique internationale. Son ouvrage phare, Le Choc des Civilisations, n’est qu’un pousse-au-crime qui incite les dirigeants mondiaux à perpétrer massacres et génocides. Un jour peut-être, un dirigeant occidental ayant trop lu la prose néo-conservatrice, provoquera une guerre mondiale fatale pour le genre humain. Il ne faut jamais minimiser l’impact des idéologies, surtout quand ces idéologies sont criminelles et erronées.


Beaucoup d’observateurs, y compris Huntington, ont remarqué que la fin de la guerre froide avec les Soviétiques a poussé à la recherche d’un nouvel ennemi permettant d’unifier l’Occident contre lui. Ca a été le début du terrorisme « islamiste », manipulé dans le but de créer un sentiment d’islamophobie destiné à remplacer l’anticommunisme. Il est évident que cette islamophobie est un outil de lutte contre la démocratie. L’islam est très faible ; ce n’est pas un ennemi crédible. Les islamophobes actuels sont plus proches des nazis et pétainistes que des leaders du monde libre de l’après-guerre. La haine des musulmans est très voisine de la haine des juifs qui a prévalu en Europe pendant des millénaires. Il s’agit d’un racisme exterminateur, qu’il faut absolument combattre, pour éviter une nouvelle guerre mondiale. Lorsque les nazis ultranationalistes sont au pouvoir, la torture est la guerre deviennent la norme, et l’enfer finit par régner sur la Terre, surtout compte tenu de la puissance des nouvelles armes électromagnétiques qui permettent de torturer sans tuer la cible.

 

 Pour Huntington, le problème n’est pas l’islamisme mais l’islam car, les musulmans sont « convaincus de la supériorité de leur culture »… Il faudrait donc déclarer la guerre à l’islam parce que les musulmans seraient convaincus de la supériorité de leur culture ! Le niveau d’analyse des néo-conservateurs stupéfie par sa stupidité. Dans la vraie vie, les musulmans sont très faibles, ils ne produisent rien, ils sont divisés et dirigés par des dictatures corrompues, leur niveau militaire est ridicule, et ils tombent dans tous les pièges tendus par les racistes. Ils sont en proie à des guerres civiles permanentes, et dépensent leur énergie à se bombarder entre eux.


Huntington reproche aux musulmans d’être impliqués dans de nombreux conflits internes et externes, alors même que ces conflits sont presque toujours provoqués par l’impérialisme qui vise spécifiquement les musulmans. Les méthodes utilisées sont diverses mais la principale est la création de groupes terroristes faussement islamistes chargés d’agresser les populations musulmanes ou non et de provoquer ensuite des représailles sanglantes qui visent les populations civiles. Les groupes terroristes au service de l’impérialisme déclenchent souvent des guerres civiles, en Syrie, en Libye, en Afghanistan, au Soudan, au Mali, ces mêmes impérialistes qui viennent ensuite prétendre dans leurs ouvrages que ce sont les musulmans qui créent des problèmes.


Huntington prétend que ce sont les musulmans qui seraient fanatiques, alors que dans pratiquement tous les pays musulmans il a pendant très longtemps existé des communautés juives, chrétiennes, et musulmanes dissidentes, sans qu’on ait pu constater de problèmes particuliers avant l’arrivée du colonialisme, surtout si on compare ces pays musulmans avec les pays occidentaux, spécialisés dans les persécutions ethniques et religieuses.

 

Lorsqu’il tente d’explique les troubles qui accablent le monde musulman, Huntington « oublie » de préciser que l’origine de ces troubles se trouve précisément dans l’action haineuse de certains services spéciaux occidentaux, les mêmes justement qui diffusent sa prose néo-con.

 

Parmi les causes de la violence supposée des  musulmans, Huntington propose plusieurs hypothèses : il dit par exemple que l’islam se serait dés l’origine répandue par le glaive. Il aurait pris naissance parmi des « nomades belliqueux. ». Huntington ne connaît visiblement rien au sujet. L’islam s’est d’abord développé chez les commerçants de la Mecque et les nomades n’ont été convertis qu’ensuite, après une forte résistance, dénoncée par le Coran. La partie militaire de l’action du Prophète reste marginale, comparée à son travail de persuasion et de négociation avec les groupes ennemis. Il a d’ailleurs prononcé de nombreuses amnisties suite à ses victoires militaires. Par comparaison, la Bible écrite un millénaire avant le Coran est beaucoup plus violente : les massacres de Cananéens sont légions dans ce livre, et le Lévitique et implacable pour les adultères, les homosexuels ou les zoophiles. Bien entendu, les commandements lévitiques ne sont plus appliqués de nos jours.


Parmi les causes de la violence prétendue des musulmans, Huntington évoque la question de l’ ‘inassimilabilité » des musulmans, reprenant là une caractéristique appliquée habituellement aux Juifs par les racistes occidentaux. En réalité, les musulmans vivent dans de nombreux pays en tant que minorités et  coexistent avec plusieurs minorités religieuses au sein de leurs Etats. L’endroit du monde où la diversité religieuse a été la plus combattue est l’Europe catholique, qui n’a accepté le protestantisme qu’après des années de guerres et de massacres. Les protestants américains sont souvent issus de divers groupes évangélistes minoritaires anglais et allemands, qui ont fui vers le Nouveau Monde pour échapper à la répression religieuse. On se demande donc pourquoi ils prônent aujourd’hui une intolérance totalement contraire à l’esprit américain.


Huntington dénonce aussi un pseudo militarisme musulman qui n’est en réalité qu’une réaction face à des actions agressives de divers pays du monde, et notamment Israël, les Etats-Unis ou la France, pour ne prendre que quelques exemples connus de tous.


Les musulmans ont été attaqués ouvertement en Irak, en Libye, en Afghanistan, en Somalie et discrètement dans de nombreux autres endroits, par le biais de groupes terroristes au service du néo-colonialisme. De plus, les pays musulmans les plus riches sont obligés d’acheter les armes américaines sous peine de représailles. Il s’agit dans ce cas plus d’une affaire de racket que d’un effort de guerre ou de militarisme.


Pour finir, Huntington prétend que l’instabilité du monde musulman proviendrait de l’absence d’un Etat phare que pourrait diriger ces pays : cette hypothèse peut être prise en considération mais, on constate qu’il n’y a pas non plus d’Etat dominant en Europe (mais plusieurs) ou en Amérique Latine, sans que cela ne provoque de troubles particuliers.


Pour résumer, il est évident que la plupart des reproches qu’on fait aux musulmans (terrorisme, guerres civiles, dictatures, fanatisme…) sont en réalité le produit de l’action de l’impérialisme : les groupes terroristes sont dirigées par l’Occident, le wahhabisme est appuyé par les anglo-saxons depuis longtemps, et les dictatures sont pour la plupart issues de coup d’Etat fomentés par les services secrets occidentaux.


Ce que dénonce l’Occident, par ruse, c’est un monde musulman façonné par l’Occident lui-même, monde musulman qui serait totalement différent sans l’action de l’impérialisme, les musulmans étant partisans de la démocratie et du développement économique comme tout le monde. Avec l’ouvrage d’Huntington, la duplicité haineuse de l’impérialisme s’étale sans vergogne. C’est pour cela qu’il faut que le monde refuse de se laisser manipuler par ce type de propagande. Les pays musulmans sont très faibles et ne représentent aucune menace contrairement au néofascisme colonial qui menace la démocratie dans les pays développés eux-mêmes.


Hormis la Malaisie et la Turquie aucun pays musulman n’exporte de produits d’un niveau technologique ne serait-ce que moyen. La niveau technologique des pays musulmans n’est pas comparable à celui de la Corée, par exemple. Quant au pays arabes, leur niveau technique est encore plus faible que celui des autres pays musulmans : ils ne fabriquent pas d’ordinateurs, pas de puces électroniques, pas d’automobiles (hormis dans les usines d’assemblage), pas d’armement sophistiqué, pas de panneaux solaires, pas de satellites, pas d’avions…


Prétendre qu’il existe une menace islamique ou arabo-islamique relève du délire raciste. Les néo-cons attaquent les musulmans parce qu’il sont très faibles et non parce qu’ils sont dangereux. Il s’agit pour l’impérialisme de renouer avec une politique néo-coloniale visant à nuire aux pays dominés. L’islamophobie est un racisme et un colonialisme. Il ne s’agit pas d’un choc des civilisations car, pour qu’il y ait choc, il faut que les deux adversaires soient de niveau plus ou moins comparables.

 

L’analyse d’Huntigton prétendant que l’islam pourrait être un rival pour l’Occident est totalement non pertinente. L’islam est faible, alors que l’Occident est surpuissant. Les seuls rivaux éventuels pour l’Otan pourraient être par exemple la Chine ou la Russie, bien que ces deux nations soient encore largement en deçà du niveau occidental, tant au niveau militaire que scientifique.

 

Pour résumer, il faut éviter de se baser sur les travaux de Huntington ou Lewis pour définir des politiques internationales, les néo-cons étant pour la plupart sujets à la haine raciale, haine totalement incompatible avec la défense des intérêts occidentaux bien compris. La puissance ne peut se développer que dans le calme et la compréhension de l’autre et par le développement de la science et de l’enseignement, en non par la haine pathologique de la différence et la volonté d’agression, qui provoquent toujours des catastrophes, comme l’ont démontré les aventures d’Hitler et de Napoléon.

Les racistes, mêmes diplômés, sont des malades mentaux qui nuisent à tous et à commencer à leur propre pays. Ces gens ne défendent pas les intérêts de leur nation mais assouvissent leur haine, quelques soient les conséquences qu’elle puisse avoir sur leur peuple.

 

Les néo-cons sont les ennemis du peuple : ils accroissent sans limites les budgets militaires, surveillent et écrasent les civils, massacrent les peuples du tiers monde, et mettent en place un enfer dont ils sont les seuls à profiter. La défense des droits de l’homme en Occident passe  par un combat implacable contre les islamophobes racistes.

Huntington considère que la civilisation occidentale décline parce « qu’elle n’a plus la volonté de se défendre et qu’elle s’ouvre donc aux envahisseurs barbares qui viennent d’une autre civilisation plus jeune et plus puissante ». Dans les faits, comme Rome, la civilisation occidentale meurt de corruption : des dirigeants psychopathes et corrompus écrasent les peuples occidentaux en utilisant des armes de guerre secrètes, les ondes électromagnétiques satellitaires,  pendant qu’ils spolient les classes pauvres et moyennes pour enrichir les ultrariches,  la finance et les grandes entreprises. La population occidentale est trahie par ses propres élites, nanties et fascistes, qui les persécutent sournoisement tous les jours, avec une haine fanatique : les vieux déchets moisis enrichis par la fraude fiscale, la corruption et l’escroquerie politique harcèlent massivement les citoyens, en utilisant notamment l’intelligence artificielle couplée aux satellites de surveillance. Les déchets haineux de l’oligarchie espionnent chaque famille, chaque individu, et lui nuisent le plus possible, provoquant par exemple obésités, suicides, homicides, incendies, maladies, accidents… La plupart des problèmes de l’occidental moyen proviennent de ses dirigeants.

Dans le tiers monde, les oligarques occidentaux font pire : ils téléguident dans ces pays terrorisme, guerres civiles, massacres, génocides, famines, sécheresses, dictatures, et font en sorte que la vie des peuples du Sud devienne un enfer, pire encore que celui que doivent subir les nations du Nord.

Une des stratégies des idéologues fascistes consiste à opposer les gens aux autres : autochtones contre immigrés, immigrés entre eux, hétéros contre gays, musulmans contre juifs, Noirs contre Blancs…

Huntington, théoricien néo-con, identifie l’immigration à une invasion, un peu comme s’il s’était inspiré des thèses du FN et des autres partis racistes. Si on peut considérer que la conquête des Amériques ou de l’Australie par les Blancs a été une invasion, l’immigration actuelle en Occident a été elle voulue par les élites, pour faire face à une pénurie de main d’œuvre dans un premier temps, et pour générer des boucs émissaires chargés de tous les maux de la société dans un second temps. Les fascistes sont les plus grands immigrationnistes de la scène politique,contrairement à ce qu’ils prétendent, plus encore que les humanistes et les partisans de la diversité. Les fascistes veulent apparaître comme les défenseurs de l’ancien peuple contre la présence des immigrés et de leurs descendants. Sans immigration, sans pauvreté, sans chômage, il est difficile de populariser les thèses fascistes, chacun sachant que le but final de ces fascistes est d’instaurer la dictature et de provoquer des guerres, mondiales de préférence : le fascisme annonce la guerre comme la nuée l’orage. Les fascistes sont, pour la plupart, des personnes déséquilibrées mentalement, qui ne se satisfont pas de l’état de paix et de prospérité. Quand tout va bien, ils dépriment, ils se sentent très mal. Pour eux, la vie n’a de sens que dans le carnage, l’oppression, la torture. Le mieux à faire avec ces gens serait de les faire traiter par des psychiatres mais, malheureusement, les fous ont pris le contrôle de la planète. Les plus vieux ne seraient pas ennemis d’une guerre mondiale, qui ferait que tout le monde mourrait en même temps qu’eux, et les plus jeunes pensent régler leurs problèmes sexuels dans le sang, alors que ces problèmes sont le plus souvent dus aux ondes électromagnétiques satellitaires diffusées massivement sur les population mondiales et notamment leurs élites, de manière à favoriser des comportements aberrants qui servent les intérêts des néo-cons.

Ce qui menace les peuples, ce ne sont  pas les autres peuples mais la corruption de leurs élites, dont l’activité principale consiste à concentrer toutes les richesses chez quelques pourcents de la population en ruinant les classes moyennes par le chômage et les crises financières.

Ceux qui provoquent le » pourrissement interne » sont justement les néo-cons qui le dénoncent. Ces mêmes néo-cons sont justement ceux qui combattent l’impôt sur les riches et la finance, ceux qui luttent contre la RTT et les hausses de salaires, ceux qui ruinent les Etats et rendent impossible le lancement de grands travaux d’équipement ou de développement des énergies nouvelles peu polluantes.

Huntington dénonce les comportements antisociaux, le déclin de la famille, la faiblesse de l’éthique, l’abrutissement des masses : tout cela est voulu par l’oligarchie fasciste. La surveillance du Mind Control provoque divorces et crimes de manière systématique, de manière à affaiblir la société et l’empêcher de résister aux hommes de l’Etat.

Comme le disent les Chinois, le poisson pourrit par la tête. Des élites criminelles et corrompues génèrent des peuples corrompus et criminels. Les pires instincts de l’humain sont encouragés par l’oligarchie dirigeante. La prostitution, le trafic de drogue, le terrorisme sont entièrement manipulés par les services de sécurité. La baisse de niveau dans les écoles est elle aussi planifiée de manière à ce que les futurs citoyens ne fassent pas preuve d’un esprit critique trop prononcé et qu’ils ne puissent surtout pas résister à la propagande fasciste. Quand on a jamais lu un seul livre de sa vie, Mein Kampf apparaît un peu comme un nouvel évangile…

Tous les problèmes des sociétés occidentales, aujourd’hui comme dans les années 30 proviennent de ceux qui prétendent les dénoncer, les grands bourgeois fascistes et hypocrites, passés maîtres dans l’art de manipuler les masses, grâce à des siècles de domination économique ayant engendré une certaine expertise dans ce domaine.

Une partie des thèses de Huntington semble issue directement du lepénisme : elles prétendent qu’une partie des immigrés refusent de s’assimiler à la société d’accueil et persistent à « véhiculer les valeurs de leur société d’origine ». Dans une démocratie, chacun a le droit de pratiquer sa religion sans se cacher, comme cela est prévu par les différentes chartes des droits de l’homme en vigueur actuellement dans le monde. Refuser la liberté religieuse, c’est du totalitarisme, totalitarisme qui pourrait aussi viser des chrétiens différents, protestants en France, catholiques aux Etats-Unis, ou non anglicans au Royaume-Uni.  Dans un pays civilisé, chacun a le droit d’être lui-même tant qu’il respecte les lois du pays et, ce ne sont pas quelques fascistes fous qui ont vocation à diriger ces pays, sachant que tout épisode fasciste ou d’extrême droite fait subir de grandes souffrances à ceux qui ont le malheur de subir le joug de ces déséquilibrés.

Dans une démocratie moderne, chaque région a le droit de développer sa différence, dans la mesure où elle ne cherche pas à quitter le giron national, et chaque communauté religieuse, catholique, protestante, juive, musulmane, bouddhiste.. a le droit de se développer, tant qu’elle ne cherche pas à nuire à l’unité nationale.Les différences renforcent et enrichissent les nations et ne les affaiblissent pas, contrairement à ce que prétendent les fascistes. Ce sont bien Les Etats-Unis et l’Union Soviétique cosmopolites qui ont gagné la seconde guerre mondiale et non l’Allemagne et l’Italie, ethniquement plus ou moins homogènes. L’Espagne purifiée de ses éléments juifs et musulmans a longtemps été l’un des pays les plus attardés d’Europe, de même que le Portugal. L’homogénéité n’est pas toujours une force et peut s’avérer être parfois une faiblesse. D’ailleurs très peu de pays sont totalement homogènes : la France a longtemps été divisée en entités régionales non francophones. La généralisation du français date du 19ème siècle. Et cela n’a pas empêché ce pays de devenir une des grandes puissances mondiales. L’Allemagne est divisée entre protestants et catholiques, l’Italie est homogène mais une opposition entre Nord et Sud est très prégnante. La Suisse est divisée entre quatre nations, ce qui ne l’empêche pas d’être un des Etat les plus riches et puissants du monde.

La théorie de l’homogénéité est une fable totalitaire ayant pour but de planifier génocides et déportations massives, qui sont le plus souvent couplées avec des guerres mondiales et des défaites militaires. La puissance provient de l’unité dans la diversité, et non de l’oppression dans l’homogénéité.

Les néo-cons déplorent la division ethnique de l’Amérique : mais ce sont eux qui ont divisé ce pays par leur racisme extrême. Depuis des siècles ils mettent en place séparation des races et oppression ethnique. Les Afro-Américains, anglophones, protestants, sont plus rejetés que les juifs d’Europe de l’Est, non chrétiens ou les Hispaniques, catholiques, religion qui a pourtant provoqué la fuite de nombreux protestants hors d’Europe.

Il ne peut y avoir d’unité sans respects de toutes les composantes d’une nation. Quand on veut l’unité, on combat le racisme, au lieu de prôner  une homogénéité qui représente dans les faits un appauvrissement. Les pays dirigés par l’obscurantisme fasciste sombrent le plus souvent dans la dictature et la guerre. L’oppression écrase les classes cultivées et finit par faire chuter le pays qui doit la subir.

Dès aujourd’hui, les fascistes persécutent et assassinent ceux qui les contredisent. Ces défenseurs autoproclamés de la race blanche ne défendent en réalité qu’eux-mêmes. Ils constituent un ramassis de déchets de la société qui hait autant les Noirs que les intellectuels et les classes moyennes, et pour qui le racisme est une sorte de vache à lait : il leur permet de se remplir les poches et prendre des postes pour lesquels ils ne sont pas qualifiés, au détriment du reste de la population. Les fascistes sont une gangrène pour les peuples qu’ils infectent. Une nuisance pour tous.

Pour Huntington, la civilisation occidentale est basée sur la liberté, la démocratie, l’individualisme, l’égalité devant la loi, la propriété privée. Dans les faits, les fascistes et néo-cons foulent aux pieds ces principes. Avec leurs agences de sécurité, ils assassinent par satellite, espionnent, escroquent. Comme Hitler et Staline, ils font le contraire de ce qu’ils prétendent. Les fascistes qui se drapent des ces principes sont justement ceux qui les haïssent le plus : l’extrême droite hait la liberté, et ne respecte pas la propriété privée. Dès quelle arrive au  pouvoir, elle spolie les gens  par tous les moyens possibles. Aujourd’hui, ces néo-cons fascistes ont une arme secrète le Mind Control, arme dont ils usent et abusent pour faire taire toute critique. Le simple fait de dénoncer le système fasciste en place est passible des pires exactions, administrées de manière secrète. Le fascisme est en marche : il ne défend ni la race blanche, ni la chrétienté, et encore moins les libertés : il ne travaille que pour lui-même et a pour but la soumission totale de 99% de la population aux 1% de néo-fascistes, qui seront la nouvelle élite, déjà riche actuellement ou qui compte bien s’enrichir en spoliant la population en cas de prise de pouvoir.

Si la civilisation occidentale c’est la démocratie et l’égalité devant la loi, alors les néo-cons ne sont pas des occidentaux.

Les néo-cons et les fascistes feignent de défendre des valeurs auxquelles ils ne croient pas eux-même : ils sont ennemis de la démocratie, ennemis de la liberté individuelle, ennemis des classes moyennes : leur vraies valeurs sont la dictature, la guerre, le racisme. Ils rêvent de tyrannie absolue, de massacres généralisés, d’oppression des non blancs et non protestants (ou non-catholiques). Ces néo-cons sont des fourbes : ils ne disent jamais vraiment ce qu’ils veulent faire, sous peine de se faire arrêter pour sédition fasciste. Ils utilisent tous les moyens militaires contre les peuples. Ils représentent une calamité pour tous, y compris pour les blancs fortunés de droite. Si on laisse faire ces néo-cons, ils provoqueront la fin du monde.

Ce sont ces néo-cons qui tuent l’Occident en refusant de faire  payer les riches : aucune société ne peut se développer sans un minimum de redistribution. L’Occident a commencé à chuter dans les années 80, quand les impôts des riches ont baissé à un point où les Etats ont été obligés de s’endetter pour survivre. Si les milliardaires continuent de ne rien payer, si les grandes sociétés ne contribuent pas non plus, alors le déclin se poursuivra et finira par ramener l’Occident au Moyen-Age, un Moyen-Age futuriste où les technologies de répression les plus sophistiquées seront aux mains de nouveaux barbares fascistes à la cruauté sans limites.

Contrairement à ce que prétendent les néo-cons, les diverses civilisations sont très proches, séparées principalement  par leur niveau de développement. Les sociétés islamique, hindoue, chinoise ou orthodoxe deviennent très proches de celles de l’Occident, quand elles s’approchent de son niveau de prospérité. Les intégrismes religieux ou nationalistes existent partout, quand un certain nombres de conditions objectives sont réunies.

Personne ne doit oublier que les néo-cons ne sont que des fascistes masqués, que ces gens sont des sauvages à combattre par tous les moyens, qu’ils sont stupides mais rusés et surarmés et qu’ils dirigent la répression fasciste du Mind Control.

Huntington est le type même de l’intellectuel fasciste rusé : d’une part il fait l’éloge de l’Occident qui diffèrerait des autres civilisations par son goût du « pluralisme », et d’autre part il prône l’élimination des minorités ethniques et religieuses comme auparavant il exigeait l’éradication du communisme mondial. On se demande à quel type de pluralisme fait allusion Huntington : à un débat entre diverses catégories de nazisme ? Les néo-cons se prévalent de l’idée de démocratie pour mieux détruire ce système d l’intérieur. Depuis le 11 septembre, on a tous compris ce que valait l’idéologie néo-conservatrice : il s’agit pour cette mouvance de supprimer progressivement toutes le libertés aux Etats-Unis et dans le reste du  monde, et de mettre en place une dictature mondiale dont l’Amérique serait la reine. Ces néo-cons encouragent le racisme et l’oppression, ils divisent et écrasent les peuples. Ce sont de faux-amis, des hypocrites opposés aux vraies valeurs occidentales qu’ils prétendent défendre.

Huntington défend la notion d’ennemi commun qui permettrait d’unifier les civilisations. Cet ennemi commun peut-être communiste, islamiste, juif, noir, hispanique ou autre. Il pourrait même être catholique, asiatique, russe.. Si une civilisation n’arrive à s’unir que dans la haine, c’est qu’elle a vraiment un problème... La seule opposition rationnelle et constructive dans une société, c’est la lutte entre défenseurs des libertés et oppresseurs, de même que la lutte entre classes moyennes et ultrariches, ces enrichis sans cause plombant totalement la société capitaliste et mettant la démocratie en danger, à partir du moment où ils refusent de contribuer à la redistribution.

Les vraies valeurs occidentales, démocratie, unité dans la diversité, libertés religieuses et individuelles sont communes à tous les peuples du monde. Les néo-cons défendent eux des valeurs qui pourraient être adoubées par des monarques du 16ème siècle ou des dictateurs du tiers monde. Ce ne sont pas les vraies valeurs occidentales mais plutôt les valeurs de l’extrême droite et du fascisme. Ces néo-cons sont des serpents rusés à combattre en dévoilant leurs véritables méthodes et objectifs. S’ils gagnent, l’avenir sera un enfer totalitaire qui dépassera en cruauté tout ce qu’on a connu jusqu’alors.

 

 

2 mars 2013

Anti-impérialisme et internationalisme

Classé dans : Impérialisme — mindcontrolfrance @ 9 h 41 min

 

La gauche mondiale est actuellement anémique et ce notamment en raison de sa faible implication dans le lutte contre l’impérialisme et le colonialisme. Si, dans les années 50 et 60, la gauche mondiale s’était mobilisée contre les guerres d’Indochine, d’Algérie, du Viet Nam et autres, le progressisme actuel est, sur le sujet impérialiste, d’une apathie étonnante. Face à la première guerre d’Irak en 1991, les réactions ont été d’une faiblesse stupéfiante. En France, aucune manifestation importante n’a été alors organisée pour protester. D’ailleurs, le gouvernement de l’époque avait prévenu: tout mouvement anti-guerre sera réprimé par la police et les services secrets, un peu comme si nous vivions alors en dictature.

Lors de l’invasion de l’Afghanistan idem : pas la moindre protestation. La plupart des partis, en France et dans les autres pays, approuvaient l’intervention. Quant à ceux qui n’approuvaient pas, ils sont restés étonnamment discrets. Pas la moindre campagne de protestation, pas le plus petit défilé, pas de pétition, pas de discours indignés. Il faut dire que les Talibans, mis en place par les Etats-Unis, n’avaient pas bonne presse. Même l’Iran les traitaient d’obscurantistes. Ils en étaient de plus pris aux statures bouddhistes, comme s’ils avaient voulu s’isoler et faciliter une intervention étrangère. Quand ensuite on les a accusés d’être responsables des attentats du 11 septembre, ce qui est tout de même un comble pour un des Etats les plus arriérés du monde, tout le monde a avalé le mensonge, sans même faire preuve du moindre sens critique. Finalement, les Occidentaux ont recolonisé le pays, l’ont ravagé pendant plus d’une décennie, et ont rétabli la culture du pavot qui avait disparu sous la férule des Talibans. A croire que ce sont les services secrets occidentaux, les véritables dirigeants du trafic de drogue international.

Lors de la deuxième guerre d’Irak par contre, une protestation internationale a eu lieu, protestation initiée en France par la droite chiraquienne et non par la gauche. Si Chirac avait été partisan de l’intervention américaine, il fort probable que la gauche aurait une nouvelle fois succombé à ses tendances atlantistes ataviques.

Lors de la dernière intervention au Mali, l’extrême gauche a fait preuve d’une faiblesse idéologique stupéfiante. Alors que les communistes et le FDG commettent la grossière erreur d’approuver cette opération coloniale, le NPA trouve lui aussi qu’il faut combattre les « extrémistes religieux ». Seule LO dénonce l’opération coloniale, sans pour autant organiser de protestation.

Les gauchistes ont perdu à cette occasion, la possibilité de recruter des militants et des électeurs, les Français étant majoritairement opposés à ce genre d’expédition coloniale, qui ne profite qu’aux fascistes et aux patrons. Ils savent que les états de guerre sont toujours l’occasion de supprimer des libertés et, les braves patriotes qui veulent casser du Malien sont les mêmes qui bloquent systématiquement les salaires et font payer les classes pauvres.

Sans lutte anti-impérialiste, anticolonialiste, pacifiste et internationaliste, la gauche n’est rien ou presque. C’est dans les luttes internationales contre les guerres coloniales que le gauchisme se développe et prospère ; la gauche française des années 60 s’est formée dans la lutte contre la guerre d’Algérie et contre l’intervention américaine au Viet Nam. Ces mouvements anti-guerre ont donné au gauchisme une puissance exceptionnelle qui a permis l’explosion de Mai 68 et les 30% de hausse de salaire minimum qui ont suivi. Dans ces luttes, des liens internationaux ont pu être noués, ce qui a permis au gauchisme international de se développer dans tous les pays occidentaux.

De nos jours, les partis communistes et gauchistes se contentent de suivre le gouvernement en place dans la question des affaires extérieures, se ridiculisant et s’affaiblissant, jusqu’au point où ils n’arrivent même plus à faire respecter les droits de l’homme en France, pays qui les a inventés.

Les Afghans et les Maliens sont « menacés » par des « extrémistes religieux », comme les Vietnamiens étaient « menacés » par les communistes. Au 19ème siècle les expéditions coloniales venaient « libérer » les « indigènes » de leurs potentats locaux. La propagande impérialiste et coloniale se répète à l’infini. Dans les faits, le problème est toujours le même : les impérialistes pratiquent une nouvelle forme de colonialisme dans le but de s’approprier les ressources naturelles de ces pays, de les empêcher de se développer, et d’installer des installations militaires stratégiques dans le but de contrôler l’accès au matières premières des pays concurrents. Ces expéditions permettent aussi de limiter la liberté d’expression dans les pays développés,  toute critique étant assimilée à de la haute trahison. Dans le même temps, ces braves patriotes coloniaux réservent les hausses de salaires aux fascistes des divers services de sécurité, qui seront les seuls à pouvoir vivre décemment dans la société qu’ils nous préparent.

Des militants gauchistes expérimentés ne peuvent pas se laisser abuser par la propagande coloniale qui dépeint toujours les victimes comme des obscurantistes ou des totalitaires. Combattre le colonialisme et l’impérialisme, c’est le seul moyen pour la gauche de revenir sur la scène politique française et internationale.

La lutte contre l’impérialisme permet de créer des liens avec divers organisations et pays du monde. Cela donne la possibilité d’obtenir l’appui de certains services secrets du monde, et de ne plus dépendre exclusivement des fascistes nationaux pour l’accès à l’information. Ca autorise aussi l’obtention de financements et d’aides diverses qui donnent la possibilité de créer en France un mouvement de défense des salariés qui soit conséquent. Sans lutte contre l’impérialisme pas d’appui extérieur et sans appui extérieur pas de mouvement social; sans mouvement social pas de progrès social mais au contraire la régression fasciste et totalitaire à laquelle nous assistons.

28 février 2013

Pour faire cesser les massacres coloniaux, il faut lever la loi du silence sur le Mind Control

Classé dans : Impérialisme — mindcontrolfrance @ 9 h 21 min

 

En Syrie, les racistes coloniaux, ont provoqué une guerre civile qui a fait plus de 70.000 morts. Partout racistes coloniaux et impérialistes manipulent des rébellions qui leur donnent des prétextes pour intervenir et recoloniser les pays en question. En Tunisie, en Egypte, ils essayent de créer des troubles, pour déclencher des guerres civiles du type de celle qui existe en Syrie. Au Mali, ils interviennent pour mater une rébellion qu’ils avaient organisée eux-mêmes. Au Rwanda, ils ont excité les divisions ethniques jusqu’au moment où ils ont assassiné le président de l’époque de manière à  servir de catalyseur à la perpétration du génocide.

Partout ils essayent de diviser pour régner, comme à la belle époque des empires coloniaux. Les criminels coloniaux disposent aujourd’hui d’une arme imparable, le Mind Control. Avec cette arme, ils peuvent manipuler dirigeants du tiers monde et rebelles, de manière à provoquer des bains de sang à répétition.

Pour les pays musulmans et du tiers monde, la seule manière d’éviter massacres, guerres civiles, expéditions coloniales et génocides, c’est de lever la loi du silence sur le Mind Control, en utilisant pour cela tous les moyens médiatiques dont ils disposent. Faute de quoi, ils devront subir éternellement troubles ethniques, massacres et guerres civiles téléguidées de l’extérieur.

 

 

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965