1 novembre 2016

Le Mind Control ou la fin des droits de l’homme

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 9 h 58 min

 

Le Mind Control est l’instrument de destruction totale de toutes les libertés humaines telles qu’elles sont définies dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen du 10 décembre 1948. Tous les droits que cette déclaration accordait aux humains ont été supprimés, et ce, au cœur de l’Occident et non pas dans des dictatures de l’Est ou du tiers monde, comme cela est l’habitude. Discrètement, les hommes de l’Etat sont en train de changer la nature du système politique en Occident. Il s’agit ni plus ni moins que d’un coup d’Etat secret qui ne rencontre aucune résistance, toutes les élites économiques, politiques, médiatiques et intellectuelles étant, peu ou prou impliquées dans la répression et complices du putsch. On a affaire à un complot de dimension mondiale et d’une envergure insoupçonnée. Il s’agit de la plus terrible conspiration contre la liberté jamais perpétrée contre le genre humain.

Face à cet ignoble complot contre les droits les plus élémentaires de l’être humain, seuls, quelques combattants de la liberté solitaires, tentent de résister, soumis à la répression la plus féroce en provenance des hommes de l’Etat et de l’oligarchie internationale, sans le moindre appui, sans le moindre réconfort. Il est évident que sans une prise de conscience internationale de la question du Mind Control, le monde subira pour longtemps la dictature la plus terrible qu’il ait jamais connue.

Le Mind Control c’est ce système de répression électromagnétique satellitaire, qui contrôle les gens à distance, en lisant dans leurs pensées, en manipulant leur comportement, en maitrisant leur corps et leur âme, en pratiquant contre les ciblés les tortures psychologiques et physiques les plus atroces. Le Mind Control est un tyran d’autant plus omnipotent qu’il est occulte. Qui peut protester contre un système que très peu connaissent ?  Ceux qui devraient parler se taisent parce qu’ils ont peur ou qu’ils sont compromis.Hormis quelques francs-tireurs isolés, l’omerta règne.

Il est temps d’analyser comment ce système terrifiant a déjà supprimé la quasi totalité des droits acquis au moins depuis 1789 et comment il compte transformer le monde en un enfer peuplé d’esclaves.

Le Mind Control représente la négation de toute la charte des droits de l’homme. Tout ce qui est garanti par la déclaration universelle des droits de l’homme est nié par le Mind Control. Le Mind Control c’est le fascisme intégral, le système qui utilise la technologie la plus avancée pour nous faire reculer aux époques les plus barbares. Le Mind Control a droit de vie et de mort sur les citoyens. Le Mind Control place les citoyens des pays démocratiques sous la tutelle absolue de l’oligarchie dirigeante, qui peut les espionner, les persécuter, les torturer, les tuer en toute impunité. La dictature du Mind Control est pire que celle qui écrasait l’ex Union Soviétique. Le Mind Control est plus puissant que le système imaginé par Orwell dans « 1984″. Le Mind Control est plus secret que les prétendues conspirations évoquées par des faux complotistes qui se gardent bien de dénoncer le Mind Control pour lequel ils travaillent le plus souvent. Les faux complotistes fascistes sont souvent des comploteurs. Les faux complotistes ne dénoncent pas le Mind Control parce qu’ils font partie du Mind Control. Les faux complotistes dénoncent de faux complots pour mieux masquer les vrais.

Le Mind Control dirige toute la planète, même s’il est divisé en plusieurs groupes plus ou moins rivaux. Tous les participants à la répression secrète du Mind Control s’entendent pour préserver la loi du silence, de manière à rester forts pour harceler, exploiter et écraser les citoyens. Partout, les peuples sont écrasés par le Mind Control. Partout, les bourgeoisies ignares et haineuses persécutent les peuples. Partout les « patriotes » empêchent le progrès social, la liberté d’expression et l’état de droit. Le Mind Control est le meilleur outil de la réaction mondiale, qui a décidé de détruire la démocratie, profitant de l’apathie des forces démocratiques et de gauche, trop heureuses de participer à la curée générale et de se partager le butin de la répression.

Les vrais responsables de la dictature satellitaire du Mind Control, ce sont les collabos du Mind Control, ces gens qui prétendent défendre les libertés alors que, tapis dans l’ombre, ils collaborent avec le cyber-fascisme le plus monstrueux.

Les citoyens des démocraties occidentales ont perdu tous leurs droits, sans même le savoir. Ils sont espionnés massivement, gênés et harcelés secrètement, écrasés politiquement, sans pouvoir résister, parce qu’ils ne savent pas qu’ils sont attaqués. Le secret est une arme d’une puissance sans limites. Comment combattre un ennemi secret, qui prétend ne pas exister. Comme l’a dit Baudelaire, la meilleure ruse du Diable, consiste à faire croire qu’il n’existe pas.

Dans le préambule de la Déclaration universelle, le législateur considère que les hommes sont égaux en droits. Dans la réalité du Mind Control, plus personne n’a aucun droit. Tout citoyen peut être persécuté à vie par des harceleurs eux-mêmes attaqués pas d’autres agresseurs plus puissants qu’eux. Une chaîne infernale du harcèlement satellitaire s’est mise en place, chacun harcelant les plus faibles que lui, utilisant pour cela certains sites secret du Dark Net, où il peut se connecter chez les victimes et les espionner et agresser secrètement, dans la limite de ce qui est autorisé par les hommes de l’Etat. Par exemple, les harceleurs peuvent provoquer des énervements, des grossissement, des impuissances ou frigidités, des disputes, des divorces, des licenciements, des étouffements, des crises cardiaques, des cancers,  des décès. Le Mind Control a tous les pouvoirs. Il est tout puissant. Il est aux mains des services secrets, des Etats fascistes, des banques, des partis politiques, des ploutocrates. Le Mind Control est majoritairement dirigé par des fascistes, ces ennemis de la liberté, racistes, haineux et envieux des libertés des citoyens.  C’est à cause du Mind Control que les partis d’extrême droite prennent progressivement le pouvoir partout. C’est à cause du Mind Control que les inégalités sociales s’accroissent. C’est à cause du Mind Control que la qualité de vie des citoyens occidentaux se dégrade.

Le Mind Control permet de réprimer discrètement les mouvements sociaux, les contestations politiques, la dissidence intellectuelle. Les dirigeants syndicaux sont manipulés et neutralisés, de manière à ce qu’ils n’obtiennent jamais la moindre avancée sociale. Pour manipuler ces syndicalistes, ils suffit de les compromettre dans des affaires de mœurs, de menacer leurs enfants d’attaques satellitaires, de les agresser physiquement, en provoquant par exemple des troubles cardiaques, de les faire grossir en limitant l’urination et la défécation, des les ventriloquer lorsqu’ils passent dans les médias, de manière à atténuer leur discours, de les étouffer dans les manifestations, de provoquer artificiellement des dissensions au sein d’une même organisation.

Les satellites du Mind Control peuvent contrôler les humeurs et les propos. Ils peuvent donc diviser sans limite. Il suffit par exemple d’énerver deux dirigeants d’une organisation, dès qu’ils sont en présence l’un de l’autre, ce qui a pour résultat de créer une mésentente, et donc de développer des luttes intestines interminables, qui finissent par épuiser la combativité des directions syndicales et gauchistes. Le Mind Control est une arme fatale contre la gauche. C’est cette arme fatale qui permet la montée de l’extrême droite et qui détruit toutes les avancées sociales. Tant que les syndicats et partis de gauche n’auront pas dénoncé le Mind Control, il ne parviendront à aucun résultat concret, et continueront de subir des défaites systématiques. On ne peut pas combattre un ennemi qui utilise une arme secrète sans dénoncer celle-ci. Si le Mind Control autorise parfois la gauche à collaborer avec lui, c’est pour mieux la discréditer et la détruire. La seule stratégie viable pour la gauche, les syndicats et les organisations de défense des droits de l’homme, consiste à dénoncer le Mind Control qui truque les élections et étouffe les luttes sociales. Si on ne dénonce pas le Mind Control, les syndicalistes finiront par être condamnés à des années de prison au moindre incident, comme c’était le cas au 19ème siècle. Il ne faut pas collaborer avec le Mind Control mais au contraire le dénoncer.

Le Mind Control est donc la négation totale de la déclaration universelle des droits de l’homme :

Article 1

Selon l’article 1 de cette déclaration, les hommes naissent libres et égaux en droit : avec le Mind Control, l’être humain devient esclave total, dès qu’il a été sélectionné par la répression. Certains deviennent esclaves le jour même de leur naissance, si leurs parents sont déjà surveillés. D’autres se font repérer dès l’école primaire, les  fascistes désignant certains enfants pour l’esclavage à perpétuité, en raison de leur origines, ou de leur comportement pas assez soumis. Les écoles de France et du monde sont sous la surveillance des fascistes, qui gênent les professeurs progressistes, et agressent les élèves issus des minorités. Parfois, les enfants sont repérés en raison des agissements de leurs parents, de leurs frères et sœurs, des membres de leur famille. Par exemple la famille d’un délinquant peut être visée par le Mind Control. D’autres fois, ce sont les enfants ou parents des internautes les plus virulents qui sont mis sous surveillance à perpétuité. La « Justice » du Mind Control est beaucoup plus implacable que les Justices des pays les plus totalitaires. Le Mind Control a rétabli la torture et la peine de mort. Le Mind Control prononce des peines à perpétuité. Personne de sort jamais des griffes de la Machine. La force du Mind Control c’est le secret. Personne ne résiste au Mind Control parce que personne ou presque ne sait que le Mind Control existe.  L’article 1 de la déclaration des droits de l’homme n’est pas respectée, bien au contraire. Une fraction de plus en plus importante de la population est soumise à la tyrannie des satellites, qui limitent sa liberté. Les humains n’ont jamais été aussi asservis que depuis la mise en place de la répression satellitaire qui peut suivre 24h/24, qui peut filmer à travers les murs, qui peut lire dans les pensées et souvenirs, qui peut torturer et tuer. La tyrannie du Mind Control est absolue. Elle va conduire le monde à la catastrophe. Et personne pour l’instant ne semble décidé de la faire cesser.

 

Article 2

Selon cet article, chacun peut jouir des droits définis par la Déclaration universelle, quelque soit sa race, religion ou ethnie. Dans les faits, on peut constater que les musulmans sont de plus en plus soumis à un statut spécial dans certains pays occidentaux, et notamment la France. Des lois spéciales anti-musulmans sont édictées par les autorités de ces pays, interdisant par exemple le port du foulard dans les écoles, alors même que l’école doit être neutre et donc n’appliquer aucune discrimination en fonction de la confession. Ceci pourrait paraître relativement bénin, si cela ne cachait une répression satellitaire beaucoup plus dure, à base de manipulations comportementale conduisant à la prison, d’engraissement électromagnétique menant à l’obésité, de maladies provoquées par les satellites, conduisant parfois à la mort. Des milliers de musulmans sont assassinés en Occident par les satellites de surveillance, et ce, dans l’indifférence la plus totale des associations de droits de l’homme.

 

Article 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et la sûreté de sa personne.

Selon l’article 3, toute personne à droit à la vie, la liberté et la sûreté.  Avec le Mind Control, tout le monde peut être assassiné impunément, totalement asservi, et agressé nuit et jour par les ondes électromagnétiques. Il n’y a pas un endroit où les ciblés par les nazis du Mind Control peuvent être en sécurité : ni dans leurs domiciles, ni à l’hôpital, ni à l’église, la synagogue ou la mosquée, ni dans les administrations, ni dans le moindre recoin de la planète. Les satellites voient tout partout. Ils filment et agressent à travers les murs. Il n’y a pas d’endroits pour s’en protéger, sauf peut-être certains sanctuaires militaires non disponibles pour le commun des mortels. Le Mind Control agresse tous les jours et toutes les nuits. Il ne connaît pas de jours fériés. Ils se déchaîne souvent lors des célébrations tels Noël ou le jour de l’an. Le Mind Control n’a pas de frontières et pas de limites. Il dirige la vie sociale et politique des nations. Il tue sans relâche, sans que personne ne proteste, les crimes étant maquillés en événements de la vie (meurtres manipulés, suicides et maladies provoquée, accidents de voiture et incendies téléguidés…). Le Mind  Control est pire que les pires tyrannies de l’histoire, dans la mesure où il dispose de moyens inédits. Personne ne peut jamais échapper au Mind Control, alors qu’un taulard peut espérer un jour s’évader ou être gracié. Dans le Mind Control il n’y a pas d’évasion, pas de grâce, pas  de libération. Les cybers détenus sont condamnés à perpétuité. Des millions de personnes font partie des surveillés sans même le savoir. Mind Control décide de ce qu’ils ont le droit de faire ou pas. Mind Control décide s’ils ont le droit de vivre ou non. Personne ne semble en mesure de maîtriser le Mind Control qui continue son œuvre infernale quelque soit le résultat des élections dans le monde occidental.

Il semble que le Mind Control soit à la fois un instrument de répression utilisé par les hommes politiques et contre les hommes politiques. Le Mind Control dirige la politique internationale vers le fascisme et la guerre. La direction suprême du Mind Control semble être composée de fascistes enragés, ennemis de toute forme de liberté humaine. Le Mind Control est jaloux du bonheur des gens. Quand il repère une famille unie, il la détruit. On peut d’ailleurs remarquer que les familles décomposées tendent partout à devenir majoritaires. Parfois, on se demande si le Mind Control, ce ne serait pas le Diable en personne, tellement cet instrument satanique semble malfaisant et omnipotent.

Le seul moyen de se libérer de cette répression satellitaire de dimension mondiale serait de la dénoncer. Malheureusement, personne ne semble vouloir pour l’instant s’atteler à cette tâche.

 

Article 4 :  Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite de esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Selon cet article, nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude. Dans la réalité des faits, le Mind Control maintient des centaines de milliers de personnes en esclavage en France, et des millions à travers le monde. Le Mind Control filme les gens à travers les murs, il lit dans les pensées, il écoute les conversations, il contrôle les mouvements et les émotions, il dirige l’être humain par manipulation électromagnétique. Des ondes électromagnétiques diffusées par satellite, dirigent humains, animaux, et objets par satellite. Le Mind Control permet de mettre une voiture en panne, de provoquer des fuites d’eau, de tuer des animaux ou des humains, d’allumer des incendies à distance, de provoquer des maladies, des phobies, des malaises, des accès de violence, des impuissances, des frigidités, de faire grossir ou maigrir. Le Mind Control dirige objets, animaux et humains de manière presque totale. La puissance de cette arme satellitaire est encore renforcée par le secret, qui fait que la grande masse de la population ignore l’oppression qu’elle subit depuis une trentaine d’années. Le Mind Control appuie partout l’extrême droite et le fascisme. Le Mind Control favorise les catégories les plus attardées de la population. Le Mind Control encourage les perversions sexuelles, les divorces, la pédophilie. Le Mind Control est la cause de la plupart des problèmes qui accablent le monde contemporain.

Le Mind Control réduit ceux qu’il vise en un esclavage total : le ciblé ne peut plus ni dormir, ni  voyager, ni travailler tranquillement. Il est en permanence soumis à des interférences électromagnétiques qui le perturbent. Il est réduit à une sorte d’esclavage absolu. Il ne peut pas porter plainte car les juges refusent de traiter les cas d’agression satellitaire, bien qu’ils soient parfaitement informés de la situation. Persécutés, isolés, torturés, tués par les ondes infernales, les ciblés sont devenu les esclaves du fascisme, sans rencontrer la moindre compassion de la part des monstres qui dirigent notre planète et qui sont eux aussi parfois soumis à la terreur satellitaire, les groupes fascistes qui dirigent la répression étant souvent plus puissants que les chefs d’Etat.

Les Etats qui prétendent défendre les droits de l’homme sont en réalité les plus enragés dans les persécutions psychotroniques. Le fait que leurs crimes soient cachés rend les oppresseurs fous de haine. Ils pensent que personne ne les dénoncera jamais. L’impunité les rend déments.

Certains riches cinglés, milliardaires, anciens des services secrets, anciens responsables politiques, persécutent les otages du Mind Control jour et nuit, pendant des décennies, ivres de leur impunité, fous de perversité et de cruauté.

Le jour où le secret sur le Mind Control sera levé, les masques tomberont, et, on pourra constater que les parangons de vertus n’étaient en réalité que des monstres hypocrites, des lâches qui, tapis dans l’ombre semaient le Mal sur la planète.

Si les défenseurs des droits de l’homme, continuent leur numéro d’hypocrites au lieu de libérer les esclaves du Mind Control, c’est toute la société qui tombera dans les griffes des cyber-nazis, qui lui feront connaître un sort pire que celui que subissaient les sujets des tyrannies du monde antique. Le Mind Control est l’ennemi totalitaire qu’il faut dénoncer. Ceux qui ne veulent pas comprendre cela finiront par le regretter.

 

Article 5 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Le Mind Control pratique la torture de manière systématique : étouffement, torture des yeux, torture cardiaque, cassage de dents, crampes… toutes les tortures imaginables sont rendues possible par les rayons électromagnétiques. Ces tortures miment souvent les douleurs ressenties en cas de maladie ; par exemple, les simulations de crises cardiaques sont très fréquentes chez les prisonniers du Mind Control. Le ciblé ressent la douleur d’un début de crise cardiaque pendant des heures ou même des jours entiers. Chaque organe du corps peut être torturé par les ondes satellitaires. Ces ondes peuvent tuer ou ne pas tuer. Si elles ne tuent pas, les supplices peuvent durer pendant des années sans interruption. Les « démocraties » occidentales sont de véritables dictatures. La répression est totalement secrète en raison de la lâcheté et de la corruption des médias, politiciens et organisations des droits de l’homme. La torture est la base de notre système de pouvoir et les hommes d’Etat le savent mieux que quiconque. Toute la société vit dans la terreur du Mind Control, cette organisation secrète au service du fascisme et de l’argent. Il faut toujours rappeler que si la loi du silence sur le sujet est maintenue, c’est toute la planète qui basculera dans un système de terreur satellitaire d’une cruauté inimaginable pour les non informés.

Le Mind Control pratique aussi la torture psychologique : il peut, par électromagnétisme, susciter des dépressions, des idées fixes, des phobies. Il peut forcer les gens à divorcer et  les maintenir ensuite dans l’isolement le plus total. Il peut manipuler les entreprises pour faire licencier les ciblés, les privant ainsi de toute ressource. Il peut agresser les amis et membres de la famille du ciblé, provoquant ainsi des souffrances psychologiques intenses chez la victime.

Les tortionnaires du Mind Control adorent torturer les gens dans les transports : en voiture, dans les bus, dans les métros, dans les avions, les ascenseurs. Généralement, ils s’arrangent pour bloquer le train pendant quelques heures, tout en étouffant les ciblés qui ont été pris au piège. La foule rend les agressions cardiaques et pulmonaires beaucoup plus dures à supporter. L’ingéniosité des psychopathes du Mind Control n’a pas de limite. La folie des ces tortionnaires est exacerbée par le secret dont ils bénéficient. Personne, en dehors d’eux-mêmes et des victimes ne connaît la réalité de la répression inhumaine qui vise nos sociétés prétendument démocratiques. Le Mind Control, c’est une dictature de type hitléro-stalinien à la puissance 10. La quasi totalité de la population est sous surveillance sans même le savoir. Des millions de personnes subissent la torture satellitaire, par exemple sous forme de maladies provoquées. Le Mind Control peut déclencher cancers et infarctus par simple exposition à des rayons satellitaires. Ce sont des millions de personnes qui sont victimes de ces fous du Mind Control, qui rêvent de mettre en place un totalitarisme intégral, qui se traduira par une vie d’enfer pour les 7 milliards d’humains qui peuplent la planète. Le Mind Control, c’est la puissance répressive secrète qui nous veut du mal. La véritable cause de la puissance du Mind Control, c’est la passivité de ceux qui, habituellement, défendent les droits de l’homme. Partout le Mind Control favorise le fascisme ou le pré-fascisme. Partout, le Mind Control renforce l’extrême droite. Ceux qui refusent de dénoncer ce système monstrueux seront considérés comme responsables de l’oppression implacable qui va accabler les générations futures. Comme l’ont déjà remarqué Einstein ou Martin Luther King, la véritable cause du Mal n’est pas ceux qui le font mais ceux qui laissent faire les criminels sans rien dire.

Les rayons satellitaires permettent de torturer les yeux, le cœur, les oreilles internes, les dents, les poumons… Tous les types de torture sont possible, sans tuer la cible, ce qui permet de faire durer le supplice pendant des années. L’étouffement prolongé, la torture cardiaque systématique, les douleurs céphaliques, abdominales et autres, toutes ces méthodes sont employées par les nazis du Mind Control, parfois des médecins à la retraite (ou non), ou de simples salopards formés et payés par une des organisations appartenant au Mind Control (sociétés de sécurité, administrations…).

Les rayons satellitaires permettent aussi de provoquer des accidents de voiture, en prenant le contrôle du conducteur ou de la voiture. Les rayons satellitaires peuvent bloquer les freins, la direction ou énerver ou endormir le chauffeur.

Les rayons satellitaires peuvent aussi mettre les véhicules en panne, en détruisant telle ou telle pièce du moteur. Dans les habitations, les rayons électromagnétiques peuvent provoquer des fuites d’eau ou de gaz, et donc des inondations ou des incendies. Ils peuvent bloquer les ascenseurs, les portes blindées. Ils peuvent déchirer les fauteuils, les canapés, casser la machine à laver, la télévision. Ils peuvent transformer la vie des ciblés en enfer et causer des frais énormes. La répression satellitaire est toute puissante parce que personne ne la dénonce. Le Mind Control favoriser toujours les politiciens les plus fascistes et les plus corrompus, pour pouvoir ensuite nuire sans limite. C’est au médias et aux politiques républicains de faire cesser le scandale, avant d’être eux-mêmes rattrapés par les tortionnaires satellitaires.

 

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

 

Dans les faits, les juges et policiers refusent d’enregistrer les plaintes au sujet des attaques satellitaires, car le Mind Control n’est pas un outil de la délinquance mais un instrument de la répression des Etat fascistes. Les flics et magistrats ne vont pas faire condamner les hommes de l’Etat qui organisent eux-mêmes la répression. Il faut néanmoins espérer que certains juges vont enfin se décider à juger et condamner les acteurs de la répression secrète qui tuent discrètement la démocratie pour ensuite écraser le peuple de leur tyrannie médiocre.

L’Etat de droit n’existe pas pour les ciblés par le Mind Control : ils ne peuvent pas porter plainte et sont soumis à l’arbitraire le plus totale des hommes de l’Etat qui ont droit de vie ou de mort sur les individus ciblés (TI) et par là même sur l’ensemble des citoyens. Les hommes de l’Etat ont pris le droit de tuer n’importe qui en France. Les seuls à être plus ou moins protégés sont les membres de l’oligarchie fasciste dirigeante, et cela dans certaines limites seulement : parfois l’oligarchie s’entretue et ont retrouve des hiérarques de la dictature suicidés, victimes d’AVC ou de crises cardiaques, quand il ne s’agit pas de cancers provoqués ou d’autres maladies mortelles. Une véritable guerre de l’ombre à lieu entre les divers clans fascistes, l’ensemble de ces fascistes ne s’entendant que pour écraser le peuple et tuer la démocratie.

Si les TI(targeted individuals) n’ont plus aucun droit, alors c’est l’ensemble des citoyens qui a perdu tous ses droits. Chacun peut se retrouver espionné 24h/24 par les hommes de l’Etat et leurs milices, sans pouvoir porter plainte et obtenir le minimum de respect des droits fondamentaux de l’être humain. Cette menace fasciste contre les citoyens n’est pas uniquement théorique : tout internaute peut être ou est déjà surveillé. Tous ceux qui participent au débat citoyen sont mis sous surveillance, sans exception. Ceux qui pensent que leur modération les protège se leurrent : tout commentaire politique de quelque tendance que ce soit est puni de surveillance satellitaire à vie. Les hommes de l’Etat veulent avoir l’exclusivité de la parole sur le Web. Ils veulent faire taire tous les indépendants, quelque soit leur tendance. Beaucoup d’internautes se voient licenciés de leur emploi, apparemment sans raison, suite à leur interventions sur le Web. C’est une véritable dictature que se met en place et qui vise ou visera absolument tout le monde, même ceux qui n’ont pas Internet. C’est aujourd’hui qu’il faut réagir, si on veut éviter en France une dictature totale de l’oligarchie corrompue, incapable et perverse qui dirige le pays.

 

Article 8

Toute personne a droit a un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la  loi.

 

Dans les faits, il est, pour les victimes du Mind Control, impossible de porter plainte. Les commissariats et les tribunaux refusent les plaintes concernant ce sujet. Ils feignent d’ignorer l’existence de ce type de délinquance fasciste, alors qu’ils sont parfaitement informés sur le sujet. Il s’agit d’un déni de justice. Les victimes de la pire délinquance actuelle ne peuvent être protégés par la loi et les services de sécurité. Les victimes du Mind Control peuvent subir la torture et la persécution pendant des années, sans jamais pouvoir porter plainte. Espionnage à domicile par satellite, tortures diverses, neurophone, isolement : les fascistes du Mind Control se croient tout permis. Ces tortionnaires sont souvent des civils, des gens tout à fait normaux, des salopards au dessus de tout soupçon, des pourritures qui passent leur temps à déplorer le manque de civisme, la délinquance, le laxisme, alors qu’en réalité, les pires délinquants de France, ce sont eux. Ces miliciens fascistes au dessus des lois constituent une menace terrible pour nos libertés.

Quelque soit les sévices qu’ils subissent, les victimes du Mind Control n’ont pas le droit à la protection de l’Etat et de la Justice. Il semble même que ce soit l’Etat fasciste la cause de tous leurs problèmes. Nous ne sommes plus en démocratie depuis les années 80 au moins. Il est temps que les associations de défense des droits de l’homme commencent à faire leur travail.

La prise en compte du Mind Control par la Justice parait être la moindre des choses, sachant que le Mind Control peut manipuler les comportements et provoquer des actions criminelles, sans que le ciblé sache qu’il est manipulé. Les ondes satellitaires peuvent provoquer des comportements violents et induire des idées criminelles dans les esprits de ceux qui ne sont pas informés de la question de la répression à distance. Il faudrait donc que les tribunaux recherchent qui a manipulé le délinquant par ondes satellitaires, quand il y a manipulation, notamment dans les affaires de terrorisme, avant de condamner celui qui a perpétré ces actes. Quand un criminel manipule à distance un ciblé pour lui faire commettre un crime, le manipulateur est plus coupable que le manipulé. Au minimum la responsabilité doit être partagée. Il est tout à fait inique de refuser de juger le manipulateur, alors que le manipulé est lui condamné à passer sa vie en prison.

Refuser de dénoncer le Mind Control est un comportement criminel. Il permet aux monstres cachés derrière leurs écrans de continuer à commettre des atrocités par procuration. La loi interdit de garder le silence face à des pratiques criminelles connues. La loi interdit aussi de classer comme secret défense ou secret d’Etat, des pratiques qui n’ont rien à voir avec la protection du pays, et tout avec une volonté démentielle de nuire et un complot organisé contre la démocratie.

Le secret contre le Mind Control vise à permettre à l’Oligarchie ploutocratique et fasciste de nuire impunément. Il vise aussi à permettre la perpétration d’un complot fasciste contre la République, complot basé sur la menace satellitaire contre les juges et les journalistes, sur le terrorisme organisé par les fascistes destiné à faire accuser les musulmans et à faire voter des loi limitant les libertés publiques pour finalement faire monter les partis d’extrême droite, qui, à l’origine, ne représentaient pas plus de 1% de la population.

Les gens qui ont été manipulés par le Mind Control ont le droit d’être jugés équitablement. Ceux qui sont victimes du Mind Control ont eux droit à des réparations. Ceux qui, tapis dans l’ombre, manipulent et assassinent doivent être jugés, si on veut que la société soit protégée contre leurs agissements. Il faut que l’impunité des criminels en chaise roulante ou robe de chambre cesse. Certains des hommes de l’Etat continuent de commettre le cyber crimes alors qu’ils sont âgés de plus de 80 ans, toujours pas maîtrisés après 30 ans de monstruosités.

Pour pouvoir juger les corrompus qui minent la République, il faut commencer par dénoncer le Mind Control, le système de répression électromagnétique secret qui protège les voyous qui se sont emparés du pays et de la planète.

 

25 juin 2015

Mind Control : journalistes et intellectuels ne font pas leur travail

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 9 h 52 min

 

Journalistes et intellectuels n’informent pas les citoyens sur le complot fasciste, la surveillance satellitaire, la torture électromagnétique. Alors que le totalitarisme s’installe en Occident, les médiacrates continuent d’ignorer le péril. Il se taisent, il collaborent, il surveillent les internautes pour le compte du pouvoir. A cause de leur silence, l’extrême droite progresse et la droite et la gauche se nazifient. Nous entrons dans un système ou l’arbitraire est devenu la règle : la moindre intervention sur le Net est passible de la répression satellitaire à vie. Le FN progresse, utilisant au maximum le Mind Control pour faire taire toute critique.

Le silence des journalistes et intellectuels va nous conduite à une dictature d’extrême droite en France et dans le reste du monde, un système où les chiens de garde fascistes pourront harceler et éliminer secrètement les opposants à la dictature, en utilisant les armes de l’ombre et notamment et surtout les satellites de surveillance.

A cause de la duplicité des journalistes, des milliers de personnes doivent subir la persécution satellitaire pendant des décennies. L’immonde lâcheté des médiacrates détruit indirectement la vie de millions de personnes : dans les entreprises les salariés sont espionnés et agressés par les satellites patronaux. Dans le monde politique, tous les vrais défenseurs des citoyens sont exclus de la vie « démocratique » ; seuls sont tolérés les propagandistes inefficaces et collaborateurs qui ne représentent pas un vrai danger pour la dictature. On peut remarquer que les associations de droits de l’homme ne dénoncent pas non plus la répression secrète, préférant se concentrer sur des problèmes ayant lieu dans des pays du tiers monde ou ennemis de l’Otan.

Parfois, la classe politico-médiatique dénonce l’espionnage américain ou allemand contre des politiques français, alors même que ces mêmes victimes sont elles-mêmes des persécuteurs de citoyens en France.

Les intellectuels se consacrent à la dénonciation des musulmans et des « islamistes » au lieu de combattre les fascistes qui dirigent la France en utilisant des moyens illégaux.

Cette répression secrète du Mind Control impose à la France des dirigeants corrompus ou incompétents, ce qui ruine le pays et facilite le travail d’infiltration des néo-nazis. Les seuls qui profitent politiquement du Mind Control, ce sont les gens du FN et les nazis infiltrés à l’UMP ou au PS. Ceux qui prônent la justice sociale sont neutralisés et tous doivent subir la menace permanente de la police secrète et des milices électromagnétiques patronales.

En utilisant les Mind Control, les riches se font exonérer d’impôts. Ils harcèlent ceux qui proposent de les faire payer. De cette manière, millionnaires et grandes entreprises sont pratiquement exonérés d’impôts, ce qui grève le budget de l’Etat et donc pousse à des politiques d’austérité qui tuent la croissance et écrasent les classes populaires et moyennes. C’est, d’une certaines façon, le Mind Control qui est à l’origine des crises économiques qui accablent les pays développés depuis les années 70.

Ne pas dénoncer le Mind Control est un crime. La loi oblige à dénoncer les crimes et délits dont on est témoins. A cause du silence complice des journalistes et des intellectuels, des milliers de personnes vivent dans une sorte d’enfer fasciste, harcelés secrètement ou non par des milices et des services au service du fascisme. Le manque de courage des médiacrates est extrêmement préjudiciable pour l’avenir de la France, de l’Europe et du monde. Si ces gens ne font pas leur travail, les fascistes vont gagner et des catastrophes de dimension mondiale seront inévitables. On rappelle que le Mind Control peut filmer à travers les murs, torturer et tuer à distance, induire des maladies, diriger le comportement à distance, faire grossir et maigrir, empêcher les rapports sexuels, lire dans les pensées. Il n’est pas concevable que les médias ignorent un instrument de répression d’une telle puissance. On a besoin de vrais journalistes et de vrais intellectuels, pas de pantins au service de la dictature.

 

Au lieu de s’occuper du réchauffement climatique, intellectuels et journalistes devraient plutôt dénoncer le complot contre la démocratie et les harcèlements et tortures satellitaires qui sont infligés aux dissidents. Face à la violence fasciste secrète, le silence est un crime. Nous vivons un cas presque unique dans l’Histoire : une dictature sans opposants réels, tant les élites sont terrorisées par la répression. Bientôt, les chiens de garde de la répression prendront le pouvoir directement. Il sera alors trop tard pour pleurer.

 

6 novembre 2014

Combattre le Mind Control

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 10 h 09 min

 

Face à la terreur du Mind Control qui est en passe de supprimer toutes les libertés en France et dans le monde, on peut constater que la réaction citoyenne et démocratique n’est pas à la hauteur, c’est le moins qu’on puisse dire. Le Mind Control bénéficie du secret, de la terreur et de la collaboration des élites qui n’ont pas flairé le danger.

La plupart des gens ne savent pas que le Mind Control existe. On rappelle que le Mind Control est le système de surveillance et d’action par satellite, basé sur les ondes électromagnétiques qui permettent de filmer à travers les murs, de torturer à distance, de modifier le mental des ciblés, de lire dans les pensées, de contrôler les comportements, de faire grossir ou maigrir, de provoquer des addictions, de provoquer des claustrophobies, des crises de panique, des impuissances sexuelles, des perversions, des haines ou des attirances artificielles, des maladies, des simulations de maladies, des crises de violence, des rixes, des homicides, des accidents de la route. Les satellites peuvent aussi mettre les automobiles et équipements électroménagers en panne, provoquer des fuites d’eau, des incendies. Les satellites ont aussi la possibilité contrôler le climat à court terme et déclencher des pluies diluviennes, des canicules, des tempêtes, probablement en chauffant certaines parties de l’atmosphère pour provoquer des appels d’airs.

Le Mind Control manipule le mental des terroristes, des tueurs en série, des petits délinquants, des VIP et notamment des journalistes, des politiciens, des écrivains, des artistes. Bref, on l’a compris, le Mind Control dirige le monde. La question est donc de savoir qui dirige le Mind Control : il s’agit probablement des services secrets américains et de l’Otan, de fondations privées proches de milieux boursiers et patronaux, des polices politiques, des renseignements militaires, de certains politiques d’extrême droite. Le point commun de tous ces acteurs du Mind Control est d’être proche de l’extrême droite, même si certains éléments de gauche peuvent être associés à la répression. Depuis les années 70, ces fascistes dirigent la vie politique mondiale vers la droite et l’extrême droite. C’est probablement le Mind Control qui a réussi à vaincre l’Union Soviétique en manipulant ses leaders. C’est le Mind Control qui est à l’origine de la poussée de l’extrême droite en Europe et de la nazification de la société américaine.

Tout le monde peut être victime du Mind Control, y compris et surtout les acteurs du Mind Control. Tout le monde a intérêt à ce que la terreur du Mind Control cesse et à ce que la lutte politique revienne à des moyens normaux, à base d’arguments et de ruses et non plus de tortures et de menaces. Il faut qu’un retour à la démocratie s’opère et pour cela il faut que la société civile trouve le moyen de résister à la tyrannie des satellites et de ceux qui les commandent. Les partisans de la démocratie doivent élaborer une stratégie de lutte contre le totalitarisme du Mind Control. Sinon, le pire sera sûr.

12 avril 2013

Cyber-esclaves

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 18 h 24 min

 

 

Les fascistes ont, depuis qu’ils utilisent le Mind Control (MC), rétablit l’esclavage sous une nouvelle forme. Le cyber-otage, qui s’est fait repérer pour une raison ou une autre, (activité politique ou internet) devient rapidement un cyber-esclave, une sorte de jouet pour les membres de l’oligarchie qui peuvent le harceler par des gênes diverses, l’injurier par neurophone, le frapper par contrôle des mouvements à distance, le torturer physiquement et moralement, lui casser des dents, l’empêcher de déféquer ou d’uriner, l’isoler de ses relations habituelles, lui imposer des « chiens de garde » fous, délinquants, sadiques, criminels, casser son matériel électroménager, ses  fauteuils. Les chiens peuvent endormir le cyber-esclave quand il est occupé et le réveiller quand il est en train de dormir dans son lit, selon leur bon vouloir ou celui de leurs maîtres. Les cyber-gardes deviennent de véritables cyber-chiens mafieux, qui s’en prenne à des citoyens innocents qui sont réduits à l’état de cyber-taulards, et plus précisément de cyber-esclaves, dans la mesure où ils ne savent pas pourquoi ils sont condamnés et combien de temps durera leur cyber-détention. la plupart du temps, les cyber-esclaves ne sont jamais relâchés. Leurs fonction est de servir de cyber-punching-balls, physiques ou mentaux à divers fous fortunés ou importants et à leurs chiens. Ce cyber-esclavage  équivaut la plupart du temps à une condamnation à perpétuité de personnes innocentes par des gens qui eux, sont coupables en vertu de la loi du plus fort, la seule que connaisse les fascistes.

Cet esclavage finit par ressembler à celui des esclaves de l’Antiquité, le cyber-esclave servant d’animal de compagnie aux familles des oligarques, qui le harcèlent de temps à autres pour se défouler un peu. Le cyber-esclave n’a le droit de rien faire d’autre que de distraire ses cyber-maîtres. Le cyber-esclave n’a pas le droit d’avoir une vie privée, la cyber-surveillance l’isolant en permanence, il n’a pas le droit de porter plainte, les administrations lui faisant comprendre qu’il n’a absolument aucun droit, il n’a pas le droit de faire du sport, pas le droit de travailler de manière régulière, pas le droit de voyager sans être étouffé de manière intense, pas le droit de dormir longtemps sans interruption, pas de droit de lire sauf pendant une durée limitée, pas le droit de faire du jogging, pas le droit de faire de vélo, pas le droit d’avoir un seul instant de tranquillité sans être insulté ou harcelé par le neurophone, et tout cela au vu et au su de toute l’oligarchie internationale. Le cyber-esclave ne peut pas changer de pays, car ses cyber-gardes le suivent partout, les réseaux de satellites ayant une envergure internationale. Arrivé dans un nouveau pays, il sera harcelé à la fois par ses gardes habituels, et par la cyber-surveillance locale, policière, militaire ou privée.

S’il cherche à se plaindre, les associations de défense des Droits de l’Homme et les partis politiques et associations, lui font rapidement comprendre qu’il n’a pas le droit à la moindre aide, ni même la moindre compassion. Le simple fait d’être innocent au sein d’une élite de criminels assure au cyber-esclave la haine de tous. Globalement, comme dans l’Antiquité, le cyber-esclave n’a droit à rien, même pas au droit de vivre, puisqu’il peut être éliminé par ses maîtres quand ils le veulent. Le cyber-esclave, réduit à l’état animal, est de plus obligé de subir, lorsqu’il allume sa télévision,  les discours hypocrites des oligarques, qui osent prétendre que nous vivons en démocratie, alors même qu’ils sont bien placés pour savoir que tout un chacun peut être victime un jour de l’arbitraire de la dictature ploutocratique qui dirige l’Occident.

La liberté ne se divise pas ; quand un innocent en est privé,  c’est l’ensemble de la société qui est mis en cage. Les citoyens informés se demandent juste quand ils vont être enchaînés par le moloch totalitaire qui se cache derrière les sourires sournois des pontes de l’oligarchie.

Laisser un seul innocent aux mains des pervers flétris du fascisme hypocrite, c’est renoncer, à terme, à tous ses droits. En libérer un, c’est permettre enfin à toute la société de respirer librement.

14 mars 2013

Les cyber-détenus

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 18 h 35 min

 

 

La dictature occidentale condamne les dissidents à des peines de cyber-prison pour des périodes très longues. A côté des prisonniers de droit commun classiques existent des cyber-détenus. Leurs peines sont la plupart du temps des  condamnations à vie. D’après les témoignages, certains cyber-détenus sont emprisonnés depuis plus de 20 ans. Rares sont ceux qui sont un jour libérés.

Nos « démocraties libérales », sont en fait des dictatures implacables, où la moindre critique contre le système peut conduire à des peines de cyber-détention à perpétuité.

Les détenus sont gardés par un système satellite, le Mind Control, qui surveille chacun de leurs mouvements, qui lit dans leurs pensées, et qui permet la torture et l’exécution.  Cette cyber-surveillance est animée par des chiens de garde, qui harcèlent et insultent nuit et jour, un peu comme dans un camp de prisonniers.

Le cyber-détenu n’a généralement pas le droit de travailler, de vivre en famille, de voyager, de rencontrer des amis, de faire du sport. D’après les témoignages, tous les détenus sont soumis au même régime. Pour maintenir les cyber-détenus en isolement, les chiens provoquent un état d’énervement permanent qui empêche tout contact social. Pour les empêcher de travailler, les cybers-chiens font échouer les entretiens d’embauche et font licencier les cyber-punis de leur emploi en manipulant mentalement les patrons et collègues. Pour interdire les voyages, ils pratiquent l’étouffement intense, qui empêche tout trajet en avion, train ou automobile. Pour supprimer la pratique du sport, les cyber-canidés bloquent les muscles, cassent le matériel, jusqu’au moment où le dissident est obligé d’arrêter. Les cyber-détenus n’ont pas le droit d’uriner ou de déféquer sans l’autorisation de la surveillance ; c’est l’occasion de prendre quelques dizaines de kilos supplémentaires. Dans certains cas, le cyber-détenu entend les voix de ses gardiens (neurophone) qui l’insultent et le menacent toute la journée, selon la bonne vieille tradition totalitaire.

Tout cela est secret. Le meilleur moyen de déjouer la critique, c’est de prétendre que la cyber-répression n’existe pas et de faire régner une loi du silence qui protège la dictature. Officiellement, il ne se passe rien. Il n’y a pas de Mind Control , pas de torture, pas de meurtres, pas d’espionnage à domicile, pas de cyber-détenus.  Dans la réalité, nous vivons dans une dictature qui dispose d’instruments de répression imparables, et qui s’étend à toute la surface de la planète. Aucune fuite n’est possible.

Des milliers de détenus sont relégués dans ces cyber-prisons et certains, qui n’ont pas le neurophone, ne savent même pas qu’ils sont emprisonnés. Ils constatent simplement qu’ils ont divorcé, perdu leur travail et sont isolés. Ils pensent que cette situation est naturelle, sans se douter un seul instant, que les forces de répression les persécutent nuits et jours.

Ce cyber-emprisonnement est autant physique que mental. Si un cyber-détenu s’éloigne du programme prévu, des attaques physiques sont opérées : étouffement, énervement ou autres. Le cyber-détenu est contraint à une misérable routine, qui peut sembler plus ou moins naturelle vue de l’extérieur.

Les gens condamnés par les tribunaux secrets à des peine de cyber-détention à perpétuité le sont pour des motifs divers : dissidence sur Internet, appartenance à une minorité ethnique ou religieuse, insolence envers des notables de la dictature, vote gauchiste, conflit avec un ou plusieurs employeurs, appartenance ou ancienne appartenance à des syndicats, partis ou associations  de gauche, parenté avec des dissidents. D’autres motifs sont plus prosaïques : règlements de comptes personnels, capacités sexuelles particulières, pur hasard.

Le Mind Control a tous les droits. Le Mind Control dispose de commissions qui décident des condamnations. Toute la classe politico-médiatique travaille pour le Mind Control et réciproquement. Le Mind Control a pour but final l’instauration d’une dictature de type nazi. Le Mind Control, c’est la forme moderne du nazisme. C’est une dictature futuriste et totalitaire, une sorte de synthèse entre nazisme et stalinisme. Le Mind Control, c’est la fin des libertés.

Ces milliers de personnes condamnées par des tribunaux sans visage, n’ont droit ni à des avocats, ni à des remises de peine. Ils subissent pour la plupart la torture physique et morale à un degré extrême pendant de longues périodes. Ils ne bénéficient d’aucune compassion, d’aucune pitié, d’aucune aide, bien qu’ils soient pour la plupart totalement innocents.

Les cyber-détenus politiques sont eux condamnés à perpétuité, sans aucun espoir d’amnistie. Pour le simple fait d’avoir osé contredire les autorités  politiques de la « démocratie » de leur pays, qui se révèle être en réalité une dictature d’une cruauté sans limite.

 

Le fascisme du Mind Control est dans les faits plus proche du nazisme que du stalinisme. Il est caractérisé par un racisme omniprésent, une utilisation systématique de la torture, une haine viscérale de la liberté, une aversion pour les classes populaires. Il est issu d’une élite fasciste ploutocratique dégénérée et satanique, rendue folle par son omnipotence illimitée, elle-même due à l’extrême faiblesse de la gauche et des forces démocratiques.

 

Pour le cyber-détenu, la vie devient une prison. Il ne peut rien faire sans être en permanence harcelé par les chiens de la dictature. Parmi les chiens de garde, des ministres, anciens ministres, préfets, flics, militaires, agents de sécurité patronaux, magistrats, ecclésiastiques, acteurs, chanteurs, sportifs, anciens combattants, retraités divers recrutés par des associations ou partis politiques, fous,  élèves des grandes écoles, délinquants, vrais détenus. Ces chiens peuvent être français ou étrangers ; parmi les étrangers sévissent des membres de services secrets, militaires, milliardaires, milices privées, diplomates, chefs d’Etats, ministres, rois, reines, princes, empereurs, anciens chefs d’Etat, anciens politiciens.

Les peines appliquées aux cyber-détenus sont dans le faits proches des peines appliquées au prisonniers ordinaires. Le cyber-détenu ne peut rien faire sans être harcelé et doit de plus être en contact avec des fascistes, gangsters et autres individus peu recommandables. Le cyber-détenu n’a ni vie sexuelle, ni vie familiale, ni vie professionnelle, ni vie sociale. Il ne parle qu’à ses gardiens, et seulement mentalement.

On constate, qu’en France, le délit d’opinion existe, alors que la liberté d’expression elle n’existe pas. Les fascistes dirigeants sont en connexion avec l’ensemble du fascisme international, trouvant des appuis dans divers pays en cas de révolte citoyenne.

Les cyber-détenus ne sont pas les seuls à être persécutés par la dictature ; ce sont  aussi pratiquement l’ensemble des VIP qui sont devenus des cyber-otages, pour ne pas dire des cyber-prisonniers. Comme les dissidents, ils sont en permanence épiés, harcelés, gênés dans tous les aspects de leur vie, sauf quand ils ont des amis fascistes bien placés. Leur vie sexuelle est sous contrôle fasciste de même que leur vie sociale ou intestinale. Les chiens peuvent empêcher les rapports sexuels, et condamner les cibles à ne fréquenter que des fascistes. Les chiens peuvent aussi provoquer des disputes pour isoler les cyber-otages. Ils limitent généralement l’urination et la défécation de manière à provoquer l’engraissement ou même l’obésité. Isolés, le corps déformé, certains sont condamné à un exil qui n’existe pas. La patrie du Mind Control c’est le monde entier. Ils sont propriétaires de l’ensemble de la planète, du pôle Nord au pôle Sud.

Les cyber-détenus sont, à certains moments de la journée, gardés par de riches et vieux cinglés ou leurs enfants. Ces vieux détraqués ont pour habitude de hurler des insultes dans le neurophone, tout contents de leur nouveau jeu. De temps à autres ils pratiquent des séances d’étouffement. Pour obtenir le droit de torturer, ils payent certains partis politiques, voire même certains politiciens directement. D’autres ont des contacts parmi les hauts fonctionnaires ou au Médef. Ces vieux riches ont visiblement tous les droits, et, de temps à autres,  pour se détendre un peu, ils assassinent à distance un cyber-détenu, en utilisant les satellites de surveillance.

Les cyber-détenus sont à la merci de ces fous, qui, un jour cassent une dent, et le lendemain frappent le cyber-détenu dans la tête, prenant le contrôle des mouvements de celui-ci. Parfois, ils forcent la cible à se suicider ou à tuer quelqu’un. De temps à autres, un peu comme Néron, ils allument des incendies, visant le plus souvent des personnes immigrées, Africains, Egyptiens, Turcs ou autres.

Il faudra qu’un jour, les associations de défense des droits de l’homme se mettent à faire leur travail, avant de se retrouver elles-mêmes victimes du Mind Control. Quelques procès retentissants pourraient mettre un terme ou au moins limiter ces pratiques monstrueuses. Par contre l’inertie face à l’intolérable pourrait se révéler fatale pour la démocratie. Si comme le disent les libéraux trop d’impôt tue l’impôt, alors, trop de lâcheté finit par tuer les lâches.

8 mars 2013

Les étouffeurs

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 22 h 50 min

 

Les fascistes du Mind Control sont les spécialistes de l’étouffement. Ils agissent dans avions, les métros, les voitures, les ascenseurs, les boîtes de nuit, les restaurants, les appartements, les lieux de travail. Ces étouffeurs créent des sensations claustrophobes intenses et des paniques pratiquement incoercibles. Dans le cas de voyages en avion qui peuvent durer des heures, les étouffeurs peuvent transformer un simple déplacement en chemin de croix. Une seule minute d’étouffement intense provoque une sensation atroce, quand elle s’opère dans un milieu confiné ou à forte densité humaine. Si ce moment de souffrance et de panique se prolonge pendant des heures, la victime ressent la sensation d’une plongée en enfer.

Ces rayons satellites provoquant la panique ont été utilisés lors de la première guerre du Golfe. Les soldats irakiens avaient alors tous quitté leur positions, incapables de résister à la puissance de cette technologie. Ces armes militaires ultra-perfectionnées, sont maintenant utilisées contre des civils innocents, et notamment des internautes, dont le seul crime est de s’être fait repérer par les fascistes de la surveillance satellitaire.

Les agressions par rayons étouffants gênent considérablement les déplacements des citoyens victimes de la répression fasciste. Ils ne peuvent plus aller travailler, plus partir en vacances, plus prendre l’avion. Les fascistes leur volent leur vie, tout en se remplissant allègrement les poches. Ces étouffeurs peuvent toucher 5 ou 6000 euros par mois pour persécuter des innocents. Ces innocents eux, non seulement ne sont pas payés, mais sont la plupart du temps interdits d’activité rémunérée.

Les fascistes invitent, lors des séances de torture, de riches cinglés ou des personnages importants, qui participent aux réjouissances, insultant et étouffant les victimes, ivres d’une haine démente, commune chez les  alcooliques d’extrême droite. Tout cela se fait avec la complicité des compagnies aériennes ou ferroviaires, qui accompagnent les séances.

On se demande comment ce type de persécution peut être toléré dans une société démocratique. A mesure que les cibles dépérissent, les tortionnaires fascistes s’épanouissent, s’enrichissent, et vont ensuite dépenser l’argent de la torture  dans des stations de ski huppées, pénétrés de leur toute puissance malfaisante.

Jusqu’à quand ces criminels vont-ils rester impunis ? C’est l’impunité des fascistes qui tue les démocraties.

 

7 mars 2013

Comment défigurer les dissidents (et autres)

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 18 h 09 min

 

Pour calmer les dissidents, réels ou potentiels, les fascistes du Mind Control ont pour habitude de mutiler, déformer et défigurer à distance. Leur mutilation favorite est le bris de dents : en utilisant les rayons satellites, ils cassent les dents de cibles les unes après les autres, jusqu’au moment ou la victime se retrouve totalement édentée. Quand il reste des dents valides, elles son percées de trous forer par les criminels aux manettes. Ces méthodes de barbares n’ont pas d’équivalent depuis la préhistoire. Ces édentations s’appliquent aussi aux enfants dès leur plus jeune âge.

Pour déformer le corps des victimes, les télécriminels bloquent l’urination, la défécation et excitent l’appétit. En quelques mois, les cibles peuvent se boursoufler hideusement, jusqu’à devenir méconnaissables. Les acteurs de cinéma et de séries télé semblent être aussi la cible de ces méthodes, beaucoup étant dotés d’abdomens proéminents.  Les journalistes ne sont pas non plus épargnés par les fous du Mind Control. Un certain nombre sont anormalement gonflés. Le but de ces grossissements est de déprimer les cibles, de les gêner dans leur vie personnelle et professionnelle, de les abaisser, de les humilier.

Pour compléter le tableau, les fascistes parsèment le visage de leur souffre-douleurs de points noirs et de pustules. Il y actuellement une recrudescence de ces pustules et points noirs chez les acteurs, les journalistes et les politiques. Enlaidir les gens est d’une des distractions favorites des fous de la manettes. Le pouvoir absolu rendant absolument fou, les facéties de ces monstres n’ont pas de limites. Après avoir fait grossir une cible pendant plus de dix ans, ils décident brusquement de la faire maigrir, avant de la faire regrossir pour une nouvelle décennie. Ils ont tous les droits, ils se croient tout permis. Dans les faits ils n’ont que le pouvoir que leur accorde notre passivité. Tout le monde a intérêt à ce que la farce cesse. Il ne reste plus qu’à s’en donner les moyens.

 

22 février 2013

Le colonialisme satellitaire

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 18 h 11 min

 

L’impérialisme utilise toutes les ressources du Mind Control, pour diriger la planète, pour le plus grand malheur de ses habitants. Chaque chef d’Etat du tiers monde est sous surveillance satellitaire, et, beaucoup de leaders de gauche ou anti-impérialistes tombent bizarrement malades, ou décèdent de manière suspecte. Nestor Kishner, qui refusait de rembourser les dettes de l’Argentine est décédé d’une crise cardiaque ; Hugo Chavez est victime de cancers à répétition ; de même, Lula et Cristina Kirshner sont atteints de cancers. L’ancien président éthiopien, Mélès Zénawi est mort récemment, à peine âgé d’une cinquantaine d’années. Dans le passé, les présidents Boumediène, Nasser, sont morts relativement jeunes, de même que l’ancien Chah d’Iran, qui devenait gênant.

Les dirigeant du tiers monde sont aussi victime du grossissement provoqué, les satellites impérialistes les faisant grossir jusqu’à les rendre difformes. Ils ont tellement peur, qu’ils n’osent même pas dénoncer le Mind Control qui les opprime. De temps à autres, les forces coloniales provoquent révolutions et guerres civiles, de manière à bloquer la croissance de ces pays, et à y semer la division pour mieux pouvoir les contrôler.

En raison de la loi du silence, ces pays du tiers monde ne peuvent dénoncer les satellites qui sèment le trouble chez eux, respectant jusqu’à la mort la tyrannie du Mind Control, qu’ils n’osent pas combattre.

Il n’y aura pas d’indépendance réelle de ces pays, tant qu’il n’auront pas dénoncé la surveillance et le contrôle des satellites illégaux sur leur pays. Ils ont des médias ; qu’ils s’en servent.

La fin de la vie privée

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 17 h 54 min

 

Depuis les années 1980, les fascistes ont supprimé le droit à la vie privée. Ils viennent espionner les gens chez eux, en utilisant les satellites de surveillance, tout ça dans la plus parfaite illégalité, sans que personne n’ose protester. Sous prétexte de lutte anti-terroriste ou de secret défense, les fascistes ont supprimé tous nos droits d’un seul coup. Ils ont transformé nos domiciles en aquarium, où nous jouons le rôle des poissons.

Ce qui s’appelait écoutes téléphoniques, dans les scandales des années Mitterrand, était en réalité le nom de code pour Mind Control et filmage à domicile. Si la mise en place d’écoutes téléphoniques chez des personnes connues ne gêne pas l’opinion outre mesure, le fait que tout un chacun puisse être filmé contre son gré, chez lui, par des surveillants publics ou privés, français ou internationaux, constitue un scandale beaucoup plus important, mais qui n’est pas porté à la connaissance du public. Si les médias ne dénoncent pas les vrais scandales, mais se contentent de divulguer des sous-scandales qui n’intéressent personne, la situation n’est pas prêt d’évoluer.

Les fascistes, les patrons, les richissimes voyous nous espionnent donc à domicile, comme si nous étions des acteurs de la téléréalité. Ils espionnent aussi nos enfants, qu’ils viennent ensuite cueillir lorsqu’ils sont mûrs à point, contrôlant leur volonté par satellite, et les contraignant par ce biais à des relations sexuelles non consenties.

La nuit, ils nous empêchent de dormir ; ils nous surveillent sans relâche, ivres d’un pouvoir absolu et des moyens qui vont avec.

Il est temps que nos journalistes se remettent au travail, et dénoncent ceux qui passent leurs journées à espionner, harceler et torturer les gens.

 

20 février 2013

Lever la loi du silence

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 10 h 08 min

Il faut lever la loi du silence sur les satellites avant qu’il ne soit trop tard. Tout le monde a intérêt à lever la l’omerta : les citoyens de base espionnés à domicile, les salariés harcelés à leur travail, les journalistes surveillés et ventriloqués, les politiciens manipulés et contrôlés, les VIP harcelés par des chiens jaloux, les musulmans victimes du complot islamophobe international, les juifs attendus par les nazis comme le l’araignée attend le moucheron, les Africains cible de la haine du colonialisme qui n’a toujours pas digéré les indépendances, les Asiatiques visés par la jalousie des racistes occidentaux, les gauchistes considérés comme des ennemis à abattre par les forces fascistes.

Absolument tout le monde a intérêt à lever la loi du silence sur la question du Mind Control. Il faudrait donc que tous se décident, Loges, Eglises, Etats, partis politiques, syndicats, internautes, entreprises, associations, journalistes, pour enfin informer le public sur le sujet, et rétablir les droits des citoyens des prétendues démocraties.

En Amérique latine, beaucoup de leaders de gauche tombent bizarrement malades : Chavez, Lula, Kirshner. Pourquoi ne dénoncent-ils pas la terreur des satellites ? Pourquoi n’informent-ils pas leurs peuples, de la puissance du Mind Control ?

Les musulmans sont spécialement visés par  le Mind Control ; des terroristes manipulés par satellite ne cessent de fomenter des attentats, qui servent ensuite de prétexte à des expéditions coloniales sanglantes et prolongées. En Occident, des mesures de persécution secrètes sont mises en place contre les musulmans, mesures qui vont du harcèlement par neurophone et à l’isolement, à la torture, à la maladie provoquée et au meurtre. En France, par exemple, des centaines de musulmans sont assassinés chaque années par les satellites. Visiblement, les fascistes se croient actuellement tout permis.

Il est donc temps que les Etats musulmans dénoncent le Mind Control, s’ils veulent éviter les guerres civiles, les troubles politiques, les guerres impérialistes, ou la recolonisation, comme en Afghanistan ou en Irak.

Les juifs ont intérêt à lever la loi du silence, car, ces méthodes fascistes finissent toujours par se retourner contre eux. Que se soient les tsaristes, les nazis, les staliniens, les pétainistes, les franquistes, ou plus loin dans l’histoire les inquisiteurs, les croisés, les monarchies absolues, toujours, les fascistes ont fini par persécuter et tenter d’anéantir les juifs, même si actuellement ils leur font miroiter des possibilités de collaboration et jurent que non, ils ne vont plus les persécuter.

Les VIP, acteurs, musiciens ou sportifs, ont eux aussi tout intérêt à faire respecter leurs droits de manière stricte, s’ils ne veulent pas finir harcelés et esclaves de leurs chiens.

La vraie question qui se pose aujourd’hui est la suivante : mais qu’est-ce qu’ils attendent pour se révolter ?

 

12

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965