14 janvier 2016

Gérer le monde par le terrorisme

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 17 h 11 min

 

Il semble que les fascistes du Mind Control gèrent le monde par le terrorisme. Chaque attentat ou presque profite à la cause fasciste. Toute l’Europe est menacée par le terrorisme et partout l’extrême droite progresse. Le Danemark autrefois social-démocratie paisible semble avoir été atteint par le virus fasciste. On demande à des réfugiés qui ont tous perdu de livrer leurs dernières économies aux autorités. Aux Etats-Unis, le candidat Trump fait une campagne xénophobe digne d’une Le Pen. Partout, le fascisme avance.

Il semble que la montée du fascisme en France, en Europe et dans le monde soit consécutive aux attentats de 1986 à Paris, qui ont fait quelques morts seulement mais beaucoup de dégâts politiques. Suite à ces attentats, le parti raciste FN a commencé à fortement progresser en France. Les attentats de 1995 on aussi profité au FN qui a atteint les 15% en 2002. Au Danemark, l’attaque commise par un déséquilibré musulman contre des caricaturistes en 2014 à renforcé l’extrême droite, au Royaume-Uni les divers attentats « islamistes » ont propulsé l’UKIP à plus de 20% des suffrages lors de la plupart des élections. Aux Etats-Unis la destruction des Twin Towers en 2001 à causé la perte d’une partie des libertés des citoyens du pays et la radicalisation à droite de l’opinion. En Israël les attentats palestiniens, plus que probablement manipulés, ont mis l’extrême droite au pouvoir.

Partout, le terrorisme favorise la droite la plus extrême et porte atteinte aux libertés démocratiques. Partout, la gauche recule et le fascisme avance. Partout le nazisme monte, encore plus ou moins masqué.

Tout ceci nous laisse penser qu’à partir du moment où ces attentats ne profitent qu’aux fascistes, il est impossible que ces derniers n’en soient pas à l’origine. On remarque aussi que les seuls attentats qui sont bien médiatisés sont les attentats « islamistes » qui profitent à l’extrême droite. Lorsque, exceptionnellement, un attentat est commis directement par un fasciste, celui-ci passe pour un déséquilibré, et on en finit par oublier son appartenance politique. Par exemple, lorsque le fasciste slovène Richard Durn a massacré plusieurs élus de gauche au conseil municipal de Nanterre en 2001, personne n’a accusé l’individu d’être membre d’un réseau fasciste. Il a été décrit comme un « raté », un « déséquilibré » qui a commis une tuerie de masse pour des raisons psychiatriques. L’individu a été opportunément jeté par la fenêtre de la PJ du Quai des Orfèvre, de manière à ce qu’on ne sache jamais quelles étaient ses connexions politiques précises. En Norvège, quand le fasciste Anders Breyvik a assassiné plus de 70 jeunes socialistes, l’affaire n’a fait la une des journaux que quelques jours. Au bout d’une semaine, l’affaire était enterrée. Quand on sait que le moindre attentat « islamiste » fait la une des JT pendant des semaines et que toutes les grosses attaques attribuées à cette mouvance sont elles médiatisées pendant des années ou même des décennies, on ne peut que constater que les médias sont d’ores et déjà aux mains des fascistes et ne popularisent que le terrorisme qui sert leurs intérêts.

Les dernières attaques terroristes et agressions ayant visé des Allemandes ne laissent aucun doute  : les racistes d’extrême droite n’ont pas supporté que l’Allemagne accueille des centaines de milliers de réfugiés syriens fuyant la guerre civile, le terrorisme et la répression dans leur pays. Ces gens qui risquent les pires tortures et qui ont pris des risque énormes pour venir se réfugier en Autriche et en Allemagne, sont la cibles de racistes internationaux dont un certain nombre sont basés en France. Ces gens ne supportent pas que des Syriens aient le droit de se réfugier en Europe ; la France a d’ailleurs pratiquement refusé toutes les demandes d’asile provenant de Syriens, alors qu’elle est l’ex puissance tutélaire de ce pays, qu’elle a encouragé la rébellion de divers groupes armés contre le régime en place, et qu’elle s’est vantée d’appuyer l’opposition la plus dure. Après avoir pratiquement détruit le pays comme il avait déjà détruit la Libye, l’Etat français gangréné par les fascistes prend maintenant la tête d’une sorte de croisade anti-migrants et presse ses partenaires européens de renvoyer les réfugiés vers l’enfer d’où ils viennent.

Lors des agressions sexuelles de la gare de Cologne, on constate qu’une bonne partie des agresseurs étaient des francophones venus de France et de Belgique et, avec la complicité d’une partie des autorités locales, ils ont agressé sexuellement des centaines de jeunes allemandes, nuisant ainsi à la réputation des migrants et favorisant de cette façon le mouvement raciste Pegida.  Une simple intervention policière aurait fait facilement fuir ces voyous.

A Istanbul, l’attentat visant des touristes allemands aurait été perpétré par un Syrien, ce qui aura pour conséquence de nuire fortement à l’intégration des Syriens vivant en Allemagne de même qu’à ceux vivant en Turquie.  Il semble que le racisme international fasse preuve d’une aversion incontrôlée envers les Syriens, bien que ces gens n’aient jamais posé de problèmes dans les pays où ils ont immigré, que ce soit en Argentine, au Brésil ou aux Etats-Unis.

 

On constate donc que chaque attentat à une signification bien précise : il s’agit de diriger de force l’Europe et le monde dans la direction du fascisme. Ce qui est fait avec les prétendus « islamistes » avait déjà été opéré avec les gauchistes, quand les attentats de la bande à Baader, d’Action Directe et des Brigades Rouges ont plus ou moins discrédité l’extrême gauche et permis la mise en place d’une répression efficace contre toute dérive gauchiste. Le résultat est qu’il n’y a plus de gauchistes (ou presque) mais que les fascistes tiennent maintenant le haut du pavé dans le monde entier.

Si les vrais responsables du terrorisme ne sont pas identifiés et arrêtés, ils vont continuer à nous manipuler et à nous diriger dans leurs rets. Ces criminels fascistes qui organisent le terrorisme sont probablement infiltrés dans tous les services secrets occidentaux et ils nous poussent progressivement vers une dictature fasciste dont ils seraient les maîtres. Plus il y a d’attentats, et plus les services de sécurité publics et privés se renforcent. Plus il y a d’attentats et plus le secteur de la sécurité crée des emplois et engendre des profits, ce qui profite à ceux qui dirigent ces sociétés.  Plus il y a d’attentats, et plus les agents fascistes infiltrés dans tous les partis et tous les gouvernements obtiennent de pouvoir. Plus il y a d’attentats et plus les libertés des citoyens diminuent.

Quand les fascistes ne veulent pas de migrants, il organisent des attentats visant les touristes allemands  pour empêcher ce pays d’en accueillir plus en manipulant son opinion publique. Quand les racistes veulent ruiner un pays, musulman la plupart du temps, ils commanditent un attentat, et ce sont les économies égyptienne, tunisienne, turque et autres qui en subissent les conséquence.

Les fascistes dirigent le monde par le terrorisme. Avec un bon attentat bien relayé par les médias ils peuvent infléchir les politiques suivies par des Etats souverains, et imposer progressivement leur idéologie coloniale, ultra-capitaliste, raciste et anti-démocratique au monde.

Si demain ils veulent combattre l’écologie politique, ils formeront des extrémistes verts qui mettent des bombes comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis. S’ils veulent combattre le gauchisme, ils créeront des cellules de terroristes marxistes. S’ils veulent déconsidérer les indépendantistes corses, ils organiseront des groupes violents qui justifieront une répression dure qui visera les structures politiques des autonomistes. La provocation terroriste est une des base de l’art fasciste de la guerre. Ces pièges continueront de fonctionner temps qu’on aura pas arrêté un des comploteurs terroristes, ces individus étant le plus souvent très hauts placés dans les administrations et le monde politique et donc très difficiles à confondre. Si ces gens ne sont pas dénoncés et arrêtés, nous seront condamnés à subit leur dictature pendant des siècles. Si un jour on arrête certains de ces gens, on comprendra que ce sont ceux qui hurlent le plus au loup terroriste qui le dirigent en réalité.

 

18 juillet 2015

La conspiration néo-fasciste

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 39 min

 

Le fascisme est à nos portes. Et personne ne semble s’en inquiéter. Le FN tutoie les 30% des voix selon certains sondages, de nouvelles lois liberticides sont adoptées chaque année, le racisme islamophobe gangrène les médias, les néo-nazis dominent le Web, les discours des élus se déchaînent contre les musulmans, la vraie gauche est écrasée par les satellites de répression, les Grecs doivent passer sous les fourches caudines du monétarisme européen de Bruxelles. La situation est grave et personne ne semble en avoir pris conscience. La démocratie est devenue une coquille vide ; les élections sont truquées par les satellites du Mind Control ; la répression électromagnétique mine sournoisement les fondements de notre ex démocratie. Les fascistes surveillent les internautes nuit et jour, les empêchant de s’exprimer librement, s’incrustant au cœur de la gauche pour mieux la détruire de l’intérieur, empêchant toute autonomie politique de la vraie gauche qui est devenue une variable d’ajustement pour les règlements de comptes entre fascistes.

Les fascistes sont implantés à gauche et à droite, sous forme mitterrandienne ou sarkozyste. Les fascistes dirigent le FN, parti néo-nazi bien que pro-israélien. Les fascistes dirigent les fédérations sportives, une bonne partie des médias, des services secrets, de la police et l’armée, de la magistrature. Les fascistes sont influents dans le monde de l’édition, à la télévision, dans les journaux. Ils sont présents à droite et à gauche. Ils sont reconnaissables à leur anormale propension à l’islamophobie, leur cheval de bataille depuis une trentaine d’années. Les fascistes sont soit ultralibéraux et antisociaux, soit faussement pro-salariés et racistes. La gauche réelle est devenue insignifiante depuis l’arrivée de la répression électromagnétique. Le coup d’Etat fasciste est en marche. Il faudra le contrer ou être condamnés à vivre dans un Goulag électromagnétique pendant des générations.

Durant la seconde guerre mondiale, les parlementaires français ont voté les plein pouvoirs à Pétain, et il est probable qu’ils réitèreront un vote de même nature s’il fallait donner le pouvoir à une junte suite à un attentat prétendument islamiste mais en réalité concocté par les nazis de différents services. La risque de dictature n’a jamais été aussi prégnant depuis 1945. Il faudrait donc que les défenseurs de la démocratie se décident enfin à protester contre la mascarade terroriste avant qu’il ne soit trop tard et que nous nous réveillions dans une dictature technologique pire que tout ce que nous avons connu depuis 2000 ans. Face à la propagande des terroristes fascistes qui dirigent l’Occident, il est plus que temps qu’une riposte intellectuelle soit mise en place. Il faut que tous comprennent que le terrorisme, l’islamophobie, le Mind Control et l’omerta sur cette répression secrète sont les armes du néofascisme et que continuer à taire les crimes du terrorisme d’Etat est une erreur qui s’avèrera fatale pour la démocratie dans le monde. Il est temps que tous les partisans de la démocratie se réveillent et dénoncent la conspiration néofasciste avant qu’il ne soit trop tard… s’il n’est pas déjà trop tard.

Les néo-fascistes, essentiellement pétainistes, sont infiltrés à gauche et à droite, de manière à enserrer la société d’une gangue indestructible. Que les électeurs votent à gauche ou à droite, ce sont toujours les fascistes qui gagnent.

Le PS a été fondé par François Mitterrand, ancien secrétaire d’Etat de Pétain et ministre de la 4ème République, à l’époque de la guerre d’Algérie notamment. Mitterrand était réputé pour sa haine des Algériens qu’il a réprimé sans limites. Et c’est ce pétainiste pro-colonial qui est devenu le leader de la gauche, à partir des années 1970 ! Dans ces conditions, il ne faut plus s’étonner des dérives droitières du PS, qui deviennent de plus en plus insupportables aux électeurs.

C’est toute la 3ème République qui est d’ailleurs suspecte, dans la mesure où elle a été crée sur les décombres de la Commune, l’insurrection populaire qui a fait tomber Napoléon III. Cette République fondée par Adolphe Thiers ne pouvait dégénérer qu’en dictature raciste, après plusieurs décennies de massacres coloniaux. La Laïcité proclamée de la 3ème République n’a jamais été autre chose qu’un prétexte pour réprimer les institutions religieuses qui auraient pu résister à la tyrannie de cette dictature à apparence démocratique. Si tout le monde ou presque est partisan de la laïcité, l’anticléricalisme de cette 3ème République s’est plus apparenté à du totalitarisme qu’à une défense de la liberté de conscience. Les pontes de la 3ème République voulaient apporter la « lumière aux races inférieures’ » qui ne leur avaient rien demandé. L’idéologie de Jules Ferry est celle d’un provincial corrompu et borné profitant d’un avantage militaire pour écraser les peuples colonisés après avoir maté sa propre population. La 3ème République n’a été rien d’autre qu’une dictature bourgeoise, manipulant déjà le terrorisme anarchiste pour attenter aux libertés. Les politiques actuels qui ont cette époque pour référence doivent être considérés comme des ennemis de la démocratie.

A droite, le pétainisme a pris la forme du sarkozysme, une sorte d’infâme mixture mêlant racisme et xénophobie avec affairisme et incompétence. Le sarkozysme est l’exact opposé du gaullisme, et il est étonnant que l’UMP (aujourd’hui LR) ait accepté en son sein des gens aussi éloignés du gaullisme que les libéraux-fascistes qui suivaient l’arriviste magyar. Les sarkozystes ont surendetté la France et mis à mal la démocratie en développant le Mind Control, la répression secrète qui représente une menace mortelle contre la démocratie.

Le Mind Control, c’est ce système de répression par satellite qui permet de torturer et tuer à distance, et qui empêche par conséquent toute critique importante de ceux qui le détiennent. Le Mind Control permet aussi de modifier les intentions de vote, ce qui permet de favoriser les candidats les plus à droite de tous les partis et le FN.

Les élections sont truquées par le Mind Control, et personne ne songe à protester ! A la fin, il est possible que, comme en Russie, ce soient les services secrets ou l’armée qui prennent directement le pouvoir, après avoir écrasé toute velléité de résistance de la part de ceux qui sont supposés défendre la démocratie.

Les fascistes du Mind Control disposent de ventriloques qui dirigent journalistes et politiques. De cette façon plus personne ne défend les libertés et on approche du jour où tout dissident sera condamné au Goulag à perpétuité. L’Internet est devenue une machine à repérer et ficher les citoyens, citoyens qui sont ensuite espionnés et harcelés à domicile par les rayons électromagnétiques diffusés par satellite. Notre démocratie n’est plus depuis longtemps qu’une coquille vide où les internautes sont secrètement persécutés, où les journalistes sont surveillés par satellite nuit et jour, où les néo-nazis sont utilisés pour harceler les citoyens sans que personne ne proteste.

Tant que les fascistes espionneront et tortureront secrètement les citoyens, journalistes, internautes et autres, on ne pourra pas dire que nous vivons en démocratie. Le silence des médias sur la question de la répression secrète est suicidaire et risque de conduire le pays vers une catastrophe totalitaire. Le fascisme est à nos portes. Il est temps de  le repousser.

Le fascistes haïssent particulièrement les internautes actifs, ces gens qui défendent leurs droits sans en référer à quiconque. C’est pour cela qu’ils ont mis en place une répression secrète implacable, pratiquant le harcèlement et la torture satellitaire contre les gens qui osent s’exprimer de manière indépendante.

Depuis des années les fascistes pourrissent la démocratie de l’intérieur, favorisant les corrompus et les criminels pour ensuite mieux les dénoncer, écrasant toute opposition de gauche par le biais de services entièrement nazifiés, s’infiltrant dans les médias et en en excluant les journalistes gauchistes, noyautant l’armée et la police, de manière à pouvoir obtenir des informations secrètes, participant à la répression du Mind Control pour mieux écraser la concurrence.

Le racisme est devenu l’instrument privilégié des fascistes et l’islamophobie, le seul racisme légal, l’outil favori de toute la sphère néo-fasciste et néo-conservatrice. La propagande islamophobe actuelle est l’exact pendant de la phraséologie antisémite d’avant-guerre, le but de l’opération étant de prendre le pouvoir sans jamais avoir à expliquer son véritable programme. Si le vrai but des fascistes est de supprimer tous les droits des travailleurs et des citoyens, de limiter fortement la liberté d’expression, de rétablir la torture (satellitaire) comme instrument de lutte idéologique, d’écraser la classe ouvrière et de la désarmer face au patronat, d’abolir les congés payés, les allocations chômage et le RSA, d’empêcher les classes populaires de partir en vacance et de profiter de loisirs à bon marché, de rendre les salariés esclaves de leurs patrons, de mettre tous les citoyens sous surveillance à l’intérieur de leur domicile, de mettre en place une société du type de celle du 19ème siècle pour ne pas dire du Moyen-Age,  ils ne peuvent pas le dire franchement. On se doute bien qu’un tel programme serait fort peu populaire au sein d’une très large majorité du peuple. Il faut donc faire diversion, chercher un bouc émissaire, Juif, Arabe, Noir, Rom ou autre, et diriger la population contre lui, de manière à lui faire oublier que c’est le peuple qui est la vraie cible du libéral-fascisme, alors que les victimes minoritaires ne sont utilisées que pour faire diversion.

La vraie gauche a compris depuis longtemps qu’il fallait éviter le piège raciste et qu’une concentration totale des forces contre l’ennemi fasciste et la bourgeoisie réactionnaire est une obligation pour ne pas perdre toutes les avancées démocratiques et sociales obtenues depuis deux siècles. D’ores et déjà, tous les droits démocratiques disparaissent : par le biais de lois « antiterroristes », les fascistes ont réussi à nous faire abdiquer nos droits les plus élémentaires comme le droit à la vie privée ou la liberté d’expression. Les fascistes veulent faire taire tous les citoyens pour ne laisser parler que des collabos corrompus qui feignent d’être de gauche mais votent en réalité pour le FN. Une autre des stratégies des fascistes consiste à s’infiltrer dans tous les partis politiques pour faire croire que les gens sont « tous d’accord » avec les politiques crypto-fascistes mises en place dans toutes les ex démocraties, et que les divergence ne portent que sur quelques points mineurs ou présentés comme tels.

Si la gauche accepte les atteintes aux libertés, elle n’aura plus ensuite les moyens de résister à la régression sociale puisque tous les syndicalistes auront été mis sous surveillance et soumis à des chantages ou des pression physiques. On peut d’ailleurs constater que personne n’a combattu sérieusement le passage de 37,5 annuités à 42 annuités nécessaires pour obtenir une retraite complète, alors que cette mesure qui a déjà créé un million de chômeurs supplémentaires aurait du être combattue avec la dernière énergie.

Il n’y a plus de vraie gauche en raison de la trop longue collaboration de celle-ci avec la répression bourgeoise et fasciste. Quand on surveille les honnêtes citoyens par satellite au lieu de dénoncer cette surveillance, on tue l’esprit même de la gauche qui consiste à faire respecter les libertés individuelles. Quand on dénonce l’islamisme au lieu de dénoncer l’islamophobie, on reprend en réalité le discours des fascistes et, les électeurs préférant les originaux aux copies, on se condamne à disparaître de la scène politique.

La pente infernale du renoncement commence par de petites compromissions avec le racisme islamophobe, puis par des collaborations avec la répression raciste et fasciste, et, tout cela se termine généralement au FN, les anciens gauchistes ayant tellement viré à droite qu’ils se retrouvent parfois à la droite du fascisme.

La ruse des fascistes consiste à ne pas baisser le masque avant d’avoir pris le pouvoir ; il s’agit de se faire passer pour les représentants des Français de souche, de leur dire que toutes les régressions sociales qu’on organise soi-même viennent des étrangers, immigrés, européens, ou américains, puis de faire croire que le seul moyen de récupérer un niveau de vie acceptable est voter nazi, d’expulser étrangers et minorités arabe, juive, rom et noire, de couper les ponts avec les Etats-Unis, d’empêcher les importations.

Le programme réel des fascistes est tout autre : il s’agit d’abord de supprimer discrètement toutes les libertés ; de faire taire les internautes ; de remplacer les syndicats, déjà très faibles, par de faux syndicats fascistes qui n’obtiendront jamais rien ; de faire interdire toute opposition gênante, de baisser les impôts des riches et très riches ; de confisquer les entreprises et de les redistribuer aux fascistes ; de pratiquer la torture de manière généralisée pour tous les opposants politiques ; de confisquer les biens des Juifs, des Arabes, des Italiens et autres « étrangers », en utilisant pour cela des ruses diverses ; de faire en sorte que les salariés deviennent les esclaves de leurs patrons qui auront le droit de vie ou de mort sur eux. La dictature fascistes à venir, à base de répression satellitaire secrète, sera pire que celle du 19ème siècle, époque où la bourgeoisie réactionnaire ne disposait pas du Mind Control.

Comme, il n’est bien entendu pas possible de présenter un tel programme au public, les fascistes concentrent leur tirs sur une délinquance ou un terrorisme qu’ils organisent eux-mêmes et dont ils sont les seuls à profiter. Tant que la vraie gauche n’aura pas été capable de dénoncer la mascarade terroriste destinée à promouvoir les arguments de l’extrême droite, elle n’aura aucune chance de devenir une force qui compte en France ou en Europe. Le cas grec a prouvé que même quand les électeurs votent à gauche, c’est une politique de droite qui est menée. Il n’est jamais question de faire payer les riches, ni de tolérer la moindre amélioration du sort du peuple. Tout cela ne cessera que le jour où la gauche aura le courage de dénoncer les hommes de l’Etat, terroristes et fascistes. Si rien n’est fait, la victoire des fascistes est certaine : sous forme de victoire de l’extrême droite ou de nazification des partis « démocratiques ».

La gauche est devenue très faible depuis qu’elle a rejeté le marxisme dans les poubelles de la pensée, alors même que Marx constituait le cœur de l’idéologie gauchiste. Sans Marx, le surmoi de l’Occident s’est déplacé à l’extrême droite du côté de chez Hitler. Mein Kampf a remplacé le Capital dans l’inconscient collectif occidental. Au Grand Soir comme objectif final a succédé le rêve d’une nouvelle Shoah. Les nouveaux philosophes se sont crus très malins en détruisant le marxisme ; ils ont juste réussi à remettre à la mode les pires fantasmes exterminateurs. Ils ont permis un retour au 19ème siècle pour ne pas dire au Moyen-Age. A la lutte des classes, qui profitait à presque tout le monde, ils ont substitué la guerre des races et civilisations qui ne  profite à personne et n’amène que la dictature et la guerre. Ils ont échangé une idéologie du progrès contre des théories de la régression, de l’oppression et de l’apocalypse. Il est inutile de dire que si la vraie gauche intellectuelle ne se réveille pas, le pire sera sûr. Une vraie gauche démocratique, antiraciste, sociale et luttant contre l’islamophobie, l’antisémitisme, le nationalisme et le fascisme. Une vraie gauche qui ne collabore pas avec la répression secrète mais la dénonce. Une vraie gauche qui ne cautionne pas le racisme islamophobe mais au contraire le combat en priorité, sachant que c’est par là que commencera le recul du néonazisme. Une vraie gauche qui cesse de parler dans le vide et fasse des propositions concrètes visant à faire payer les riches, les banques, les grandes entreprises, visant à faire interdire les persécutions satellitaires contre les citoyens, visant à diminuer le temps de travail et augmenter les salaires, visant à taxer les profits boursiers et à combattre l’industrie nucléaire. Sans un retour de la lutte des classes, le monde se dirigera vers une catastrophe mondiale, économique et sociale, du type de celle de 1929, ce qui entraînera irrémédiablement le retour d’une forme ou d’une autre de nazisme, qui massacrera les Juifs, les Arabes, les Noirs et les gays, avant de mettre toute la population en esclavage, d’enfermer les dissidents dans des camps, de pratiquer la torture par satellite de manière systématique, de rétablir une forme de servage qui s’apparentera à ce qui se pratiquait au Moyen-Age ou dans l’Antiquité.

Pour éviter la catastrophe, il faut remettre à l’honneur le gauchisme intégral, tiersmondiste, antinationaliste, antibourgeois et antifasciste. La gauche mollassonne n’arrivera nulle part ; la gauche corrompue encore moins. En Allemagne, dans les années 20, la fausse gauche post spartakiste a préparé l’avènement du nazisme. C’est un peu ce que fait la fausse gauche actuelle. C’est la raison pour laquelle la démocratie ne pourra éviter une régénération de la gauche radicale, si elle veut éviter un retour de la barbarie nazie. Il faut donc que la collaboration avec le Mind Control, instrument surpuissant de la réaction bourgeoise profasciste cesse, et qu’enfin la vraie gauche combatte pour le respect des droits de l’homme, la liberté d’expression, la dignité humaine et le retour de la démocratie réelle, non soumise à la dictature des satellites de surveillance.

Depuis la mise en place du Mind Control en France dans les années 80, nous ne sommes plus en démocratie. Les chiens de garde surveillent et persécutent tous ceux qui représentent un danger pour leur complot ; de nombreux intellectuels parmi les plus virulents sont décédés dans des conditions atroces : maladies, suicides, démence, le tout provoqué par les satellites de surveillance. La répression secrète a écrasé la vraie gauche au point où il n’existe aujourd’hui plus personne pour s’opposer à la dérive fasciste qui frappe la planète. Il est inutile de dire que si le Mind Control n’est pas dénoncé, les fascistes prendront rapidement le pouvoir en Europe d’abord et aux Etats-Unis ensuite.

On en peut que constater que la totalité de l’information télévisée ne profite qu’aux fascistes. Tout ce qui a rapport à la lutte de classes est gommé et il ne reste que des reportages sur la vie quotidienne des gens ou de la propagande crypto-nazie, à base de xénophobie ou d’islamophobie. Chaque jour, une nouvelle information d’inspiration xénophobe est mise en évidence : bikini à Reims, foulard à Creil, Saoudiens à Vallauris, migrants à Calais ou Vintimille, Daesh en Syrie ou Irak, Boko Haram au Nigéria, Talibans en Afghanistan,  Aqmi dans le Sahara. Toute l’information est à base d’islamophobie coloniale et donc de racisme. L’islamophobie étant le seul racisme autorisé, les fascistes se jettent sur cette faille du système pénal pour inonder l’information de leur discours haineux et contagieux. Limiter la possibilité de propagande pour les islamophobes pourrait être aussi judicieux que de prohiber le discours raciste, antisémite, homophobe et autres. Il n’est pas normal que les racistes puissent développer un discours criminel sous couvert d’une lutte anticléricale qu’ils ont d’ailleurs toujours refusée. Ce que haïssent les racistes derrière l’islam, ce sont les musulmans et notamment les Arabes et les Noirs. Si l’islam était la religion des Allemands ou des Belges, il y aurait beaucoup moins d’islamophobes dans le monde…

La passivité de la gauche face au Mind Control provient du fait que les gauchistes pensent que tout cet appareil répressif est réservé aux terroristes ou aux musulmans, alors même qu’en réalité c’est la gauche et la démocratie qui sont visées. La stratégie des fascistes consiste à ignorer leurs ennemis politiques gauchistes, pour déverser leur haine contre les étrangers et les minorités, notamment musulmanes. Leur plan est de faire tourner toute leur propagande autour de la question islamique, et d’accuser tout ce qui s’oppose au fascisme de complicité avec les musulmans, alors que ces derniers sont très faibles, ne représentent aucun danger,  et n’ont pas la capacité de résister au fascisme islamophobe. Les fascistes mettent en évidence un « danger » factice, pour mieux s’infiltrer dans tous les milieux et apparaître comme des sauveurs, face à un péril qu’ils savent imaginaire. En inventant un ennemi faible créé de toutes pièces, ils peuvent mobiliser la société dans une grande campagne raciste dont ils sont les leaders, et ensuite faire oublier les atrocités commises par leurs ancêtres politiques tout au long de l’histoire, en commençant par les croisades, l’Inquisition, les massacres d’Amérindiens dans le Nouveau Monde, l’esclavage raciste, l’exploitation capitaliste des prolétaires, le massacre de la Commune de Paris, les atrocités coloniales, et finalement, le point d’orgue de toutes les atrocités fascistes, le nazisme et son âme damnée le pétainisme qui nous dirige encore aujourd’hui.

Les fascistes ont pris le contrôle des médias dans les années 80 et depuis, la situation des citoyens de cesse de se détériorer. L’emploi précaire s’est généralisé, le harcèlement est la nouvelle forme de gestion du personnel, le racisme notamment islamophobe est redevenu à la mode, les salaires sont bloqués pendant que les revenus financiers explosent,  le chômage devient un mode de vie, les petits revenus diminuent pendant que les très gros augmentent, les riches se retrouvent légalement exonérés d’impôts quand ils savent s’arranger alors que les usagers payent leur factures de plus en plus cher. L’ascenseur social est en panne ; la méritocratie n’existe plus ; la gauche semble se consacrer à la création de l’islamophobie et au combat pour le mariage homosexuel, au lieu de tenter de réduire les inégalités. Une sorte de poujadisme sournois s’infiltre dans toute la société. Les FN dépasse les 25% lors de la plupart des élections, en raison notamment de la propagande acharnée que lui font les médias. La bourgeoisie a gagné le combat dans tous les domaines : elle a le pouvoir, l’argent et a réduit le peuple à une situation proche de l’esclavage. Elle fait taire tout dissidence et encourage le néofascisme comme au bon vieux temps des années 20 et 30. Face à elle, la vraie gauche se distingue par une incroyable nullité, ne sachant jamais quoi dire ni quoi faire. Il faut espérer que cette situation change avant que nous nous retrouvions dans une situation proche de celle du Moyen-Age. Les fascistes sont à nos portes, les bourgeois dirigent nos cerveaux, les chiens de garde se rient de nous, la résistance est pour l’instant au point mort. La situation est grave mais personne semble n’en avoir pris conscience.

L’islamophobie, succédané d’antisémitisme, est le produit d’appel des néo-nazis. Les fascistes ne peuvent plus s’en prendre ouvertement aux juifs, ceux-ci disposant de moyens de rétorsion non négligeables ; ils attaquent donc les musulmans, qui sont pour eux une sorte de synthèse entre Juifs et Noirs : d’une part les musulmans sont pour la plupart d’origine afro-asiatique et d’autre part ils pratiquent une religion non chrétienne, ce qui les apparente aux Juifs. De plus, ils ont un niveau d’organisation très faible et peuvent donc se faire diffamer par les médias pendant des années sans mettre en place une réaction quelconque. La faiblesse organisationnelle des musulmans et leur nombre important en Europe permet de les désigner comme boucs émissaires sans prendre, pour l’instant, le moindre risque. Les attaques systématiques contre les musulmans, désignés par les vocables « islamiste », « djihadiste », « salafiste » ou autre, sont en réalité le prolongement d’un esprit colonial du type de celui de Jules Ferry et illustrent même, dans certains cas, une idéologie croisée, telle qu’on a pu la connaître au Moyen-Age. Ces attaques islamophobes font le jeu de l’extrême droite, en France et dans le reste du monde. Les défaites répétées du PS en France proviennent bien sûr de ses échecs économiques, mais plus encore de la propagande islamophobe pétainiste qui accompagne ce parti dès qu’il prend le pouvoir, propagande qui ne nuit pas à l’UMP-LR mais au contraire à la gauche dans son ensemble et au PS en particulier. Les voix gagnées par le FN proviennent en grande partie de la gauche et du PS. L’islamophobie et le racisme deviennent le socialisme des manipulés. Pour le PS, continuer les campagnes islamophobes permanentes dans les médias conduira inévitablement à se faire éliminer dès le premier tout lors de toutes les élections présidentielles, comme ça a été le cas pour Lionel Jospin en 2002. Pour le PS, organiser l’islamophobie dans les médias revient à se tirer une balle dans la tête et à planifier sa disparition politique. Les partis de gauche qui veulent survivre se doivent d’être antiracistes et, le racisme actuel qui sert de viatique aux nazisme international, c’est bien l’islamophobie, même si derrière cette islamophobie se cache presque toujours un antisémitisme exterminateur d’inspiration nazie.

Le PS semble ne pas avoir guéri de sa propension au colonialisme et au racisme. Aujourd’hui encore, les forces coloniales persécutent les musulmans de RCA et mettent en place dans ce pays comme dans le reste de l’Afrique francophone, une dictature de type néo-colonial destiné à empêcher tout développement économique dans le continent. Empêcher l’Afrique de se développer, réduire l’influence chinoise, diviser pour régner, détruire les régimes progressistes tel celui de Kadhafi, voila un peu la feuille de route du fascisme colonial en Afrique, fascisme qui prévaut quelque soit le parti dirigeant en France, mais qui se déchaîne dès que les pétainistes sont au pouvoir. Dans les années 90 par exemple, le Rwanda et l’Algérie ont été de bons exemples de moi profond du pétainisme prétendu socialiste.

Beaucoup pensent que pour progresser politiquement, il faudrait fonder un nouveau parti socialiste, anticolonialiste, anti-pétainiste et pro-salarié. On remarque que le PS actuel ne fait absolument rien pour les salariés et tout pour les patrons ; qu’il développe un racisme islamophobe de type néo-nazi au lieu de renforcer le véritable antiracisme ; qu’il conduit une politique néocoloniale à base de guerre civile et d’appui (provisoire) aux dictateurs du tiers monde, au lieu de suivre une véritable politique de coopération et de développement.

A l’extrême gauche, on constate que les diverses formations n’arrivent pas à se regrouper et ne peuvent donc pas peser sur le débat politique. De plus la position de plusieurs de ces partis d’extrême gauche semble proche de celle du colonialisme socialiste, approuvant notamment l’intervention au Mali et ne dénonçant pas l’action des socialistes en Syrie et notamment l’organisation d’une guerre civile sans vainqueurs ni vaincus dans ce pays, dans le but de le détruire totalement.

Depuis la chute de l’Empire soviétique, la position du PCF sur la question néocoloniale, n’est pas claire : l’action de l’Etat français aux mains des fascistes n’est jamais dénoncée, alors même que la critique du néocolonialisme fait partie du fond de commerce de base des partis de gauche. Sans attaques virulentes contre la politique coloniale suivie par l’Etat français, les gauchistes auront très peu de chance de percer un jour sur la scène politique française.

De plus, tous ces partis communistes, écologistes et gauchistes n’arrivent pas à s’unifier : à chaque élection ils présentent 3 ou 4 candidats, qui font chacun aux alentours de 5%, ce qui les rend inaudibles et permet un écrasement toujours plus profond des classes populaires et moyennes par la bourgeoisie rapace qui dirige la France et le monde. Le FDG, dirigé par Jean-Luc Mélenchon a atteint les 11% en 2012, mais il semble que ce soit l’exception qui confirme la règle.

Tout observateur impartial ne peut que constater que la seule solution pour que les communistes et les gauchistes reprennent une certaine influence en France, c’est d’organiser leur unification de manière très large au sein d’un front regroupant le PCF, le NPA, EELV, le PG, ND, LO et tous les groupuscules de gauche présent sur la scène politique française. Tous ensemble ces partis peuvent dépasser les 15%, ce qui permettrait de négocier avec le PS et d’obtenir quelques avancées pour les travailleurs, les chômeurs, les retraités, les classes populaires et moyennes en général.

Pour l’instant, dans le cadre des élections régionales, on constate que dans plusieurs régions, il y a déjà 3 listes écologistes ou d’extrême gauche…

Fascistes

La puissance des fascistes provient du Mind Control, la répression secrète qui permet de harceler secrètement les internautes, les journalistes, les politiques. Les délinquants fascistes du Mind Control bénéficient de l’impunité la plus totale pour leurs crimes, meurtres, viols, espionnage, harcèlement, un peu comme s’ils avaient déjà pris secrètement le pouvoir. Cette impunité dont jouissent les nazis du Mind Control, s’apparente à une sorte de coup d’Etat fasciste secret. Ces cyber-nazis peuvent transformer la scène politico-culturelle à leur image : ils réhabilitent discrètement le nazisme, ils organisent une propagande raciste islamophobe d’inspiration exterminatrice, ils surveillent tous les dirigeants politiques et veillent à faire exclure tous les vrais antifascistes de la vie publique, ils favorisent les corrompus et les incapables pour mieux ensuite apparaître comme les chevaliers blancs de la politique, alors qu’ils constituent en réalité la partie la plus totalement nuisible de cette activité.

Les fascistes du Mind Control, proches de Hitler, de Mussolini ou de Pétain, surveillent illégalement l’ensemble de la société. Ces nazis du MC sont des gens extrêmement jaloux et haineux ; tous les Français peuvent être victimes de ces monstres, qui semblent être des caricatures de fascistes telles qu’on les voit dans les films. Ces fascistes ignares haïssent les cadres et les techniciens, car ils sont des déchets de la société incultes, des gens qu’aucune entreprise ne voudrait embaucher tellement ils sont caractériels, des gens qui représentent une catégorie inférieure à celle des immigrés ou des délinquants. Ces gens, ce sont les fascistes, le danger suprême pour la société française. Si ces déchets sociétaux ne sont pas combattus maintenant, les classes moyennes et cultivées risquent de connaître un véritable enfer dans les années à venir.

Déjà, les fascistes surveillent toutes les grandes entreprises, harcelant les cadres au travail et à domicile, dans le silence complice des syndicats dont tous les dirigeants sont sous contrôle et travaillent comme collabos du Mind Control. Dans ces entreprises, les fascistes harcèlent non seulement les employés, mais aussi les dirigeants ainsi que la concurrence. Progressivement, les fascistes se font embaucher de force dans les entreprises qu’ils surveillent, après avoir fait licencier les vrais salariés qui eux faisaient leur travail. Ces fascistes incrustés constituent un véritable boulet pour l’économie française. La stupidité de ces nazis obère fortement l’efficacité des entreprises française, ce qui conduit à une stagnation économique depuis plus de 10 ans. Dans le reste du monde aussi, la pieuvre fascistes s’agrippe à l’économie et finit par la détruire complètement. Tant que la société civile n’aura pas dénoncé l’hydre nazie du Mind Control qui opprime secrètement la société, la vie des citoyens continuera d’être un enfer, surtout lorsqu’on sait que la surveillance du MC s’exerce aussi au domicile des salariés et pas seulement dans les entreprises.

Les nazis du Mind Control ne se contentent pas d’espionner et de harceler : souvent ils torturent et ils tuent, provoquant cancers et crises cardiaques par utilisation d’ondes électromagnétiques appropriées diffusées par satellite. Si les Français continuent d’ignorer la question de la terreur fasciste du Mind Control, alors ils faudra qu’ils s’attendent au pire pour eux et leurs familles ; chacun comprend que les abrutis fascistes sont des gens d’une jalousie de psychopathe, qu’ils sont capables de tout, et qu’il faut les arrêter par tous les moyens pendant qu’il en est encore temps. Tant que ces comploteurs nazis du Mind Control n’auront pas été mis hors d’état de nuire, la démocratie ou ce qu’il en reste sera gravement menacée et les citoyens finiront par devenir les esclaves des hommes de l’Etat.

Le problème avec les fascistes, c’est qu’ils se croient tout permis ; ils sont au dessus des lois. Alors que pour un simple citoyen le moindre oubli fiscal ou excès de vitesse est sévèrement puni, eux, les fascistes tuent, violent, espionnent impunément, justifiant leurs crimes en alléguant des nécessités de la lutte contre un terrorisme qu’ils sont créé eux-mêmes. Comme il faut lutte contre la terreur, alors on supprime les libertés des citoyens, on les agresse à domicile, on les fait virer de leur boulot, on les fait divorcer, on les espionne sans vergogne. Les citoyens sont donc doublement victimes de la terreur fasciste : d’une part, il doivent courir le risque d’exploser lors d’un attentat, et d’autre part, ils perdent progressivement tous leurs droits : droit à la vie privée et droit aux libertés individuelles notamment, sachant qu’ils avaient déjà perdu le droit au travail depuis longtemps. Les fascistes ne sont pas le remède aux problèmes des Français : ils en sont la cause. Ce sont leurs services qui organisent les attentats terroristes, qui favorisent la délinquance, qui appuient les politiciens les plus pourris pour discréditer la démocratie. Ce sont eux qui ont l’intention non seulement de déporter et massacrer Juifs, Arabes, Noirs et Gitan, mais aussi d’écraser les franco-français, en les mettant sous surveillance, en leur appliquant la torture systématique, en supprimant tous leurs droits, en les réduisant à une sorte d’esclavage moderne. La démocratie est en danger : c’est aujourd’hui qu’il faut réagir et non quand il sera trop tard.

La stratégie des fascistes consiste à jouer les innocents : non ils n’ont pas l’intention d’exterminer les Juifs et les Arabes, non ils ne désirent pas mettre tous les Français sous surveillance, non ils ne veulent pas rétablir la torture généralisée en France. Et pourtant, tous ces faits existent déjà : Arabes et Juifs sont surveillés, bien qu’il existe de nombreux collabos dans les deux communautés, des milliers d’Arabes, de Noirs et autres sont assassinés chaque année par les satellites de surveillance aux mains des fascistes, des plans d’extermination sont étudiés secrètement par des autorités administratives au mépris de toutes les lois, l’information est entièrement contrôlée et manipulée par le Mind Control, les journalistes sont soumis à une surveillance permanente, sous prétexte des les protéger contre une menace terroriste qui vient elle aussi des fascistes. Les citoyens ont perdu tous leurs droits ; beaucoup s’en doutent et personne ne peut rien faire contre une menace fascistes cachée, contre un ennemi sans visage, contre les criminels de l’ombre, qui sévissent dans le plus grand secret, bénéficiant d’une impunité presque totale, sauf bien sûr lorsque ces forces de l’ombre se battent entre elles pour le contrôle du cheptel.

En réalité, les fascistes ont bien l’intention de supprimer tous les droits des citoyens mais ils ne peuvent pas le dire pour l’instant, de peur de provoquer une réaction de la société. Ils feignent donc d’être de braves démocrates, des amoureux de la République, des champions de la laïcité, alors qu’en fait ils ne cherchent qu’à tromper les gens pour se faire élire et ensuite écraser les citoyens et leur ôter la possibilité de se libérer de leur future dictature. Comme Big Brother, les fascistes disent exactement le contraire de ce qu’ils pensent : ils sont contre la démocratie, contre les droits des travailleurs, contre toute forme de liberté et ne cherchent qu’à instaurer un régime fasciste d’inspiration pétainiste, qui se comportera comme le régime de Franco au mieux ou comme celui d’Hitler au pire.

Les fascistes ne parlent pas franchement parce qu’ils ne le peuvent pas sans ruiner leur fond de commerce. Déjà les nazis, dans les années 30, pratiquaient le mensonge éhonté : ils prétendaient défendre la paix et la liberté, alors qu’ils faisaient en réalité le contraire, ils prétendaient que c’était les juifs qui avaient provoqué la guerre alors qu’en fait ils avaient planifié la guerre mondiale depuis des années. Croire les fascistes est une erreur fatale, qui provoque le plus souvent la mort de millions de personnes. Les fascistes sont des menteurs, des escrocs politiques, des voleurs et des violeurs. Leur plaisir dans la vie c’est d’opprimer et de tuer ; ces gens, qui n’ont le plus souvent aucune qualité particulière veulent dominer leurs congénères, utilisant pour cela la ruse et la force brutale. Ces déchets de la société, bêtes, méchants et malhonnêtes, prétendent diriger des gens qui valent 100 fois mieux qu’eux. Les fascistes sont des amis qui nous veulent du mal ; ce sont des nuisibles qui ne perpètrent leurs méfaits que lorsqu’ils sont assurés de l’impunité. Pour pouvoir bénéficier de l’impunité il faut qu’ils créent le chaos, comme ils le font avec les attentats terroristes qui leur permettent de décréter un état d’urgence permanent dont ils sont les seuls à profiter.

Face au complot fasciste, la réaction de la société civile est très faible : plus personne ne dénonce les fascistes, ni ne soupçonne que le terrorisme est issu des rangs de l’extrême droite et non de celui des musulmans. Personne ne soupçonne que les crises économiques sont provoquées par les fascistes qui sont les seuls à en profiter. Personne ne dénonce le Mind Control, cette répression secrète qui vise tout le monde et notamment les internautes et qui ne  profite qu’aux éléments les plus réactionnaires de la société.

La France comme le reste du monde est en passe de sombrer dans le totalitarisme et personne ne semble s’en inquiéter, alors même que la dernière vague fasciste a ravagé l’Europe il y a moins de 100 ans. Il faut vraiment que les intellectuels, collabos pour la plupart, se réveillent et dénonce l’hydre néo-nazie avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, ils feront partie des premières victimes du fascisme, les nazis haïssant les intellectuels même de droite, la capacité de raisonnement de ceux-ci mettant en exergue la stupidité de ceux-là.

Il faut écraser les fascistes avant que ce ne soient eux qui nous écrasent. Il faut dénoncer leur arme suprême, la répression par satellite, qu’ils utilisent contre les civils au mépris de toute la législation fondatrice des systèmes démocratiques. D’ores et déjà, ces nazis espionnent les internautes par satellite, tentent de les empêcher de s’exprimer, les harcèlent nuit et jour, toujours par satellite, sans que personne ne considère nécessaire de protester.

Une autre tactique des fascistes consiste à diviser pour régner : ils opposent les communautés les unes aux autres, ils désignent certains groupes comme boucs émissaires pour mieux masquer leurs propres crimes, et ensuite ils n’ont plus qu’à profiter de leur propagande pour prendre le pouvoir et le garder. Ils ont pour méthode de faire dégénérer les lutte sociales en luttes ethniques et de transformer la lutte des classes en guerre des races, alors même que les fascistes blancs ne font rien pour aider les autres blancs et n’ont d’autre objectif que de les réduire à une sorte d’esclavage moderne, à base de précarité, de surveillance satellitaire permanente, de harcèlement secret. Les fascistes ne défendent pas les Français de souche ou les blancs, comme ils veulent le faire croire : ils les trompent sciemment pour prendre le pouvoir et ensuite leur faire subir une « discipline » très dure où ils seront réduits à l’état animal. Seuls ceux qui connaissent vraiment les fascistes savent quels sont les buts finaux de ces gens. Ils savent qu’ils veulent tout le pouvoir et qu’ils ont bien l’intention d’en abuser dès qu’il l’auront obtenu. Pour eux, les agressions contre les minorités servent à faire croire qu’ils veulent le bien de la majorité alors qu’en réalité, partout où les fascistes dirigent, le peuple est écrasé et perd à la fois sa liberté, sa dignité et sa prospérité. Quand le fascisme distribue des miettes aux classes populaires, c’est parce qu’ils se sent menacé de l’extérieur. Le but ultime des forces totalitaires est de supprimer toute autonomie pour les citoyens. Le but est de faire en sorte que ces citoyens deviennent des esclaves ou même des animaux domestiques qu’on utilise en cas de besoin. La domination totale des humains devient possible par l’utilisation d’ondes électromagnétiques diffusées par satellite, ondes qui peuvent réveiller ou endormir, calmer ou énerver, diriger la conduite des ciblés de manière très précises, pousser au crime ou au suicide, provoquer des disputes ou des bagarres. Les ondes du Diable peuvent tout ou presque et ces ondes sont entre les mains de divers services fascistes qui les utilisent pour mettre l’extrême droit totalitaire au pouvoir partout, et ce dans l’indifférence générale de ceux(très nombreux)  qui savent, journalistes, politiques, policiers, militaires, hauts fonctionnaires et autres, tous ces gens qui croient qu’il vont profiter du Mind Control, alors qu’en réalité ce système risque de leur causer de très graves ennuis.

Le Mind Control est aux mains des bourgeois fascistes, et notamment entre celles de vieux hiérarques haineux et stupides qui dirigent la société de manière indue et occulte alors qu’ils ne valent pratiquement rien et que seule notre inertie leur permet de nous dominer.

Il faut arracher les mannettes des mains des fascistes, pour que la société puisse respirer de nouveau. Quand les vieux nazis torturent par satellite, il faut immédiatement qu’ils soient arrêtés et conduits en prison ou en hôpital psychiatrique. Il ne faut plus que ces médiocres psychopathes continuent de menacer la société civile qui doit se défendre maintenant contre ces monstres sous peine de devoir subir la tyrannie des ordures nazies pendant des générations.

Les vieux déchets fascistes qui s’incrustent chez les gens en utilisant les satellites du Mind Control doivent être éradiqués totalement. Face à la terreur fasciste, il faut répondre par une fermeté sans failles. Il faut mettre les délinquants nazis qui se croient au dessus des lois et de la société hors d’état de nuire. Sinon, la vie des génération futures sera un enfer.

Les fascistes semblent diriger les médias et la plupart des partis politiques. Toute l’information diffusée profite au nazisme : depuis 15 ans on nous parle de la jungle de Calais, et le problème n’est, comme par hasard, toujours pas résolu. Tout le monde comprend bien que la situation des migrants de cette ville ne profite qu’au FN qui a de bonnes chances de remporter les élections régionales de 2015 dans le Nord. Plus il y a de problèmes de migrants et plus les fascistes grimpent dans les sondages. Pour savoir qui sont les responsables d’un problème donné, il faut se demander à qui profite le crime…

Le meilleur moyen de résoudre la question des migrants de Calais serait d’envoyer ces gens en Grande-Bretagne où les autorités décideraient si elles leur accordent un titre de séjour où non. Empêcher ces migrants d’aller demander l’asile dans le pays qu’ils ont choisi et dont ils parlent la langue est une atteinte inadmissible aux droits de l’homme qui ne profite qu’aux fascistes français. On constate que toutes les situations qui semblent le fruit d’une incompétence totale des dirigeants politiques profitent toujours in fine aux fascistes. Migrants, crises économiques, terrorisme, tous ces problèmes « insolubles » ont en réalité pour objectif de faire progresser les fascistes dans l’opinion dans le but de leur permettre d’accéder au pouvoir le plus rapidement possible. Pour lutter contre le chômage, il suffirait de faire partir les gens à la retraite plus tôt au lieu d’allonger la durée de cotisation, ce qui maintient les vieux au travail et empêche les jeunes d’y accéder. De même, diverses mesures de réduction du temps de travail permettraient de faire reculer le chômage de manière massive. Une hausse des minima sociaux aurait pour conséquence un boom de la consommation et une relance de l’économie. La mise en place d’un salaire étudiant relancerait l’économie par la demande. Une hausse des impôts des riches permettrait de diminuer le déficit budgétaire  et même de générer un excédent ce qui permettrait de rembourser progressivement la dette tout en lançant de grands travaux d’infrastructure et en développant la recherche scientifique publique. Tout fonctionnerait mieux dans le cadre d’une politique économique keynésienne et colbertiste. Mais, une relance de l’économie obérerait fortement la croissance du fascisme en France. Quand tout va bien, personne ne veut plus voter pour des gens donc le seul l’objectif est la suppression des libertés acquises depuis des siècles. Pour que la fascisme monte, il faut d’abord que les gens souffrent…et pour que les gens souffrent, il faut saboter l’économie et créer un chaos qui allie la perte des libertés avec la désorganisation totale de la société.

Les fascistes se sont créé un nouveau bouc émissaire, les musulmans ; leur rôle est de remplacer les juifs en tant que fédérateurs involontaires du fascisme international : en organisant des attentats terroristes à intervalle régulier, les néo-fascistes peuvent limiter progressivement les libertés des citoyens, les habituer à se faire fouiller partout où ils vont, leur faire accepter la surveillance de déchets fascistes professionnels ou non. Le terrorisme ne profite qu’aux fascistes ; grâce aux crimes terroristes, les néo-nazis ont pris la direction de la société, développé un répression secrète qui ne profite qu’à eux, imposer une loi du silence sur les nouveaux instruments d’oppression tel le Mind Control, de manière à ce que les citoyens ne puissent se défendre contre une menace dont ils ignorent la nature réelle. Personne ne sait que les satellites filment à travers les murs, lisent dans les pensées, contrôlent les comportements. Personne ne peut donc protester. Ceux qui savent sont complices et évitent donc de se dénoncer eux-mêmes. Derrière tout ce dispositif de répression se cachent les fascistes, qui tentent de fédérer les élites, pour mieux les asservir par la suite. L’islamophobie est devenue la Terre Promise des néo-nazis : sous prétexte de combatte l’islamisme et le terrorisme, qu’ils organisent eux-mêmes il faut le rappeler, les hommes de l’Etat mettent toute la population sous surveillance et imposent le secret sur les méthodes antidémocratiques et criminelles qui sont utilisées contre les citoyens : des centaines de milliers de simples salariés, d’internautes, de citoyens sans histoires sont surveillés et harcelés secrètement par les nazis du Mind Control. Ces gens qui croient être victime de la fatalité sont en réalité la cible de psychopathes envieux qui leur pourrissent leurs vacances, qui les font licencier de leur emploi, qui les rendent malades ou infirmes, qui les font divorcer, qui les brouillent avec leurs amis, qui détruisent l’avenir de leurs enfants. Ces sales nazis hypocrites, vieux pour la plupart, haïssent les jeunes, les empêchent de vivre, fous d’une démence sénile qui ne pourra être traitée que dans des établissements spécialisés.

Les fascistes du Mind Control manipulent le monde politique : ils favorisent les plus corrompus, les plus racistes, les plus incompétents pour discréditer la démocratie. Le but est de dégoûter les gens de la liberté et de leur faire croire que tout irait mieux avec les nazis, alors que bien sûr, avec les fascistes la situation serait encore plus affreuse que celle qui prévaut aujourd’hui.

Les fascistes et leurs services de surveillance publics et privés, se donnent pour mission de détruire la gauche de l’intérieur en infiltrant en son sein des fascistes, en provoquant des disputes qui empêchent toute action constructive, en contrôlant les esprits pour y instiller les stratégies les plus ineptes possible de manière à rendre impossible tout espoir de victoire pour la vraie gauche.

Les fascistes tentent aussi de populariser le racisme en promouvant les minoritaires les plus corrompus possible dans la vie publique, de manière à provoquer un sentiment de rejet xénophobe de la part de la population. Les fascistes ont les moyens de tout calculer, de tout planifier ; ils disposent d’un outil d’une puissance pratiquement illimitée : le Mind Control. Garder le secret sur cette machine diabolique fait partie de la stratégie fondamentale du nazisme international. Si les vrais démocrates ne dénoncent pas cet instrument de répression satanique, alors le monde risque fort de connaître bientôt une nuit totalitaire qui pourra se prolonger pendant des siècles. Parfois, la loi du silence peut être considérée comme criminelle.

Les fascistes du Mind Control ont pour méthode de créer des problèmes et de prétendre ensuite les résoudre. Par exemple, pendant des années ils laissent la délinquance prospérer, et ensuite, ils se décident à agir, mais en ayant préalablement supprimé toutes les libertés des citoyens. Le Mind Control a tous les droits ; les citoyens plus aucun. Quand des intellectuels ou hommes politiques s’étonnent des méthodes du Mind Control, on leur répond que c’est pour combattre une délinquance que les fascistes du Mind Control organisent eux-mêmes depuis des années. La même méthode est utilisée avec le terrorisme : les services secrets créent des groupes qu’ils manipulent à distance et ensuite exigent des suppressions de libertés qui finissent par changer la nature même des régimes « démocratiques ».

Le secret rend les fascistes touts puissants et les protège contre toute action en Justice : puisque le Mind Control n’existe officiellement pas, personne ne peut dénoncer les crimes commis par ses agents, quelque soit l’horreur des atrocités commises par les fascistes. Tout cela aboutit à une dictature de fait, qui, logiquement, favorise l’extrême droite, tel le FN en France ses équivalents dans les autres  pays. Progressivement les fascistes imposent leur logique et l’illustrent par des crimes qu’ils organisent eux-mêmes pour manipuler l’opinion. On constate que l’action des terroristes ne profite qu’aux fascistes. Après chaque attentat on renforce les moyens des forces de sécurité et on diminue les libertés des citoyens qui ne protestent pas, ne sachant pas que la terreur vient des services qui sont supposés les protéger.

La seule solution pour mettre un terme à ce complot fasciste qui menace nos société est que les intellectuels et journalistes se mettent enfin à faire leur travail, ce qu’ils ne veulent visiblement pas faire, pour ne pas être eux-mêmes agressés par le Mind Control. La lâcheté de nos élites risque de mettre en cause les fondements mêmes de nos démocratie. Ces gens qui se taisent sont aussi coupables que les fascistes qui nuisent dans l’ombre. L’omerta sur la répression secrète est criminelle et aboutira à la guerre mondiale et la dictature.

 

Intellectuels

 

Les intellectuels ne font plus leur travail depuis longtemps. Ils collaborent avec le Mind Control, ne comprennent pas l’imminence du péril totalitaire, popularisent les idées de l’extrême droite sans même comprendre que ce sont eux qui sont visés par leur propres propos.

Quand Alain Finkelkraut, Eric Zemmour et Elisabeth Lévy font de la propagande islamophobe, ils ne se doutent pas que leurs textes pourraient être utilisés contre eux, en remplaçant simplement les mots « islamiste » et « salafiste » par « sioniste »  ou « ultraorthodoxe ». La technique qui consiste à organiser des attentats pour en faire accuser les musulmans pourraient aussi être appliquée contre les juifs. Les accusations de communautarisme pourraient se retourner très facilement contre les juifs. De nombreux intellectuels juifs tirent contre leur camp en dénonçant les musulmans qui ont protégé le judaïsme pendant des siècles. Alors que les racistes d’extrême droite dénoncent le statut de « dhimmi’, eux sont les héritiers des bûchers de l’Inquisition et des massacres systématiques de musulmans. Ceux qui dénoncent la violence supposée du Coran, n’ont jamais lu la Bible. Ils ont aussi oublié les bulles papales qui condamnaient juifs, musulmans, protestants et hérétiques à mort. Tout se passe comme si les néo-nazis avaient pris le contrôle du mental des intellectuels juifs et les utilisaient pour leur propre compte en les poussant à défendre leurs ennemis héréditaires.

Le vrai problème des intellectuels actuels, c’est qu’ils sont devenus des collabos du système, un peu comme ceux des pays de l’Est à l’époque soviétique. Ils n’ont pas compris que c’est aujourd’hui qu’il faut combattre le fascisme et non quand il sera trop tard. Ils n’ont pas compris que le Mind Control satellitaire est une plaie pour toute la société. Ils n’ont pas compris qu’ils sont devenus des pantins de leurs pires ennemis. Ils n’ont pas compris que nous vivions actuellement un putsch fasciste secret. Ils n’ont pas compris que l’islamophobie était un succédané de l’antisémitisme et l’arme suprême du totalitarisme actuel. Ils n’ont pas compris qu’ils resteront dans l’Histoire comme des collabos minables qui ont livré le pays au fascisme.

Jean-François Kahn est l’exemple type du visionnaire myope, du destructeur de moulins à vent, de pigeon du fascisme le plus extrême. Kahn croit que le pire ennemi des juifs ce sont les musulmans, et notamment ceux qu’il appelle les islamistes, « islamiste » étant un nom de code pour parler des Arabes et des musulmans sans être inquiété par la Justice. JFK n’a jamais pu comprendre que sa propagande génocidaire ne profitait qu’au FN. Il n’ a jamais compris que sans sa loghorrée haineuse, le FN ne serait jamais arrivé si près du pouvoir.

Dans un article du monde daté du 27/10/2015, Kahn explique que pour vaincre le FN il faut parler comme lui ; qu’il ne faut pas lui laisser l’exclusivité de la notion de patriotisme. A la limite, il faudrait aussi lui enlever l’exclusivité du racisme et être plus raciste que lui !!! Ce que ne comprend pas Kahn, c’est que le public préfère généralement l’original à la copie. Que si le racisme antimusulman c’est bien, alors autant voter FN.

Pour Kahn, il ne faut pas laisser le patriotisme au FN. Pourtant, tout le monde sait bien que le « patriotisme » est une notion employée le plus souvent par les parties les plus réactionnaires de la société, par les ennemis les plus enragés du peuple, par des gens qui considèrent qu’il faut baisser les salaires et les charges pour enrichir les patrons, par des gens qui veulent supprimer toute liberté aux citoyens, par des gens qui adorent organiser des guerres, qu’ils dirigent bien planqués à l’arrière. Le patriotisme est une idéologie de bourgeois fascistes qui n’est plus populaire en France depuis la guerre de 14-18, qui n’a profité qu’aux riches salopards qui faisaient tirer sur les fuyards alors qu’eux ne prenaient aucun risque. Comme le nationalisme, le patriotisme c’est la guerre, c’est le mépris des autres, c’est la dictature. Le patriotisme ne peut se justifier qu’en cas d’occupation, et justement c’est dans ce cas que les fascistes ont cessé d’être patriotes et se sont mis à collaborer avec les nazis !!!

Il ne faut pas parler comme les fascistes pour s’emparer de leur idéologie mais au contraire les contredire point par point, de manière à démontrer l’inanité et la nocivité de leur pensée. N’oublions pas que les fascistes ne livrent jamais le fond de leur pensée. Quand ils parlent de patriotisme, c’est qu’ils se considèrent comme les maîtres de la patrie, et qu’ils exigent donc une obéissance absolue à la bourgeoisie totalitaire. Ils veulent que le peuple fasse des sacrifices pendant qu’eux mêmes se remplissent les poches en jouant les seigneurs. N’oublions pas que le véritable ennemi c’est l’ennemi intérieur, exploiteur et fasciste. L’ennemi qui regrette la liberté d’expression, le droit de vote, le salaire minimum. L’ennemi « nationaliste » qui rêve du retour à une époque ou les Français étaient les serfs de la classe dirigeante.

Kahn ne comprend pas que si le FN progresse tant, c’est parce qu’il monopolise les médias, qu’il est invité tous les jours depuis 2012 pour développer sa propagande nauséabonde, qu’il est appuyé par l’islamophobie généralisée dans les milieux intellectuels. Si le FN ne passait pas à la télé, il ne ferait pas 30%. C’est une évidence que nos grands intellectuels n’ont toujours pas appréhendé.

Normalement, l’écrasement du peuple par la Nomenklatura bourgeoise devrait se traduire par une poussée du gauchisme. Cette poussée est déviée vers l’extrême droite par la propagande islamophobe dont JFK est un des précurseurs. Pour combattre l’extrême droite et revivifier la gauche, il faut donc que la propagande islamophobe cesse totalement et qu’elle soit remplacée par une dialectique pro-islamique qui inclue les musulmans dans le mouvement social de libération au lieu de chercher à les exclure.

JFK voudrait nous faire croire que ce seraient les réacs qui seraient satanisés par la « bien-pensance ». En réalité les seuls à être diabolisés dans la société ce sont les musulmans. Les néo-fascistes ont été banalisés depuis longtemps. Ils ont d’ailleurs contaminé toute la société à commencer par les élites. Ces gens n’ont pu acquérir cette influence en France que grâce à un complot fasciste issu des rangs des partisans de l’Algérie française, dont les enfants sont actuellement dominants à gauche et à droite. Beaucoup de politiciens français sont des enfants de sympathisants de l’OAS. Il ne faut pas s’étonner dans ces conditions que l’islamophobie et le fascisme soient si puissants en France.

Kahn a été de ceux qui ont incité les Algériens à se massacrer entre eux, en prenant partie pour le régime de l’époque contre le GIA, alors même que cette guerre a été planifiée à distance par les vichystes français. Les massacres commis à l’époque ont été le fait d’agents coloniaux dirigés par satellite infiltrés de part et d’autre, ce que Kahn sait pertinemment mais qu’il garde bien de dire.  Il faut dire que Marianne, la revue qu’il a fondée est financée par des gens d’extrême droite et a toujours tenté de pousser la gauche dans les bras du FN. Marianne a fait beaucoup pour légitimer le FN. Le discours actuels de Marine Le Pen est très proche de celui tenu par Marianne depuis des années.

Quand on veut combattre le FN, on dénonce l’islamophobie et le néocolonialisme au lieu d’en faire la promotion. JFK n’arrive pas à comprendre que le meilleur carburant du néofascisme, c’est justement l’islamophobie qu’il développe depuis des décennies. C’est un peu lui qui a lepénisé la France, et il ose s’en prendre à la pensée unique qui est en réalité l’idéologie de la démocratie et qui a résisté à la contamination fasciste dont lui était la cause (avec quelques autres).

Kahn traite Dieudonné de raciste anti-blanc alors que celui-ci est fils de blanche, père de blancs et conjoint de blanche. Les erreurs de Dieudonné ont été provoqué par le Système qui l’a exclu des médias dés qu’il a dénoncé l’action des »américano-sionistes », avant même qu’il n’ait commis la moindre provocation antisémite. L’oligarchie qui dirige la France est violemment négrophobe, Elle ne supporte pas qu’un Noir puisse penser par lui-même. Alors que Dieudonné dénonçait les excès de la politique du Likoud, la Caste s’est déchainée contre lui et l’a poussé dans les bras du FN, alors même que, bien sûr, ce parti défend des intérêts absolument contraires aux siens. Il aurait fallu intégrer Dieudonné à la gauche anti-Likoud au lieu de le pousser vers le fascisme xénophobe. Beaucoup d’intellectuels sont beaucoup plus antinoirs que Dieudonné n’est antijuif. Ce sont eux qui ont poussé Dieudonné dans l’antisémitisme, alors même que sa place était au sein du mouvement antiraciste.

N’oublions pas, la France est devenue un dictature où les satellites font taire tout ce qui gêne le fascisme. Les intellectuels sont sous l’influence de la pensée fasciste diffusée par les rayons électromagnétiques. Tout ce qui est de gauche est gêné au lieu d’être appuyé. Des voyous fascistes ou délinquants agressent les internautes jour et nuit. Les abrutis de la surveillance satellitaire tuent la pensée de gauche.

Ce que n’a pas compris Jean-François Kahn, c’est que le fascisme contemporain a deux mamelles : la répression du Mind Control d’une part et l’islamophobie d’autre part. Tant que ces deux problèmes n’auront pas été réglés, le nazisme continuera son chemin vers le pouvoir, et personne ne pourra l’arrêter. Le problème de gens comme Kahn est qu’ils allient une puissante capacité d’élocution avec une intelligence stratégique très moyenne. Ces intellectuels dotés de peu de discernement risquent de plonger la France dans le totalitarisme très rapidement s’ils ne sont pas contestés avec suffisamment de virulence. C’est à cause des analyses erronées de certains intellectuels que la France risque de sombrer dans le fascisme. Il ne faut plus respecter la loi du silence sur la répression secrète qui étouffe le monde. Il ne faut plus attaquer les musulmans et au contraire concentrer tous ses coups contre le fascisme. C’est toute la réaction française et internationale qui doit être combattue. Les fascistes sont tous heureux de l’islamophobie qu’ils ont développée dans le monde et qui ne profite qu’à eux. Il faut les contrer sur ce sujet et transformer l’islamophobie médiatique en islamophilie systématique. C’est la seule solution pour éviter le totalitarisme.

Parmi les meilleurs propagateurs du fascisme en Occident, les spécialistes du Proche-Orient et autres orientalistes, tels  Gilles Kepel, Frédéric Encel, Jean-Pierre Peroncel-Hugo ou Jean-Pierre Filiu. Par exemple, dans un article du Monde daté du 12 septembre 2015, Filiu signe un article contre l’intervention au sol en Syrie (ce qui est une bonne analyse) en présentant des arguments délirants, dignes de la logomachie d’un Etat totalitaire. Pour Filiu, comme pour la plupart des spécialistes de l’islam, Daesh est une sorte de Fantomas, de Spectre à la James Bond, une sorte d’organisation surpuissante qui comploterait contre notre brave démocratie occidentale, alors qu’en réalité, tout le monde s’en doute, Daesh n’est qu’un ramassis de mercenaires, au service de l’impérialisme, des gens qui ne tuent que des musulmans et se prétendent ensuite « salafistes ».

D’après Filiu, « Daesh ne nous combat pas pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes ». C’est dire si ces gens sont méchants… Sachant que Daesh n’est qu’un groupe de mercenaires payé par les mêmes qui payent Filiu, c’est à dire le néo-colonialisme et l’impérialisme, par le biais de services secrets, de fonds secrets, d’organismes intermédiaires. Filiu et derrière lui le néo-colonialisme, dénoncent le monstre qu’ils ont créé et qui est destiné à nuire à l’islam et à servir les intérêts coloniaux dans la région. La ruse des impérialistes est de créer des groupes terroristes et de prétendre ensuite être des recours contre ce qu’ils ont fabriqué eux-mêmes. Quand les analystes parlent de Daesh, il faut traduire par agents impérialistes. D’après Filiu, Mehdi Nemmouche ferait partie de Daesh ; c’est donc un mercenaire manipulé par les services secrets occidentaux, ayant pour but de diviser juifs et musulmans, de participer à l’occupation de la Syrie, à garder en otage des compatriotes dans le but de discréditer les vrais djihadistes qui combattent contre l’oppression un peu partout dans le monde. A notre époque, la plupart des djihadistes sont de faux djihadistes au service du colonialisme et de l’islamophobie, volontairement ou non ; les terroristes sont à presque 100% manipulés par les services secrets fascistes et la plupart des « prédicateurs » islamistes travaillent pour la police. Tous ces faux islamistes ont pour objectif de discréditer les vrais, de développer l’islamophobie en Occident, de permettre à l’impérialisme de voler les richesses du monde musulman. Ces faux djihadistes passent leur temps à détruire les monuments et vestiges archéologiques des musulmans, à violer les musulmanes qu’ils font passer pour yézidies ou autre, à massacrer les musulmans par milliers, en brûlant vivants certains, bien que cette pratique soit formellement interdite par l’islam. Le vrai nom de Daesh devrait être Mind Control, cet instrument satellitaires des services occidentaux qui donne des possibilités énormes à ceux qui le détiennent. D’après Filiu et les médias, les terroristes qui ont attaqué Charlie prendraient leurs ordres chez ceux présents en Syrie ou au Yémen, alors qu’en réalité ce sont les fascistes occidentaux qui dirigent les terroristes occidentaux, dans le but d’instaurer la dictature dans toute l’Europe.

Filiu  « explique » la « stratégie  » mise en œuvre par Daesh. D’après Filiu, Daesh pratiquerait le terrorisme en Occident pour « provoquer des représailles contre les musulmans d’Europe » !!! Donc, un groupe musulman voudrait nuire aux musulmans d’Europe pour favoriser la mise en place de dictature islamophobes sur le continent !!!!! Et tout ça pour faciliter le recrutement de mercenaires alors qu’il est très facile d’en trouver dans tous les pays pauvres et notamment dans des régions musulmanes pieuses où les gens se laissent facilement piéger. Daesh voudrait de plus faire bombarder les civils des pays musulmans, ce qui permettrait aux terroristes de  « décupler leur capacité de recrutement ». Tout ces attentats n’auraient donc comme objectif que la facilitation du recrutement de mercenaires ! On se demande comment des journaux réputés sérieux peuvent publier ce type de délire. Ce sont d’ailleurs les mêmes délires qu’on retrouve dans tous les médias, sans que personne ne fasse preuve du moindre esprit critique, comme si nous étions déjà en dictature.

En réalité, la stratégie de Daesh, c’est tout simplement celle de l’impérialisme fasciste et islamophobe. Il s’agit d’organiser des attentats qui favorisent la montée de l’extrême droite, qui fragilisent la démocratie, qui donnent des prétextes pour des bombardements racistes ou des interventions ayant pour but de, recoloniser les pays musulmans, les empêcher de se développer, piller leurs richesses (le pétrole et les vestiges syriens et irakiens par exemple). Daesh c’est le fascisme, c’est l’impérialisme, c’est la face cachée de l’Occident.

Il est amusant de constater que Jean-Pierre Filiu suit exactement la direction diplomatico-militaire du gouvernement français. Quand l’Etat français dénonce Assad, il fait de même ; et quand les dirigeants français s’en prennent à Daesh, il suit aussi, alors que quelques mois auparavant il faisait l’apologie des combattants islamistes des autres organisations opérant en Syrie. Alors que dans un pays démocratique les intellectuels, analystes et journalistes devraient contredire systématiquement le pouvoir en place, en Occident, ils ne sont plus que des propagandistes de la dictature à apparence démocratique, étant encore plus soumis que leurs homologues du tiers monde. En Turquie, quand il y a un attentat, l’opposition s’en prend au gouvernement. En Occident les opérations terroristes sont l’occasion d’une union sacrée fasciste et raciste qui se traduit généralement par la diminution des libertés et une forte régression sociale.Il faut vraiment qu’intellectuels et spécialistes comprennent que les seules personnes crédibles sont celles qui contredisent le pouvoir en place au lieu de ressasser la propagande officielle, qui est d’ailleurs de plus en plus ridicule à mesure que la dictature occidentale approfondit son pouvoir. Il faut que l’esprit critique se développe, si on veut un jour sortir de cet obscurantisme colonialo-fascsiste qu’on prétend nous imposer et qui nous mènera au totalitarisme intégral.

L’extrême droite est légitimée par des philosophes tel Alain Finkelkraut, qui, après être passé par le communisme, considère maintenant que le racisme ce n’est pas si mal, tant qu’il n’est pas visé lui-même bien sûr. La critique même de Finkelkraut est teintée de fascisme. Par exemple dans Libération daté du 21/10/2015, l’écrivain Marc Weitzmann dénonce de manière ambigüe les néo-réacs : il parle par exemple de « terrorisme islamique »  sans guillemets, sans même laisser entendre que ce terrorisme n’a d’islamique que le nom, qu’il est entièrement manipulé par le fascisme, qu’il a pour but de supprimer toutes les libertés et de renforcer l’extrême droite. Chaque fois qu’un journaliste ou écrivain parle de « terrorisme islamique », il légitime le FN et le nazisme international. Le terrorisme est la base du complot fasciste et personne parmi les intellectuel ne semble se douter ce fait pourtant évident. Weitzmann semble coupler terrorisme « islamique » et antisémitisme, alors qu’historiquement, ce sont les musulmans qui ont protégé les juifs des chrétiens pendant des siècles, à une époque où ils étaient pourchassés dans toute l’Europe. Ce fait historique connu de tous semble avoir été oublié par nos intellectuels actuels, qui finissent par considérer que le nazisme et l’Inquisition ne sont que des points de détails nécessaires.  L’islamophobie est devenue la grande idéologie des nouveaux fascistes. C’est par ce biais qu’ils espèrent supprimer la démocratie en Europe et restaurer une sorte de dictature nazie sur le continent. Si les cibles apparentes sont les musulmans, très faibles dans le monde, il suffit de lire entre les lignes pour comprendre que les véritables cibles sont les juifs, l’ennemi considéré comme ontologique et devenu très puissant après la victoire du communisme en Russie en 1917. Les musulmans sont l’ennemi imaginaire inventé par les fascistes pour masquer leur propre dangerosité. Pendant qu’ils peaufinent leur complot, ils dirigent l’attention du public sur des musulmans qui constituent le groupe religieux le plus faible d’Europe pour ne pas dire du monde. Quant au prétendu antisémitisme musulman, il n’est qu’une fiction inventée par les fascistes et les likoudistes, pour justifier leurs exactions contre l’islam. Alors que les croisés ont brûlé tous les juifs de la ville lorsqu’ils ont pris Jérusalem, les musulmans les ont autorisé à revenir lorsqu’ils sont reconquis la cité. Le catholicisme a toujours été antisémite, les juifs étant considérés par eux comme un peuple « déicide », alors même que ce sont les Romains qui ont tué Jésus et non les juifs. Quand Weitzmann prétend que des juifs se font tuer en France parce que juifs, on suppose qu’il fait allusion à l’affaire Halimi, sans même chercher à savoir qui manipulait le Gang des Barbares par satellite. Il semble que pour certains, l’antisémitisme se résume à l’action des Arabes et es Noirs, alors même que le véritable ennemi du judaïsme, ce sont les antisémites pro-israéliens, qui poussent Israël au crime d’une main, pour mieux le dénoncer de l’autre.

Pour Finkelkraut cité par Weitzmann, le judaïsme serait « destructeur d’idoles et négateur du sacré », alors même que la monothéisme n’est qu’une nouvelle forme de sacré, remplaçant l’antique paganisme. Pour Heidegger, Levinas et Finkelkraut cités par Weitzmann, le « monothéisme juif  » aurait préparé l’invention de la technique », alors qu’au contraire la science a surtout été développée par les païens de l’Antiquité, Babyloniens, Egyptiens et Grecs, pour l’essentiel. Bref, il semble donc que tous ces intellectuels de droite comme de gauche n’ont pas la capacité de dénoncer le fascisme qui monte en  Europe et qu’ils ne sachent que se ridiculiser en faisant comme si  nous vivions encore en démocratie, en développant une idéologie complètement déconnectée de la réalité, à la fois islamophobe et ennemie de la liberté, ignorant totalement les périls qui menacent la démocratie. Ces gens sont d’ailleurs tous des collabos de la répression secrète, semblant croire qu’ils ne seront jamais visés par le fascisme, ou qu’ils sont trop forts pour être menacés. Tous ce gens incapables d’appréhender les périls les plus évidents sont responsables de la fin de la démocratie. Tous ces gens qui se compromettent avec le nazisme au lieu de le dénoncer seront coupables des catastrophes à venir. Tous ces gens qui polémiquent entre eux mais sont d’accord sur l’essentiel, soit la collaboration avec le Mind Control, la lutte contre les classes populaires et l’islamophobie, représentent une honte pour la philosophie.

L’histoire retiendra que, comme leurs collègues des années 20, ces intellectuels n’ont pas pu empêcher la montée du fascisme. Non seulement ils n’ont servi à rien, mais en plus ils ont accéléré le processus de nazification de la société. Ces gens devraient comprendre qu’on ne peut pas débattre du nazisme sans parler d’ Auschwitz, pas parler des Soviétiques sans évoquer du Goulag, et pas philosopher sur la société actuelles sans mentionner le Mind Control, la base de tout le système. Il y a beaucoup d’imbéciles cultivés qui sont encore plus dangereux pour la démocratie que les brutes avinées qui servent de cyber-garde-chiourmes à la dictature. Ne pas dénoncer le crime quand il en est encore temps est déjà un crime. Les lâche qui ont refusé de faire cesser le scandale de la répression satellitaires devront être jugés comme tous ceux qui ont collaboré avec le stalinisme ou le nazisme. En politique comme en philosophie, tout est une question de timing : en pleine dictature du Mine Control, il n’est pas temps de discuter du sexe des anges. C’est plutôt le moment de dénoncer le complot fasciste avant qu’il ne soit trop tard.

Terrorisme

Le terrorisme est la base de la dictature actuelle. Comme à l’époque de la 3ème République,  quand des attentats anarchistes venaient justifier une répression implacable, les attaques « djihadistes » confortent les fascistes de tous les partis, causent des limitations de libertés individuelles, accentuent le racisme et l’islamophobie, justifient l’impérialisme. Le terrorisme vient des fascistes et profite aux fascistes.

Dans les attaques du Vendredi 13 ayant eu lieu à Paris, on a pu assister à un déchaînement de propagande fasciste dans les médias, avec, comme d’habitude, aucune voix discordante pour dénoncer le discours officiel. Ces terroristes « islamistes » semblent avoir le profil de petits délinquants ou de tenanciers de bars à prostituées, bref pas des gens qualifiés pour dénoncer la « débauche et la perversité ». Ces gens sont tout simplement des marionnettes du Mind Control, des gens manipulés par satellite, sans qu’ils ne soient des musulmans spécialement pratiquants. Ces attentats ont probablement été planifiés par divers services secrets pour nuire aux musulmans d’Europe et du monde et pour bloquer les arrivées de migrants syriens, catégorie particulièrement haïe par les fascistes islamophobes. Les attentats du Vendredi 13 sont la réponse des racistes internationaux à l’accueil des réfugiés musulmans par l’Allemagne.

Tous les journalistes qui dissertent à longueur de journée sur le terrorisme sont parfaitement informés de l’existence du Mind Control, cet instrument de répression par satellite qui permet de suivre les cibles 24h/24, de les manipuler à distance, de lire dans leur pensée, de manipuler leurs actes. Tous les témoins ont remarqué que les terroristes se comportaient comme des zombies, ce qui s’explique par le fait qu’ils étaient téléguidés par ondes électromagnétiques par certains services spécialisés dans l’élaboration et l’exécution d’attentats terroristes.

On remarque que, suite à ces attentats, personne n’a envisagé une seconde de démissionner, mais tout le monde s’est mis d’accord pour limiter une fois de plus les libertés des citoyens et donner plus de moyens à la répression. C’est une véritable économie du contre-terrorisme qui se met en place, ce qui permet aux fascistes de se créer des emplois pour eux-mêmes tout en surveillant et agressant les citoyens par satellite.

Toute la classe politique est informée sur la question du Mind Control mais, malheureusement, celle-ci ne semble pas décidée pour l’instant à défendre les libertés et les intérêts des citoyens. C’est à la société civile de se défendre contre le fascisme qui vient et qui s’installe, progressivement mais définitivement, dans les anciennes démocraties libérales.

Quand les fascistes parlent de radicalisation, ils ne parlent jamais de radicalisation nazie ou fasciste, mais toujours de radicalisation « islamiste », alors que les croyants pratiquants, la plupart du temps, ne s’occupent pas de politique et n’ont rien à voir avec le terrorisme. Les kamikazes, on le sait depuis le 11 septembre 2001, sont la plupart du temps des musulmans non pratiquants, et parfois de simples délinquants. Ce sont presque toujours des gens repérés par les autorités au titre de délinquant ou autre. C’est lors de leur mise sous surveillance qu’ils sont reprogrammés à distance par le Mind Control pour devenir des tueurs zombifiés.

Les médias ne parlent jamais des possibilités du Mind Control, car, si le public savait la puissance de cet instrument, il comprendrait tout de suite qui est le vrai responsable du terrorisme international (le fascisme) et pourquoi toute opposition de gauche a pratiquement disparu du monde développé.

Il est temps que les citoyens reprennent leur destin en main. Sinon c’est une dictature fasciste et technologique de la pire espèce qui les attend.

Hypocrisie

Ce qui caractérise le système actuel, c’est une hypocrisie qu’on avait jamais connu depuis la chute du système soviétique. Les médiacrates prétendent que nous vivons dans une démocratie libérale presque parfaite alors qu’en réalité la dictature néo-libérale à base de surveillance généralisée et de torture est pire que l’ex dictature communiste. Les médias font preuve d’une soumission totale à la répressions secrète qui dirige l’Occident. Partout on fait comme si les libertés publique étaient respectées. La plupart des journalistes et des élus sont des agents du Mind Control qui espionne et harcèlent les dissidents. Les internautes sont devenus la cible privilégiée de ces gens-là, les dictatures, même à apparence démocratique, haïssant tout particulièrement les esprits indépendants qui ont la possibilité de s’exprimer sans entraves. Le résultat est que la plupart des internautes actifs dissidents subissent une répression terrifiante : ils ne peuvent plus dormir, il perdent leur travail, ils sont attaqués par le neurophone, ils subissent des séances de torture et parfois, ils sont tués par les ondes de la mort. Leur famille aussi est visée, leurs parents, leurs enfants, leurs frères, leurs cousins, leurs amis doivent subir la vindicte des maîtres du système. Tout cela pourrait cesser si les médiacrates faisaient leur travail de préservation des libertés publiques. Malheureusement, c’est loin d’être le cas. Par exemple, dans le monde daté du 15 janvier 2016, Alain Frachon exige le respect des droits de l’homme….pour les pays musulmans. Par contre, la répression sauvage qui s’abat sur les prétendues démocraties ne l’intéresse pas !

Dans son article, Frachon fait la promotion des valeurs des lumières, alors même qu’il ne dit rien sur l’obscurantisme néo-libéral et fasciste qui accable la France. Pour les pontes du système, la lutte contre l’oppression n’est justifiée que si on remonte dans l’histoire ou qu’on s’éloigne géographiquement. Le fascisme du Mind Control qui nous concerne directement ne les intéresse pas. C’est logique dans la mesure où ces gens profitent de la dictature et qu’ils n’ont pas l’intention de scier la branche sur laquelle ils sont assis. C’est le fait que les journalistes ne font pas leur travail qui est la cause de la chute de la démocratie partout dans le monde. Défendre les lumières alors qu’on collabore avec la dictature, c’est tout de même un comble ! Il suffirait que les journalistes et les élus dénoncent le scandale de la répression du Mind Control pour qu’immédiatement, la situation s’améliore pour les centaines de milliers d’otages et pour tous ceux qui subissent indirectement l’oppression, sous forme de pauvreté ou de chômage. Il suffirait qu’un seul élu proteste, à l’assemblée nationale par exemple, pour que les droits des citoyens renaissent, partout dans le monde. Mais non, tous ces braves défenseurs des droits de l’homme préfèrent collaborer et condamner ainsi des centaines de millions de personnes à vivre dans la soumission et l’indignité. En France actuellement, il n’y a pas beaucoup de Jean Moulin, de Voltaire, de Sartre. Il n’y pas un seul défenseur réel des libertés et des droits de l’homme. Les associations telles Amnesty ou la LDH ne font que collaborer avec la dictature et refusent de défendre les victimes. Elle servent de caution pour les dictatures occidentales. Le meilleur moyen pour une dictature de se prolonger, c’est de feindre d’être une démocratie et de payer des prétendus défenseurs des droits de l’homme qui ne défendent que des cas mineurs et participent, au moins passivement,  à la persécution des vraies victimes du système, et qui renforcent donc le système au lieu de l’amender. La répression a tous les droits. les citoyens aucun.

Il y a en France de nombreuses associations antiracistes qui sont en réalité dirigées par des racistes ; de nombreux syndicats qui sont payés par les patrons ; de nombreux médias prétendus de gauche qui sont payés par les fonds secrets fascistes. Pour faire taire les gens, ils suffit de les payer. Après les antiracistes racistes, les gauchistes fascistes, les syndicalistes pro-capital, les musulmans islamophobes, on assiste à l’émergence des élus anti-élections, qui considèrent qu’on serait mieux dans une bonne dictature. Il est temps que la vraie gauche se réveille et se décide enfin à dénoncer la répression secrète au lieu d’attendre passivement de se retrouver dans des camps de concentration ou de se faire tuer par les satellites du Mind Control car, ne l’oublions pas, les fascistes ont la mémoire longue : ils puniront tous les anciens gauchistes dès qu’ils auront pris le pouvoir.

Dans le monde du 15/01/16, Alain Frachon fait la promotion du livre de l’israélien Strenger qui exige l’application des lumières au monde entier et prétend que ce seraient les musulmans les vrais ennemis de la démocratie.  En réalité, il faut avouer que l’un des pires Etats fascistes du monde est Israël, et que le nationalisme religieux du Likoud se révèle de plus en plus proche de l’idéologie nazie. Les notions d’espace vital, de guerre des civilisations, de nécessité de la cruauté sont communes à tous les fascismes. L’acharnement contre les civils « ennemis »‘ est typique de la barbarie nazie. Le likoudisme est un vrai fascisme et un danger pour l’ensemble de la planète et que fait l’Israélien Stenger, il dénonce les « djihadistes » au lieu de s’en prendre aux likoudistes. Ce n’est pas en faisant preuve de nationalisme et de racisme religieux qu’on fait progresser la démocratie dans le monde !

Alain Frachon fait dans cet article la promotion de l’esprit des lumières : esprit critique, aptitude à l’autocritique, remise en question de toute autorité constituée. Tout internaute qui suivrait les recommandation de Frachon serait condamné à subir les pires persécutions. Et Frachon ne viendrait pas le défendre. Il est tout de même incroyable que ceux qui collaborent le plus avec la dictature actuelle soient les même qui font l’éloge de la démocratie et de l’esprit critique ! Chacun sait bien que certains journalistes et élus attaquent physiquement les internautes qui les critiquent, utilisant pour cela les satellites de surveillance que la dictature met obligeamment à leur service pour persécuter les citoyens. Pour persécuter un internaute, il suffit de se connecter sur certains sites, d’entrer un mot de passe, et on tombera sur le malheureux surveillé, filmé 24h/24,  cible désarmée des insulteurs et tortionnaires du Mind Control. Les mêmes qui participent à la répression des internautes prétendent ensuite défendre la philosophie des lumières qu’en réalité ils discréditent. La fausse défense des valeurs démocratiques, lorsqu’elle est émise par des collaborateurs du système, représente en réalité une opération de destruction de ces valeurs. Les citoyens se disent que si ce sont ces gens qui défendent les valeurs de la démocratie, alors ce sont ces valeurs qu’il faut jeter à la poubelle pour améliorer le système. Les faux défenseurs des valeurs de la République nuisent plus à la République que ses détracteurs. Quand les tartuffes seront démasqués,  la démocratie pourra enfin renaître.

D’après Frachon, Strenger veut en finir avec le « politiquement correct », c’est à dire les valeurs de gauche basées sur l’anticolonialisme, l’antiracisme et la lutte pour toutes les libertés y compris religieuses alors qu’en réalité le retour du populisme et du faux fondamentalisme, sont dus à l’action du Mind Control, à la surveillance généralisée par satellite, à l’action des ventriloques satellitaires, à la torture à distance des dissidents, à la manipulation électromagnétique des émotions, à l’induction artificielle de raisonnements fascistes dans le cerveau des intellectuels. Le retour de la réaction est le produit d’une technologie secrète : le Mind Control et non du « politiquement correct ». D’ailleurs, de nombreux intellectuels de gauche ont probablement été assassinés par les satellites de surveillance, ne laissant la place qu’à ceux qui voulaient collaborer avec le fascisme. Strenger dénonce la trahison des idéaux des lumières par la gauche, alors que lui-même trahit ces idéaux en collaborant avec le Mind Control ! Tout ce qui est cité par les médias collabore avec la répression secrète. Tous les autres sont exclus de la vie intellectuelle. La meilleure ruse des fascistes consiste à feindre de défendre les valeurs démocratiques pour mieux les trahir et les discréditer. La dénonciation des « fondamentalismes religieux » a pour but principal de réhabiliter le nationalisme et donc le fascisme, ces deux notions étant liées. Déjà, ces pseudo patriotes lepénistes abrutis par l’alcool, harcèlent et persécutent impunément les internautes, sans que personne ne les arrête. Déjà ces gens ont investi toutes les plus hautes sphères de l’Etat. Déjà ces gens imposent leur haine fasciste à toute la classe politique.

Tous ces intellectuels qui prétendent défendre la démocratie sont des collaborateurs du Mind Control. Il faut que parmi eux, certains se lèvent et dénoncent le scandale. Il faut que ceux qui harcèlent les citoyens et les internautes soient jugés et condamnés. Il suffirait qu’un vrai philosophe se lève et dénonce la dictature secrète pour que toute la planète soit libérée. Tant que ce philosophe ne sera pas venu, la planète continuera à sombrer dans le totalitarisme.

 

25 juin 2015

Mind Control : journalistes et intellectuels ne font pas leur travail

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 9 h 52 min

 

Journalistes et intellectuels n’informent pas les citoyens sur le complot fasciste, la surveillance satellitaire, la torture électromagnétique. Alors que le totalitarisme s’installe en Occident, les médiacrates continuent d’ignorer le péril. Il se taisent, il collaborent, il surveillent les internautes pour le compte du pouvoir. A cause de leur silence, l’extrême droite progresse et la droite et la gauche se nazifient. Nous entrons dans un système ou l’arbitraire est devenu la règle : la moindre intervention sur le Net est passible de la répression satellitaire à vie. Le FN progresse, utilisant au maximum le Mind Control pour faire taire toute critique.

Le silence des journalistes et intellectuels va nous conduite à une dictature d’extrême droite en France et dans le reste du monde, un système où les chiens de garde fascistes pourront harceler et éliminer secrètement les opposants à la dictature, en utilisant les armes de l’ombre et notamment et surtout les satellites de surveillance.

A cause de la duplicité des journalistes, des milliers de personnes doivent subir la persécution satellitaire pendant des décennies. L’immonde lâcheté des médiacrates détruit indirectement la vie de millions de personnes : dans les entreprises les salariés sont espionnés et agressés par les satellites patronaux. Dans le monde politique, tous les vrais défenseurs des citoyens sont exclus de la vie « démocratique » ; seuls sont tolérés les propagandistes inefficaces et collaborateurs qui ne représentent pas un vrai danger pour la dictature. On peut remarquer que les associations de droits de l’homme ne dénoncent pas non plus la répression secrète, préférant se concentrer sur des problèmes ayant lieu dans des pays du tiers monde ou ennemis de l’Otan.

Parfois, la classe politico-médiatique dénonce l’espionnage américain ou allemand contre des politiques français, alors même que ces mêmes victimes sont elles-mêmes des persécuteurs de citoyens en France.

Les intellectuels se consacrent à la dénonciation des musulmans et des « islamistes » au lieu de combattre les fascistes qui dirigent la France en utilisant des moyens illégaux.

Cette répression secrète du Mind Control impose à la France des dirigeants corrompus ou incompétents, ce qui ruine le pays et facilite le travail d’infiltration des néo-nazis. Les seuls qui profitent politiquement du Mind Control, ce sont les gens du FN et les nazis infiltrés à l’UMP ou au PS. Ceux qui prônent la justice sociale sont neutralisés et tous doivent subir la menace permanente de la police secrète et des milices électromagnétiques patronales.

En utilisant les Mind Control, les riches se font exonérer d’impôts. Ils harcèlent ceux qui proposent de les faire payer. De cette manière, millionnaires et grandes entreprises sont pratiquement exonérés d’impôts, ce qui grève le budget de l’Etat et donc pousse à des politiques d’austérité qui tuent la croissance et écrasent les classes populaires et moyennes. C’est, d’une certaines façon, le Mind Control qui est à l’origine des crises économiques qui accablent les pays développés depuis les années 70.

Ne pas dénoncer le Mind Control est un crime. La loi oblige à dénoncer les crimes et délits dont on est témoins. A cause du silence complice des journalistes et des intellectuels, des milliers de personnes vivent dans une sorte d’enfer fasciste, harcelés secrètement ou non par des milices et des services au service du fascisme. Le manque de courage des médiacrates est extrêmement préjudiciable pour l’avenir de la France, de l’Europe et du monde. Si ces gens ne font pas leur travail, les fascistes vont gagner et des catastrophes de dimension mondiale seront inévitables. On rappelle que le Mind Control peut filmer à travers les murs, torturer et tuer à distance, induire des maladies, diriger le comportement à distance, faire grossir et maigrir, empêcher les rapports sexuels, lire dans les pensées. Il n’est pas concevable que les médias ignorent un instrument de répression d’une telle puissance. On a besoin de vrais journalistes et de vrais intellectuels, pas de pantins au service de la dictature.

 

Au lieu de s’occuper du réchauffement climatique, intellectuels et journalistes devraient plutôt dénoncer le complot contre la démocratie et les harcèlements et tortures satellitaires qui sont infligés aux dissidents. Face à la violence fasciste secrète, le silence est un crime. Nous vivons un cas presque unique dans l’Histoire : une dictature sans opposants réels, tant les élites sont terrorisées par la répression. Bientôt, les chiens de garde de la répression prendront le pouvoir directement. Il sera alors trop tard pour pleurer.

 

21 mai 2015

Proposer un vrai programme de gauche

Classé dans : Economie — mindcontrolfrance @ 9 h 14 min

 

Les partis politiques de gauche sont peu explicites sur le contenu de leur programme, et notamment de leur programme économique. Ils passent leur temps à faire de la politique politicienne au lieu de proposer des mesures concrètes. Voici quelques propositions pour relancer la croissance et atténuer l’injustice sociale :

 

1) Faire payer les riches : il faut supprimer au moins 200 milliards de niches fiscales et sociales, rendre l’IS progressif, créer une tranche supérieure d’impôts à 90%, rendre les impôts locaux progressifs, incorporer la CSG à l’impôt sur le revenu.

2) Réduire le temps de travail à 28 heures hebdomadaires, ce qui pourrait créer 4 millions d’emplois. On pourrait aussi augmenter les congés payés d’un mois, ce qui créerait au moins 1 million d’emplois. Mettre la retraite à 55 ans pour les ouvriers et porter la durée légale travaillée pour une retraite complète  à 30 ans, pourrait aussi créer 2 millions d’emplois. La question du chômage ne peut être réglée que par la réduction du temps de travail.

3) Augmenter le smic, le RSA, tous les minimas sociaux, de manière à relancer la consommation.

4) Porter la durée d’indemnisation des chômeurs à 5 ans, après un an de travail, avec 50% du dernier salaire.

5) Lancer des grands travaux dans les transports (RER, métro) , le logement, les énergies renouvelables.

6) Limiter le mandat présidentiel à 2 ans.

7) Faire voter directement par les électeurs toutes les lois importantes.

8) Instaurer le referendum révocatoire pour tous les élus, après 6 mois d’exercice.

9) Rendre les primaires obligatoires pour les élections présidentielles dans tous les partis.

10) Imposer l’élection du Premier ministre et des ministres principaux au suffrage universel.

11) Créer un salaire étudiant équivalent au smic qui serait financé par des suppressions de niches fiscales.

 

Tout ceci ne sera possible qu’après l’abolition du Mind Control, qui ne sera lui-même rendu possible que si la gauche dénonce enfin ce type de répression secrète par satellite, au lieu de collaborer bêtement avec lui.

 

7 mai 2015

Patriotisme et démocratie

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 10 h 05 min

 

Depuis quelques années, les fascistes ont réussi à imposer la notion de patriotisme comme une sorte de sentiment naturel au dessus des idéologies, comme une religion sacrée interdite de débat, comme un prétexte pour supprimer toutes les libertés. Ce phénomène de remise à l’honneur du patriotisme semble venir des Etats-Unis et à fini par contaminer toute l’Europe.

Ce que les fascistes appellent patriotisme, c’est l’ « amour » de la patrie, présentée comme une sorte d’entité surnaturelle remplaçant la notion de divinité. Cette idéologie patriotique était tombée en désuétude après la seconde guerre mondiale, compte tenu des dégâts causés par ce mode de pensée nauséabond. Elle avait été remplacée par l’internationalisme, mondial ou européen, et par la lutte entre communisme et capitalisme, sachant que les communistes agréaient quand même ce type de pensée nationaliste mais de manière atténuée.

Si certain disent que le patriotisme c’est l’amour de la patrie et le nationalisme la haine des autres, dans les faits, entre patriotisme et nationalisme, la différence n’est qu’une question de degré. Un nationaliste, c’est un patriote extrémiste et généralement un fasciste, c’est à dire un ennemi de toutes les libertés.

La religion de la patrie est pire que celle qui consiste à adorer une divinité abstraite. Si les grandes religions rassemblent des gens d’origines et de culture diverses, le patriotisme tend lui à diviser les gens et à les pousser à s’entretuer. Il tend, et c’est encore plus grave, à justifier la mise en esclavage de la société par des voyous fascistes, qui prétendent bien sûr œuvrer pour la patrie et se considèrent donc comme ayant le droit de piller le pays et persécuter ses habitants. Les patriotes peuvent toujours dire que s’ils harcèlent les gens, s’exonèrent d’impôts et pillent les caisses du pays, c’est pour le bien de la nation. Ils peuvent prétendre que tous ceux qui s’opposent à eux sont de mauvais français, des non-patriotes, alors qu’eux les voleurs, ignares et alcooliques défendent les intérêts du peuple. Pourtant, on peut constater que presque toujours, les « patriotes » écrasent le peuple et engraissent les riches, les délinquants et les fascistes. On a d’ailleurs pu constater que tout au long de l’histoire, les « patriotes » n’ont jamais hésité à s’allier avec des pays ennemis, pour opprimer le peuple, toujours au nom du sauvetage de la nation.

Comme l’a dit Samuel Johnson, le patriotisme, c’est le dernier refuge de la canaille, et effectivement, on peut constater que les membres des partis patriotes, dans tous les pays, sont le plus souvent des crapules de bas étage, sans aucun sen moral, durs avec les pauvres et serviles avec les riches. Parfois, ces « patriotes » sont des délinquants de droit commun,  qui utilisent le patriotisme, pour protéger leurs crimes.

Plus généralement, on peut constater que le patriotisme favorise la guerre et l’oppression partout. Un patriotisme français trop accentué générera en retour un nationalisme allemand, anglais, espagnol, italien et tout cela se finira une fois de plus par une guerre mondiale. Le patriotisme annonce la guerre comme la nuée l’orage, pourrait-on dire pour paraphraser un socialiste célèbre. Sans le patriotisme il n’y aurait pas eu de première guerre mondiale ; et pas non plus de seconde guerre mondiale, ce qui aurait permis de faire l’économie de quelques dizaines des millions de morts.

Certains pensent que le patriotisme est le meilleur moyen de maintenir l’unité nationale, mais, dans un pays constitué depuis longtemps, l’unité est un fait acquis qui n’a pas besoin d’idéologie particulière pour se maintenir. Ce qui renforce l’unité, c’est la démocratie et la justice sociale, deux notions qu’abhorrent généralement les  patriotes. Une dictature injuste est source de désordres et de guerre civile et, on peut constater que le plus souvent, les patriotes sont opposés la justice sociale, qu’ils sont contre la vraie démocratie, qu’ils se regroupent dans des partis autoritaires formés par des corrompus, qu’ils oppriment le peuple dès qu’ils le peuvent, qu’ils sont ennemis du progrès social dans tous les cas, qu’ils se considèrent comme les propriétaires et maîtres de la nation qu’ils exploitent avidement. La plupart du temps, les patriotes sont des fascistes malveillants et malfaisants, jaloux de leurs concitoyens, haïssant leur propre pays dès que celui-ci commence à se libérer de leur emprise.

On peut constater que, aux Etats-Unis, le patriotisme est revenu à la mode dans les années 80, à une époque où les pauvres ont commencé à perdre tous leurs petits avantages, où les budgets sociaux ont été laminés pendant que ceux de la défense explosaient, où le Mind Control a fait son apparition et a commencé à opprimer le peuple. Les clochards patriotes à la Rambo n’ont jamais rien obtenu de leur Etat, hormis le droit de passer leur vie en prison ou dans des foyers d’indigents. La Patrie est une notion inventée par les riches exploiteurs pour faire taire les revendications et imposer une soumission totale du peuple à la superstructure ploutocrate et fasciste. Le patriotisme est une notion inventée par les riches qui ne profite qu’aux riches. C’est un fait qui a été démontré depuis longtemps par la vraie gauche et qui se révèle exact dans tous les cas. Le patriotisme c’est l’exploitation, c’est la guerre, c’est la corruption, c’est le racisme, c’est la suppression de toutes les libertés. Le patriotisme profite uniquement à la classe dirigeante, qui utilise cette notion pour exiger toujours  plus de sacrifices de la part du peuple sans qu’elle mêmes ne fasse autre chose que de profiter du pouvoir et de l’argent illégitimement extorqués. Aucune révolution n’a jamais pu réussir sans une lutte acharnée contre le chauvinisme. La première chose qu’a faite Lénine en prenant le pouvoir, ca a été de faire la paix avec l’Allemagne. C’est comme cela qu’il a pu se consacrer à mater l’ennemi intérieur, aristocratique et totalitaire. C’est comme cela qu’il a gagné la guerre contre la réaction.

De nos jours, on peut constater que le retour du patriotisme coïncide  bizarrement avec la montée du chômage, la paupérisation des classes populaires et moyennes, le retour du fascisme, la perte de tous les droits des citoyens et des travailleurs. Le patriotisme nous prépare la dictature et la guerre. Il faut combattre cette idéologie néfaste et la remplacer par le culte de la démocratie et du pouvoir du peuple par les peuple et pour le peuple. La ruse des patriotes c’est de détourner la colère populaire vers des ennemis étrangers, alors que l’ennemi est au cœur de nos sociétés. L’ennemi ce sont les nantis égoïstes et pervers qui refusent d’accorder le moindre centime aux classes populaires. Dès que les patriotes ouvrent la bouche, c’est pour prétendre qu’on ne peut rien donner aux salariés sous peine de tuer les entreprises et l’économie. Si ces patriotes étaient des amis du peuple, ils augmenteraient le salaire minium et le RSA au lieu de combattre les pauvres par tous les moyens possible en les traitant d’assistés alors qu’ils bénéficient eux-mêmes de toutes les niches fiscales possibles…

Les patriotes sont en réalité des nantis rusés qui ont pour objectif d’amener le peuple à un stade le plus proche possible de l’esclavage. La stratégie des patriotes c’est de diviser pour régner et de désigner des ennemis intérieurs et extérieurs factices pour faire diversion et détourner la colère du peuple. Pour le patriote, l’ennemi peut être juif, musulman, allemand, anglais ou autre ; le but du patriote c’est de provoquer des guerres, au moins virtuelles, et de se présenter comme les chefs d’un peuple menacé par des ennemis inventés. De cette façon, le peuple divisé et détourné de ses revendications légitimes n’obtient jamais rien et perd progressivement tous ses droits. A l’Etat  providence succède l’Etat bourreau, celui qui nous empêche de vivre, en utilisant pour cela la répression secrète du Mind Control, en contrôlant l’information pour que jamais, les citoyens ne se révoltent contre l’oppression occulte qui les accable.

Le patriotisme c’est l’idéologie des dominants. Si cette idéologie de haine et de division n’est pas combattue, les citoyens deviendront les esclaves des maîtres du système.

 

 

13 mars 2015

Propagande islamophobe

Classé dans : Islamophobie — mindcontrolfrance @ 9 h 54 min

 

Comme on l’a déjà vu, l’islamophobie est une des bases de la nouvelle dictature néolibérale, qui mute progressivement en une sorte de tyrannie technologique. L’islamophobie permet aux forces réactionnaires de faire diversion, de diviser, de recruter pour le compte des mouvements fascistes anti-démocratiques.

L’islamophobie est fondée sur une propagande médiatique intense où des informations fausses concernant le terrorisme sont répétées ad nauseam, ou le moindre petit incident est monté en épingle, où tout est fait pour faire passer les racistes pour de braves laïcs alors que les musulmans, pour la plupart issus de l’immigration, sont présentés comme d’affreux oppresseurs bien que ce soient eux qui sont opprimés.

La ruse des néonazis est de se faire passer pour des progressistes alors qu’ils pervertissent toutes les valeurs de la démocratie. En théorie ils n’attaquent pas les musulmans parce qu’ils n’aiment pas les Arabes et les Noirs, mais parce qu’ils veulent défendre les droits de la femme et du citoyen. Ils ne sont pas racistes, mais combattent le « communautarisme », alors qu’eux mêmes sont pour la plupart issus d’un communautarisme blanc, bourgeois ou autre. Dans les faits, leur dénonciation du communautarisme a pour but d’empêcher les musulmans de s’organiser de manière à pouvoir alors mieux les persécuter, violer, torturer et tuer, notamment en utilisant les satellites du Mind Control.

L’hebdomadaire Marianne, propriété de Yves de Chaisemartin, ancien du groupe Hersant, a pour mission principale de développer le racisme dans les milieux de gauche, enseignants, fonctionnaires ou syndicalistes, pour faciliter la pénétration de l’extrême droite dans ces groupes sociaux.

Sur le site internet de la revue, la plupart des articles sont consacrés à la diffamation islamophobe. Un article d’un certain Alban Ketelbuters illustre cette propagande d’inspiration nazie : http://www.marianne.net/agora-islamophobie-adieu-gauche-radicale-100231965.html

Dans cet article, tous les arguments de la propagande islamophobe sont réunis. Cet article est du même genre que ceux qu’on peut lire sur divers sites d’extrême droite islamophobes tels ripostelaïque ou françaisedesouche . Il s’agit clairement de propagande d’extrême droite incrustée dans un magazine supposé être de gauche. Etudions quelques uns de ces arguments spécieux, basés sur de fausses informations ou des ruses logiques.

Pour le chercheur en histoire et civilisations et en littérature, Alban Ketelbuters, le soutien apporté par certaines organisations de la gauche radicale à la tenue, la semaine dernière, d’un « meeting contre l’islamophobie et la guerre sécuritaire » est bien la preuve qu’une partie de la gauche « a substitué à l’antiracisme, une cause noble et légitime, la lutte contre l’islamophobie, une cause dégradante et illégitime ». « Si le racisme est une abjection, écrit-il deux mois après les attentats qu’a connus notre pays, la critique des religions, des textes religieux dits “sacrés”, est légitime et fait partie de la culture républicaine. »

 

L’appui à l’antiracisme est une des raisons d’être de la gauche. Quand la gauche n’appuie plus l’antiracisme, elle n’est plus la gauche mais la droite ou l’extrême droite. Quand la gauche défendait les juifs dans les années 30 ou au 19ème siècle, elle ne s’occupait pas de savoir si ces juifs étaient religieux ou non, s’ils étaient laïcs ou non. Elle se contentait de combattre la persécution raciste, prélude à toutes les autres persécutions, politiques, syndicales, philosophiques et autres.

Ketelbuters prétend que l’antiracisme est une noble cause mais que l’islamophobie serait par contre « dégradante et  illégitime ». En réalité, monsieur Ketelbuter est plus  que probablement un adepte du racisme dur, mais il ne l’avoue pas franchement parce que racisme est illégal en France. L’islamophobie est le seul racisme légal dans les pays civilisés ; c’est la raison pour laquelle les fascistes de tout poil se jettent sur cette forme de haine comme le naufragé sur la bouée. Il faut interdire l’islamophobie comme on a interdit l’antisémitisme ou le racisme, pour éviter que l’infection islamophobe ne finisse par contaminer toute la société et livrer les restes de  démocratie au nazisme le plus pur. Les islamophobes ne pensent généralement pas que le « racisme est une abjection » mais le font croire pour attirer d’honnêtes citoyens dans leurs filets. Ils sont comme ces vendeurs qui font un peu d’anti-vente pour donner une impression d’honnêteté.

Ketel veut aussi se faire passer pour un anticlérical. Quand on est anticlérical on critique sa propre religion et non celle des autres. C’est toujours la même religion qui est visée par les médias et ceux qui les dirigent, un peu comme dans les années 30, quand c’étaient les juifs qui se voyaient accuser de tous les maux. D’ailleurs Charlie Hebdo pratique beaucoup plus l’insulte que la critique et ces insultes sont très souvent à l’extrême limite du racisme et correspondent à une ligne politique néoconservatrice, celle qui a appuyé l’intervention américaine en Irak contre une dictature laïque et qui avait dénoncé la révolution iranienne déjà dans les années 70. Charlie est une revue beaucoup plus proche de la droite coloniale, impérialiste et raciste que de la gauche.

En 2010, Clémentine Autain concluait une tribune publiée dans Libération par ces mots : « Le temps des avant-gardes éclairées et des partis guides est révolu. Des coopérations nouvelles sont à imaginer avec les mouvements de la société, les syndicats, les intellectuels critiques, les quartiers populaires (…) L’aggiornamento idéologique passe par cet effort de novation des formes. La refonte d’une espérance, moteur de mobilisations populaires et donc d’émancipation humaine, est à ce prix ». Cinq ans plus tard, les « coopérations nouvelles » éclatent au grand jour et valident l’accusation désormais légitime et irréfutable d’islamo-gauchisme.

Il y a eu dans le passé des alliances entre la gauche et le judaïsme de même qu’entre la gauche et le catholicisme, il peut donc aussi exister une coopération intense entre gauche et islam, la religion d’une partie des classes populaires en France. Les révolutions comme les victoires politiques se font suite à des alliances réussies. Pour l’instant, la gauche a perdu l’appui du catholicisme, du judaïsme et de l’islam. Il est temps que les choses changent et que de nouvelles coalitions voient jour. Si l’extrême gauche réussit à coopérer avec l’islam, comme c’était le cas dans les années 50, 60, et 70 au niveau international, alors une renaissance du progressisme peut être envisagée. Sans cette alliance entre la gauche est l’islam, la victoire finale de l’extrême droite est probable pour ne pas dire certaine. L’islamo-progressisme, dans un pays où l’islam représente à peu près 10% de la population, est une notion qui s’impose de manière naturelle, quand on ne veut pas mettre en place un système d’apartheid et qu’on ne cherche pas à favoriser le retour du pétainisme.

 

Deux mois après l’exécution à la kalachnikov en plein Paris des dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo par des fanatiques décérébrés – que dis-je, des « victimes » de la France coloniale – toute une partie de la gauche a choisi de manifester contre ce qu’elle considère être la maladie de notre époque, notre pêché collectif : l’islamophobie. En vérité, la gauche a substitué à l’antiracisme, une cause noble et légitime, la lutte contre l’islamophobie, une cause dégradante et illégitime. Si le racisme est une abjection, la critique des religions, des textes religieux dits « sacrés », est légitime et fait partie de la culture républicaine. La gauche a-t-elle oublié Condorcet, Diderot, Voltaire ?

 

Le terrorisme ne profite qu’aux fascistes. Après chaque attentat, que celui-ci ait eu lieu en France ou ailleurs dans le monde, le fascisme progresse au point où il représente actuellement au moins le tiers de l’électorat. Il est désormais établi que ce terrorisme prétendu djihadiste est un émanation des services secrets fascistes, qui utilisent les satellites du Mind Control pour manipuler des simples d’esprits, des délinquants ou des malades mentaux. Ce terrorisme est l’élément principal du complot fasciste et constitue le point central de la propagande islamophobe. Ketelbuters tente lui aussi de profiter des attentats contre Charlie pour recruter de la « clientèle » pour sa croisade islamophobe.

La critique des religions fait partie de la culture républicaine, tout comme le développement de l’esprit critique face à l’information standardisée qui semble ne profiter qu’au fascisme. Pour les nouveaux nazis, on la le droit de critiquer la religion ( de préférence celle des autres) mais on ne peut pas remettre en cause la vérité révélée par les médias sans passer pour un complotiste, terme injurieux dans la bouche des nouveaux censeurs qui peuvent se transformer en cyber-torquémadas si l’occasion se présente. Les islamophobes sont des fascistes, de tendance nazie pour la plupart. Ceux qui n’ont pas compris cela risque de le payer très cher.

Ketelbuters prétend que la gauche combattrait l’islamophobie, alors que la propagande raciste n’est jamais aussi répandue que lorsque la gauche est au pouvoir. C’était vrai dans les années 50, à l’époque de Mitterrand, et de nos jours. Si Ketelbuters n’a pas remarqué que la « gauche » favorisait l’islamophobie, c’est qu’il le fait exprès !!!

Ketelbuters cite Voltaire comme référence anticléricale, en oubliant de préciser que François-Marie Arouet fut l’un des antisémites islamophobes racistes les plus enragés de l’histoire de la philosophie. Il suffit de le lire pour comprendre pourquoi certains nazis laïcs le citent si souvent. Rousseau, bien qu’islamophobe, était beaucoup moins vénéneux que l’arriviste de Fernay.

 

 

La loi de 1905 qui consacre la séparation du politique et du religieux n’est pas respectée dans notre pays. C’est d’ailleurs au nom du caractère blasphématoire des caricatures de Mahomet que ces meurtres ont été commis. Le fondamentalisme musulman progresse partout. Les ennemis ne sont pas les intégristes nous dit-on, mais celles et ceux qui ont peur des intégristes ! Allez comprendre. Quant à ceux qui formulent des critiques raisonnées, argumentées et sans concession des interprétations ou expressions les plus archaïques de l’islam, on les accuse au mieux d’ethnocentrisme, au pire de lepénisme. Comment la gauche peut-elle être aussi lucide quand il s’agit de l’intégrisme catholique, et aussi aveugle quand il s’agit de l’intégrisme islamique ?

 

En France, les école confessionnelles sont subventionnées par l’Etat par milliards d’euros. Les seuls à ne pas profiter de cette manne sont les musulmans, ceux qu’on accuse d’être opposés à la laïcité. Les créations d’écoles privées musulmanes sont gênées et les élèves musulmans  et musulmanes pratiquants sont harcelés dans les écoles publiques, notamment sur la question du voile. Les fascistes veulent les traquer y compris dans les universités et les entreprises. Les satellites du Mind Control surveillent les musulmans à l’intérieur de leur domicile pour vérifier qu’ils ne pratiquent pas leur culte avec trop d’assiduité. Les nazis islamophobes ne sont pas des laïcs, mais de vieilles ordures exterminatrices. Leur but est d’éliminer les musulmans de France, en les enfermant dans des camps et en les tuant, un peu comme les Allemands avaient fait avec les juifs et les tziganes. Ces pseudo-laïcs sont des nazis à neutraliser comme on écrase un insecte venimeux.

Les terrorisme « islamique » est organisé par les fascistes islamophobes, dans l’esprit de l’incendie du Reischstag qui avait permis à Hitler de supprimer les droits démocratiques en Allemagne. Les seuls à profiter du terrorisme sont les fascistes qui progressent partout dans le monde et notamment en Europe. Les fascistes prétendent dénoncer un intégrisme qu’ils manipulent eux-mêmes, alors qu’en réalité ce sont tous les musulmans qu’ils visent et derrière les musulmans tous les non-européens, la phase de persécution ethnique n’étant que le prélude à la suppression de toutes les libertés pour les citoyens des ex–démocraties occidentales. Ces islamophobes qui prétendent combattre l’intégrisme sont parfois eux-mêmes des pratiquants intégristes de leur propre religion. Pour eux la lutte contre les religions ne vise que l’islam et non pas leurs propres croyances.

Les fascistes prétendent avoir peur des intégristes alors que ce sont eux qui les manipulent. En fait ce sont les musulmans qui craignent les fascistes islamophobes ; ils commencent à comprendre qu’ils risquent beaucoup plus que la simple expulsion. Ceux qui connaissent les fascistes savent que ces fous haineux veulent torturer, violer et exterminer à la fin, et non pas simplement expulser. Ces nazis exterminateurs tentent de jouer les victimes innocentes visées par de terribles terroristes, alors que ce sont eux les fascistes qui sont les maîtres de la terreur  dont ils sont les seuls à profiter.

La stratégie des fascistes consiste à créer de faux groupes musulmans qui seront chargés de salir l’islam et de favoriser l’extrême droite. Daesh est un exemple de ce que peuvent mettre en place les services secrets fascistes. Ce groupe qui semble avoir remplacé Al Qaïda jugé trop modérée, ridiculise l’islam et rend suspect tous les musulmans du monde, ce qui donne un prétexte pour les surveiller, les harceler, les éliminer. Créer une menace imaginaire pour justifier des persécutions bien réelles, c’est une vieille méthode des exterminateurs qui accusaient autrefois les juifs d’avoir empoisonné les puits alors que c’étaient les racistes de l’époque qui étaient probablement les vrais coupables. Les fascistes sont des escrocs ; des bêtes nuisibles à neutraliser.

Ketetlbuters se demande pourquoi on le traite de lepéniste, alors qu’il serait un brave démocrate. On ne sait pas pour qui vote ce monsieur, mais la logique serait qu’il accorde ses suffrages à l’extrême droite, qui est totalement en phase aves ses idées islamophobes. Tout l’article de Alban Ketelbuters a pour objectif de renforcer l’extrême droite en France et dans le monde. Les islamophobes sont presque toujours des fascistes.

La gauche ne pratique plus depuis longtemps le catho bashing et l’objectif de Ketel lorsqu’il évoque le sujet est d’opposer cathos et musulmans pour créer ne France un esprit de croisade favorable à la réaction. D’ailleurs les plus acharnés dans la lutte anticléricale ont plutôt été les radicaux-socialistes coloniaux de la 3ème République que les gauchistes plus occupés par la guerre contre les patrons.

La ruse des fascistes est de traiter tous les musulmans d’intégristes pour pouvoir les opprimer tous. Même les athées sont considérés comme suspects, s’ils ne dénoncent pas les autres musulmans et ne font pas allégeance au racisme le plus dur.

Les islamophobes ne sont pas des anticléricaux. Ce sont des nazis.

Comment peut-on se réclamer de la gauche et du féminisme, et rallier l’UOIF ?Comment peut-on, comment ose-t-on se réclamer de la gauche et du féminisme, et rallier l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), dont l’idéologie réactionnaire d’inspiration essentialiste n’est plus à démontrer ? Qu’il s’agisse du mariage des couples de même sexe, de la filiation, du droit à l’avortement – « Il est illicite de porter préjudice au fœtus de manière générale et il convient de punir quiconque lui porte atteinte » dit l’article 5 de la Charte de l’enfant en islam –, de son apologie permanente du voile, l’UOIF, caisse de résonnance des Frères musulmans en France, est profondément étrangère aux idéaux républicains, à la culture de gauche et aux combats féministes.

 

Des nazis qui dénoncent des « réactionnaires » c’est tout de même un comble. ..En politique, la réussite ne vient qu’à ceux qui savent fédérer des gens différents mais qui ont des intérêts communs. Pour l’instant c’est la droite qui fédère les contraires. Si la vraie gauche veut se développer elle doit elle aussi coaliser des forces diverses pour pouvoir se développer politiquement et culturellement. L’UOIF n’est pas plus réactionnaire que les organisations des autres religions, que la plupart des partis politiques mêmes de gauche, que la plupart des Loges, que la plupart des intellectuels, racistes, islamophobes et peu ouverts le plus souvent. L’UOIF est hostile au mariage pour tous c’est vrai, mais de nombreux homosexuels sont eux politiquement très proches du nazisme, c’est vrai aussi. Ce n’est pas une raison pour rejeter les uns ou les autres. Il faut au contraire les pousser à collaborer entre eux pour lutter contre la réaction qui vise les deux groupes. Point besoin d’être d’accord sur tout pour collaborer ; sinon, il ne resterait plus un seul parti politique en France, chacun de ses partis étant traversé de tendances diverses.

Faut-il rappeler à ceux qui défendaient hier les ABCD de l’égalité à l’école, pour lutter contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, que le théologien de référence de l’UOIF, Youssef Al-Qaradawi, définit l’homosexualité comme « une dépravation de la virilité et un crime contre les droits de la féminité ». Que les hommes laissent entrevoir leur part de féminité, et les femmes leur part de virilité, serait « le signe du chaos et de la dégradation des mœurs ». Et l’islamologue de s’interroger : « Est-ce que l’on tue l’actif ou le passif ? Par quel moyen les tuer ? Est-ce avec un sabre ou le feu, ou en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs qui ne conduisent qu’à la perte de l’humanité ». Ces nouvelles alliances auxquelles nous assistons, impuissants, ne sont pas seulement contre-nature. Elles sont moralement, intellectuellement et politiquement criminelles.

 

Qaradawi est un agent de la CIA ; il ridiculise et isole l’islam. La référence en matière d’islam européen, c’est plutôt Tarik Ramadan. Quant à l’homosexualité, elle est moins condamnée par le Coran que par la Bible. Il suffit de lire le Lévitique pour comprendre de quoi on parle. Dans le Coran, la seule partie concernant l’homosexualité est un passage racontant la Bible.

Il y a par ailleurs une erreur de diagnostic. « Les musulmans » ne sont pas un tout homogène. « Les musulmans » est une formule insane et démagogique qui assigne les Français d’origine maghrébine ou africaine à une appartenance religieuse. Mais la liberté de conscience s’applique aussi à eux. En enfermant tous ces Français dans une islamité supposée, vous compliquez la tâche de celles et ceux qui tentent péniblement de s’extirper des pressions religieuses de leur environnement social ou familial. En défendant sans relâche le droit des femmes à se voiler, vous détournez le regard de celles qui portent le voile par obligation, vous condamnez toutes celles qui aspirent au mode de vie occidental dont vous jouissez au quotidien, et vous souillez la mémoire de toutes ces femmes qui ont été assassinées pour avoir refusé de porter le voile.

 

Les musulmans ne sont pas plus homogènes que les juifs ou les chrétiens mais, pour faire face à l’islamophobie, ils n’ont pas d’autre choix que de s’organiser, s’ils veulent éviter persécutions et massacres. Ce sont les islamophobes qui enferment les musulmans dans leur islamité. Que ces musulmans croient ou ne croient pas, ils sont persécutés quand même par les racistes islamophobes.

Le mode de vie dont  »jouissent au quotidien » les Français non bourgeois et non fascistes, c’est la pauvreté, le harcèlement, le chômage. Les ordures islamophobes elles, sont subventionnées par millions par les organisations racistes secrètes. Dans un pays démocratique, on a le droit de porter le voile ou de ne pas le porter. C’est un système de libre choix qui devrait aller de soi. Quant aux femmes assassinées pour refus de port du voile, elles l’ont été par des agents occidentaux ou des marionnettes du Mind Control. Les fascistes aiment dénoncer leurs propres crimes et en faire accuser les musulmans.

 

 

Vous n’avez que le mot « musulman » à la bouche. Votre combat féministe se résume à un activisme en faveur du voile islamique dans les écoles, dans les collèges, dans les lycées, dans les universités, dans les entreprises, partout. Après que des « blasphémateurs » ont été exécutés à Paris, que des millions de Français se sont rassemblés pour défendre le libre examen, la liberté d’expression et la laïcité, certains gauchistes rejoignent les rangs de ceux-là mêmes qui ont trainé Charlie Hebdo en justice pour avoir critiqué l’islam. Parviendrez-vous, un jour, à vous extraire de la culpabilité coloniale pour voir le monde tel qu’il est ?

 

Ce sont les islamophobes qui n’ont que mots « islamiste », « djihadiste », « salafiste » à la bouche. Les musulmans et les antifascistes et antiracistes n’ont d’autre choix que de réagir à la propagande des nazis islamophobes. Les tueurs de Charlie étaient plus que probablement manipulés par les fascistes du Mind Control. Si un jour la vérité est connue du grand public, les fascistes n’auront plus qu’à courir se cacher pour éviter de se faire lyncher par la foule. Il n’y a pas de problème de culpabilité coloniale mais un problème de non culpabilité fasciste. Des gens liés aux collaborateurs de l’époque de Pétain, osent revenir diffuser une propagande antisémite appliquée à l’islam, sans qu’aucun juge ne les traîne devant un tribunal. Il faudrait que tous comprennent que dans un pays démocratique, le droit à la pratique religieuse ou à la non-pratique constitue la base des libertés publiques. Quand ce droit est menacé, c’est toute la société qui est visée. Restreindre les libertés religieuses pour les minorités, c’est la base de la stratégie des fascistes, partout dans le monde. C’est le prélude à l’institution d’une dictature de type nazi ou croisé, le fascisme pouvant être laïc d’obédience nationaliste, ou religieux. Dans tous les cas, la lutte anticléricale ne doit pas viser les minorités ; sinon on pourrait imaginer que Hitler était un anticlérical extrême et que la lutte contre l’extrémisme dans les pays à majorité non chrétienne devrait viser uniquement les minorités.

J’ignore si mes amis gauchistes ont vu l’un des derniers dessins de Riss dans Charlie Hebdo, qui résume parfaitement la situation absurde et désespérante où nous nous trouvons. On y voit un journaliste à l’entrée d’une mosquée, demander à un imam « Où sont passés les intellectuels de gauche ? ». Et l’imam de répondre : « Deuxième tapis, en entrant sur la droite ». Hilarant. Oh pardon, c’était islamophobe ?

Les intellectuels de gauche sont presque tous islamophobes, comme ceux de droite d’ailleurs. Ils suivent les médias comme tout le monde. Où Ketelbuters a-t-il vu que les intellectuels étaient islamophiles ? Ketel traite les pontes de la pensées d’islamophiles, pour les pousser dans l’islamophobie. C’est une ruse de fasciste très efficace.

Et pour finir, que signifie le pseudo Ketelbuters ? Ketel peut vouloir dire « tueur » en arabe ou massacre en hébreu et « buter » ressemble à butter, beurre en anglais. Ketelbuters serait-il un tueur d’Arabes ?

22 janvier 2015

Complotisme

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 9 h 46 min

 

 

La nouvelle stratégie des fascistes de diverses tendances consiste à dénoncer le « complotisme », soit la mise en doute de la vérité officielle telle qu’elle est diffusée dans les médias. Le complotisme finira par devenir un délit pour ne pas dire un crime, comme dans tous les systèmes totalitaires où le simple fait de remettre en cause la vérité officielle est passible de la prison à vie.

Le complotisme, est une pratique qui consiste à  contester la vérité du jour telle qu’elle est présentée par les grands médias ; cette méthode est honnie par les pouvoirs en place ;  par contre, pour les évènements historiques, le complotisme est toléré dans certains cas.

Dans un éditorial de Libération daté du 21/01/2015, Laurent Joffrin dénonce le complotisme qui nuirait à la démocratie. Pour monsieur Joffrin, il ne faut pas remettre en cause la version officielle de l’attentat contre Charlie Hebdo. En revanche, on peut accepter la « théorie du complot » pour expliquer l’assassinat d’Henri IV ou l’affaire Dreyfus. Pour l’assassinat de Kennedy, la « théorie du complot » est refusée, mais par contre elle est tolérée pour expliquer le coup d’Etat de Pinochet, qui serait bien une opération fomentée par la CIA. Comment Laurent Joffrin fait-il la différence entre les vrais complots et les faux complots, on aimerait le savoir. La hiérarchie militaire n’a pas avoué avoir comploté contre Dreyfus pas plus que les antiprotestants n’ont reconnu avoir fait assassiner le bon roi Henri. Généralement les comploteurs n’avouent jamais leurs crimes, même des années après les avoir commis, ne serait-ce que pour éviter d’être inquiétés par la Justice.

Dans les faits, les racistes ne veulent pas avouer que les attentats « islamistes » sont le fait de comploteurs fascistes, tout simplement pour éviter que les musulmans ne soient innocentés des crimes qu’on leur attribue. Les anti-complot sont juste des racistes qui veulent faire accuser les Arabes et les Noirs d’un terrorisme en réalité concocté par les fascistes, pour ensuite  mettre les musulmans sous surveillance, les « rééduquer », les isoler, les torturer, les éliminer. Ce que n’ont pas compris les anticomplotistes, c’est que c’est la démocratie et l’ensemble de la société civile qui sont visées par les crypto-nazis qui tirent les ficelles des conspirations partout dans le monde ; quand ces nazis auront pris ouvertement le pouvoir, les journalistes, intellectuels, internautes et citoyens devront subir la répression la plus bestiale qui soit, répression rendue possible par les nouveaux moyens satellitaires.

Les racistes croient que seuls les musulmans sont visés par le terrorisme manipulé et c’est pourquoi ils appuient la version officielle des événements. Ils ne savent pas qu’eux, les membres des élites xénophobes des « démocraties » seront aussi visés par le futur totalitarisme satellitaire. Une fois de plus, les démocrates hypocrites présument de leurs forces et finiront un jour dans les cyber-goulag des futures dictatures en raison de leur incapacité congénitale à envisager le pire qui est pourtant plus que prévisible.

Selon Laurent Joffrin, le complotisme  menacerait la démocratie (ou ce qu’il en reste). Dans la réalité, c’est le complot fasciste qui menace la démocratie, pas les complotistes qui dénoncent les complots totalitaires. D’après Jofffrin, les complotistes disent que si les démocraties sont manipulées alors « autant instaurer une dictature qui terrassera les pouvoirs occultes ».  En réalité, ce sont ces pouvoirs occultes comploteurs et totalitaires qui veulent instaurer la dictature. Les complotistes antifascistes sont des défenseurs de la démocratie face à des pouvoirs secrets antidémocratiques. Les comploteurs actuels sont des fascistes et les complotistes des défenseurs de la liberté. Les complotistes d’extrême droite ne doivent pas masquer la masse des complotistes démocrates qui dénoncent les atteintes aux libertés publiques. Les complotistes défendent la démocratie que les anticomplotistes participent à détruire.

Laurent Joffrin fait une énumération de comploteurs (CIA, francs-maçons, juifs, illuminatis…) qui correspond à la liste habituelle des ennemis de l’extrême droite fascisante, alors même que c’est cette extrême droite qui est à la tête du complot le plus important, le complot fasciste international. Les observateurs de la nébuleuse complotiste oublient toujours, comme par hasard, de citer, parmi les complotistes,  ceux qui dénoncent le complot fasciste et font ainsi passer les complotistes pour des fascistes et les fascistes pour des complotistes alors qu’ils sont surtout des comploteurs contre la démocratie et non un rempart contre les forces obscures ;   ce fascisme comploteur est la pire des forces infernales. Les fascistes ne sont complotistes que pour dénoncer les complots de gauche. Ils n’allaient évidemment pas dénoncer leur propre complot permanent contre les libertés et les droits de l’homme.

Tant que les analystes politiques n’auront pas compris l’imminence du péril fasciste et la puissance du complot qui le promeut, alors, la démocratie sera en grand danger.

Les anticomplotistes ne dénoncent pas toutes les formes de théorie du complot. Ils acceptent les thèses complotistes quand celles-ci sont conformes à leurs intérêts ou à ceux de leurs employeurs.

La plupart des anticomplotistes sont islamophobes ; c’est la raison pour laquelle ils dénoncent toute forme de complotisme qui pourrait « profiter » aux musulmans en les innocentant des crimes qu’on leur attribue. Les anti-complotistes sont prêts à accepter les scénarios les plus aberrants, si ce sont les musulmans qui sont accusés. Alors que la version officielle du 11/09 est pleine d’invraisemblances, ils insistent pour accréditer cette version  et en faire interdire la contestation, parce qu’ils pensent que cet attentat est l’occasion de faire massacrer des musulmans. Ils ne se doutent pas que lorsque le fascisme est en marche, c’est toute la classe politico-médiatique  qui finit toujours par être visée et se retrouver dans des camps de concentration. Les anticomplotistes sont aveuglés par leur racisme viscéral à un point où ils ne savent même plus défendre leurs propres intérêts et ceux de leurs familles.

Les anticomplotistes semblent ne pas comprendre que les attentats « islamistes » ne profitent qu’aux islamophobes et à leurs maîtres nazis. Qui a bénéficié du 11 septembre hormis les nazis, qu’ils soient occidentaux ou likoudistes ? Pourquoi les musulmans commettraient-ils des attentats qui ne profitent qu’à leurs ennemis ? N’importe quel observateur neutre ne peut que constater que les attentats « islamistes » profitent aux fascistes de diverses tendances et nuisent à la démocratie qui devient de plus en plus une coquille vide. La montée de l’extrême droite partout en Europe est le symptôme de la fascisation du continent sous l’influence du Mind Control, la répression secrète par satellite. Il est plus que temps que les islamophobes non fascistes comprennent qu’ils sont en train de forger les barreaux des futures prisons pour dissidents, que ceux-ci soient de gauche ou de droite. La future dictature sera de très loin pire que celle imaginée par Orwell. Les satellites de surveillance peuvent torturer et tuer à distance en utilisant des ondes électromagnétiques; ils peuvent lire dans les pensées et contrôler les mouvements des ciblés. Le MC est l’arme fatale du totalitarisme. Si ce système n’est pas dénoncé aujourd’hui, ce sont des siècles de soumission à la terreur venue de l’espace qui nous attendent. Pour faire accepter cette tyrannie qui s’annonce, les fascistes utilisent une des passions les plus puissantes parmi celles qui animent les humains : le racisme, et en l’occurrence le racisme islamophobe qui fait que certains individus médiocres et puissants préfèrent faire le deuil de leur liberté plutôt que de dénoncer un système qui les menace directement, si ce système nuit aux musulmans, c’est à dire, à leurs yeux aux Arabes, Noirs, Turcs et autres non-européens. Comme certains ont coopéré avec les nazis pour combattre le communisme, d’autre coopèrent avec le nouveau nazisme par haine des musulmans, même s’ils se doutent qu’ils seront les victimes suivantes. Ces islamophobes sont comme le scorpion qui pique la grenouille au milieu de fleuve alors qu’il ne sait pas nager, juste parce que c’est sa nature et qu’il ne peut maîtriser sa haine.

Les anticomplotistes sont des racistes et des islamophobes dans presque tous les cas. Ce ne sont pas les braves gauchistes qu’ils prétendent être. Quand ces gens-là parlent de complot, ils citent toujours le complot judéo-maçonnique en « oubliant » de parler du complot fasciste dont l’existence est pourtant connue depuis les années 20. Les anticomplotistes sont pour la plupart des fascistes. Il est probable qu’ils vont faire interdire toute mention d’un complot fasciste, qu’ils vont limiter les possibilités d’expression sur le Net, qu’ils vont généraliser l’emploi de la torture extrême par satellite et qu’ils finiront un jour ou l’autre par supprimer les apparences de démocratie qui caractérisent encore nos sociétés.

La lutte contre le fascisme technologique déjà en place passe par le complotisme antifasciste et la lutte contre l’islamophobie, l’instrument actuel coup d’Etat fasciste mondial.

 

L’anticomplotisme est souvent défendu par la toute la gauche qui n’a pas compris que la principale victime du complot fasciste c’était elle. Le terrorisme fasciste attribué aux islamistes fait progresser l’extrême droite partout et empêche la vraie gauche d’émerger. Dire que ce sont les fascistes qui organisent le terrorisme, ce n’est pas plus ridicule que d’affirmer que c’est la CIA qui a fomenté le coup d’Etat de Pinochet, le 11 septembre 1973. Sans le terrorisme islamophobe, la vraie gauche serait beaucoup plus puissante en Europe et aurait pu prendre le pouvoir comme ça a été le cas en Grèce. C’est le terrorisme et l’islamophobie qui plombent la gauche européenne et en l’occurrence française. C’est le terrorisme qui sert de prétexte à la suppression de toutes les libertés. C’est le terrorisme qui est la source de la puissance de l’extrême droite et de faiblesse durable de la vraie gauche. Ceci prouve que le seul moyen pour la vraie gauche de renaître en Occident c’est de dénoncer le complot terroriste et fasciste, de manière à ce que l’extrême droite infiltrée dans tous les partis ne puisse lancer des campagnes d’attentats « islamistes » dès qu’elle a l’impression que la contestation commence à se développer. Les attentats du 11/09/2001 on eu lieu suite aux émeutes de Gêne et de Seattle pour écraser les libertés et mettre en place une dictature mondialisée. La gauche ne pourra se régénérer sans pratiquer ce que les fascistes appellent le complotisme et qui n’est en réalité que de l’analyse politique réaliste. Comme l’avouent eux-mêmes les anticomplotistes, il y a aussi de vrais complots. Le terrorisme « islamiste » est un vrai complot totalitaire ourdi par le racisme international.

Dans l’affaire Mérah, on n’a jamais vu le tueur sans cagoule. On ne sait pas qui a vraiment commis ces attentats qui n’ont visé que des Arabes, des Juifs et des Noirs. Tout ce qu’on sait vraiment c’est que le terroriste présumé a été tué avant de pouvoir parler et que tout cette campagne de terreur a profité à la droite, l’extrême droite, et l’extrême droite de la gauche. Alors que la gauche qui prône les hausses de salaires et de minima sociaux devrait être largement majoritaire dans le pays, ces mouvements (FDG, NPA,LO…), eux mêmes plus ou moins complices du fascisme, font dans le meilleur des cas aux alentours de 15% des suffrages tous ensembles. La plupart du temps ils sont au dessous de 10% des voix.

L’erreur de la gauche réelle, c’est de ne pas dénoncer les complots des hommes de l’Etat à base de terrorisme manipulé, d’islamophobie et de Mind Control. Elle ne dénonce pas la répression secrète et est complice du néo-colonialisme, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières.  Ces faux gauchistes apparaissent parfois comme des sortes de sous-fascistes, de laïcs hypocrites, qui disent exactement la même chose que le FN, tout en détestant le FN. Les électeurs préférant les originaux aux copies, c’est toujours le FN qui gagnera au petit jeu du fascisme.

La gauche réelle ne pourra se développer qu’en devenant « complotiste » c’est à dire en dénonçant les complots du fascisme et de la bourgeoisie, comme le faisait déjà l’ami du Peuple, Jean-Paul Marat, il y a plus de deux siècles, à l’époque de la grande Révolution. A la mort de Marat, la Révolution n’a survécu que quelques mois. Personne n’a besoin d’une gauche coloniale et collabo qui se croit encore à l’époque de la 3ème République colonialiste, anti-prolétarienne et raciste. Personne n’a besoin d’une fausse extrême gauche qui exclut tous ceux qui sont issus de la diversité extra-européenne. Personne n’a besoin d’une fausse  gauche collabo et islamophobe qu’on arrive pas à distinguer nettement du FN.

En politique il faut tenir un discours audible, différencié et concret. Il faut prôner une lutte totale contre l’islamophobie, contre le complot fasciste et pour les hausses massives des minimas sociaux, smic, rsa, allocations chômage… Les discours fumeux et le commérage politique n’intéressent personne et profitent in fine à la droite et l’extrême droite.

Sans « complotisme » de gauche, la régression sociale ne cessera jamais en France, jusqu’au point où ce sera l’esclavage du Mind Control  qui constituera l’avenir du pays. Tout est lié : terrorisme, islamophobie, régression sociale, montée du fascisme. Les liens entre ces entités sont cachés. C’est aux théoriciens de la politique de les mettre en évidence. Il faudrait en France plus de Marx et moins de Kepel si on veut sortir un jour de l’ornière néo-libérale.

 

Sans le complotisme, on ne peut pas comprendre le monde actuel qui parait chaotique et barbare. Pour comprendre le monde, il faut savoir qu’il existe une volonté derrière la sauvagerie et l’absurdité généralisées. Cette volonté c’est le fascisme colonial, éventuellement néo-nazi. Cette volonté dispose d’un instrument surpuissant : le Mind Control, la surveillance généralisée par satellite. Le Mind Control dirige entièrement la planète ; il est composé de chefs d’Etat, de milliardaires, de chefs des services secrets, de militaires de haut niveau, de préfets, de médecins, de journalistes, d’industriels.. Il est international mais principalement en connexion avec l’Otan, l’organisation hégémoniste atlantiste.

Tous les VIP de France connaissent le Mind Control et travaillent pour lui. Il gardent le secret sur le sujet parce qu’ils sont eux-mêmes impliqués et qu’ils bénéficient de la puissance de la répression pour promouvoir leur carrière. Ceux qui ne collaborent pas avec le Mind Control voient leur vie brisée, leur carrière anéantie, leur vie de famille entièrement détruite.

Tous ceux qui connaissent l’existence du Mind Control ne peuvent être que complotistes ; ils savent que le jeu est truqué par les satellites. Ils savent que tout est faux dans les informations diffusées par les grands médias. Ils savent que le terrorisme est issu des hommes de l’Etat qui prétendent le combattre, tout comme la délinquance, le crime, le trafic de drogue et autres fléaux qui frappent nos sociétés.

L’attentat contre Charlie est un coup monté, comme l’affaire Mérah, comme les affaires Coulibaly, comme les attentats du GIA à Paris, comme le 11 septembre. Le terrorisme est créé pour détruire nos libertés. C’est pourquoi il faut exiger la levée des plans Vigipirate et l’abrogation de toutes les lois liberticides votées depuis des décennies. Il faut aussi lever la loi du silence sur la répression satellitaire, le secret étant le plus grand des tyrans.

Le réchauffement climatique que tout le monde considère comme un fait tangible n’est pas nécessairement une réalité. Les satellites peuvent modifier les climats dans le cadre d’une guerre climatique visant à nuire au tiers monde en l’asséchant ou en l’accablant de catastrophes « naturelles » tels les séismes, typhons et autres tsunamis. Ces catastrophes provoquées visent aussi les pays développés pour semer la terreur dans la populations et affaiblir sa capacité de résistance.

Les quelques milliers de capteurs de température disséminés dans le monde peuvent être réchauffés par satellite, de manière à fausser les statistiques et nous imposer le maintient du nucléaire par exemple.

Les crises économiques ont été planifiées à l’avance et  utilisées à discipliner la main d’œuvre par le chômage et donc à augmenter les profits des patrons, à dégouter les gens de la démocratie et favoriser le fascisme, à semer la terreur de la pauvreté dans la société ce qui permet de rendre dociles les citoyens qui en temps normal sont prompts à contester.

Toutes les plaies qui frappent les sociétés modernes ont été pensées et décidées par les maîtres du monde, les ennemis du genre humain, les vieux et riches fascistes qui dirigent la planète. Il y a bien un complot du Mind Control qui nous impose des dirigeants véreux, des chiens de garde fous, des catastrophes « naturelles » permanentes, inondations, sécheresses et autres. La technologie du Mind Control a pour mission de nous asservir, de supprimer toutes les libertés réelles, de pourrir la vie de la masse de la population pour la plus grande joie des vieillards déments qui trônent en haut de la pyramide.

Les élections en Occident sont truquées : le Mind Control nous impose les plus mauvais partout ; il met au pouvoir des gens qui détruisent l’économie par la baisse d’impôts pour les riches, par les diminutions de salaires réels qui constituent pourtant la base de la demande qui tire l’ensemble de l’économie, par la réduction des impôts sur la finance et les grandes entreprises qui ruinent les Etats et les condamne à une impuissance permanente. Les riches sont devenus trop riches. Ils ont acheté les Etats ; ils ont corrompus les politiciens, préfets, juges, hauts fonctionnaires, militaires, flics, journalistes. Ils sont les vrais maîtres des nations où les lois ne sont plus respectées du tout. D’honnêtes citoyens peuvent être persécutés nuit et jour par les politiciens véreux alors que pendant ce temps des pédophiles, assassins, violeurs, voleurs sont assurés de l’impunité totale en tant que membres de l’oligarchie.

Pour comprendre la réalité, il faut considérer que presque tout ce qui se produit dans le monde est le résultat de la volonté d’un ou plusieurs groupes. Rien n’est fortuit. Tout a été planifié. Tout pourrait s’améliorer si les vrais défenseurs de la démocratie se décidaient enfin à dénoncer la répression secrète au lieu de collaborer bêtement avec elle. Il faut espérer que la vraie gauche européenne, se décide à dénoncer le Mind Control et le complot fasciste avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, ce sont des siècles de servitudes qui nous attendent.

Pour truquer les élections il est possible de faire surveiller les principaux bureaux de vote par satellite et d’influencer les choix des électeurs par ondes satellitaires. On peut aussi saboter les prestations des candidats de gauche dans les médias en les empêchant de présenter leur programme ou en leur faisant dire ce que les électeurs de gauche ne veulent pas entendre. Les ondes électromagnétiques peuvent contrôler la pensée et la parole. Tous les gens bien informés de la classe politico-médiatique le savent.

Le trucage des élections peut aussi s’opérer par le biais d’une mauvaise répartition des temps de paroles dans les médias. Ces temps de parole ne sont règlementés que quelques jours avant les élections. Le reste du temps, ce sont les pouvoirs politiques et médiatiques qui décident de qui est invité ou non dans les journaux, chaînes de télévision, station de radios. Par exemple, de puis 2012, le FN est sur-invité dans la plupart des médias, ce qui a pour résultat de lui faire atteindre des scores qui dépassent les 20% dans la plupart des régions. Réglementer les temps de parole dans les médias serait le minimum qu’on pourrait faire pour que l’équité soit respectée entre les partis politiques.

Ceux qui disent qu’il n’y a pas de complot sont ceux qui profitent du complot. Par exemple, l’extrême droite s’est spécialisée pendant longtemps dans le complotisme, tant qu’elle était dominée sur la scène politique, pour finalement abandonner cette forme d’analyse quand elle a commencé à bénéficier du complot fasciste mondial. La majeure partie de l’extrême droite ne fait plus de complotisme dans la mesure où celui-ci profite aux musulmans. La théorie du complot judéo-maçonnique développé pendant de décennies semble beaucoup moins d’actualité depuis que les nazis disposent du Mind Control pour renforcer leurs positions et écraser la gauche mondiale. Ces fascistes satellitaires persécutent secrètement les internautes de gauche et tentent des les empêcher de s’exprimer par tous les moyens. Il existe bien un complot fasciste contre la démocratie et ceux qui nient ce fait sont des complices ou des idiots.

Le FN par exemple, n’a jamais remis en question la véracité de la version officielle du 11/09/2001, parce qu’il a vite compris que les attentats des Twin Towers lui profitaient. D’ailleurs, lors des élections présidentielles de 2002, la gauche a été éliminée et le FN a pu participer aux second tour en réalisant un score de plus de 16%, très supérieur à ses résultats habituels. Le terrorisme profite aux fascistes de toutes tendances et c’est la raison pour laquelle l’extrême droite est de moins en moins sensible à la « théorie du complot » qui est logiquement dénoncée par ceux qui en sont victime et non ceux qui en profitent.

Il est vrai qu’une partie de l’extrême droite anti-mariniste continue de développer des thèses complotistes, ne souhaitant pas une alliance entre fascisme et likoudisme qui pourrait aboutir à l’élimination physique de la droite nationale antisioniste.

Le problème est que l’extrême gauche est très peu active dans le domaine du complotisme, alors qu’elle est la tendance politique la plus visée par le complot fascisto-financier. En raison de sa collaboration totale avec le Système, cette extrême gauche est condamnée à reprendre les thèses officielles des racistes, que ce soit dans le domaine du terrorisme ou de celui de la dénonciation des théories du complot qu’elle aurait pourtant intérêt à développer. Si on ne dénonce pas le complot fasciste dans la question du terrorisme, on ne peut pas imposer le rétablissement  des libertés en Occident, puisque les fascistes prétendent qu’ils suppriment les libertés pour combattre un terrorisme qu’ils ont en réalité planifié eux-mêmes. Si on ne dit pas que ce sont les fascistes qui organisent le terrorisme, il devient impossible de résister à leur complot.

Le terrorisme a pour résultat en plus de supprimer les libertés,  de renforcer le racisme et l’islamophobie et donc la droite dure et l’extrême droite qui autrement seraient restées marginales. Ne pas dire que le terrorisme est issu des services secrets à la solde des nazis, c’est condamner la démocratie à disparaître à échéance de quelques décennies.

Le terrorisme est l’arme suprême des fascistes. Ne pas dénoncer la manipulation fasciste dans ce domaine est une erreur fatale. A chaque veille d’élection, les fascistes pourraient organiser un attentat majeur qui mettrait la droite dure au pouvoir et ce jusqu’à élimination complète de toute trace de démocratie dans le système politique. Ne pas comprendre cela relève de la stupidité la plus profonde.

Il faut dénoncer le terrorisme comme un élément du complot fasciste. C’est le minimum de ce que peut faire la démocratie pour survivre.

L’extrême droite et l’Eglise catholique ont dénoncé le complot judéo-maçonnique tant que les juifs et les maçons étaient supposés être de gauche et à l’origine de la Révolution de 1789, de la révolution bolchévique de 1917 et de toute la subversion favorable aux droits de l’homme et au progrès social. Mais, depuis longtemps, juifs et francs-maçons ont, en majorité, viré à droite et à l’extrême droite. Dans ces conditions, dénoncer le complot judéo-maçonnique ne présente plus beaucoup d’intérêt pour les fascistes. Cela consisterait à s’en prendre à des alliés objectifs, même si l’opposition entre les diverses catégories de réactionnaires peut être violente.

De même, les anticomplotistes  dénoncent à la fois ceux qui nient la Shoah et ceux qui remettent en cause le 11 septembre, comme s’il s’agissait de la même tendance. En réalité, ceux qui nient la Shoah veulent innocenter les nazis et faire accuser les juifs et les antifascistes de déformer de la réalité dans le but de renforcer leur position. Dans le cas de ceux qui nient la version officielle du 11/09, il s’agit de faire innocenter les musulmans et de faire accuser les fascistes américains  et leurs alliés de la responsabilité du crime. Dans un cas la théorie du complot a pour objet de faire innocenter les fascistes et dans l’autre, il s’agit de les faire accuser. On voit bien que les diverses tendances de ce que les censeurs appellent le complotisme peuvent être totalement opposées.

Les complotistes de droite et d’extrême droite dénoncent le complot gauchiste qui aboutit finalement à la démocratie ou même au communisme, alors que de son côté, le complotisme islamo-progressiste dénonce le complot fasciste islamophobe qui a lui pour but de faire massacrer les musulmans et de détruire la démocratie et les droits d l’Homme dans tous les pays de la planète.

Le complotisme total consisterait à dénoncer tous les complots de gauche comme de droite, de manière à ce que les observateurs puissent lire l’histoire de manière cohérente. On peut en effets considérer que le complot est une forme d’action politique comme une autre et que nier son existence reviendrait à nier la réalité et condamnerait les observateurs politiques et les historiens à ne jamais rien comprendre à l’enchaînement des faits. Il y a toujours eu des gens qui agissaient dans l’ombre pour promouvoir leurs intérêts et imposer leurs vues aux autres. L’Occident actuel est une dictature secrète régie par la répression occulte du Mind Control, et, ceux qui dénoncent le complotisme sont tous des complices de cette répression. Ces gens mentent sciemment pour de l’argent, des passages dans les médias, des sinécures diverses, des protections contre la répression. Ces gens sont des lâches et des ennemis de la démocratie. Ce ne sont pas des antifascistes ou antinazis mais le contraire. Comme l’a dit Winston Churchill, le fascisme reviendra sous la forme d’antifascisme. Les mauvais complotistes sont ceux qui dénoncent une sorte de complot musulman à base de terrorisme alors même que les principales victimes du terrorisme sont les musulmans qui doivent subir partout dans le monde une répression de plus en plus inhumaine. Les anticomplotistes accréditent l’idée que des musulmans pourraient organiser le terrorisme malgré les moyens de répression du Mind Control et le fait que tous les attentats « islamistes » nuisent à l’islam et ont pour conséquences des bombardements et des massacres dans le tiers monde ainsi que des persécutions dans tout l’Occident. Par contre, ces anticomplotistes nient la possibilité même d’un complot fasciste alors que de plus en plus d’indices laissent à penser que c’est bien l’Etat américain qui a planifié le 11 septembre 2001, ce coup d’Etat mondial pas uniquement antimusulman mais aussi anti-démocratique. Depuis le 11 septembre, tous les dirigeants de la planète, tous les journalistes, tous les blogueurs, tous les VIP, tous les dirigeants syndicaux, religieux, tous les artistes importants, tous les grands chefs d’entreprise, tous les milliardaires, tous les généraux, les préfets, les gouverneurs sont sous la surveillance du Mind Control. Le droit à la vie privée a été supprimé pour tous et, progressivement, la surveillance s’étend à des couches de plus en plus larges de la société : employés de banque, fonctionnaires, bénévoles d’associations, libertins, simples curés ou rabbins, maires de villages, ingénieurs de l’armement et des millions de personnes qui n’ont aucune raison d’être surveillées. Face au complot antidémocratique, les protestations sont très faibles. Si les voix de la liberté ne se font pas entendre de manière plus musclée, ce sont tous les droits acquis depuis des siècles qui vont disparaître définitivement.

Dans le cas des attentats de Copenhague, le 14février 2015, le modus operandi est le même que celui de tous ceux de la nouvelle génération d’attentats fascistes : on a affaire à des repris de justice qui viennent de sortir de prison, qui sont donc sous surveillance satellitaire, et qui attaquent des symboles de la société dans laquelle ils vivent : journaliste, flics ou autres. Ensuite, ils s’en prennent à un lieu fréquenté par des juifs, pour mieux souligner la solidarité naturelle existant entre sionistes et élites dirigeantes des  pays occidentaux. Ces attentats profitent aux extrêmes droites européenne et israélienne. Le Likoud, héritier des collaborateurs juifs des nazis, s’empresse alors de demander aux juifs de quitter l’Europe, pour la plus grande satisfaction des partis racistes occidentaux. Les nazis islamophobes et leurs médias pilonnent ensuite les musulmans européens, ce qui a pour conséquence une poussée de l’extrême droite partout. Likoud, comme FN et partis nazis nordiques profitent du terrorisme « islamique ». D’ailleurs, peut-on considérer qu’un individu isolé sortant de prison et commettant un massacre est un terroriste ? On peut légitimement en douter. Ces personnes semblent plutôt être des cas psychiatriques ou plus exactement des individus manipulés par les forces fascistes de répression qui les dirigent par satellite. N’importe quel journaliste un peu sérieux devrait se demander pourquoi tous ces prétendus terroristes sortent toujours de prison, en France comme au Danemark ou au Canada,  et sont donc sous la surveillance des satellites des forces de sécurité. La réponse à cette question est simple : ce sont les Etats fascistes qui organisent le terrorisme pour supprimer toutes les libertés des citoyens et mettre in fine les fascistes au pouvoir. Personne, à gauche comme à droite, ne semble flairer le danger. Tous les hommes politiques pensent qu’ils n’ont rien à craindre du fascisme. Ces gens risquent d’être cruellement déçus.

 

Les affaires internationales sont régies par des stratégies cachées qui peuvent être mises en évidence par les recherches des  »complotistes », c’est à dire les analystes réalistes. Il est par exemple évident que les impérialistes veulent détruire et recoloniser l’Afrique et le Proche-Orient. Les groupes terroristes du style Daesh ne font que semer le chaos, provoquer des guerres civiles et des massacres et détruire les Etats pendant des années, comme c’est par exemple le cas en Somalie ou en Libye. Toute la politique coloniale vise à monter les gens les uns contre les autres, opposer religions et ethnies entre elles, faire en sorte que des bombardements puissent être présentés comme des opérations humanitaires, bloquer la croissance économique du tiers monde.

Des pays comme le Congo, l’Angola, le Libéria, la Sierra Leone ont connu des années de guerres civiles provoquées qui ont fait des millions de morts. Aujourd’hui, la Libye, la Syrie, l’Irak sont victimes du complot colonial, comme hier l’Afghanistan ou l’Algérie. Dire que Daesh est un groupe colonial financé et armé par l’Occident est une analyse qui peut être assimilée à du complotisme. C’est pourtant une réalité relatée par de nombreux médias parallèles. La France par exemple a ouvertement appuyé la rébellion en Syrie, mais pas au point de lui faire gagner la guerre. Le pays est maintenant livré à des groupes terroristes eux aussi armés par l’Occident, directement ou non. Le résultat est que ce pays sombre dans le chaos et qu’il mettra des années pour revenir à la normalité. Dire que l’Occident n’a pas réussi à faire triompher la rébellion est un non-sens.  L’impérialisme aurait pu faire gagner les rebelles rapidement s’il l’avait voulu. Mais il ne le voulait pas car il déteste à la fois les islamistes et les démocrates et ne combat les dictatures que pour éviter que les dictateurs ne deviennent trop arrogants. Ce que voulait l’impérialisme, c’était la destruction de la Syrie, comme celle de la Libye, de la Somalie et autres. L’impérialisme ne veut plus simplement dominer ; il veut surtout massacrer, torturer, détruire, ravager. Le colonialisme s’est nazifié à un point où il semble plus n’avoir d’autre but que la destruction. A la base de ce nouvel impérialisme post-guerre froide, un racisme extrême, entretenu par le Mind Control, la surveillance mentale par satellite, majoritairement aux mains des nazis. Le colonialisme est devenu la couveuse du fascisme qui finira par gangréner la totalité des « démocraties » occidentales. Les fascistes se font passer pour de braves patriotes alors qu’ils ne sont que des psychopathes haineux et jaloux. Ces gens sont des ennemis de la démocratie, de l’Internet, de la libre expression, de l’égalité devant la loi, de tout ce qui fait que la démocratie est démocratie. Pour eux, l’impérialisme est l’occasion de défouler leurs plus vils instincts en jouant les patriotes alors qu’ils ne sont que des racistes.

Pour appréhender la politique internationale, il faut utiliser l’instrument du « complotisme ». Sinon on ne peut rien comprendre à la situation.

Les diverses épidémies africaines du style Sida ou Ebola ne peuvent s’explique que comme une création humaine et plus précisément impérialiste et raciste. D’après la version officielle, le Sida viendrait de la consommation de viande de brousse par certaines tribus ; cette viande aurait contaminé certaines personnes ce qui aurait été le départ de cette épidémie qui a fait plus de 30 millions de morts. Mais, pourquoi cette épidémie serait-elle apparue seulement dans les années 80 alors que les tribus mangent du singe depuis des millénaires ? Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles ! Le Sida comme Ebola et autres est une épidémie artificielle due à un virus mis au point par les fascistes qui voulaient tuer le plus de Noirs, toxicomanes, homosexuels et pauvres possible. Dans le cas du Sida, seule l’explication complotiste est plausible. Toutes les autres ne tiennent pas la route, même et surtout lorsqu’elles sont détaillées par des professeurs de médecine pervers et stipendiés. Qui peut croire que le Sida existait depuis des siècles et que personne ne se serait rendu compte de rien.. Le Sida est une maladie crée par les fascistes dans le but d’empêcher les gens de « jouir sans entraves ». Le Sida est une maladie fasciste et raciste. Le Sida est l’exemple de ce que peuvent faire les nazis quand ils se croient à l’abri des regards.

Sans le  « complotisme » personne ne peut rien comprendre à l’histoire et à la marche du monde. Certaines époques sont plus gravement victime de complots que d’autres. Aujourd’hui, les médias cachent toutes les informations essentielles ; il est donc sain que les citoyens cherchent à connaitre la cause de tous leurs malheurs sachant qu’ils proviennent essentiellement d’une oligarchie mondiale criminelle, raciste et malveillante, qui ne cherche qu’à empêcher les gens de vivre leur vie de manière acceptable, cette caste considérant que le seul vrai plaisir dans l’existence consiste à nuire aux autres.

Pour pouvoir échapper à l’oppression de l’oligarchie satanique qui dirige la planète, il faut d’abord dénoncer ses crimes au lieu d’y participer, ce qui permettra ensuite aux humains de se libérer de ces monstres sadiques plutôt que de ramper devant eux.

Dans l’hebdomadaire Marianne, le philosophe anticomplotiste Pierre-André Taguieff prétend que le complotisme serait une des sources du « djihadisme ». Le terme même de « djihadisme » est issu d’un vocabulaire de nazi islamophobe. Ce que ces gens appellent le djihadisme, c’est le terrorisme aveugle qui ne sert que les intérêts coloniaux, fascistes et islamophobes. L’action de ces terroristes renforce le fascisme, l’impérialisme  et l’islamophobie partout. Après chaque attentat les libertés régressent et le racisme augmente. Il ne s’agir pas d’un hasard mais de l’exécution d’un plan prémédité par les fascistes. Et quand on dénonce leur complot, les comploteurs crient au complotisme, comme si c’était d’un délit que de dénoncer des criminels. Dire que le complotisme est une des sources du terrorisme, c’est ouvrir la porte à la création de délits d’opinion et à la criminalisation de l’analyse politique indépendante.

Taguieff dénonce l’Internet comme un des principaux vecteurs de diffusion de ce qu’il appelle le complotisme qui est selon lui une des sources d’inspiration du terrorisme. Si le complotisme mène au terrorisme, il faut donc interdire le complotisme. Et si c’est Internet qui diffuse le complotisme il faut alors interdire ou limiter fortement la liberté d’expression sur ce média. Comme cela, seuls les intellectuels officiels tel Taguieff auront le droit de s’exprimer, ce qui pourra permettre à l’extrême droit de prendre le pouvoir en France et dans reste du monde.

Les anticomplotistes sont des ennemis de la liberté et non pas des défenseurs de la démocratie. Ces gens veulent empêcher les citoyens de s’exprimer. Ils veulent supprimer la démocratie partout dans le monde et mettre en place un soviétisme de droite. Ces gens sont des fascistes.

D’après Taguieff, pour les complotistes, rien n’arrive par hasard. Il n’a pas compris, ou feint de ne pas comprendre, que quand on fait de l’analyse historique, on essaye de rechercher les causes des événements qui surviennent dans le monde et on ne se content pas de les décrire. Taguieff et les anitcomplotistes font un peu penser à ces théologiens du Moyen-Age, qui refusaient toute explication rationnelle à la marche du monde. Ils sont de même proche des ces soviétiques qui prétendaient contrôler la science à l’époque de Staline. Ces gens sont des censeurs totalitaires qui veulent empêcher le peuple de s’exprimer pour dénoncer ceux qui l’ oppriment.

En effet, rien n’arrive par hasard ; le travail des scientifiques, des chercheurs, des analystes des observateurs, c’est justement de comprendre les causes profondes des phénomènes et non de se contenter de subir la réalité sans chercher à l’expliquer.

Marx, par exemple, recherchait les structures cachées de l’économie capitaliste et ne se contentait pas de décrire superficiellement la réalité. Les grand scientifiques tels Newton ou Einstein, ont recherché les lois physiques qui expliquaient l’apparence du monde. Les philosophes grecs ont fait de même. Tout ce qui n’est pas obscurantiste ou escroc recherche ce qui se cache derrière les apparences. Taguieff et ses épigones veulent nous renvoyer au Moyen-Age, à une époque ou rechercher la vérité était un crime. On peut dire en passant que Taguieff est très bien informé sur la réalité du monde, qu’il sait que la France est dirigée par le Mind Control satellitaire et il participe plus ou moins à la répression. Il n’est pas stupide mais intellectuellement malhonnête. Il faut que tout le monde le sache. Cet individu trompe le public sciemment. Il ne se trompe pas, il ment.

Quand on dit que certains événements sont provoqués, cela ne veut pas dire que rien n’est du au hasard mais  que certains de ces événements ne sont pas dus au hasard. Taguieff utilise une ruse technique décrite par Shopenhauer qui consiste à exagérer les propos de l’ennemi pour mieux le ridiculiser. Ceci étant dit, il vaut mieux trop expliquer le monde que pas assez. Généraliser le complotisme à tous les domaines de la politique, de l’économie et des relations internationales permet de mieux comprendre pourquoi des pays entiers sont détruits par des guerres civiles provoquées de l’extérieur par des ennemis. Si on suivait le raisonnement de Taguieff jusqu’au bout, on penserait que Machiavel ou Sun Tsu sont de grands théoriciens du complot, des complotistes acharnés, des maîtres de l’action cachée et donc des gens peu fiables…. Que ceux qui ne croient pas à ce qu’ils appellent la théorie du complot lisent ces deux auteurs et viennent ensuite dire que les complots n’existent pas….

Taguieff affirme que les complotistes pensent que tout ce qui arrive est dû à l’action de volontés cachées et malveillantes. Et lui pense que tout est dû au hasard ? Il veut dissuader les intellectuels et les citoyens de chercher à comprendre la marche du monde. Il veut ridiculiser ceux qui qui pourraient démonter les manigances des gens  qui l’emploient. De cette manière, les analystes invités dans les talk show ne parlent plus de rien d’intéressant et ridiculisent un peu plus le monde intellectuel. Sans critique il n’y a pas de contestation et personne ne remet plus en cause la dictature secrète qui nous opprime. Taguieff est un agent de la répression intellectuelle, comparable aux censeurs soviétique. Pour pouvoir un jour résister au complot fasciste qui nous menace, il faudra démonter point par point la stratégie des fascistes qui peu à peu suppriment toutes les libertés partout. Aujourd’hui en France, un simple manifestant peut être condamné à 3 ans de prison ferme alors que le même manifestant en 68 aurait risqué au plus une garde à vue. Le fascisme est en marche et pour lui résister il ne faut pas se laisser intimider par des intellectuels au service de l’oppression.

D’après Taguieff, les complotistes pensent qu’on les manipule. Et bien oui, on nous manipule. La manipulation est une des bases de la politique. Où est le problème si des gens comprennent qu’on les manipule ? C’est ceux qui ne se doutent de rien qui ont un problème.

Taguieff reproche aux « complotistes » de considérer que « tout se tient »… La plupart des scientifiques recherchent une explication cohérente totalisante et rationnelle du monde : Newton, Einstein, Marx, Darwin, tous ont essayé d’unifier les théories explicatives de la réalité. Les religions elles-mêmes tentent d’expliquer la marche du monde, de rechercher les causes profondes de l’existence de l’univers. Et il faudrait que les citoyens eux, refusent toute explication rationnelle aux mouvements de l’histoire ? Taguieff ressemble un peu à ces inquisiteurs qui ont persécuté Galilée.

Taguieff dénonce le scepticisme des citoyens qui se demandent si ce qu’on leur dit est vrai ! I faudrait avaler tout ce que nous servent les médias sans faire preuve d’aucun esprit critique ? Il faudrait croire que pour relancer l’économie il faudrait baisser les salaires ? Croire que pour créer des emplois il faut allonger le temps de travail et retarder l’âge de départ à la retraite ? Il faudrait penser que quelques terroristes armés de cutters ont réussi à détruire deux tours temple du capitalisme ? Il ne faut tout de même pas prendre les gens pour des imbéciles.

Taguieff pense que les complotistes font preuve d’une « hypercrédulité vis-à-vis des thèses conspirationnistes ». Et bien non ! On peut croire qu’il existe bel et bien un complot fasciste et ne pas croire à la présence de martiens parmi nous.

Taguieff prétend que les « djihadistes » seraient inspirés par le conspirationnisme, alors même que ces faux djihadistes qui ensanglantent la planète sont pour la plupart des agents occidentaux encadrant des paumés manipulés et donc des parties prenantes du complot impérialiste, fasciste et néo-colonial. Ils savent très bien qu’il y a un complot puisqu’ils en font consciemment partie, pour les plus importants d’entre eux, et ne vont donc pas le dénoncer.

D’après Taguieff, « le complotisme est un mode de construction de l’ennemi absolu ». Donc, quand on dénonce les crimes du nazisme on est complotiste ? Il faut rappeler que les nazis nient tous les crimes qu’on leur attribue. Dans les passé, les soviétiques dénonçaient l’impérialisme américain. c’était donc des complotistes. Et Reagan qui lui s’en prenait à l’Empire du Mal communiste, était lui un complotiste de droite. Cette notion de complotisme a été forgée de toutes pièces par les fascistes modernes pour faire taire la critique contre la dictature secrète qui nous accable. La plupart des anticomplotistes sont directement impliqués dans la répression secrète du Mind Control. Il ne croient pas un mot de ce qu’ils disent. Ils savent que la plupart de ce qu’affirment les complotistes est exact. Ils sont bien placés pour connaitre intimement la puissance de la manipulation néofasciste actuelle, qui laisse loin derrière elle la propagande soviétique, qui restait somme toute artisanale.

Le monde est dirigé par les satellites de surveillance, arme suprême des fascistes qui nous dirigent. Les anticomplotistes connaissent cette réalité ; ils y participent ; ils sont payés pour empêcher les gens de réfléchir. Ce sont les fascistes du 21ème siècle.

D’après Taguieff, la question « à qui profite le crime » serait une « question magique ». Donc, les policiers et gendarmes, qui se posent cette question pour résoudre un crime ou délit, pratiqueraient la magie… Cet adage est connu depuis l’époque romaine. C’est la question que se posent tous ceux qui étudient les sciences humaines. C’est la question que se posent tous les analystes politiques et diplomatiques. C’est la question que se posent tous les responsables des services secrets. Mais les citoyens eux n’auraient pas le droit de se la poser de peur que cela ne gêne certains criminels hauts placés ! Pierre-André Taguieff se comporte un peu comme un maître censeur chargé de terrifier les internautes pour  les empêcher de réfléchir. D’après Taguieff il faut toujours se fier aux apparences et, quand un crime terroriste est commis, il faut accuser les musulmans dans tous les cas et ensuite les bombarder et massacrer, pour leur couper l’envie de recommencer. L’anticomplotisme est doublement criminel : il cause des préjudices aux victimes directes et aux faux coupables qui doivent subir des représailles pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Les opérations de « représailles » post 11 septembre ont causé la mort de plus de quatre millions d’innocents. Les anticomplotistes sont des criminels.

D’après Taguieff, ce serait le Web qui endoctrinerait les jeunes. Dans les faits, ce sont les grands médias racistes et fascistes qui contaminent l’opinion, le Net servant de désinfectant face à l’infection islamophobe, fasciste et raciste.

D’après Taguieff, il faut créer des contre-feux pour contrer le « complotisme », par exemple en mettant en place des sites de réinformation sur le Web. Le problème est que ces sites de réinformation sont en réalité des centres de désinformation où les responsables prétendent que le Mind Control n’existe pas alors qu’il travaillent pour lui. Sur ces sites, les comploteurs prétendent qu’il n’y a pas de complot.. Il mentent sciemment. Ils diffusent volontairement de fausses nouvelles. Ils protègent la dictature en prétendant qu’elle n’existe pas.

Taguieff déclare que les complotistes sont des dogmatiques. Dans les faits plusieurs sortes de complotistes  s’opposent entre eux. Certains prétendent qu’il existe un complot juif ; d’autres un complot maçonnique et d’autres enfin croient que la démocratie est menacée par le complot fasciste qui vise à détruire toutes les libertés. Ces différents groupes sont totalement antinomiques dans leurs analyses et leurs objectifs. Mêler les complotistes antifascistes aux complotistes fascistes, c’est une ruse des crypto-nazis qui dirigent le système. Ils attaquent le complotisme nazi pour mieux discréditer le complotisme démocratique qui dénonce les atteintes aux libertés. Si un complotisme de gauche n’est pas développé, celle-ci disparaitra rapidement de la scène politique mondiale, comme on peut déjà le constater dans certains pays.

 

L’anticomplotisme le plus ridicule est l’anticomplotisme de gauche, concocté par des gens qui ne comprennent pas qu’ils font le jeu des fascistes qui ont alors beau jeu de jouer les défenseurs de libertés qu’ils rêvent en réalité détruire.

Cet anticomplotisme de gauche est illustré par exemple par Pierre Crétois, philosophe collaborant avec le blog de gauche Médiapart. Ce blog n’a toujours pas compris que rien n’évoluerait en France sans la mise en place d’une nouvelle théorie de la libération basée sur  complotisme antifasciste.

http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-cretois/301214/le-complotisme-ce-nouvel-asile-de-l-ignorance

« La théorie du complot répond à l’intérêt que nous avons à connaître la vérité et, à la fois, à tout simplifier. Face à la complexité d’un monde qui nous échappe de plus en plus, il n’est pas étonnant qu’elle trouve tant d’amateurs bien qu’elle soit, malheureusement, le refuge de l’ignorance. »

 

Crétois ne sait pas qu’il n’y a pas une théorie du complot mais plusieurs de gauche et de droite, par exemple les théories du complot judéo-maçonnique, du complot illuminati, du complot jésuite à droite, de même qu’il existe de théories du complot issues de la gauche qui visent les aristocrates, les bourgeois, les patrons, les banques, le grand capital ou les fascistes. Pour la droite, ce sont des sectes gauchistes qui dominent le monde alors que la vraie gauche considère que ce sont les forces de l’argent et du fascisme qui complotent contre le peuple. Mêler ces théories du complot en une seule idéologie complotiste est un grave erreur théorique.

 

« Un sondage qui date maintenant de quelques mois nous apprenait qu’un Français sur cinq croit dans l’existence des Illuminati (secte dissoute à la fin du XVIIIe siècle qui a été mise à l’honneur dans le roman Anges et démons de Dan Brown et dont le nom vient certainement des Lumières et se confond souvent avec la Franc-Maçonnerie qui représente, elle, un ensemble d’organisations réelles et plus ou moins discrètes). Les Illuminati sont, selon une croyance répandue, censés régir le monde à notre insu. Evidemment, rien ne le prouve, tout est toujours dans le décryptage – de multiples vidéos en témoignent sur internet. Mais ce qui réunit la plupart des multiples théories du complot (dont une des dernières porte sur les chemtrails) et qui flatte très souvent les déçus de tout (de la politique, des médias…), les méfiants, ceux qui ont le sentiment que le monde dans lequel ils vivent leur échappe, c’est qu’elles prétendent que LA vérité est ailleurs et que le discours officiel cache d’inavouables complots (un ou divers) qu’il faudrait décrypter. »

 

Et bien oui, la vérité est ailleurs ; plus personne ne croit la propagande médiatique et les journalistes eux-mêmes ne croient plus à ce qu’ils disent. Ils sont bien placés pour savoir que les informations importantes sont tues et que celles qui sont diffusées sont de plus en plus tronquées ou fausses. Pour croire les médias et les discours officiels, il faut être d’une naïveté supranormale. Tout le monde sent que tout est faux dans la propagande médiatique. Tout le monde sait que pour relancer l’économie il faut monter les salaires et non pas les baisser comme le prétend la doxa libéral officielle.

« La théorie du complot est, en réalité, une des manières de substituer à l’analyse des idées et des mécanismes socio-économiques, la dénonciation d’ennemis imaginaires (avec tout les dangers que cela comporte). C’est une manière de donner une mauvaise réponse à une bonne question. C’est une mystification autant qu’une erreur de catégorie. »

 

Ce que les thuriféraires de la dictature appellent la théorie du complot est en réalité un ensemble de raisonnements, parfois opposés entre eux, qui remettent en cause la vérité officielle. D’après Crétois, les ennemis dénoncés par les complotistes seraient imaginaires. Tout irait donc mal par hasard, tout serait le fruit de la fatalité. Tout le monde constate pourtant que la situation actuelle profite à une petite minorité de nantis égoïstes et cruels, qui ne valent rien mais raflent tout. Tout le monde peut constater qu’il existe une caste de parasites qui s’enrichit chaque année un peu plus pendant que les autres s’appauvrissent. Tout le monde comprend bien que les libertés diminuent peu à peu, à un point où les gens bien informés ont pu constater que nous ne sommes déjà plus en démocratie. Tous ces gens bien informés savent que les internautes sont secrètement persécutés par les fascistes qui jouent les défenseurs des libertés le jour alors qu’ils harcèlent les gens par satellite la nuit. Les ennemis dénoncés par le complotisme ne sont pas imaginaires. Ces ennemis sont les membres de la caste dirigeante qui opprime le monde par le biais d’organisations secrètes et de systèmes de surveillance occultes qui sèment la terreur dans toute la planète.

 

 

  • « Le complotiste préfère le simple au complexe

Les autres nous semblent lointains et étrangers, nous ignorons leurs pratiques et leurs attentes. Comment se mettra-t-on d’accord, peut-on vivre avec eux, peut-on leur faire confiance, n’essaient-ils pas de nous nuire ? La question du complot renvoie aux difficultés de la coordination des intérêts dans une société vaste où les points de vue et les situations individuelles sont multiples et très souvent hétérogènes ou incompatibles, où la plupart du temps, les uns ignorent les autres et les réseaux de relation sont divers. L’hypothèse d’un complot permet alors de rendre à l’ensemble social son unité et sa signification perdues. Elle remet de l’un au lieu du multiple, du simple au lieu du complexe. Elle satisfait l’intérêt de notre raison pour le sens. Mais elle relève du raccourci. »

D’après Crétois, le complotiste préfèrerait le simple au complexe ; il serait un peu simplet alors que lui, Crétois, nous expliquerait comment fonctionne vraiment le monde, à grand renfort de citations philosophiques et de références littéraires. Crétois ne se rend pas compte que les philosophes qu’il vénère étaient pour la plupart des dissidents à leur époque et que, l’histoire ne retient que ceux qui s’opposent à l’injustice de leur temps et non les milliers de tristes collabos des oppressions qui ont accablé le genre humain depuis l’origine du monde. Faire le jeu du fascisme en croyant le combattre, c’est vraiment quelque chose de pathétique.

Le complot ne rend pas au corps social son unité puisqu’il y a différents types de complotisme qui s’opposent entre eux. Entre ceux qui pensent que tout le mal vient du gauchisme et ceux qui croient au contraire que l’enfer ce sont les fascistes, les riches et banquiers, il y a autant de différence qu’entre l’extrême droite et l’exatrême gauche. Ce sont les deux opposés de la scène intellectuelle. Le problème est que les complotistes de gauche sont écrasés par la propagande libérale et la fausse dissidence fasciste. On tend à les mêler à l’extrême droite alors qu’il en représentent  l’exact opposé.

Le complotisme simplifie la réalité, comme toutes les théories scientifiques, y compris et surtout dans les sciences exactes.

D’ailleurs, celui qui « remet de l’un au lieu du multiple », c’est Crétois lui même puisqu’il n’a pas remarqué qu’il existait plusieurs types antagonistes de théories du complot.

 

« Pourtant, face à cela deux types de discours homogénéisant se dressent : le discours dominant et son opposé, celui qui le désigne comme un fausse-monnaie. Si le discours dominant et sa critique sont légitimes, la théorie du complot vient s’insérer entre les deux, car loin d’être un démontage du discours dominant, elle surfe sur l’angoisse d’un monde qui nous échappe. Elle prétend donner à voir l’envers des choses et montrer l’arrière-monde qui, telle l’arrière-boutique du commerçant, est le lieu où tout se décide selon d’inavouables intentions. Or, le complot élevé en théorie présuppose la capacité d’un petit nombre d’individus très souvent impossible à désigner autrement que par une étiquette vague (Illuminati, judéo-maçonnisme, sionisme…), de mener à bien un plan introuvable contre des personnes ou des institutions indéterminées. »

Crétois distingue deux types de discours, le dominant et son opposé ; ces discours seraient légitimes ; par contre le complotisme lui serait une sorte d’intrus. Il ne comprend pas que les complotismes constituent la base de toute discours contestataire sérieux. Personne ne peut croire ce que dit l’ennemi sans même remettre en doute la véracité de son discours. Contester c’est d’abord vérifier et remettre en cause les faits présentés par la partie qu’on veut dénoncer.

D’après Crétois, la critique du discours dominant est légitime à condition de ne pas être complotiste et donc de n’avoir aucune puissance. Si on commence à croire que c’est bien AlQaida qui a réalisé l’opération du 11 septembre, alors il faut accepter qu’on massacre 4 millions de musulmans à travers le monde, qu’on supprime progressivement toutes les libertés en Occident, qu’on ouvre un camp de concentration à Guantanamo, qu’on réhabilite la torture partout, y compris dans les demeures individuelles en utilisant les satellites. Si on accepte la version officielle du terrorisme, alors les fascistes ont déjà gagné et d’ailleurs, l’extrême droite dépasse les 20% dans beaucoup de pays d’Europe.

On remarque que Crétois ignore totalement le complotisme de gauche, pour mieux faire involontairement la promotion du complotisme d’extrême droite qui est en général un faux complotisme qui cache la véritable nature du complot, soit un fascisme technologique à base satellitaire, le Mind Control, la surveillance intégrale des citoyens du monde. Les fascistes savent que le Mind Control existe ; mais ils refusent d’en parler.

Et bien oui, un petit nombre d’individus disposant d’armes satellitaires surpuissantes peuvent dominer le monde. Ces individus sont d’ailleurs fortement épaulés par les fascistes très nombreux dans les services secrets et les sociétés de surveillance. Ignorer l’existence d’un complot fasciste est une erreur fatale. La meilleure ruse du Diable, comme on le sait, est de faire croire qu’il n’existe pas.

Le plan fasciste est très simple : il s’agit de s’infiltrer partout, de prendre le contrôle de la surveillance satellitaire, de persécuter secrètement les défenseurs des libertés et les contestataires de tout poil, de créer le terrorisme pour justifier le racisme et la fin des libertés, de provoquer des crises économiques pour générer un mécontentement qui profitera aux nazis, d’écraser l’opposition de gauche pour la remplacer par une fausse contestation d’extrême droite. Le complot fasciste est en marche et certains donneurs de leçons stipendiés ne l’ont toujours pas remarqué.

 

  • « Le complotisme est un refuge pour l’ignorance

Ceux qui mobilisent le conspirationnisme n’ont souvent aucune connaissance réelle des fonctionnements sociaux, politiques et économiques dont ils parlent. Comme l’a montré Taguieff, ils projettent des croyances familières sur des mondes inconnus. Ils n’ont aucune preuve tangible à apporter. Ils s’appuient sur des signes qu’ils décryptent d’une manière souvent pas très claire et qui viennent confirmer des présuppositions antérieures à tout savoir et à toute enquête rigoureuse : rien n’arrive par hasard. Ils jouent à se faire peur en essayant de corroborer l’existence d’êtres pervers fantasmés comme groupe homogène et animé d’un puissant désir de domination (les juifs, les Illuminati, les Francs-Maçons et tous les autres groupes réels ou supposés animés par un intérêt commun à dominer le monde) qui ne se montreraient que par signes : une sorte de nouvelle mantique adaptée aux temps modernes. Mais cette posture intellectuelle relève du délire d’interprétation. »

Les complotistes n’auraient pas de preuves ; mais qu’ont à apporter comme preuve les aticomplotistes ? Tout ce qui est dit sur le terrorisme est faux ; les vrais terroristes sont ceux qui se présentent comme antiterroristes. Les anticomplotistes nous affirment que les manipulations n’existent pas alors qu’il travaillent tous pour le Mind Control et passent leurs journées à espionner et manipuler les gens par satellite. Ceux qui ne veulent pas collaborer avec la répression n’ont pas le droit de passer à la télé ni de publier dans la presse écrite. Les anticomplotistes sont des comploteurs et des menteurs. Certains croient combattre le fascisme alors qu’ils le renforcent ; d’autres sont juste des fascistes qui se moquent des gens et les poussent à renoncer à encore plus de droits fondamentaux. Le péril pour la démocratie ce ne sont pas les complotistes mais au contraire les anticomplotistes.

Uitliser les termes médicaux du style paranoïa ou délire d’interprétation est une méthode fasciste bien connue. Les hôpitaux de l’ex Union Soviétique étaient pleins de dissidents paranoïaques….

 

« Hypostasier le complot est une manière rhétorique de donner du sens à une société, en réalité, illisible. Elle nous échappe, on imagine donc des hommes qui en tireraient les ficelles. On crée des comploteurs, des plans maléfiques, des vérités cachées sous l’écume des vagues. C’est la logique heuristique de la méfiance et des passions tristes qui sert de règle à l’analyse complotiste. On ne connaît ni l’objet du complot, ni ses parties-prenantes. Mais on sait qu’il y a une méchante conspiration responsable de tous les maux qui nous accablent. Il s’agit là d’une illusion productive : grâce aux lunettes qu’elle offre, on voit enfin un monde structuré par des comploteurs. L’apparition inattendue de faits nouveaux, en tout point de l’actualité, constitue toujours de nouveaux effets du complot qui viennent le confirmer (comme en témoignent la récupération des chemtrails, du fait avéré de l’obsolescence programmée dans une perspective complotiste). »

 

Les auteurs anticomplotistes savent que la répression secrète existe. Ils travaillent pour elle. La réalité est effectivement illisible en raison du fait que les discours officiels sont tous basés sur de fausses affirmations. Beaucoup des hommes de l’Etat travaillent en réalité pour les fascistes et ont été mis en place par eux. Tout la propagande antiterroriste a pour but de supprimer les libertés des citoyens. Le jour où les journalistes informeront les citoyens sur la question de la répression secrète par satellite, tout s’éclairera enfin et les peuples comprendront que derrière l’apparence démocratique se cache le fascisme le plus criminel. Tant que le complot fasciste qui écrase la population n’aura pas été dénoncé, il n’y aura aucun progrès social en France et dans le reste de l’Europe. Comme Taguieff, Crétois ment effrontément ; il prétend dénoncer les affabulateurs alors que c’est lui  le menteur.

« Ce qui caractérise les discours complotistes, c’est qu’ils fonctionnent dans l’ordre symbolique : repérage des bons et des mauvais ; recherche des formes ou des actions significatives ; mise en évidence des petits signes, des indices d’une intention cachée. On repère les comploteurs, on les étiquette. On cherche les traces du complot (le complot en lui-même n’étant jamais trouvé car c’est le grand Autre lacanien). Les délires complotistes ne sont pas des explications mais des interprétations qui relèvent du raccourci : expliquer les causes par les fins, les mécanismes par des intentions, c’est facile. Mais depuis Epicure et Spinoza, on sait que cela relève de la superstition, très éloignée des exigences propres à l’enquête rigoureuse pourtant nécessaire à l’établissement de la connaissance. »

 

En politique comme dans la vie quotidienne, tout le monde repère les bons et les mauvais, tout le monde recherche les intentions cachées, tout le monde craint les escrocs et les comploteurs. Le complot n’est jamais trouvé tant qu’on ne l’a pas bien cherché. Généralement, c’est quand il est trop tard que les gens commencent à dénoncer les conspirations. Les médias ont fini par avouer que c’est bien la CIA qui a renversé Allende et d’ici quelques décennies, ce sont des dizaines d’autres complots qui seront révélés au grand public. Expliquer les activités humaines par les intentions humaines c’est effectivement la base de toute analyse sérieuse. Lorsque des personnes normalement équilibrées agissent, c’est qu’elles ont un but ; seuls les fous agissent sans raison. Quant aux philosophes et aux scientifiques, ils nous disent justement qu’il faut rechercher la réalité cachée derrière les apparences.  La terre est ronde alors qu’elle nous semble plate…Il faut vraiment que les propagandistes du totalitarisme cessent de prendre les gens pour des imbéciles.

 

  • « Raviver le discours critique contre le discours complotiste

Si l’approche complotiste relève de la superstitution, il ne faut pas renoncer à donner une réponse correcte aux questions qu’elle soulève. Contre le complotisme, il faut donc réactiver l’intelligence critique des phénomènes de masse en s’intéressant à la manière dont s’intériorisent progressivement des croyances et des pratiques potentiellement néfastes (pratiques de concurrence et de prédation, esprit mercantile intéressé, vaine gloire, spéculation, ambition destructrice, réification, exclusion, domination, pensée unique…). Il n’y a, dans tout cela, que les agents d’une même société qui s’accordent, sans le savoir, de manière presque spontanée, sur des grilles de lecture du monde qui finissent par les enfermer, qui acceptent de se soumettre à un ordre réputé impersonnel et nécessaire au nom de leur bonheur ou de la crainte du désordre (sur le mode d’une « servitude volontaire » dont La Boétie nous a offert, voici plusieurs siècles, une analyse magistrale), qui intériorisent la contrainte pour la reproduire et qui finissent par dire qu’il n’y a pas d’alternative. »

 

Le discours complotiste ne relève pas du tout de la superstition mais au contraire de la démarche scientifique. Le discours anticomplotiste relève lui ne la propagande fasciste la plus dure. Les fascistes agressent et assassinent les internautes par satellite tous les jours, sans que personne n’en sache rien. Les braves sécuritaristes sont en réalité des criminels de la pire espèce. Toute la société est menacée par ces nazis hypocrites.

C’st justement le complotisme qui constitue l’intelligence critique que les anticomplotistes veulent détruire. Le complotisme s’apparente à l’esprit critique le plus pur  alors que l’anticomplotisme constitue lui l’obscurantisme le plus profond. Les anticomplotistes sont des censeurs fascistes ; ce sont des ennemis de la liberté ; ce sont des fascistes criminels ; ce sont des gens à combattre.

La réification, l’exclusion, la domination, l’ambition destructrice, tout cela constitue la base de la dictature que nous imposent les anticomplotistes. Cette dictature est basée sur le complot et non sur des comportements spontanés. Les tyrans veulent faire taire le peuple ; ils veulent supprimer toutes les libertés ; ils veulent faire interdire la contestation. Ils nous préparent un enfer technologique des plus affreux. Ces déchets fascistes sont devenus les maîtres du monde. Il est temps de faire éclater la vérité pour libérer les peuples de la tyrannies des nazis du Mind Control.

Les anticomplotistes ne sont pas les défenseurs de la démocratie mais au contraire les ennemis de la liberté.

« S’il y a certainement des ententes entre des personnes puissantes dotées de profonds intérêts communs, il est impossible, sans abus, de parler de complot, car promouvoir un discours et des pratiques dépend d’une multiplicité de facteurs immaîtrisables qui dépassent y compris une poignée de puissants. Aucun phénomène social de masse ne peut, en effet, relever d’une intention délibérée, ce sont des effets des mécanismes socio-économiques complexes et toujours ambigus. »

Quand on dispose de la surveillance par satellite, on maîtrise tous les facteurs. Crétois sait et trompe. Les fascistes peuvent maintenant filmer dans les domiciles, lire dans les pensées, tuer à distance, manipuler les comportements en utilisant les ondes électromagnétiques diffusées par des satellites  dirigés par des ordinateurs surpuissants. Ils ne faut pas croire ce que disent les propagandistes fascistes qui vivent du système sur le dos du peuple.

Prétendre qu’aucun phénomène de masse de puisse relever d’une intention délibérée, c’est le comble de l’obscurantisme, c’est le summum de la stupidité, c’est de la propagande grossière et inefficace. Tous les grands phénomènes politiques sont le fruit d’une action préméditée : les révolutions, les coups d’Etat, les virages idéologiques. Le prétendu philosophe est une sorte de sophiste au service de la dictature qu’il défend mal. Pour combattre les dissidents, au moins faut-il être cohérent.

« Aussi est-il intéressant d’étudier les opérations par lesquelles une idéologie devient peu à peu dominante. Les philosophes de l’école de Franfort, la sociologie critique d’un Bourdieu ou d’un Boltanski, Marx ou Foucault, par exemple, nous en donnent des clefs. Tous ces phénomènes de contagion idéologiques massifs relèvent des structures socio-économiques, ils doivent être traités à ce niveau : celui de la critique des idéologies et des mécanismes sociaux. Rechercher derrière cela l’intention délibérée d’une bande de conspirateurs est évidemment une erreur de catégorie, une simplification et une mystification qui empêche le progrès de l’intelligence et la fait sombrer dans la barbarie du phénomène du bouc-émissaire. »

La stratégie des fascistes consiste à utiliser les philosophes de gauche pour promouvoir le fascisme. En déformant les propos de tel ou tel auteur on peut lui faire exprimer le contraire de sa pensée réelle. N’oublions pas que les marxistes ont été des partisans du complotisme, notamment pour dénoncer les manoeuvres de la réaction et du patronat. Rechercher les intentions des gens, c’est justement le travail des philosophes, des historiens, des socioloques et autres psychologues. Empêcher les chercheurs d’étudier les causes profondes des phénomènes et notamment les intentions des groupes sociaux, c’est le comble de l’obscurantisme, c’est du stalinisme poussé à l’extrême, c’est du totalitarisme intégral. Les anticomplotistes sont des fascistes. Les pires des fascistes. Ce sont les comploteurs qui désignent des boucs émissaires, musulmans la plupart du temps, et les anitcomplotistes qui eux rétablissent la vérité et pointent du doigt les vrais coupables, les fascistes, pour libérer les peuples et faire innocenter les faux coupables désignés par les nazis qui dirigent le monde.

 

« Face à la production d’un discours dominant, il faut éviter l’écueil de la facilité et raviver la pensée critique. La pensée critique nous montre, par l’intelligence du réel plutôt que par l’invention d’un monde caché et d’ennemis invisibles, que la machine à produire des discours tout faits est, en vérité, là sous nos yeux, qu’il n’y a que du visible (moyennant l’accès à l’information, l’effort pour s’informer et pour questionner). C’est pourquoi il semble aujourd’hui salutaire de rappeler à la fois que le complotisme est un asile de l’ignorance et que, moyennant une presse libre et plurielle, l’on ne satisfait jamais l’exigence critique nécessaire à la résistance et à l’amélioration sociale en cédant à des facilités. »

 

Les propagandistes de la dictature se font passer pour des défenseurs de la pensée critique qu’ils combattent sans relâche. Le meilleur représentant de la pensée critique, c’est justement le complotisme de gauche à ne pas confondre avec le faux complotisme d’extrême droite.

Les discours tout faits sont ceux produits par les médias et le monde de l’édition. Ce sont des discours de propagande destinés à nuire au peuple. Ce sont des logorrhées totalitaires, haineuses et implicitement criminelles, dont le but est de nous faire renoncer à la liberté et de nous amener au racisme islamophobe exterminateur.

La presse n’est pas libre ni plurielle. Elle ne dénonce pas les atteintes aux libertés et la surveillance électronique. Elle est la complice des fascistes qui oppriment le peuple. Par contre elle développe le racisme en désignant les musulmans comme coupables de tous les maux de la planète, sans jamais chercher à vérifier les informations concernant le terrorisme.

C’est l’anticomplotisme qui est un asile ne l’ignorance et du fascisme extrême et le complotisme qui illustre le mieux l’esprit de résistance à l’infamie.

 

L’extrême gauche s’oppose la plupart du temps au complotisme, croyant qu’il s’agit d’une méthode de l’extrême droite. Le résultat est que les gauchistes font des scores ridicules à toutes les élections alors que les fascistes sont aux portes du pouvoir.

Le site antifasciste Citoyen Actif dénonce par exemple le complotisme dans un article paru en 2013

http://citoyenactif.20minutes-blogs.fr/archive/2013/06/23/les-theories-du-complot-conspirationnistes-et-droites-extrem.html

D’après ce site, « La thèse du complot sert directement les intérêts des dominants en confortant la légitimité de leur domination dans l’inconscient collectif et en permettant aussi une répression pour préserver le pouvoir en place »

Tout cela est faux. En réalité, les complotistes combattent les pouvoirs en place et les conspirateurs fascistes. S’il existe des complotistes d’extrême droite, ils ne doivent pas constituer les arbres qui cachent la forêt. Les dictatures actuelles ont une apparence démocratique. Tout ce qu’elles font d’important est caché, ce qui leur permet d’éviter d’avoir à s’expliquer sur leurs crimes. La gauche ne renaîtra pas s’il elle ne dénonce pas le scandale des dictatures à apparence démocratiques qui oppriment et ruinent les peuples d’Occident. Par exemple, certaines fausses démocraties prétendent combattre le fascisme alors qu’elles invitent les nazis à dans les médias tous les jours. Elles prétendent combattre le racisme alors que leurs informations sont à 100% islamophobes. Elles prétendent relancer l’économie alors que les politiques d’austérité assèchent la demande solvable base de toute possibilité de relance. Elles prétendent défendre la liberté d’expression, alors que les internautes sont secrètement persécutés par satellite. Les prétendues démocraties sont déjà aux mains des fascistes. Si personne ne dénonce le complot des nazis qui les dirigent, la situation risque de ne pas s’améliorer.

Pourquoi  le fait de dire qu’il existe un complot fasciste conforterait-il un pouvoir déjà fortement contaminé par eux ?  C’est au contraire en ignorant la menace qu’on livre le pays aux nazis. Ces nazis infiltrés dans la presse et les partis politiques qui détruisent la démocratie en prétendant la défendre, il faudrait peut-être penser à les dénoncer avant qu’ils ne prennent directement le pouvoir…

Un complotisme dirigé contre les pouvoirs en place et leurs mentors nazis ne renforce pas ces pouvoirs ; il donne au contraire aux citoyens et partis démocratiques des outils de résistance à l’oppression occulte. Dénoncer la répression secrète et le complot contre la République, ce n’est pas conforter le pouvoir ; c’est au contraire limiter ses abus secrets.

En quoi dénoncer un complot ourdi par les dominants renforcerait le pouvoir de ces mêmes dominants alors que ce sont eux qui sont visés par l’accusation de complot ? Parfois, on se demande si les anticomplotistes ne sont pas aux ordres de ces dominants qu’ils prétendent dénoncer.

 

 

« Les théories du complot : conspirationnistes et droites extrêmes   selon le petit Robert, “Un complot est une entente secrète entre plusieurs personnes, en vue de renverser un pouvoir établi, ou une organisation en vue d’attenter à la vie… d’une personne d’autorité”. »

Les complots peuvent aussi viser des peuples, des systèmes politiques (la démocratie), des groupes ethniques.


« Tout au long de l’Histoire il y a eu des complots, des accords secrets et des trahisons. Il faut distinguer ces complots et la “théorie du complot”.
La théorie du complot (complotisme ou conspirationnisme) est une grille de lecture de l’histoire qui a pour fondement la croyance qu’un petit groupe d’individus dirige le monde par le biais de diverses manipulations (magique, scientifique, économique, médiatique). »

Ce sont des petits groupes d’individus, parfois de tendance opposée qui dirigent le monde. Ces gens peuvent être les très riches, les banquiers, les hauts fonctionnaires, les énarques, les services secrets ou beaucoup d’autres. Ces groupes dirigent parce qu’ils disposent de moyens très importants. Où est le problème avec cette idée ? Ils manipulent parce qu’il est plus facile de diriger en cachant et manipulant qu’en agissant ouvertement. La ruse fait partie des instruments des pouvoirs.


« Cette interprétation du monde est assez particulière puisqu’elle part du principe que le complot existe depuis toujours (parfois même avant l’humanité) et partout dans le monde (et parfois même au delà).
Il y a eu des complots dans l’Histoire, mais on ne peut réduire l’Histoire à un complot universel, éternel et permanent.
Les mécanismes de la “théorie du complot” il n’y a pas de hasard ” et “tout est lié” sont les piliers des thèses complotistes.
La théorie du complot se sert de tous les éléments possibles (réels ou imaginaires) distants dans le temps et l’espace comme une volonté d’expliquer la Providence ou le destin, avec des moyens scientifiques. Un plan mystérieux est dévoilé par un discours rationaliste.
Le fait de vouloir prouver une conviction en reprenant des arguments scientifiques rend des théories du complot attractives pour certains croyants, cela explique la prégnance des thèmes religieux dans les œuvres conspirationnistes.
——-
Le conspirationnisme utilise majoritairement deux argumentations pour rendre ses thèses aussi crédibles que possible.
La première repose sur le fait que l’on ne peut pas tout savoir parce qu’on nous dissimule des choses. Cela permet d’avoir recours à des éléments occultes connus de manière mystérieuse par les personnes qui les dévoilent et dont elles ne peuvent prouver la source ainsi que son authenticité. Sont régulièrement mis en cause des projets secrets du gouvernement, des textes historiques cachés, mais aussi des interventions extra-terrestres ou des forces sataniques ou magiques.
Il est possible de penser que c’est réel: parce qu’on nous cache tout de manière intentionnelle.
La seconde partie de l’argumentaire conspirationniste est le développement de ce supposé escamotage de faits par de petits groupes d’individus. On passe du mensonge par omission (on nous cache tout) au mensonge délibéré. L’histoire officielle n’a plus aucune valeur. Les sources, la chronologie sont remises en cause. Tout fait historique peut être relativisé et mis au même plan qu’une chose improuvable. »

Le fait que les gouvernements ne nous disent pas tout est une évidence. Seuls les naïfs peuvent nier ce fait. C’est justement le travail des opposants de dénoncer les complots des gouvernants. Si on laisse la dénonciation des complots et des manœuvres secrètes aux fascistes de l’extrême droite, il ne faut pas s’étonner ensuite que le reste de l’échiquier politique soit devenu si faible. C’est le complotisme qui donne toute sa force aux opposants. Tant que la vraie gauche n’aura pas compris cela elle ne renaîtra pas.

Et bien non l’histoire officielle n’est pas parole d’évangile ; elle est souvent falsifiée par les vainqueurs et les dominants. Tout le monde sait cela. L’histoire économique actuelle est totalement déformée par les agents du grand capital : on nous fait croire qu’il faut baisser les salaires pour relancer l’économie ou qu’on doit travailler plus pour combattre le chômage…

Quand on veut s’opposer sérieusement on met en doute tout ce que dit le pouvoir et l’ennemi politique. Sinon on perd…


« 
Le complotiste qui se présente comme défenseur des opprimés a cependant une démarche très proche de l’élite maléfique qu’il dénonce et prétend combattre.
Tout d’abord, il en partage les secrets. Comment y-a-t-il eu accès? Mystère. En tout cas, cela fait de lui une sorte d’élu clairvoyant qui vit parmi des gens aveugles. Le complotiste se positionne un peu comme Prométhée : il n’est pas un simple mortel, il est un initié. S’il n’est pas un renégat d’un complot, il se présente comme une personne d’une intelligence hors du commun et qui sait tout. Il est le pendant positif de ce qu’il dénonce. »

Ceux qui ont fait partie du pouvoir ou sont victimes de la répression secrète sont bien placés pour savoir comment les choses fonctionnent vraiment, une fois qu’on a enlevé les artifices mis en place pour tromper l’opinion. Marx, Lénine et Mao étaient complotistes. Ce sont les seuls gauchistes qui ont réussi sur le long terme. Personne ne peut combattre l’oppression sans dénoncer les ruses des tyrans. La plupart des Français ne croient pas les médias. Ils sont donc tous complotistes avec une intelligence hors du commun. A moins que ce ne soit les anticomplotistes qui soient d’une stupidité peu commune ; s’ils croient vraiment ce qu’ils disent…

 

 


« 
Cette similarité entre le complotiste et le comploteur font que la théorie du complot sert finalement les intérêts des deux. L’un n’existant pas sans l’autre. Il en fait donc implicitement partie.
Le complotiste dénonce une exploitation du monde et de l’humanité par une organisation secrète, mais il ne donne aucune méthode pour lutter contre le complot. Pour les complotistes, le simple fait de dénoncer le complot et de multiplier la publication de documents aurait la vertu de faire disparaitre le complot de lui même. »

Ce sont les comploteurs et les anticomplotistes qui sont copains. Pas les comploteurs et les complotistes. L’opposition dont rêvent les comploteurs, c’est une opposition anticomplotiste, qui gobe tout ce que disent les médias et se retrouvent contrainte de justifier à la fin les actions des comploteurs. Par exemple dans le cas du terrorisme, quand on accepte la version officielle des faits telle qu’elle est présentée par les comploteurs, alors, on se retrouve contraint d’accepter les atteintes aux libertés qui étaient le but premier des fascistes comploteurs. Si les anticomplotistes résistent aux mesures liberticides, alors les fascistes fomentent des attentats encore plus terribles jusqu’au moment où tout le monde accepte la suppression de toutes les libertés individuelles.

La méthode pour lutter contre le complot, c’est justement de dénoncer le complot ; c’est ce que les anticomplotistes feignent de ne pas comprendre…ou ne comprennent réellement pas.


« Le fait de croire que la conspiration est le moteur de l’histoire retire toute responsabilité au peuple. Pour un complotiste, se sont les êtres d’exceptions (dont il fait partie) qui écrivent et lisent l’histoire. Cet angle de vue lui fait considérer le peuple comme une éternelle marionnette. C’est révélateur qu’il regarde la société du même niveau et de la même manière que celui qu’il présente comme le maître du monde. »

Toutes les révolutions ont été accomplies par des leaders d’exception et des théoriciens hors pair tels Robespierre, Danton, Marat, Marx, Lénine, Mao, Khomeini et beaucoup d’autres. Le peuple sans leaders ne peut se libérer de l’oppression qui l’accable. La France est restée pendant des siècles sous la tyrannie des capétiens, sans même espérer se libérer un jour. Pour combattre l’oppression, il faut des théoriciens, des groupes secrets, des leaders. C’est une loi historique incontournable. Pour laisser à l’ennemi l’exclusivité de l’action secrète, il faudrait être idiot. Pour ne pas expliquer les méthodes secrètes de l’adversaire,  il faudrait être stupide. Il faut dévoiler les secrets de l’ennemi pour l’empêcher de nuire.


« 
A qui profite la théorie du complot? Il est clair qu’elle ne sert en rien les dominés. La théorie du complot n’est pas un cadre d’analyse ou une pensée qui permet aux opprimés de construire ou de mener un mouvement de résistance une lutte d’émancipation. Si une personne veut savoir qui se cache derrière le complot, elle se perd dans une quête de connaissances qui va l’emmener loin de ses préoccupations concrètes. La théorie du complot agit de ce point de vue comme un leurre. »

La théorie du complot est justement cette méthode qui permet aux peuples de s’émanciper des leurs dictatures. Sans dénonciation des crimes dont sont victimes les citoyens on ne peut pas les libérer de leurs bourreaux. Sans complotisme, il n’y a pas de révolte possible. Les crimes secrets des tyrans ont été dénoncés par tous les révolutionnaires. Ce n’est pas le complotisme qui est un leurre mais l’anticomplotisme. Souvent les anticomplotistes sont payés par les tyrans pour tromper le peuple et le diriger vers l’extrême droite qui, elle, est faussement complotiste. Il s’agit d’émasculer la gauche pour mieux la livrer au fascisme. Il s’agit d’édulcorer le discours gauchiste jusqu’à le rendre ridicule et inopérant.

 


« 
La théorie du complot renforce le pouvoir en place. Le pouvoir des comploteurs qui dirigent, banques, médias, états, multinationales sans limites si on fie aux “théoriciens du complot”. Toute révolte organisée est vouée à l’échec. Si une Révolution se produit, c’est selon la volonté des comploteurs. Une vision complotiste de l’Histoire ne donne aucune perspective. Puisque le complot l’emporte toujours pourquoi se battre ?
La forme matérielle du pouvoir (Etat, banques, industries, médias, etc.) n’est pas remise en cause. Ce qui pose problème pour les conspirationnistes, c’est qu’a la tête de tout cela on trouve une minorité de parasites qui a perverti l’ensemble de la société. Par exemple “la banque” serait une chose nécessaire, le problème c’est le “bankster”. »

Tout révolte qui ne dénonce pas le complot des tyrans est voué à l’échec. Ce sont les anticomplotistes qui tuent la vraie gauche. Quand une révolution se produit, elle est toujours le fruit d’un complot politique. Rien n’arrive par hasard. Le problème actuel est que les comploteurs sont fascistes au lieu d’être révolutionnaires.  Le but des complotistes de gauche est donc de dénoncer les complots fascistes qui menacent la société. Quand les comploteurs sont de gauche, alors les complotistes de droite se réveillent. Actuellement, les comploteurs fascistes ne sont plus dénoncés par les complotistes de gauche. Parfois même, les comploteurs fascistes sont dénoncés par des complotistes eux aussi fascistes, mais de tendance différente. La gauche se retrouve exclue de la discussion à partir du moment où elle refuse de reconnaitre l’existence des complots qui la visent.

Les anticomplotistes se condamnent à ne jamais rien comprendre à la réalité de l’oppression. Ils ne peuvent donc jamais libérer qui que se soit. En raison de cet anticomplotisme hystérique, les peuples subissent l’oppression du capitalisme fascisant et implacable qui ruine des pays entiers et qui opprime les 90% de défavorisés de chaque pays.

Le complot ne l’emporte que quand on ne le dénonce pas.

 


« Dans le complotisme, le problème n’est pas la structure injuste du système économique et social mais le fait qu’un groupe occulte est au poste de contrôle remettant en cause un ordre “juste/naturel/divin”. »

Le problème des  anticomplotistes c’est qu’ils croient ou feignent de croire que tous les complotistes sont fascistes alors que le complotisme est avant tout de gauche et sert à mettre à jours les manigances des classes dirigeantes. Pour changer une structure sociale il faut déjà commencer par se libérer des tyrans au pouvoir et pour cela il faut dénoncer leurs méthodes secrètes. Quand on ne dénonce pas le complot fasciste, on ne se libère jamais du fascisme compte tenu du fait que les Etats prétendus démocratiques sont déjà secrètement dirigés par les nazis. Les fascistes sont des animaux hurleurs certes ; mais ce sont aussi des bêtes féroces rusées.


« 
A défaut de critiquer la société, la théorie du complot va désigner une minorité (réelle ou inventée) et lui attribuer la responsabilité de tous les maux. Le complot peut être identifié par les caractéristiques supposées (physiques, culturelles) du groupe accusé de prospérer sur la misère du monde. De ce fait les “théories du complot” peuvent êtres perméable à des idées xénophobes affirmant qu’il est possible d’identifier l’appartenance à un groupe de domination occulte grâce a des traits morphologiques ou culturels.
Historiquement les mouvements politiques qui ont utilisé la théorie du complot comme argument de lutte s’en sont servis comme légitimation de répression quand ils sont arrivés au pouvoir. »

Il existe des complotistes racistes et fascistes et d’autres qui sont au contraire antiracistes et antifascistes. Le complotisme c’est une méthode d’analyse ; réduire le complotisme au complotisme fasciste, c’est en réalité faire la promotion de ce fascisme. Parmi ceux qui dénoncent le complotisme, certains sont des fascistes déguisés qui veulent accorder l’exclusivité de la méthode complotiste à l’extrême droite.

 


« Il est même arrivé que les pouvoirs en place se mettent à utiliser les théories du complot pour asseoir leur légitimité ou discréditer leurs adversaires en créant un pouvoir non médiatisé. En effet, la menace d’un complot a pour but de créer un lien direct entre les maîtres de l’appareil d’Etat et le peuple. »

Des Etats qui inventent des complots juifs ou maçonnique cela existe. Des révolutionnaires qui dénoncent les complots patronaux, fascistes ou étatiques cela existe aussi. Réduire le complotisme au complotisme d’extrême droite est une erreur qui est parfois volontaire, le but étant d’empêcher la gauche de réfléchir et de dénoncer l’oppression.


« 
La thèse du complot sert directement les intérêts des dominants en confortant la légitimité de leur domination dans l’inconscient collectif et en permettant aussi une répression pour préserver le pouvoir en place. Les théories du complot ne sont pas forcément des thèses d’extrême droite mais elles sont très facilement des passerelles empruntées par ce courant politique pour élargir son champ d’action. Et cela parce que d’une part elles peuvent correspondre à une stratégie de propagande consciente et efficace, mais surtout parce quelles sont le reflet d’une vision globale du monde qui repose sur les schémas de pensée des droites radicales. »

Le complotisme n’est pas de droite mais ontologiquement de gauche. Le complotisme de droite n’est qu’une dérive du complotisme de gauche. Les vrais démocrates ont toujours essayé de démasquer les ruses des puissants. Le complotisme a pour but de dénoncer les méthodes secrètes des dirigeants pour permettre aux peuples de s’émanciper de la tyrannie de leurs bourreaux. Ceux qui dénoncent le complotisme affaiblissent la démocratie, sachant que les criminels n’avouent jamais spontanément et que pour les obliger à cesser de nuire il faut que les citoyens expliquent au public les techniques utilisées pour le tromper. Le marketing c’est l’art de tromper, de même que la communication. Les mêmes méthodes sont appliquées pour gérer les Etats. Tout ce qui est important est caché, ce qui permet aux tyrans de persécuter leurs peuples tout en  jouant aux démocrates.

Le complot est la base des dictatures occidentales actuelles. Le terrorisme est entièrement manipulé. Il sert à faire accepter des lois suspensives de toutes les libertés fondamentales. Grâce au terrorisme, le droit à la vie privée est en passe d’être aboli, la presse est sous surveillance satellitaire, tout citoyen peut être espionné, harcelé et tué par les nazis du Mind Control, sans que personne ne proteste, alors même que toute la classe politico-médiatique est informée et complice de la question de la répression secrète. Sans complotisme démocratique, ce sont les fascistes qui vont gagner et ils transformeront l’avenir en une tyrannie technologique où la torture par satellite sera le lot de tous les citoyens, quelque soit le prétexte pour lequel ils seront punis. Le pire n’est jamais sûr mais reste toujours possible. Sans une action citoyenne contre le complot fasciste du Mind Control, la gauche disparaîtra et la démocratie avec elle.

Pour pouvoir subodorer les complots de l’ennemi fasciste, il faut bien connaître cet ennemi, savoir quels sont ses buts réels et faire preuve d’une certaine intuition pour deviner ce qu’il prépare. Il faut aussi être informé par des gens qui sont au cœur du système et qui ne tiennent pas à ce qu’un totalitarisme inhumain  régisse demain la planète.

La gauche du futur sera complotiste ou ne sera plus.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 janvier 2015

Fascistes : le coup de l’attentat ou le massacre de la rue Nicolas-Appert

Classé dans : Fascisme — mindcontrolfrance @ 17 h 19 min

La stratégie des fascistes pour prendre le pouvoir est toujours la même : organiser des attentats avec la complicité de leurs agents infiltrés dans les forces de sécurité et dans le monde politique et ensuite renforcer la répression qui vise en théorie les musulmans mais qui en réalité concerne toute la société. Dans le cas du massacre des journalistes de Charlie Hebdo, hebdomadaire satyrique islamophobe et christianophobe, les fascistes ont fait d’une pierre deux coups : d’une part ils ont éliminé des gens qui les insultent depuis des décennies, et d’autre part il font une nouvelle fois accuser les musulmans, espérant, si possible, provoquer des pogromes contre eux et justifier des mesures extrêmes contre les fidèles de cette religion. Mais la cible suprême des fascistes, c’est la démocratie ; ce qu’ils veulent c’est trouver un prétexte pour supprimer toutes les libertés. A chaque attentat, la surveillance sur la société civile se renforce ; les droits des citoyens sont de plus en plus limités ; les internautes finissent par être considérés comme des criminels qu’on livre aux nazis et aux délinquants de la surveillance par satellite. L’attentat contre Charlie Hebdo, unique en son genre, n’est que le dernier avatar du stratagème fasciste qui consiste à organiser soi même des attentats pour ensuite en profiter politiquement. Hitler déjà avait utilisé cette méthode, lorsqu’il a fait incendier le Reichstag et fait accuser les communistes de ce crime. Le massacre des journalistes de Charlie Hebdo est une opération unique dans l’histoire. Jamais on avait assassiné autant de journalistes à la fois. Les précédents attentats visaient de simples civils, des militaires, des policiers, des chefs d’Etat, mais cette tuerie de journalistes et dessinateurs représente quelque chose de radicalement novateur : il s’agit pour les fascistes d’éliminer progressivement l’intelligentzia de gauche, même si certains de ses membres s’étaient précédemment fourvoyés dans l’islamophobie et la collaboration avec la répression du Mind Control. Cet attentat pourrait n’être que le premier d’une longue série dans une campagne qui viserait à faire virer à l’extrême droite tous les gauchistes attardés (la mode est actuellement au nazisme) ou  à éliminer les récalcitrants hostiles au fascisme. Le massacre de la rue Appert a visiblement été longuement pensé, pour servir la cause fasciste le plus profondément possible : d’une part, les victimes sont des intellectuels de gauche ou prétendus tels et d’autre part les tueurs semblent être des musulmans. Il est évident que tout cela ne peut aboutir qu’à provoquer un divorce entre gauchistes et musulmans, pour le plus grand profit des nazis, très puissants dans tous les partis. Grâce à ce type d’opération, la gauche perd à la fois les électeurs musulmans, ulcérés de se voir en permanence accusés de tous les crimes par ceux-là mêmes qui les ont planifiés, et d’autre part elle perd les électeurs non musulmans, qui finissent par exiger des mesures extrêmes contre les Arabes et les Noirs, tombant alors dans le piège des fascistes qui ont l’intention de supprimer les libertés pour tous et pas seulement pour les allogènes. On remarque que, comme d’habitude, les tueurs étaient sous la surveillance des autorités, qui comme par hasard les auraient laissé échappé alors qu’elles surveillent sans raison des dizaines de milliers de personnes en France. On constate que ces terroristes sont le plus souvent passé par la case prison et qu’ils ont tous eu affaire aux services anti-terroristes. On ne peut que constater que ce terrorisme est planifié par des fascistes incrustés au cœur de l’Etat et dont l’objectif politique est de faire gagner l’extrême droite et supprimer la démocratie en France. Personne à gauche n’a remarqué quoi que ce soit… Manipulés par les fascistes comme des enfants, privés de tout esprit critique, elle disparaît peu à peu, happé dans la spirale de la chute dans le totalitarisme. Quant aux racistes, ils savent souvent qu’il s’agit d’un complot, mais ils croient qu’il ne vise que les minorités alors que ce sont eux, les citoyens ordinaires, mêmes racistes et fascistes, qui seront les victimes de la future dictature. Il faut que la démocratie se réveille ; il faut que les journalistes enquêtent et fassent des hypothèses ; il faut qu’enfin les associations de défense des droits de l’homme combattent le Mind Control, la surveillance satellitaire à distance qui rend facile la manipulation des terroristes ; il faut que tout le monde comprenne que si on ne dénonce pas le complot fasciste aujourd’hui, demain il sera trop tard. Pour que les journalistes de Charlie ne soient pas morts pour rien, il faut trouver qui a organisé leur massacre ; et qu’on ne vienne pas nous dire qu’il s’agit des musulmans, trop faibles pour faire quoique ce soit de manière autonome.

6 novembre 2014

Combattre le Mind Control

Classé dans : Mind Control — mindcontrolfrance @ 10 h 09 min

 

Face à la terreur du Mind Control qui est en passe de supprimer toutes les libertés en France et dans le monde, on peut constater que la réaction citoyenne et démocratique n’est pas à la hauteur, c’est le moins qu’on puisse dire. Le Mind Control bénéficie du secret, de la terreur et de la collaboration des élites qui n’ont pas flairé le danger.

La plupart des gens ne savent pas que le Mind Control existe. On rappelle que le Mind Control est le système de surveillance et d’action par satellite, basé sur les ondes électromagnétiques qui permettent de filmer à travers les murs, de torturer à distance, de modifier le mental des ciblés, de lire dans les pensées, de contrôler les comportements, de faire grossir ou maigrir, de provoquer des addictions, de provoquer des claustrophobies, des crises de panique, des impuissances sexuelles, des perversions, des haines ou des attirances artificielles, des maladies, des simulations de maladies, des crises de violence, des rixes, des homicides, des accidents de la route. Les satellites peuvent aussi mettre les automobiles et équipements électroménagers en panne, provoquer des fuites d’eau, des incendies. Les satellites ont aussi la possibilité contrôler le climat à court terme et déclencher des pluies diluviennes, des canicules, des tempêtes, probablement en chauffant certaines parties de l’atmosphère pour provoquer des appels d’airs.

Le Mind Control manipule le mental des terroristes, des tueurs en série, des petits délinquants, des VIP et notamment des journalistes, des politiciens, des écrivains, des artistes. Bref, on l’a compris, le Mind Control dirige le monde. La question est donc de savoir qui dirige le Mind Control : il s’agit probablement des services secrets américains et de l’Otan, de fondations privées proches de milieux boursiers et patronaux, des polices politiques, des renseignements militaires, de certains politiques d’extrême droite. Le point commun de tous ces acteurs du Mind Control est d’être proche de l’extrême droite, même si certains éléments de gauche peuvent être associés à la répression. Depuis les années 70, ces fascistes dirigent la vie politique mondiale vers la droite et l’extrême droite. C’est probablement le Mind Control qui a réussi à vaincre l’Union Soviétique en manipulant ses leaders. C’est le Mind Control qui est à l’origine de la poussée de l’extrême droite en Europe et de la nazification de la société américaine.

Tout le monde peut être victime du Mind Control, y compris et surtout les acteurs du Mind Control. Tout le monde a intérêt à ce que la terreur du Mind Control cesse et à ce que la lutte politique revienne à des moyens normaux, à base d’arguments et de ruses et non plus de tortures et de menaces. Il faut qu’un retour à la démocratie s’opère et pour cela il faut que la société civile trouve le moyen de résister à la tyrannie des satellites et de ceux qui les commandent. Les partisans de la démocratie doivent élaborer une stratégie de lutte contre le totalitarisme du Mind Control. Sinon, le pire sera sûr.

2 octobre 2014

Stratégie électorale des 90 %

Classé dans : Gauche — mindcontrolfrance @ 11 h 20 min

 

Le système actuel profite économiquement et sociologiquement à 10% de Français au maximum alors que les 90% restant perdent chaque année des droits sociaux, politiques (répression secrète) et économiques. La plupart des gens ne sont jamais augmentés hormis en fonction de l’inflation et de l’ ancienneté, ne bénéficient pas de promotion professionnelle, sont harcelés au travail, sont menacés de licenciement et de chômage. Le stress professionnel conduit souvent au divorce et à la mésentente familiale. La vie des citoyens s’apparente de plus en plus à une sorte d’esclavage salarié où les patrons auraient tous les droits et les salariés aucun.

Dans de certains cas, des salariés sont exclus du monde du travail et doivent vivoter avec le RSA ou des petits travaux intermittents. Alors que le droit au travail est garanti en théorie dans la constitution, dans les faits, le travail en CDD devient de plus en plus rare et de nombreux salariés passent plus de la moitié de leur vie au chômage.

Tout le monde comprend que tout ce qui est fait par les politiciens depuis une trentaine d’années profite uniquement à un petite partie de la population, les grands patrons et les riches, ceux qu’on appelait autrefois les bourgeois. Ces gens ont tout le pouvoir, tout l’argent, dirigent la répression secrète et prennent plaisir à harceler leurs employés. Ces gens dirigent dans les faits les partis politiques qu’ils financent et menacent. Ces gens exigent toujours plus de baisses d’impôts, baisses qui seront financées par les classes pauvres et moyennes.

Tout cela provient du fait que les électeurs, dégoûtés par les magouilles politiciennes et les mesures iniques qui sont prises contre la majorité, s’abstiennent ou votent pour la droite, l’extrême droite ou la fausse gauche. La plupart n’osent pas voter pour leurs intérêts, à l’extrême gauche, bien que l’extrême gauche d’aujourd’hui, ce soit l’équivalent de la gauche d’hier, compte tenu du glissement à droite de la société provoqué par le Mind Control, la répression par satellite.

La plupart des partis, UMP, PS, FN, UDI et autres, défendent ouvertement les intérêts de la bourgeoisie et lèsent ceux de la masse de la population. Dans ces conditions, pourquoi continuer à voter pour eux et ne pas choisir d’élire des candidats issus de la vraie gauche ? C’est la question qu’il faut étudier si nous ne voulons pas passer notre vie sous la houlette de fascistes corrompus vendus au patronat et ennemis de la démocratie.

D’ores et déjà, il faut le déclarer sans ambages : si les électeurs continuent de voter pour des cons opposés à  leurs intérêts et ennemis de la démocratie, la situation ne s’arrangera pas.  Le seul vote rationnel pour les salariés, les chômeurs, les petits patrons, les cadres, les commerçants et les artisans, c’est le vote d’extrême gauche, le seul qui peut rééquilibrer la société au centre et lui faire quitter la direction fasciste qu’elle a pris depuis plusieurs décennies. Il est plus rationnel pour un chômeur de voter LO que de s’abstenir. Plus il y aura de votes pour les partis défenseurs des salariés et plus la préservation et l’acquisition de droits sociaux seront facilitées. Voter pour LO, le NPA, Nouvelle Donne, le Front de gauche et voire même EELV, c’est le seul moyen d’éviter de passer sa vie chômeur, pauvre ou harcelé. C’est le meilleur moyen pour résister à la tyrannie d’une bourgeoisie toujours aussi haineuse, arrogante et criminelle.

Actuellement 90% des électeurs votent pour les intérêts des 10% de la population qui bénéficie des exonérations fiscales, du Mind Control, des meilleurs emplois sans avoir de qualification particulière, de la direction de la société. Ces bourgeois ont créé le FN pour tromper les électeurs et voler les voix des communistes. Il n’y a aucun doute que la politique économique que mèneront les fascistes sera à base de baisses d’impôts pour les riches et les patrons, de harcèlement et d’écrasement des salariés,  de détérioration du niveau de vie et de répression satellitaire exacerbée. Le vote UMP est un vote en faveur des notables, des patrons et des bourgeois, de même que le vote UDI. Quant au vote PS, actuellement il s’apparente à un suffrage en faveur de la finance internationale, des grands patrons, du pétainisme colonial, du racisme le plus extrême.

Si les électeurs ne choisissent pas les candidats de la gauche réelle, c’est parce que les leaders des partis de cette mouvance n’arrivent pas à s’expliquer de manière convaincante, gênés par les satellites de surveillance et la répression et n’ayant pas accès aux conseils en communication qui leur permettraient de remporter l’adhésion des électeurs. Il faut néanmoins que ceux-ci votent pour l’extrême gauche, sans même prendre en compte les prestations des candidats, en considérant simplement que le vote le plus à gauche possible est le meilleur pour le pouvoir d’achat, les conditions de vie et les libertés publiques.

Il faut que les pauvres cessent de s’abstenir et comprennent que l’abstention est encouragée par la bourgeoisie. Il faut que les pauvres cessent de voter pour des gens qui diminuent leurs droits sociaux. Il faut que les pauvres votent en fonction de leurs intérêts. Si, aux prochaines élections, les 40% d’abstentionnistes se mettaient à voter pour des gauchistes, il est sûr que le niveau de vie des 90% commencerait à s’améliorer. Il faut s’imposer une discipline et voter à toutes les élections, quelques soient les candidats en présence. C’est cette discipline qui permettra d’éviter une catastrophe fasciste et qui donnera la possibilité aux citoyens de récupérer leurs droits les plus basiques. Actuellement, par le biais de la surveillance par satellite, les fascistes et leurs amis bourgeois ont supprimé tous les droits réels des citoyens. Un vote adéquat pourrait permettre d’améliorer la situation. N’oublions pas que la suppression des libertés due à la répression secrète a pour corollaire l’augmentation des injustices sociales, les patrons écrasant les grévistes, internautes et autres récalcitrants en utilisant les satellites du Mind Control.

Pour travailler dans de bonnes conditions, pour faire préserver les libertés fondamentales, le mieux est de voter pour les partis qui défendent vraiment les citoyens et de cesser de s’abstenir. On n’obtient rien sans éducation et sans discipline et la discipline qui mène à l’augmentation des droits et des salaires des travailleurs et à celle des prestations pours les pauvres, c’est le vote à l’extrême gauche à toutes les élections, sans jamais s’abstenir.

 

123456

Trappes à venir |
Raahil |
Berrouetblot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journalconsciencesdemocrati...
| Deren
| Dorian965